Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 07:29

Sommet

Une maîtrise populaire de l’argent


Contre la finance qui asphyxie la croissance, les mouvements sociaux et une partie de la gauche européenne affirment le besoin d’une souveraineté sur la monnaie et le crédit.

 

Les dirigeants du G20 tournent autour du pot, ne sachant comment répondre de manière efficace au besoin de relancer une croissance économique défaillante dans les pays développés. Les désaccords sur le sujet sont d’autant plus flagrants qu’à l’opposé, les mouvements sociaux et alternatifs et une partie des forces progressistes, particulièrement en Europe, commencent à avancer des propositions en faveur d’une maîtrise populaire de l’argent, particulièrement celui des banques, favorable à l’activité et à l’emploi.

 

Le G20 va s’intéresser aux ressources des banques mais de manière très restrictive. Il s’agit pour lui de les inciter à sécuriser leurs activités de soutien aux marchés financiers. Ce qui revient à leur demander de résoudre la quadrature du cercle.

 

À l’opposé, phénomène nouveau, le mouvement syndical international, des mouvements progressistes d’Amérique latine, en Europe, en France, les Indignés, Attac, des associations, et au niveau politique une partie des forces de gauche (PGE, PCF, Front de gauche…) soulignent la nécessité de nouveaux critères de financement visant à promouvoir l’emploi, le développement humain plutôt que d’assurer la satisfaction des exigences de rentabilité financière des groupes et de la finance.

 

Comme des moutons, les acteurs des marchés financiers se précipitent vers les zones où la croissance est encore forte, les promesses de rentabilité plus sûres, chez les émergents.

 

C’est ainsi que les fonds monétaires américains désertent l’Europe en crise, posant ainsi des problèmes aux banques européennes pour trouver des financements en dollars nécessaires, notamment, pour le commerce international.

 

Les mouvements sociaux et politiques alternatifs européens ont, eux, commencé à opérer un tournant. Ils sont plus nombreux à pointer du doigt le rôle de la banque des banques de la zone euro, la Banque centrale européenne.

 

Les différents traités européens la cantonnent dans un rôle de gendarme au service des marchés financiers. Impossibilité lui est faite de financer les dépenses des services publics.

 

Pourtant, la BCE pourrait permettre à des pays qui n’arrivent plus à trouver des ressources sur les marchés ou qui y parviennent très difficilement, de disposer de fonds bon marché.

 

Particulièrement pour le PCF et maintenant pour le Front de gauche, cette assistance de la BCE, sous le contrôle des Parlements nationaux et européen et des acteurs sociaux, ne serait cependant pas réservée aux seuls pays les plus en difficulté, elle pourrait inaugurer un mode de financement alternatif à celui des marchés financiers, en lien avec un changement radical de la politique du crédit des banques, notamment avec la constitution d’un pôle public bancaire et de fonds régionaux pour la sécurité d’emploi et de formation.

 

 

Pierre Ivorra

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOCIAL-ECONOMIE-FINANCES
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre