Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 16:22
L'UNESCO relève que l'éducation cubaine est un exemple pour le monde

 

La Havane, 14 février (RHC/AIN)- Miguel Jorge llivina, représentant du Bureau Régional de la Culture pour l'Amérique Latine et les Caraïbes de l'UNESCO, l'Organisation des Nations Unies pour l'Éducation, la Science et la Culture a relevé que l'éducation cubaine est un exemple pour le monde.

Dans des déclarations exclusives à l'Agence d'Information Nationale, Miguel Jorge llivina a rappelé que Cuba occupe une place reconnue à l'échelle internationale en raison de ses indices élevés d'application des Objectifs de l'Éducation pour Tous » par rapport à ceux des pays développés.

« C'est un indice composé qui permet une évaluation globale du système d'enseignement en ce qui concerne la qualité, la première enfance, le primaire, les jeunes, l'alphabétisation des adultes et l'égalité de genres » -a-t-il ajouté-.

Il a également indiqué que dans beaucoup de pays de l'Amérique Latine et des Caraïbes, des cadres professionnels cubains du secteur de l'éducation apportent leur coopération dans l'éradication de l'analphabétisme dans la région à travers la réalisation de projets et de programmes conjoints parmi lesquels figurent les systèmes pédagogiques « Educa a tu hijo » (Éduque ton fils) et « Yo sí puedo » (Moi, oui, je peux).

Miguel Jorge llivina a signalé aussi que les succès de Cuba dans ce secteur sont hautement appréciés par les 2 700 délégués et invités qui prennent part au 9e Congrès « Université 2014 »

 

Edité par Reynaldo Henquen
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LE SAVIEZ-VOUS
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 16:03

 

La région Ile-de-France hors grand marché transatlantique

La région Ile-de-France est la première à demander l’arrêt des négociations autour d’un Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) entre les États-Unis et l’Union européenne. Et à se déclarer « zone hors TTIP ».

 


Une délibération présentée par le groupe Front de gauche-Parti de gauche et Alternatifs au conseil régional d’Ile-de-France (5 élus), intitulée : « La région Ile-de-France hors partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) » a été adoptée le 14 février sans le PS et le Mouvement républicain et citoyen (MRC). Le Parti de gauche, le PCF et EELV ont voté en faveur de cette délibération alors que le groupe socialiste, présidé par Guillaume Balas, du courant de Benoît Hamon « Un monde d’avance », en troisième position de la liste socialiste en Ile-de-France pour les prochaines élections européennes, n’a pas participé au vote.

« Après avoir rejeté une motion de dernière minute du groupe PS visant à empêcher ce débat, les élus franciliens du Front de Gauche et d’Europe-Ecologie-Les-Verts ont affirmé leur opposition à ce projet, a déclaré Pascale Le Néouannic, présidente du groupe Front de gauche-Parti de gauche et Alternatifs. Ensemble nous avons refusé cet accord qui menace nos droits sociaux, écologiques et démocratiques et exigé une information complète des citoyens ».

 

Le groupe socialiste a critiqué le principe de déclarer la région Ile-de-France « zone hors TTIP », ainsi que l’arrêt des négociations demandé dans la délibération. Pascale Le Néouannic a estimé cette critique était infondée : « Notre délibération est un copié-collé de la délibération de 2004 présentée à l’initiative de Jean-Paul Huchon et demandant que la région Ile-de-France soit déclarée territoire “hors AGCS” [Accord général pour le commerce des services de l’Organisation mondiale du commerce]. Nous n’avons bien évidemment changé que quelques mots ».

 

Le groupe EELV au conseil régional d’Ile-de-Franceestime que «  Cette négociation du partenariat transatlantique de commerce et d’investissement est une tentative inédite de prise de pouvoir du monde économique. Le point le plus sensible de ces négociations que le Président Hollande entend “accélérer”, est celui de la libéralisation réglementaire, qui ferait voler en éclat les normes sociales et environnementales appliquées en Europe et dans notre pays ».

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 15:52

LES MENSONGES DE PUJADAS !

pujadas.jpg

France Télévision et RFI ont engagé une vaste campagne de falsfication sur la situation qui se déroule qui se déroule aujourd'hui au Vénézuela n'hésitant pas à mentir délibérément comme le prouve le communiqué ci-dessus.

Pujadas dans son émisssion "les paroles et les actes" n'hésite pas non plus à manipuler les débats qui sont tout sauf pluralistes comme le démontre l'excellent document publié par le site web les "mots sont importants" que vous pourrez découvrir en cliquant ici.


Communiqué de Cuba Si France Provence en réponse au "reportage' honteux diffusé hier soir dans le JT de 20H de France 2 (cliquez ici pour le voir: JTFRANCE2-13/02/2017).

 

Cuba Si France Provence a été scandalisée par la façon dont David Pujadas a évoqué, au cours de l'édition de 20h du Journal Télévisé, jeudi 13 février, les événements qui se sont déroulés au Venezuela le 12 février dernier :

« Durcissement du régime au Venezuela. Le successeur d'Hugo Chavez, Nicolas Maduro fait face à des manifestations grandissantes. Hier, des tirs à balles réelles ont été entendus à Caracas et 3 personnes ont été tuées parmi les étudiants et les opposants qui défilaient contre la vie chère, l'insécurité et les pénuries ».


En présentant les choses de cette façon, on entend que la police a tiré sur des manifestants pacifiques. Or, la vérité est totalement différente.

 

Ces manifestations, qui ont eu lieu dans tout le pays, étaient organisées par des groupes radicaux d'extrême droite et leur but était de générer la violence pour provoquer une situation de chaos qui pourrait justifier une intervention étrangère. C'est une situation que le Venezuela a déjà connue en 2002, lors du coup d'Etat manqué contre le Président Hugo Chavez.

 

Le Venezuela est actuellement en butte à une guerre économique livrée par les groupes fascistes et les spéculateurs contre lesquels le Gouvernement Bolivarien a pris récemment des mesures fermes pour que les produits soient enfin vendus à la population à leur juste prix. Ces mesures commencent à porter leurs fruits et il n'y a dans le pays, aucune manifestation contre la vie chère.

 

Quant à l'insécurité, elle est surtout importante dans les états gérés par des gouverneurs d'extrême droite et des mesures ont été également prises récemment par le Gouvernement pour en venir à bout.

 

En ce qui concerne les « tirs à balles réelles », c'est bien une réalité et ils ont fait 3 morts mais les armes à feu étaient aux mains des groupes de choc et non de la Police. Comme par hasard, Monsieur Pujadas a oublié de le préciser...

Mais ce qui est le plus grave, c'est que les morts ne sont pas des opposants comme il a été dit : Juan Montoya était membre du collectif révolutionnaire 23 Janvier, et Bassil Da Costa, étudiant (mais pas opposant). 17 des blessés sont des fonctionnaires de police ou des militaires, et 49 sont des civils. Il n'y a donc aucune victime dans le camp des « opposants », ou pour mieux dire, des groupes de choc.

 

Cuba Si France Provence demande à la chaîne qui a diffusé ces contre-vérités un droit de réponse.

 

Les téléspectateurs français ont le droit de connaître la vérité.

Salon-de-Provence, le 14 février 2014

Pour Cuba Si France Provence,

la présidente,

Françoise Lopez

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 10:55
Venezuela : La désinformation et la manipulation est en marche
Nicolas Maury | Vendredi 14 Février 2014

Un témoignage en direct du Venezuela, à propos des événements de ces derniers jours , reçu hier et ce matin. Donc, les événements suivis au plus près, sur place... A lire absolument pour comprendre tous les articles diffusés sur le sujet

Venezuela : La désinformation et la manipulation est en marche
Bonjour à tous, 

Oui, en effet, la situation est encore difficile, parce que la droite a commencé à utiliser une nouvelle méthode, en plus de ce tout ce qu'il ont déjà essayé. Il s'agit de faire circuler sur twitter, et les autres réseaux sociaux, des événements que n'existent pas, juste pour alarmer la population et faire croire qu'il y a une sorte de chaos incontrôlable et de la répression policière brutale. Par exemple: ils ont fait circuler hier soir qu'il y avait une fille violé dans une université, qu'il y avait un étudiant assassiné, etc, etc. 

Ces mensonges sont répétés par tous comme si c'était vrai. Il s'agit de rumeurs. Mais qui provoquent des états d'incertitude. Ils cherchent des morts pour créer une ambiance chaotique et faire voir le gouvernement comme illégitime au niveau international. 
Alors le gouvernement de Maduro travaille très dur pour faire face à tous les problèmes du pays, et il a réussi à résoudre des situations compliquées. Il a montré "mano dura" contre la spéculation des prix et les abus des commerçants, il a réduit les chiffres de la délinquance, mis sous contrôle la corruption, etc. 

Donc, étant donné que le gouvernement devient fort et que la droite au contraire est divisée et devient de plus en plus faible comme option électorale, le fascisme a décidé de reprendre la voie des attaques violentes. 
Les morts d'hier (ils sont trois) sont chavistes, mais la droite dit qu'ils ont eu des morts aussi, mais personne ne les connaît. Ils se font passer pour les victimes. 

En plus, pendant les activités de rue ils ont utilisé des feux d'artifice, apparemment comme en Ukraine, et ils ont détruits des places et des bâtiments publics. 

Pour finir, Leopoldo Lopez, un dirigent fasciste de l'opposition a dit hier que les activités de rue ne vont pas s'arrêter jusqu'à ce que le gouvernement tombe ! 

C'est compliqué parce que si Maduro fonce contre eux, ils sont contents: ils montrent tout sur CNN en disant qu'au Vénézuela il y a une situation de violence et qu'il faut intervenir. Et en se montrant comme victimes les gens d'ici, de l'opposition, descendent encore dans la rue pour protester et ils deviennent plus violents... 

J'espère que le gouvernement trouvera un moyen de faire face, puisqu'en plus les chavistes des quartiers populaires en se sentant impuissants vis-à-vis du cynisme de la droite, ont envie de prendre la justice en mains, ce qui est encore plus dangereux. 

D'un autre côte, les choses se passent tellement vite ici, que d'un moment á l'autre la situation change. 

Le peuple chaviste est sorti ce matin dans las rues de Caracas, pour soutenir le gouvernement, et le résultat a été très important. L'opposition n' pas osé pour l'instant tenir les activités violentes. Mais le plan putchiste continue...toujours !!! 

Aurora, 
13 février 2014

Aujourd'hui, dans l'après-midi et le soir, les groupes violents ont continué leur travail de provoquer le gouvernement. Ils cherchent à créer un climat de guerre civile. 

Ils ont agressé des journalistes de la chaîne de l’État (VTV) et aussi les policiers qui la gardent. Ils profitent de la situation: ces policiers, qui protègent les bâtiments publics pendant les manifs ne sont jamais armés, c'est illégal ici depuis Chávez. 

On résiste mais c'est fatigant, on est toujours dans la colère et l'impuissance face à ces initiatives putschistes. Ils vont continuer demain. J'espère qu’on arrive à s'en sortir, comme on l'a toujours fait depuis Chávez et avec Chávez. Cette guerre ne se termine jamais, mais il faut résister. 
Merci pour votre soutien. 

Aurora 
14 février 2014 

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2014/02/venezuela-la-manipulation-en-marche.html
Repost 0
Published by bruno fornaciari
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 09:59

 

POLITIQUE -  le 14 Février 2014

 

 "La braderie américaine de M. Hollande"

 

 

L'éditorial de Patrick Le Hyaric.

 "On est stupéfait de la manière 
dont le voyage de François Hollande aux États-Unis consacre 
une entente libérale, occidentaliste 
et militariste avec les dirigeants 
et le capital nord-américains."

Alors que de partout 
dans la société, comme au Sénat ou au Parlement européen, est posée de plus en plus fort la question 
de l’utilité et des conséquences négatives de la création d’un marché de libre-échange transatlantique, 
François Hollande, sans aucun mandat du Parlement 
et à l’opposé de ses engagements électoraux, a demandé devant le président Obama « d’accélérer la création 
de ce vaste marché », dont les termes de la négociation, entamée depuis le mois de juillet, sont totalement secrets. Même le texte du mandat sur lequel négocie, au nom 
de tous les États européens, la Commission européenne, est classé « diffusion restreinte ».

Depuis, aucun débat public, aucune communication gouvernementale n’est organisée sur ce funeste projet qui concerne pourtant nos vies quotidiennes : notre alimentation, notre santé, notre protection sociale, nos services publics. Faisant fi de tout cela, le président 
de la République n’a pas hésité à déclarer dans l’euphorie de l’air nord-américain, à l’adresse vraisemblablement des puissances industrielles et financières : « Dès lors 
que les priorités sont fixées, que les mandats sont donnés, que les intérêts sont connus, aller vite n’est pas un problème, c’est une solution. » Autant décréter que 
les négociations sont terminées. C’est d’ailleurs la suite 
de cette déclaration qui nous fait mieux percevoir 
à qui elle s’adresse quand M. Hollande dit tout de go : « Nous avons tout 
à gagner à aller vite. Sinon nous savons bien qu’il 
y aura une accumulation 
de peurs, de menaces, de crispations. » Terrible ! C’est l’organisation de la grande braderie des intérêts nationaux et européens. C’est le sacrifice de notre élevage et de notre gastronomie. C’est la poursuite de la destruction de notre industrie, de la culture, de nos services publics et des marchés publics ouverts au pied de biche, jusqu’à la livraison en pâture de nos données personnelles et de nos vies intimes aux mastodontes Google et Yahoo pour nous surveiller et en faire commerce. C’est notre liberté sacrifiée sur l’autel du libre-échangisme capitaliste, dont on n’a vu jusque-là que les longues et tristes files de chômeurs et de travailleurs précarisés, voisinant avec celles qui n’ont d’autre choix que la soupe populaire.

Et ce n’est pas tout ! Il ne faut surtout pas ignorer le projet de camisole intégrale envisagé contre nos vies, contre nos lois protégeant les droits sociaux humains et environnementaux. Avec ce traité, toute multinationale jugeant que les législations entraveraient ses possibilités d’exploiter les hommes et la nature à sa guise se verrait octroyer la possibilité de poursuivre les États devant des tribunaux spéciaux conçus par elle et pour elle. Ainsi, ce ne serait plus ni 
les parlements ni les gouvernements qui décideraient 
des lois. Les multinationales créeraient leurs propres droits. C’est la dictature programmée au service 
des puissances industrielles et financières, sans besoin 
de généraux bottés et casqués.

Derrière ce vaste projet, se cachent à la fois la 
volonté du camp occidental de retrouver son hégémonie sur le monde et une tentative pour 
les multinationales de contourner les dégâts qu’elles provoquent avec leur terrible politique d’austérité 
en recherchant des marchés nouveaux à l’exportation. C’est un schéma de guerre économique mortifère. Il ne faut pas laisser faire. Refusons le marché transatlantique.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans EUROPE
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 08:29

HK à la Fête de l'Humanité 2013

CULTURE -  le 13 Février 2014

 

HK: "Ces étrangers qui se sont battus et qui sont morts pour la France"

 

 

Le hors série consacré au 70 ans de l'Affiche rouge et au groupe Manouchian est accompagné d'un disque du chanteur Kaddour Haddadi, dit HK, dans lequel il reprend, avec "les déserteurs",l’Affiche rouge ou En groupe, en ligue, en procession. 

Entretien avec le chanteur qui sort en parallèle son nouvel album

Le numéro spécial de «l’Humanité» sur Missak Manouchian s’accompagne d’un disque dans lequel figurent certains titres que vous interprétez dans votre nouvel album, HK et les Déserteurs, dont l’Affiche rouge. Que représente pour vous ce poème d’Aragon, chanté et mis en musique par Léo Ferré? 

Kaddour Haddadi. Il y a une devise que j’ai faite mienne depuis quelques années: «Faisons de nos vies une œuvre d’art; et de notre art, un acte de résistance.» Cette chanson, l’Affiche rouge, c’est exactement ça. Tout d’abord, cette histoire de Missak Manouchian et de ses compagnons de lutte, «amoureux de vivre à en mourir» (dixit Aragon). Ces étrangers qui se sont battus et qui sont morts pour la France. Ceux-là, «noirs de barbe et de nuit», que l’occupant nous présentait comme des criminels sur cette affiche de propagande, placardée «sur les murs de nos villes». Ces hommes, incroyablement dignes jusqu’à ces derniers mots écrits par Missak Manouchian avant son exécution: «Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand.» Une leçon d’engagement, de résistance et de vie! Et puis, il y a le génie combiné de Louis Aragon, puis de Léo ferré, qui ont immortalisé l’histoire de ces grands hommes.

Vous interprétez également En groupe, en ligue, en procession. Quelle lecture faites-vous de cette chanson de Jean Ferrat ? 

Kaddour Haddadi. Les gens me connaissent pour notre chanson On lâche rien, qui accompagne un bon nombre de cortèges et de manifestations depuis quelques années. En groupe, en ligue, en procession est justement un hymne à ceux qui manifestent «depuis 200 générations» (dixit Jean Ferrat). À ceux qui se révoltent, qui se mobilisent, à ceux qui marchent ensemble. Je trouve ce texte fort, je dirais même fondateur. Quand Jean Ferrat se définit comme «celui que l’on fait taire, au nom des libertés dans l’air», je me rends compte à quel point nous sommes tous ses héritiers. Toute sa vie, il a mis son art au service de ses idées et de ses combats.

Vous proposez aussi trois autres titres: Les loups sont entrés dans Paris (Serge Reggiani), Noir et blanc (Bernard Lavilliers) etl’Auvergnat (Georges Brassens). Diriez-vous qu’il y a un point commun à ces chansons ?

Kaddour Haddadi. Ce sont surtout des chansons que j’aime, écrites et interprétées par d’immenses artistes. J’ai une préférence particulière pour les Loups. J’aime cette double lecture, ce parallèle avec la montée du nazisme en Europe dans les années 1930. Ce parallèle aussi que l’on peut faire avec notre époque, et le retour sournois des discours xénophobes banalisés, jusque parmi nos dirigeants politiques.

Dans HK et les Déserteurs, vous reprenez quinze classiques de la chanson française que vous mêlez aux sonorités chaâbi. «Les Déserteurs», au fond, c’est quoi? Un voyage imaginaire et fraternel entre l’Algérie et la France?

Kaddour Haddadi. Exactement. Il y a aussi dans cet album la reprise duDéserteur, de Boris Vian. Contrairement à une idée de plus en plus répandue dans nos grands médias (le choc des cultures, l’impossible cohabitation…), ces deux cultures que je porte en moi ne demandent qu’à vivre et avancer ensemble : imaginer, construire et créer ensemble.


Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DETENDEZ-VOUS EN MUSIQUE
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 05:37

Campagne du Front de gauche pour la présidentielle 2012 (archive)

POLITIQUE -  le 14 Février 2014

Européennes

Européennes: le Front de gauche se cherche

 

 

Alors que la coalition peine à se mettre en mouvement pour les élections européennes, Jean-Luc Mélenchon a lancé, ce jeudi, un appel au rassemblement de «l’opposition de gauche».

«Mais qu’est-ce qu’on attend pour faire campagne?» s’agace un militant du Front de gauche, pour qui les élections européennes du 25 mai prochain offrent un «boulevard» à la coalition. «Nous sommes les seuls à proposer un projet alternatif aux politiques d’austérité face à l’urgence sociale et démocratique, rappelle-t-il. Les seuls à pouvoir porter l’espoir du peuple de gauche. Mesurons bien notre responsabilité plutôt que de nous bagarrer de manière ridicule sur des affaires de logos.»

Un sentiment partagé de part et d’autre des rangs du Front de gauche, paralysé par ses divergences stratégiques pour les municipales. Le lancement de la campagne européenne avait été hypothéqué en décembre, après que le Parti de gauche a décidé «jusqu’aux municipales» de «suspendre sa participation» au Parti de la gauche européenne (PGE). En cause, le choix du PCF de se présenter sur des listes de rassemblement avec le PS dès le premier tour dans plusieurs villes, notamment dans la capitale. «On considère que préparer une campagne européenne avec un président du PGE qui appelle à aller à Paris aux municipales avec des représentants de la social-démocratie brouille notre message», avait alors fait valoir Martine Billard, coprésidente du PG.

Pour un document commun d’orientation politique

«Nous pensons que l’engagement de cette campagne est urgent et devrait se mener en concomitance avec les élections municipales, affirmait pourtant Pierre Laurent, lors du Conseil national du PCF, le 23 janvier. Nous avons insisté sur cette urgence auprès de nos camarades du PG. Je crois pouvoir dire qu’elle est largement partagée dans les composantes du Front de gauche.» D’ores et déjà, des représentants de chacune des formations de la coalition se réunissent toutes les semaines pour travailler sur un document commun d’orientation politique. «Il faut vite recoller les morceaux, abonde la dirigeante communiste Marie-Pierre Vieu. On a la possibilité de mener une belle campagne, avec des listes ouvertes au mouvement social. Il faut vite se remettre autour d’une table pour faire aboutir notre plateforme commune, à laquelle on peut donner corps dans chaque grande région, en lien avec les luttes sociales locales. Rappelons-nous que l’exigence d’une autre Europe est à la base de la création du Front de gauche en 2009.»

Opposition de gauche

Interrogé jeudi sur France 2 sur sa stratégie en vue des élections européennes, Jean-Luc Mélenchon a lancé un appel au rassemblement de «tous ceux qui se définissent comme l’opposition de gauche», des écologistes à la gauche du Parti socialiste, en vue de listes communes aux élections européennes. «Montrons au pays qu’on peut tracer une ouverture», a proposé le coprésident du Parti de gauche.

Un appel violemment rejeté dans la journée par une partie d’EELV, son ancien secrétaire national, Pascal Durand, dénonçant une «pure opération de communication, qui ne repose sur aucune proposition européenne, ni aucune vision de l’Europe à partager».

Joint par l’Humanité, le député européen EELV Yannick Jadot a jugé «inenvisageable » un tel rassemblement, fustigeant «l’instrumentalisation par Jean-Luc Mélenchon du débat européen à des fins personnelles». «Tout le monde voit bien qu’il cherche ainsi à régler ses comptes avec le PCF, en regardant si l’herbe est plus verte ailleurs.» Mêmes réactions au sein de l’aile gauche du PS, qui ne se retrouve pas dans l’idée d’une «opposition de gauche». «Nous ne sommes pas rigides. Si des écologistes ne se retrouvent pas dans cette idée, rassemblons-nous autour de celle d’une majorité alternative. L’essentiel est de faire échec à la politique actuelle et de redonner de l’espoir à la gauche», répond Éric Coquerel.

Soulever les ambigüités

«Le conseil national de notre parti se réunit ce week-end pour réfléchir à ce qu’il convient de faire comme rassemblement le plus large possible», indique le secrétaire national du PG. La réunion devrait aboutir à l’écriture d’une résolution apte à soulever les ambiguïtés qui pèsent encore autour des intentions du parti de Jean-Luc Mélenchon. « Le Front de gauche ne doit pas se louper », plaide Olivier Dartigolles, pour qui, « rien ne peut justifier qu’on ne se mette pas en ordre de bataille ». Et le porte-parole du PCF de rappeler que « tout ce qui a présidé à la construction du Front de gauche est là, reconvoqué d’une manière d’autant plus décisive que si nous échouons, nous porterons une part de responsabilité face à la montée du populisme en Europe ».

Une Marche contre l’austérité. Pierre Laurent propose que la campagne du Front de gauche 
soit lancée, mi-avril à Paris, par une marche européenne permettant une grande mobilisation populaire « contre 
l’austérité en France et en Europe». Marche à laquelle 
pourrait participer le dirigeant grec de Syriza, Alexis Tsipras, 
qui est, pour le PGE, candidat à la présidence de la 
Commission européenne. Pour le secrétaire national du PCF 
et président du Parti de la gauche européenne (PGE), l’ambition est «de mettre la gauche européenne anti-austérité, celle 
que nous incarnons avec Alexis Tsipras, le plus haut possible 
dans le maximum de pays».

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans EUROPE
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 00:19

Je boycotte, tu boycottes, nous boycottons, l'Etat sioniste d'Israël, et vous?

Merci à celles et ceux qui nous rejoignent pour le boycott de l'Etat sioniste d'Israël.

Voici des documentaires qui peuvent répondre à vos questions.http://e-nautia.com/vieuxmatou/disk?f=1019920

 

VIVE LA PALESTINE LIBRE

Boycottez l'Etat sioniste d' Israël 1

 

«La Palestine appartient aux Arabes dans le même sens que l'Angleterre appartient aux Anglais ou la France aux Français. Il est injuste et inhumain d'imposer les Juifs aux Arabes ... Assurément, il serait un crime contre l'humanité pour réduire les Arabes fiers de sorte que la Palestine peut être restituée aux Juifs en partie ou totalement comme leur foyer national "  Mahatma Gandi

 

Une arme en notre pouvoir, boycott de l' État sioniste d'Israël


En effet de nombreuses entreprises, israéliennes ou non, soutiennent la politique sioniste d'occupation. Voila une liste, à vous de faire le reste.


Pour toutes autres informations sur ce sujet:http://www.bdsfrance.org/

 

Le code barre des produits israéliens commence par : 729

Parmi les produits israéliens:

Carmel : (fruits et légumes)

Jaffa : (fruit et légumes)

Kedem : (avocats)

Coral : (cerises)

Top : (fruits et légumes)

Beigel : (biscuits apéritifs)

Hasat : (agrumes)

Saba : (repas complets)

Osem : (soupes, snacks biscuits, repas complets préparés)

Dagir : (conserves de poissons)

Holyland : (miel, herbes)

Amba : (conserves)

Green Valley : (vin)

Tival : (produits végétariens)

Agrofresh : (concombres)

Jordan Valley : dattes venus de Jordanie vendu dans le monde entier,sont reétiqueter en Espagne !! faite attention soulever l'étiquette !

Dana : (tomates cerises)

Epilady : (appareils d'épilation)

Ahava : (cosmétiques de la mer Morte) qui pille les ressources de la mer Morte en Cisjordanie occupée et produit des cosmétiques dans une colonie illégale tout en les étiquetant « made in Israel » — ont été retirés des rayons partout au Japon. DaitoCrea, le distributeur japonais de la ligne de cosmétiques d'Ahava, a annoncé qu'il cesserait immédiatement de stocker les produits d'Ahava en raison de la politique frauduleuse de cette société en matière d'étiquetage.

Les produits des entreprises (américaines ou européennes) qui soutiennent l'État d'Israël 

MÉDICAMENTS ISRAÉLIENS : TEVA ON N'EN VEUT PAS !

Il serait immoral d'acheter les médicaments génériques de la firme israélienne TEVA tant que l'Etat d'Israël non seulement refuse aux Palestiniens sous blocus le droit de se soigner, et oblige des femmes à accoucher aux check-points en Cisjordanie, mais en plus bombarde des populations civiles, comme en ce moment. Cibler un immeuble de la Croix-Rouge, tuer, mutiler des êtres humains enfermés et entassés dans le ghetto de Gaza, et aller ensuite proposer en Europe ses médicaments ? Pas à nous, en tout cas !

 Teva Pharmaceutical Industries - Wikipédia

Teva Pharmaceuticals Industries Ltd. - modifier - Teva Pharmaceutical Industries est une entreprise pharmaceutique israélienne basée à Petah Tikva, spécialisée dans les médicaments génériques et dans les composants actifs. C’est l’une des 25 plus grandes entreprises pharmaceutiques au monde, avec 5,25 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2005 et 11,1 milliards de dollars en 2008, et le plus important producteur de médicaments génériques[3]. Le groupe emploie 40 000 personnes dans le monde. fr.wikipedia.org

 

IKEA : En dépit de ses affirmations, Ikea Israël refuse de livrer aux Palestiniens de Cisjordanie, alors qu'il fournit les colons. 

[Info-Palestine] -  En dépit de ses affirmations, Ikea Israël refuse de livrer aux Palestiniens de Cisjordanie, alors qu’il fournit les colons<script> identifiant_article = 13042;</script>

: En dépit de ses affirmations, Ikea Israël refuse de livrer aux Palestiniens de Cisjordanie, alors qu'il fournit les collons. En dépit de ses affirmations, Ikea Israël refuse de livrer aux Palestiniens de Cisjordanie, alors qu’il fournit les colons. Site d'Information et de Solidarité avec la cause palestinienne, pour la défense des droits imprescriptibles du peuple palestinien. www.infopalestine.net

 

Carrefour : commercialise beaucoup de produits israéliens. Méfiance donc, lorsque l'origine du pays n'est pas indiquée. D'autre part, Carrefour importe des produits israéliens qu'il reconditionne en France. Parmi ces produits, on trouve la marque "Graine d'Eveil" et "Litaf" : produits de puériculture et ses vêtements commercialisés sous la marque « Tex » sous-traités en Israël chez Delta Galil.

Auchan : Cette société commercialise elle aussi de nombreux produits israéliens. Elle a également tenté, en mars 2004, de vendre dans son magasin de La Défense des oranges et des mandarines israéliennes "Jaffa" étiquetées comme venant du Maroc et d'Espagne.

Coca-Cola : Marques du groupe: Aquarius, Cherry Coke, Fanta, Nestea, Sprite, Minute Maid, Tropica. Cette entreprise soutient l'État d'Israël depuis 1966.

Danone : Marques du groupe : Arvie, Badoit, Belin, Blédina, Phosphatine, Chipster, Evian, Galbani, Gervais, Heudebert, Lu, Taillefine, Volvic.Danone vient d'investir dans le Golan, territoire syrien occupé depuis 1967 par Israël.
 
 Nestlé : Marque du groupe : Aquarel, Cheerios, Crunch, Frigor, Friskies, Galak, Golden, Grahams, Kit & kat, Maggi, Mousline, Nescafé, Ricoré, Quality Street, Vittel, Perrier, Buitoni.La société suisse possède 50,1% des capitaux de la chaîne alimentaire israélienne Osem. La firme est accusée depuis les années 50 de détruire l'économie et la santé des peuples du Tiers-Monde, notamment par l'imposition de ses laits en poudre pour bébés en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

Intel : Cette grosse entreprise produit la plus grande partie des puces électroniques Pentium4 utilisées par les ordinateurs PC dans son usine de Kyriat Gat, installée sur le site de Iraq Al-Manshiya, un village palestinien rasé après son évacuation en 1949 par les soldats égyptiens. 2000 habitants furent chassés de leur terre, malgré un engagement écrit, supervisé par les Nations unies, des sioniste à ne pas toucher à la population, Une campagne de leurs descendants aux USA en 2003 a amené Intel à suspendre un projet d'investissements de 2 milliards de dollars pour une extension de l'usine Fab 18 de Kyriat Gat.

L'Oréal : Marques du groupe : Biotherm, Cacharel, Giorgio Armani Parfum, Lancôme, Vichy, La Roche-Posay, Garnier, Héléna Rubinstein, Gemey-Maybelline, Jean-Louis David Shampooings, Le Club des créateurs de beauté (vente de produits cosmétiques par correspondance), Redken 5Th Avenue, Ralph Lauren parfum, Ushaïa. L'Oréal a ainsi investi des millions en créant une unité de production à Migdal Haemeck, à tel point que le Congrés juif américain a exprimé sa satisfaction de voir l'Oréal : «  devenir un ami chaleureux de l'État d'Israël ».

Estée Lauder : Marque du groupe : Aramis, Cliniques, la Mer, DKNY, Tommy Hilfiger. Outre ses investissements le directeur est le président d'une des plus puissantes organisations sionistes US, le Fonds National Juif.

 Delta Galil : Cette entreprise israélienne est spécialisée dans la sous traitance de produits textiles notamment dans celui des sous vêtements, De nombreux sous vêtements de marques étrangères proviennent ainsi directement des usines de Dela Galil, C'est la cas pour Marks & Spencers, Carrefour (Tex), Auchan, Gap, Hugo Boss, Playtex, Calvin Klein, Victoria's secret, DKNY, Ralph Lauren.

Levi Strauss jeans et Celio (magasins spécialisés dans les vêtements pour hommes). Ces entreprises fort bien implantées en France financent les nouvelles colonies en Palestine mais également les écoles des religieux extrémistes dans le monde.
 
Timberland : (vêtements, chaussures, chaussettes). Tout comme son homologue Ronald Lauder, le Pdg de Timberland Jeffrey Swatz est un membre actif du lobby sioniste US : Aipac. Il a conseillé ainsi d'encourager la communauté juive US à se rendre en Israël mais également d'envoyer des soldats israéliens pour mener la propagande pro-israélienne aux USA.

Disneyland : l'entreprise Disney n'a rien d'idyllique et contribue par son soutien à Israël à semer la mort en Palestine, Elle approuve ainsi tacitement l'occupation illégale de Jérusalem-Est en faisant de Jérusalem lors d'une exposition au Centre Epcot en Floride la capitale d'Israël, cela en variation des résolutions internationales de l'ONU.

Nokia : Le géant finlandais de la téléphonie commerce activement avec l'État d'Israël. Dans une interview au Jérusalem Post, le manager du groupe déclarait : «  qu'Israël faisait partie des priorités de l'entreprise ». Un centre de recherche Nokia a ainsi vu le jour en Israël.

Mc Donald's : Entreprise emblématique de l'impérialisme culturel US, la célèbre chaîne de restaurants fast-food apporte un soutien non négligeable à l'État israélien. Mc Donald's dispose de 80 restaurant en Israël et y emploie près de 3000 personnes. Elle y interdit à son personnel de parler en arabe. Aux USA, l'entreprise figure parmi les heureux partenaires de l'organisation sioniste "Jewish Commnunity" basée à Chicago. Cette organisation travaille en effet pour le maintien de l'aide militaire, économique et diplomatique apportée par les USA à Israël.

Caterpillar : (Équipement pour bâtiment mais également, vêtements, chaussures)Une large campagne doit être menée en France pour dénoncer la participation criminelle de Caterpillar aux destructions des maisons en Palestine par ses bulldozers géant, C'est avec un Caterpillar que la pacifiste américaine juive Rachel Corrie a été tuée par un soldat israélien en 2003.

Marques de cigarettes : Camel, Chesterfield, Luky Strike, Malboro

Produits d'entretiens : Ariel, Cif, Omo, Persil, Calgon, Coral, Sun, Bio Tex, Glorix, Robin.

Produits corporel : Axe, Dove, Roxana, Lux, Signal, Williams, HBoss, True Star

Boycottez l'Etat sioniste d' Israël 1

 

 QUELLES ENTREPRISES A BOYCOTTER ?

Ikéa : Commercialise ces articles dans les villes Netanya et celle de Rishon Lezion comprenant, 500 000 colons juifs installés illégalement dans les Territoires palestiniens occupés de la Cisjordanie en violation du droit international. pour plus d'information : 

Yes to Carrots : (cosmetique se trouvant dans les pharmacies). Pour en savoir plus sur ce produit : http://www.info-palestine.net/spip.php?article13061


Eden Springs : L'union Nationale des étudiants (NUS) britanniques vient de voter une motion de boycott de la société israélienne Eden Springs, qui vend des fontaines d'eau, alors qu'elle exploite des sources d'eau du Golan occupé et possède une usine d'embouteillage dans la colonie voisine de Katzrin. Ce distributeur de fontaines d'eau a récemment fermé son entrepot d'Edinbourg (Ecosse), après la perte de nombreux contrats, au moins partiellement liée à la publicité sur ses activités illégales.

MEHADRIN : A repris une grande partie des activités d'exportation de fruits et légumes détenues par Agrexco jusqu'en septembre
2011. Mehadrin est une société privée qui exploite 8500 ha de terres, parmi lesquelles les terres de Beqa'ot dans les territoires occupés après 1967.
La campagne BDS a contribué à la déconfiture d'Agrexco, maintenant le mot d'ordre est Mehadrin dégage ! Mehadrin hors d'Europe !

MEHADRIN possède la marque Jaffa. Attention: Les fruits et légumes israliens sont aussi vendus sous d'autres dénominations : Carmel, Top, Kedem, etc... vérifiez !

Les dattes « Israéliennes » Toutes les dattes vendues par
Israël sont cultivées dans les colonies illégales de Cisjordanie occupée de la vallée du Jourdain. Israel détourne les ressources, terre et eau, au détriment de la population de la vallée, et exploite la main d'œuvre palestinienne de manière moyenâgeuse. Les dattes Medjoul « Israéliennes » sont vendues sous les marques Carmel (ex-Agrexco), Jordan River, King Solomon (Hadiklaïm).
Exigez leur retrait des étals ! Malgré de multiples entraves de l'occupant israélien, il existe une production de dattes « Made in Palestine », vendue par Le Philistin et d'autres: renseignez- vous.

Les lingettes : Carrefour, Casino, Auchan, Leclerc, 8 à 8 et d'autres enseignes vendent des lingettes pour bébé, démaquillantes et pour ménage, conditionnées à partir de matériaux importés d'Israel. Soyez attentif-ve-s : elles n'ont pas le code barre 729 mais les paquets mentionnent en tout petit : fabriqué en Israël.
Les lingettes proviennent d'Albaad, 3eme producteur mondial situé à Massuot Yitzhak, colonie établie après 1948 sur les terres palestiniennes d'Es Sawafir el Gharbiye.
Si vous ne croyez pas que ce soit une bonne idée d'étaler sur votre peau ou sur celle de vos enfants le drapeau d'un Etat colonial, n'achetez pas ces produits !

Eden Springs / Chateaud'eau : Est né de l'exploitation illégale de la source renommée« Avel Salukia » de la colonie israélienne de Katzrin dans le Golan syrien occupé. Elle est devenue une des premières sociétés de fourniture d'eau en bonbonnes, présente
dans 14 pays européens. En France et au Luxembourg, Chateaud'eau est la filiale d'Eden Springs.
Dénoncez les contrats passés avec Eden Springs / Chateaud'eau. Demandez le remplacement par un autre fournisseur. En 2010, un recours collectif a été déposé en Israel contre Eden Springs en raison de la présence de Bisphénol A provenant des bonbonnes plastiques en polycarbonate.

Sodastream (ex Sodaclub) : Est spécialisé dans la production de machines à gazéïfier l'eau et d'arômes sucrés. L'usine de Sodastream est située dans la zone industrielle de Maale Adumim, colonie illégale en Cisjordanie, à l'Est de Jérusalem. En plus Sodastream triche sur la provenance de ses produits afin de bénéficier de taxes allégées. Ce dernier fait a été reconnu par la Cour européenne
de justice qui l'a condamné, ainsi que son importa- teur allemand Brita, pour tromperie sur l'origine.

La campagne BDS-France dénonce non seulement la tromperie sur l'origine, mais l'importation même de ces produits par la société OPM (Nantes).

Ahava : exploite les vertus supposées des boues de la Mer Morte sous la forme de crèmes et d'autres produits cosmétiques. Son usine située dans la colonie illégale de Miszpe Shalem est détenue à 44% par Mitzpe Shalem et par une autre colonie, Kalia; ces produits profitent directement à la colonisation. Mitzpe Shalem est situé dans une zone ouverte au tourisme occidental, mais où la population palestinienne n'a plus accès.
Ahava, distribué par Séphora en France, doit disparaître ! -- Suite à des actions spectaculaires, la bouti- que d'Ahava à Londres
a fermé discrètement en septembre 2011. Son retrait de France est à l'ordre du jour.
Mobilisez-vous !

Keter : Est le premier fabricant et fournisseur mondial d'articles ménagers en plastique. Keter est détenteur d'Allibert, Hovac et Curver. Seuls les produits Keter (boites à outils...) fabriqués en Israël portent le code barre débutant par 729.
Keter a deux usines dans la colonie industrielle de Barkan, dans les territoires palestiniens occupés en 1967. La colonie illégale Barkan est construite sur les villages palestiniens de Sarta, Quarawat Bani Hassan et Haris dont les terres ont été saisies par Israël dans les années 1980.

Keter : directement impliquée dans la colonisation, doit être non seulement boycottée, mais ses produits sont manifestement illégaux, donc sujets à des demandes d'interdiction. Les marques rachetées par Keter, Allibert comme Curver, sont aussi à jeter du panier.
Attention : Dans les mêmes rayons, Stanley Israel vend en France des produits sous les dénominations ZAG et Stanley, avec le code-barre 729.

TEVA : Est une société israélienne qui a son siège à Petah Tikva. Depuis 20 ans, TEVA a augmenté son chiffre d'affaires de 25% par an, en utilisant les gigantesques profits de la vente de médicaments génériques pour s'accroitre par des rachats. TEVA a racheté Ratiopharm en 2010. Elle est devenue la 1ere entreprise de médicaments génériques. TEVA n'est propriétaire que de deux médicaments, Copaxone et Azilect. La grande majorité des unités de production de TEVA est hors d'Israël, celles d'Israël ne sont pas dans les territoires occupés, mais TEVA participe directement à la prospérité d'un Etat colonialiste et raciste.
Refusez TEVA ! Expliquez, pourquoi. Votre pharmacien est tenu de vous fournir le médicament princeps s'il n'a pas d'autre générique. Demandez à votre pharmacie de changer de génériqueur. Si elle refuse, faites le savoir... et changez de pharmacie!

Epilady : Est fabriqué à Ha- Goshrim, un kibboutz établi en
1948 sur les ruines d'al-Khisas, village vidé de sa population après avoir subi un massacre sioniste en décembre 1947. Mais la demeure palestinienne de l'émir Faour a été conservée pour être transformée en hôtel... Israël n'a jamais reconnu sa responsabilité dans l'exode des Palestiniens ni le droit des réfugiés – dont une partie est exilée dans Israël à Wadi Hamaam – à rentrer chez eux.
Boycottez Epilady ! Mesdames, communiquez l'info sur ce pur produit de la Nakba dans les forums féminins !


Netafim : Spécialisé dans l'irrigation goutte à goutte, a été créé à Hatzerim, colonie établie en 1948, siège d'une grande base aérienne qui participe au siège de Gaza.
ELGO, qui commercialise des produits d'arrosage, a son usine à Netanya, sur le site de Ghabat Kafr Sur, village palestinien nettoyé ethniquement et détruit en 1948.

OPTICAL CENTER : Un colon chez qui je n'irai pas acheter de lunettes ! La Chambre de Commerce France-Israël nous apprend sur son site que le président de la chaîne Optical Center est non seulement installé à Jérusalem, mais qu'il compte racheter des immeubles délaissés dans Jérusalem-est, les rénover pour louer les appartements à des familles religieuses orthodoxes. www.europalestine.com

En 2005, 172 organisations représentant la société civile des trois secteurs éclatés de la société civile palestinienne:
-Palestiniens expulsés en 1948 exigeant leur droit au retour,
-Palestiniens d'Israël exigeant la fin de l'apartheid subi depuis 64 ans,
-Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza exigeant la fin de l'occupation militaire et de la colonisation de leur pays, ont demandé aux citoyens du monde de répondre à leur demande de Boycott, de Désinvestissement et de Sanctions contre Israël. La campagne internationale non violente BDS, conformément au droit international, répond à leur demande.


Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 11:51

Une manifestation de chômeurs et précaire en juin 2013 à Montpellier.

SOCIAL-ECO -  le 13 Février 2014

Unedic

Assurance chômage : le Medef met sur la table son texte boulet de canon

 

 

Alors que le patronat et les syndicats se retrouvent aujourd’hui pour la suite des négociations Unedic, le projet patronal s’avère ultrarégressif pour les chômeurs.

Le patronat a précisé sa thérapie de choc pour les comptes de l’assurance chômage. Révélé sur le site Internet des Échos, le texte qui a été communiqué, hier, aux syndicats propose comme remède au déficit de 4 milliards de l’Unedic de réduire massivement les droits des demandeurs d’emploi. Comme le Medef le laissait déjà pressentir il y a quinze jours, il s’attaque aux régimes des intermittents et aux intérimaires, prétendument trop généreux. Il envisage de les aligner sur le régime général d’indemnisation et « demande à l’État de prendre en charge, s’il considère qu’il relève de l’intérêt général de mieux indemniser les demandeurs d’emploi de l’annexe 8 et 10 (...), le surcoût ».

Respecter les engagements pris au festival d'Avignon

Les intermittents, par la voix de la CGT spectacle, n’ont pas tardé à réagir, estimant « qu’une riposte rapide est indispensable. Il est urgent de rappeler les engagements pris par Michel Sapin et Aurélie Filippetti devant les députés lors du Festival d’Avignon ». Ensuite, l’activité réduite, cumul d’un emploi précaire et d’une allocation, génératrice de trop-perçus pour les chômeurs, est aussi dans la ligne de mire du patronat. Soi-disant pour inciter la reprise d’un emploi, le Medef propose de réduire l’indemnisation, en supprimant le seuil de travail de 110 heures et le plafond de 70 % du salaire antérieur pour en bénéficier, tout comme le plafond de 15 mois pour la durée d’indemnisation. Et envisage aussi que le cumul entre revenu d’activité et allocations soit limité à 80 % de l’ancienne rémunération.

Les demandeurs d'emplois ne sont pas responsables de la conjoncture économque

Pour Éric Aubin, chef de file de la CGT dans les négociations, c’est une provocation. « Alors que 51 % des contrats sont précaires, les patrons refusent d’assumer leur propre politique de l’emploi. » Pour faire entrer de l’argent dans les caisses de l’assurance chômage, le patronat propose aussi de faire cotiser les contractuels de la fonction publique et les opérateurs publics à l’Unedic ! Enfin, le Medef va encore plus loin, si le mot de dégressivité n’est pas écrit, il propose « de faire varier les droits et la durée d’indemnisation en fonction du niveau de chômage ». Plus le taux serait haut, plus les droits suivraient. Revers de la médaille, en période de chômage faible, les personnes percevraient une indemnisation moindre. De l’ordre de 0,8 jour indemnisé pour un jour cotisé, au lieu d’un jour cotisé un jour indemnisé aujourd’hui. La durée d’indemnisation serait aussi modulable, avec un chômage en dessous de la barre des 10 %, 6 mois de travail seraient nécessaires pour prétendre à 18 mois d’indemnisation, contre 4 mois travaillés pour 24 mois indemnisés aujourd’hui. Une idée absurde pour Éric Aubin, « comme si les demandeurs d’emploi étaient responsables de la conjoncture économique ! Un tel texte nous incite à mettre fortement nos propositions sur la table ». Si le gouvernement avait assuré, qu’en pleine période de crise, les droits des chômeurs seraient maintenus, le patronat ne l’entend pas de cette oreille. Les syndicats mettront aujourd’hui leurs propositions au menu. Les discussions promettent d’être musclées.

Le représentant de la CGT aux négociations, Eric Aubin, a déchiré ce jeudi devant les caméras le projet de réforme du patronat, qu'il a jugé "inacceptable", à son arrivée au siège du Medef pour une troisième séance de négociation. "La CGT appelle les salariés, les précaires, les demandeurs d'emploi, les intérimaires, les intermittents à se préparer à un rapport de force", a lancé, Eric Aubin.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 09:14

 


« Il faut baisser le SMIC de 300 euros ! »

Portrait de Renaud Schira
 
Date: 
06/12/2012

La semaine dernière, The Economist a consacré un papier au salaire minimum, se demandant s’il en fallait un et si oui, à quel niveau il fallait le mettre. Une plongée glaçante dans la pensée néolibérale.

Les penseurs néolibéraux ont au moins un mérite. Ils osent tout. L’économie n’est qu’une science abstraite faite de chiffres, totalement désincarnée et déshumanisée. C’est bien ce qui ressort de ce papier de la bible des élites mondialisées sur le salaire minimal The Economist cite Milton Friedman, pour qui il est « une forme de discrimination contre les travailleurs sans qualification ». Qualifier de « discrimination » le fait d’empêcher de payer un salaire de misère en dit déjà long…

 
Mais l’hebdomadaire souligne  que d’autres économistes affirment que quand les employeurs ont un fort pouvoir, ils peuvent fixer les salaires à un niveau trop faible, ce qui a poussé les gouvernements à instaurer un salaire minimal dans un nombre grandissant de pays. La Nouvelle-Zélande a été la première en 1894, suivie par les Etats-Unis de Roosevelt en 1938, la Grande-Bretagne patientant jusqu’en 1999. Le SMIC étasunien, très bas, a été relevé de 40% depuis 2007.
 
 
Les économistes ont mené des études divergentes sur le niveau du salaire minimum aux Etats-Unis , du fait des différences entre Etats. Deux économistes ont démontré que les différences de niveau du salaire minimum n’ont pas d’impact sur le niveau de l’emploi dans la restauration entre 1990 et 2006 mais deux autres ont démontré l’inverse. En Grande-Bretagne, les études sont plutôt positives et soulignent un effet d’entraînement pour les salaires supérieurs au SMIC.
 

L’oubli de l’homme

 

Ce qu’il y a de terrifiant dans ce papier, c’est son aspect clinique, froid et finalement inhumain. Aucune question n’est posée sur le niveau du seuil de pauvreté, ou même de l’évolution du salaire médian (qui baisse), base contre laquelle il faudrait fixer le SMIC. Réfléchir à l’impact que tout cela a sur les travailleurs pauvres ne semble pas effleurer une seconde l’auteur du papier. La conclusion est glaçante : « Quels que soient leurs défauts, les salaires minimums vont persister ».
 
 
Il est difficile de ne pas y voir un regret de la part de The Economist, comme s’il indiquait qu’il n’était malheureusement pas possible politiquement de les supprimer…
Mais le pire est à venir au sujet du niveau souhaitable du SMIC. L’hebdomadaire néolibéral indique que pour l’OCDE et le FMI, « un salaire minimum modéré fait probablement plus de bien que de mal », avant de préciser que la définition d’un salaire minimum modéré signifie entre 30 et 40% du salaire médian.
 
 
The Economist reconnaît que le cas britannique (à 46% du salaire médian) démontre que l’on peut aller un peu plus haut. Les Etats-Unis et le Japon restent sous le cap des 40% alors que la France se distingue avec le niveau le plus élevé de la sélection avec un SMIC à 60% du salaire médian. Bizaremment, pas d’information sur les pays scandinaves. En clair, pour The Economist, en France notre SMIC est trop élevé de 25 à 30% ! Cela veut dire qu’avec un SMIC à 1118 euros nets par mois, ils recommandent une baisse d’environ 300 euros. Voilà le fond de la pensée néolibérale…
 
 
Voilà sans doute pourquoi Pierre Moscovici valorise la miniscule hausse du SMIC de juin, pourtant trois fois moins importante que celle de Jacques Chirac en 1995. On aimerait que les donneurs de leçon néolibéraux essaient de vivre ne serait-ce que quelques semaines avec le SMIC qu’ils recommandent…

 

 

Source: 
Marianne.net
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre