Emmanuel Macron l’avait promis : il veut faire entrer la "société civile" à l’Assemblée nationale. Sur la liste, paritaire, des 424 candidats publiés à ce jour, 214 n’ont jamais exercé de mandat, et sont donc novices en politique. Quelles professions exercent-ils ? Nous avons examiné leurs profils Linkedin et autres articles de presse locale pour établir ce palmarès des métiers les plus représentés dans la liste de la République en marche.

Les professions les plus fréquentes sont celles de gérant ou chef d’entreprise. Nous en avons dénombrés 58 au total, qu’ils soient P-DG, fondateurs de grands groupes, gérants de leur commerce (agence immobilière, centre esthétique, pâtisserie) ou bien créateurs de start-up. Sans qu’ils soient patrons, les salariés ou cadres en entreprise sont par ailleurs très nombreux dans la liste. On trouve ainsi 7 chargés de communication, ou bien, par exemple, une responsable des ressources humaines chez Elior, un directeur des opérations en compagnie aérienne, la directrice commerciale du Port de Marseille…

>> Lire aussi - Les députés sortants choisis par Macron ne sont pas tous très bosseurs

26 candidats exercent dans le domaine de la santé. Nous avons dénombré 13 médecins dont 3 généralistes, 3 infirmières et infirmiers, la rhumatologue du CHR d'Orléans, le responsable du département Immunologie du CHU de Montpellier, un pharmacien, un dermatologue, une sexologue, un prothésiste dentaire, deux cadres hospitaliers et deux kinés !

Les professions juridiques sont également légion : nous avons ainsi dénombré 17 avocats, 6 juristes, 3 ex juges, un assistant de justice.

Vingt postulants travaillent dans l’éducation : 9 enseignants, 14 professeurs de collège, lycée ou en école (sport, maths, histoire-géo…), 3 maîtres de conférence, 3 directeurs d’école, et la proviseure du Lycée français de Palma de Majorque.

Nous avons dénombré douze candidats travaillant dans la finance ou la banque, et onze ingénieurs, comme Huguette Tiegna, dans le Lot, docteure en génie électrique.

Six candidats travaillent dans l’audiovisuel, de la production au journalisme, dont Willy Colin, un journaliste à France 3, dans la Sarthe.

On trouve dans la liste sept agriculteurs, dont un viticulteur, un éleveur de limousines, et une agricultrice bio, Sandrine Le Feur, candidate dans la Finistère. Enfin, notons la présence de deux sapeurs-pompiers professionnels, une gardienne de la paix, un ancien commissaire de police.

Cet inventaire à la Prévert semble bien montrer que En Marche!, en proposant à tous ses partisans volontaires de postuler en ligne, a choisi ses candidats dans une certaine France ( aucun ouvrier d'usine ou employé, syndicaliste...). Une question se pose désormais : ces novices en politique, souvent peu connus localement, pourront-ils mener une campagne victorieuse en seulement un mois ?