Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 11:07
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOCIAL-ECONOMIE-FINANCES
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 10:40
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOCIAL-ECONOMIE-FINANCES
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 06:41

 

 

MONDE -  le 1 Juillet 2013

 

Les Etats-Unis veulent faire taire Edward Snowden

 

 

La diplomatie américaine a menacé l'Equateur comme la Russie de "répercussions" si Quito accordait l'asile au consultant informatique à l'origine des révélations sur les programmes américains de cybersurveillance et d'espionnage et si Moscou ne l'extradait pas.

Edward Snowden sera ce mardi au coeur d'une rencontre entre le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov. La rencontre prévue à Bruneï tombe à pic pour la diplomatie américaine, toute à sa tâche de mettre la main sur Edward Snowden pour faire définitivement taire cet ex-consultant en informatique auprès de l'espionnage américain qui a dévoilé les très longues oreilles que traînent les Etats-Unis sur les réseaux internet et téléphoniques via leur programme Prism.

Après avoir mis la pression sur Hong-Kong et la Chine, premier lieu de fuite de Snowden, Washington a orienté tout son poids diplomatique en direction de Moscou, où le responsable des fuites se trouve désormais depuis le 23 juin, ainsi que sur l'Equateur, qui a annoncé sa disponibilité d'accueillir Edward Snowden en tant que réfugié politique.

Quito tient bon

Sur le dossier équatorien, Joe Biden est à la baguette. Samedi dernier, le vice-président américain a eu une conversation téléphonique "cordiale" avec le président Rafael Correa, aux dires de ce dernier. En fait de conversation cordiale, les Etats-Unis ont menacé Quito des "répercussions" en cas d'octroi de l'asile à Snowden. L'Equateur, qui a déjà suscité la colère de l'administration d'Obama pour avoir accordé il y a un an l'asile politique dans son ambassade à Londres au fondateur du site internet WikiLeaksJulian Assange, tient bon, pour le moment.

Rafael Correa a réaffirmé que sa décision d'accorder l'asile ou non serait prise de manière "souveraine". Il a insisté sur le fait que Edward Snowden avait révélé "le plus grand cas d'espionnage massif dans l'histoire de l'humanité". Par ailleurs, son ministre des Affaires étrangères, Ricardo Patiño, a appelé l'Union des nations sud-américaines (Unasur) à "analyser avec attention ce qu'a dénoncé Snowden et de demander des explications aux Etats-Unis".

Mais le président de l'Equateur temporise aussi:

  • "Il dépend des autorités russes de lui permettre de quitter l'aéroport de Moscou pour une ambassade équatorienne", a-t-il affirmé pour faire glisser un peu de l'attention américaine vers Moscou
  • "Evidemment, les Etats-Unis seront les premiers à qui nous demanderons leur avis" si Snowden demande l'asile, a-t-il déclaré
  • Enfin, le consul équatorien à Londres sera "sanctionné" pour avoir remis au fugitif américain un sauf-conduit sans l'autorisation de Quito et donc dépourvu de validité. Ce document avait été invoqué par Hong Kong pour justifier sa décision de le laisser gagner la Russie.

Snowden "pas à l'odre du jour du Kremlin"

L'Equateur en position d'attente, Washington redouble d'attentions à l'égard de Moscou, qui a refusé d'extrader Snowden. Si Barack Obama a euphémisé la semaine dernière, affirmant qu'il n'avait pas l'intention de "manigancer et marchander" avec la Russie et la Chine, encore moins d'"envoyer des avions pour attraper un pirate informatique de 29 ans", son administration n'a pas cessé de réclamer l'arrestation et l'expulsion d'Edward Snowden depuis son arrivée à Moscou. Les mêmes menaces de "répercussions" ont été brandies, via des contacts à un niveau non-officiel, par les canaux diplomatiques habituels.

Jusqu'à présent, la Russie a toujours exclu d'extrader l'informaticien et indiqué que ce dernier était "libre" de repartir, lui qui se trouve officiellement en zone de transit dans l'aéroport de Moscou-Cheremetievo. Officiellement et selon le porte-parole de Vladimir Poutine, le cas Snowden "n'est pas à l'ordre du jour du Kremlin. Puisque ce n'est pas notre problème, je ne sais pas comment la situation pourrait évoluer, ni quels sont les aspects juridiques ou autres dans ce domaine." Une source proche du dossier précise que "les Américains ont mis en connaissance de cause Moscou dans l'embarras en n'avertissant pas à temps de l'annulation du passeport (d'Edward Snowden). Si cela avait été su plus tôt, il est possible que Snowden n'aurait jamais décollé pour Moscou, et il n'y aurait pas eu toute cette histoire." Pour les Russes, le cas Snowden est "dans l'impasse".

"Pas de trahison"

Moscou est d'autant moins pressé de donner satisfaction aux Etats-Unis que ceux-ci sont en position de faiblesse après les dernières révélations sur leurs systèmes d'espionnage à grande échelle des réseaux diplomatiques européens. Depuis dimanche, les appels à accorder l'asile politique à Edward Snowden se multiplient en Europe depuis la publication de ces nouvelles révélations qui semblent venir de l'informaticien lui-même. De quoi donner du poids aux demandes du père d'Edward Snowden. Celui-ci a déclaré qu'il avait envoyé, par le biais de son avocat, une lettre au ministre de la Justice Eric Holder, dans laquelle il explique que l'ex-consultant de l'Agence nationale de sécurité (NSA) envisageait de rentrer aux Etats-Unis à condition qu'il ne soit pas immédiatement emprisonné, contraint au silence et qu'il puisse choisir le lieu où se tiendrait son procès. "A ce stade, je n'ai pas le sentiment qu'il ait commis de trahison", a déclaré Lonnie Snowden sur NBC. "Il a enfreint la loi américaine dans le sens où il a révélé des informations classifiées. Pour les personnes qui veulent le cataloguer comme traître, Il a trahi le gouvernement mais je ne crois pas qu'il ait trahi le peuple des Etats-Unis", a-t-il souligné.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mais pourquoi les grands médias français taisent-ils souvent la position des communistes français sur les évènements nationaux et du monde ?

 

Repost 0
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 06:30

MEA-CULPA!

Oui, j'ai été abusé par cette "INFO".

 

Il faut dire qu'après ses différentes "sortie" et cette dernière concernant ses prétentions pour ses préférences (exigences) lorsqu'il voyage en avion, de le vivre en classe affaire, il n'en a pas fallu davantage pour que je baisse la garde, et qu'en publiant ce "buzz" je m'insurgeais contre la surenchère dont il est coutumier, hélas.

 

Il n'empêche, si j'ai contribué ainsi à obscurcir, ou décridibilisé ledirigeant du Parti de gauche et le co-Président du Front de Gauche, je le regrette et présente mes excuses (à l'autre Président du Front de Gauche Pierre Laurent), à tous ceux qui ne seront pas tombé dans le piège,et à mes lecteurs évidemment.

 

C'est une leçon pour moi ( c'est une des toutes premières fois) qui m'incitera à "prendre des pincettes" avec certaines "informations"

 

MEA-CULPA !

 

COMMENTAIRES

Bonjour,
Ce site ne créer que des informations fausses.

Le Gorafi écrit :
Tous les articles relatés ici sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but humoristique. L’utilisation de noms de personnalités ou d’entreprises est ici à but purement satirique.

Source : http://www.legorafi.fr/about/

Voilà, Au revoir et bonne fin de journée !
Commentaire n°1 posté par Info-fr avant-hier à 11h24

 

Jean-Luc Mélenchon se justifie après l’achat d’un jet privé par le Parti de gauche 

Melenchon,_6ème_République_-_MG_6542

Nouvelle polémique en vue pour le tribun de gauche. Après avoir été raillé pour ses louanges sur la classe Affaire en avion, Jean-Luc Mélenchon, lassé des critiques, a décidé de passer le pas et préfère désormais voyager en jet privé. Reportage.


Ses déclarations sur sa volonté de ne plus voyager en classe éco mais en classe affaire avaient fait sourire ou grincer les dents. Mais l’achat d’un jet privé par le Parti de gauche pour ses déplacements en France ou à l’étranger risque de ne plus faire sourire. Jean-Luc Mélenchon a justifié l’achat par les nombreuses critiques reçues à son encontre après ses propos sur la classe Affaire. « Tout le monde a ironisé, ah dis donc voilà Jean-Luc Mélenchon qui prend l’avion. Quelle histoire ! Eh bien, oui je prends l’avion, je vis avec mon temps » a-t-il tonné ce matin au micro de France-Info.

 

Interrogé sur l’image qu’il risque désormais d’incarner, l’homme politique se défend, affirmant à nouveau vivre avec son temps« À mon âge, même la classe Affaire ne suffit plus. De plus, les plans sociaux se multiplient partout en France. Le Parti de gauche doit être présent là où il est attendu. Avec cet avion, je peux me rendre sur n’importe quelle zone de plan social en moins de deux heures ». Un cadre du parti expliquait sous couvert d’anonymat que l’avion était ainsi toujours prêt, avec un plein d’essence et un équipage prêt à décoller à la moindre alerte.

 

Quant à l’achat de l’avion, là aussi Jean-Luc Mélenchon s’explique : « Nous l’avons acheté chez Dassault Industrie. Je connais personnellement les ouvriers qui ont travaillé sur cet avion. Et je sais qu’ils sont très fiers de voir le fruit de leur travail servir une cause juste » a-t-il martelé avant de siroter un verre de champagne alors que l’avion commençait ses manœuvres de descente sur l’aéroport d’Ibiza.

La Rédaction

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cette "défense" illustre à sa façon la conception de son rôle personnel et celui de son Parti de Gauche. En effet, il se doit d'en être le "représentant" ou le VIP partout où il se passe quelque chose. Pour la bonne cause, il est prêt à consentir le sacrifice d'un voyage express en jet privé pour marquer la présence du Parti. Mais, sur place, ou dans les environs n'y-a-t-il pas de militants du PG qui feraient office? A moins que lui seul soit autorisé à représenté valablement le PG. Où que le PG ne dispose pas d'assez de militants pour être "partout" où il se passe quelque chose ? Bef, vive le jet Dassault !!

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

OUF!! Heureusement JL Mélenchon était là...pour conclure...

 

 

Quand vous découvrirez cette note, je serai en route vers Perpignan et ensuite vers Lézan, dans le Gard, où je vais conclure des fêtes populaires qu’organisent mes amis communistes. Puis je remonte à Paris et je vais en session à Strasbourg. De là je reviens pour accompagner Jérôme Kerviel aux prud’hommes, jeudi matin. Jeudi soir une émission importante pour moi à découvrir dans mon agenda. Vendredi, j’embarque pour aller conclure l’université d’été du Parti de la gauche européenne (PGE) à Porto au Portugal. On voit que la pause n’est pas pour tout de suite.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LE SAVIEZ-VOUS
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 06:23

 

 

SOCIAL-ECO -  le 1 Juillet 2013

 

Tarif du gaz, chômage, TVA... Ce qui va changer pour les Français à partir de juillet

 

 

Entre les hausses des tarifs du gaz, du tabac et de la TVA ou encore la revalorisation de l'allocation chômage, tour d'horizon des principales mesures, bonnes ou mauvaises pour les ménages français.

  • Hausse des tarifs du gaz.

Après cinq mois de baisse, les tarifs réglementés du gaz vont augmenter de 0,5% pour les 11 millions de foyers français abonnés au gaz. Les tarifs applicables aux professionnels vont en revanche diminuer de 0,7 %.

>>> Lire : Tarif du gaz : une hausse prévue en juillet

 

  • Smic: pas de coup de pouce.

Comme l'a annoncé François Hollande lors de son interview sur M6, le 16 juin, le Smic ne bénéficie d'aucun coup de pouce. Il est revalorisé à ce que prévoit strictement la loi, c'est-à-dire une indexation sur l'inflation. 

>>> Lire : Hollande, pédagogue du renoncement

 

  • Allocation chômage: quelques centimes en plus par jour

L'allocation est revalorisée de 7 ou de 17 centimes par jour pour 1,5 million de personnes, a annoncé jeudi l'Unedic. L’allocation minimale passe à 28,38 euros par jour, contre 28,21 euros par jour auparavant. La partie fixe de l'allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) passe à 11,64 euros par jour indemnisé (contre 11,57 euros par jour).

>>> Lire : Revalorisation des allocations de chômage : quelques centimes… (Communiqué de la CGT)

  • Hausse des cotisations patronales pour les CDD courts : merci la flexibilité !

Conformément à la loi de sécurisation de l'emploi, le taux de la cotisation d'assurance chômage patronale va augmenter en cas de recours à des CDD de courte durée. Pour tous ceux signés à compter du 1er juillet 2013, la cotisation patronale à l'assurance chômage sera portée de 4% à 7% pour les CDD d'une durée inférieure à un mois, à 5,5% pour les CDD de moins de 3 mois, et à 4,5% pour ceux "d'usage" de mois de 3 mois.

>>> Lire : Négociations emploi: le code du travail chamboulé

 

  • Services à la personne : hausse du taux de TVA

Le taux de TVA applicable aux entreprises d’aide à la personne passe de 5,5 % ou 7 % (jardinage, assistance informatique ou encore cours à domicile sauf pour le soutien scolaire) à 19,6 %. Petite compensation : le plafond autorisé par an et par foyer fiscal des interventions ouvrant droit au crédit ou à la réduction d'impôt a été relevé.

>>> Lire : Services à la personne ou service public ?

 

  • Couverture maladie universelle : le plafond de la CMU est relevé

Le plafond de revenus à ne pas dépasser pour prétendre à la CMU, permettant aux personnes disposant de faibles revenus de se faire soigner gratuitement, est revalorisé de 8,3 % (dont 1,3 % lié à l'inflation), ainsi que le plafond de l'aide à la complémentaire santé (ACS). Cette mesure permettra à 750 000 personnes supplémentaires de bénéficier d'une aide à la complémentaire santé.

>>> Lire : RSA, hébergement d'urgence, CMU... Les mesures Ayrault contre la pauvreté

     

    • La participation débloquée

    Le déblocage exceptionnel de la participation et l'intéressement pour encourager la consommation peut être demandé par le salarié à partir de ce lundi 1 juillet et jusqu'au 31 décembre et en une seule fois.

     

    • Augmentation du prix du tabac : de 20 à 40 centimes de plus

    Le relèvement du prix du tabac prendra effet au 15 juillet. Il représente une augmentation de 20 centimes par paquet et 40 centimes pour le tabac à rouler. Selon le ministre du Budget, Marisol Touraine, aucune autre hausse n'est prévue cette année.

     

    • Téléphone, SMS et Internet en Europe: tarifs en baisse

    Émettre un appel au sein de l'Union européenne coûtera 24 centimes par minute hors TVA (soit une baisse de 17 % par rapport à 2012), recevoir un appel 7 centimes (-12,5 %), envoyer un texto 8 centimes (-11 %) et télécharger ou naviguer sur Internet 45 centimes par mégaoctet (-36 %).

    • Éclairage nocturne 

    Les publicités et autres enseignes commerciales devront désormais être éteintes entre 1h et 7h du matin. Les bureaux devront être éteints une heure après le départ du dernier salarié. Avec des amendes de 750 euros en cas d'infraction, cette mesure devrait permettre d'économiser l'équivalent de la consommation électrique annuelle de 750 000 foyers.

     

    • Fourrière

    De nouveaux tarifs entrent en vigueur pour les voitures particulières : 115,10 euros pour un enlèvement, 61 euros pour l'expertise, 15,20 euros pour les opérations préalables à la mise en fourrière, 7,60 euros pour une immobilisation matérielle et 6,10 euros pour la garde journalière.


     

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
    commenter cet article
    2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 05:51

    Discorde au Conseil régional après l'éviction de deux élus PCF

    Alain Le Vern, président PS du Conseil régional de Haute-Normandie, a décidé de retirer les délégations de Céline Brulin et Noël Levillain, élus Front de Gauche. Le ton monte.

    Dernière mise à jour : 01/07/2013 à 16:00

    Imprimante Email 
     
     
     

     

    Alain Le Vern, président du Conseil régional de Haute-Normandie.Alain Le Vern, président du Conseil régional de Haute-Normandie.

    Fin juin 2013, deux élus du groupe Front de Gauche au Conseil régional de Haute-Normandie se sont vus retirer leurs délégations par le président PS, Alain Le Vern. Lundi 1er juillet, Céline Brulin a rapporté un incident à 76actu. Le matin même, alors que cette dernière a essayé d’accéder au Bureau, en sa qualité de vice-présidente du Conseil régional, Alain Le Vern l’en a empêchée.

    Je me suis rendue au Bureau ce lundi matin. Alain Le Vern a refusé de débuter la réunion en ma présence et a invité les élus à se rendre dans son bureau. Il s’est placé dans l’illégalité car selon l’article L4133-8 du Code général des collectivités territoriales, il lui est interdit d’évincer un vice-président du Bureau.

    Un vote à l’origine du problème

    Pourquoi un tel rejet de la part du président du Conseil régional ? Alain Le Vern n’a semble-t-il pas apprécié l’attitude du groupe Front de Gauche concernant le vote relatif au personnel administratif de la collectivité. Les élus Front de Gauche, membres de la majorité, sont en effet allés à l’encontre d’une mesure relative à la rémunération du personnel de la région, mesure qui instaure un nouveau régime indemnitaire et institue une « prime de fonction et de résultats », inadmissible pour les élus communistes.

    Jean-Luc Lecomte, président du groupe Front de Gauche du Conseil régional, s’est exprimé dans une lettre ouverte à Alain Le Vern, datant du 28 juin. Ce dernier en profite pour faire le point sur le rapport au coeur de la discorde. Selon lui, la mesure votée par le Conseil régional est « totalement déconnectée de la situation sociale, économique, politique ». Il rappelle par la même occasion que les agents de la collectivité ont suivi un mouvement de grève qui traduit « la profondeur du malaise ».

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
    commenter cet article
    1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 18:43
    Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

    Jacqueline Fraysse 
    Question N° 3373 au Ministère des Affaires étrangères


    Question soumise le 28 août 2012

    Mme Jacqueline Fraysse alerte M. le ministre des affaires étrangères sur les exportations de matériel de communication de la société Amesys au profit du régime de Mouammar Kadhafi, livré en 2008. Il est problématique de voir que ce matériel - qui a servi à identifier des défenseurs des droits de l'Homme qui, pour certains, ont été emprisonnés et torturés - est absent des listes de matériel sous contrôle de la commission interministérielle d'étude des exportations du matériel de guerre. En application des articles 4 et 5 de la convention de l'ONU contre la torture, « tout État partie veille à ce que tous les actes de torture constituent des infractions au regard de son droit pénal. Il en est de même de la tentative de pratiquer la torture ou de tout acte commis par n'importe quelle personne qui constitue une complicité ou une participation à l'acte de torture ». Il incombe donc à la France en tant que pays signataire de cette convention de prendre les mesures nécessaires afin de respecter et faire respecter ses dispositions. Elle lui demande donc comment il entend prévenir de tels transferts qui participent à de graves violations des droits humains et qui contreviennent également au critère n° 2 de la position commune de l'Union européenne.

    Réponse émise le 23 octobre 2012

    La France demeure vigilante sur la mise en oeuvre des dispositions de la Convention internationale contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants du 10 décembre 1984, convention à laquelle la Libye est partie. Dans son dialogue avec les autorités libyennes, la France veille à ce que la Libye respecte les engagements internationaux auxquels elle a souscrit et qu'elle les traduise par des mesures concrètes dans son droit interne. Les systèmes informatiques auxquels il est fait référence n'entrent pas dans la catégorie des matériels de guerre, ni dans celle des biens à double usage. Ils ne font donc l'objet, selon les réglementations française et européenne, d'aucun contrôle préalable à l'exportation. Si un tel matériel a été exporté vers la Libye depuis la France, l'exportateur n'avait donc pas à obtenir une autorisation à cette fin, ni même à informer l'administration de cette livraison. Ces matériels de communication, développés sur la base de produits du marché grand public et sans usage militaire, n'ont a priori pas vocation à faire partie de l'une des catégories d'équipements soumis à autorisation d'exportation. Néanmoins, en raison de la sensibilité éventuelle de leur usage, le Premier Ministre a demandé qu'une réflexion puisse être menée afin de proposer un classement adéquat des différentes catégories d'intercepteurs de communications et, le cas échéant, définir les modalités d'un contrôle national.

    Repost 0
    1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 11:04

     

    Les syndicats de la Fonction publique menace de faire grève à la rentrée contre les politiques d'austérité

    SOCIAL-ECO -  le 30 Juin 2013

     

    Un budget 2014 de rigueur avec un tour de vis de 14 milliards d'euros

     

     

    L'Etat prévoit de faire 14 milliards d'euros d'économies en 2014 sur les 20 milliards d'efforts de réduction de déficit prévus, en mettant à contribution les fonctionnaires et les opérateurs. Les budgets de l’Écologie (- 7 %) l’Économie (- 6,6 %) et de l’Agriculture (- 5,4 %) seront les plus touchés.

    "Bruxelles nous a donné deux ans supplémentaires pour arriver en dessous des 3%. Ca pourrait être 3,5% en 2014 et 2,9% en 2015", a-t-il expliqué Christian Eckert, le rapporteur du Budget à l'Assemblée sur BFM-TV. Confirmant une information du journal Le Monde et des Echos, Christian Eckert a précisé que ces économies ajoutées à un effort structurel devraient permettre d'atteindre un déficit de l'ordre de 3,5%. Ces décisions sont en ligne avec les préconisations de la Cour des comptes qui indiquait jeudi que la France devait trouver 13 milliards d'économies en 2014 et 15 milliards en 2015 pour revenir à 3% de déficit en 2015.

    >>> Lire : La cour des comptes veut plus d'austérité

    Le budget 2014 monte donc d'un cran dans la rigueur. À deux jours du débat d’orientation des finances publiques qui débutera mardi 2 juillet à l’Assemblée nationale, les ministères "non prioritaires" verront leurs crédits chuter (-7% pour l'Ecologie, -5,4% pour l'Agriculture, -2,8% pour la Culture) et 28.000 emplois publics auront été supprimés depuis le début du quinquennat.

    Austérité salariale dans la fonction publique

    Le premier poste d'économies concerne les fonctionnaires: la croissance de la masse salariale de l'Etat sera ainsi ramenée de 3% à 0,15% en 2014. Cette inflexion très forte sera obtenue en 2014 par la stabilité globale des effectifs, par la réduction des enveloppes catégorielles et leur ciblage sur les bas salaires, mais aussi par la poursuite du gel du point d'indice. Selon Les Echos,3.209 postes de fonctionnaires seront supprimés, l'Etat en créant d'un côté 9.949 dans les missions dites prioritaires (Education, Justice, Sécurité) et en supprimant 13.158 de l'autre. Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, CFTC et CFE -CGC de la fonction publique ont menacé de se mettre en grève à la rentrée contre "les politiques d'austérité qui visent à réduire toujours plus la dépense publique, la politique gouvernementale hypothèque toute amélioration du fonctionnement de la Fonction publique, mais aussi celles des rémunérations, pourtant indispensables à la relance de l’économie et de l’emploi". Enfin, les dépenses de fonctionnement de tous les ministères baisseront également de 2%.

    Moyens et effectifs en baisse chez les opérateurs

    Les moyens affectés aux opérateurs (Météo France, CNRS, chambres de commerce, centre national du cinéma, etc...) devraient baisser de 4%, hors Pôle emploi et universités. Des projets culturels seront annulés, des constructions de prisons seront retardées et les contributions aux organismes internationaux du Quai d'Orsay vont être diminuées, ajoute le quotidien économique. Autre mesure de redressement plus inattendue: une contribution ad hoc va être demandée à certaines entreprises publiques au titre de l'avantage financier procuré par le Crédit d'impôt compétitivité emploi.

      Repost 0
      Published by bruno fornaciari - dans SOCIAL-ECONOMIE-FINANCES
      commenter cet article
      30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 04:32

       

      DIMANCHE, 30/6/2013 5:32 GMT+7
      Le président du Front de la Patrie en visite en France
      29/06/2013 | 21:45:35
       
       Le Vietnam prend toujours en haute considération le rôle du Parti communiste français (PCF), a déclaré à Paris le président du Comité central (CC) du Front de la Patrie du Vietnam (FPV) aux représentants du PCF, lors de sa tournée en France du 26 au 29 juin. 

      Lors d'une séance de travail avec les représentants du PCF, les deux parties se sont réjouies des bonnes relations entre le Parti communiste du Vietnam (PCV) et le PCF. Les deux parties se sont accordées pour accélérer leur coopération de développement, dans l'intérêt commun. La partie française a affirmé qu'elle aiderait le Vietnam à organiser les activités dans le cadre de l'Année France-Vietnam, à l'occasion de la célébration du 40e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques bilatérales. 

      Appréciant vivement le soutien précieux du PCF et du peuple français réservé au Vietnam dans sa lutte d'hier pour l'indépendance nationale et dans son processus actuel d'édification, Huynh Dam a souhaité voir la France continuer de soutenir sa communauté vietnamienne pour une bonne intégration à la société française. 

      De son côté, Isabelle de Ameida, présidente du Conseil national et membre du Bureau politique du PCF, a affirmé que le PCF soutiendrait toutes les initiatives et activités du Vietnam pour célébrer ce 40e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Le PCF souhaite organiser des colloques annuels théoriques entre les deux Partis, a-t-elle souligné, ajoutant qu'il s'agirait d'une bonne occasion de réfléchir ensemble à des mesures pour surmonter les défis. 

      Les Français dans leur ensemble, du chef de l’Etat au simple habitant, souhaitent resserrer leurs liens avec le Vietnam dans les domaines économique, politique, culturel et éducatif. C’est en tout cas ce qu’a affirmé Jean-Paul Delevoye, président du conseil économique, social et environnemental français, en recevant Huynh Dam, le président du FPV. 

      Ce dernier a exprimé le voeu de voir les deux pays chercher ensemble des solutions aux problèmes communs comme la pollution environnementale et la crise économique. “Nous souhaitons que le front de la Patrie du Vietnam et le conseil économique, social et environnemental français interviennent auprès des deux gouvernements pour que ceux-ci signent dans les meilleurs délais la déclaration sur l’élévation des relations bilatérales au niveau du partenariat stratégique. Au delà des relations vietnamo-françaises, ce partenariat stratégique contribuera au maintien de la stabilité et de la paix dans la région et dans le monde”, a-t-il dit. 

      De son côté, Jean-Paul Delevoye, a souligné sa volonté d’aider le Front de la Patrie du Vietnam à entrer en contact avec d’autres organisations françaises et européennes. Jean-Paul Delevoye a encore ajouté que la France était prête à partager son savoir-faire et à coopérer avec le Vietnam dans les domaines où elle excelle, tels que les sciences ou l’environnement. 

      Lors de cette tournée, Huynh Dam a également rencontré les dirigeants de l'Union générale des Vietnamiens de France (UGVF). – VNA
      Repost 0
      Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
      commenter cet article
      29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 07:00

              A toulouse...

              Jean-Christophe Sellin, porte-parole du Parti de gauche, est catégorique : «Il y aura une liste Front de gauche à Toulouse aux municipales de mars 2014». Le conseiller municipal et les représentants des composantes minoritaires du Front de gauche - Myriam Martin et Bernard Dedeban pour la Gauche anticapitaliste; Nadine Stolz et Dominique Liot pour la Fase - ont présenté hier au Florida leur "rassemblement pour la conquête du Capitole". Celui-ci, qui veut incarner le dernier rempart contre l’austérité en Europe, dit revendiquer «une politique différente, une politique de choix». Au niveau municipal, elle se traduirait par une réorientation des budgets et la recherche de nouvelles sources de financement. Jean-Christophe Sellin cite ainsi «la laïcité budgétaire, l’exclusivité des fonds publics pour les services publics» ; l’augmentation de la dotation de l’Etat ; une refonte de la taxe d’habitation pour payer plus cher «au Busca qu’au Mirail» ; ou le recours à l’emprunt populaire. Cette boîte à outils servirait à financer des mesures comme la gratuité totale des transports en commun. Pour garantir «l’égalité et l’écologie», leur slogan, ils dégainent tout un arsenal de mesures aussi coercitives que symboliques : retour dans le giron municipal de la gestion de l’eau et des parkings, renégociation des contrats avec les établissements scolaires privés, application de la loi de réquisition pour les logements vides etc.
      Pour l’heure, ce Front de gauche incomplet multiplie les contacts, notamment avec Europe Ecologie Les Verts mais ces derniers sont très réticents. Et il ne désespère pas convaincre le PCF : «Nous sommes dans une démarche de construction d’une liste large avec l’ensemble des composantes» affirme Bernard Dedeban.      

      Le PCF décidera à l'automne

      Les communistes, principale composante du Front degauche, par son poids électoral et le nombre de ses militants,se désolidarisent de la démarche entreprise par ses partenaires. Réunis hier soir en assemblée générale pour évoquer la stratégie des municipales et le projet, les communistes ont approuvé le principe d’une série de rencontres avec les autres formations politique de gauche. Puis ils décideront de leurs alliances cet automne. «Nous voulons constituer le rassemblement le plus large possible à gauche, du PS au NPA, mais sur la base d’un contenu, par exemple les services publics, l’eau ou la jeunesse. Nous refusons, au nom d’une posture, de laisser la ville à la droite», explique le secrétaire départemental du PCF, Pierre Lacaze. Il se dit en désaccord avec Jean-Christophe Sellin et Myriam Martin : «J’ai du mal à les comprendre. Ils ne représentent que deux ou trois formations sur l’ensemble des composantes du Front de gauche, ce n’est pas le Front de gauche. Sans le PCF ce n’est pas le Front de gauche. ça l’est d’autant moins que l’été dernier, un accord écrit précise que nul ne peut utiliser le logo ou s’exprimer au nom du Front de gauche sans l’accord de toutes les composantes».

       

       

      Repost 0
      Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
      commenter cet article

      BRUNO FORNACIARI

      HPIM3303

      Recherche

      Texte Libre