Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 09:39

Ukraine : "pour une médiation diplomatique avec les « séparatistes » de l'est"

Devant les risques d'une conflagration en Europe, l'urgence absolue d'une solution politique

La paix en Europe est gravement menacée par le conflit ukrainien. « Un scénario de guerre totale » entre les autorités de Kiev et les républiques autoproclamées du Donbass n'est plus à exclure.
Ce qui est à la base de la situation de tension extrême que vit l’Europe orientale c'est le bras de fer mortifère avec la Russie auquel se livrent les grandes puissances du fait, principalement, de la volonté des États-Unis et de leur bras armé, l’Otan (une organisation héritée de la Guerre froide qui n’a plus sa place au XXI° siècle) de marquer leur puissance.

Les répercussions de ce conflit régional n’en sont pas moins globales pour l’Europe et le reste du monde. En témoignent les tensions au dernier sommet du G20 de Brisbane avec de nouvelles menaces de sanctions contre Moscou et la volonté d'isoler la Russie.

Le nationalisme exacerbé monte de toutes parts. L’économie de l’Ukraine est en faillite. La Russie et l’UE paient les lourdes conséquences des sanctions sans rien résoudre de la crise actuelle. On rajoute la crise à la crise : économique, énergétique, sociale, humanitaire.

La partition de l’Ukraine gagne du terrain. Les conditions dans lesquelles se sont déroulées les élections du 26 octobre, où la très grande partie des habitants de l'est et du sud du pays n'a pu s'exprimer alors que dans le même temps étaient commises de graves atteintes aux droits d'expression, touchant particulièrement le parti communiste d'Ukraine, ont renforcé les forces ultranationalistes au Parlement, prêtes à en découdre avec le Donbass. Le scrutin dans l'est, le 2 novembre, a été lui été rejeté par Kiev comme par les « occidentaux », poussant encore plus ce pays vers une impasse.

Depuis des mois, les conditions d'un cessez-le-feu, accepté par l'ensemble des parties, le 5 septembre à Minsk sous l'égide de la Russie et de l'OSCE, n'ont pas été respectées plongeant le pays dans la guerre civile.

La décision du président ukrainien Petro Porochenko, soutenu par les oligarques, de couper les vivres à la population de l’est et d'avertir, par avance, le Conseil de l'Europe de « la suspension des droits de l'homme dans la zone de conflit » (!), ne peut que raviver les tensions et les souffrances d’une population gravement éprouvée par des mois de conflit qui ont fait 4000 morts, des milliers de blessés, des centaines de milliers de déplacés.Ce diktat brutal de Kiev est odieux et inacceptable.

Devant les risques d’un véritable embrasement en Ukraine, les forces de paix ne peuvent regarder en silence ce drame qui se joue en Europe même. Elles doivent agir au plus vite pour appeler à l’arrêt des combats et pour une solution négociée.

Le PCF appelle dans l’immédiat la France à s'investir pleinement au sein de l’UE pour une médiation diplomatique avec les « séparatistes » de l'est et le pouvoir central de Kiev, et avec la Russie.

Le PCF propose

1/ la création d’une force d’interposition formée par l’OSCE (dont la Russie est membre) qui serait déployée dans le Donbass principalement dans la zone de Donetsk et Lougansk pour geler les combats et établir une ligne de cessez-le-feu suite aux accords de Minsk ;

2/Le retour à une négociation à Minsk entre les parties en conflit sous l’égide de la Russie et de l’OSCE ;

3/Le déploiement d’une aide humanitaire d’urgence via le CICR ;

4/Dans le plus long terme, une réunion d’une conférence internationale en 2015 pour relancer un processus de partenariat de paix, de sécurité et de coopération communes en Europe via l’OSCE, en forme d’Helsinki II,40 ans après les premiers accords d'Helsinki. Un processus qui permette d'avancer notamment vers un moratoire du déploiement de l'OTAN dans la région et l'interdiction des armes nucléaires tactiques en Europe.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL PCF
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 02:59
Repost 0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 02:07
Repost 0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 01:58
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DOCUMENTS chat
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 01:50

Sarkozy-Kadhafi : la vérité qu’ils veulent étouffer

17 NOVEMBRE 2014 | PAR EDWY PLENEL

La confirmation judiciaire des soupçons de financement de l’ancien président de la République française Nicolas Sarkozy par la dictature libyenne du défunt Mouammar Kadhafi est une nouvelle d’importance. Révélée par Mediapart il y a trois jours, elle est pourtant absente des fils d’agence et de toutes les chaînes d’information en continu. Afin de secouer cette injustifiable indifférence, nous publions l’intégralité du document ignoré par la plupart des médias.

C’est sans doute l’enquête la plus emblématique de Mediapart. Par son enjeu, par sa durée, par sa difficulté. Et c’est pourtant la moins relayée dans l’espace public, que ce soit par les journalistes ou par les politiques. Les uns et les autres auraient-ils peur d’affronter la vérité qu’elle recèle, tant elle est explosive, redoutable et accablante ?

Car quand l’affaire Bettencourt documentait l’illégalisme oligarchique et l’affaire Cahuzac l’imposture politicienne, dans les deux cas la fraude et l’évasion fiscales, le dossier libyen nous met en présence d’une réalité autrement spectaculaire et ravageuse : la corruption d’un clan politique français par l’argent d’un pays étranger, alors sous un régime dictatorial.

Une corruption qui, de plus, a accompagné la mainmise de ce clan sur l’appareil d’État, jusqu’en son sommet, par le financement occulte de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Une corruption, enfin, dont on ne peut pas exclure que ses secrets inavouables aient joué un rôle en 2011 dans l’interventionnisme militaire français en Libye, précipitant la chute et la mort d’un dictateur qui avait été reçu en grande pompe à Paris.

Depuis l’été 2011, donc plus de trois ans, Fabrice Arfi et Karl Laske mènent cette enquête au long cours avec cette exigence propre à Mediapart : chercher de notre propre initiative, sans dépendre d’agendas politiques ou judiciaires, sans se faire le relais d’intérêts partisans, en dévoilant des faits ignorés afin d’imposer la réalité qu’ils révèlent dans le débat public. Des dizaines de documents et des témoignages recoupés font la matière de cette enquête libyenne qui conclut au financement de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi (lire ici notre dossier : L’argent libyen de Sarkozy).

Ayant le souvenir de leur proximité affichée lors de la spectaculaire réception, fin 2007, du second par le premier, nos deux enquêteurs ont patiemment remonté le fil secret qui permet d’en comprendre la raison occulte : des liens financiers tissés à partir de 2005, quand Nicolas Sarkozy était ministre de l’intérieur, en marge de voyages et de contrats dont les principaux protagonistes furent Ziad Takieddine, Claude Guéant et Brice Hortefeux.

Le 10 décembre 2007, à Paris. © Reuters

Obtenues par Mediapart avant que la justice ne les exploite, les archives de l’intermédiaire Takieddine, déjà protagoniste du dossier Karachi, en témoignent abondamment (les retrouver ici). Leur contenu est corroboré par plusieurs témoignages d’anciens et de nouveaux officiels libyens recueillis par Fabrice Arfi et Karl Laske. En franchissant bien des obstacles, dans le climat de règlements de comptes de la chute du dictateur, où nombre de témoins disparaissent, assassinés ou mis au secret, nos deux journalistes ont fini par trouver une trace officielle de cette corruption franco-libyenne scellée au plus haut niveau.

Révélé par Mediapart le 28 avril 2012, ce document provient de ces archives qui font la longue mémoire des régimes autoritaires (voir ici notre article). Daté du 10 décembre 2006, signé par Moussa Koussa, l’un des plus proches collaborateurs de Kadhafi, chef de ses services secrets extérieurs, il acte « l’accord de principe » conclu afin « d’appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles Nicolas Sarkozy pour un montant d’une valeur de cinquante millions d’euros ».

Nous n’avons publié ce document qu’avec la certitude de son authenticité, liée au contexte de son obtention, à sa forme et à son style, à son contenu enfin que confirmaient d’autres informations déjà révélées par Mediapart (notamment ici). Or c’est la contestation de son authenticité qui, depuis, est au cœur de la contre-attaque de Nicolas Sarkozy et de son entourage afin d’étouffer ce scandale franco-libyen alors même que la justice prenait le relais de nos révélations en les jugeant suffisamment crédibles pour ouvrir, au printemps 2013, une information judiciaire pour « corruption » confiée aux juges Serge Tournaire et René Grouman.

Nicolas Sarkozy ne nous a jamais poursuivis en diffamation dans cette affaire, ce qui aurait été sinon de bonne guerre, du moins de guerre loyale sur le terrain du droit de la presse. Il a préféré construire un écran de fumée en nous accusant d’avoir publié un faux, d’abord auprès du parquet, déclenchant une enquête préliminaire qui ne lui a évidemment pas donné raison, puis, face à cet échec, déposant à l’été 2013 une plainte avec constitution de partie civile visant explicitement Mediapart, son directeur et les deux journalistes concernés.

Témoins assistés dans ce dossier, seul statut juridique dans lequel nous pouvons être légalement entendus, nous avons contesté cette procédure de diversion qui, en contournant le droit de la presse qui protège le droit de savoir des citoyens, prenait le risque de porter atteinte à un principe fondamental, le secret des sources des journalistes (lire ici, , là aussi et encore là les épisodes précédents). Mais, loin de conforter le soupçon calomnieux répandu par M. Sarkozy et son clan, l’instruction confiée aux juges René Cros et Emmanuelle Legrand a tout au contraire recueilli des témoignages abondant dans le sens de notre enquête et, notamment, accréditant la véracité du contenu du document en cause (lire ici notre article).

Hélas, pendant tout ce temps – et parfois avec les mêmes relais que dans l’affaire Cahuzac –, la contre-attaque sarkozyste fonctionnait médiatiquement, reléguant au second plan l’affaire libyenne avec des remarques suspicieuses sinon désobligeantes de la plupart des confrères sur notre travail. Du Monde à Vanity Fair, sans compter les indifférents qui préféraient s’abstenir, au premier rang desquels l’Agence France-Presse, le bruit dominant était donc au doute sur l’authenticité du document publié en avril 2012. Et il y a fort à parier que si la justice avait, contre toute vraisemblance, pris cette direction, les médias dominants se seraient empressés de le crier haut et fort.

Or c’est l’inverse qui vient de se produire, et c’est cette nouvelle qu’ils ont choisi de taire.

Une corruption étrangère au plus haut niveau de la République

Pour étouffer une information, il suffit de ne pas la reprendre. Et le degré d’intensité d’une démocratie se donne à voir dans ces renoncements où des journalistes oublient qu’ils en sont aussi les acteurs et les gardiens, par leur respect sans concession du droit de savoir des citoyens. Il faut donc que la démocratie française soit bien mal en point pour que soit tue la révélation qu’un collège d’experts a authentifié sans aucune réserve un document planifiant une corruption étrangère au plus haut niveau de la République.

Comme nous l’expliquions dans notre article du 14 novembre (le retrouver ici), les trois experts judiciaires mandatés par les juges Cros et Legrand, renforcés par l’expertise d’une arabisante, ont comparé à celle du document en cause plusieurs signatures de l’ancien chef des services libyens qui avait été entendu par les magistrats au Qatar où il s’est réfugié. Leur conclusion est sans appel : toutes ces signatures sont de la même main, celle de Moussa Koussa. Ce document dont ce dernier confiait déjà, sur procès-verbal, que « son origine, son contenu » n’étaient « pas faux », ne l’est donc pas non plus par sa signature qui est authentique.

Autrement dit, l’un de ceux dont Nicolas Sarkozy et son entourage brandissaient le démenti lors de la révélation du document (c’est à retrouver ici) est aujourd’hui confondu par la justice française comme étant bien le signataire de cette attestation de l’accord secret franco-libyen.

Bref, la procédure calomnieuse lancée par l’ancien président contre Mediapart se retourne brutalement contre lui : le faux qu’il évoquait, de meeting en meeting, pour se présenter en persécuté de médias fraudeurs et de juges inquisiteurs, se révèle tout simplement vrai comme nous l’affirmions, attestant ainsi d'un des plus gros scandales qu’ait connus la République au niveau de responsabilité qui fut le sien.

Dans une démocratie vivante, une telle information s’imposerait évidemment à toute notre vie publique. Les agences de presse, et notamment l’AFP qui remplit une mission de service public auprès de ses abonnés parmi lesquels la presse régionale, l’auraient relayée, faisant savoir qu’une expertise judiciaire confirme l’authenticité d’un document accablant pour l’ex-président de la République. Les autres médias auraient suivi, assaillant de questions Nicolas Sarkozy et son entourage. Et le monde politique, dans sa diversité, aurait été invité à réagir et à commenter.

Au lieu de cela, rien. Rien de rien. Le lourd silence des démocraties affaissées et affaiblies, ayant renoncé à être exigeantes avec elles-mêmes. Sauf à lire Mediapart ou à suivre les réseaux sociaux (voir sous l’onglet « Prolonger » la protestation de Fabrice Arfi, plébiscitée par les internautes), nos concitoyens ne sauront pas que le long feuilleton de l’affaire libyenne a connu un épisode judiciaire décisif qui donne crédit à notre enquête et conforte les faits de corruption qu’elle a mis au jour.

Il faut parfois se battre pour qu’une information qui dérange des intérêts et des pouvoirs fasse son chemin dans l’espace public. C’est dans cet esprit que, destinataire à mon domicile, par courrier recommandé des deux juges d’instruction, d’une « notification des conclusions d’expertise », j’ai choisi d’en rendre public in extenso le contenu (allégé des annexes).

C’est une information d’intérêt public sur un scandale d’État. La voici :

Mediapart est à l’origine des révélations sur les soupçons d’un financement occulte libyen sous le règne de Mouammar Kadhafi à l’occasion de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy de 2007, lesquels soupçons sont aujourd’hui au centre des investigations judiciaires visant le premier cercle de l’ancien président de la République (lire notre dossier).

Après plusieurs mois d’une enquête commencée à l’été 2011 et ayant donné lieu à de nombreux articles sur les relations entre les proches entourages de Nicolas Sarkozy et de Mouammar Kadhafi, Mediapart a ainsi publié, le 28 avril 2012, un document officiel libyen évoquant ce soutien financier du régime de Tripoli au candidat Sarkozy au moment de l’élection présidentielle de 2007.

L’ancien chef de l’État français, qui n’a pas poursuivi une seule fois Mediapart en diffamation, a contourné le droit de la presse en nous attaquant pour « faux et usage de faux » au printemps 2012, tandis que nous ripostions en l’accusant de « dénonciation calomnieuse » (lire ici). L’enquête préliminaire menée par la police judiciaire ne lui ayant évidemment pas donné raison, Nicolas Sarkozy a déposé plainte avec constitution de partie civile à l’été 2013, procédure qui donne automatiquement lieu à l’ouverture d’une information judiciaire pour « faux et usage de faux ».

Mediapart, à travers son directeur de la publication Edwy Plenel et les deux auteurs de cette enquête, Fabrice Arfi et Karl Laske, a été placé fin 2013 sous le statut de témoin assisté dans ce dossier. Nous n’avons pas manqué de contester une procédure attentatoire au droit de la presse et de faire valoir le sérieux, la consistance et la bonne foi de notre enquête (lire ici et ).

De fait, nos révélations sont au cœur de l’information judiciaire ouverte un an plus tard, en avril 2013, pour « corruption » sur le fond des faits de cette affaire franco-libyenne qui inquiète grandement Nicolas Sarkozy et ses proches. L'instruction a été confiée aux juges Serge Tournaire et René Grouman.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans JUSTICE pluralisme
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 18:50
Repost 0
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 08:15

“Ce que les médias ne vous diront pas sur Jérusalem-Est”

6 novembre 2014

Les Palestiniens de Jérusalem-Est subissent au quotidien la brutalité de l’occupation israélienne. Et pourtant, leurs souffrances sont ignorées par la plupart des médias occidentaux.

La semaine dernière, les journalistes occidentaux se sont intéressés à Jérusalem seulement parce qu’un colon israélien, Yehuda Glick, a été blessé par balle le 29 octobre près de la vieille ville.

Et pourtant, la violence contre les Palestiniens est un aspect constant de la vie à Jérusalem-Est, et nos médias n’en parlent pas.

Les Palestiniens de Jérusalem-Est subissent leur expulsion de la ville, la démolition de leurs maisons, les restrictions de leur liberté de circulation, la surveillance, et la violence des colons et des soldats. Et ceci s’ajoute à la construction illégale de colonies sur leur terre.

C’est par des mesures comme celles là – toutes en violation des lois internationales – qu’Israël essaie de nettoyer ethniquement Jérusalem-Est de sa population palestinienne. Le but défini d’Israël est d’instituer et de maintenir la totalité de Jérusalem comme sa capitale.

Le 23 octobre, le Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a fait une déclaration qui réitérait ceci en disant : « Jérusalem unifiée était et restera toujours la capitale d’Israël. » Il a exigé le renforcement de la souveraineté israélienne sur la totalité de Jérusalem avec le déploiement de troupes supplémentaires.

Vous trouverez ci-dessous un petit guide sur ce à quoi ressemble la vie des Palestiniens de Jérusalem-Est, dont le but est de combler les lacunes des reportages dans les médias :

Historique

Avant 1947, la totalité de Jérusalem était palestinienne. Après la partition de la Palestine par les Nations Unies cette même année, l’ONU a qualifié Jérusalem de zone internationale. Israël a envahi Jérusalem Ouest et a établi une frontière de facto connue sous le nom de Ligne Verte, chassant des dizaines de milliers de Palestiniens de cette partie de la ville. En 1967, Israël a occupé puis annexé Jérusalem Est. L’occupation et l’annexion de Jérusalem Est sont illégales selon la législation internationale.

Cartes de résidents

Israël a annexé Jérusalem Est et déclare qu’elle fait partie d’Israël. Et pourtant, alors qu’ils paient des impôts à Israël, les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est n’ont pas la citoyenneté israélienne. Ils doivent faire la demande d’une carte de résident, demande qui doit être fréquemment renouvelée.

Pour obtenir le renouvellement de cette carte, les Palestiniens doivent prouver aux autorités israéliennes que Jérusalem Est est leur « lieu de vie ». Dans ce but, ils doivent fournir quantité de documents, dont l’assurance santé et des factures remontant à plusieurs années, que beaucoup de Palestiniens n’ont pas.

En conséquence, beaucoup de Palestiniens qui n’avaient jamais vécu ailleurs qu’à Jérusalem Est ont perdu leur carte de résident. Et une fois expulsés, ils n’ont plus le droit de revenir.

Ceux qui ont vécu ailleurs pendant plus de sept ans verront aussi la révocation de leur résidence et n’auront plus le droit de revenir.

La loi sur la citoyenneté et l’entrée en Israël interdit aux Palestiniens de Cisjordanie, de Gaza et d’autres pays définis d’entrer à Jérusalem pour un regroupement familial. Ceci a fait que des époux ont été séparés l’un de l’autre et des enfants de leurs parent. Depuis 2005, soit deux ans après le vote de la loi, plus de 125.000 demandes de regroupement n’ont pu aboutir.

Les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est et qui ont un enfant doivent demander au Ministère de l’Intérieur une carte de résident pour leur enfant. Israël accorde à l’enfant une carte temporaire valable deux ans seulement et qui doit être régulièrement renouvelée. Il y a actuellement environ 10.000 enfants palestiniens qui vivent sans autorisation à Jérusalem Est et qui n’ont par conséquent pas accès aux services dont l’éducation et la santé.

Depuis 1967, Israël a retiré la carte de résident à plus de 14.000 Palestiniens de Jérusalem Est. 11.000 cartes ont été retirées entre 1995 et 2013.

Démolition de maisons

Le 4 novembre, les forces israéliennes ont mené un raid sur Silwan, faubourg de Jérusalem Est, et ont démoli les maisons de deux familles, déclarant que ces maisons n’avaient pas de permis de construire valable.

Les familles palestiniennes vivent dans la peur constante de voir leurs maisons détruites. Israël a démoli plus de 27.000 maisons palestiniennes à Jérusalem Est, en Cisjordanie et à Gaza depuis l’occupation de ces territoires en 1967. Des dizaines de milliers d’autres maisons sont menacées par des ordres de démolition en attente.

A Silwan, les maisons palestiniennes sont détruites pour faire place à un centre touristique et un parc national israéliens. Ne serait-ce qu’à Silwan, plus de 1.000 Palestiniens s’attendent à la perte de leur maison.

C’est presque impossible pour les Palestiniens d’obtenir un permis de construire des autorités israéliennes. Presque toutes les demandes, dont l’enregistrement coûte 5.000 £, sont refusées.

Mais les familles palestiniennes, pour lesquelles aucune nouvelle maison n’a été construite depuis des décennies à Jérusalem Est, ont besoin d’agrandir leur espace vital. De désespoir, ils l’agrandissent sans avoir reçu l’autorisation et doivent alors vivre dans l’espoir que leur maison ne sera pas détruite.

L’ordre de démolition, s’ils le reçoivent, est assorti d’une amende. La police et l’armée israéliennes escortent les bulldozers, et les familles ont 15 minutes pour sortir de chez elles avec le plus possible de leurs biens. Ils doivent payer le coût de la démolition, qui peut atteindre des millions de livres. Ceux qui ne peuvent pas payer risquent la prison. Avec 70 % des Palestiniens de Jérusalem Est vivant sous le seuil de pauvreté, certains sont obligés de détruire eux mêmes leur maison.

Les démolitions de maisons induisent pour ces familles éclatées des maladies et des traumatismes psychologiques, surtout chez les enfants. Des organisations d’assistance fournissent à ces familles, qui ont perdu leur logement, des tentes pour une installation temporaire, et les conditions de vie sont rudes.

Les Palestiniens des faubourgs de Jérusalem-Est, tels Silwan et Sheikh Jarrah, manifestent pacifiquement toutes les semaines contre les menaces sur leurs communautés, mais ces manifestations non-violentes sont presque toujours ignorées dans les reportages des médias occidentaux.

Construction de colonies

Alors que les autorités israéliennes refusent aux Palestiniens l’autorisation pour les projets d’extension de leurs logements, tous les gouvernements israéliens depuis 1967 se sont engagés dans la construction illégale de colonies à Jérusalem Est.

Le 27 octobre, Netanyahu a annoncé que 1.000 nouveaux logements de colons seraient construits dans le ville occupée.

Environ 350.000 colons israéliens vivent dans des colonies illégales à Jérusalem-Est. Les Palestiniens ont l’interdiction de vivre dans ces colonies qui ont été construites sur la terre où existaient autrefois leurs quartiers.

La construction stratégique de ces colonies a fait que Jérusalem-Est est physiquement coupée du reste de la Cisjordanie.

Violence

Les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est subissent une violence féroce et suffocante de la part de la police et des colons israéliens.

La violence des colons, qui comporte des attaques sur les biens ainsi que sur les gens, reste généralement impunie.

Or le plus souvent, elle est surveillée par la police et des militaires israéliens.

Les activités illégales des colons prennent de nombreuses formes. Le 30 septembre par exemple, des colons ont investi sept maisons palestiniennes à Jérusalem-Est pendant la nuit, chassant les familles qui y vivaient. Les colons étaient accompagnés par des agents de police.

Cet été, et ce n’était pas la première fois, des bandes de lyncheurs de droite ont envahi les rues de Jérusalem. Quelques victimes palestiniennes ont été battues jusqu’à l’évanouissement, alors que la police israélienne mettait beaucoup de temps à réagir ou bien ignorait carrément les agressions.

Au cours de leur vie quotidienne, les Palestiniens de Jérusalem Est subissent le harcèlement et la violence de la police et de l’armée, y compris aux checkpoints pour franchir le Mur d’Apartheid.

Arrestations et détentions sans chef d’accusation sont habituelles et, durant les quatre derniers mois, Israël a intensifié sa campagne d’arrestations massives contre les Palestiniens de Jérusalem-Est. Depuis juillet, la police israélienne a arrêté plus de 900 Palestiniens, dont des enfants, à Jérusalem-Est.

L’utilisation de gaz lacrymogènes, d’eau puante (à l’odeur de chair pourrie), de drones et d’hélicoptères à basse altitude contre les Palestiniens de Jérusalem-Est n’a cessé d’augmenter ces derniers mois.

Cette semaine, on a décrit la situation affrontée par les Palestiniens de Jérusalem-Est comme « une lutte pour la survie ».

Al Aqsa

Le 4 novembre, le Ministre israélien du Logement, Uri Ariel, qui est un colon, a dit sur une station deradio israélienne qu’il espérait voir construire un temple juif à la place de la Mosquée Al Aqsa.

Il n’est pas le seul.

Moshe Feiglin, député du Likoud et également colon, a plusieurs fois appelé à la destruction de la mosquée Al Aqsa et à la construction d’un « Troisième Temple » à sa place. Feiglin pénètre tous les mois dans le complexe d’Al Aqsa, accompagné d’autres colons et de la police armée qui retient les Palestiniens au dehors et les empêche de prier.

Beaucoup de ces colons sont nés aux Etats Unis et appellent ouvertement à une extrême violence contre les Palestiniens, y compris en tuant par balles des enfants palestiniens.

Yehuda Glick, le rabbin extrémiste sur qui on a tiré plus tôt ce mois-ci, appartient aussi à un groupe qui plaide pour la destruction de la mosquée et son remplacement par un « Troisième Temple ».

Glick et ses disciples prennent régulièrement d’assaut le site de la mosquée et se baladent sur son esplanade, souvent sous la protection de la police armée. Rien qu’en 2014, Glick et son groupe de colons sont entrés sur le site en janvier, en février, deux fois en juin, en juillet et en août. Les Palestiniens qui essaient d’arrêter ces intrusions risquent l’arrestation.

Les provocations et la violence israéliennes en relation avec Al Aqsa, et les restrictions pour les Palestiniens qui viennent y prier, sont trop fréquentes et, par conséquent, trop nombreuses pour les détailler ici, mais vous pouvez les trouver ici.

Voici les incidents pour octobre seulement : des soldats et des colons israéliens ont envahi l’espace de la mosquée, agressant et blessant des fidèles, alors que les soldats lançaient des bombes de gaz (le 9 oct.) ; des centaines de policiers israéliens se sont rués sur le site en lançant des grenades assourdissantes, des gaz lacrymogènes et des balles d’acier enrobé de caoutchouc (le 13 oct.) ; l’armée israélienne a envahi la mosquée, lançant des gaz lacrymogènes et enfermant les Palestiniens désarmés à l’intérieur. Cette vidéo montre l’attaque (le 14 oct.).

Et, le 5 novembre, 300 soldats israéliens ont surgi à l’intérieur de la mosquée, alors que les Palestiniens priaient. Ils étaient suivis par des centaines de colons israéliens qui envahirent le site.

Ce ne sont pas des incidents isolés, mais simplement des exemples récents des provocations et de la violence subies par les Palestiniens en relation avec Al Aqsa, et qui ne sont pas relatés dans les médias ici. Les journalistes passent ces agressions sous silence, non seulement au moment où ils se passent, mais aussi lorsqu’il relatent les tirs sur Glick, privant leurs récits de leur contexte et de leur historique.

Combiné à leur incapacité à fournir de l’information sur le train-train quotidien de l’occupation subi par les Palestiniens de Jérusalem-Est et sur les essais d’Israël pour les chasser de la ville, on ne peut qualifier leurs reportages que de fondamentalement trompeurs.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source: PSC

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PALESTINE
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 08:12

“Ce que les médias ne vous diront pas sur Jérusalem-Est”

6 novembre 2014

Les Palestiniens de Jérusalem-Est subissent au quotidien la brutalité de l’occupation israélienne. Et pourtant, leurs souffrances sont ignorées par la plupart des médias occidentaux.

La semaine dernière, les journalistes occidentaux se sont intéressés à Jérusalem seulement parce qu’un colon israélien, Yehuda Glick, a été blessé par balle le 29 octobre près de la vieille ville.

Et pourtant, la violence contre les Palestiniens est un aspect constant de la vie à Jérusalem-Est, et nos médias n’en parlent pas.

Les Palestiniens de Jérusalem-Est subissent leur expulsion de la ville, la démolition de leurs maisons, les restrictions de leur liberté de circulation, la surveillance, et la violence des colons et des soldats. Et ceci s’ajoute à la construction illégale de colonies sur leur terre.

C’est par des mesures comme celles là – toutes en violation des lois internationales – qu’Israël essaie de nettoyer ethniquement Jérusalem-Est de sa population palestinienne. Le but défini d’Israël est d’instituer et de maintenir la totalité de Jérusalem comme sa capitale.

Le 23 octobre, le Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a fait une déclaration qui réitérait ceci en disant : « Jérusalem unifiée était et restera toujours la capitale d’Israël. » Il a exigé le renforcement de la souveraineté israélienne sur la totalité de Jérusalem avec le déploiement de troupes supplémentaires.

Vous trouverez ci-dessous un petit guide sur ce à quoi ressemble la vie des Palestiniens de Jérusalem-Est, dont le but est de combler les lacunes des reportages dans les médias :

Historique

Avant 1947, la totalité de Jérusalem était palestinienne. Après la partition de la Palestine par les Nations Unies cette même année, l’ONU a qualifié Jérusalem de zone internationale. Israël a envahi Jérusalem Ouest et a établi une frontière de facto connue sous le nom de Ligne Verte, chassant des dizaines de milliers de Palestiniens de cette partie de la ville. En 1967, Israël a occupé puis annexé Jérusalem Est. L’occupation et l’annexion de Jérusalem Est sont illégales selon la législation internationale.

Cartes de résidents

Israël a annexé Jérusalem Est et déclare qu’elle fait partie d’Israël. Et pourtant, alors qu’ils paient des impôts à Israël, les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est n’ont pas la citoyenneté israélienne. Ils doivent faire la demande d’une carte de résident, demande qui doit être fréquemment renouvelée.

Pour obtenir le renouvellement de cette carte, les Palestiniens doivent prouver aux autorités israéliennes que Jérusalem Est est leur « lieu de vie ». Dans ce but, ils doivent fournir quantité de documents, dont l’assurance santé et des factures remontant à plusieurs années, que beaucoup de Palestiniens n’ont pas.

En conséquence, beaucoup de Palestiniens qui n’avaient jamais vécu ailleurs qu’à Jérusalem Est ont perdu leur carte de résident. Et une fois expulsés, ils n’ont plus le droit de revenir.

Ceux qui ont vécu ailleurs pendant plus de sept ans verront aussi la révocation de leur résidence et n’auront plus le droit de revenir.

La loi sur la citoyenneté et l’entrée en Israël interdit aux Palestiniens de Cisjordanie, de Gaza et d’autres pays définis d’entrer à Jérusalem pour un regroupement familial. Ceci a fait que des époux ont été séparés l’un de l’autre et des enfants de leurs parent. Depuis 2005, soit deux ans après le vote de la loi, plus de 125.000 demandes de regroupement n’ont pu aboutir.

Les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est et qui ont un enfant doivent demander au Ministère de l’Intérieur une carte de résident pour leur enfant. Israël accorde à l’enfant une carte temporaire valable deux ans seulement et qui doit être régulièrement renouvelée. Il y a actuellement environ 10.000 enfants palestiniens qui vivent sans autorisation à Jérusalem Est et qui n’ont par conséquent pas accès aux services dont l’éducation et la santé.

Depuis 1967, Israël a retiré la carte de résident à plus de 14.000 Palestiniens de Jérusalem Est. 11.000 cartes ont été retirées entre 1995 et 2013.

Démolition de maisons

Le 4 novembre, les forces israéliennes ont mené un raid sur Silwan, faubourg de Jérusalem Est, et ont démoli les maisons de deux familles, déclarant que ces maisons n’avaient pas de permis de construire valable.

Les familles palestiniennes vivent dans la peur constante de voir leurs maisons détruites. Israël a démoli plus de 27.000 maisons palestiniennes à Jérusalem Est, en Cisjordanie et à Gaza depuis l’occupation de ces territoires en 1967. Des dizaines de milliers d’autres maisons sont menacées par des ordres de démolition en attente.

A Silwan, les maisons palestiniennes sont détruites pour faire place à un centre touristique et un parc national israéliens. Ne serait-ce qu’à Silwan, plus de 1.000 Palestiniens s’attendent à la perte de leur maison.

C’est presque impossible pour les Palestiniens d’obtenir un permis de construire des autorités israéliennes. Presque toutes les demandes, dont l’enregistrement coûte 5.000 £, sont refusées.

Mais les familles palestiniennes, pour lesquelles aucune nouvelle maison n’a été construite depuis des décennies à Jérusalem Est, ont besoin d’agrandir leur espace vital. De désespoir, ils l’agrandissent sans avoir reçu l’autorisation et doivent alors vivre dans l’espoir que leur maison ne sera pas détruite.

L’ordre de démolition, s’ils le reçoivent, est assorti d’une amende. La police et l’armée israéliennes escortent les bulldozers, et les familles ont 15 minutes pour sortir de chez elles avec le plus possible de leurs biens. Ils doivent payer le coût de la démolition, qui peut atteindre des millions de livres. Ceux qui ne peuvent pas payer risquent la prison. Avec 70 % des Palestiniens de Jérusalem Est vivant sous le seuil de pauvreté, certains sont obligés de détruire eux mêmes leur maison.

Les démolitions de maisons induisent pour ces familles éclatées des maladies et des traumatismes psychologiques, surtout chez les enfants. Des organisations d’assistance fournissent à ces familles, qui ont perdu leur logement, des tentes pour une installation temporaire, et les conditions de vie sont rudes.

Les Palestiniens des faubourgs de Jérusalem-Est, tels Silwan et Sheikh Jarrah, manifestent pacifiquement toutes les semaines contre les menaces sur leurs communautés, mais ces manifestations non-violentes sont presque toujours ignorées dans les reportages des médias occidentaux.

Construction de colonies

Alors que les autorités israéliennes refusent aux Palestiniens l’autorisation pour les projets d’extension de leurs logements, tous les gouvernements israéliens depuis 1967 se sont engagés dans la construction illégale de colonies à Jérusalem Est.

Le 27 octobre, Netanyahu a annoncé que 1.000 nouveaux logements de colons seraient construits dans le ville occupée.

Environ 350.000 colons israéliens vivent dans des colonies illégales à Jérusalem-Est. Les Palestiniens ont l’interdiction de vivre dans ces colonies qui ont été construites sur la terre où existaient autrefois leurs quartiers.

La construction stratégique de ces colonies a fait que Jérusalem-Est est physiquement coupée du reste de la Cisjordanie.

Violence

Les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est subissent une violence féroce et suffocante de la part de la police et des colons israéliens.

La violence des colons, qui comporte des attaques sur les biens ainsi que sur les gens, reste généralement impunie.

Or le plus souvent, elle est surveillée par la police et des militaires israéliens.

Les activités illégales des colons prennent de nombreuses formes. Le 30 septembre par exemple, des colons ont investi sept maisons palestiniennes à Jérusalem-Est pendant la nuit, chassant les familles qui y vivaient. Les colons étaient accompagnés par des agents de police.

Cet été, et ce n’était pas la première fois, des bandes de lyncheurs de droite ont envahi les rues de Jérusalem. Quelques victimes palestiniennes ont été battues jusqu’à l’évanouissement, alors que la police israélienne mettait beaucoup de temps à réagir ou bien ignorait carrément les agressions.

Au cours de leur vie quotidienne, les Palestiniens de Jérusalem Est subissent le harcèlement et la violence de la police et de l’armée, y compris aux checkpoints pour franchir le Mur d’Apartheid.

Arrestations et détentions sans chef d’accusation sont habituelles et, durant les quatre derniers mois, Israël a intensifié sa campagne d’arrestations massives contre les Palestiniens de Jérusalem-Est. Depuis juillet, la police israélienne a arrêté plus de 900 Palestiniens, dont des enfants, à Jérusalem-Est.

L’utilisation de gaz lacrymogènes, d’eau puante (à l’odeur de chair pourrie), de drones et d’hélicoptères à basse altitude contre les Palestiniens de Jérusalem-Est n’a cessé d’augmenter ces derniers mois.

Cette semaine, on a décrit la situation affrontée par les Palestiniens de Jérusalem-Est comme « une lutte pour la survie ».

Al Aqsa

Le 4 novembre, le Ministre israélien du Logement, Uri Ariel, qui est un colon, a dit sur une station deradio israélienne qu’il espérait voir construire un temple juif à la place de la Mosquée Al Aqsa.

Il n’est pas le seul.

Moshe Feiglin, député du Likoud et également colon, a plusieurs fois appelé à la destruction de la mosquée Al Aqsa et à la construction d’un « Troisième Temple » à sa place. Feiglin pénètre tous les mois dans le complexe d’Al Aqsa, accompagné d’autres colons et de la police armée qui retient les Palestiniens au dehors et les empêche de prier.

Beaucoup de ces colons sont nés aux Etats Unis et appellent ouvertement à une extrême violence contre les Palestiniens, y compris en tuant par balles des enfants palestiniens.

Yehuda Glick, le rabbin extrémiste sur qui on a tiré plus tôt ce mois-ci, appartient aussi à un groupe qui plaide pour la destruction de la mosquée et son remplacement par un « Troisième Temple ».

Glick et ses disciples prennent régulièrement d’assaut le site de la mosquée et se baladent sur son esplanade, souvent sous la protection de la police armée. Rien qu’en 2014, Glick et son groupe de colons sont entrés sur le site en janvier, en février, deux fois en juin, en juillet et en août. Les Palestiniens qui essaient d’arrêter ces intrusions risquent l’arrestation.

Les provocations et la violence israéliennes en relation avec Al Aqsa, et les restrictions pour les Palestiniens qui viennent y prier, sont trop fréquentes et, par conséquent, trop nombreuses pour les détailler ici, mais vous pouvez les trouver ici.

Voici les incidents pour octobre seulement : des soldats et des colons israéliens ont envahi l’espace de la mosquée, agressant et blessant des fidèles, alors que les soldats lançaient des bombes de gaz (le 9 oct.) ; des centaines de policiers israéliens se sont rués sur le site en lançant des grenades assourdissantes, des gaz lacrymogènes et des balles d’acier enrobé de caoutchouc (le 13 oct.) ; l’armée israélienne a envahi la mosquée, lançant des gaz lacrymogènes et enfermant les Palestiniens désarmés à l’intérieur. Cette vidéo montre l’attaque (le 14 oct.).

Et, le 5 novembre, 300 soldats israéliens ont surgi à l’intérieur de la mosquée, alors que les Palestiniens priaient. Ils étaient suivis par des centaines de colons israéliens qui envahirent le site.

Ce ne sont pas des incidents isolés, mais simplement des exemples récents des provocations et de la violence subies par les Palestiniens en relation avec Al Aqsa, et qui ne sont pas relatés dans les médias ici. Les journalistes passent ces agressions sous silence, non seulement au moment où ils se passent, mais aussi lorsqu’il relatent les tirs sur Glick, privant leurs récits de leur contexte et de leur historique.

Combiné à leur incapacité à fournir de l’information sur le train-train quotidien de l’occupation subi par les Palestiniens de Jérusalem-Est et sur les essais d’Israël pour les chasser de la ville, on ne peut qualifier leurs reportages que de fondamentalement trompeurs.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source: PSC

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PALESTINE
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 08:12

“Ce que les médias ne vous diront pas sur Jérusalem-Est”

6 novembre 2014

Les Palestiniens de Jérusalem-Est subissent au quotidien la brutalité de l’occupation israélienne. Et pourtant, leurs souffrances sont ignorées par la plupart des médias occidentaux.

La semaine dernière, les journalistes occidentaux se sont intéressés à Jérusalem seulement parce qu’un colon israélien, Yehuda Glick, a été blessé par balle le 29 octobre près de la vieille ville.

Et pourtant, la violence contre les Palestiniens est un aspect constant de la vie à Jérusalem-Est, et nos médias n’en parlent pas.

Les Palestiniens de Jérusalem-Est subissent leur expulsion de la ville, la démolition de leurs maisons, les restrictions de leur liberté de circulation, la surveillance, et la violence des colons et des soldats. Et ceci s’ajoute à la construction illégale de colonies sur leur terre.

C’est par des mesures comme celles là – toutes en violation des lois internationales – qu’Israël essaie de nettoyer ethniquement Jérusalem-Est de sa population palestinienne. Le but défini d’Israël est d’instituer et de maintenir la totalité de Jérusalem comme sa capitale.

Le 23 octobre, le Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a fait une déclaration qui réitérait ceci en disant : « Jérusalem unifiée était et restera toujours la capitale d’Israël. » Il a exigé le renforcement de la souveraineté israélienne sur la totalité de Jérusalem avec le déploiement de troupes supplémentaires.

Vous trouverez ci-dessous un petit guide sur ce à quoi ressemble la vie des Palestiniens de Jérusalem-Est, dont le but est de combler les lacunes des reportages dans les médias :

Historique

Avant 1947, la totalité de Jérusalem était palestinienne. Après la partition de la Palestine par les Nations Unies cette même année, l’ONU a qualifié Jérusalem de zone internationale. Israël a envahi Jérusalem Ouest et a établi une frontière de facto connue sous le nom de Ligne Verte, chassant des dizaines de milliers de Palestiniens de cette partie de la ville. En 1967, Israël a occupé puis annexé Jérusalem Est. L’occupation et l’annexion de Jérusalem Est sont illégales selon la législation internationale.

Cartes de résidents

Israël a annexé Jérusalem Est et déclare qu’elle fait partie d’Israël. Et pourtant, alors qu’ils paient des impôts à Israël, les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est n’ont pas la citoyenneté israélienne. Ils doivent faire la demande d’une carte de résident, demande qui doit être fréquemment renouvelée.

Pour obtenir le renouvellement de cette carte, les Palestiniens doivent prouver aux autorités israéliennes que Jérusalem Est est leur « lieu de vie ». Dans ce but, ils doivent fournir quantité de documents, dont l’assurance santé et des factures remontant à plusieurs années, que beaucoup de Palestiniens n’ont pas.

En conséquence, beaucoup de Palestiniens qui n’avaient jamais vécu ailleurs qu’à Jérusalem Est ont perdu leur carte de résident. Et une fois expulsés, ils n’ont plus le droit de revenir.

Ceux qui ont vécu ailleurs pendant plus de sept ans verront aussi la révocation de leur résidence et n’auront plus le droit de revenir.

La loi sur la citoyenneté et l’entrée en Israël interdit aux Palestiniens de Cisjordanie, de Gaza et d’autres pays définis d’entrer à Jérusalem pour un regroupement familial. Ceci a fait que des époux ont été séparés l’un de l’autre et des enfants de leurs parent. Depuis 2005, soit deux ans après le vote de la loi, plus de 125.000 demandes de regroupement n’ont pu aboutir.

Les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est et qui ont un enfant doivent demander au Ministère de l’Intérieur une carte de résident pour leur enfant. Israël accorde à l’enfant une carte temporaire valable deux ans seulement et qui doit être régulièrement renouvelée. Il y a actuellement environ 10.000 enfants palestiniens qui vivent sans autorisation à Jérusalem Est et qui n’ont par conséquent pas accès aux services dont l’éducation et la santé.

Depuis 1967, Israël a retiré la carte de résident à plus de 14.000 Palestiniens de Jérusalem Est. 11.000 cartes ont été retirées entre 1995 et 2013.

Démolition de maisons

Le 4 novembre, les forces israéliennes ont mené un raid sur Silwan, faubourg de Jérusalem Est, et ont démoli les maisons de deux familles, déclarant que ces maisons n’avaient pas de permis de construire valable.

Les familles palestiniennes vivent dans la peur constante de voir leurs maisons détruites. Israël a démoli plus de 27.000 maisons palestiniennes à Jérusalem Est, en Cisjordanie et à Gaza depuis l’occupation de ces territoires en 1967. Des dizaines de milliers d’autres maisons sont menacées par des ordres de démolition en attente.

A Silwan, les maisons palestiniennes sont détruites pour faire place à un centre touristique et un parc national israéliens. Ne serait-ce qu’à Silwan, plus de 1.000 Palestiniens s’attendent à la perte de leur maison.

C’est presque impossible pour les Palestiniens d’obtenir un permis de construire des autorités israéliennes. Presque toutes les demandes, dont l’enregistrement coûte 5.000 £, sont refusées.

Mais les familles palestiniennes, pour lesquelles aucune nouvelle maison n’a été construite depuis des décennies à Jérusalem Est, ont besoin d’agrandir leur espace vital. De désespoir, ils l’agrandissent sans avoir reçu l’autorisation et doivent alors vivre dans l’espoir que leur maison ne sera pas détruite.

L’ordre de démolition, s’ils le reçoivent, est assorti d’une amende. La police et l’armée israéliennes escortent les bulldozers, et les familles ont 15 minutes pour sortir de chez elles avec le plus possible de leurs biens. Ils doivent payer le coût de la démolition, qui peut atteindre des millions de livres. Ceux qui ne peuvent pas payer risquent la prison. Avec 70 % des Palestiniens de Jérusalem Est vivant sous le seuil de pauvreté, certains sont obligés de détruire eux mêmes leur maison.

Les démolitions de maisons induisent pour ces familles éclatées des maladies et des traumatismes psychologiques, surtout chez les enfants. Des organisations d’assistance fournissent à ces familles, qui ont perdu leur logement, des tentes pour une installation temporaire, et les conditions de vie sont rudes.

Les Palestiniens des faubourgs de Jérusalem-Est, tels Silwan et Sheikh Jarrah, manifestent pacifiquement toutes les semaines contre les menaces sur leurs communautés, mais ces manifestations non-violentes sont presque toujours ignorées dans les reportages des médias occidentaux.

Construction de colonies

Alors que les autorités israéliennes refusent aux Palestiniens l’autorisation pour les projets d’extension de leurs logements, tous les gouvernements israéliens depuis 1967 se sont engagés dans la construction illégale de colonies à Jérusalem Est.

Le 27 octobre, Netanyahu a annoncé que 1.000 nouveaux logements de colons seraient construits dans le ville occupée.

Environ 350.000 colons israéliens vivent dans des colonies illégales à Jérusalem-Est. Les Palestiniens ont l’interdiction de vivre dans ces colonies qui ont été construites sur la terre où existaient autrefois leurs quartiers.

La construction stratégique de ces colonies a fait que Jérusalem-Est est physiquement coupée du reste de la Cisjordanie.

Violence

Les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est subissent une violence féroce et suffocante de la part de la police et des colons israéliens.

La violence des colons, qui comporte des attaques sur les biens ainsi que sur les gens, reste généralement impunie.

Or le plus souvent, elle est surveillée par la police et des militaires israéliens.

Les activités illégales des colons prennent de nombreuses formes. Le 30 septembre par exemple, des colons ont investi sept maisons palestiniennes à Jérusalem-Est pendant la nuit, chassant les familles qui y vivaient. Les colons étaient accompagnés par des agents de police.

Cet été, et ce n’était pas la première fois, des bandes de lyncheurs de droite ont envahi les rues de Jérusalem. Quelques victimes palestiniennes ont été battues jusqu’à l’évanouissement, alors que la police israélienne mettait beaucoup de temps à réagir ou bien ignorait carrément les agressions.

Au cours de leur vie quotidienne, les Palestiniens de Jérusalem Est subissent le harcèlement et la violence de la police et de l’armée, y compris aux checkpoints pour franchir le Mur d’Apartheid.

Arrestations et détentions sans chef d’accusation sont habituelles et, durant les quatre derniers mois, Israël a intensifié sa campagne d’arrestations massives contre les Palestiniens de Jérusalem-Est. Depuis juillet, la police israélienne a arrêté plus de 900 Palestiniens, dont des enfants, à Jérusalem-Est.

L’utilisation de gaz lacrymogènes, d’eau puante (à l’odeur de chair pourrie), de drones et d’hélicoptères à basse altitude contre les Palestiniens de Jérusalem-Est n’a cessé d’augmenter ces derniers mois.

Cette semaine, on a décrit la situation affrontée par les Palestiniens de Jérusalem-Est comme « une lutte pour la survie ».

Al Aqsa

Le 4 novembre, le Ministre israélien du Logement, Uri Ariel, qui est un colon, a dit sur une station deradio israélienne qu’il espérait voir construire un temple juif à la place de la Mosquée Al Aqsa.

Il n’est pas le seul.

Moshe Feiglin, député du Likoud et également colon, a plusieurs fois appelé à la destruction de la mosquée Al Aqsa et à la construction d’un « Troisième Temple » à sa place. Feiglin pénètre tous les mois dans le complexe d’Al Aqsa, accompagné d’autres colons et de la police armée qui retient les Palestiniens au dehors et les empêche de prier.

Beaucoup de ces colons sont nés aux Etats Unis et appellent ouvertement à une extrême violence contre les Palestiniens, y compris en tuant par balles des enfants palestiniens.

Yehuda Glick, le rabbin extrémiste sur qui on a tiré plus tôt ce mois-ci, appartient aussi à un groupe qui plaide pour la destruction de la mosquée et son remplacement par un « Troisième Temple ».

Glick et ses disciples prennent régulièrement d’assaut le site de la mosquée et se baladent sur son esplanade, souvent sous la protection de la police armée. Rien qu’en 2014, Glick et son groupe de colons sont entrés sur le site en janvier, en février, deux fois en juin, en juillet et en août. Les Palestiniens qui essaient d’arrêter ces intrusions risquent l’arrestation.

Les provocations et la violence israéliennes en relation avec Al Aqsa, et les restrictions pour les Palestiniens qui viennent y prier, sont trop fréquentes et, par conséquent, trop nombreuses pour les détailler ici, mais vous pouvez les trouver ici.

Voici les incidents pour octobre seulement : des soldats et des colons israéliens ont envahi l’espace de la mosquée, agressant et blessant des fidèles, alors que les soldats lançaient des bombes de gaz (le 9 oct.) ; des centaines de policiers israéliens se sont rués sur le site en lançant des grenades assourdissantes, des gaz lacrymogènes et des balles d’acier enrobé de caoutchouc (le 13 oct.) ; l’armée israélienne a envahi la mosquée, lançant des gaz lacrymogènes et enfermant les Palestiniens désarmés à l’intérieur. Cette vidéo montre l’attaque (le 14 oct.).

Et, le 5 novembre, 300 soldats israéliens ont surgi à l’intérieur de la mosquée, alors que les Palestiniens priaient. Ils étaient suivis par des centaines de colons israéliens qui envahirent le site.

Ce ne sont pas des incidents isolés, mais simplement des exemples récents des provocations et de la violence subies par les Palestiniens en relation avec Al Aqsa, et qui ne sont pas relatés dans les médias ici. Les journalistes passent ces agressions sous silence, non seulement au moment où ils se passent, mais aussi lorsqu’il relatent les tirs sur Glick, privant leurs récits de leur contexte et de leur historique.

Combiné à leur incapacité à fournir de l’information sur le train-train quotidien de l’occupation subi par les Palestiniens de Jérusalem-Est et sur les essais d’Israël pour les chasser de la ville, on ne peut qualifier leurs reportages que de fondamentalement trompeurs.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source: PSC

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PALESTINE
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 08:10

“Ce que les médias ne vous diront pas sur Jérusalem-Est”

 

6 novembre 2014

Les Palestiniens de Jérusalem-Est subissent au quotidien la brutalité de l’occupation israélienne. Et pourtant, leurs souffrances sont ignorées par la plupart des médias occidentaux.

La semaine dernière, les journalistes occidentaux se sont intéressés à Jérusalem seulement parce qu’un colon israélien, Yehuda Glick, a été blessé par balle le 29 octobre près de la vieille ville.

Et pourtant, la violence contre les Palestiniens est un aspect constant de la vie à Jérusalem-Est, et nos médias n’en parlent pas.

Les Palestiniens de Jérusalem-Est subissent leur expulsion de la ville, la démolition de leurs maisons, les restrictions de leur liberté de circulation, la surveillance, et la violence des colons et des soldats. Et ceci s’ajoute à la construction illégale de colonies sur leur terre.

 

C’est par des mesures comme celles là – toutes en violation des lois internationales – qu’Israël essaie de nettoyer ethniquement Jérusalem-Est de sa population palestinienne. Le but défini d’Israël est d’instituer et de maintenir la totalité de Jérusalem comme sa capitale.

Le 23 octobre, le Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a fait une déclaration qui réitérait ceci en disant : « Jérusalem unifiée était et restera toujours la capitale d’Israël. » Il a exigé le renforcement de la souveraineté israélienne sur la totalité de Jérusalem avec le déploiement de troupes supplémentaires.

Vous trouverez ci-dessous un petit guide sur ce à quoi ressemble la vie des Palestiniens de Jérusalem-Est, dont le but est de combler les lacunes des reportages dans les médias :

Historique

Avant 1947, la totalité de Jérusalem était palestinienne. Après la partition de la Palestine par les Nations Unies cette même année, l’ONU a qualifié Jérusalem de zone internationale. Israël a envahi Jérusalem Ouest et a établi une frontière de facto connue sous le nom de Ligne Verte, chassant des dizaines de milliers de Palestiniens de cette partie de la ville. En 1967, Israël a occupé puis annexé Jérusalem Est. L’occupation et l’annexion de Jérusalem Est sont illégales selon la législation internationale.

 

Cartes de résidents

Israël a annexé Jérusalem Est et déclare qu’elle fait partie d’Israël. Et pourtant, alors qu’ils paient des impôts à Israël, les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est n’ont pas la citoyenneté israélienne. Ils doivent faire la demande d’une carte de résident, demande qui doit être fréquemment renouvelée.

Pour obtenir le renouvellement de cette carte, les Palestiniens doivent prouver aux autorités israéliennes que Jérusalem Est est leur « lieu de vie ». Dans ce but, ils doivent fournir quantité de documents, dont l’assurance santé et des factures remontant à plusieurs années, que beaucoup de Palestiniens n’ont pas.

En conséquence, beaucoup de Palestiniens qui n’avaient jamais vécu ailleurs qu’à Jérusalem Est ont perdu leur carte de résident. Et une fois expulsés, ils n’ont plus le droit de revenir.

 

Ceux qui ont vécu ailleurs pendant plus de sept ans verront aussi la révocation de leur résidence et n’auront plus le droit de revenir.

La loi sur la citoyenneté et l’entrée en Israël interdit aux Palestiniens de Cisjordanie, de Gaza et d’autres pays définis d’entrer à Jérusalem pour un regroupement familial. Ceci a fait que des époux ont été séparés l’un de l’autre et des enfants de leurs parent. Depuis 2005, soit deux ans après le vote de la loi, plus de 125.000 demandes de regroupement n’ont pu aboutir.

Les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est et qui ont un enfant doivent demander au Ministère de l’Intérieur une carte de résident pour leur enfant. Israël accorde à l’enfant une carte temporaire valable deux ans seulement et qui doit être régulièrement renouvelée. Il y a actuellement environ 10.000 enfants palestiniens qui vivent sans autorisation à Jérusalem Est et qui n’ont par conséquent pas accès aux services dont l’éducation et la santé.

Depuis 1967, Israël a retiré la carte de résident à plus de 14.000 Palestiniens de Jérusalem Est. 11.000 cartes ont été retirées entre 1995 et 2013.

Démolition de maisons

Le 4 novembre, les forces israéliennes ont mené un raid sur Silwan, faubourg de Jérusalem Est, et ont démoli les maisons de deux familles, déclarant que ces maisons n’avaient pas de permis de construire valable.

Les familles palestiniennes vivent dans la peur constante de voir leurs maisons détruites. Israël a démoli plus de 27.000 maisons palestiniennes à Jérusalem Est, en Cisjordanie et à Gaza depuis l’occupation de ces territoires en 1967. Des dizaines de milliers d’autres maisons sont menacées par des ordres de démolition en attente.

A Silwan, les maisons palestiniennes sont détruites pour faire place à un centre touristique et un parc national israéliens. Ne serait-ce qu’à Silwan, plus de 1.000 Palestiniens s’attendent à la perte de leur maison.

C’est presque impossible pour les Palestiniens d’obtenir un permis de construire des autorités israéliennes. Presque toutes les demandes, dont l’enregistrement coûte 5.000 £, sont refusées.

Mais les familles palestiniennes, pour lesquelles aucune nouvelle maison n’a été construite depuis des décennies à Jérusalem Est, ont besoin d’agrandir leur espace vital. De désespoir, ils l’agrandissent sans avoir reçu l’autorisation et doivent alors vivre dans l’espoir que leur maison ne sera pas détruite.

 

L’ordre de démolition, s’ils le reçoivent, est assorti d’une amende. La police et l’armée israéliennes escortent les bulldozers, et les familles ont 15 minutes pour sortir de chez elles avec le plus possible de leurs biens. Ils doivent payer le coût de la démolition, qui peut atteindre des millions de livres. Ceux qui ne peuvent pas payer risquent la prison. Avec 70 % des Palestiniens de Jérusalem Est vivant sous le seuil de pauvreté, certains sont obligés de détruire eux mêmes leur maison.

Les démolitions de maisons induisent pour ces familles éclatées des maladies et des traumatismes psychologiques, surtout chez les enfants. Des organisations d’assistance fournissent à ces familles, qui ont perdu leur logement, des tentes pour une installation temporaire, et les conditions de vie sont rudes.

Les Palestiniens des faubourgs de Jérusalem-Est, tels Silwan et Sheikh Jarrah, manifestent pacifiquement toutes les semaines contre les menaces sur leurs communautés, mais ces manifestations non-violentes sont presque toujours ignorées dans les reportages des médias occidentaux.

Construction de colonies

Alors que les autorités israéliennes refusent aux Palestiniens l’autorisation pour les projets d’extension de leurs logements, tous les gouvernements israéliens depuis 1967 se sont engagés dans la construction illégale de colonies à Jérusalem Est.

Le 27 octobre, Netanyahu a annoncé que 1.000 nouveaux logements de colons seraient construits dans le ville occupée.

Environ 350.000 colons israéliens vivent dans des colonies illégales à Jérusalem-Est. Les Palestiniens ont l’interdiction de vivre dans ces colonies qui ont été construites sur la terre où existaient autrefois leurs quartiers.

La construction stratégique de ces colonies a fait que Jérusalem-Est est physiquement coupée du reste de la Cisjordanie.

 

Violence

Les Palestiniens qui vivent à Jérusalem Est subissent une violence féroce et suffocante de la part de la police et des colons israéliens.

La violence des colons, qui comporte des attaques sur les biens ainsi que sur les gens, reste généralement impunie.

Or le plus souvent, elle est surveillée par la police et des militaires israéliens.

Les activités illégales des colons prennent de nombreuses formes. Le 30 septembre par exemple, des colons ont investi sept maisons palestiniennes à Jérusalem-Est pendant la nuit, chassant les familles qui y vivaient. Les colons étaient accompagnés par des agents de police.

Cet été, et ce n’était pas la première fois, des bandes de lyncheurs de droite ont envahi les rues de Jérusalem. Quelques victimes palestiniennes ont été battues jusqu’à l’évanouissement, alors que la police israélienne mettait beaucoup de temps à réagir ou bien ignorait carrément les agressions.

Au cours de leur vie quotidienne, les Palestiniens de Jérusalem Est subissent le harcèlement et la violence de la police et de l’armée, y compris aux checkpoints pour franchir le Mur d’Apartheid.

Arrestations et détentions sans chef d’accusation sont habituelles et, durant les quatre derniers mois, Israël a intensifié sa campagne d’arrestations massives contre les Palestiniens de Jérusalem-Est. Depuis juillet, la police israélienne a arrêté plus de 900 Palestiniens, dont des enfants, à Jérusalem-Est.

 

L’utilisation de gaz lacrymogènes, d’eau puante (à l’odeur de chair pourrie), de drones et d’hélicoptères à basse altitude contre les Palestiniens de Jérusalem-Est n’a cessé d’augmenter ces derniers mois.

Cette semaine, on a décrit la situation affrontée par les Palestiniens de Jérusalem-Est comme « une lutte pour la survie ».

Al Aqsa

Le 4 novembre, le Ministre israélien du Logement, Uri Ariel, qui est un colon, a dit sur une station deradio israélienne qu’il espérait voir construire un temple juif à la place de la Mosquée Al Aqsa.

Il n’est pas le seul.

Moshe Feiglin, député du Likoud et également colon, a plusieurs fois appelé à la destruction de la mosquée Al Aqsa et à la construction d’un « Troisième Temple » à sa place. Feiglin pénètre tous les mois dans le complexe d’Al Aqsa, accompagné d’autres colons et de la police armée qui retient les Palestiniens au dehors et les empêche de prier.

Beaucoup de ces colons sont nés aux Etats Unis et appellent ouvertement à une extrême violence contre les Palestiniens, y compris en tuant par balles des enfants palestiniens.

Yehuda Glick, le rabbin extrémiste sur qui on a tiré plus tôt ce mois-ci, appartient aussi à un groupe qui plaide pour la destruction de la mosquée et son remplacement par un « Troisième Temple ».

Glick et ses disciples prennent régulièrement d’assaut le site de la mosquée et se baladent sur son esplanade, souvent sous la protection de la police armée. Rien qu’en 2014, Glick et son groupe de colons sont entrés sur le site en janvier, en février, deux fois en juin, en juillet et en août. Les Palestiniens qui essaient d’arrêter ces intrusions risquent l’arrestation.

Les provocations et la violence israéliennes en relation avec Al Aqsa, et les restrictions pour les Palestiniens qui viennent y prier, sont trop fréquentes et, par conséquent, trop nombreuses pour les détailler ici, mais vous pouvez les trouver ici.

 

Voici les incidents pour octobre seulement : des soldats et des colons israéliens ont envahi l’espace de la mosquée, agressant et blessant des fidèles, alors que les soldats lançaient des bombes de gaz (le 9 oct.) ; des centaines de policiers israéliens se sont rués sur le site en lançant des grenades assourdissantes, des gaz lacrymogènes et des balles d’acier enrobé de caoutchouc (le 13 oct.) ; l’armée israélienne a envahi la mosquée, lançant des gaz lacrymogènes et enfermant les Palestiniens désarmés à l’intérieur. Cette vidéo montre l’attaque (le 14 oct.).

Et, le 5 novembre, 300 soldats israéliens ont surgi à l’intérieur de la mosquée, alors que les Palestiniens priaient. Ils étaient suivis par des centaines de colons israéliens qui envahirent le site.

Ce ne sont pas des incidents isolés, mais simplement des exemples récents des provocations et de la violence subies par les Palestiniens en relation avec Al Aqsa, et qui ne sont pas relatés dans les médias ici. Les journalistes passent ces agressions sous silence, non seulement au moment où ils se passent, mais aussi lorsqu’il relatent les tirs sur Glick, privant leurs récits de leur contexte et de leur historique.

Combiné à leur incapacité à fournir de l’information sur le train-train quotidien de l’occupation subi par les Palestiniens de Jérusalem-Est et sur les essais d’Israël pour les chasser de la ville, on ne peut qualifier leurs reportages que de fondamentalement trompeurs.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source: PSC

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PALESTINE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre