Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 08:52

Honte au maire des Lilas

Alors que la France s’apprête à célébrer le 70ème anniversaire de la libération des déporté-e-s des camps nazis, le maire des Lilas décide d'une cérémonie en catimini devant le fort de Romainville-Les Lilas.

Pour les 70 ans, le maire refuse qu'une cérémonie puisse avoir lieu à l’intérieur de l'enceinte comme l'ont proposé les élus communistes de Seine Saint Denis. Réaction incompréhensible quand des millions de personnes, il y a moins de quinze jours ont manifesté pour les Valeurs de la République. C'est un déni grave de l'Histoire, et de la mémoire collective.

Pourtant le fort fut dès 1940 un camp d'internement allemand. Au total, près de 7000 personnes sont détenues au fort de Romainville durant l’Occupation, dont 3800 femmes. Plus des trois-quarts de ces prisonniers sont ensuite déportés, directement de Romainville ou après un transfert à Compiègne, 209 furent fusillé-e-s notamment au Mont Valérien. Le fort de Romainville est le seul camp où plus d’un détenu sur deux est une femme : plus de 90 % sont ensuite déportées, principalement vers Ravensbrück. Plus de 40 % des déportées de France par mesure de répression sont passées par Romainville. Résistantes ou femmes victimes de rafles aveugles, elles ont marqué par leur passage l’image qui nous est parvenue de ce camp.

Réunie à l'invitation de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, de Marie Georges Buffet, députée de Seine Saint Denis, Henriette Zoughebi, vice présidente en charge des lycées, mercredi 21 janvier au sénat, de nombreuses associations, historiens, syndicat enseignant, anciens résistants et déportés ont été choqués par la décision du maire des Lilas.

Le PCF, les élus communistes- front de gauche, invitent les militant-e-s, les citoyennes, les citoyens à se rendresamedi 23 janvier à 11h au fort de Romainville pour rendre hommage aux victimes à l’intérieur du fort comme cela se fait sans discontinuité depuis 70 ans.

Le PCF avec ses élus prend l'initiative de demander à la Région et à l'Etat, d'inscrire dans le futur contrat plan état/ région un chapitre pour protéger les lieux de mémoires et de créer au fort de Romainville un mémorial pédagogique sur la déportation des femmes résistantes, dont Marie Claude Vaillant Couturier, Danielle Casanova, et tant d'autres y ont fait « un arrêt dans l’horreur », selon l’expression d’Elisabeth Sequestra, qui y est internée en juillet 1944.

Plus que jamais, le Parti Communiste Français reste fidèle aux serments prononcés par les survivants des camps nazi à leurs libérations. Nous serons avec les enseignants, les jeunes eux mêmes, les passeurs de notre histoire que nous devons transmettre à chaque génération, pour que plus jamais cela ne se reproduise.

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES hommage - souvenir PCF
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre