Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 01:47

 

Les députés EELV ferment la porte du groupe parlementaire qu'ils formaient depuis 2007 avec les députés du PCF et du PG.

En début de journée, dans un communiqué signé à l'unanimité des quatre députés EELV, les écolos annoncent qu'ils claquent la porte du «groupe tech­nique» qu'ils forment depuis 2007 avec les députés communistes.

 

À l'époque, le seuil nécessaire pour former un groupe était de vingt élus. Les écolos n'étant que quatre et les communistes moins de vingt, ils ont alors décidé de s'unir pour former «La Gauche démocrate et républicaine» (GDR), en emmenant avec eux deux élus d'outre-mer. Ils convinrent d'adopter une présidence tournante entre communistes et Verts…

 

Depuis, le seuil pour former un groupe a été abaissé à quinze mais le Groupe GDR poursuivait sa route.

 

Pourquoi cette réaction étonnante par sa signification? Pourquoi ce départ spectaculaire?

 

Parce que, dans un courrier adressé à Martine Aubry et François Hollande, Roland Muzeau, qui devrait prendre la tête (tournante) à l'origine du groupe GDR, juge ainsi «profondément choquant que des accords PS et EELV soient envisagés contre des députés communistes sortants»(François ASENSI à Tremblay-en-France). Les députés du Front de gauche (PCF et PG et FASE), ont assez peu goûté l'accord de législature signé entre la première secrétaire du PS, Martine Aubry, et la secrétaire nationale d'EELV, Cécile Duflot, et le font savoir, c'est la moindre des choses. Et ils ont décidé de reprendre la présidence à leurs «amis» écolos.

 

Le sénateur Jean-Vincent Placé, avait pourtant appelé à l'apaisement, en lançant sur Europe  1 un «halte au feu à gauche», après le nouveau coup de chaud de la veille entre socialistes et écologistes. Auquel lui-même n'était pourtant pas totalement étranger…Les Verts ont aussitôt dénoncé un «diktat» et annoncé qu'ils siégeraient désormais parmi les non-inscrits. François de Rugy, député EELV de Loire-Atlantique, qui devait remplacer la semaine prochaine à la présidence du groupe son collègue parisien Yves Cochet, désigné pour aller siéger au Parlement européen, y voit un «prétexte» qui sent bon les vieux réflexes socialistes fort peu attachés au plura­lisme.

 

Pour Rugy,(EELV) «cette attitude montre bien que le Front de gauche est dans une phase identitaire» (sic). «Ils veulent nous couper la chique pour tenter d'exister», dit-il. À la vérité, dans le rôle de «vic­times», les Verts ne sont certainement pas non plus tout blancs, ils aiment la provocation et n'acceptent pas  de leurs "alliés" communistes qui peuvent être légitimement agacés par cette attitude "non amicale" ce qu'ils ont dû avaler pour obtenir de leurs alliés socialistes (non sans psychodrame) la promesse d'un groupe parlementaire au Palis Bourbon, pour partie sur le dos des communistes ?Cela est-il le signe d'une campagne électorale des verts dont la cible serait principalement le PCF? Espérons qu'ils sauront raison garder. A suivre

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre