Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 23:59

 

 

le 17 novembre 2011

 

 

 

Me voici « cité à comparaître devant le Tribunal Correctionnel », comme « prévenu ». Un petit papier arrivé par Huissier. « Première audience de fixation ». Tout de suite suinte la menace : gare à l'absence immédiatement punie. Entrée en matière par le « Bureau de l'Exécution des peines » : il faut fournir justificatifs de revenus et moyen de paiement. Je suis convaincu que l'intimidation est l'enjeu de ces multiples citations à comparaître.

 

Ah oui, mon crime ? Appeler à Boycotter Israël jusqu'à l'application du Droit International, la reconnaissance de la Palestine dans les frontières de 67. BDSiser pour que le gouvernement israélien reconnaisse le peuple palestinien, son droit à un égal respect, à son État indépendant.

 

C'était le 26 juin 2010. Juste avant un autre procès sur le même thème qui visait Omar Slaouti et Alima Boumédienne. Leur inculpation nous paraissait tellement absurde, tellement dénuée de tout fondement que nous avions décidé de tourner en ridicule cette comparution. Nous avions organisé une pièce de théâtre au milieu des rayons du supermarché Carrefour, les inculpés revêtus d'habits de bagnards. Puis nous avions manifesté dans l'espace commercial appelant au boycott des produits israéliens. Deux policiers devant, deux policiers derrières, sans incident. Dans la dignité. Nous étions une centaine,venus « secrètement ». Le verdict de ce procès avait confirmé le caractère infondé de cette inculpation.

 

Plusieurs d'entre nous avaient pris la parole pour donner ses motivations. Tout a été filmé, diffusé. Nous assumons nos actes, avec fierté. C'est à partir de ces images que nous avons été 7 convoqués par la Police, puis à ce Tribunal Correctionnel :

 

  • Alcini Laurent (PCF , Front de gauche),
  • Boumédienne Thiery Alima (EELV, ex-sénatrice),
  • Shahshahani Nicolas (Europalestine),
  • Slaouti Omar (NPA),
  • Amestoy Sylvette (EELV),
  • Desmet Sylvain (EELV)

 

Nous dénoncions une injustice, une guerre, des crimes, la négation d'un peuple, le Droit bafoué, et nous voilà accusés ignominieusement de « délit de provocation publique à la discrimination à l'égard de personnes à raison de leur appartenance à une nation », « faits prévus et punis par l'article 24 alinéa 8 de la loi d 29 juillet 1881 » (ainsi notifié, mais j'imagine plutôt 1981 ? Je ne suis pas juriste)

 

Des hommes, des femmes, des enfants sont massacrés et il faudrait se taire ! Des populations sont parqués dans des ghettos, et il faudrait se taire ! Des paysans sont privés de leurs terres, de leur eau, et il faudrait se taire ! JAMAIS !

 

Nos paroles sont des paroles de solidarité et de refus de l'injustice. Ce sont des mots qui dénoncent et s'indignent d'actes politiques commis par un gouvernement extrémiste, fascisant. Nous sommes l'engagement pour les valeurs humaines. Ceux qui nous menacent devant les tribunaux ne sont que d'ignobles individus, méprisant à l'égard d'un peuple, complices d'une politique guerrière ne cherchant qu'à soumettre. Ce sont d'infâmes totalitaires voulant bâillonner ceux qui les dénoncent.

 

Comment accepter cela ? Comment tolérer de se soumettre ?

 

Tout dans ce que je suis, dans mon être, se refuse à cette soumission.

 

Je suis juif. Ma mère, mon père sont juifs. C'est une histoire longue, profonde, faite d'immigration, de persécutions redoutées et fuies, de frontières franchies sans bien connaître les usages et les langues. C'est cette peur mainte fois exprimée de retrouver l'état de paria et de population exutoire pour les périodes de crises. Tant de siècles de cet état ont marqué en profondeur les consciences et ont nourrit le sentiment que jamais, jamais, la sérénité n'est assurée. Jamais.

 

Mais pour moi, pour ma famille, être juif ce n'est pas seulement cela. Pas uniquement cette crainte devenue aveuglante. Je suis de cette culture juive de la dignité et de la résistance. Du combat partagé pour la justice et la fraternité. Des leçons de l'oppression pour refuser partout, à l'égard de quiconque, ce qui porte atteinte à la dignité humaine. Je suis enfant de Raymond Aubrac, de Marek Edelman, de Joseph Epstein.

 

Parce que je suis juif de cette dignité, je résisterai.

 

 

Serge Grossvak

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre