Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 07:30

Décryptage du financement de la santé par PCF

 

ACCES AUX SOINS POUR TOUTES ET TOUS ! IL Y A URGENCE !

Pour la santé aussi, l'austérité est mortifère !

Franchises médicales, dépassements d'honoraires..., les restes à charge se sont accumulés au cours des années tandis que nos revenus n'augmentent pas. Le renoncement aux soins progresse, particulièrement en dentaire et en optique. C'est humainement inacceptable.

Mais c'est aussi économiquement absurde ! C'est un gâchis que d'attendre une complication comme une paralysie ou une insuffisance cardiaque plutôt que de prendre en charge à 100% le traitement de l'hypertension artérielle, retirée de la liste des affections de longue durée par le gouvernement Sarkozy ou de favoriser un accident par une absence de lunettes !

Rien dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2013 ne revient sur les franchises, les déremboursements, contre lesquels la gauche toute entière s'était battue !

 

Interdiction des dépassements d'honoraires et remboursement à 100% par la sécurité sociale.

L'engagement de François Hollande d'encadrer les dépassements d'honoraires avant l'élection présidentielle s'est traduit par une véritable reculade et l'autorisation implicite de dépassements à 150% du tarif opposable. Le vrai changement serait le remboursement à 100% par la sécurité sociale et une nouvelle convention médicale approuvée majoritairement par les organisations médicales représentatives. Il est nécessaire de développer de nouvelles formes de rémunération honorant le temps consacré par les médecins à l’élaboration des dossiers, au suivi des patients, à la prévention et à l’éducation à la santé. Il est nécessaire de lutter contre les disparités de revenus entre médecins généralistes et spécialistes, entre spécialités.
Les assurances privées sont à la fois l’une des causes des dépassements d'honoraires mais elles en sont aussi les premières bénéficiaires ! Et l'interdiction des dépassements, le remboursement à 100% par la sécurité sociale mettrait fin à cette spirale tout en luttant contre les renoncements aux soins pour raison financière. On pourrait commencer les remboursements à 100% pour les jeunes jusqu'à 25 ans et les étudiant-e-s jusqu'à 30 ans, où le renoncement aux soins est proche des 50%.

 

Des propositions contre les déserts médicaux

Marisol Touraine a annoncé l'organisation d'une "concertation nationale" sur les questions d'accès aux soins. Les communistes sauront lui rappeler que la première cause de non accès aux soins est financière !

Mais le PCF formule aussi des propositions contre les déserts médicaux : le travail collectif, le salariat des centres de santé séduit les jeunes médecins tout en permettant le tiers payant, l'approche globale des patients, le développement de la prévention, à l'opposé des maisons de santé, qui ne sont que la juxtaposition de pratiques libérales. C'est aussi la reconstruction d'une offre de service public hospitalier de proximité, l'arrêt des restructurations, des fermetures de services, de maternités, mettant en danger les populations. Un moratoire sur la loi Bachelot est urgent, en attendant une grande loi de santé publique, tout comme la prise en compte des difficultés des hôpitaux.

 

La France a les moyens d'une grande politique d'accès aux soins pour tous !

Les revenus financiers des entreprises et des banques représentent le double du budget de la protection sociale ! Ces revenus (317,9 milliards d'euros en 2010), soumis au taux actuel de la cotisation patronale, apporteraient plus de 40 milliards d'euros pour la branche maladie, de quoi faire face dans l’immédiat au déficit de la Sécurité sociale, mais surtout mener une politique sociale dynamique visant à répondre aux nouveaux besoins sociaux. Cela contribuerait dans le même temps, à réorienter l’activité économique vers un autre type de développement social et écologique, un autre type de production des richesses réelles, au lieu d’alimenter la spéculation. Ce n'est pas le travail qui coûte, mais bien le capital ! Et c'est sur la cotisation, modulée vers ce type de développement économique, que devra s'orienter la réforme de la protection sociale, pas sur le développement de la CSG, génératrice de perte de pouvoir d'achat.

Ce sont ces exigences que porte le PCF, qu'il vous appelle à porter. La mobilisation se développe, dans le Front de Gauche, mais aussi plus largement, dans les associations, les syndicats. Continuons à rassembler, à nous faire entendre. L'accès aux soins pour toutes et tous est urgent. Il est possible.

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SANTE
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 07:24

Publié le 17 décembre 2013

Plus sur ce sujet

CONSEIL DES 16, 17 ET 18 DÉCEMBRE 2013 -  - 

Amendement budgétaire relatif au Compte foncier

Amendement présenté en séance budgétaire du Conseil de Paris du 16 décembre 2013.

AMENDEMENT RELATIF AU COMPTE FONCIER AU TITRE DES PREEMPTIONS POUR LE LOGEMENT SOCIAL ET DE LA LUTTE CONTRE L’INSALUBRITE

Considérant que l’accès au logement est la première des préoccupations des Parisiennes et des Parisiens ; Considérant que le rapport 2013 de la fondation Abbé Pierre sur l’état du mal-logement souligne que « l’écart de loyer pour passer du secteur Hlm au secteur privé est de 52 % dans une agglomération de moins de 20 000 habitants, et atteint 120 % en agglomération parisienne et bien plus encore sur Paris et la petite couronne » ;

Considérant la nécessité de poursuivre l’effort de construction de logements sociaux dans la capitale et l’objectif de rééquilibrer l’implantation du parc de logement social parisien ; Considérant la volonté de la municipalité de financer au moins 7.500 logements sociaux au titre de l’année 2014 ; Sur proposition du groupe Communiste et élus du Parti de gauche, le projet de Budget Primitif de la Ville de Paris est amendé comme suit :

- le compte foncier au titre des préemptions pour le logement social et de la lutte contre l’insalubrité est porté à 100 M au lieu de 87 M, soit +13 M.


Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MUNICIPALES 2014
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 06:56

Contre le pluralisme et L'Humanité, Maréchal la voilà!

18 décembre 2013, 16:17 

 

L’extrême-droite aime la presse comme les steaks. Saisie. Brûlée ne lui déplaît pas non plus... Marion Maréchal-Le Pen l’a spectaculairement confirmé en consacrant sa seule intervention à la dénonciation de l’abandon d’une créance de l’Etat sur l’Humanité, lors des débats sur le projet de budget rectificatif à l’Assemblée. Tout y est passé: Staline, Pol Pot, Mao, les attentats du FLN ... Jean-Marie, sors de ce corps! Un florilège pour s’indigner que le gouvernement renfloue «le moribond journal l’Humanité (...)structurellement déficitaire» et qui «demeure la publication la plus aidée en France en dehors même de cette abandon de créance».

 

Le FN n’aime décidément pas la vérité  et les micros dociles qui lui ont emboîté le pas auraient mieux fait de procéder aux vérifications de rigueur.

 

Parlons chiffres:

 

En moyenne annuelle, 

"le Monde" touche plus de 18 millions d’euros d’argent publics,

"Le Figaro" plus de 17 millions,

"La Croix" et "Libération" près de 10,

"Aujourd’hui/Le Parisien 9,3"

et "L’Humanité" près de 6,8 millions.

 

Depuis l’année 2010, l’aide qui nous est alloué au titre des quotidiens à faibles ressources publicitaires, a été diminuée d’un million par an.

Premier mensonge. Tous les quotidiens nationaux perdent des lecteurs - l’ensemble de la presse payante a diminué de 180% depuis la Libération - et notre journal un peu moins que les autres ces dernières années. Des titres renommés et dont certains ont entretenus des bontés pour l’extrême-droite ont disparu ces dernières années: France-Soir, Infomatin, Le Matin de Paris, Le Quotidien de Paris, La Tribune...

Deuxième inexactitude. Si Marion Maréchal-Le Pen avait le moindre attachement à la démocratie, elle s’inquiéterait que la survie de la presse quotidienne soit d’abord livrée aux subventions discriminatoires des entreprises privées sous forme de publicités accordées ou non ou aux recapitalisations qui fond passer la presse sous la coupe de groupes financiers ou de multinationales.

Troisième mensonge par omission. Enfin, quand on rappelle le rôle immense de Mandela, on ne peut oublier que le journal qui l’a fait connaître quand tous taisaient son sort, et que les amis de Le Pen qui le dénonçaient comme un terroriste communiste à bâillonner. Ceci doit contribuer à expliquer cela...

Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction de l'Humanité


(Publié dans l'Humanité du 19 décembre 2013)

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 09:27
Repost 0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 09:11

Pierre Laurent a été reconduit à la tête du Parti de la gauche européenne

POLITIQUE -  le 17 Décembre 2013

Gauche

Le Parti de gauche relance la polémique électorale

 

 

La formation de Jean-Luc Mélenchon a annoncé la «suspension» de sa participation au Parti de la gauche européenne qui a reconduit Pierre Laurent à sa tête. Elle ravive ainsi les dissensions au sein du Front de gauche en vue de 2014 et laisse ses partenaires dubitatifs.

Le Parti de gauche a ravivé ce week-end la discorde au sein du Front de gauche à l’occasion du congrès du Parti de la gauche européenne (PGE). Si son opposition à la reconduction à la tête du parti européen du secrétaire national du PCF, Pierre Laurent (réélu à 78 %), était attendue, s’y est ajoutée l’annonce surprise de la « suspension » de sa participation au PGE « jusqu’aux élections municipales ». Deux décisions qui relancent les spéculations sur l’avenir du Front de gauche, déjà en proie à de vifs débats. Depuis la fin des élections de 2012, le mouvement s’est retrouvé à plusieurs reprises uni dans la rue et ses « assises citoyennes » du 16  juin dernier avaient élargi le rassemblement à l’aile gauche du PS et à Europe Écologie-les Verts. Mais la contradiction s’y est aussi aiguisée, entre la volonté du PCF d’obtenir un changement de cap politique par le rassemblement des forces anti-austérité, et celle du PG, entre stratégie du recours et rupture totale avec « les solfériniens » en vue des prochaines élections.

La dissension s’est cristallisée sur les municipales. Et c’est encore une fois la situation parisienne que le PG a utilisée pour justifier sa prise de distance. « La clarté de notre campagne des européennes ne doit pas être mise en danger par la stratégie portée par Pierre Laurent de rejoindre la liste du PS aux municipales à Paris », a-t-il avancé dimanche dans un communiqué. Pourtant, la formation partage nombre d’orientations arrêtées par le congrès. « Nous nous félicitons des avancées sur les textes comme l’affirmation de la nécessaire rupture en Europe et non pas seulement de sa réorientation », note sa coprésidente, Martine Billard. Une réalité qui fait écho aux origines du Front de gauche, constitué en 2009 pour représenter aux européennes d’alors la gauche du non au référendum de 2005. Ce même scrutin, en 2014, aurait ainsi pu permettre le rassemblement du mouvement mais celui-ci risque d’achopper. « On ne pourra pas mettre quelqu’un qui a soutenu Anne Hidalgo », a expliqué François Delapierre, bras droit de Jean-Luc Mélenchon, à propos de la candidature en Île-de-France où le sortant, Patrick Le Hyaric, est communiste. Alors que la plupart de ses partenaires souhaitaient être prêts avant Noël, le PG joue la montre dans l’espoir que sa stratégie marque plus de points aux municipales. À cet égard, le sondage partiel de l’Ifop publié par le Journal du dimanche a de quoi inquiéter la formation qui n’obtiendrait que 6 % dans le 14e et 2 % dans le 15e arrondissement parisien.

« L’avenir du Front de gauche n’est pas assuré », aurait également confié François Delapierre. Un pari risqué sur lequel le PCF appelle à ne pas miser. « Le Front de gauche doit impulser cette dynamique (d’unité et de rassemblement – NDLR) en entrant le plus vite possible en campagne pour mettre la gauche anti-austérité en tête aux européennes », a-t-il réagi, jugeant que « la décision du Parti de gauche est incompréhensible et incohérente ». Un avis partagé par Clémentine Autain (Fase Ensemble) qui s’est dite « inquiète pour l’avenir » du Front de gauche, estimant que le « mauvais choix du PCF à Paris (n’est) pas une raison suffisante pour alimenter le climat de division ». « Nous avons la responsabilité, poursuit-elle, de construire le rassemblement pour permettre l’alternative à cette pseudo-gauche gouvernementale. » Même tonalité chez Christian Picquet (Gauche unitaire), qui juge l’attitude de son partenaire « incompréhensible alors que (nous) partageons la même volonté de refonder l’Europe », mais qui se veut rassurant. « Rien d’irréparable pour l’instant, estime-t-il, d’autant que personne n’a d’alternative au Front de gauche en son sein. »

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 08:46

Mélenchon veut-il tuer le Front de Gauche ?

En annonçantla suspension provisoire de la participation du Parti de Gauche au Parti de la Gauche Européenne, Jean-Luc Mélenchon aggrave dangereusement la crise entre le PCF et le PG au sein du Front de Gauche. A tel point qu’il est permis de se demander s’il ne veut tout simplement pas la mort du Front de Gauche ? Il paraît a minima peu probable que le FdG soit en ordre de bataille quand arriveront les élections européennes.

La crise a pour origine une divergence stratégique au sein du Front de Gauche et non pas politique. Le PCF ne s’est jamais éloigné ni du programme « L’Humain d’Abord » ni de la lutte contre la politique « austéritaire » du gouvernement. En témoigne d’abordle vote « contre » du volet « recette » du budget 2014 par les députés PCF. En témoigneégalement la campagne sur le coût du capital, contre l’austérité et la hausse de TVAmenée par le PCF par voie de tracts, affiches, vidéos … Enfin,le PCF a également non seulement appelé, mais également fourni le gros du cortège de la manifestation du 1erdécembre pour la révolution fiscale.

La crise est donc stratégique, sur le degré de confrontation avec le PS. Le débat existe au sein du FdG et au sein du PCF. Pierre Laurent a son opinion sur le sujet ; il fut suivi par une très courte majorité au sein du PCF Parisien.Un choix différent a été fait dans plus de la moitié des grandes villes de France.

Mais plutôt que participer sereinement au débat, en cherchant à faire triompher son point de vue par le raisonement et l’argumentation et à rechercher les compromis qui peuvent être trouvés entre partenaires d’accord sur le fond mais divergeant sur la stratégie, JL Mélenchon met de l’huile sur le feu. La méthode est largement contre-productive ; sauf à ce que son but réel soit non pas la construction mais bien l’éclatement du Front de Gauche.

Concernant le vote des communistes parisiens, l’attitude de JL Mélenchon, faîtes de menaces et d’invectives a largement contribué à braquer les communistes« les partisans de l’alliance à géométrie variable se lancent dans d’obscures allées et venues de marchands de tapis entres socialistes et les militants fidèles au Front de Gauche », (le 19/09/2013 par exemple) et a vraisemblablement fait pencher le vote en faveur des communistes parisiens en faveur de l’alliance avec Anne Hidaldo. Le résultat final du vote, 56% en faveur de l’union avec le PS est en effet incroyablement serré pour un scrutin où le secrétaire général du PCF s’est aussi fortement investit, dans un Parti avec un tel passé de « centralisme démocratique ». Il aurait suffit de peu pour faire pencher la balance, un Jean-Luc Mélenchon pédagogue pour expliquer sa position par exemple. Ce fut tout l’inverse.

La manière dont Jean-Luc Mélenchon a appelé à la marche du 1erdécembre pour la révolution fiscale fut également symptomatique d’une incapacité à travailler en groupe.Jean-Luc Mélenchon a annoncé sa marche à la radio, sans en avoir préalablement discuté avec ses partenaires du Front de Gauche. Ceux-ci s’y sont ralliés l’un après l’autre par la suite. Avec pour résultat un manque certain de motivations dans les rangs des alliés du Parti de Gauche, non pas sur le fond politique, mais sur la méthode.

Mais surtout,le retrait, fut-il provisoire, du Parti de Gauche du Parti de la Gauche Européenne en pleine préparation des élections européennes est incompréhensible. En effet, le congrès du PGE a entériné des positions totalement en phase avec celles du Parti de Gauche, de la désignation d’Alexis Tsipras comme candidat à la Commission Européenne àl’adoption de l’Eco-socialisme.De quoi se féliciter pour le PG et lancer une belle et forte dynamique de campagne pour les élections européennes ? Mais non ! Pierre Laurent ayant été ré-élu à la tête du PGE, le PG suspend sa participation, malgré tout le reste. Consternant …

L’argument évoqué à chaque fois par Jean-Luc Mélenchon est « l’image brouillée » par un manque de clarté de la position de Pierre Laurent vis-à-vis du PS, malgré la totale absence de divergence programmatique au niveau national et européen.

On retrouve là très exactement les arguments du NPA pour refuser de s’allier avec le Front de Gauche aux élections présidentielles et européennes. Le Parti de Gauche semble s’enfoncer dans le sectarisme du NPA, j’en suis désolé pour lui.

Mais le Front de Gauche n’est pas le NPA.Il n’a pas son sectarisme et son dogmatisme. Alliance de long court entre plusieurs formations politique, il doit savoir se nourrir des divergences d’analyses et de stratégies, pour construire une union qui le dépasse et le transçande.

Quant on est une force politique qui a vocation à remporter les élections et à gouverner, il faut savoir dialoguer et trouver des compromis au sein de son parti, de son alliance politique, avec ses partenaires. On en est hélas très loin pour Jean-Luc Mélenchon qui perd beaucoup de sa stature « d’ homme d’état » en la matière.

Si Jean-Luc Mélenchon veut transformer le PG en NPA-bis, c’est son libre choix. Mais qu’il ne tue pas le Front de Gauche dans la bataille, par respect pour tous ceux qui ont quitté le NPA pour le Front de Gauche autant que par respect pour les communistes.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 19:00

Montreuil : Razzy Hammadi lâché par une partie des socialistes

Rien ne va plus pour Razzy Hammadi. Le socialiste, qui partait favori aux municipales à Montreuil (Seine-Saint-Denis) après le retrait surprise de Dominique Voynet, doit faire face à un autre désistement. Qui cette fois, pourrait plomber sa campagne. 
La présidente du groupe socialiste au conseil municipal, Alexie Lorca, a en effet annoncé dimanche qu’elle se ralliait à Patrice Bessac, qui conduit la liste Front de gauche à Montreuil et qui n’est pas le mieux placé dans les sondages – « ce qui prouve notre bonne foi », sourit-elle. Celle qui entraîne une trentaine de militants locaux dans son sillage a, « sans gaieté de cœur », démissionné du Parti socialiste dans la foulée.

Comment expliquer ce brusque "lâchage" ? Alexie Lorca avance son attachement à « l’union de la gauche, même quand ce n’est pas le PS qui est tête de liste ». Mais aussi sa proximité avec le Front de gauche dans le militantisme de terrain : « Cela fait des années qu’on milite avec les gens qui sont sur la liste de Bessac, que ce soit pour le Méliès, les sans-papiers ou les centres de santé »
L’élue dénonce d’autre part les « pratiques politiciennes » de son ancien camarade Razzy Hammadi : « Son parachutage a été violent », affirme-t-elle, ajoutant «  qu’on ne peut pas lui faire confiance quand il dit qu’il va démissionner de son mandat de député s’il est élu à la mairie ». Et de déplorer que Razzy Hammadi et Mathieu Hanotin, qui se présente contre le maire sortant PCF à Saint-Denis« soient plus prompts à faire la peau du PCF qu’à prendre des territoires à la droite ».

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MUNICIPALES 2014
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 09:03
Repost 0
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 08:32

SURSAUT CITOYEN

APRÈS LE SUCCÈS DE LA MARCHE - DES ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA FISCALITÉ


A Paris et dans plusieurs villes en France, des dizaines de milliers de manifestant-es se sont mobilisés, à l'appel du Front de gauche, contre l'augmentation de la TVA, pour la taxation du capital, pour la justice sociale et fiscale. Loin d'une jacquerie « anti-impôts », ils et elles ont exprimé leur ras-le-bol de l'injustice fiscale et leur exigence de l'utilisation de l'argent public, non pour la finance, mais pour le bien commun. Pour ne pas laisser Ayrault s'occuper, seul avec le Medef, de la remise à plat du système fiscal, le Front de gauche a lancé un appel à toutes les forces progressistes, syndicales et associatives, aux citoyen-nes pour des États généraux de la fiscalité.

 

Tout de suite l'annulation de la hausse de la TVA

Prévue par Sarkozy, confirmée par Hollande, la hausse de la TVA au premier janvier risque de taper fort le porte-monnaie des ménages : 6 milliards en 2014. Fort et inégalitairement : la TVA est l'impôt le plus injuste, il représente plus de 12% des dépenses des ménages gagnant en dessous de 2000 euros, moins de 6% pour les

 

La fiscalité remise à plat : chiche !

Le Premier ministre a reçu tous les groupes parlementaires pour discuter avec eux d'une grande réforme de la fiscalité. Elianne Assassi et André Chassaigne, présidents des groupes parlementaires du Front de gauche ont noté que le premier Ministre « formate dès le départ le cadre de ce débat en l’inscrivant dans la poursuite de ses politiques d’austérité ». Pour eux, au contraire, il faut rompre avec le dogme de la réduction de la dépense et des services publics, cesser de s’en prendre au « coût » du travail et d’exonérer celui du capital. Les parlementaires ont rappelé quelques-unes de

 

Avec vous !

Pour le Front de gauche, la Marche sur Bercy du 1er décembre n'est qu'une première étape. Il appelle à des États généraux de la fiscalité co- organisés avec toutes les organisations politiques, syndicales et associatives qui défendent la justice sociale et fiscale. En relation

plus hauts revenus. Cette nouvelle ponction sur le pouvoir d'achat alimenterait les 20 milliards de cadeaux fiscaux sur l'impôt des société prévus dans ce budget. Le gouvernement doit revenir sur cette augmentation, écouter le peuple qui l'a élu, plutôt que les grandes fortunes qui veulent que tout continue comme avant.

leurs propositions, comme « le refus de la fusion entre la CSG et l’impôt sur le revenu », la « nécessité d’un impôt plus progressif avec la création de nouvelles tranches vers les plus hauts revenus », une « taxation des revenus du capital » et « un impôt sur les sociétés plus incitatif pour favoriser les entreprises qui innovent, qui investissent, qui créent des emplois ». Les présidents des groupes parlementaires du Front de gauche sont déterminés à faire entendre la voie du peuple plus fort que celle des milliardaires.

avec leurs parlementaires, il prend l'initiative d'organiser, dans le pays, des ateliers législatifs, pour écrire, avec les citoyen-nes, une loi qui sera déposée et défendue au printemps prochain à l 'Assemblée nationale.

 

PCF/FRONT DE GAUCHE

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 20:09
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DETENDEZ-VOUS EN MUSIQUE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre