Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 10:14
Repost 0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 22:42


Hommage à Nelson Mandela

Jeudi 12 décembre

Rendez-vous à 18h devant l'Hôtel de ville pour rendre hommage à Nelson Mandela, Citoyen d'honneur de Villejuif depuis 1985.

Sitôt la nouvelle de la dispartition de Nelson Mandela connue, le maire de Villejuif, Claudine Cordillot, au nom de la municipalité, tenait à lui rendre un premier hommage :

"A l'heure où me parvient la nouvelle tant redoutée de la disparition de Nelson Mandela, c'est avec une grande émotion que je me souviens de ce 13 octobre 1993, lorsque Nelson Mandela vint à Villejuif, à la rencontre des habitants de notre ville qui avaient fait de lui dès 1985 son Citoyen d'honneur. Mandela à Villejuif ! Ce symbole vivant de la lutte du peuple d'Afrique du Sud contre l'Apartheid qui avait passé 27 ans en prison, était désormais libre et lors de sa première visite en France, il avait tenu à être parmi nous, à Villejuif : son arrivée au théâtre Romain-Rolland est restée pour moi comme pour tous les Villejuifois présents un moment inoubliable.
Prix Nobel de la Paix, Nelson Mandela allait devenir le premier Président de la nouvelle Afrique du Sud et incarner au plus haut point les valeurs de justice et de paix, de solidarité et de tolérance; son combat et son action nous inspirent aujourd'hui comme elles inspireront tous ceux qui ont à coeur de faire progresser les idées de culture de la paix. Faisons en sorte que son exemple reste vivant !


J'invite Villejuifoises et Villejuifois à rendre un premier hommage à Nelson Mandela, leur Citoyen d'honneur, lors d'une cérémonie à sa mémoire devant notre Hôtel de Ville le 12 décembre 2013 à partir de 18 heures, à l'unisson de tous ceux qui, de par le monde, pleurent sa disparition".

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEMOIRES - HOMMAGES - SOUVENIRS
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 22:36
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEMOIRES - HOMMAGES - SOUVENIRS
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 16:07
 

Les élu-e-s Front de gauche PCF-GU-AC refusent les hausses de tarifs et de la TVA et veulent de nouvelles ressources pour les transports et le pass Navigo unique

zoneuniqueMercredi 11 décembre, au Conseil du STIF, les élu-e-s Front de gauche et communistes refuseront l’augmentation des tarifs pour les usagers, conséquence de la hausse de la TVA sur les transports. Nous proposerons également un vœu pour demander d’appliquer aux transports en commun le taux réduit de TVA, à 5,5%.

À quelques jours du budget de la Région, nous réaffirmons notre ambition de mettre en place le pass Navigo unique au tarif de la zone 1-2. Nous portons cette proposition depuis 2004, puis avec toute la majorité régionale depuis 2010. Cette année, nous proposerons un nouveau pas cette année avec le dézonage du pass Navigo pendant toutes les vacances scolaires.

Nous refusons à la fois de renoncer à cet engagement ou de le faire financer par les usagers et les collectivités. La zone unique est une mesure de justice sociale : elle ne peut se faire au prix d’une augmentation des tarifs, ou de moins de services publics. Ce d’autant plus que des milliers de Francilien-ne-s vivent la galère au quotidien à cause d’incidents et de pannes multiples.

Ce sont bien les entreprises qui doivent davantage contribuer aux transports, à travers le versement transport. Ce sont elles qui bénéficient de leur amélioration ; elles aussi qui paieront moins de contribution aux forfaits de leurs salarié-e-s avec la mise en place du pass unique. Il est donc juste et légitime qu’elles y contribuent.

Dans les jours qui viennent également, Laurence Cohen, sénatrice et administratrice du STIF, défendra un amendement à la loi de finances rectificatives pour harmoniser le taux du versement transport en Île-de-France.Cette modification des taux permettrait de dégager 800 millions d’euros par an, et ainsi de financer la zone unique au tarif de la zone 1-2 et de renforcer l’offre de transport.

Cette proposition est défendue par toute la majorité régionale mais refusée jusque là par les parlementaires socialistes. Nous espérons qu’ils et elles soutiendront cette fois cette proposition dans l’intérêt des Francilien-ne-s.

Alors que le Grand Paris est sur les rails, il est temps de mettre fin à des zones tarifaires injustes ! Une seule Région, un seul tarif, un seul versement transport !


Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans REGIONS
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 12:32

Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme

Mikis THEODORAKIS

Alors que la Grèce est placée sous tutelle de la Troïka, que l’Etat réprime les manifestations pour rassurer les marchés et que l’Europe poursuit les renflouements financiers, le compositeur Mikis Theodorakis a appelé les grecs à combattre et mis en garde les peuples d’Europe qu’au rythme où vont les choses les banques ramèneront le fascisme sur le continent.

Interviewé lors d’une émission politique très populaire en Grèce, Theodorakis a averti que si la Grèce se soumet aux exigences de ses soi-disant « partenaires européens », c’en sera « fini de nous en tant que peuple et que nation ». Il a accusé le gouvernement de n’être qu’une « fourmi » face à ces « partenaires », alors que le peuple le voit comme « brutal et offensif ». Si cette politique continue, « nous ne pourrons survivre (…) la seule solution est de se lever et de combattre ».

Résistant de la première heure contre l’occupation nazie et fasciste, combattant républicain lors de la guerre civile et torturé sous le régime des colonels, Théodorakis a également adressé une lettre ouverte aux peuples d’Europe, publié dans de nombreux journaux... grecs. Extraits :

Notre combat n’est pas seulement celui de la Grèce, il aspire à une Europe libre, indépendante et démocratique. Ne croyez pas vos gouvernements lorsqu’ils prétendent que votre argent sert à aider la Grèce. (…) Leurs programmes de « sauvetage de la Grèce » aident seulement les banques étrangères, celles précisément qui, par l’intermédiaire des politiciens et des gouvernements à leur solde, ont imposé le modèle politique qui a mené à la crise actuelle.

Il n’y pas d’autre solution que de remplacer l’actuel modèle économique européen, conçu pour générer des dettes, et revenir à une politique de stimulation de la demande et du développement, à un protectionnisme doté d’un contrôle drastique de la Finance. Si les Etats ne s’imposent pas sur les marchés, ces derniers les engloutiront, en même temps que la démocratie et tous les acquis de la civilisation européenne. La démocratie est née à Athènes quand Solon a annulé les dettes des pauvres envers les riches. Il ne faut pas autoriser aujourd’hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu’elles ont elle-même générées sous forme de dettes.

Nous ne vous demandons pas de soutenir notre combat par solidarité, ni parce que notre territoire fut le berceau de Platon et Aristote, Périclès et Protagoras, des concepts de démocratie, de liberté et d’Europe. (…)

Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit. Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l’Europe en la transformant en Tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme.

http://www.centpapiers.com/theodorakis-si-les-peuples-d%e2%80%99europe...

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 12:12

Le CICE manque sa cible

C'en était trop pour le conseiller de général de Saône-et-Loire. "Michel-Edouard Leclerc se paie un coup de pub en déclarant qu’il ne va pas répercuter la hausse de TVA. Il oublie de dire que le taux de TVA ne bougera pas pour les produits de première nécessité qui représentent l’essentiel du chiffre d’affaires des enseignes du groupe", rappelle-t-il. Avant de glisser sur le CICE. "Il oublie de dire que les enseignes Leclerc seront largement les grandes bénéficiaires du Crédit d’impôt pour la compétitivité et pour l’emploi (CICE) qui va alléger le coût du travail pour toutes les entreprises de France. On estime ainsi que la grande distribution va engranger avec le CICE la somme de deux milliards d’euros. Pour Leclerc, le gain réalisé n’est pas encore connu car il a refusé de transmettre cette information à la Représentation nationale."

Le député socialiste admet en creux que cette belle niche fiscale de 20 milliards d'euros accordée par le gouvernement Ayrault aux entreprises, et ce sans contre-parties, manquait son but, qui est de soutenir les secteurs d'activité en prise avec la compétition mondiale.

Augmenter les salaires

Thomas Thévenoud poursuit avec raison: "On espère qu’il (M.E. Leclerc) en profitera pour augmenter les salaires dans ses magasins, embaucher de nouveaux collaborateurs ou mieux payer les producteurs agricoles locaux qui se plaignent régulièrement d’être pris à la gorge par la politique tarifaire menée par Leclerc. Avec une progression en 2012 de plus de 7% et un chiffre d’affaires de 32 milliards d’euros, Leclerc a donc largement les moyens de passer les fêtes de fin d’année au coin du feu." On aimerait que le gouvernement, soutenu par le député Thévenoud, fasse de même en soutenant le pouvoir d'achat des Français en donnant un coup de pouce au Smic et en effectuant une véritable réforme fiscale redistributive.

                      _________________________________________________________________

Un peu de schysophrénie tout de même chez de ce député qui soutient la politique gouvernementale austéritaire tout en en critquant certains effets.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 07:53

UNION LOCALE CGT

9 bis rue Denfert Rochereau

79100 Thouars

05.49.66.45.26 ulcgt.thouars@wanadoo.fr

Thouars le 11 Décembre 2013.

Travailleurs détachés : Enfin un pas en avant !

Un compromis a pu être trouvé le 9 décembre entre les ministres du Travail des différents pays de l’Union

Européenne sur la question des travailleur-e-s détachée-e-s. C’est une bonne nouvelle.

Deux types de questions étaient à régler :

1. faire en sorte que les salariés détachés soient déclarés, alors qu’aujourd’hui moins d’un sur deux l’est.

2. faire en sorte que les abus et fraudes des employeurs soient sanctionnés et cessent, alors qu’aujourd’hui ils ne

font que se développer, le « noyau dur des garanties sociales » prévu par la directive de décembre 1996 n’étant

trop souvent pas respecté : salaire non payé, salaire minimum pas respecté, maximum de durée du travail

dépassée, conditions d’hébergement inacceptables…

Les nouvelles dispositions de contrôle des entreprises et l’instauration d’une certaine responsabilité solidaire des

donneurs d’ordre, devraient permettre de mieux respecter les droits des salariés détachés et donc de diminuer la

concurrence entre tous les salariés.

Mais il est illusoire de penser que seuls ces contrôles externes pourront assainir la situation. Il est indispensable

que les organisations syndicales et les représentants du personnel disposent de plus de droits, notamment de

pouvoir simplement avoir le droit d’entrer dans les entreprises et les chantiers et pouvoir rencontrer les salariés

détachés, être informés du contenu des contrats de travail en amont de l’arrivée de ces salariés… Et s’il s’avère

qu’il y a fraude au détachement, c’est l’ensemble des règles du pays d’accueil qui doivent s’appliquer au salarié.

Il ne faudrait pas oublier que ce sont les employeurs d’ici qui emploient ces salariés à ces conditions-là, ce sont

bien les donneurs d’ordre d’ici qui décident des appels d’offre et donc des prix et des délais qui ne permettent

pas l’application des règles sociales de notre pays !

Tout n’a donc pas, et loin s’en faut, été gagné hier : la responsabilité solidaire par exemple ne concerne que le

secteur du BTP et seulement le sous-traitant de niveau 1. C’est notoirement insuffisant. Tous les secteurs sont

concernés, et particulièrement le travail temporaire, les transports, l’agriculture…

Reste la question importante de la différence de cotisations sociales payées par l’employeur selon que son salarié

a un contrat signé en France ou hors de France, dans un pays où les garanties sociales sont plus faibles qu’ici.

Cette question ne dépend pas de la directive détachement. La CGT va s’adresser dans la toute prochaine période

aux ministères concernés avec une proposition visant à en finir avec cette « distorsion de concurrence »

organisée.

Un pas dans la bonne direction a été franchi. La CGT restera totalement attentive, mobilisée et force de

propositions pour les prochaines étapes le vote du parlement européen prévu en février prochain et la

transposition française ultérieure du texte. La règle doit être simple : c’est l’égalité de traitement entre les

salariés, quels que soient leur origine et leur statut, qui doit être appliquée !

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 09:44
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 08:44

La droite et l’extrême-droite du Parlement européen coalisées contre les droits des femmes.

portes_ouvertes_PE11_9mai2010 (1)

 

Ce mardi 10 décembre la droite du Parlement a utilisé toutes les manœuvres et pesé de tout son poids contre un rapport en faveur du droit des femmes à disposer de leurs corps. Déjà en octobre elle avait fait renvoyer le rapport de Mme Edith Estrela qui avait été sérieusement édulcoré avant de revenir en réunion plénière du Parlement européen.

 

En cause, le contenu de ce rapport qui défendait entre autres l’avortement et les moyens modernes de contraceptions; une éducation sexuelle non-discriminatoire; le travail des réseaux de planning familial; et les droits des homosexuels, lesbiennes et transgenres.

 

Ces domaines restant de la compétence des États, le rapport se contentait de donner la position du Parlement européen en faveur de ces droits, contre les discriminations et pour une meilleure protection des droits sexuels et génésiques (les droits concernant la reproduction) des femmes.

 

Il contenait également des éléments de prudence comme sur la gestation pour autrui dans laquelle il voyait une possible marchandisation du corps.

 

Il n’en a pas fallu plus pour que la droite du Parlement européen et ses éléments les plus conservateurs, avec l’extrême-droite de Le Pen et de Gollnisch, se déchaînent en utilisant toutes les règles de procédures pour retarder, puis pour faire tomber ce rapport.

 

Au final c’est par un vote frontal par 334 voix contre 327 et 35 abstentions, que la frange réactionnaire du Parlement européen a fait adopter à la place du rapport Estrela un autre texte rappelant juste que ce domaine reste de la compétence des États. Ainsi, une majorité des députés européens ferme les yeux sur l’interdiction à l’avortement, sa criminalisation, et les multiples discriminations dont sont encore victimes les femmes.

 

Ce n’est pas un beau jour pour le Parlement européen !

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans EUROPE
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 06:52

Les époux Balkany visés par une information judiciaire

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour blanchiment de fraude fiscale qui vise le député-maire UMP Patrick Balkany et son épouse Isabelle.

Le député-maire UMP Patrick et son épouse Isabelle Balkany, le 2 mars 2009 à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).Le député-maire UMP Patrick et son épouse Isabelle Balkany, le 2 mars 2009 à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). (REMY DE LA MAUVINIERE / AFP)Par Francetv info avec AFP et Reuters

Mis à jour le 10/12/2013 | 23:37 , publié le 10/12/2013 | 19:45

PARTAGER

A quatre mois des élections municipales, les époux Balkany sont de nouveau dans le collimateur de la justice, selon Le Monde. Le quotidien révèle, mardi 10 décembre, que le parquet de Paris a ouvert, le 6 décembre, une information judiciaire contre X pour blanchiment de fraude fiscale dans le cadre de l'affaire Balkany. Selon le journal, la procédure "vise directement le couple Balkany".

Quels soupçons pèsent sur les Balkany ?

Déjà embarrassés par une affaire d'utilisation présumée d'employés municipaux à des fins personnelles, objet d'une autre enquête à Nanterre, Patrick et Isabelle Balkany sont suspectés d'avoir fraudé le fisc, en plaçant des avoirs à l'étranger. Le député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), probable candidat à sa réélection, et son épouse, première adjointe de son mari et ex-conseillère générale des Hauts-de-Seine, étaient jusqu'ici visés par une enquête préliminaire. Le juge anticorruption du pôle financier Renaud Van Ruymbeke, qui menait déjà l'enquête préliminaire, et sa collègue Patricia Simon ont été chargés du dossier.

Comment cette affaire a-t-elle éclaté ?

Tout commence avec le témoignage d'un "repenti" : l'ex-conseiller général (RPR) des Hauts-de-Seine Didier Schuller. Cet ancien ami des Balkany dit être animé par le désir de "nettoyer le département". Il est d'ailleurs parti à la conquête de la mairie de Clichy-la-Garenne, ville voisine de Levallois-Perret, pour les municipales. Il est le témoin principal de French Corruption, un ouvrage des journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme.

Il y affirme que Patrick Balkany s'est enrichi de manière illicite en marge de marchés publics conclus dans les années 1980 et 1990 par l'office HLM du département. "J'ai payé pour les autres (...), je ne leur ai jamais présenté l'addition", y lâche-t-il. "J'ai découvert il y a quelques mois que l'argent que je croyais avoir récolté pour le parti avait visiblement servi à enrichir quelques barons locaux, dont M. Balkany", racontait-il à l'AFP.

Didier Schuller a été auditionné le 23 octobre. Il a expliqué avoir remis aux juges financiers Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire quatre documents, dont l'AFP a eu connaissance. Figuraient notamment dans ces pièces des rapports de police de 1998 et 2001, et une attestation d'ouverture d'un compte en Suisse, à la banque ABN-Amro, par Patrick Balkany en 1994, a-t-il détaillé. Un document, également remis, évoque un versement en 1991 de 11 millions de francs d'une société basée au Liechtenstein, sur un compte suisse, au profit de la société suisse Supo.

De quelles éléments disposent les enquêteurs ?

Dans le rapport de police de 1998, une "synthèse des vérifications bancaires relatives à M. Patrick Balkany", un enquêteur relève plusieurs virements d'une société suisse,"Supo Holding", sur un compte parisien de l'élu des Hauts-de-Seine, pour un total supérieur à 31 millions de francs en trois versements, effectués entre août 1989 et février 1991.

Ces sommes correspondent à la vente des parts de Patrick Balkany dans l'entreprise familiale "Laine et Soir Réty". Or, selon le rapport, cette société était devenue "une coquille vide", en grande difficulté économique. Pour l'enquêteur, "le fait qu'une société de droit suisse ait acheté pour 31 505 000 F des actions d'une société en difficulté financière depuis des années, actions qui ont fini par être revendues un franc symbolique, permet d'établir le caractère fictif de cette transaction".

Selon le rapport, "cette vente d'actions peut avoir servi à masquer le versement de fonds à M. Patrick Balkany, alors président" de l'office HLM des Hauts-de-Seine. Didier Schuller en était le directeur général. Didier Schuller avait été condamné en 2007 à trois ans de prison pour les malversations à l'OPDHLM mais Patrick Balkany avait bénéficié d'un non-lieu.

Le rapport de synthèse de 2001 de la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) évoque également "un compte bancaire dans la partie hollandaise de l'île de Saint-Martin, compte qu'il utilise pour ses besoins personnels"lors de ses séjours dans une villa dont les enquêteurs pensent qu'il est le véritable propriétaire.

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans JUSTICE
    commenter cet article

    BRUNO FORNACIARI

    HPIM3303

    Recherche

    Texte Libre