Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 11:10

Bruxelles : La Commission serait-elle un nid de corruption et de fainéantise ?

GÉRARD LE PUILL

VENDREDI, 23 SEPTEMBRE, 2016

HUMANITE.FR

Après les nombreuses questions suscitées par la reconversion de l’ex-président de la Commission européenne José Manuel Barroso comme conseiller de la banque américaine Goldman Sachs, on apprend que Neelie Kroes, l’intransigeante et ultralibérale commissaire en charge de la Concurrence dans cette même Commission présidée par Barroso a cumulé illégalement cette fonction avec un poste d’administratrice d’une société offshore basée au Bahamas entre 2004 et 2009.

La Commission européenne serait-elle un nid d’ultralibéraux, paresseux et incompétents pour certains, corrompus car très liés à des intérêts très privés pour d’autres ? Il est permis de se poser beaucoup de questions à ce propos. Durant les dix années qu’il a passé à la présidence de la Commission, José Manuel Barroso avait hérité à Bruxelles du surnom suivant : « l’homme qui ne dit rien en plusieurs langues». Outre le portugais, sa langue maternelle, il parlait fort bien le français et l’anglais mais n’a jamais été capable de formuler le moindre projet pour l’Union européenne en dehors du laisser faire confié aux marchés. Cette docilité au service du monde des affaires durant dix ans à Bruxelles lui a valu d’obtenir un poste de conseiller à la banque américaine Goldman Sachs.

Goldman Sachs est la banque qui a conseillé les dirigeants grecs pour maquiller leurs comptes publics avant 2001 afin de pouvoir accéder à la zone euro en même temps l’Allemagne, la France et les autres pays du premier groupe. Ensuite, quand le niveau réel de la dette grecque a été découverte, Goldman Sachs a, avec d’autres grandes banques, tout fait pour que les taux d’intérêts spéculatifs exigés de l’Etat grec comme emprunteur sur les marchés soient les plus élevés possible. Depuis le peuple grec paie l’addition et la Commission présidée par Barroso avant Juncker n’a fait qu’accompagner ce processus. Son embauche par Goldman Sachs en 2016 est la récompense de cette complicité.

Neelie Kroes a été aux côté de Barroso de 2004 à 2014. Elle était la commissaire en charge de la Concurrence jusqu’en 2009. Mais, comme l’explique Gaël de Santis dans l’Humanité de ce vendredi, « les quotidiens néerlandais Trouw et Hed Financiee le Dagblad ont montré mercredi , grâce à des documents recueillis par le Consortium international des journalistes d’investigation que Neelie Kroes était, « du 4 juillet 2000 au 1er octobre 2009», directrice de Mont Holdings Ltd, une entreprise offshore située au Bahamas , un paradis fiscal. L’entreprise Mint Hollding Ltd avait été créée en 2000 afin de racheter des parts du géant de l’énergie état-unien Enron pour environ 6 milliards de dollars. Les financeurs de ce projet n’étaient autres que des proches de la famille royale des Emirats arabes unis », souligne Gaël de Santis dont l’article énumère aussi les coups tordus de Neelie Kroes comme Commissaire en charge de la concurrence pour déréguler et finalement affaiblir des secteurs économiques comme la production énergétique qui ont besoin de régulation pour être économiquement efficaces.

Les choses ont-elles changé à Bruxelles avec la mise en place de la Commission que préside le luxembourgeois Jean-Claude Juncker ? Notons d’abord que l’actuel président est l’ancien premier ministre d’un pays membre de l’Union européen qui demeure un paradis fiscal bien que membre fondateur d’une Europe passée de six pays membres à 28 en l’espace de 50 ans. Le choix de Juncker ne s’est pas fait sur la base d’une compétence reconnue de président « visionnaire », mais sur le plus petit dénominateur commun entre L’Allemagne, la France et quelques autres pays. Ils voulaient un libéral de conviction doublé d’un personnage falot à la tête de la Commission.

A propos de Jean-Claude Juncker, un portrait très révélateur est paru dans Libération du 14 septembre dernier sous le titre « Verre de rage». Jean Quatremer, correspondant permanent de ce journal a Bruxelles, a déjeuner avec Juncker dans le but, semble-t-il, de faire taire les rumeurs à son encontre dans certains pays membres de l’Union et au-delà. L’article commence ainsi : « bipolaire, absent, malade, alcoolique, fumeur, enfermé dans sa bulle bruxelloise, tel est le portrait que dresse de Jean-Claude Juncker, et ce depuis plusieurs mois, une partie de la presse allemande, britannique et même américaine ». Le but de la rencontre était d’atténuer cette mauvaise image et Juncker a dit à son interlocuteur la chose suivante : « C’est parce ce que j’agis que je me fais des ennemis. Les Etats n’étaient plus habitués à une Commission à l’initiative». Sauf que l’on ne voit guère les résultats de cette action, si action il y a. Ajoutons que Quatremer n’a guère la reconnaissance du ventre au terme d’un déjeuner pris en commun quand il écrit ceci : « Il est tout à fait exact que Juncker a été et est un gros buveur, comparé aux canons en vigueur en ce XXIème siècle hygiéniste. Lorsqu’il était Premier ministre du grand-duché, nous l’avons vu descendre, à l’issue d’un déjeuner, trois verres de cognac de rang après avoir bu maints verres de vin blanc luxembourgeois. Et durant notre récent déjeuner, il a avalé quatre coupes de champagne, accompagnées d’une simple salade ».

La Commission que préside Jean-Claude Juncker serait-elle devenue ingérable parce que comptant désormais trop de pays membres avec des politiques sociales très divergentes ? Il est permis de se poser la question. On sait aussi que l’élargissement de l’Union aux pays d’Europe centrale a débouché sur un compromis qui permet à chaque pays membre de nommer un seul commissaire quel que soit le nombre d’habitant dudit pays, alors qu’avant les pays les plus peuplés pouvaient nommer deux commissaires. Aujourd’hui les 446.000 habitants de l’Ile de Malte ont droit à un commissaire tout comme les 82 millions d’habitants que compte l’Allemagne. De plus, chaque pays envoie qui il veut siéger à la Commission, même si le Parlement Européen dispose de la possibilité de récuser un candidat s’il arrive à dégager une majorité pour cela.

On sait que la France a désigné Pierre Moscovici pour faire partie de la Commission que préside Jean-Claude Juncker .La rumeur dit aussi que l’Elysée et Matignon l’on recasé à Bruxelles parce que l’exécutif était mécontent de son action et surtout de son inaction comme ministre des Finances. On sait aussi que Moscovici est sorti de l’ENA en 1984 pour rejoindre un groupe « d’experts » du Parti socialiste la même année et devenir un secrétaire national deux ans plus tard. Cet homme n’a jamais été que permanent politique, député ou ministre. A Bruxelles il est officiellement Commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et à l’Union douanière.

En théorie, Moscovici pourrait donc faire des propositions pour faire reculer le dumping fiscal tel que qu’il est pratiqué par l’Irlande, le Luxembourg et quelques autres pays. Car ce dumping fiscal s’ajoute au dumping social dans un grand nombre de pays , sans oublier la place prise par les « travailleurs détachés » dans l’accentuation de ce phénomène suite à l’adoption d’une directive datant de 1996 mais dont les conséquences ont causé d’importants dégâts sociaux et environnementaux depuis l’entrée dans l’Union européenne des pays d’Europe centrale. Ainsi, la place prise par les travailleurs détachés dans les abattoirs allemands a fragilisé l’emploi industriel et agricole dans les abattoirs et les élevages de porcs et de volailles des autres pays d’Europe de l’ouest avec des abandons de productions des fermetures de site pendant que l’on en construisait d’autres en Allemagne. Avec, au final, un bilan carbone en augmentation constante pour chaque kilo de viande produite quand il devient urgent de le réduire pour lutter contre le réchauffement climatique.

Mair rien n’indique que le cerveau d’énarque de Pierre Moscovici soit aujourd’hui programmé pour déceler les ravages actuels de la théorie de « destruction créatrice » conceptualisée au siècle dernier par Joseph Schumpeter. Pourtant, dans la phase actuelle de capitalisme mondialisée, elle est beaucoup plus destructrice que créatrice du fait, justement, de la destruction permanente de capital productif qu’elle entraîne. Ajoutons que la lecture de certains articles de presse nous a appris ces derniers mois que Pierre Moscovici était le commissaire européen le plus tourné vers les week-ends prolongés qui durent trois jours en fin de semaine. Quand on voit sa fonction ce commissaire sous cet angle là, on se dit que la lutte contre le dumping fiscal et social peut attendre. Sauf que dans toute l’Europe, le monde du travail en a plus qu’assez d’attendre et de subir.

  • Commission européenne. Portraits de "pantouflés"

    Neelie Kroes Commissaire européenne à la Concurrence, puis à la Société digitale entre 2004 et 2014
    Un vrai phénomène, cette femme politique néerlandaise, engagée au VVD (droite libérale) ! Avant de prendre ses fonctions pendant deux mandats – tout comme José Manuel Barroso – à Bruxelles, Neelie Kroes est membre d’une bonne dizaine de conseils d’administration de grandes entreprises (Thales, Lucent, Volvo, etc.). Et après, non sans être durant ces années intervenue dans de nombreux secteurs industriels, c’est reparti ! Devenue officiellement l’ambassadrice – et défenderesse de leurs revendications visant à une flexibilisation toujours accrue du travail – des start-up hollandaises, elle vient, en mai 2016, de rentrer dans le « comité de conseil en politique publique » de l’entreprise numérique de VTC Uber. Elle y siège aux côtés d’un ancien secrétaire aux Transports des États-Unis, d’une princesse saoudienne, d’un ex-premier ministre péruvien et d’un président d’une autorité chargée de la concurrence en Australie. Dès 2014, sur son blog de commissaire européenne, Neelie Kroes avait dénoncé l’interdiction d’Uber par les autorités locales de Bruxelles, avec un argument pour le moins scabreux : citant un article de presse qui évoquait des dizaines de viols perpétrés par de faux chauffeurs de taxi, elle vantait la sécurité offerte par la commande via l’application Web. Dix-huit mois exactement après la fin de son mandat à Bruxelles, l’ex-commissaire à la Société digitale a également rejoint la multinationale numérique états-unienne Salesforce à laquelle elle offrira, d’après le communiqué officiel, « sa large expérience dans les secteurs public et privé ». Auparavant, et donc avec l’aval des services de la Commission, elle était devenue conseillère spéciale pour Bank of America Merrill Lynch pour des missions qui ressemblent furieusement à du pur lobbying politique…

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES economie finance
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre