Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 08:46
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 23:43
Fernand Tuil lors de sa remise de passeport palestinien

Fernand Tuil lors de sa remise de passeport palestinien. Photo www.ajpf.fr

POLITIQUE -  le 26 Décembre 2013

Disparition

Fernand Tuil nous a quittés

 

Notre ami Fernand Tuil est décédé, mardi, des suites d’une longue maladie.

Notre ami Fernand Tuil est décédé, mardi, des suites d’une longue maladie. De nombreuses réactions nous parviennent, nous en publions ici les premières.

Militant communiste à Montataire où il travaillait au côté du maire, ainsi qu’à Montreuil où il habitait, Fernand Tuil avait créé, avec courage, l’Association des villes françaises jumelées avec des camps de réfugiés palestiniens (AJPF). Il avait acquis de ce fait une grande autorité auprès des élus, toutes tendances politiques confondues. Il arrivait même aux autorités françaises de lui demander conseil à propos de la situation dans les camps et en Palestine. Il avait mené avec l’Humanité une campagne pour l’éducation des enfants palestiniens, et nous collectons actuellement des instruments de musique destinés aux jeunes.

Son inlassable action au service de la reconnaissance de l’État palestinien lui avait valu d’être reconnu citoyen de ce pays. Fernand était un internationaliste, un homme généreux et d’une grande fraternité. L’Humanité adresse à son épouse Isabelle et à ses enfants ainsi qu’à ses frères palestiniens ses sincères condoléances.

Nous y reviendrons dans notre édition du 27 décembre 2013.

Les premières réactions au décès de Fernand Tuil

Majed Bamya, premier secrétaire auprès du ministre des affaires étrangères palestinien
« Fernand Tuil a œuvré pour les camps de réfugiés, où il a combattu le désespoir et cultivé l'espoir. Il a milité pour la liberté des prisonniers, notamment Marwan Barghouti. Ses frères et sœurs palestiniens sont en deuil. Tout notre amour et notre reconnaissance à ce combattant et à toi chère Isabelle. La Palestine connait les pires souffrances, mais a aussi le privilège d'attirer à elle des gens exceptionnels. »

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF
« Fernand Tuil nous a quittés, ma peine est immense et, à cet instant, ma première pensée se tourne vers Isabelle Tordjman, son épouse, et ses enfants. Tous les communistes partagent leur deuil et leur chagrin. À cette heure, nombreux sont celles et ceux qui sont en pleurs. Fernand était la révolte et la générosité faites homme, un communiste sincère, loyal, ouvert. L'injustice lui était proprement insupportable, et Fernand était un militant de la paix et de la justice en Palestine de la première heure, reconnu comme tel par Yasser Arafat qui l'avait pris en amitié. Les massacres de Sabra et Chatila au Liban en 1982 marqueront un tournant - à la barbarie, Fernand répondra par la fraternité et la solidarité, et lancera la campagne de jumelage des villes françaises et des camps de réfugiés palestiniens, en initiant dès 1989 le jumelage de la ville de Montataire (Oise) et de Deheisheh (district de Bethléem). En 1999, l’Association pour le Jumelage entre les camps de réfugiés palestiniens et les villes françaises (AJPF) voit le jour, co-présidée par Fernand Tuil et Ahmed Muhaisen (Deheisheh). Ce sont maintenant des dizaines de villes de tout le territoire français qui constituent ce réseau dense et irremplaçable de solidarité entre les peuples français et palestiniens. Leur action est déterminante dans la coopération entre nos deux peuples, nos deux nations. Fernand Tuil était, selon ses propres mots, « un citoyen du monde », Français, Israélien et Palestinien, trois nationalités, un seul cœur. À son épouse Isabelle Tordjman, à ses enfants, ses parents et proches, ses frères de cœur, à Ahmed et aux habitants de Deheisheh, je présente mes plus sincères condoléances et, par ma voix, celles des communistes français qui viennent de perdre l'un des leurs et peuvent s'honorer de l'avoir compté parmi eux dans leur combat pour l'émancipation du genre humain. » 

Noha Rashmawi, chef de cabinet de l’ambassade - Mission de la Palestine en France
« La Palestine rend hommage à Fernand Tuil. Fernand Tuil nous a quittés. Notre douleur est immense. C’était un ami, un homme libre de tout préjugé, qui a combattu courageusement et inlassablement l'injustice. Son engagement au sein de l'AJFP a contribué comme jamais au rapprochement des institutions et des élus de France et de Palestine, au rapprochement des peuples. Fernand avait choisit de porter... avec nous le « fardeau de l'espoir », aujourd'hui grâce à lui, des milliers de citoyens français se sont engagés dans la lutte pour le droit et la justice. Son indignation et sa rage face à la barbarie de notre temps, nous donne la force de continuer la lutte. Il a œuvré pour bâtir des ponts entre la France et la Palestine pour mettre fin à l'injustice et au silence. Il a été un ambassadeur du peuple palestinien, de sa culture et de son histoire, nous le reconnaissons comme tel. Il a fait siennes ses épreuves et ses luttes, menant le combat dans l’honnêteté et la droiture. Son décès survenu le 24 décembre après un ultime combat contre la maladie nous plonge dans une grande tristesse. Nous nous joignons à sa famille et nous nous souvenons que grâce à lui, la voix de la Palestine et de la justice dans le monde est chaque jour plus forte. Nous serons honorés de votre présence lors de l’hommage que rend le Peuple Palestinien A l'ami, Au résistant contre l’occupation, Au combattant pour les droits de l’Homme, Fernand Tuil. »

Lydia Samarbakhsh, membre de la coordination nationale du PCF, chargée des Relations internationales
« En m'associant pleinement aux mots de Pierre Laurent, notre secrétaire national, à l'annonce hier de la disparition de notre camarade Fernand  Tuil, je veux au nom de la direction, passée et présente, du secteur des Relations internationales du PCF et au nom de tous les militants du secteur international du PCF, présenter à Isabelle, à Léa et à tous les enfants de Fernand, nos très sincères et fraternelles condoléances. C'est à Fernand et à son engagement que nous devons la réussite de la délégation du PCF que Pierre a conduite en Palestine et en Israël en juin dernier. Et c'est à son soutien sans faille que nous devons d'avoir, dans les  mois qui ont suivi, remobiliser toutes les ressources du secteur international pour accueillir Bassam Salhi, secrétaire général du Parti  du peuple palestinien, Leïla Shahid, Haël Al Fayoum et Elias Sanbar, ambassadeurs de Palestine, lors de la soirée exceptionnelle de solidarité du 28 novembre au siège de notre parti, et pour préparer une année 2014 de solidarité internationale avec la Palestine et appuyer la campagne internationale pour la libération de Marwan Barghouti des 5 000 prisonniers politiques palestiniens. Fernand avait encore beaucoup de projets au succès desquels nous sommes prêts à contribuer dans l'esprit de rassemblement qui était le sien. L'urgence est aujourd'hui à l'aide et à la solidarité avec les Palestiniens, de Gaza et de Cisjordanie, et avec les réfugiés qui vivent une dégradation effroyable de leurs conditions de vie déjà terribles. En nous inclinant devant la mémoire de notre camarade Fernand Tuil, nous voulons assurer toute sa famille en France, en Palestine, en Israël, à tous les siens partout dans le monde et tous ses proches, de notre amitié et de notre solidarité indéfectibles. Notre lutte commune aux côtés des Palestiniens et des Israéliens pour la paix, le droit et la justice sera victorieuse. »

Anas Aberrahim, premier secrétaire de l’Ambassade de la Palestine au Sénégal
« La nouvelle nous a bouleversés ! Merci Fernand pour ta participation à notre combat ! Je n'étais plus à Paris depuis quelques années et même si je suivais vos actions de près, tu me manquais déjà ! Tu nous manqueras encore mais nous savons que tu seras toujours avec nous ! Repose en paix cher Camarade! Mes condoléances à ta famille et tes amis ! »

Jacques Jakubowitz, adjoint au maire de Bondy (Seine-Saint-Denis)
« Je perds un ami, un camarade, un tribun dévoué à la paix, à la justice, aux droits humains et à l'autodétermination du peuple palestinien. Le meilleur moyen de lui rendre hommage est de poursuivre son combat. »

HK & les Saltimbanks
« Notre ami, notre frangin Fernand Tuil, défenseur infatigable et obstiné de la cause palestinienne, est parti hier midi. Il a vécu et s'est battu pour défendre et honorer la Palestine libre, la mémoire et l'inaliénable droit au retour des réfugiés palestiniens. En jumelant des dizaines de villes françaises avec des dizaines de camps de réfugiés, c'est autant de ponts qu'il bâti au-dessus du mur et au-dessus de l'occupation; contre l'acceptation, l'oubli et toute autre forme de résignation. Un jour, il nous a rapporté cette parole d'un frère palestinien :"notre histoire n'est pas comme une feuille de papier qu'on peut déchirer". De là où il est, il peut être fier de la noblesse de son combat et de tout ce qu'il a accompli ici-bas en tant que "citoyen du monde". Il a fait infiniment plus que sa part ! à nous de continuer le combat. Ciao Fernand, repose en paix frère ! »

Taoufiq Tahani, président de la l’AFPS
« Un ami de la Palestine, notre ami Fernand Tuil, nous a quittés. Un militant infatigable qui a beaucoup contribué à faire connaître le drame des réfugiés et ce jusqu'à la dernière pulsation de ses veines. Je l'ai vu pour la dernière fois fin Novembre à Dunkerque, lors de la rencontre autour de la coopération décentralisée avec la Palestine. Il était fatigué, mais avait tenu à y assister pour "rencontrer ses amis palestiniens et élaborer de nouveau projet" disait-il. Je tiens à présenter à Isabelle, sa compagne ainsi qu'à sa famille et à ses camarades de l'AJPF nos sincères condoléances. »

Eric Roulot, Maire de Limay (Yvelines)
« Mon ami et camarade Fernand Thuil vient de nous quitter. Limay est en deuil ! La tristesse est profonde. Inlassable militant de la cause Palestinienne, Fernand Tuil et son association des villes jumelées avec les camps de réfugiés palestiniens (AJPF) a toujours été au côté de Limay pour faire vivre le projet de coopération avec le camp de Shufat. Limay, les élus et militants communistes et toutes celles et ceux mobilisés pour le combat de la liberté et de la justice s'inclinent devant ce fervent défenseur des droits de l'homme. Salut mon pote Fernand. Nous poursuivons ton combat, notre combat. »

Mouvement des jeunes communistes
« Le Mouvement des Jeunes Communistes de France a appris,avec une profonde tristesse, le décès de Fernand Tuil. Nous souhaitons rendre hommage à notre frère, à notre camarade et adressons nos plus chaudes et sincères condoléances à sa famille et à ses proches. Comme un symbole, Fernand s’éteint alors que les bombes israéliennes répandent la terreur à Gaza, alors que l’armée d’occupation a fauchée la vie d’une fillette de trois ans. Signe que le combat de Fernand était juste, signe que son combat demeure d’une actualité brûlante. Fernand, personnage respecté en France, en Palestine et partout à travers le monde était un militant de la paix, toujours disponible pour porter le combat des Palestiniens de la rue aux institutions pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens pour la reconnaissance d’un Etat palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme Capitale. Il était un militant acharné du droit au retour de réfugiés palestiniens, qu’il côtoyait à travers l’Association pour le jumelage des villes françaises et des camps de réfugiés palestiniens (AJPF) dont il était un cofondateur dans les années 1980. Il avait permis à des milliers de jeunes de nos villes de découvrir la réalité du conflit, à rebours des clichés les plus éculés. Communiste sincère, Fernand était présent en novembre dernier lors de notre Assemblée Nationale des Animateurs où il a transmis, dans un échange passionné, son expérience et sa force d’engagement à près de 300 jeunes communistes. Nous nous rappelons aussi de l’aide formidable qu’il nous a apportée lors de nos différentes délégations en Palestine. Fernand décédé c’est donc un ami de la paix, de la justice, un anti-impérialiste passionné qui s’est éteint, mais la braise ardente de son combat est toujours aussi vivace, le meilleur des hommages que nous pouvons lui rendre est de continuer notre lutte pour la paix au Proche-Orient, lutte qui sera, nous le savons, un jour victorieuse. »

Patrice Leclercconseiller général de Gennevilliers (Hauts-de-Seine)
« La première fois que j’ai rencontré Fernand Tuil, c’est dans les années 80/90 lors des luttes des salariés de Chaussons, lui à Montataire, moi à Gennevilliers. Un combat partagé pour défendre les salariés de l’industrie automobile.  Puis, j’ai fait connaissance du couple : Isabelle et Fernand.. Des militants pour la Palestine, un de leur combat et de leur amour partagés pour ce pays, la paix recherchée. Je retiens leur joie de vivre dans l’action, leur plaisir à faire plaisir. Fernand était de ceux qui n’hésitaient pas à donner sans retenu et sans calcul. Même ses amis, il les partageait autour d’un bon repas aux origines mélangées à Montreuil. Mais aussi en Palestine, quand, avec Isabelle, ils ont organisé notre voyage de noce dans ce pays ou son nom ouvre les portes et les cœurs. Voyage inoubliable où Ils nous ont fait découvrir leurs amis de Jérusalem, El Ram, Hébron, Naplouse, Balata, Calendia, Ramallah, mais aussi en Israel à Tel Aviv. Le mot « frère » sortant de sa bouche était un mot sortant du cœur, une envie de partage, une invitation à faire du commun, à lutter ensemble. Merci Fernand, merci à toi le juif franco palestinien né en Tunisie, pour cette joie de vivre et ses beaux moments partagés. Merci. »

Yasmina Kechidi-Nabti
« Très cher Fernand, tu nous manques déjà. Merci de nous avoir accompagnés. Nous allons continuer pour la Palestine, avec toi à nos côtés, dans nos pensées et dans nos cœurs. Notre prochain projet avec le Camp d'Al Arroub, nous allons te le dédier. »

Vincent Liechti
« J'apprends à l'instant que Fernand Tuil nous a quittés. Il a énormément fait pour l'amitié et les échanges entre le peuple de France et les camps de refugiés palestinien. Militant pour le droit au retour, militant communiste pour un monde meilleur, son décès après un dernier combat contre la maladie me plonge dans une grande tristesse. Salut Fernand. Nous continuons pour l'Humain d'abord et pour une Palestine libre et paisible. »

Jacques Fath
« Le plus bel hommage que l'on peut rendre a Fernand Tuil, notre camarade, c'est de poursuivre son engagement de tous les jours, son grand combat de solidarité avec le peuple palestinien, avec les réfugiés palestiniens pour lesquels il a consacré sa vie de militant avec dignité et combativité. Fernand nous manquera. Sa disparition suscite une émotion légitime et nous touche profondément. Je souhaite transmettre à Isabelle et à tous ses proches mes chaleureux sentiments d'amitié. »

Thierry Aury, secrétaire départemental du PCF Oise
« C'est avec beaucoup de tristesse que j'apprends la disparition de notre camarade et ami Fernand Tuil, au terme d'une longue et incroyable lutte contre la maladie. Par son engagement inlassable, déterminé, passionné depuis plusieurs décennies, Fernand personnifiait en France le combat pour les droits du peuple palestinien et pour une paix juste et durable. Il avait été à l'origine du jumelage de Montataire en 1989 avec le camp de réfugiés palestiniens de Deheisheh à côté de Bethléem, initiative qui fut à l'origine de nombreux autres jumelages et de la création de l'AJPF qu'il co-présidait. Suprême reconnaissance pour Fernand de cette solidarité active et totale aux côtés du peuple palestinien, l'ambassadeur de Palestine lui avait remis il y a deux ans, un passeport palestinien. Nous sommes nombreux à avoir découvert et rencontré la Palestine grâce à Fernand comme encore en avril dernier où il avait organisé et accompagné cette importante délégation française à la Conférence de Ramallah pour la libération des prisonniers palestiniens au premier rang desquels Marwan Barghouti. Nous aurons à cœur de poursuivre tous les combats de Fernand pour un monde plus juste et plus humain. En ce bien triste Noël, je pense à ses enfants et petits-enfants, je pense à Isabelle, je pense à tous ses proches, je pense à la Palestine en deuil. »

Dordogne Palestine
« C'est avec beaucoup d'émotion que nous apprenons la décès de Fernand. Dordogne Palestine présente ses sincères condoléances à sa famille et à l'AIPF. Il laissera un souvenir profond de son humanisme dans nos cœurs et ceux du Peuple Palestinien. »

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEMOIRES - HOMMAGES - SOUVENIRS
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 18:17

 

Paul Mc Cartney décoré par François Hollande

SOCIÉTÉ -  le 24 Décembre 2013

 

Légion d'honneur: ces patriotes oubliés

Pourquoi faut-il revoir les critères d’attribution de la légion d’honneur? Tribune Par Michel Desrues, ancien directeur départemental d’un office national des anciens combattants et victimes de guerre.
De manière récurrente, des artistes, sportifs, journalistes, chefs d’entreprise qui ne payent pas leurs impôts en France reçoivent la Légion d’honneur. Certaines attributions méritent le questionnement. On ne peut qu’être révolté par l’attitude antinationale et antipatriotique de ces milliardaires qui vivent six mois à l’étranger pour échapper à l’impôt. Ces situations sont inadmissibles: tout membre de la Légion d’honneur qui s’exile à l’étranger pour ne pas payer ses impôts devrait être suspendu de l’ordre de la Légion d’honneur. Et aucun «exilé fiscal» ne doit être distingué dans les ordres nationaux.
D’autre part, on constate toujours des nominations de personnes qui, pourtant, ont été condamnées à des peines correctionnelles avec sursis. Ce n’est pas acceptable. Un chef d’entreprise a même été promu officier alors que ses «activités» pendant la Seconde Guerre mondiale auraient été plus que douteuses. Des peines disciplinaires sont prévues: censure, suspension et exclusion constituent une panoplie que le conseil de l’ordre a à sa disposition et qu’il pourrait fort bien appliquer aux types de comportement anti-français ou contraires à l’honneur dont il s’agit. Encore conviendrait-il que ces sanctions soient effectivement publiées au Journal officiel électronique – comme le sont les nominations et les promotions – alors qu’elles ne le sont que sur le support papier, qui n’est plus distribué que dans les préfectures.
Et puis il y a encore de nombreux patriotes qui n’ont toujours pas reçu le premier ordre national. En 1995, à l’initiative du ministre délégué aux Anciens Combattants, presque tous les mobilisés de la Première Guerre mondiale reçurent la Légion d’honneur. Il est temps de récompenser deux catégories de personnes assez oubliées jusqu’ici, qui ont mérité de la patrie pendant la Seconde Guerre mondiale: les résistants et les déportés dits « politiques ». Pour les résistants, le fait d’être titulaire de la carte de combattant volontaire de la Résistance ou de la carte de combattant au titre de la Résistance ou d’une citation pour fait de résistance ou de la médaille des évadés ou de la médaille de la Résistance devrait permettre l’attribution de la croix de chevalier de la Légion d’honneur à ces valeureux combattants qui ont sauvé l’honneur de la France. Il faut savoir, en effet, que le décret du 23 janvier 2012 ne prévoit que 25 croix de chevalier pour des anciens résistants sur la période triennale 2012-2014, ce qui constitue un véritable camouflet pour des patriotes qui ont pris les plus grands risques pour que vivent la France et le message toujours actuel du Conseil national de la Résistance.
Si les déportés qui disposent de la carte de déporté résistant, assimilés à des militaires ayant pris les armes contre l’ennemi, reçoivent d’abord la médaille militaire, puis la Légion d’honneur, à titre militaire, il n’en est pas de même des déportés « politiques ». Ceux-ci, déportés dans les camps de concentration ou d’extermination pour d’autres motifs (des juifs, des communistes, des gaullistes, des Tziganes, des otages…) ne peuvent se voir attribuer la Légion d’honneur à titre militaire comme les déportés résistants, car ils sont considérés comme des victimes civiles et non militaires. Ces deux catégories particulièrement méritantes doivent être récompensées à l’occasion du 70e anniversaire de la Libération.
Enfin, bien qu’une promotion du bénévolat associatif ait été instituée par lettre du président de la République au premier ministre le 11 juillet 2008, il y a toujours une catégorie de bénévoles qui n’est jamais récompensée : il s’agit des travailleurs occupant des fonctions syndicales ou électives dans les entreprises. Ils sont délégués du personnel, délégués syndicaux, membres des comités d’entreprise, membres des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, conseillers du salarié, défenseurs aux conseils de prud’hommes… Ces syndicalistes sont constamment menacés de sanctions disciplinaires allant jusqu’au licenciement, alors qu’ils ne font qu’appliquer les lois de la République, le Code du travail. Il convient donc qu’une partie du contingent dédié au ministère chargé du Travail leur soit attribuée. Ces réformes pourraient permettre de réconcilier les Français avec la Légion d’honneur, dont le rayonnement demeure indéniable.
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LE SAVIEZ-VOUS
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 17:54
Repost 0
Published by bruno fornaciari
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 17:46
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 11:35

  • Fernand Tuil nous a quittés, ma peine est immense et, à cet instant, ma première pensée se tourne vers Isabelle Tordjman, son épouse, et ses enfants.

    Tous les communistes partagent leur deuil et leur chagrin. À cette heure, nombreux sont celles et ceux qui sont en pleurs.

    Fernand était la révolte et la générosité faites homme, un communiste sincère, loyal, ouvert. L'injustice lui était proprement insupportable, et Fernand était un militant de la paix et de la justice en Palestine de la première heure, reconnu comme tel par Yasser Arafat qui l'avait pris en amitié.

    Les massacres de Sabra et Chatila au Liban en 1982 marqueront un tournant - à la barbarie, Fernand répondra par la fraternité et la solidarité, et lancera la campagne de jumelage des villes françaises et des camps de réfugiés palestiniens, en initiant dès 1989 le jumelage de la ville de Montataire (Oise) et de Deheisheh (district de Bethléem). En 1999, l’Association pour le Jumelage entre les camps de réfugiés palestiniens et les villes françaises (AJPF) voit le jour, co-présidée par Fernand Tuil et Ahmed Muhaisen (Deheisheh).

    Ce sont maintenant des dizaines de villes de tout le territoire français qui constituent ce réseau dense et irremplaçable de solidarité entre les peuples français et palestiniens. Leur action est déterminante dans la coopération entre nos deux peuples, nos deux nations.

    Fernand Tuil était, selon ses propres mots, « un citoyen du monde », Français, Israélien et Palestinien, trois nationalités, un seul cœur.

    À son épouse Isabelle Tordjman, à ses enfants, ses parents et proches, ses frères de cœur, à Ahmed et aux habitants de Deheisheh, je présente mes plus sincères condoléances et, par ma voix, celles des communistes français qui viennent de perdre l'un des leurs et peuvent s'honorer de l'avoir compté parmi eux dans leur combat pour l'émancipation du genre humain.

    Pierre Laurent,
    secrétaire national du PCF
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEMOIRES - HOMMAGES - SOUVENIRS
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 10:07

Fernand Tuil, militant de la paix et de la justice en Palestine, nous a quittés

le 25 décembre 2013

C'est avec beaucoup de tristesse que j'apprends la disparition de notre camarade et ami Fernand Tuil, au terme d'une longue et incroyable lutte contre la maladie.

Par son engagement inlassable, déterminé, passionné depuis plusieurs décennies, Fernand personnifiait en France le combat pour les droits du peuple palestinien et pour une paix juste et durable. Il avait été à l'origine du jumelage de Montataire en 1989 avec le camp de réfugiés palestiniens de Deheisheh à côté de Bethléem, initiative qui fut à l'origine de nombreux autres jumelages et de la création de l'AJPF qu'il co-présidait. Suprême reconnaissance pour Fernand de cette solidarité active et totale aux côtés du peuple palestinien, l'ambassadeur de Palestine lui avait remis il y a deux ans, un passeport palestinien.

Nous sommes nombreux à avoir découvert et rencontré la Palestine grâce à Fernand comme encore en avril dernier où il avait organisé et accompagné cette importante délégation française à la Conférence de Ramallah pour la libération des prisonniers palestiniens au premier rang desquels Marwan Barghouti.

Nous aurons à cœur de poursuivre tous les combats de Fernand pour un monde plus juste et plus humain.

En ce bien triste Noël, je pense à ses enfants et petits-enfants, je pense à Isabelle, je pense à tous ses proches, je pense à la Palestine en deuil.

Thierry Aury

secrétaire départemental du PCF Oise

 

Thierry AuryParThierry Aury

Voir le reportage del'Humanitédu 22 novembre 2011« Fernand Tuil fait citoyen palestinien »

Photographies de la délégation en Palestine le en avril 2013

- Photo 1 • Discussion en mairie de Bethléem, avec Ahmed Muhaisen, dirigeant palestinien du camp de réfugiés de Deheishe, son vieux complice de tant de luttes. À sa droite, la maire de la ville, Vera Baboun.

- Photo 2 • Sur la place de Bethléem.

- Photo 3 • En grande discussion avec Ahmed Muhaisen, avec qui il avait fondé l’AJPF.

- Photo 4 • Au milieu des habitants du camp de réfugiés de Balata, à côté de Naplouse, lors du formidable concert donné par le groupe HK & les Saltimbanks, venu en Palestine sur la proposition de Fernand.

- Photo 5 • Camp de réfugiés de Balata à l'issue du concert : un responsable palestinien remercie Fernand.

- Photo 6 • Avec le maire de Ramallah et Thierry Aury.

- Photo 7 • Avec Samia Bamya, dirigeante historique du mouvement national palestinien, sur la colline de Ramallah où se situe le mémorial à Mahmoud Darwish, le poète de la Palestine.

- Photo 8 • Dépôt de gerbe à la Moukata, à Ramallah, sur la tombe de Yasser Arafat que Fernand avait rencontré à de nombreuses reprises.

- Photo 9 • Rencontre à la Knesset, le Parlement israélien, avec les députés du groupe communiste qui mènent depuis toujours le combat pour la reconnaissance des droits du peuple palestinien à un État et sont des opposants résolus à la politique guerrière et raciste du gouvernement israélien.

- Photo 10 • Avec le maire et le gouverneur de Naplouse, l'une des grandes villes palestinienne où la délégation a été reçue avec tous les honneurs. 

- Photo 11 • À Naplouse, commentant une exposition en pleine rue, consacrée aux prisonniers palestiniens.

- Photo 12 • Discussion avec des femmes dans la rue palestinienne. Parlant arabe, hébreu, français, Fernand était partout l'homme du dialogue et du contact humain.

Source de Oise Hebdo du 5 décembre 2001

20011205-OH-Montataire-Inauguration de l'exposition « Palestine, entre le bleu du ciel et le sable de la mémoire »

Source de Oise Hebdo du 12 décembre 2001

20011212-OH-Montataire-Fernand Tuil de retour de son voyage au Proche-Orient : entre tourment et enthousiasme

Source de Oise Hebdo du 12 décembre 2001

20011212-OH-Montataire-Leila Shahid invitée surprise de la soirée dédiée au poète Mahmoud Darwich

Source de Oise Hebdo du 13 mars 2002

20020313-OH-Montataire-Deheisheh sous la botte : l'armée israélienne rafle 600 Palestiniens dans le camp de réfugiés
Fernand Tuil, militant de la paix et de la justice en Palestine, nous a quittés

REPORTAGE RÉALISÉ À L'OCCASION DE LA DÉLÉGATION EN PALESTINE

L'Association pour les jumelages entre les camps de réfugiés palestiniens et les villes françaises (AJPF) a organisé une délégation qui s'est rendue en Palestine du 22 au 28 avril 2013, à l'occasion de la 1re Conférence internationale sur les prisonniers politiques palestiniens.

Un film a été tourné à l'occasion, que nous vous proposons ici. 

Film de YAnnOO  • Mathurin Productions 2013

Vous pouvez aussi lire la page internet de ce site consacrée au compte-rendu de ce séjour en Palestine présenté au siège du PCF Oise le 11 mai dernier par Yvette Cesbron (cliquez sur l'image ci-contre).

SOIRÉE DE RESTITUTION AU SIÈGE DU PCF OISE

La Palestine rencontrée, la Palestine racontée - Creil, 11 mai 2013
.
« Le bonheur est une idée neuve en Europe. » Saint-Just (révolutionnaire français, 1767-1794)
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEMOIRES - HOMMAGES - SOUVENIRS
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 09:33

C'est avec tristesse que nous apprenons le décès de Fernand. Mon père Mario et mére Ida, ont été très affectés en l'apprenant. En effet, durant de longues années Frenand Thuil collaborait régulièrement à la commission immigration du comité central du PCF animée par mon père Mario.  Son action inlassable pour organiser la solidarité autour du peuple palestinien martyrisé, notamment à GAZA, faisait de lui le dirigeant incontournanble de la lutte et de la solidarité pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Il réclamait justice pour les Palestiens à retrouver un territoire confisqué en 1967 et à construire un Etat libre et indépendant vivant en harmonie avec ses voisins.

C'est une perte pour le PCF, c'est une perte pour ses camarades de Montataire et du département, c'est une perte pour les Palestiens et leur lutte libératrice. Mais le combat continue et comme l'aurait souhaité Fernand, d'autres militants continuent de se mobiliser et d'autres encore se lèveront jusqu'à la libérartion de ce peuple héroïque et déterminé.

Adieu Fernand, nous continueront ton combat !

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEMOIRES - HOMMAGES - SOUVENIRS
commenter cet article
25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 17:09

Municipales 2014 : Lettre du secrétaire fédéral du PCF 93 aux forces vives et de progrès de Seine-Saint-Denis

 

Chaque jour,  dans chacune des villes de Seine-Saint-Denis, vous constatez, comme nous,  combien la déception et la colère de nos concitoyen-ne-s sont grandes à l’égard de la politique gouvernementale. Le désarroi des citoyens de gauche est patent. Leur démobilisation est visible à l’occasion de chaque élection partielle. La droite en profite quand ce n’est pas le FN. Electeurs et militants de gauche, nous n’avons pas voté pour tout cela !

Face à la droite, l’urgence est au rassemblement

La détermination des communistes et de leurs élu-e-s est totale. Nous voulons agir pour la constitution des plus larges rassemblements possibles à l’échelle de chacune des communes comme cela se construit déjà dans certaines villes du département. Ils sont ouverts à tous les citoyens qu’ils soient électeurs du Front de Gauche, du PS, du PRG, du MRC, des écologistes, de l’extrême gauche ou simplement engagés dans la vie sociale de leur commune. Nous voulons battre partout la droite qui rêve de prendre sa revanche. L’UMP et l’UDI ne sont pas des voies de recours. Nous poursuivrons notre combat contre le Front National et ses idées avec la même ténacité. Oui, plus que jamais, nous appelons au rassemblement de toutes les forces vives du département pour bâtir de véritables projets communaux de gauche !

Une autre politique est nécessaire et possible

Pour vivre dignement sous un toit, accéder à un emploi, développer l’industrie, se déplacer avec des transports modernes, un maillage renforcé à des prix abordables, pour un accès favorisé à la santé de proximité, permettre la réussite de tous les jeunes, agir pour une réforme concertée des rythmes scolaires, le droit à la tranquillité, la protection de l’environnement… Nous sommes prêts à bâtir de véritables boucliers sociaux contre l’austérité, pour le développement des services publics et la justice fiscale…

Vous connaissez le travail de proximité constant des maires, des élu-e-s communistes et Front de Gauche pour répondre aux attentes, aux aspirations, aux inquiétudes des habitant-e-s de nos villes et leur disponibilité, pour ouvrir, avec chacune et chacun d’entre vous, la voie à d’autres perspectives, conformes aux véritables idéaux de la gauche.

C’est cet esprit qui nous anime avec toutes celles et tous ceux qui, pour les prochaines municipales, souhaitent prendre leur place dans une dynamique de gauche qui accorde la priorité à l’humain.

Alors pourquoi les députés PS Mathieu Hanotin et Bruno Leroux [Président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale] déclarent-ils vouloir se présenter face aux maires communistes et Front de Gauche de Saint-Denis, Didier Paillard, et de Saint-Ouen, Jacqueline Rouillon. Pour quelles raisons ces mêmes députés soutiennent-ils les velléités du secrétaire de section PS de Villetaneuse de devenir maire à la place de la communiste Carinne Juste.

Dans ces villes, pour le PS,  « il n’y aurait pas de danger de droite » ?  Après Brignoles et Villeneuve- sur-Lot, qui peut croire cela ?

Ce sont ces mêmes prétextes qui conduisent Stéphane Troussel, déjà président du Conseil général à envisager d’en faire autant face au maire communiste de La Courneuve, Gilles Poux.

Comment accepter aujourd’hui que ces élus puissent cumuler des responsabilités supplémentaires  au moment où il y a tant à faire pour répondre aux attentes des populations ?

Nous dénonçons  les attitudes des responsables socialistes en Seine-Saint-Denis, en contradiction avec les appels à l’union lancés par les responsables nationaux du PS et du président de la République, lui-même, après la victoire du FN à Brignoles. Nous demandons, avec force, aux instances départementales et nationales du PS de ne pas soutenir ces choix mortifères pour la gauche dans notre département. En effet pourquoi ce qui serait bon à Paris ne le serait-il pas ici ?

Il est temps de nous faire entendre et de construire ensemble d’autres choix ! Rien ne nous détournera de ce cap indispensable et nous voulons emprunter avec vous le même chemin. Nous avons confiance dans l’engagement des forces vives de notre département. Nous sommes disponibles pour cela.

 

Pantin, le jeudi 7 novembre

Hervé Bramy
Secrétaire départemental du PCF
de Seine-Saint-Denis

____________________________________________________________________________________________

            La Courneuve : PS et PC feront liste commune

Aurélie Selvi | Publié le 24.12.2013, 10h14 | Mise à jour : 10h49

Le maire sortant (PC) de La Courneuve, Gilles Poux.

Le maire sortant (PC) de La Courneuve, Gilles Poux. | (LP/FREDERIC DUGIT.)

Zoom

Le  et le  ont finalement conclu un accord à la Courneuve (Seine-Saint-Denis) en vue des municipales de 2014. Une liste commune sera conduite par le maire sortant PC Gilles Poux, le  PS du conseil général, Stéphane Troussel, y occupera la troisième place. Dans un communiqué commun, les deux élus ont officialisé leur alliance.



Stéphane Troussel avait pourtant annoncé en septembre dernier qu’il était candidat, accusant alors le maire communiste de n’avoir jamais associé les élus socialistes aux décisions prises. La décision avait suscité de vives réactions chez les communistes. «Cela fait plusieurs semaines qu’on discute, nous avons su faire des pas l’un vers l’autre», indique Stéphane Troussel.

Joint par téléphone, Gilles Poux se félicite du «rassemblement de toutes les forces qui comptent à gauche, à La Courneuve». Il assure que des «concessions» seront faites, notamment sur la création d'une «petite unité de police municipale» réclamée par le président du conseil général. 

LeParisien.fr

____________________________________________________________________________________________

Communiqué de Stéphane Troussel et Gilles Poux : « Nous sommes prêts à unir nos forces dans l’intérêt de La Courneuve et de ses habitant-e-s »

Depuis plusieurs semaines, tous deux candidats aux élections municipales afin de proposer nos projets pour La Courneuve, nous avons dit l’un et l’autre notre volonté d’agir pour le rassemblement de la gauche et notre disponibilité pour y travailler.

Ce rassemblement ne pouvait se faire que sur un projet, dans le respect mutuel, dans la clarté, loin des accords de façade.

Ce rassemblement est d’ailleurs souhaité par de nombreux citoyens que nous avons rencontrés sur le terrain.

Aujourd’hui, nous sommes parvenus à réunir les conditions de ce rassemblement de la gauche autour d’un projet partagé, qui intègre les priorités de chacun, et d’une liste équilibrée, qui respectera les convictions et le rôle de chacun, composée de Courneuviennes et de Courneuviens affilié(e)s ou non à des formations politiques. Des échanges doivent se poursuivre pour finaliser les termes de ce rassemblement renouvelé. 

En responsabilité, nous sommes convaincus qu’en alliant nos énergies et en additionnant nos forces, comme maire et comme président du conseil général, nous serons plus forts pour mener à bien notre volonté commune d’améliorer le quotidien des habitants de La Courneuve, en partant de ce nouveau développement urbain et économique qui s’est concrétisé au fil des années.

Pour cela, nous agirons sur des questions essentielles telles que le développement économique et l’emploi, l’ambition éducative, la sécurité, le cadre de vie et l’espace public, l’aménagement et l’avenir de notre ville.

Nous sommes aujourd’hui persuadés que les gagnants de ce rassemblement seront les Courneuviens et les Courneuviennes pour lesquels nous allons unir nos efforts afin de construire avec eux l’avenir de notre ville.

La Courneuve, le 24 décembre 2013

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MUNICIPALES 2014
commenter cet article
25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 17:01
Info le Parisien

La Courneuve : PS et PC feront liste commune

Aurélie Selvi | Publié le 24.12.2013, 10h14 | Mise à jour : 10h49

Le maire sortant (PC) de La Courneuve, Gilles Poux.

Le maire sortant (PC) de La Courneuve, Gilles Poux. | (LP/FREDERIC DUGIT.)

Zoom

Le  et le  ont finalement conclu un accord à la Courneuve (Seine-Saint-Denis) en vue des municipales de 2014. Une liste commune sera conduite par le maire sortant PC Gilles Poux, le  PS du conseil général, Stéphane Troussel, y occupera la troisième place. Dans un communiqué commun, les deux élus ont officialisé leur alliance.



Stéphane Troussel avait pourtant annoncé en septembre dernier qu’il était candidat, accusant alors le maire communiste de n’avoir jamais associé les élus socialistes aux décisions prises. La décision avait suscité de vives réactions chez les communistes. «Cela fait plusieurs semaines qu’on discute, nous avons su faire des pas l’un vers l’autre», indique Stéphane Troussel.

Joint par téléphone, Gilles Poux se félicite du «rassemblement de toutes les forces qui comptent à gauche, à La Courneuve». Il assure que des «concessions» seront faites, notamment sur la création d'une «petite unité de police municipale» réclamée par le président du conseil général.

 

  

LeParisien.fr

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MUNICIPALES 2014
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre