Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 15:30

Mort pour 60 euros d’économies chez Orange

LOAN NGUYEN
MARDI, 14 FÉVRIER, 2017
L'HUMANITÉ
Danielle Deuverger et les parties civiles espèrent qu’Orange «	va maintenant accepter sa responsabilité	». Sollier Cyril/La Provence/MAXPPP
Danielle Deuverger et les parties civiles espèrent qu’Orange « va maintenant accepter sa responsabilité ». Sollier Cyril/La Provence/MAXPPP
PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

TéLécoms. La cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé hier la condamnation d’Orange pour homicide involontaire après la chute mortelle d’un technicien en 2011.

Orange (ex-France Télécom) n’en finit plus d’avoir du sang sur les mains. Hier, la justice l’a une nouvelle fois prouvé en confirmant en appel la condamnation de l’opérateur de téléphonie à 50 000 euros d’amende pour « homicide involontaire ». Le 2 décembre 2011, Jean-Claude Lachaux, technicien de 55 ans chez Orange, intervenait à Peyrolles-en-Provence (Bouches-du-Rhône) sur un poteau en bois pour remplacer un câble lorsqu’il a chuté de sa plateforme, à plus de 5 mètres de hauteur. Après vingt jours en soins intensifs, le salarié est décédé des suites de ses blessures. À sa femme et à sa fille, celui-ci avait confié sur son lit d’hôpital qu’il ne voulait pas réaliser cette intervention. En cause : l’utilisation d’une « plateforme extérieure » (PFE), sorte d’échelle améliorée développée spécifiquement par Orange, qui permettait à l’entreprise de n’avoir recours qu’à un technicien au lieu de deux. Un gain que l’avocate des parties civiles, Me Julie Andreu, a chiffré à 20 millions d’euros pour l’entreprise, soit 60 euros par intervention.

Pourtant, la dangerosité de l’équipement avait été dénoncée à plusieurs reprises par les comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l’entreprise et avait même donné lieu à des mises en demeure de la part de l’inspection du travail. Ce modèle de plateforme avait été retiré dans plusieurs départements avant cet accident. Il était d’ailleurs prévu que Jean-Claude Lachaux utilise une nacelle – équipement plus sécurisé – pour réaliser son intervention, mais celle-ci n’était finalement pas disponible.

Un pourvoi d’Orange reviendrait à « nier sa culpabilité »

SUD PTT, qui s’était porté partie civile aux côtés de la veuve et de la fille de Jean-Claude Lachaux ainsi que de la CGT, s’est dit hier satisfait du jugement, espérant que cela incitera « la direction d’Orange à une réelle politique de prévention et de santé au travail pour empêcher d’autres drames ». La direction d’Orange étudie un pourvoi en cassation, mais les parties civiles espèrent que celle-ci arrêtera les frais. « J’espère qu’Orange va maintenant accepter sa responsabilité. Cette décision me fait du bien car tous les jours mon mari me manque. Ma vie est cassée et j’attendais de la justice que cela soit reconnu », a déclaré la veuve du technicien, Danielle Lachaux. Pour Olivier Neri, secrétaire de la CGT télécoms dans les Bouches-du-Rhône, un pourvoi de la direction reviendrait à « nier sa culpabilité alors que c’est la direction qui avait mis en place cette organisation du travail nocive pour les salariés ».

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre