Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 09:33

Aléxis Tsípras a composé un gouvernement resserré et offensif autour des priorités économiques.Son ministre des Transports a annoncé hier soir la suspension de la privatisation du port du Pirée.

ARTICLE(S) ASSOCIÉ(S)

Deux heures à peine après avoir prêté serment, la première annonce officielle du gouvernement Tsípras est venue du nouveau ministre adjoint, chargé du Transporta maritime : « Nous ne vendrons pas de part majoritaire dans le port du Pirée », a déclaré Thodoris Dritsas. Le plus grand port de Grèce était en cours de cession dans le cadre du programme de privatisation et le groupe chinois Cosco avait été retenu pour acheter 67 % du site.

Tout aussi symbolique que les premières déclarations anti-austérité du Premier ministre Aléxis Tsípras, cette annonce donne le ton du changement annoncé. Et de la célérité avec laquelle il a l’intention d’agir. L’annonce de la composition du nouveau gouvernement grec n'a pas traîné. Hier à la mi-journée, le grand vainqueur des élections législatives a dévoilé l'organisation de l’équipe resserrée qu’il a construite autour de ses plus fidèles conseillers. Un quasi-commando conçu à la fois pour mener les négociations qui s’annoncent très difficiles avec l’Union européenne et pour modifier en profondeur la politique économique du pays. « Nous avons une route abrupte à gravir », avait lancé la veille le nouveau Premier ministre, après avoir prêté serment.

Une dizaine de portefeuilles

En première ligne, le nouveau ministre des Finances qui a lui-même annoncé sa nomination avant la formation du gouvernement. Yanis Varoufakis est un économiste – forcément – atypique, Théoricien de la « dette odieuse » qui étouffe l’économie grecque mais aussi détenteur d'idées pour sortir de cette crise par le haut (lire ci-contre). Le gouvernement Tsípras compte au total une dizaine de portefeuilles dont quatre constituent des super-ministères, confiés chacun à des représentants des différents courants du Parti Syriza. Clin d’œil sans doute involontaire au génie politique français, le grand ministère grec de la « reconstruction de la production » (assez proche du redressement productif) et de l’énergie est placé sous la houlette de Panayotis Lafanazis, porte-parole de l’aile gauche de Syriza... L’économiste George Stathakis se voit confier l’économie, les infrastructures et la marine marchande tandis que le ministère de l’intérieur et de la reconstruction administrative revient à Nikos Voutsis. Enfin un gros calibre de Syriza, le rédacteur de son programme , Yannis Dragasakis, devient vice Premier ministre chargé de superviser l'ensemble de l’action économique du gouvernement et les négociations avec les créanciers du pays . C’est un ancien communiste, aujourd’hui élu d’une circonscription d’Athènes aux couleurs de Syriza.

A la hâte du leader du parti anti-austérité de se mettre rapidement au travail répond la grande curiosité des Européens à savoir enfin ce que leur réserve le gouvernement Tsípras. Dès vendredi, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem sera à Athènes pour prendre le pouls du nouveau pouvoir.

@chatignou

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans grece
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre