Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 10:11

Le refus du gouvernement de procéder à une revalorisation du SMIC s'inscrit dans la cohérence d'un quinquennat dédié à satisfaire les appétits de la finance et du patronat.
Porter le SMIC de suite à 1400 euros nets mensuels pour aller vers 1700 euros à la fin du prochain quinquennat est une exigence permettant de répondre aux besoins de millions de famille de vivre dignement de leur travail. 
C'est aussi une mesure qui permettrait de s'attaquer concrètement à la prédation de la finance sur les richesses crées par les salariés. Plus de 80 milliards d'évasion fiscale, plus de 20 milliards engloutis chaque année dans le CICE, 42 milliards de profits pour les seules entreprises du CAC 40... 
Oui, il est possible de reprendre le pouvoir à la finance en satisfaisant les besoins des salariés et des familles.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 10:33

4ème paquet ferroviaire: le PCF s’oppose à la libéralisation du rail 

 

En dépit des protestations massives adressées aux eurodéputés par les syndicats, et faisant fi du rejet grandissant de cette UE qui livre aux marchés nos besoins élémentaires, le Parlement Européen a adopté le volet politique du 4ème paquet ferroviaire ce matin en séance plénière.

 

Ne nous y trompons pas : la libéralisation et la privatisation du rail n’ont jamais entraîné plus d’efficacité et d’accessibilité dans les transports. Au contraire, le modèle anglo-saxon ce sont des augmentations de prix, une qualité de transport chaque jour moindre, un abaissement des conditions de travail pour les cheminots et de lourdes conséquences sur l’environnement. 

 

Notre groupe (GUE-NGL) au Parlement européen a déposé deux motions de rejet sur les deux volets concernant l’ouverture du marché des services nationaux de transport de voyageurs par chemin de fer. 

 

Nous poursuivons le combat pour que ce paquet ne soit pas mis en œuvre. Nous refusons la mise en concurrence d’un secteur stratégique pour l’économie française. L’accès aux transports doit être considéré comme un droit fondamental et un service public permettant de garantir la mobilité.

 

La vieille méthode libérale consistant à privatiser les profits et à ne laisser à l’État que la gestion de la partie déficitaire pour répondre aux prédations des grandes entreprises a fait son temps. Mobilisons-nous contre la libéralisation du rail en France et en Europe !

 

Vote sur les motions de rejet de la GUE-NGL 

- modifiant la directive 2012/34/UE (rapport Sassoli) a été rejetée par 250 voix en faveur du rejet et 459 contre,

- modifiant le règlement (CE) n° 1370/2007  (rapport Van de Camp) a été rejetée par 330 voix en faveur du rejet et 254 contre.

 

 

 
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans services publics
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 10:29
 

Lutter contre l'érosion de la biodiversité

 

Plus de 190 pays sont réunis jusqu’au 17 décembre, à Cancun, au Mexique, pour la treizième conférence des Nations unies sur la biodiversité.

La COP 13 doit dresser un bilan de l’action des États dans leur lutte contre l’érosion de la biodiversité à mi-parcours de la réalisation du plan stratégique décidé à Nagoya (2011-2020).

Comme pour le climat, les objectifs sont loin d’être atteints. La convergence des mobilisations politiques, associatives et citoyennes sera déterminante pour l’avenir de l’humanité et de la planète.

Dans ce domaine, la France a une grande responsabilité. Sur notre territoire, on recense 182 498 espèces soit environ 10% des espèces animales et végétales mondiales (source : Muséum d’histoire naturelle). 

 

 

IL EST TEMPS D'AGIR AVEC PLUS DE FORCE

 

Le PCF a organisé en octobre un Mois pour la biodiversité. Nous avons dressé le constat avec le

concours de scientifiques, d’élus, d’associations. Les dégâts à la biodiversité sont déjà trop lourds. Le rythme d’extinction des espèces, de destruction d’écosystèmes ou de pertes de potentiel génétique est supérieur à celui des temps géologiques.

C’est la conséquence de notre mode de développement. Pollution, déforestation, atteintes à la qualité de l’eau, des sols et de l’air, méfaits d’une agriculture productiviste opposée à une agriculture paysanne, privatisation des semences, destruction des pollinisateurs menacés par les pesticides : dans tous les cas, la biodiversité est menacée.

Il faut savoir que les trois quarts des cultures dépendent de l’action des pollinisateurs : action essentielle pour l’équilibre alimentaire humain.

 

IL Y A BEAUCOUP À FAIRE EN FRANCE

 

Six ans après le Grenelle de l’environnement, le bilan est assez pauvre. 1000 espèces, en métropole et en Outre-Mer, sont menacées. Les pressions des lobbies industriels et agricoles sont très fortes. La droite et l’extrême droite amplifient leur campagne anti-écologique et productiviste. 

Toutefois, dans le cadre de la loi biodiversité votée en août, les parlementaires communistes ont obtenu, entre autres, la non brevetabilité partielle du vivant. L’interdiction des pesticides néonicotinoïdes est inscrite pour 2018. Mais les moyens ne suivent pas ! C’est le cas de l’Agence française pour la Biodiversité qui doit être opérationnelle en 2017.

 

LA MARCHANDISATION EST UNE MENACE POUR LA BIODIVERSITÉ

 Pour les « penseurs » du libéralisme, seuls la privatisation et le marché peuvent protéger la biodiversité. Au contraire, nous avons besoin d’une République où les biens communs seraient le moteur d’un développement humain durable. C’est un enjeu du combat de classe du XXIe  siècle.

 

 

NOUS PROPOSONS

 

La biodiversité est un bien commun de l’humanité. Nous condamnons toute appropriation et privatisation individuelle et collective de ce patrimoine collectif comme de la brevetabilité du vivant.

 

  • Les écologues, les chercheurs en sciences naturelles doivent disposer des moyens matériels, financiers et humains à la hauteur des défis, en particulier le Muséum d’histoire naturelle.
  • La création d’une taxe « ressources naturelles » pour en limiter les prélèvements par les entreprises, compensée par l’octroi de crédits bonifiés.
  • Impulser un nouveau mode production et de consommation, car le mode de production capitaliste n’est plus soutenable. C’est un élément essentiel de l’engagement des communistes pour dépasser le productivisme et le consumérisme.
  • À l’opposé des critères du profit financier du CAC 40, nous voulons privilégier un développement humain basé sur des indices de bien-être.

     

    Pour les communistes, émancipation sociale et défi écologique sont indissociables.

    Rien ne se fera sans votre intervention

    pour avancer vers une société du bien vivre et du bien commun

    au coeur des enjeux de la présidentielle et des législatives de 2017.

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans ECOLOGIE
    commenter cet article
    19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 10:16

    Souffrance des personnels de santé : le PCF mobilisé

     

    La politique libérale des Gouvernements Hollande et Sarkozy nous ont conduit depuis 10 ans à une multiplication de fermetures de services hospitaliers, d’Hôpitaux et de maternités de proximité. La démocratie en santé disparaît au profit des ARS (Agences Régionales de santé).

    Dans le seul cadre de la Loi triennale de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) de 2016 à 2018, près de 20 000 emplois sont en train de disparaître.

    L’Organisation du temps de travail des personnels est soumis à la loi de la rentabilité financière, au mépris de la sécurité et de la qualité des soins, comme de la santé des soignants.

    Pour la satisfaction des intérêts du MEDEF, la sauvegarde de ses vertigineux revenus et desdividendes, le gouvernement veut confier aux assurances privées des missions de la Sécurité Sociale en réduisant les cotisations sociales et en baissant les dépenses publiques, notamment celles des Hôpitaux publics laissant le champ libre au secteur privé.

    Devant la souffrance inadmissible des personnels de santé, le PCF soutient l'action du 8 novembre et se mobilise à leurs côtés.

     

     
    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans SANTE PCF THOUARSAIS
    commenter cet article
    19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 10:10

    Nous demandons la réunion du Bureau du Sénat, car un tel délit ne peut rester impuni

    Panama Papers -

     Par / 6 avril 2016
    Monsieur Gérard Larcher
    Président du Sénat

    J’ai l’honneur par la présente de vous demander de réunir le Bureau du Sénat afin d’examiner la situation de M. Frédéric Oudéa, alors Président Directeur Général de la Société Générale, manifestement responsable d’un faux témoignage lors de son audition du mois d’avril 2Ol2 par la Commission d’enquête sénatoriale sur l’évasion des capitaux hors de France, devant laquelle il avait prêté préalablement serment.

    Les faits révélés dans I’affaire dite des "Panama Papers" contredisent totalement les propos de M. Oudéa qui indiquait en 2012 : « La Société Générale a fermé ses implantations dans les pays qui figuraient sur cette liste grise, mais aussi dans ceux que désignait la liste des Etats non coopératifs, c’est-à-dire en pratique, pour nous, à Panama. »

    Les révélations de ces derniers jours soulignent la création de 975 sociétés offshore par la Société Générale entre 1977 et 2015. Ces poursuites ouvrent donc de toute évidence droit à poursuite pour faux témoignage de M. Oudéa.

    Un tel délit, passible de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende ne peut rester impuni.

    Je sais, Monsieur le Président, que particulièrement soucieux du respect de l’institution sénatoriale, vous étudierez avec intérêt notre démarche et la prendrez en compte.
    En l’attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, I’expression de ma considération distinguée.

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans groupe GDR-CRC
    commenter cet article
    19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 07:32

    STOP à la dégradation des services publics et de la Poste.                                              

    Développons les services publics

     

     

     

    Après la disparition à Saint Varent de la trésorerie principale il y a quelques années, voilà maintenant que la fermeture du bureau de Poste est programmée. La dégradation des services publics se poursuit. 

     

    De réorganisations des tournées de facteurs (suppression de préposés et allongement des tournées), en changements d’horaires d’ouverture et de réduction d’emploi du bureau de Poste près de la mairie, ce sont des services de la Poste, et de proximité,  courrier, colis, banque postale, mandats,  présence humaine  et de vie sociale qui sont enlevés à nos concitoyens.

     

    Pourtant d’autres choix eussent été possible. En effet, l’Etat n’accorde-t-il pas 300 millions d’euros au tire du CICE pour…créer des emplois ? C’est l’inverse qui se produit alors que la Poste a fait un bénéfice de 235 millions d’euros soit une hausse de 23, 9 %

     

    Le usagers, les élus locaux, le personnel avec ses syndicats doivent être consultés et écoutés. Dans nos petits villages, la désertification gagne. Comment en effet relancer leur attractivité en supprimant les services aux habitants ? 

     

    Nous nous félicitons que des commerçants, conscients des dangers qui menacent notre village,  aient eu la bonne initiative de lancer une pétition pour empêcher cette fermeture.

     

    Nous la soutenons, et comme nous l’avions fait il y a quelques années lors de la votation citoyenne contre la privatisation de la Poste, nous nous associons à cette démarche citoyenne. Nous demandons que le Maire et le conseil municipal de Saint-Varent votent une motion de défiance contre cette décision. Les élus de la communauté de communes pourraient d’ailleurs en faire autant.

     

    S’opposer aux fermetures de bureaux et de réduction d’horaires et de personnels dédiés est une oeuvre de salut public.

     

    Les services publics sont utiles à nos concitoyens. Ce qui est moderne,  ce n’est sûrement pas de les réduire mais de les re-dynamiser en réinvestissant dans les territoires. Pour la Poste,  mais aussi pour  les équipements de santé, en créant des emplois utiles, dans les hôpitaux, les services de l’emploi, de la culture, de l’énergie, de l’eau, menacés eux aussi par les « économies » budgétaires drastiques, défaisant notre modèle social dont les pus modestes d’entre nous en  subiront les premiers, les effets dévastateurs.

     

    NE LAISSONS PAS FAIRE

    PCF Nord-Deux Sèvres -Thouars-Saint-Varent - Airvault  (logo PCF)

    ———————————————————————————————————————————-

    Bulletin d’Adhésion au PCF

    Nom…………………..…Prénom …………  Né le : ……Jour…… Mois……………..Année……………..

    Adresse…………………………………………Code postal…………….VILLE………………………………

    mail : ……………………………Téléphone…………………………………………………

    A adresser à PCF place du Colonel Fabien 75019 PARIS

    ———————————————————————————————————————————-

     
    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
    commenter cet article
    19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 07:18

    Le chantage contre le gouvernement grec doit immédiatement cesser ! (Pierre Laurent)

     

    Le président de l'Eurogroup, Jeroen Dijsselbloem, s'est fait le relai des conservateurs de certains pays européens, dont l'Allemagne, pour remettre en cause les mesures sur la dette grecque annoncées le 5 décembre. C'est une mesure politique punissant le gouvernement grec pour avoir pris des mesures en faveurs de 1.6 millions de retraités et avoir suspendu la hausse de la TVA dans les îles du Nord et de la mer Egée. 

    Je dénonce fermement ce nouveau chantage contre le gouvernement grec. Les milieux conservateurs, en violation de tous les accords, n'acceptent toujours pas qu'un gouvernement cherche à sortir de l'austérité sans fin qu'on lui impose. C'est une honte pour l'Europe. Cela ne fera qu'alimenter les tentations de régression nationaliste que l'on voit partout sur le continent.

    Assez de chantage ! Assez de pression ! Assez d'humiliation !

     

    Pierre Laurent, président du PGE, secrétaire national du PCF

     

     
    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
    commenter cet article
    15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 00:31

    Est-il permis de critiquer le journalisme dans une école de journalisme ?

    par Julien BrygoNina Faure

    Fin novembre Julien Brygo et Nina Faure étaient invités par une école de journalisme de Montpellier à présenter leur Quatre petits films contre le grand capital et à débattre de leur pratique des métiers de journaliste et de réalisatrice de documentaires. L’expérience aurait pu être assommante, elle a donné lieu à une très instructive leçon de tragi-comédie dans la filiale « alternance professionnelle » de la « meilleure école de journalisme de France ». Témoignage [1].

    Dès notre arrivée, il y a comme quelque chose qui cloche. La télévision France info qui braille dans l’entrée, des journaux « gratuits » à disposition des élèves, une bibliothèque en verre où sont enfermés pêle-mêle des livres poussiéreux qui rôtissent au soleil. On est dans une des quatorze écoles de journalisme (sur une centaine de formations en France) reconnues par l’État, l’ESJ Pro. La crème de la crème, donc. Il est 10h05 ce 25 novembre 2016. On nous invite à s’installer dans une salle de classe. Benoît Califano, le directeur de l’école, nous explique que les deux étudiants assis à notre droite, Fabien et Louis, ont planché sur la rencontre et animeront le débat. La veille, toute la classe ou presque a assisté à la projection-débat de nos courts-métrages Quatre petits films contre le grand capital au cinéma Le Diagonal.

     


    Les quatre films sont assez différents sur la forme : deux enquêtes en immersion dans le monde des emplois précaires réalisés par Nina (Rien à foutre et Dans la boîte), deux films photographiques de Julien (Profession, domestique et Glasgow contre Glasgow) tirés d’enquêtes publiées dans Le Monde diplomatique. Ils racontent cependant une même histoire : le triomphe du libéralisme et ses variantes. Les reporters y montrent les effets d’un capitalisme qui s’en est pris à ses berceaux (Glasgow, emblème de la révolution industrielle), la traite des travailleurs domestiques, la casse organisée du code du travail ou le précariat ordinaire fait de petits grignotages toujours volés aux salariés. « Des forts à qui le monde appartient, des faibles qui serrent les dents », résume Serge Halimi dans le livret du DVD [2]. Pas de scoop, donc, mais un travail journalistique sérieux, vérifié, documenté, sur des phénomènes sociaux aussi invisibles que spectaculaires.

     

    La tête du chef des dealers de Glasgow

    Il est 10h10. C’est Fabien, étudiant en radio, qui introduit la séance. « On est contents de vous recevoir aujourd’hui. On a tous beaucoup aimé les films mais on s’est dit qu’il nous manquait quelque-chose… Pour certains on s’est dit qu’on aurait aimé avoir plus les causes, peut-être, des problèmes qui étaient montrés. On a tous apprécié de découvrir des situations qui étaient dérangeantes, mais par exemple, dans Glasgow contre Glasgow, on se demandait pourquoi il n’y avait pas un angle plus sur le trafic de drogue, sur les causes de cette pauvreté à Glasgow plutôt que sur la situation finale à savoir qu’il y a des pauvres et des riches. »

    Le nez dans notre gobelet de café, on est un peu étonnés de cette question. La drogue glaswégienne, tout comme les overdoses de Fish n’chips, ne sont pas la raison de l’écart phénoménal de 28 ans d’espérance de vie entre riches et pauvres de la ville - c’est d’ailleurs tout le propos du film. Dans Glasgow contre Glasgow, on montre comment les inégalités sociales et le cadre structurel capitaliste sont autrement plus responsables de la mort prématurée dans les quartiers populaires que les comportements individuels, comme la consommation de drogue. On aurait peut-être dû immédiatement s’inquiéter de la première question, celle qui a fait l’objet d’un travail préparatoire sérieux de la part des étudiants pour cette rencontre et qui déplace d’emblée le curseur.

    Mais avant de rentrer dans le vif du sujet et pour que les étudiants nous situent, on raconte nos parcours. Nina a fait de la science politique et est entrée dans le journalisme par le documentaire jusqu’à devenir réalisatrice. Julien renseigne le nom de ses anciens tauliers un à un [3] et raconte être passé par une école privée de journalisme, l’ESJ Paris, qu’il considère « peu recommandable » car consistant essentiellement à « faire recopier aux élèves les reportages du Parisien, de BFM, de RTL, sans se poser de questions sur le sens de cette production journalistique, sur les cadres imposés, sur la récurrence des sujets et leur éventuelle vacuité ». Pour poursuivre notre récit, témoignage de deux longues années dans cette pouponnière à copistes prêts-à-l’emploi, on prend l’exemple des reportages rituels sur le marché de Noël, ces papiers sur la consommation ou encore ceux sur les soldes… Des reportages qui devraient être « bannis » de l’éducation au journalisme (ou alors en contre-modèle). Que n’avions nous pas dit là.

    Un homme habillé d’une veste noire, au fond de la salle, se tient debout et lève le doigt comme s’il voulait toucher le plafond. C’est le prof d’économie, selon des dires ultérieurs. Mais il ne se présente pas. « Je suis surpris d’une chose, c’est que l’un des premiers mots qui a été prononcé par monsieur est un mot d’exclusion, c’est-à-dire que vous avez dit que les reportages sur le marché de Noël sont à bannir ! Je voudrais savoir en quoi ce reportage doit être "banni". » Le sujet est visiblement grave. Il s’agit du socle de la presse locale, des radios locales, des chambres de commerce locales, un véritable carrefour d’intérêts bien compris entre consommateurs, producteurs… et journalistes, donc. Julien se saisit de la question avec des gants cloutés : « Le marché de Noël, c’est ce qu’on appelle un marronnier, un sujet qui revient tous les ans et qui permet de remplir des pages à bon compte… Il s’agit de raconter quoi ? La bonne vie du commerce ? D’un point de vue journalistique, cela n’a aucun intérêt. » Le professeur : « Et donc c’est pour cela qu’il faut les BANNIR ? » Il souligne lourdement le mot en lançant un regard à la fois accusateur et interrogateur pour bien faire prendre conscience à toute la classe de la gravité de nos propos. Les pieds dans le plat.

    Les étudiants sont en alternance, ils devront probablement, d’ici quelques semaines, rédiger des reportages sur les « Hivernales », le nom classieux que la municipalité de Montpellier a donné à son marché de Noël, en y ajoutant quelques concerts et des « nocturnes ». C’est peut-être tout le programme d’hiver des TD de l’ESJ Pro qui est en jeu ! Les visages des étudiants expriment davantage la méfiance que l’enthousiasme. Le professeur d’économie se tient en position de combat. Nous sommes assis, comme les élèves, et on ne se doute pas de la mèche qu’on vient d’allumer.

     

    « Moi j’aime bien aller me promener sur le marché de Noël »

    Si monsieur le professeur s’était présenté, nous aurions appris que quand il ne défend pas la liberté qu’a la presse de tester la qualité du glaçage des marrons, il n’est autre que le directeur adjoint de la rédaction de RTL. Nous aurions ainsi pu demander à Jean-Daniel Colom, c’est son nom, de nous expliquer pourquoi cela ne le dérange pas que la radio dont il co-dirige la rédaction en chef « bannisse » certains sujets, c’est-à-dire, les « tienne éloignés », voire les « rejette » (Larousse, 2016). On aurait pris un exemple au hasard : la visite en France d’un président de la République qui est parvenu à tourner le dos au FMI, à la banque mondiale et au remboursement de la dette, le président équatorien Rafael Correa. Il se trouve que Nina a participé à la réalisation de deux films sur le sujet. Dans le premier épisode d’Opération Correa (Les ânes ont soif) [4], la journaliste Aurore Van Opstal a même interviewé deux éminents confrères de RTL [5]au sujet du manque d’intérêt de la vénérable radio pour l’expérience anti-libérale équatorienne. Concours de mauvaise foi.

    Suite à l’invective du professeur masqué, plusieurs étudiants se lancent dans la défense des reportages sur le marché de Noël, qui permettent d’être « proches de la population », de voir « comment les gens vivent », ce qui constitue « une autre forme de journalisme à côté de l’investigation ». On la trouverait « pas assez noble, c’est ça ? », demande ainsi l’étudiante P. On essaie de dire qu’il faudrait commencer par questionner l’idée selon laquelle lorsqu’on est journaliste local, on est fatalement un supplétif de la chambre de commerce ou de la préfecture de police ; puis qu’il ne peut pas faire de mal de questionner des évidences, comme celle qui considère la consommation comme forcément positive. Louis, notre animateur, bondit : « Réfléchir à quel est le meilleur mode de vie, est-ce vraiment notre travail à nous journalistes ? Il y a des intellectuels qui… » Un étudiant qui décrivait après la séance de la veille son école comme « la meilleure de France » cabriole : « Après, tous les journaux ne sont pas pareils… Le web, ça sert à ça ! » Habitués à cette question qui revient presque à chaque débat, on tente de montrer rapidement qu’Internet est certes le lieu d’un réel pluralisme, mais qu’au moins 16 millions de personnes regardent encore les JT des « grandes chaînes » chaque soir et que ce même Internet a déjà été pris d’assaut par les mêmes groupes de presse (il faudrait des heures pour dérouler cette bobine). C’est Nina qui s’en charge brièvement : « Oui mais le web, alors je suis désolée mais je vais vous arrêter tout de suite, parce que sur Internet, la hiérarchie est la même dans la presse et les médias audiovisuels. Mais, pour revenir à la question autour des reportages sur la consommation, le problème du marché de Noël, c’est qu’on pourrait imaginer d’aller là-bas pour savoir quelles sont les conditions de travail des gens qui tiennent les cahuttes… »Des reportages sur les conditions de travail sur les marchés de Noël ? C’en est trop pour l’étudiant T. : « Mais c’est plus militant, ça ! Ce que vous faîtes, vous, c’est du militantisme, nous, on fait du journalisme ! » Nina répond sans ambages : « Crevons l’abcès tout de suite. Tout point de vue est militant, tout point de vue est engagé. » L’étudiant T : « Mais, si j’ai pas… Moi j’ai pas forcément de point de vue engagé… Moi j’aime bien aller me promener sur le marché de Noël, j’aime bien savoir qui il y a, ce qu’elles vont vendre, tout ça… Ça peut être des gens qui sont super riches et qui vendent des choses que vous jugerez peut-être comme ultralibérales ou capitalistes, comme ça peut être des petits artisans qui fabriquent des choses tranquillement chez eux, et qui vont vendre ça à la population… » On aurait bien pris un peu de vin chaud à l’orange, mais on reste sur la caféine, drogue la plus efficace pour rester vigilant en toute situation.

     

    « Je vous arrête tout de suite »

    Alors que la « discussion » prend forme, que des « points de vue »s’affirment, le chefaillon de RTL tente de s’interférer à nouveau. Comme il a déjà parlé (pour nous ranger dans la case des vilains militants agressifs et excluants) et que plusieurs étudiants lèvent la main depuis plusieurs minutes, on tente de s’opposer. « Alors, monsieur, non, lui dit Julien, vous avez déjà parlé. On va plutôt privilégier les étudiants, franchement… » Nina lui rappelle les règles de base de la communication en collectif : « Il y a un tour de parole à avoir, il me semble qu’un étudiant lève la main depuis longtemps. » Il se cabre, gonfle son torse, agite ses bras, prend un air indigné, puis, courageusement, prend la parole malgré notre refus, nous accusant de ne pas vouloir répondre à sa question. Les étudiants baissent leurs doigts et laissent l’Albert Londres des caisses enregistreuses donner de la voix. « Je poursuis sur mon sujet… Je reviens sur l’exclusion, il y a les reportages à"bannir", et ensuite la première question que pose un étudiant en journalisme, votre réponse, c’est "je vous arrête tout de suite"… » On attend la suite, il n’y en a pas. Il s’arrête, visiblement content d’avoir démontré aux étudiants à quel point nous étions obtus et fermés à la discussion. Nous tentons de la reprendre malgré tout.

    Un étudiant revient à la charge sur la question de la drogue à Glasgow. Pourquoi Julien n’en a pas plus parlé, pourquoi n’est-il pas allé interviewer le chef des dealers ? Julien répond que les philanthropes, ceux qui appellent à la fin des impôts et au transfert du partage des richesses vers le système de la charité, sont « autrement plus responsables » de cette situation. Deuxième ligne rouge franchie. Le cœur de l’étudiante R. saigne et elle décide de s’en ouvrir à toute l’assemblée : « On ne peut pas dénoncer une pratique en tombant dans la même pratique, c’est-à-dire que vous dénoncez le fait qu’il y a des gens qui ont des pratiques dont vous estimez qu’elles sont… extrêmes… Bon, moi c’est pareil, j’ai été salariée, je me suis opposé à certains de mes patrons… J’ai aussi un père qui a été patron, agent d’assurances pendant vingt ans, je tutoie les secrétaires, on va faire des balades ensemble... Les grands patrons ne sont pas tous les salauds, hein, je tiens quand même à le dire ! »Nina résume cette prise de position : « Tutoyer les secrétaires et faire des balades ensemble, je vois pas quel est le rapport avec les conditions matérielles de travail, enfin c’est pas ça la question, c’est pas "est-ce qu’on peut être patron et gentil ?" »… Julien enchaîne à la serpette : « Il faut être malhonnête avec les gens malhonnêtes. » Et l’étudiante R. de revenir à la charge : « Personnellement pour ce qui est de l’honnêteté et de mettre les gens en confiance, c’est pas l’école de journalisme qui nous dit ça, ce sont nos valeurs et nos éducations. Moi, le mensonge, excusez-moi, je peux pas. »

     

    « Ça, en tant que journalistes, on nous apprend à ne pas le faire »

    À l’étudiant C. de monter sur l’arène, la morale et les valeurs en guise de brassard de presse : « Vous dites que vous êtes journalistes, donc, on est d’accord, mais… moi y’a un truc qui m’a fait tiquer dans le reportage, c’était : vous faire passer pour une journaliste des Échos [pour interviewer Matthias Bauland, directeur adjoint d’Adrexo à l’époque], et ça, en tant que journalistes, on nous apprend à ne pas le faire, à être assez honnête ! » Nina répond qu’elle sait bien que « c’est interdit dans la Charte de déontologie des journalistes » et précise qu’utiliser des caméras cachées « est pourtant massivement pratiqué à la télé, avec les petits dealers justement… [et on aurait pu ajouter : sans que ça ne vous pose problème]. Second point : C’est légitime, de mon point de vue, quand c’est envers des gens qui ont des postes de pouvoir. D’une part, ils refusent les interviews, vous l’avez vu avec la direction générale du travail : il ne veut pas répondre à une question sur Adrexo alors qu’il veut bien se faire mousser devant une jeune étudiante à Sciences-Po. Ça me paraît tout à fait légitime de révéler ça. C’est d’autant plus légitime avec des personnes comme les grands éditorialistes qui ont la parole publique tout le temps et qui refusent de répondre aux questions sur leur travail. Quand on a autant d’espace médiatique, on se doit de répondre aux questions qui dérangent… » Une étudiante : « Donc vous avez décidé que certaines personnes méritaient quelque-chose et d’autres ne méritent pas… »Nina conclut : « Parce qu’elles occupent un rôle social et que cela a des conséquences pour des milliers de personnes, oui. Je considère que Jean-Denis Combrexelle, qui fait des décrets sur mesure pour le patronat du prospectus publicitaire, qui leur permet de payer les gens une heure sur deux et que ça touche 40 000 personnes sans compter le turnover, soit des centaines de milliers de personnes en France, oui, à un moment, on a le doit d’être malhonnête avec lui, pour aller lui demander des comptes, oui. »

    En fait c’est un vieux débat qui se joue ici. On le connaît bien, puisque c’est ce qui est reproché à Pierre Carles depuis Pas vu pas pris en 1998. On aurait dû commencer cette discussion (c’est même un séminaire qu’il aurait fallu organiser, et non pas un speed dating « une heure pour convaincre ») par des extraits de ces films, montrer comment certaines connivences et collusions sont impossibles à révéler sans le recours à certaines méthodes. Qui plus est, dans nos films, nous y avons recours en toute transparence puisque c’est mis à l’image. Pourquoi dès lors dire que c’est de la manipulation ? Les étudiants sont en mesure de juger de nos méthodes justement parce que nous les mettons à l’image.

    Ce qui nous inquiète le plus, c’est qu’on dirait que dans leur cursus, ils n’ont jamais entendu critiquer les médias. À travers ces questions, nous avons l’impression qu’ici comme dans l’écrasante majorité des écoles de journalisme françaises, les héros sont David Pujadas, Léa Salamé, Jean-Michel Aphatie ou Nicolas Demorand. Jamais Günter Wallraff, Florence Aubenas (ou alors l’otage plutôt que l’aide à domicile), Ryszard Kapuscinski ou Jean-Baptiste Malet.

     

    « Ne pas prendre le risque de fâcher d’éventuels annonceurs »

    L’échange est arrêté au bout de 63 minutes alors que plusieurs mains sont encore levées. L’étudiante P demande : « Pourquoi on ne continue pas, en fait ? C’est la question que tout le monde se pose ! » Il faut dire que la rencontre a été rabotée d’une demi-heure à l’initiative du directeur de l’école, qui estimait qu’on avait « déjà assez parlé [la veille] ». On remet nos blousons, et on sort de la salle, assaillis par des dizaines d’étudiants en proie au doute. On pensait qu’on aurait l’occasion d’échanger sur le fond de nos films, d’expliquer comment nous en sommes arrivés à travailler de façon « indépendante », c’est-à-dire sans le sou mais avec une grande liberté de ton. Mais la majorité de l’échange se concentrera sur nos « méthodes » jugées « malhonnêtes », nos discours jugés « militants »et nos mots, « excluants ». On a sans doute incarné malgré nous une certaine violence symbolique avec notre rejet des sujets sur le marché de Noël, que les étudiants seront bien obligés de se farcir et sans marge de manœuvre pour le coup. Car l’ESJ Pro, nous l’avons découvert en rédigeant ce texte, forme évidemment aux « sujets conso », pardi !

    L’école porte même une attention toute particulière à faire rentrer dans le crâne des journalistes l’idée selon laquelle il faut « bien border ses sujets »pour « ne pas prendre le risque de fâcher d’éventuels annonceurs. » Quelques jours plus tard aura lieu une formation payante sur les « sujets conso », présentés comme « des sujets “concernants”, fédérateurs, pas forcément compliqués à traiter ni chers à réaliser […] Bien parler de consommation, c’est se rapprocher de ses lecteurs. Mais c’est aussi prendre le risque fâcher d’éventuels annonceurs, d’où la nécessité de bien “border” son travail. »


    Cette « formation théorique » de deux jours (14 heures), facturée la somme rondelette de 1000 euros, proposait ni plus ni moins de « chercher les erreurs, de décoder les perles des fausses promos, étiquettes incongrues, prix trompeurs, termes ambigus... » ou d’identifier « les principaux pièges à éviter : tour d’horizon des principales erreurs susceptibles de faire rater un sujet consumériste, mais aussi de nuire à l’image du titre de presse ». Ça serait dommage, en effet, de nuire davantage à la renommée de ces grands titres qui œuvrent quotidiennement, dans l’ombre, à la croissance du PIB.

    En sortant de l’école, certains étudiants viendront nous dire qu’« on en parlera longtemps, de cette rencontre ». Un élève vient nous souffler qu’il est « d’accord avec nous sur toute la ligne ». Califano s’éclipse, aussi gêné qu’à l’arrivée. Le co-chef de RTL nous tourne le dos, passe un coup de fil énervé, se place à bonne distance de nous pour entendre nos conversations avec les étudiants puis part taper le ballon avec quelques étudiants. Il ne daignera même pas nous saluer, de peur d’être contaminé peut-être. Louis, l’élève qui a préparé la rencontre, nous apprend qu’il va devoir écrire un article sur notre venue. On lui demande de pouvoir lire cet article un jour. « Ah non, non, on n’a pas le droit. » Bon. On lui proposerait bien un titre lisible de tous (« Les commerçants sont déçus »« Les enfants avaient des étoiles dans les yeux » ou encore « Le vin chaud a un goût de cannelle », ça ne pourra que faire avancer la cause d’un journalisme non-complaisant - et faire plaisir à leur professeur.) Pendant ce temps, non loin de là, dans la même ville de Montpellier, on condamne les journalistes libres à des peines de prison ferme [6]

     

     
    Repost 0
    19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 11:21
    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES PCF
    commenter cet article
    12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 19:49

    L’attaque du convoi humanitaire de l’ONU à Alep relève de la «mise en scène» (experts)

    "L’attaque du convoi humanitaire de l’ONU à Alep relève de la «mise en scène.

    Selon le rapport des experts du Groupe International de soutien à la Syrie, l’attaque du convoi humanitaire d’Alep relève d’une «mise en scène parfaitement ficelée». En cause, l’état intact de la route contrastant avec les véhicules carbonisés.

    L’attaque contre le convoi humanitaire conjoint de l’ONU et le Croissant-Rouge arabe syrien le 19 Septembre dernier est «une mise en scène parfaitement préparée», ont annoncé les conclusions préliminaires d’experts indépendants au sein du Groupe International de soutien à la Syrie.

    Après que Washington a annoncé avoir déterminé que le convoi humanitaire avait été victime d’une frappe aérienne, les experts ont procédé à une analyse comparative des photos et des vidéos de l’attaque disponibles, notamment les images capturées par le drone des forces russes qui surveillait l’avancée du convoi.

    Sur cette vidéo, «il apparaît clairement que des armes de haut calibre sont acheminées sous couvert de convoi humanitaire», ont annoncé les experts.

    «Utm Al-Kubra se trouve sur le territoire contrôlé par les terroristes du groupe al-Nosra. De plus, cette zone est marquée par une forte concentration de militants. Si vous prenez les rapports du 19 septembre, vous trouverez que, dans ce lieu même, en même temps, les militants d’Al-Nosra ont lancé une offensive majeure sur Alep», affirme le document.

    Dans ce nouveau rapport, les experts ont noté que l’analyse des photographies présentées dans les médias, indique qu’un poste de pilotage de l’un des véhicules du convoi est resté intact et «n’a aucune trace d’explosion, de débris ou de trous […] seul son stock de marchandises a été touché. Il a entièrement brûlé […] En outre, tout autour, la route est restée en parfait état, ce qui n’aurait pas été le cas si le convoi avait bel et bien subi un bombardement aérien».

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL ACTUALITES
    commenter cet article

    BRUNO FORNACIARI

    HPIM3303

    Recherche

    Texte Libre