Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 17:33

Je suis journaliste parlementaire depuis 25 ans : Penelope Fillon est indéfendable

14 réactions | 52778 lu

Temps de lecture Temps de lecture : 5 minutes

LE PLUS. Après les révélations du "Canard" concernant son épouse, François Fillon s'est dit "scandalisé" et a dénoncé "la misogynie" de l'article. Le "Canard enchaîné" a expliqué que l'épouse du candidat LR à la présidentielle avait été rémunérée à hauteur de 500.000 euros sur 8 ans, pour un travail d'attachée parlementaire. Problème, personne ne l'a vue travailler. Pour Olivier Picard, journaliste parlementaire, la pilule va avoir du mal à passer.

Édité par Henri Rouillier  Auteur parrainé par Aude Baron

Alain Juppé et François Fillon, après la victoire de ce dernier à la primaire de la droite et du centre, le 28/11/16 (C.ENA/SIPA)

 

Je suis journaliste parlementaire depuis janvier 1992 et le scandale Penelope Fillon – car c’en est un –  révélé par le "Canard Enchaîné" ne me surprend pas. La défense des ami(e)s du vainqueur de la primaire LR ne m’étonne pas davantage.

 

Cela fait 25 ans qu’avec mes confrères et consœurs, nous sommes les témoins de pratiques népotiques de la part de députés et de sénateurs – heureusement très minoritaires – peu sourcilleux de la morale publique, qui emploient abusivement des membres proches de leur famille (épouses, filles, fils, gendres, sans oublier les maîtresses) comme assistant(e)s parlementaires . Et cela fait 25 ans que nous entendons le même plaidoyer arrogant, et parfois sans complexes : "C’est légal".

 

C’est minable, mais, oui, "c’est légal".

 

Oubliées les belles promesses

 

Depuis hier, le clan Fillon, un peu gêné quand même, nous ressert à son tour du "c’est légal". Même le vertueux Benoist Apparu – qu’on a connu plus courageux – se contente de cet argument misérable plus courant dans la bouche des élus les moins scrupuleux (pour ne pas dire véreux).

 

Oubliées les belles promesses de moralisation de la vie politique, prononcées comme des serments main sur le cœur, pour tenter de contrer le procès en "combines", "tripatouillages" et autres "politicailleries politiciennes" qui, entre fantasmes populistes et triste spectacle, minent l’image du parlementarisme et saturent une atmosphère démocratique devenue étouffante !

 

Les journalistes parlementaires ont ceci de particulier qu’ils-elles connaissent très bien les assistant-es parlementaires, le plus souvent valeureux interlocuteur-trices puisque ce sont eux qui assurent une bonne partie du travail législatif de l’élu (étude des textes, préparation des dossiers, élaboration des interventions en commission ou en séance etc.).

 

Attaché parlementaire, c'est un vrai métier

 

Nous connaissons bien aussi leurs frustrations salariales: ils se plaignent régulièrement d’une faible rémunération pour un nombre d’heures important, une disponibilité maximale, une précarité liée à la durée du mandat etc.) Ils-elles sont d’autant plus fragilisé-es que le calcul de leur salaire – régi par un contrat minimal de 4 pages – est discrétionnaire, chaque parlementaire répartissant à sa guise – et sans contrôle particulier – l’enveloppe destinée à leurs collaborateurs-trices. Certaines confessions sur la grossièreté de leur employeur-ses sont édifiantes, sans même parler (ne mélangeons pas tout) des cas de harcèlement.

 

Ces professionnel-les ont dû sursauter en entendant le niveau de rémunération de Penelope Fillon qui, il faut le souligner, n’a pas été démenti… Aucun d’entre eux-elles ne peut se prévaloir d’avoir été embauché-e à 3900 euros brut mensuels pour finir à 7900 euros brut comme l’assistante Fillon Penelope depuis son entrée en fonction au service du suppléant du député Fillon François, il y a huit ans! Des montants qui, il faut encore le souligner (bis) ne sont pas non plus, jusque-là, contestés.

 

Un emploi fictif ? 

 

Dans ces petites affaires familiales rémunérées par la nation, les bénéficiaires essaient le plus souvent de donner le change. Certain-es assistant-es conjoint-es- filles-fils-nièces-maîtresses travaillent effectivement et peuvent, c’est la moindre des choses, se prévaloir de diplômes et compétences correspondant à leur poste.

 

Les moins actifs et les moins actives se donnent au moins la peine de faire acte de présence dans les bureaux et les couloirs. Penelope Fillon n’a même pas eu cette bonté. Aucun d’entre nous n’a le souvenir de l’avoir jamais croisée au Palais Bourbon, pas même près du buffet lors d’une réception… Dans sa circonscription alors ? On l’y a bien vue, mais, si on en croit les témoignages des élus locaux, pas pour faire du travail législatif.

 

En attendant d’autres éléments de preuves – laissons jouer la présomption d’innocence – Penelope Fillon remplit a priori présente toutes les cases de l’emploi fictif, bien connu des journalistes parlementaires.

 

Accoyer sort les rames

 

Ce mercredi matin, au micro de Léa Salamé sur France Inter, le filloniste historique Bernard Accoyer, nouveau secrétaire général de Les Républicains et ancien président de l’Assemblée nationale – un pro de la maison donc – a accablé un peu plus la femme de son champion, fut-ce de façon involontaire. C’est l’embarras qui a parlé… 

 

 

Questionné sur le cas Penelope, il n’a pas démenti les faits ni le niveau du cumul des rémunérations (500.000 euros) avant d’aligner des motifs quasiment bredouillants qui avaient des allures d’excuses de mauvais élève pris en flagrant délit de bidonnage. Morceaux choisis :

 

"Travailler avec sa femme, c’est courant. [...] Penelope a toujours été à ses côtés, je l’ai souvent vue participer à ses travaux [...] Je ne connais pas le détail de son travail [...]C’est une femme qui travaille dans l’ombre. [...] Cette situation est relativement fréquente à l'Assemblée".

 

La victime du scandale ? La démocratie représentative

 

Bref, en moins de cinq minutes, tout le répertoire du parlementaire pas clair y est passé. Un plaidoyer tellement classique qu’il confirme les soupçons… Un catalogue d’autant moins crédible qu’il est en contradiction flagrante avec l’image d’une épouse discrète, restant à distance du pouvoir, que François Fillon a vendue aux médias depuis son entrée à Matignon en 2007, et qu’il a offerte complaisamment aux reporters de "Paris-Match".

 

La parole d’Accoyer, ex-patron des député-es qui avait à plusieurs reprises plaidé devant les journalistes parlementaires pour un fonctionnement sain de l’Assemblée, a eu des résonances pathétiques. Dos au mur, comme en panique, il en a oublié de prendre en compte la confession, pourtant récente, de Bruno Le Maire, nouveau soutien de Fillon : l’homme du renouveau avait fait son mea culpa, en effet, pour avoir, un temps, employé sa femme, Pauline, au sein de son équipe parlementaire. Vite, un commentaire, Bruno !

 

Le plus choquant, dans cette histoire, c’est que cette fois, elle touche directement le favori de la présidentielle, chantre moralisateur d’un projet qui se vantait de "perturber tous ceux qui profitent du système" et "gêne des castes bien établies". Circonstance aggravante : c’est tout juste si Marine Le Pen, mise en cause de son côté pour le détournement d’assistants parlementaires de son groupe de députés européens, utilisant leur temps de travail pour le FN (c’est interdit par le règlement du Parlement européen) – n’est pas venu au secours du couple Fillon en dénonçant "les boules puantes".

 

Si elle est la première à faire profiter son parti des largesses du généreux "système", la présidente du FN n’a même pas besoin d’en rajouter pour tirer les bénéfices de l’affaire qui affaibli son principal rival – qui avait déjà décroché dans les sondages – à quelques jours de la présentation de son programme.

 

Le scandale fait déjà une victime : la représentation mentale que se font les Français de la démocratie représentative. Ça tombe mal.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre