Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 12:09

C'est ainsi que , depuis plusieurs mois, et singulièrement depuis plusieurs jours, avec le dernier "sommet" d'aujourd'hui mercredi 26 octobre, celui de la "dernière chance",  la réunion du G20. Celui-ci se penche sur la crise de la dette de la Grèce qui ébranle l'économie mondiale. Lorsque l'on sait que la Grèce compte 10 millions d'habitants, sur 450 millions d'européens et près de 7 milliards d'habitants sur notre planète,  on frémit. qu'un système, une organisation humaine soient à la merci d'un modeste pays.

Je ne reviens pas pour l'instant sur la dette des pays européens et Nord-Américains (il ne faut pas l'oublier pour ce qui concerne ce dernier on compte 15 000 MILLARS de $ de déficit) une paille! mais sur la dramatisation gigantesque qui vise ni plus ni moins à faire accepter par tous les peuples d'Europe et du monde l'idée qu'il y a une impossibilité à s'en sortir (de la dette) sans sacrifices consentis par les peuples. Cela se voit avec les mesures d'hyper austérité appliqués en Grèce par un gouvernement socialiste, à la cure d'austérité infligée au peuple espagnol par Zapatero socialiste ou aux différentes régressions sociale mises en œuvre par le gouvernement conservateur de Angela Merckel, ou celui de Hongrie qui flirt avec les idées et les pratiques nazis, ou en France avec la cure de super austérité concoctée par Fillon et Sarkozy.

La mise en scène, a du déjà vu, mais la dramatisation a pris un tour nouveau. Les commentateurs, comme les responsables politiques au pouvoir dans tous ces pays redoublent de phrases assassines pour faire triompher stratégie et domination. Ainsi l'Allemagne prendrait les commandes de l'Europe, et Sarkozy, contraint d'accepter, pour la sauver, des mesures financières drastiques que lui-même n'approuve pas totalement, mais devant le danger de crise insurmontable...

 

En fait, les plans successifs de sortie de crise élaborés et mis en œuvre par les gouvernements (aide au système bancaire) non seulement ne résout pas la crise mais l'aggrave en transférant les dépenses sociales et publiques, des retraites et de santé vers les marchés financiers. Avec comme conséquences la situation de la Grèce, dont le peuple qui lutte, s'oppose à ces plans criminels, et dont soit dit en passant, il accueille avec bonheur la solidarité syndicale et politique qui s'expriment.

 

Car si les agences de notations semblent faire la pluie et le beau temps financiers, il en va tout autrement des résultats concrets que les mesures qu'il propose (impose) pour obtenir ou maintenir le AAA, sur les peuples qui eux, ne sont pour rien dans les dettes accumulées  des banques, ou aux gestions catastrophiques des gouvernants au pouvoir.

 

La crise est les résultat dramatique d'un système économique et politique à bout de souffle : le capitalisme, dont il est illusoire d'espérer en sortir en appliquent les recettes qui n'ont fait que l'aggraver.

 

C'est bien pour cela que les communistes, avec le Front de gauche et les partis qui le composent, entendent faire entendre une autre voix, d'autres propositions politiques et économiques susceptibles d'engager des réformes de nature révolutionnaire, qu’ils combattent les décisions actuelles du patronat et du CAC 40 mises en œuvre par la droite ici en France, et capables avec le soutien et la participation populaires, d'élaborer, de construire une politique de sortie de crise et de progrès économiques, sociaux, démocratiques.

 

 Pour ce qui les  concernent, les communistes du Thouarsais prendront prochainement des initiatives allant en ce sens.

 

le 26 octobre 2011

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre