Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 10:25

Ce vendredi 11 février, à MISSE, l'Association BON VENT tenait son assemblée générale.Entre 150 et 200 personnes étaient, à cette occasion, venus aux nouvelles de la porcherie industrielle.

 

Le Président Francis Jadot rappela "l'épopée" 2010, avec notamment l'enquête publique diliogentée par le Préfet. Cette dernière, disait-il,  a fait l'objet d'une forte mobilisation puisque 479 personnes sont venues écrire les raisons pour lesquelles elles s'opposent au projet de maternité porcine industrielle, tandis que la préfète comptait tout de même 234 avis favorables, qui pour l'essentiel (200) provenaient de "petitions", ce qui faisait dire à Régis AUBRY que ces 200 ne devraient être compté que pour un seul avis, et ainsi il ne resterait que 34 avis réel favorables.

 

Francis Jadot commentait la situation ainsi créée par l'enquête publique. Nous attendions le résultat incessamment,disait-il, mais en raison sans doute des élections cantonales, la prudence avait conduit certainement la Préfète à reporter la publication de l'avis en avril ou en mai. D'autant disait-il qu'il fallait apprécier à sa juste valeur, la mobilisation des 479, le vote de 4 conseils municipaux sur 5 contre ce projet. Et de rappeler que St Varent s'étaient prononcé pour à 8 voix contre 7 avec l'absence opportune de Claude Aubin au conseil de St Varent ce jour-là. Puis il a rappelé que les conseillers généraux de la majorité départementale s'étaient prononcés publiquement contre le projet, ce dont il se félicitait. Il informait aussi l'assistance de nombreux points de contestation possible et des nombreux aménagements que l'association avait obtenu, ce qui laissant entendre, selon Francis Jadot, que compte tenu du nombre élevé de ces aménagements,l'avis favorable aujourd'hui de la commissaire-enquêtrice pourrait se transformezr en avis défavorable.

 

Puis, Francis Jadot passa la parole à l'assistance.

 

Je demandai alors le micro et me présentait : Bruno FORNACIARI  de St Varent., j'ntervenais comme simple adhérent de l'association. Je vis bien que quelques siègent remuèrent, sans m'en émouvoir. Compte tenu disai-je que désormais la question posée est celle d'un choix politique (sous-entendu pour une agiculture raisonnée et pour l'environnement) je rappelai comme l'avait fait auparaven F. Jado la position des 4 conseils municipaux et considérais je cite : "Madame la Préfète ne doit pas nous imposer la porcherie que nous ne voulons pas. Nous avons notre mot à dire. Je propose l'organisation d'un REFERENDUM D'INITIATIVE POPULAIRE, précédé d'un grand débat citoyen, qui permettrait à la population de se prononcer directement et de peser sur les décisions du Préfet, en répondant la la question posée : OUI ou NON à la porcerie à Luzay. Et j'ajoutais : "Car la démocratie doit pouvoir s'exprimer, surtout lorsqu'il s'agit de la vie de plusieurs centaines de familles et de celle d'un territoire. La souveraieneté populaire c'est du concret.

Et qu'on ne vienne pas nous dire que cela est impossible à l'heure où le Egyptiens chassent Moubarak et les Tunisiens dégagent Ben Ali. C'est pourquoi, je suis persuadé que les élus qui se sont prononcés contre ce projet soutiendront ma proposition et auront à coeur d'y apporter leur concours. La révision constitutionnelle de 2008 en ouvre la possibilité. Et je propose que l'assemblée se prononce sur cette question"

 

Le Président Francis Jadot repris alors immédiatement la parole, et, contre toute attente de ma part, fustigeait mon propos.:  "Bruno FORNACIARI, je sais que nous sommes en campagne électorale, mais ce n'est pas le lieu ici de faire de la politique et tant que je serai le Président, il nen sera pas question etc ... Je repris alors le micro quelques secondes pour dire  "que ma proposition vise uniquement à faire jouer la démocratie et faire s'exprimer l'opinion des populations concernées"


Francis Jadot tenta de se justifier en déclarant: "tant que je serai Président ça sera comme çà et si cela ne vous convient pas vous élirez un autre Président, ce n'est pas un problème pour moi. Et maintenant le débat est clos sur cette question"

 

Ainsi Monsieur Jadot, "grand démocrate" décide seul de ce qui doit être débattu ou non dans une assemblée générale qui, en prinicipe est souveraine, et n'autorise pas le débat. Il accuse un intervenant (moi-même en l'occurence) de faire de la politique ou de se servir de l'assemblée comme tribune électorale. Mais à aucun moment je n'ai mentionné une quelconque information à ce sujet (mon intervention était écrite et je la tiens à disposition). Au contraire, c'est lui et non moi qui ait parlé des élections cantonales, c'est lui et non moi qui ait parlé du soutien des conseillers généraux de la majorité départementale, c'est lui et non moi qui ait parlé de l'absence coupable de Claude Aubin.

 

Alors Monsieur Jadot ? Quelle est la raison réelle de votre courrou à mon endroit ?

 

Certain, il est vrai, se gargarisent de mot . Comme celui de démocratie directe, ou participative par exemple. Mais lorsqu'il s'agit de prendre position pour elle, et de participer à sa mise en oeuvre, on constate malheureusement un grand écart, les mêmes se défilent. D'autres, peut-être vous Monsieur Jadot, avez une conception "originale" des associations 1901, dont les adhérents n'auraient pour rôle que de faire la claque et obtempérer à vos injonctions, mais surtout pas d'émettre des idées, des propositions qui ne sont pas les vôtres.

 

De biens mauvais procédés pour des causes encore inavouées...pour le moment.

 

"La Nouvelle République" qui se veut journal objectif rendra certainenement compte par respect pour ses lecteurs et de la vérité, de ce moment épique du "débat" dans ses prochaines éditions.

 

 

'''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''

STATUTS DE BON VENT

L'association a pour objet :

1/ La protection de la nature et de l'environnement et plus généralement la défense du cadre de vie de ses adhérents, contre toutes causes de dégradation ou nuisances, elle participe à la sauvegarde du patrimoine naturel et se veut pour but d'assurer l'équilibre harmonieux entre la population et le milieu naturel.

2/ A cet effet, elle permet de mettre les personnes en relation, répond aux besoins d'information de la population, propose et met en place toute action favorisant l'amélioration et la défense des intérêts contenus dans la loi du 10 juillet 1976.

Cette association loi 1901 a été déclarée le 14 mars 1996 et porte le numéro 2784.
Elle est parue au journal officiel n°15 du 10 avril 1996.
 ''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PORCHERIE LUZAY-ST VARENT
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre