Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 12:44

Cyril Cineux

1 h

Quelques idées que je verse à la réflexion collective…

D'abord, il y a de la déception au vu du score de Jean-Luc Mélenchon et des réelles possibilités qu'il avait d'accéder au second tour. Cette situation est d'autant plus rageante que nous n'avons cessé d'alerter sur ce risque depuis des mois et que nous avons appelé au rassemblement des forces de gauche et écologique pour éviter cela. S'il avait eu lieu, si nous avions été capable de regarder ce qui nous rassemblait plutôt que de fixer ce qui nous divise, aujourd'hui Jean-Luc Mélenchon serait au 2eme tour de l'élection présidentielle et nous serions dans une situation complètement différente.
Mais nous n'avons pas réussi. Chacun-e devra assumer cette responsabilité à la place qui est la sienne.

Une échéance électorale et notamment l'élection présidentielle est un moment où une séquence politique se ferme et où une autre s'ouvre. Dans celle qui s'ouvre, il y a beaucoup d'inconnus et des dangers potentiels mais il y aussi ce score national de 19 % de Jean-Luc Mélenchon qui peut permettre de reconstruire une gauche de combat, une gauche de transformation sociale et écologique, une gauche qui peut être le moteur de la résistance du prochain quinquennat. Pour cela, il va falloir se parler et se rassembler.

Maintenant, il y a le second tour. Le choix que nous allons faire va clore une séquence. Il ne réglera rien de ce que nous n'avons pas réglé durant la séquence précédente, durant les 5 dernières années. La présence de Le Pen au second tour était déjà annoncé en 2013. Les risques que la gauche soit absente du second tour de l'élection présidentielle n'ont fait que grandir au cours du désastreux mandat de Hollande et Valls. Et malgré le fait que le peuple de gauche ait rendu impossible la candidature d' Hollande et se soit déplacé lors des primaires pour empêcher Valls d'être candidat, nous n'avons pas réussi à ce que les dynamiques de Jean-Luc Mélenchon et de Benoit Hamon se conjugue pour n'en faire qu'une.

Dès lors, puisque nous n'avons pas pu régler avant, il faut affronter ce second tour avec les outils à notre disposition. 
A force de banalisation, à force de l'annoncer encore et encore au second tour, nous nous sommes habitués à la présence du Front National et, peut-être, que cette habitude peut amener certains à en sous-estimer le danger. 
Je n'oublie pas, pour ma part, que ce Parti a été fondé par d'anciens miliciens et d'anciens collaborateurs. Je n'oublie pas non plus que le PCF a payé un lourd tribut à la lutte antifasciste, que ce n'est pas pour rien qu'il s'est appelé le parti des fusillés et que les descendants politiques de ceux qui tenaient les fusils voient leur candidate au second tour de la présidentielle.
Oui, le FN est un parti raciste, xénophobe, homophobe, sexiste. Même si Marine Le Pen a essayé de ripoliné la façade, l'intérieur est toujours aussi sombre. On le voit là où les élus du FN dirigent des collectivités, ils ont une conception particulière de la démocratie et de la liberté, il s'attaquent aux associations de défenses des droits, aux syndicalistes. 
Non, le FN n'est pas un parti comme un autre. Et non, Macron, avec tout son insupportable libéralisme et sa responsabilité dans la montée du FN n'est pas l'égal de Marine Le Pen. Tirer un trait d'égalité est, de mon point de vue, terrible parce que simpliste et facile. La politique, la vie est plus complexe que ça.
Et cela n'enlève en rien toutes, absolument toutes, les critiques que l'on peut faire à Macron. 
Mais le système de la V° République (que nous voulons changer) ne nous donne pas d'autre arme électorale que le bulletin Macron pour empêcher la victoire de Le Pen.

En 2002, avec l'accession de Jean-Marie Le Pen au second tour, dans une configuration totalement différente, Jean-Luc Mélenchon déclarait : «Le vote d'extrême droite doit être réduit au minimum par nos propres forces. Quelle conscience de gauche peut accepter de compter sur le voisin pour sauvegarder l'essentiel parce que l'effort lui paraît indigne de soi? Ne pas faire son devoir républicain en raison de la nausée que nous donne le moyen d'action, c'est prendre un risque collectif sans commune mesure avec l'inconvénient individuel.» 
Ce n'est pas seulement la victoire de Le Pen qu'il faut empêcher, il faut aussi la contrer le plus largement possible dans la perspective des législatives qui suivront et de tous les combats que nous devrons poursuivre face à la haine.

Ainsi, sans hésitation, je voterai contre le FN le 7 mai, avec la seule arme que cette V° République à bout de souffle m'autorise. Et dès le 8 mai, avec mes camarades, je reprendrai le combat social contre le projet libéral de Macron.

Dans l'immédiat, c'est à la préparation d'un grand 1er mai qu'il faut s'atteler, un 1er mai antifasciste et porteur de luttes sociales. Ensuite, il faudra poursuivre l'élan et la dynamique qui se sont levés avec la campagne de Jean-Luc Mélenchon aux prochaines élections législatives.
Nous pouvons envoyer à l'Assemblée Nationale des députés qui résisteront à la droite et à l'extrême-droite, des députés qui seront, comme André Chassaigne l'a été durant tout son mandat, des points d'appui pour les luttes sociales. Mais, pour cela, il ne faut pas rejouer le scénario de la présidentielle, il faut que la gauche se rassemble et aille au combat uni. C'est le sens de l'appel du PCF, que je partage, aux « forces de gauche et de progrès, aux équipes de Jean-Luc Mélenchon et de la France insoumise, toutes les forces engagées dans la campagne, celles de Benoît Hamon, des socialistes et des écologistes, des femmes et des hommes désireux de reconstruire une gauche de combat et de transformation sociale et à se réunir, à débattre publiquement et préparer ensemble les échéances décisives à venir, celles du second tour de l'élection présidentielle, du 1er mai, et celles des élections législatives des 11 et 18 juin. »

Maintenant, à chacune, à chacun de faire son propre choix.

Pour moi, c'est toujours l'Humain d'abord.

No pasaran.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre