Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 09:23

 

 

Charb à la fête de l'Humanité à Toulouse : «Le communisme, solution à la crise»

Publié le 07/06/2014 à 03:52, Mis à jour le 07/06/2014 à 10:17

Fêtes et festivals - Rencontre

Le 07/06/2014

«On nous dit que les gens votent Front national parce qu'ils sont malheureux, mais la spécificité du vote FN, c'est que c'est d'abord un vote raciste anti-immigrés./Photo DDM, archives

Le dessinateur et directeur de la publication de CharlieHebdo est l'invité, aujourd'hui, de la fête de l'Humanité, aux Argoulets, où il viendra débattre sur le Front national. Interview.

Qu'est-ce qui vous amène à la fête de l'Humanité à Toulouse ?

J'ai une vraie proximité avec l'Humanité, d'abord parce que je dessine depuis longtemps déjà dans l'édition du dimanche et aussi en semaine, en plus de Charlie Hebdo. Je suis proche des idées défendues ici et je connais bien Roselyne de la librairie de La Renaissance qui fait un boulot formidable. J'ai répondu avec plaisir à l'invitation pour débattre notamment sur le Front national.

Le communisme est-il encore une idée neuve ?

Oui, bien sûr, je rêve de l'Union soviétique de l'Union européenne. Pas sur le modèle qui a fait faillite à l'Est, évidemment. Mais je crois que le communisme est une solution à la crise. J'en vois pas d'autres. Je manque peut-être d'imagination, mais j'ai quasiment toujours voté communiste. J'ai juste failli prendre ma carte au Parti socialiste quand j'étais au lycée. Il faut dire que dans ma famille, on était plutôt PS.

Charlie Hebdo s'est beaucoup investi dans le débat sur les caricatures de Mahomet, comment analysez-vous le phénomène jihadiste prégnant à Toulouse ?

Personne ne conteste le phénomène de ces jeunes qui partent pour le Jihad, c'est une réalité et il y a un vrai danger. Mais je crois que le risque est surévalué et qu'ils ne sont pas si nombreux. On fait beaucoup plus de bruit autour de ce risque-là que sur le nombre de tués à la Kalachnikov, à Marseille. Il ne faut pas avoir peur plus que de raison. Il faut faire attention à l'aspect médiatique, car à force de raconter qu'ils sont puissants, ils vont finir par l'être. Les médias peuvent conforter le phénomène et renforcer dans leur détermination des individus qui sont d'abord isolés. Heureusement, pour une fois on ne fait pas l'amalgame entre ces jihadistes et les musulmans.

Comment voyez-vous l'avenir de la presse, notamment satirique ?

C'est catastrophique. La crise s'est rajoutée aux problèmes qui existaient déjà avant. Je ne vois pas comment la presse papier peut s'en sortir, d'autant que la situation du réseau de distribution se dégrade très vite. Paradoxalement, à Charlie Hebdo et dans la presse satirique en général, on est plus protégés, parce qu'on est sur une niche où il y a peu de concurrence. Mais on vit difficilement, on a pas de réserve. On va proposer une formule sur le net, mais ça ne compensera pas la baisse du papier.

Un message pour cette fête ?

Oui, un message d'espoir. Je veux dire aux gens que la contestation la colère, les critiques contre les élites sont légitimes. Le problème, c'est quand ils votent FN au lieu de voter PC. Ce que je ne comprends pas, c'est qu'on a le droit de critiquer l'idéologie et les politiques du FN, mais pas les électeurs. Ils souffrent sans doute, sont malheureux, d'accord, mais pour moi, ce sont des salauds. La spécificité du vote FN, c'est que c'est d'abord un vote raciste anti-immigrés. Sinon, ils voteraient à gauche...

Débat cet après-midi, à 16 heures.

Le PCF appelle à une mobilisation politique

À Toulouse, pour les communistes, cette année, la fête de l'Humanité reste un moment festif mais les défaites électorales, le chômage dans le pays et la montée du Front National appellent à une mobilisation politique. «Les victoires de la droite et la montée du Front National ont beaucoup plus secoué la base militante et les électeurs PCF-Front de gauche que le vent de ce week-end», a expliqué, hier Pierre Lacaze, le secrétaire départemental. L'heure est donc à la fête, mais les luttes continuent. Des délégations d'hospitaliers en lutte, des livreurs d'Hexapaq, de salariés des collectivités, d'Astrium, de la CGT Spectacle et de la Coordination des intermittents en lutte seront présents et prendront la parole». L'Ambassade du Venezuela est représentée ainsi que le Parti communiste d'Espagne et El Massar de Tunisie par son porte-parole Samir Taieb. «Sur la question de la réforme territorial, nous demandons un référendum et le respect des Français. Sur le traité européen, les retraites ou l'ANI, le président de la République n'a pas respecté les Français et ses électeurs», note Pierre Lacaze. Loin d'être aigris ou tristes de la situation, les communistes souhaitent avant tout exprimer leur détermination, leur refus d'une situation politique dangereuse. Ils espèrent que durant ce week-end, au-delà de leurs militants, cette prise de conscience va traverser de très nombreux hommes et femmes qui doivent conserver leur espoir dans le progrès social et dans une France humaniste, démocratique et sociale». La fête va offrir des dizaines de débats, elle a ouvert ses portes hier soir par des prises de parole sur la défense de la culture à Toulouse face à la nouvelle majorité et en France par le combat des intermittents contre le projet du gouvernement.

Recueilli par Gilles-R. Souillés

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans hommage - souvenir PCF
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre