Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 09:13

Dimanche 23 avril,  les électeurs pourront envoyer au second tour un candidat porteur d’un projet  de transformation sociale. Toutes  les hypothèses de ces huit derniers mois ont été invalidées et, pour la première fois depuis l’avènement de la  Ve République, quatre candidats sont favoris. 

Lisez gratuitement en numérique l'Humanité et l'Humanité Dimanchependant un mois.

Tout reste possible dans une élection qui se joue sur fond de crise démocratique.  Elle offre l’occasion d’en sortir par le haut assure Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, pour qui « les idées de transformation sociale reprennent   le dessus ».

Après huit mois et le lancement de la campagne de la primaire de droite à l'été, les urnes sont sur le point de rendre leur verdict pour l'élection du prochain président de la République. À l'époque, l'hypothèse principale était que le vainqueur de cette primaire, dont Alain Juppé était archifavori, serait le futur président de la République. Si nul n'ignorait déjà le vent de révolte qui soufflait chez les Français, personne n'imaginait que tous les favoris seraient balayés les uns après les autres. « On est en train de vivre un bouleversement politique : ce qui est en train de se passer, c'est une grande secousse dans le peuple pour déverrouiller le système démocratique », argue Pierre Laurent, secrétaire national du PCF. Après une campagne marquée par les affaires de François Fillon et Mme Le Pen, à quelques jours du vote, tout reste possible. Le meilleur comme le pire.
Depuis 1958 et l'avènement de la Ve République, jamais quatre candidats n'ont encore pu prétendre à la victoire finale à quelques jours du 1er tour. Un sondage publié dix jours avant celuici (1) indiquait un écart de seulement trois points entre Emmanuel Macron (22 %), 1er, et François Fillon (19 %), 4e.
Une situation qui témoigne de la décomposition de la Ve République et de la déliquescence du système capitaliste, incapable de satisfaire les besoins du plus grand nombre. Si jusqu'ici cette crise avait profité à l'extrême droite pour apparaître comme la seule alternative, la campagne a bouleversé la donne. Jusqu'à la dernière semaine, la sécurité et le terrorisme n'ont pas dominé les débats comme on pouvait le craindre. S'ils n'ont pas été remplacés pour autant par la question du travail ou la transition écologique, les idées progressistes ont pour la première fois depuis longtemps eu droit de cité. Le travail est entré dans le débat grâce notamment au revenu universel de Benoît Hamon, puis Jean-Luc Mélenchon a porté l'abrogation de la loi El Khomri, la retraite à 60 ans ou le partage du travail. De même, l'investissement public, la mise au pas des banques, le renforcement des impôts pour les plus riches et le capital ont pu être entendus par des millions de Français. « Les idées de transformation sociale reprennent le dessus à gauche et au-delà et peuvent marquer des points décisifs dans cette élection », constate Pierre Laurent.
Reste à transformer l'essai : ce dimanche, les Français auront le choix entre 11 candidats bien sûr, et quatre options principales : celle d'approfondir les politiques sociales-libérales du quinquennat Hollande avec les résultats que l'on sait. Celle de convoquer une droite revancharde, voulant en finir avec le temps de travail et le Code qui protège les salariés tout en prônant une société refermée sur des valeurs ultraconservatrices. Celle de l'extrême droite, dont la conversion sociale cache une soumission aux intérêts du marché, fût-il national, et qui provoquerait des divisions violentes dans la société. Ou bien celle de renouer le fil du progrès social, de la remise au goût du jour de l'idée qu'il n'y a pas qu'une seule politique possible et d'une sortie démocratique et égalitaire de la crise. Pour la première fois depuis longtemps, les électeurs de gauche vont pouvoir voter pour autre chose que pour déterminer les rapports de forces à gauche. Les électeurs communistes, altermondialistes, socialistes authentiques, écologistes peuvent voter pour faire autre chose qu'un vote défensif pour préserver l'idée de la transformation sociale. Pour la première fois depuis longtemps, c'est bien de l'avenir du pays dont il s'agit. « Un candidat qui porte haut les valeurs de justice, d'égalité, d'écologie, de partage, d'humanisme, de paix, porteur de la vielle promesse de république sociale peut être présent au second tour de l'élection présidentielle », argue Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon.
Pour y parvenir, il faudra convaincre les nombreux indécis. À une semaine du premier tour, 34 % de Français n'étaient pas sûrs d'aller voter, soit près de 16 millions de citoyens. Parmi ceux qui sont certains d'aller voter (66 %), seuls deux tiers sont sûrs de leur vote. Il y a donc 27 millions d'électeurs à convaincre. Jean-Luc Mélenchon est désormais la personnalité politique préférée des Français avec 68 % d'opinions favorables, dont 16 % d'excellentes opinions. Fort d'une image de proximité avec les Français, d'une capacité à exercer la fonction et d'un projet qui séduit, le potentiel électoral de Jean-Luc Mélenchon se situe désormais autour de 25 % (2). Testé au second tour, il serait également un rempart efficace contre Mme Le Pen (60/40) et François Fillon (59/41).

le plein de mensonges

« Cette semaine, c'est là que tout va se jouer », dit-il en exhortant ses soutiens à convaincre et aller chercher une victoire qu'il sent « au bout des doigts ». 
La dynamique qui entoure Jean-Luc Mélenchon depuis plusieurs semaines fait trembler les tenants du système politico-médiatique. « Qu'importe la faisabilité, pourvu qu'on ait l'ivresse », dit, entre autres, Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde ». Ils n'hésitent pas à mentir sur son programme ou à le renvoyer dos à dos avec Mme Le Pen : « Le Pen-Mélenchon même danger», selon « l e Monde », ou « Le Pen-Mélenchon même faillite », dit « le Point ». « Répondez par l'humour », exhorte le candidat. Ces attaques suffiront-elles à dissuader les électeurs ou auront-elles l'effet inverse ? « Jean-Luc Mélenchon est porté par quelque chose de profond, une recherche de solutions progressistes à la crise. Chaque voix exprimera ce désir d'écrire une nouvelle page, aucune ne doit manquer », affirme Pierre Laurent. « Pour que viennent les jours heureux », dirait le candidat.

(1) Ipsos pour « le Monde », 14 avril. (2) BVA, 14 avril.

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans élections ACTUALITES PCF
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre