Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 19:40

Le barrage al-Hamra, une souffrance quotidienne imposée depuis dix-sept ans

CPI


Photo du CPI

Samedi 28 janvier 2017

Naplouse – CPI

La Cisjordanie, ses villes, ses villages et ses localités sont de plus en plus déchirés par les barrages militaires sionistes. Ces barrages empêchent la continuité territoriale de toute la Cisjordanie. Le barrage militaire d’al-Hamra n’en est qu’un exemple. Depuis dix-sept ans, ce barrage resserre la poitrine de la zone se trouvant entre la ville de Naplouse et celle d’Ariha (Jéricho). Depuis dix-sept ans, ce barrage entrave le mouvement des Palestiniens. Ce point est là pour les humilier et pour leur imposer des sanctions collectives.

L’homme des médias Mohammed Abou Thabet, dont la famille possède une terre agricole dans le village de Frouch Beit Dajn, est bien lésé.

Il dit au correspondant de notre Centre Palestinien d’Information :
« Ce barrage est le plus grand trouble-joie de la vie des Palestiniens d’al-Aghwar (la Vallée du Jourdain), à cause des pratiques et des crimes sionistes anciens et actuels. »

Il est vrai que ces dernières années, les soldats de l'occupation ne sont pas toujours sur le barrage, mais ils y retournent de temps à autre. Leur retour même provisoire reste une source de nuisance. Leur présence entrave le mouvement des gens, surtout les agriculteurs qui voudraient rejoindre leurs terrains, plusieurs fois par jour, et elle entrave le travail des gens, la vie tout simplement.

C’est une souffrance quotidienne pour les Palestiniens, surtout pour les agriculteurs. Les occupants sionistes leur interdisent d’apporter beaucoup de choses à leurs terrains, même certains produits agricoles, pour des raisons sécuritaires !

Un point piège !

Les Palestiniens gardent de mauvais souvenirs d’al-Hamra, il le considère comme le plus dur de tous les barrages de la Cisjordanie. C’est un mur séparant les départements du nord de la Cisjordanie.

Mohammed Awwad est un chauffeur de taxi. Il passe tous les jours par ce barrage d’al-Hamra, en allant vers Ariha. Il souffre de ces mesures imposées sur ce barrage par les militaires israéliens.

Il nous donne ses impressions :
« Une petite erreur pourra mettre ta vie en danger ; tu seras le sujet de tirs, pour un simple doute. Par exemple, le soldat fait un signe quelconque et tu comprends que tu pourrais passer. Et lorsque tu passes, le soldat pourrait ouvrir le feu sans avertissement. »

Beaucoup de Palestiniens ont perdu la vie sur ce barrage d’al-Hamra. Des centaines d’autres ont été interpellés. Le barrage est un piège pour mettre la main sur les Palestiniens ou pour leur imposer des amendes exorbitantes.

L’histoire du barrage militaire d’al-Hamra remonte au début de l’Intifada d’al-Quds, durant l’année 2000. Depuis cette année-là, ce barrage n’arrête d’empoisonner la vie de la région d’al-Aghwar, de séparer la ville de Naplouse de sa sœur Ariha, d’être un signe de mauvais augure. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre