Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 06:23

Monde - le 29 Juin 2011 Par Jean-Paul Piérot


Il n’est pas sûr que du côté de la place Syntagma ou dans le port du Pirée, l’on souscrive à l’appréciation portée par Martine Aubry sur la nomination de Christine Lagarde à la direction du FMI. Non, contrairement à ce qu’a déclaré hier matin au micro de France Inter la candidate à l’investiture socialiste, ce n’est pas « une bonne nouvelle » pour l’Europe et évidemment pas pour le monde. Certes, l’ordonnance de la saignée que les dirigeants de l’UE et du FMI ont commencé de pratiquer contre le peuple grec, portait la signature de Dominique Strauss-Kahn, mais il serait vain d’espérer que la ministre de l’économie et des finances de Nicolas Sarkozy « abandonne son habit de libérale pour prendre celui de la régulation.» Celle dont le nom est lié au bouclier fiscal, qui s’avéra un efficace moyen de protection sociale des plus riches en même temps qu’une torpille contre les finances publiques, n’ a pas perdu de temps pour, sitôt sa désignation sans vote à la tête du Fonds, enjoindre les parlementaires grecs d’approuver le plan de super austérité et de régression sociale.

Ce plan est tellement insupportable pour la population que le parti conservateur Nea Demokratia et plusieurs députés du Parti socialiste (PASOK) avaient annoncé qu’ils ne pouvaient l’assumer face aux citoyens. La Vouli (le parlement) a été soumise à un chantage éhonté , l’UE et le FMI conditionnant le versement d’une tranche de 12 milliards d’euro dans le cadre du prêt de 110 milliards à un vote qui appauvrira encore davantage le peuple grec et plombera pour bien longtemps le développement économique du pays. Que le choix des députés grecs se soit exercé sous la pression du FMI est chose évidente, mais il n’en demeure pas moins que la population rejette le plan dans toutes ses dimensions, son coût social et la mise à l’encan du pays tout entier. La plus grande grève qui ait été menée depuis la fin de la dictature des colonels en 1979 montre que le gouvernement aurait un atout considérable pour mener une bataille contre le diktat : l’engagement du peuple grec, mais il eût fallu dans cette perspective que le chef du gouvernement Georges Papandreou écoutât ses concitoyens et fît entendre la voix du courage politique dans l’arène européenne.

La grande avocate des peuples d’Afrique, Aminata Traoré a décrit les ravages des plans d’aménagements structurels qui ont cruellement hypothéqué l’avenir des États du continent. Le FMI a failli à sa mission ,telles qu’elle avait été définie aux accords de Bretton Woods au lendemain de la dévastation de la Seconde guerre mondiale. La question n’est pas aujourd’hui : le FMI tel qu’il est et qu’il demeure ou l’absence de régulation économique, mais quel FMI pour aider les peuples et non pour livrer leurs pays au règne des marchés et aux lois de la « concurrence libre et non faussée ». Affranchie des dogmes libéraux, L’Union européenne aurait les moyens d’éviter la faillite à la Grèce en accordant via un fonds alimenté par la BCEdes prêts bonnifiés et à long terme, permettant au pays de reprendre le chemin du développement. Cette Europe solidaire reste à construire.

 

Pour suivre les faits du jour

  • Le plan d'austérité sur cinq ans présenté par le gouvernement grec a été approuvé, par 155 voix sur 300, ce qui laisse penser que le programme sera définitivement adopté jeudi. Dans la rue, c’est la consternation... Lire la suite
  • Grèce : deux jours pour faire plier le parlement : alors que débute, aujourd’hui, une grève générale de quarante-huit heures, plusieurs députés Pasok annoncent leur intention de ne pas voter le nouveau plan d’austérité. Athènes, envoyé spécial. Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre