Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 14:24

NON A LA PORCHERIE GEANTE A LUZAY


Nous savons le gouvernement et ses représentants choisir l’entreprise plutôt que le citoyen, ou autrement dit, le profit à l’Humain d’abord.


C’est ce que confirme la décision de la Préfète concernant l’autorisation de la porcherie industrielle à Luzay.


Il faut dire que la décision avait déjà été balisée par la position favorable du CODERST, et par la rupture de l’hostilité unanime des communes environnantes par le conseil municipal de St- Varent, dont le conseiller général actuel, Claude AUBIN.


Les protestations et les luttes avaient pourtant bien commencées avec une forte mobilisation. Malheureusement, les hésitations et le refus de « Bon Vent » de s’appuyer sur l’intervention directe des riverains et des opposants au projet, a laissé libre cours aux arrangements réclamés par l’enquête publique et « BON VENT » elle-même. Ainsi la Préfète a eu beau jeu de rappeler que : « Les observations formulées lors des enquêtes publique et administrative » ont permis d’imposer « notamment la couverture de la fosse et le traitement biotechnologique des lisiers, {…] l’exclusion de certaines parcelles du plan d’épandage {…] et l’information des riverains. » L’épandage annuel de 7500 m3 (auquel échappe SOCOPLAN mais pas les riverains) sera réalisé « …au cours de la journée et en dehors des week-ends et jours fériés » en tenant compte « de la direction des vents par rapport aux maisons avoisinantes ». « Un bilan de fonctionnement de l’installation à l’issue de la première année et périodiquement ( ?) sera présenté par la SCEA la Michéa à l’occasion de la réunion d’information […] en présence d’élus et des représentants de riverains » *


Compte tenu de cette situation nouvelle, le recours que compte déposer « BON VENT » au tribunal administratif contre cette décision devra être étayé par de solides arguments que cette dernière n’a pas réussi à faire triompher en l’état.


Et ce n’est pas « l’allégeance légale » à la décision préfectorale de Jean Grellier député, ni l’hypocrisie et la «réflexion brumeuse» de Claude Aubin, conseiller général de St-Varent qui sont de nature à donner des arguments contre cette décision.


C’est pourquoi je propose qu’au dépôt du recours au tribunal administratif par « BON VENT » soit ajouté deux autres initiatives pour manifester l’opposition des populations à la décision :

La préparation d’une manifestation à la Préfecture à NIORT, et l’organisation d’un référendum d’initiative populaire.


Car la question de l’intervention directe des populations concernées restent posée. Je dirais même, qu’aujourd’hui, elle en devient la question principale. OUI ou NON l’Association, les élus des conseils municipaux, les conseillers généraux et le député de la circonscription, comme je le propose depuis plusieurs mois déjà, vont-ils se rassembler pour permettre l’expression démocratique de la population par une consultation citoyenne, en organisant UN REFERENDUM D’INITIATIVE POPULAIRE.


Et c’est possible puisque des moyens de l’état sont mobilisés actuellement pour la consultation des primaires socialistes, et donc pourquoi pas pour un référendum local.


Maintenant la décision nous appartient.


Bruno FORNACIARI


*La Nouvelle République 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PORCHERIE LUZAY-ST VARENT
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre