Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 17:49
Repost 0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 13:10

Mario Guzzo,

 
Tu t’interroges de savoir s’il y a un pilote dans la  FD 79, alors que tu connais la réponse.
Le secrétaire Bruno Bonin est en vacances jusque début janvier pour bénéficier d’un repos bien mérité dû à la grande activité qu’il a produite pour soutenir Jean-Luc Mélenchon. Il s’est enorgueillit être à la tête de la première fédération du PCF qui a rejoint la « France Insoumise ».Position qu’il a réitéré dans la presse a plusieurs reprises.
 
Il est vrai, et pas seulement eux, que des communistes du nord deux sèvres encartés ou pas s’inquiètent de la tournure des évènements politiques. Les présidentielles s’annoncent marquées par la personnalisation des candidatures et des projets, par la droitisation des esprits et des politiques proposées. A gauche c’est la dispersion. JLM 17 et les « insoumis » veulent recomposer la gauche et siphonner les forces du PCF, militants et élus, à leur bénéfice. Celui qui se présente « comme le seul capable » refuse d’entamer quelque discussion, et à plus forte raison, quelque négociation que ce soit pour unir la gauche au mépris du danger de droite et d’extrême-droite avec les communiste et d’autres à gauche. Le PS s’engage dans une primaire ou les frondeurs sont dispersés (Montebourg, Hamon, Filoche, Marie Noelle Linemann) tandis que les écologistes affirment présenter une candidature de témoignage et de propagande en dépit des dangers de marginalisation d toute la gauche .Pourtant dans la configuration actuelle, tous les sondages, prédisent l’élimination de la gauche et une chambre des députés bleu-horizon et bleu-foncé, avec quelques réminiscences socialistes et quelques unités communistes. Une catastrophe démocratique ou la moitié de l’électorat ne serait quasiment plus représentée à l’assemblée nationale si la gauche ne s’unit pas. Mais elle ne peut pas le faire sur n’importe quel projet, c’est pourquoi, tous les efforts déployés par les communistes pour favoriser discussions et rapprochements.
 
Le députés PS sortant  de la 3e circonscription Jean Grellier n’a pas tenu  sa promesse de soutenir la politique définie au Bourget. Le soutien aveugle au Président de la République François Hollande et à sa politique qui a tourné le dos à ses engagements et à aux électeurs socialistes et ceux du Front de gauche qui avaient voté pour lui afin d’écarter Nicolas Sarkozy qui prétend d’ailleurs revenir pour appliquer une politique plus à droite encore la droite a écarter pour lui préférer Fillon. Le  PS ne peut prétendre rassembler la gauche derrière lui et ses candidats. Le soutien et le vote du député PS des loi l’ANI, ad CICE qui finance les profits et les actionnaires sans aucun effet sur l’emploi les disqualifient. Les reculs des services publics et la de santé, la restrictions des moyens donnés aux collectivités locales, une fiscalité accrue qui pèse sur les populations les plus modestes avec l’augmentation de la TVA notamment parachèvent cette orientation droitière. L’augmentation de la TVA et de la fiscalité locale, départementale et régionale en raison des transferts de compétence non accompagnés des moyens financiers fait porter tous les efforts sur ceux qui vivent de leur travail. L’absence d’une vrai politique de soutien à la jeunesse,  du sport de masse, de l’éducation et la formation, la financiarisation de l’économie avec un poids excessif des actionnaires dans la conduite des politiques publiques, du prolongement de "l’état d’urgence » ne peut plus durer. Sans compter le rôle agressif de notre diplomatie et la tension à laquelle elle participe dans les affaires internationales où l’on voit refleurir sous nos yeux des relents de guerre froide, lorsqu’elle n’est pas chaude comme au Moyen Orient, Palestine, Irak, Syrie… d’où résultent des déplacements de populations et de réfugiés de la guerre, 
 
Devant ce danger, les communistes du Nord-Deux sèvres entendent ne pas rester les bras croisés. Pour relever la tête et redonner l’espoir et conserver la circonscription à gauche, les communistes entendent agir pour éviter les dangers de régressions sociales et démocratiques qui nous menacent tous.
Ils ont décidé de reprendre leur activité politique interrompue quelques temps en raison d’un boycott-exclusion de la fédération, sans que l’opposition à cette mesure se manifeste. Des communistes du nord de Sèvres sont favorables à a présentation d’un candidat  présenté ou soutenu par le parti communiste français  aux législatives dans la 3e circonscription, des candidatures de rassemblement de la gauche authentique,  pour le progrès social et la démocratie. Il se sont réunis à plusieurs reprises et ont consulté autour d’eux. 
 
Dès le début de l’année ils informeront la direction fédérale et nationale de leur proposition.
Mais d’ores et déjà, je te mets dans la confidence (que tu garderas pour toi jusqu’à l’information publique) de nos intentions qui se résument au communiqué que nous rendront public en début d’année.
 
 
 
 
"APPEL DU COMITÉ DE SOUTIEN 
« UNIS POUR L’HUMAIN D’ABORD »
 
 
Les millions de français  et les jeunes qui se sont manifestés contre la loi travail, qui s’opposent aux politiques d’austérité sans fin, refusent d’accepter les régressions sociales, sociétales et démocratiques que prévoient les candidats de droite et d’extrême-droite. Ils refusent de baisser les bras et veulent relever la tête. Avec l’émergence de mouvements citoyens comme « nuits debout », l’irruption des luttes syndicales dans le débat public pour la satisfaction des revendications des travailleurs et notamment pour une hausse des salaires et du SMIC ou la lutte pour une sécurité d’emploi et de formation, pour la défense du service public, à la Poste, ou dans les hôpitaux. Ils ont été déçu par le Président, la majorité et leur propre député, socialiste, qui ont trahis leurs engagements. Cette fois-ci ils ne peuvent représenter ni l’espoir, ni le changement. Après avoir apporter leur soutien dans le cadre d’une campagne autonome, à Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle,  les communistes Thouarsais proposent à Bruno Fornaciari d’être le candidat du rassemblement de la gauche dans le 3e circonscription. Il portera nos exigences et nos espoirs. Cette candidature « unis pour l’Humain d’abord » se veut porteuse d’une vraie politique de gauche en rupture avec la politique menée par le gouvernement, face à une droite revancharde. Cette candidature sera soumise aux instances fédérales et nationales qui accorderont les investitures  le 14 janvier prochain. D’ores et déjà  nous soutenons  Bruno Fornaciari qui nous paraît être le meilleur  candidat  pour rassembler les progressistes pour une politique de progrès social et démocratique. 
 
Soyons «UNIS POUR  l’HUMAIN D’ABORD »
 
Ernest LEVINDRÉ Président du Comité de soutien"
 
Comme tu le vois il y a des pilotes dans le Nord Deux-Sèvres
 
Fraternellement 
 
Bruno Fornaciari
 
 
PS Meilleurs voeux à tous les camarades
Repost 0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 08:32

1946 : le statut général des fonctionnaires, un « socle progressiste »

Maurice Thorez, également secrétaire général du Parti communiste français,vice-président du Conseil, chargé de la fonction publique. Le statut fut modernisé et élargi lar le Ministre communiste de la fonction publique Anicet Le Pors en 1983.

Histoire
ANICET LE PORS ANCIEN MINISTRE, CONSEILLER D’ÉTAT HONORAIRE
VENDREDI, 21 OCTOBRE, 2016
L'HUMANITÉ
À partir de 1946, plus d’un million d’agents publics de l’État, comme ici, aux PTT, ont acquis le statut de fonctionnaires protégés par la loi.
À partir de 1946, plus d’un million d’agents publics de l’État, comme ici, aux PTT, ont acquis le statut de fonctionnaires protégés par la loi.
Photo : M. Zalewski/Adoc-Photos

Issue du mouvement de progrès social impulsé par la Résistance, une loi sera promulguée le 19 octobre 1946. Contrairement au système hiérarchique en vigueur, les agents publics de l’État sont considérés comme fonctionnaires, protégés par un statut.

Le 5 octobre 1946, la deuxième Assemblée ­nationale constituante examine son dernier projet de loi avant le référendum sur la Constitution de la IVe République. Il s’en est fallu de peu que ce texte relatif au statut général des fonctionnaires ne puisse venir en discussion avant la fin de la session ; un ultime accord entre le président du gouvernement provisoire, Georges Bidault, et le vice-président du Conseil, chargé de la fonction publique, Maurice Thorez, également secrétaire général du Parti communiste français, a tranché d’âpres débats qui n’en finissaient pas. En quatre heures, sans discussion générale, les 145 articles du texte sont votés à l’unanimité. Plus d’un million d’agents publics de l’État sont considérés comme fonctionnaires, protégés par la loi, même si seulement 47 % d’entre eux sont effectivement titularisés dans le cadre de ce statut. La loi sera promulguée le 19 octobre 1946.

C’était l’aboutissement d’une longue histoire de la fonction publique. L’Ancien Régime avait connu la vénalité et la patrimonialité des charges administratives. La Révolution française supprima ces privilèges et posa des principes d’égalité d’accès aux emplois publics et de probité des agents publics. Mais c’est une fonction publique dominée par le pouvoir hiérarchique qui prévalut au XIXe siècle et pendant la première moitié du XXe. Au point que le premier statut des fonctionnaires vit le jour sous Vichy, un texte du 14 septembre 1941 inspiré par l’antidémocratique « charte du travail ». Les associations, puis les syndicats de fonctionnaires n’avaient cessé de dénoncer jusque-là les tentatives de « statut carcan » que tentaient de leur imposer les gouvernements conservateurs. Ils réclamaient un « contrat collectif ».

Un premier projet de statut démocratique

Une telle situation met en valeur la lucidité et l’intelligence dont firent preuve les responsables progressistes de l’époque, issus pour la plupart de la Résistance. À l’exemple de Jacques Pruja, un dirigeant de la Fédération générale des fonctionnaires (FGF-CGT), révoqué, arrêté, puis réintégré, qui prit l’initiative d’élaborer un premier projet de statut démocratique avec lequel il finit par vaincre les réserves qui s’exprimaient au sein même de son organisation syndicale. La FGF adopta finalement un projet de statut lors de son congrès de mars 1945. Les forces syndicales de la CGT, majoritaire, et de la CFTC prirent alors une part active dans la promotion des nouvelles dispositions. Le projet retenu par le ministre de la Fonction publique suscita de très vives oppositions. Venant de hauts fonctionnaires qui admettaient difficilement le recul de l’ordre hiérarchique antérieur, les oppositions s’accentuèrent au fil du temps de la part de la CFTC et du MRP, parti démocrate-chrétien, qui finirent par élaborer leur propre projet ; ou encore de ministres socialistes de la SFIO. Le rejet du premier projet de Constitution par ­référendum du 5 mai 1946 menaça de tout faire capoter. Mais, combinant esprit de compromis (abandon de la création d’une fonction de secrétaire général de l’administration, par exemple) et fermeté sur les principes, Maurice Thorez parvint à ses fins.

Une grande référence sociale pour tous les salariés, du public comme du privé

Le statut mit dans la loi de très nombreuses garanties pour les fonctionnaires en matière de rémunération (voir dans l’encadré ci-contre la définition du « minimum vital », l’ancêtre du Smic), d’emploi, de carrière, de droit syndical, de protection sociale et de retraite. Il a été abrogé par l’ordonnance du 4 février 1959 lors de l’avènement de la ­Ve République. Statut fondateur, il a ainsi ouvert la voie au statut fédérateur de 1983 d’une fonction publique « à trois versants » : de l’État, territoriale et hospitalière, regroupant aujourd’hui 5,5 millions de salariés du service public, soit 20 % de la population active de la France, exemple sans équivalent dans le monde. Protégés par la loi plutôt que par le contrat, le statut général indique une voie inverse de celle de la loi El Khomri ; c’est une grande référence sociale pour tous les salariés, du public comme du privé. En 2011, la CGT déclarait à ce sujet : « Dans la fonction ­publique, même s’il subit des attaques sans précédent, le statut général des fonctionnaires demeure un socle progressiste pour des millions d’agents et autant de garanties pour les citoyens. Le caractère unifié doit en être renforcé. » Offensives frontales ou dénaturations sournoises, les attaques contre le statut des fonctionnaires n’ont jamais cessé, ce qui lui a permis de faire la preuve de sa solidité et de son adaptabilité. Nul doute que l’on en reparlera au cours de la campagne présidentielle.

Pour aller plus loin : lire la Fonction publique du XXIe siècle, d’Anicet Le Pors et de Gérard Aschieri. Éditions de l’Atelier, 2015.
Une loi et un statut

Extrait de la loi n° 46-2 294 du 19 octobre 1946 relative au statut général des fonctionnaires. « Chapitre Ier. Dispositions statutaires : Art. 1er. – Le présent statut s’applique aux personnels qui, nommés dans un emploi permanent, ont été titularisés dans un grade de la hiérarchie des cadres d’une administration centrale de l’État, des services extérieurs en dépendant ou des établissements publics de l’État. Art. 32. – Le traitement fixé pour un fonctionnaire nommé à un emploi de début doit être calculé de telle façon que le traitement net perçu ne soit pas inférieur à 120 p. 100 du minimum vital. (…) Par minimum vital, il faut entendre la somme au-dessous de laquelle les besoins individuels et sociaux de la personne humaine considérés comme élémentaires et incompressibles ne peuvent plus être satisfaits. »

Repères

  • 22 avril 1905 La loi prescrit la communication du dossier aux fonctionnaires faisant l’objet d’une sanction disciplinaire.
  • 1911-1913 Une première loi fixe des règles relatives à l’avancement, une seconde les règles du détachement.
  • 19 octobre 1946 Promulgation par la loi du premier statut général des fonctionnaires (de l’État).
  • 1983 Réforme sous la houlette du ministre Anicet Le Pors comprenant un nouveau statut des fonctionnaires.
 
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES services publics pcf
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 08:23

Éditorial. L’autre apartheid

PAR MICHEL GUILLOUX
JEUDI, 29 DÉCEMBRE, 2016
L'HUMANITÉ
afp

La force de la politique peut-elle peser face à la politique de la force ?

La force de la politique peut-elle peser face à la politique de la force ? Depuis le vote par le Conseil de sécurité de l’ONU de la résolution réclamant l’arrêt de la colonisation des territoires palestiniens occupés, un bel exemple en est administré. Ambassadeurs convoqués, mesures de rétorsion contre des pays tel le Sénégal, verbe fort, jusqu’à faire se disputer la bêtise et l’ignoble : Avigdor Lieberman, ministre de la Défense, osant établir un parallèle entre l’affaire Dreyfus et la tenue à Paris, le 15 janvier prochain, d’une conférence internationale sur le Proche-Orient ; pire, il est allé jusqu’à prétendre que la France n’était pas « la terre » des citoyens juifs de notre pays… Toutes ces gesticulations montrent pourtant que les ultras au pouvoir sont touchés. Raison de plus pour accentuer la pression. Et sur ce point, la France et l’Union européenne sont, une fois de plus, face à toutes leurs responsabilités.

« La communauté internationale a dit aux Israéliens que la sécurité et la paix ne seraient pas atteintes par l’occupation mais par la paix, en mettant fin à l’occupation et par l’établissement d’un État palestinien au côté de l’État d’Israël suivant les frontières de 1967 », commentait le dirigeant palestinien Saeb Erekat. Voilà qui est insupportable aux actuels dirigeants ultras attisant haine, fanatisme et nationalisme. La colonisation agit « comme un cancer et menace de mettre fin à la démocratie de l’État d’Israël », estimait Zeev Sternhell au moment de la sale guerre contre Gaza. Pour l’historien, « débarrassé des colonies et de la Cisjordanie, Israël serait pourtant un pays dont on pourrait s’enorgueillir et où il ferait bon vivre ».

Il aura fallu attendre la durée des deux mandats de Barack Obama, et presque de deux présidents français… « La solution à deux États est en grave danger », a déclaré hier John Kerry dans un fervent plaidoyer. Face aux menaces de la présence simultanée au pouvoir d’un Trump et d’un Netanyahou, il est des jours qui peuvent en effet compter au centuple. Le 15 janvier peut être de ceux-là ou tourner court. Raison de plus, pour les partisans de la paix et du droit des peuples, pour accentuer la pression contre cet apartheid proche-oriental, ce jour-là et les suivants.

 
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL ISRAÊL PALESTINE
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 04:03

Grève à l'Ormeau : lettre ouverte à Marisol Touraine, ministre de la Santé

TEXTE COLLECTIF
JEUDI, 29 DÉCEMBRE, 2016
L'HUMANITÉ

Plusieur dizaines de personnalités de gauche soutiennnent les salariés de la polyclinique, en lutte depuis cinquante jours.

Madame la ministre,

Nous avons décidé de vous adresser ce courrier entre les deux réveillons car il y a urgence pour les l’Ormeau, et vous devez agir ! L’Ormeau est le nom d’une polyclinique de Tarbes (Hautes-Pyrénées) où les personnels sont en grève depuis le 8 novembre dernier. Cinquante jours de grève, c’est long. Encore plus quand un mouvement a lieu pendant les fêtes de fin d’année. Et ce sont majoritairement des femmes, dont beaucoup sont mères de famille, et même grands-mères, qui sont la force motrice de ce mouvement.

Pourtant les salariés ne faiblissent pas. Sûrement parce qu’au cœur de leur lutte il y a la conviction qu’il est primordial de défendre l’accès aux soins pour tous et qu’au cœur de leurs exigences, il y a celle d’avoir les moyens d’assumer leur mission. C’est pourquoi ils réclament la revalorisation de leurs salaires sur une grille de salaires démarrant au niveau du Smic et la reconnaissance de leurs qualifications et de leurs expériences.

Ils ont face à eux la direction de l’établissement et du groupe MédiPôle Partenaires qui joue la montre, le pourrissement du conflit et a préféré perdre plus de 3 millions d’euros que répondre à leurs attentes. Ils sont aussi confrontés à l’inaction pesante de l’agence régionale de santé (ARS) et au silence tout aussi pesant de votre ministère !!! Ceux-là sont d’autant difficiles à vivre que les personnels sont acculés au mépris, à la provocation et aux intimidations journalières de leur direction. Jusqu’à assigner 17 d’entre eux au tribunal il y a quelques jours. La clinique a été déboutée par la justice mais cela n’a pas pour autant permis au dialogue social de s’instaurer.

Les salariés poursuivent donc leur mobilisation. Déterminés et dignes, avec un sens de l’intérêt général hors du commun. Ils sont soutenus par la population tarbaise et haute-pyrénéenne, largement acquise à leurs revendications et tout autant qu’eux préoccupée du devenir des soins et de l’hospitalisation.

Alors que certains parlent de privatiser davantage les services de santé, les hôpitaux ou même la Sécurité sociale, nous pouvons observer les ravages de ce genre de gestion basée sur le profit et non sur les besoins de la population. Sans oublier que les hôpitaux, contraints à une rentabilité économique, accumulent les difficultés pour assurer leurs missions de santé publique. Aujourd’hui après des milliers de pétitions signées, des motions de soutien adoptées dans l’ensemble des assemblées communales et locales, après la nomination d’un médiateur qui comme les grévistes reste sans réponse, il s’agit de trouver une issue à ce conflit, et vite !

Les grévistes sont prêts à discuter, à négocier. Mais face à eux, il leur faut trouver autre chose qu’un mur d’intransigeance et d’égoïsme. La grève va entrer dans sa huitième semaine et il est maintenant de la responsabilité des pouvoirs publics de faire entendre raison à MédiPôle Partenaires ! On ne peut laisser ce groupe imposer sa stratégie de développement financier, sa fusion avec Elsan, numéro deux de l’hospitalisation privée en France, sa recomposition de la cartographie sanitaire au mépris des besoins de tout un bassin d’emploi et de vie. Que nous soyons de Tarbes ou pas, cette lutte et ces revendications sont les nôtres. L’État via la Banque publique d’investissement (BPI) finance le groupe MédiPôle Partenaires. L’État peut faire entendre sa voix : il le doit même, sinon cela signifierait qu’en matière de santé publique il n’a aucune autorité !!! Nous refusons de le croire. Madame la ministre de la Santé, Monsieur le premier ministre, vous devez agir.

lire aussi : 

Premiers signataires : Éliane Assassi, Clémentine Autain, Guillaume Balas, Etienne Balibar, Julien Bayou, Dr Gérard
Berthiot, Hervé Buffat, Marie-George Buffet, Éric Coquerel, Jean-Claude Chailley, André Chassaigne, Hervé Charles, Annick Coupé, Pierre Cours-Salies, Viviane Debarges, Janine Dubié, Philippe Dussert, Michel Etiévent, Patrick Farbiaz, Gérard Filoche, Sylvie Fuchs, Jean-Luc Gibelin, Jean Glavany, Yolande Guinles, Liêm Hoang-Ngoc, Gilles Houdouin, Pierre Khalfa, Jean-Yves Lalanne, Pierre Laurent, Dr Isabelle Lorand, Élise Lowy, Noël Mamère, Claude Martin, Myriam Martin, Jean-Luc Mélenchon, Jean-Philippe Milesy, Dominique Montamat, Pierre Montoya, Marc Noguez, Ricardo Montserrat, Pierre Noël, Philippe Paternolli, Willy Pelletier, Christine Poupin, Jean-Claude Petit, Dominique Plihon, Michèle Pham Baranne, Roger Pham, Serge Regourd, Vincent Ricarerre, Sandrine Rousseau, François Ruffin, Denis Sieffert, Éric Thouzeau, Marie-Claude Treilhou, Guy Tressalet, Aurélie Trouvé, Raymond Vacheron, Dr Anne-Marie Vaugelade, Gabriel Vaugelade, Marie-Christine Vergiat, Marie-Pierre Vieu, Christian Zueras…
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SANTE
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 03:38

Colonisation. Netanyahou mis face à ses responsabilités

GAËL DE SANTIS
JEUDI, 29 DÉCEMBRE, 2016
L'HUMANITÉ
afp

Dans son discours, prononcé hier, le chef de la diplomatie des États-Unis a expliqué le refus de l’administration Obama de mettre son veto à la résolution condamnant la colonisation de la Cisjordanie : la politique de Netanyahou empêche la « viabilité d’une solution à deux États », a défendu John Kerry.

C’est un nouveau camouflet à Benyamin Netanyahou que vient d’adresser l’administration Obama, hier, moins d’une semaine après avoir laissé passer, au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies, une résolution condamnant la colonisation israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Le secrétaire d’État des États-Unis, John Kerry, a, hier, fait une longue déclaration expliquant ce vote. Pour lui, la colonisation empêche la « viabilité d’une solution à deux États ».

Or, elle a été une constante de la politique israélienne ces dernières années. Kerry a rappelé qu’il y a aujourd’hui 270 000 colons de plus en Cisjordanie et à Jérusalem-Est qu’avant les accords d’Oslo et 100 000 colons de plus qu’avant l’arrivée de Barack Obama en 2009. Cette situation empêche « un État palestinien viable ». Il fait savoir aux autorités israéliennes que le fait que Washington n’ait pas opposé son veto vendredi dernier, s’abstenant et autorisant ainsi le vote par quatorze membres du Conseil de sécurité de la résolution ne pouvait constituer une surprise. « Cette résolution réaffirme les principes énoncés par le Conseil de sécurité » au sujet du règlement du conflit.

Pour autant, le chef de la diplomatie a repris des fondamentaux de la position états-unienne, blâmant l’Autorité palestinienne et le Fatah pour ne « pas condamner certains actes terroristes ». Il a vanté le bilan de l’administration Obama, qui a usé son veto à plusieurs reprises à des résolutions « non équilibrées » et rappelé qu’elle a débloqué des fonds en faveur de la défense d’Israël. En effet, les États-Unis viennent de programmer une aide militaire de 38 milliards de dollars (36,5 milliards d’euros) pour les dix prochaines années.

John Kerry avertit Israël : la solution à deux États est le seul moyen « pour permettre la réalisation des aspirations nationales de deux peuples ». En l’occurrence, pour Israël, un État juif et démocratique, en paix avec ses voisins. Il a érigé les États-Unis en premiers défenseurs de cette cause, laissant entendre que la politique israélienne actuelle s’en éloignait.

Alors que le 20 décembre Donald Trump sera investi président des États-Unis, John Kerry a tenu à rappeler les jalons de la ligne défendue par les précédentes administrations : la création de deux États, dans les frontières de 1967, avec des échanges équitables de territoires pour « tenir compte des réalités sur le terrain » ; un accord sur le sort des réfugiés palestiniens ; le partage de Jérusalem, qui deviendrait capitale des deux États, avec un accès aux lieux saints ; la satisfaction des besoins de sécurité d’Israël et la fin de la colonisation. Ce haussement de ton de la part de Kerry, annoncé depuis plusieurs jours, a déjà des effets concrets sur le terrain, Israël se sentant plus que jamais isolé. La municipalité de Jérusalem, qui devait hier attribuer des permis de construire dans la partie orientale de la ville, a suspendu son projet. « Le président du comité de planification nous a dit que (la question des permis) avait été retirée de l’ordre du jour à la demande du premier ministre, de façon à éviter un conflit avec le gouvernement américain juste avant le discours de Kerry ce soir », a déclaré Hanan Rubin, conseiller municipal.

Les États-Unis ne sont pas seuls à pouvoir peser. L’Union européenne aussi a un rôle à jouer, elle qui est le premier partenaire commercial d’Israël, et qui absorbe 35,8 % de ses exportations et finance une partie de sa recherche et développement dans les branches de l’électronique, de l’aéronautique et de l’armement par le truchement de subventions.

 
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ISRAÊL PALESTINE
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 03:25

Le dimanche, bricoler n’est pas toujours toléré 

REGLE DE BON VOISINAGE
DANIEL ROUCOUS
VENDREDI, 23 DÉCEMBRE, 2016
AFP/Mychele Daniau

L’ouverture le dimanche des magasins de bricolage n’autorise pas de fait à bricoler le dimanche et fêtes, droit au repos des voisins oblige !

62% des Français considèrent le bricolage comme un loisir qu’ils pratiquent le plus souvent le dimanche. Cela a d’ailleurs été l’argument du Conseil d’Etat puis du gouvernement  pour autoriser l’ouverture des magasins de bricolage ce jour là par dérogation permanente. Ceci en application de l’article L3132-12 du code du travail qui autorise certains établissements à déroger à la règle du repos dominical lorsque l’ouverture est rendue nécessaire par les besoins du public. »

Le hic est que bricoler le dimanche se heurte au droit au repos des voisins. Ce droit s’appuie sur l’article R1334-31 du code de la santé publique qui dit bien que « aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ». 

C’est d’ailleurs pour cela que les maires ou les préfets publient et affichent des arrêtés réglementant le bricolage le dimanche. Ils s’imposent aux bricoleurs qui doivent donc en prendre connaissance sur les sites internet de leurs mairies, les lieux d’affichage ou sur place.

Certains interdisent le bricolage le dimanche. C’est le cas à Paris.

D’autres le limitent de 10 à 12 heures comme à Blois, à Wasquehal, en Seine-Saint-Denis voire de 10 à 12 et de 16 à 18 heures comme en Haute-Garonne.

A défaut d’arrêtés, les bruits ne doivent en aucun cas durer, être répétitifs et intenses le dimanche, jours fériés comme en semaine. Et contrairement aux idées reçues, tout n’est pas permis entre 7 et 22 heures.

Quand ça dépasse les bornes, les accords amiables et les alertes aux propriétaires ou aux syndics restées sans suite, il convient de s’adresser aux services municipaux voire aux maires.

En effet, ceux-ci non seulement sont tenus de faire respecter les arrêtés relatifs au bricolage qu’ils ont pris mais encore sont responsables de la tranquillité publique. Ceci en application de l’article L2212-2 alinéa 2 du code général des collectivités territoriales qui énonce : « la police municipale que le maire doit assurer comprend  le soin de réprimer les atteintes à la tranquillité publique telles que… les bruits, les troubles de voisinage etc. »

Cette réglementation vaut aussi pour les tondeuses à gazon, les motoculteurs, les taille-haies, les tronçonneuses, les chiens qui ne cessent d’aboyer et les coqs passionnés de chants en ville comme au village.

Précisons que la réglementation sur le bruit s’applique aussi aux magasins, commerces, cafés-restaurants et autres « fanas » du travail le dimanche.

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DIVERS
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 03:14

« Régionales – Les adhérents du PCF s’inquiètent

Un certain nombre de militants deux-sévriens du Parti communiste français (PCF) se posent des questions. À quelques semaines du scrutin régional, ils s’étonnent de ne disposer d’aucune information : « Nous ne connaissons que deux noms : celui de l’homme qui va mener la liste régionale du Front de gauche, Olivier Dartigolles (PCF) » sans que les adhérents du PCF deux-sévrien ne soient consultés. Ces derniers ajoutent : « En ce qui concerne le département des Deux-Sèvres, une élue municipale de Niort, Isabelle Godeau (Parti de gauche) serait pressentie pour être tête de liste. Au PCF, les portes sont fermées aux adhérents et personne n’est au courant de qui se trame rue des Fossés. Les adhérents ne sont pas consultés et laissé à l’abandon »,Ils posent la question : « Y aura-t-il des communistes sur la liste de 14 noms en Deux-Sèvres? Il est vrai que le PCF 79 a perdu beaucoup d’adhérents et deviens un bateau qui tangue ». »

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 02:45

Ils hébergent des réfugiés : «Comme s'ils étaient de notre famille»

>Société|J.V.|28 décembre 2016, 7h00 | MAJ : 28 décembre 2016, 7h57|6

 Younès, 55 ans, un ancien ingénieur syrien, habite depuis un mois avec ses quatre enfants chez Michel et Maija Benazech

LP/Yann Foreix
 
 
 
 
J.V.
 
SociétéSolidaritéRéfugiésMigrantsAccueil
 

 

Il n'y a jamais eu autant de Français prêts à accueillir chez eux des exilés. Une démarche complexe mais que l'Etat souhaite amplifier. Rencontre avec une famille qui s'est lancée.

Dimanche, chez Michel et Maija Benazech, la tablée de Noël était immense. En plus de leurs enfants et de leurs petits-enfants, il y avait Younès, un Syrien de 55 ans, et ses quatre enfants, âgés de 11 à 24 ans, qu'ils hébergent depuis un mois chez eux. Ils ont installé la famille à l'étage dans une partie aménagée comme un appartement, avec cuisine et salle de bains indépendantes.

 

Les Benazech font partie des volontaires du programme d'accueil de l'Entraide protestante. Younès, ancien ingénieur en bâtiment qui a d'abord trouvé refuge en Jordanie, a obtenu un visa spécial au titre de l'asile. Il savait, avant de partir, qu'il serait hébergé chez ce couple de retraités normands. «On m'a très bien décrit leur maison, en me précisant que c'était à la campagne», confie-t-il, heureux d'avoir pu bénéficier d'une procédure qui a évité à ses enfants une traversée périlleuse de la Méditerranée.

 

 

Cours de français

 

La première rencontre avec les Benazech a eu lieu à la descente de l'avion. C'est Maija qui est allée les chercher à Roissy. Le maire du village a reçu ses nouveaux concitoyens dans la foulée et aidé à la scolarisation des deux plus jeunes. Farah, 11 ans, a fait sa rentrée le mois dernier dans une classe d'adaptation, et Baef, 14 ans, dans un collège où il alterne deux jours d'apprentissage du français et trois jours de cours classiques. Pour Rama et Sarah, les aînées, majeures, la situation est plus compliquée. «La priorité est l'apprentissage de notre langue», martèle Michel, qui a sollicité l'aide de sa paroisse pour leur trouver des cours à domicile. Il a aussi dégoté une vieille voiture que pourra emprunter leur père. «Nous faisons comme s'ils étaient de notre famille.»

 

Les voisins ne sont, eux, pas tous au courant. «Cela s'était bien passé avec la famille que nous avions reçue l'an dernier, il n'y a pas de raison que cela change», juge, confiant, l'ancien employé de France Télécom.Dans ce village de 400 habitants, plus d'un électeur sur trois a voté FN l'an dernier. Mais selon Franziska Dasnoy, de l'Entraide protestante, ce type d'hébergement est bien accepté. «Il déclenche rarement des réactions d'hostilité. En fait, cela contribue à changer les idées reçues.»

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 02:40

Estrosi, et ses amis les fascistes Liebermann et Netanyahu !

Dépenser 50.000€ les impôts des populations de PACA pour engraisser les colons israéliens et le KKL, lequel depuis des décennies camoufle le nettoyage ethnique de la Palestine en plantant des Pins (arbres qui n'ont rien à faire en Méditerranée et qui flambent lors des grandes sécheresses) !

Le grand benêt niçois s'obstine à chercher des pyromanes palestiniens pour expliquer les grands incendies qui ont touché l'état colonial israélien, alors que dans le pays sont mis en cause les tirs à obus et balles réels de l'armée coloniale en manœuvre alors qu'une extrême sécheresse frappait le pays.

Pire encore, dans son hystérie du moment il débloque 50.000 € pour le KKL qui plante des pins dans tous les sens, essentiellement pour cacher les villages palestiniens détruits par l'armée coloniale après 1948. Dans un pays méditerranéen, ces arbres sont un véritable désastre écologique, et malgré les affirmations d'un grand amour pour le pays, aucune mesure efficace de lutte contre les incendies n'a jamais été prises. Ainsi on peut lire dans la presse locales « Ces zones tampons doivent être développées avec réflexion, en prenant en compte le terrain et les différentes espèces de plantes dans l’environnement. Les pins doivent assurément être supprimés. Et bien sûr, il faut faire attention de s’assurer qu’il y a un bon accès pour les véhicules d’urgence, et des sources d’eau pour lutter contre le feu »,

Généreux pour soutenir ses amis colons, le Sieur Estrosi l'est moins pour les budget de la région et en particulier dans le domaine de la culture et de la formation. Ainsi dans un communiqué, la CGT du Conseil Régional dénonce un budget de régression sociale ! 
Dans le domaine culturel : baisse des crédits alloués à la création, la
production et l’édition régionale ; suppression des postes d’agents de développement culturel (-­‐1,3 millions)
-­‐ Dans le domaine sportif : les structures locales qui œuvrent au sport pour
tous au quotidien et sur le terrain voient leurs dotations rognées;
-­‐ Dans le tourisme : la ligne «accès aux vacances pour tous» disparaît
-­‐ Dans la formation : la rémunération des stagiaires diminue de 6 millions
d’euros, 
 -­‐ En matière de «solidarités», vie associative : l’égalité femmes-­‐hommes perd 150 000 euros, 
-­‐ Dans les transports : l’exploitation des TER (-­‐8 millions) et LER (-­‐3millions) ;
-­‐ Dans le domaine de la santé : les actions santé (-­‐400 000€) ;
-­‐ Pour les lycées : l’animation de la vie lycéenne (-­‐400 000€)
-­‐ Un budget «Solidarité» divisé par deux (-­‐3,2 millions)

En Palestine Occupée, Estrosi l'homme bien connu pour ses succès en matière d'installation de camera à Nice, l'homme avide de sécurité qui aurait fait un selfie avec le terroriste du 14 juillet (lequel a pu se pavaner longuement devant les camera dans son camion sans attirer l'attention), l'homme qui se pense être politique s'autorise à critiquer le Conseil de Sécurité des Nations Unies, et la politique étrangère de la France alors qu'il est à l'étranger !

La proximité idéologique de Christian Estrosi avec les idées d'extrême droite (accusation de plagier les propositions du F-Haine à l'encontre des migrants) ne sont pas une nouveauté. Tout comme ses liens étroits avec l'état colonial israélien ! Nous ne sommes donc pas surpris de son amitié pour la bande d'extrême droite Netanyahou-Liebermann !

MAIS QU'IL UTILISE L'ARGENT DE NOS IMPOTS, L'ARGENT DE LA REGION POUR SOUTENIR LES FASCISTES AU POUVOIR EN PALESTINE OCCUPEE EST INACCEPTABLE ! 
Il lui faudra rendre compte ! 
http://www.lexpress.fr/…/estrosi-en-israel-pour-soutenir-so…

A 10 voix sur 14, le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté vendredi une résolution qui condamne la colonisation israélienne dans les territoires…
LEXPRESS.FR
 
 

Le niveau d’hystérie atteint par les dirigeants israéliens, en réaction au vote de la résolution 2334 de l’ONU sur la colonisation de la Cisjordanie, en dit long sur le déni dans lequel l’Etat hébreu s’est enfermé. On ne peut pas dire qu’il a été pris par surprise. Voilà des années que la communauté internationale rappelle aux dirigeants israéliens les termes de la résolution 465 votée le 1er mars 1980 par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Que disait celle-ci, il y a… près de trente-sept ans ? Elle «déplorait vivement» qu’Israël «persiste et s’obstine» dans une politique «qui fait obstacle à l’instauration d’une paix d’ensemble juste et durable au Moyen-Orient» et demandait «au gouvernement et au peuple israéliens de démanteler les colonies de peuplement existantes et de cesser d’urgence d’établir, édifier et planifier des colonies de peuplement dans les territoires arabes occupés depuis 1967, y compris Jérusalem.»

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ISRAÊL PALESTINE INTERNATIONAL
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre