Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 15:02

La Gauche doit s’unir !

Christian Laval – Michèle Riot-Sarcey : « Au lieu de s’autodétruire, la gauche critique doit enfin s’unir ! » (Tribune parue dans le journal Le Monde du 5 octobre 2016). La gauche gouvernementale s'est autoanéantie, les « frondeurs » s'égarent dans le bal des ego. Pourtant, la gauche radicale peut encore s'organiser et élaborer un programme unique

Au temps du massacre du peuple syrien, face aux morts en Méditerranée, pendant le scandale du mur de Calais, au présent de l'affaire -Alstom, du procès de ce pitoyable Jérôme Cahuzac et de l'affaire Bygmalion, cette liste de scandales nous oblige à nous poser une simple question : que pouvons-nous espérer ? En ce temps défait, éclaté, où les mots les plus usités perdent leur sens, dans un espace fragmenté et concurrentiel où chacun ne voit plus l'autre que sous la figure d'un rival menaçant, le plus intolérable, c'est que nos représentants, totalement coupés du monde social, deviennent encore plus autistes à l'approche d'une campagne électorale qui incite aux délires les plus inattendus.

« Le temps » sortirait-il « de ses gonds » ?

Sommes-nous vraiment les contemporains de nos représentants politiques ? Sont-ils eux-mêmes les -contemporains de ces hommes et de ces femmes qui chaque jour doivent lutter pour leur propre survie ? Sont-ils à l'écoute de ce qui se passe autour d'eux, autour de nous ? Comment osent-ils parler de démocratie quand il faudrait avant tout tenir compte de ce qui est crié ou écrit sous toutes les formes de l'expression critique à distance du pouvoir en place ? Une masse croissante d'individus parfaitement conscients de la catastrophe qui s'annonce – humaine, écologique – s'époumone en vain, sans parvenir à ébranler la certitude affichée et dérisoire de « représentants » qui ne les représentent pas. Que lesdits représentants de la droite s'ingénient à regarder la réalité de leurs contemporains à la lueur de leurs fantasmes, que l'extrême droite se délecte du délitement des consciences en faisant croire à son adhésion à la démocratie, rien de surprenant, mais que ces dits représentants osent parler en notre nom, cela est proprement hallucinant.

Et que devient la gauche dans tout cela ? Que faut-il en attendre ?

Rien de la gauche gouvernementale, elle s'est -autoanéantie pendant cinq ans. Il subsiste bien sûr la galerie des frondeurs, restés au PS ! Quelles initiatives ont-ils prises ? Quelle alternative politique ont-ils proposée à tous ceux qui ont exprimé leur rejet de la loi El Khomri et leur lassitude du macronisme ? Quelle espérance d'émancipation renouvelée offrent-ils ? Et comment osent-ils se présenter à tour de rôle, seuls, au nom d'un peuple qu'ils ne connaissent guère à force d'avoir fréquenté les allées de l'Elysée ?

Responsabilité immense

La gauche de la gauche, comme il est convenu de l'appeler, ne semble pas plus avertie ni plus lucide que les autres représentants « élus ». Certes, elle promet, pour plus tard, de changer les règles du dispositif de délégation de -pouvoir dont personne ne veut plus, mais en attendant, lorsqu'il s'agit de désigner ses candidats, rien ne change : les ego de personne et les égoïsmes de parti s'imposent. C'est à qui s'autoproclamera « égotiquement » le seul représentant de tous parce qu'il est naturellement le meilleur. Il faut cesser ces petits jeux suicidaires entre amis. Il est encore temps.

La gauche dite radicale ou critique a perdu plus de dix ans à s'autodétruire alors que la colère était partout, que le néolibéralisme montrait ses conséquences désastreuses, que, pour d'importantes fractions des classes populaires, la gauche n'était pas encore synonyme de renoncement et de lâcheté devant les puissants. Oui, cette gauche-là, dont nous nous revendiquons, a été incapable de se constituer en force démocratiquement organisée, prisonnière des vieux schémas des partis d'avant-garde, des arrangements électoraux à géométrie variable, des « sauveurs suprêmes ». Elle a logiquement laissé place au découragement et au Front national. Oui, elle porte une responsabilité immense dans le désastre politique. Et cela suffit !

Il existe un mouvement social, des syndicats, des initiatives collectives, un foisonnement d'associations que nous avons rencontrées partout. Cette nébuleuse démocratique pratique la mise en commun des énergies et des idées, elle reformule l'avenir possible en renouant avec les utopies d'hier. Cette mouvance ne se sent plus représentée par les appareils, petits ou grands. La déconnexion entre l'activité démocratique à la base et le jeu des organisations politiques s'accroît. Nuit debout en est la plus manifeste des expressions créatrices.

Oui, il faut faire de la politique autrement, pour qu'elle soit l'affaire de tous. Pourquoi ne pas repartir de la base, c'est-à-dire du commencement ?

Avant de parler au nom des « insoumis » ou tout simplement des mécontents, avant que chaque organisation ne désigne son candidat ou ne décide de soutenir untel ou untel, pourquoi ne pas mettre en œuvre, tous ensemble, avec la mobilisation de toutes les organisations, l'élaboration d'un programme unique de la gauche critique à partir d'une réflexion construite collectivement ? Ce fut en juin l'idée des assemblées de citoyens, qui a échoué parce qu'elle était isolée. Mais, si toutes les composantes de cette gauche parvenaient in extremis à s'entendre sur un tel processus, il est certain qu'il aboutirait.

Oui, nous espérons, malgré tout, que ceux qui se réfèrent sans cesse au « peuple », à la « démocratie » et à la « république » mettent enfin en pratique les fondements de la liberté collective. Oui, nous disons qu'il y a encore une toute petite chance pour que cette gauche qui se dit différente fasse réellement la preuve de sa différence. Faute de quoi elle risque d'être engloutie dans les ténèbres des années qui nous attendent

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre