Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 13:17

L'ANALYSE DE JEAN BIRNBAUM ("LE MONDE")

Le 4 août de Mélenchon, ou l'antifascisme trahi

Quel que soit le dénouement de la présidentielle, on peut d'ores et déjà constater que l'année 2017 y aura marqué l'agonie de l'antifascisme. Encore récemment, ce combat mobilisait les consciences au-delà des clivages partisans. Désormais, c'est la critique de cette tradition qui a le vent en poupe : un peu partout, face à l'antifascisme, on fait front. Longtemps, cette offensive passa pour réactionnaire, parce qu'elle visait la gauche. Depuis les années 1990, nombreux sont les intellectuels qui ont fustigé l'antifascisme comme une obsession aveuglante : à force de tout rabattre sur la " peste brune ", firent-ils valoir, les progressistes sont devenus incapables d'affronter les nouvelles menaces, et d'abord le péril islamiste. D'où les charges d'un Pierre-André Taguieff contre " la diabolisation néoantifasciste ". Ou d'un Alain Finkielkraut contre l'antifascisme " incontinent "…

Or, quinze ans après le choc du 21 avril, voilà que ces pourfendeurs de l'antifascisme sont rejoints par une partie de ceux-là même qu'ils accablaient. Bien sûr, on pense d'emblée à Jean-Luc Mélenchon, qui appelait, en 2002, à " abaisser le plus bas possible Le Pen ". Au soir du récent premier tour, sa façon de renvoyer dos-à-dos Marine Le Pen et Emmanuel Macron a paru d'autant plus emblématique que Mélenchon est un militant à la mémoire longue, formé à l'école d'un courant où l'antifascisme représente un repère identitaire : le trotskisme.

Pour en prendre la mesure, il faut rappeler quelques éléments historiques. Tout part du traumatisme fondateur : la victoire d'Hitler, en 1933, et la " défaite sans combat " du mouvement ouvrier allemand, le plus puissant et le plus cultivé d'Europe. De génération en génération, les trotskistes ont appris que le principal responsable de cette catastrophe était le Parti communiste allemand (KPD) aux ordres de Staline. Dans la période qui précéda l'avènement du nazisme, en effet, le KPD refusa obstinément de faire alliance avec les socialistes pour faire barrage à Hitler. Au contraire, ses chefs désignèrent les sociaux-démocrates comme leurs ennemis prioritaires, allant jusqu'à les qualifier de " sociaux-fascistes ".

En 1931, le leader du KPD, Ernst Thälmann, écrivait ceci : " La social-démocratie essaie, en évoquant le spectre du fascisme d'Hitler, de détourner les masses d'une action vigoureuse contre la dictature du capital financier. Et c'est ce plat empoisonné qui constitue, en réalité, l'un des aspects de sa politique ordinaire du “moindre mal” qu'elle s'apprête à accommoder à la sauce d'une prétendue amitié soudaine pour le Parti communiste (…). Et il y a des gens à qui les arbres du national-socialisme cachent la forêt de la social-démocratie ! "

" Un front unique au cimetière "

Pour Léon Trotski, cette position suicidaire constituait " une trahison d'une ampleur historique au moins égale à celle de la social-démocratie le 4 août 1914 ", lorsque les socialistes votèrent les crédits de guerre. Depuis l'île turque de Prinkipo, où il était exilé, l'ancien chef de l'Armée rouge mena la bataille contre ce " 4 août " du stalinisme. Il appela l'ensemble des militants ouvriers, communistes, socialistes ou sans parti, à constituer un " front unique " contre le nazisme.

Si Hitler devait l'emporter, affirmait-il, c'en serait fini de la démocratie ouvrière, de ses syndicats, de ses associations culturelles et sportives… car c'en serait fini de la démocratie tout court. " Identifier la social-démocratie avec le fascisme est tout à fait insensé ", écrivait-il en 1932. " Sous cette phraséologie radicale se cache la passivité la plus lâche ", accusait-il, résumant ainsi sa position : " Dans la lutte contre le fascisme, nous sommes prêts à passer des accords pratiques avec le diable et avec sa grand-mère. "

Face à la " peste brune ", l'ensemble des forces de gauche doivent faire front ; faute de quoi, elles connaîtront un " front unique au cimetière ", selon l'expression du révolutionnaire argentin Juan Rustico. Telle est donc la leçon politique qui a été transmise à des générations de militants trotskistes, celle-là même que Jean-Luc Mélenchon et ses amis semblent avoir oublié de léguer à la jeunesse.

On dira que le contexte actuel est différent, et on aura raison. La rupture des gauches radicales avec la tradition antifasciste n'en est pas moins remarquable. D'abord parce que cet héritage a nourri leur culture commune. Ensuite parce que, malgré les différences de fond, cet héritage trouve des résonances formelles au cœur de notre actualité. A l'époque, déjà, ceux qui refusaient le " front unique " avançaient un argument à double détente. Premier coup : la social-démocratie, c'est le libéralisme, donc le capitalisme, donc la barbarie, donc le fascisme. Deuxième coup : après tout, le fascisme au pouvoir, ce serait la possibilité d'y voir clair, l'obligation de rester mobilisés et, demain, d'être victorieux. " Nous sommes les vainqueurs du lendemain ", clamaient les communistes allemands, persuadés que l'avènement du nazisme préparerait leur victoire.

Ils péchaient à la fois par optimisme et par rationalité. Car de la base au sommet de la société, au-delà des partis et en deçà des discours, on sentait monter un désir " d'en finir ", une pulsion confuse où se mêlaient la douce soif du renouveau et l'âpre séduction du chaos. Ce dernier aspect, plus difficile à documenter, est omniprésent dans les romans consacrés à la montée du fascisme à travers l'Europe des années 1930.

Comment expliquer que la mémoire de ces choses paraisse maintenant si enfouie ? En rappelant qu'elle a été enterrée de façon volontariste, notamment par deux catégories d'intellectuels que l'on pourrait nommer les dissociateurs, et les amalgameurs.

Les premiers, nous l'avons dit, ont pesé pour qu'on cesse d'associer le nouveau national-populisme au fascisme ancien, et cette dissociation a facilité le processus de " dédiabolisation " du Front national. Les seconds, eux, ont tout fait pour amalgamer définitivement démocratie et dictature, libéralisme et fascisme. Ce sont les propos d'un Alain Badiou, désignant la " sentimentalité démocratique " et le " capitalo-parlementarisme " comme l'ennemi principal ; ou ceux d'un Emmanuel Todd déclarant " qu'il n'y a pas de hiérarchie dans l'inacceptable entre Le Pen et Macron. Entre la xénophobie et la soumission aux banques ".

Ce qui est en jeu, ici, c'est donc l'escamotage du XXe siècle. C'est aussi l'amnésie qui frappe la tradition de gauche antitotalitaire. Selon cette tradition, on devait pouvoir se battre contre la domination marchande sans pour autant fermer les yeux sur d'autres menaces.

Dans cette tradition, on n'avait pas peur d'affirmer que, si le socialisme est un progrès par rapport à la démocratie " bourgeoise ", celle-ci en est un par rapport aux régimes autoritaires. Bref, dans cette tradition, on jugeait possible de conjuguer deux gestes devenus aujourd'hui apparemment irréconciliables : d'un côté, lutter contre les violences du monde capitaliste ; de l'autre, accorder au moins un peu de légitimité aux sociétés dans lesquelles nous vivons, au miroir des tyrannies (brunes et rouges) qui ont ensanglanté le XXe siècle.

La fin du " front unique " antifasciste marque l'enterrement de cette sensibilité antitotalitaire. Simultanément, elle signe la victoire posthume d'un certain esprit stalinien. Ainsi, un quart de siècle après la chute du mur de Berlin, et alors que le pouvoir russe renoue avec les méthodes de la guerre froide, la gauche française, l'une des plus stalinisées au monde, pourrait bien connaître, à son tour, quelque chose comme son 4 août.

Jean Birnbaum

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES ELECTIONS
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre