Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 05:45

Pierre Laurent : Discours aux Universités d’été – Angers le 27 août 2016

Pierre Laurent : Discours aux Universités d’été – Angers le 27 août 2016

Seul le prononcé fait foi

Cher(e)s camarades,

C’est un très grand plaisir de vous retrouver à cette université d’été qui se tient pour la première fois à Angers. Je veux d’emblée remercier chaleureusement tous les camarades qui, sous la coordination de Véronique Sandoval puis de Guillaume Roubaud-Quashie, tout nouveau directeur de l’université, avec Aurélien Guillot, secrétaire départemental de la Mayenne, Alain Pagano, secrétaire départemental du Maine-et-Loire, les militants communistes du département et tous les camarades de la commission de préparation de l’université, nous ont concocté trois jours de programmation de grande qualité intellectuelle et politique, et un beau moment de fraternité.

Ces moments sont précieux : à quelques jours du plus grand rendez-vous populaire de toute la rentrée politique, la Fête de l’Humanité, notre université d’été est un beau moment d’éducation et d’intelligence collective. Oui, quand tout dans nos vies semble aller de manière frénétique, quand les médias nous imposent chaque jour des questions qui ne sont pas les nôtres, pour être une femme ou un homme libre, pour être un citoyen capable de s’engager, pour être un, une militant(e), un, une communiste qui soit utile à ouvrir des chemins d’émancipation, ces temps d’échange, de formation politique, de découvertes artistiques, culturelles et scientifiques sont indispensables. Ces temps sont des fenêtres sur l’imagination, pour penser un autre monde possible. Et le faire ainsi à 800, ensemble, venus de tout le pays, quand chaque jour ce ne sont que le chacun pour soi, la concurrence sur fond d’ignorance et la méfiance qui sont flattés, c’est une grande force.

Comprendre le monde pour le rendre meilleur, comprendre nos sœurs et nos frères humains pour faire ensemble plutôt que les uns contre les autres : voilà qui est à proprement parler révolutionnaire dans un siècle dominé par les « furieux désirs » (pour reprendre l’expression de l’un de nos invités Fethi Benslama) de rentabilité, de concurrence, d’exploitation.

Ici nous ne sommes ni des optimistes béats qui nient les dangers de la période singulière que nous traversons, ni des militants désespérés d’attendre « le grand soir » qui ne vient pas. Ici nous sommes des femmes et des hommes qui, comme un jeune toulousain appelé Georges Séguy, ont choisi un jour d’agir et de ne plus subir. Et comme lui, nous sommes prêts à tous les combats, disponibles pour toutes les rencontres, sincères, ne supportant aucune injustice et déterminés à les faire reculer sans relâche. Nous rendrons à ce militant, à ce dirigeant cégétiste et communiste, dont la vie est une fierté pour notre pays, le 20 septembre au siège de la CGT à Montreuil un hommage national conjoint de la CGT et du Parti communiste qui résonnera d’une très grande actualité.

Georges Séguy nous a quittés dans un été à nouveau marqué par la barbarie qu’il a combattue toute sa vie. La leçon qu’il nous laisse pour l’affronter est le choix de l’humain en toutes circonstances, le choix de la paix, de la justice et de la fraternité. Tout est fait pour nous en éloigner. Les forces de Daech comme celles qui ne prétendent lui répondre que par la violence de la guerre veulent faire céder la France, et l’entraîner dans une spirale dont elle sortirait durablement meurtrie et abîmée. Nous ne céderons pas. Et je renouvelle mon appel : tenez bon, tenez bon contre la haine ! Oui, ensemble, Français de toutes conditions, de toutes confessions, Français et migrants venus d’ailleurs, ensemble, tenons bon contre la haine !

Des meutes se déchaînent pour nous entraîner sur les dangereux chemins de la peur et du tous contre tous. A les écouter, l’été n’a été que terreur.

Je veux pour ma part d’abord retenir devant vous de cet été les belles paroles de dignité du maire de Saint-Etienne-du-Rouvray, notre camarade Hubert Wulfranc, qui ont rendu fierté à la France entière après le lâche assassinat du père Hamel. Je veux retenir l’hommage rassembleur du maire de Magnanville, notre camarade Michel Lebouc, dans cette commune frappée de stupeur par le massacre de Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing, ce couple de policiers qui n’avait qu’une ambition, servir la sécurité de leurs concitoyens. Quelle dignité ! Quelle hauteur de vue ! Quelle humanité ! Et quelle différence avec le déferlement violent et bien souvent irresponsable entendu après le carnage de Nice !Oui, ces élus, comme le font des milliers de militants du quotidien, tiennent la France debout face à ceux qui cherchent à l’abaisser.

OoO

Je veux retenir la joie de ces milliers d’enfants et de familles privés de vacances, cette magnifique invention sociale du Front populaire, emmenés pour une journée à la mer lors des journées de solidarité organisés par les communistes tout l’été. Plus de 10 000 personnes !

Je veux retenir les milliers de remerciements entendus lors de nos ventes solidaires de fruits et légumes au cours desquelles 80 tonnes de produits ont été écoulée grâce à la coopération avec nos amis agriculteurs partenaires de ces journées.

Je veux retenir les larmes de bonheur de nos médaillés olympiques, de cette équipe de France venue de nos quartiers. Ce n’est pas la “France de la diversité” qui a battu le record de médailles, c’est la France tout simplement, c’est la jeunesse de notre pays telle qu’elle est, celle que certains saluent un jour mais stigmatisent le lendemain, celle remarquable d’audace, de solidarité qui, de Champigny à Aubervilliers, a fait ses premiers pas sur un tatami ou sur un ring dans des villes qui croient au sport pour tous et y consacrent les moyens nécessaires.

Je veux retenir de ces Jeux de Rio, qui bien sûr n’ont pas échappé aux stigmates de notre monde d’argent et d’inégalités, ce message olympique de paix qui perdure entre les athlètes de la planète. Je pense à cette image incroyable de cette nageuse syrienne de 18 ans, Yusra Mardinila, membre de l’équipe olympique des réfugiés, qui gagne sa série du 100m papillon, tout juste un an après avoir failli mourir en mer en fuyant la Syrie, et qui, avec sa soeur, avait remorqué à la nage son embarcation et ses occupants durant plus de trois heures avant d’atteindre l’île de Lesbos.

Voilà le monde d’humanité vers lequel nous voulons continuer de tendre nos regards et nos ambitions. Ce monde est possible. Il est à notre portée. D’immenses richesses existent pour construire un monde de partage et de bien commun, mais à condition de faire cesser la prédation mondialisée de ces richesses par un système capitaliste qui ne connaît comme règles que concurrence à outrance, dominations et guerres.

OoO

La France de la fraternité que nous aimons est aujourd’hui durement attaquée. Dans notre pays, déjà en proie à une profonde crise sociale, politique et démocratique, des meurtres de masse, des assassinats et des attaques-suicides menées au nom du “djihad” ont plongé nos concitoyens dans l’effroi, l’incrédulité, le chagrin et la peur.

Les cibles visées ne le sont pas au hasard : les dessinateurs de Charlie Hebdo, l’hypercasher de Vincennes, la jeunesse des terrasses, des concerts et des stades, la fête populaire du 14 juillet, le père Hamel dans son église, un couple de policiers. C’est la République qui est visée.

Pour combattre ce terrorisme assassin, qui nous tend le piège de la “guerre des civilisations” pour nous y précipiter, il nous faut désormais résister à un terrorisme plus soft, le terrorisme politique et idéologique qui voudrait nous interdire de penser et de comprendre les causes et les racines de ces drames. Expliquer c’est commencer à excuser, avait dit le Premier ministre. “Nous sommes en guerre” un point c’est tout, et la guerre sera notre seule réponse.

Nous refusons cette démission. Nous refusons de baisser pavillon sur les valeurs universelles de liberté, d’égalité et de fraternité. Nous refusons de rendre les armes de la pensée, justement parce que le défi à relever est immense. Le terrorisme de Daech et les formes mutantes qu’il endosse en recrutant dans les plaies de notre propre société en crise, nous obligent à penser des réponses nouvelles. Face aux dangers nouveaux qui menacent, il serait fou de défaire les solidarités qui unissent le peuple de France. J’accuse de la plus grande irresponsabilité ceux qui jouent à cela et qui ont décidé de faire de la logique de peur un instrument de gouvernement.

C’est une bataille quotidienne, celle de la pensée contre la peur que nous allons devoir mener avec constance.

La manière dont les maires LR de la Côte-d’Azur poussés par Nicolas Sarkozy et soutenus par Manuel Valls viennent d’instrumentaliser le burkini est révélatrice. Car il est clair que ce qui était visé par eux était en réalité une nouvelle offensive de stigmatisation des musulmans de France et rien d’autre. Et nous avons eu honte pour la France en voyant la scène des interpellations sur les plages cannoises, qui ne visait déjà plus le burkini, et qui était de ce point de vue dramatiquement révélatrice. Le Conseil d’Etat vient de remettre les pendules à l’heure en stoppant l’engrenage visé. Et c’est tant mieux.

Quant au burkini lui-même, que les choses soient claires : nous ne céderons pas non plus sur la liberté des femmes à disposer entièrement et librement de leur corps. Ce combat est pour nous universel, nous voulons le mener avec toutes les femmes, et bien entendu tous les hommes, contre toutes les assignations, vestimentaires ou plus graves encore, qui voudraient réduire le droit à l’égalité pour toutes et tous. Ce combat, il concerne toute la société française, et traverse toutes les conditions, toutes les confessions. Ce dont nous avons besoin, c’est de lois toujours plus fortes, de moyens toujours plus importants pour lutter contre toutes les violences faites aux femmes dans notre société, et pour l’égalité femmes-hommes en tous domaines. C’est ce combat que nous devons ériger au plus vite au rang de cause nationale.

En 2017, le pays aura à faire, sur cette question et bien d’autres, des choix de société majeurs pour son avenir. Nous le sentons bien : dans l’affrontement politique en cours, ce qui se joue, c’est la France. Et je veux vous parler de l’ambition que nous devons porter pour notre pays. Car rien ne serait plus dramatique que de laisser la droite, l’extrême droite et le gouvernement actuel nous dicter les termes du débat national.

OoO

L’un des choix que la France doit faire avec audace est celui de la jeunesse, de la culture, de l’éducation.

Quelle vie, quel idéal propose-t-on à la jeunesse ?

L’engagement dans des interventions extérieures armées ? Devenir milliardaire comme le propose Macron ? Devenir auto-entrepreneur comme le propose Gattaz ? Ou peut-être chasser le Pokemon ?

Quelle vie ? Quel idéal, quand on a 18 ou 20 ans, des parents au chômage, sur la touche, privés parfois de droit de vote ? Quand le seul rapport au monde social est d’être exclu de Pôle emploi ; le seul rapport à l’État est le harcèlement répété du contrôle policier au faciès ; le seul rapport à la culture est la téléréalité…

Franchement, les jeunes de France, tous les jeunes nés dans ce beau pays ou qui le rejoignent, sont un trésor précieux.

Je suis consterné quand j’entends le gouvernement placer la rentrée scolaire sous le signe de la sécurité. Voilà l’entrée dans la vie que nous allons offrir aux enfants du pays: des exercices de confinement contre les risques d’attentats. Outre que tout cela n’est que du vent, sans aucun moyen de sécurité supplémentaire réel, le signe envoyé est désastreux.

Le droit à l’éducation, à la culture, au sport devrait être notre drapeau, et la rentrée scolaire une fête. La France a besoin au plus vite d’une grande loi de programmation pluri-annuelle sur 5 ans pour l’éducation, la culture et le sport, où tous les moyens de la réussite et de l’émancipation soient donnés à chaque jeune de notre pays, sans en laisser un seul au bord de la route. Des moyens exceptionnels doivent être dégagés pour cela. C’est la priorité des priorités pour donner un avenir à la France.

OoO

Donner un avenir à la France, c’est inventer sans attendre le travail de demain et sécuriser la vie de nos concitoyens.

La loi travail, nous devons dire la loi de précarisation du travail, imposée grâce au 49-3 est une imposture car elle vise en réalité le dumping social et non l’emploi, et un anachronisme, car la guerre économique à laquelle elle nous condamne sera sans fin et conduira la planète à de nouvelles crises pires que celle de 2008.

En vérité, s’ils nous enferment dans la guerre, le conflit, la concurrence, c’est parce qu’ils s’accrochent à leur vieux monde, aux privilèges de l’argent, à la domination des grands intérêts financiers et commerciaux, au fond à ce vieux système capitaliste en crise qui règne sur la planète mais ne sait plus répondre aux défis contemporains du développement de l’humanité. Alors, pour continuer à régner, ils préfèrent nous diviser, nous trier, nous fragiliser, nous mettre en concurrence pour mieux nous exploiter, plutôt que de toucher à leur sacro-sainte loi du libre marché au service des rendements financiers.

Nous, ce que nous voulons c’est tout le contraire, c’est rassembler, c’est construire une civilisation du commun, c’est développer chacune et chacun pour émanciper toute l’humanité dans un projet de paix et d’égalité devant le droit au progrès humain.

Nous refusons la fatalité d’une société qui laisse sur la touche une partie grandissante d’elle-même. Le chômage et la précarité sont les poisons de notre société. Si nous laissons primer les logiques actuelles, la rentabilité et la compétitivité dans un monde ouvert à toutes les concurrences et avec la numérisation, la valeur de notre travail va être saccagée, le passage par le chômage deviendra la règle, la seule raison du marché dominera tout. Seuls les plus puissants, les 1 %, deviendront toujours plus richissimes.

Nous proposons de changer cette logique en créant une nouvelle sécurité sociale, celle de l’emploi et de la formation.

Ce progrès de civilisation majeur qui garantirait à chacun le droit à l’emploi et à l’évolution professionnelle par la formation tout au long de la vie, en garantissant à tous une sécurité de revenus, serait un puissant levier pour changer le sens du travail, pour changer l’entreprise, pour repenser et réduire les temps de travail pour tous.

Là encore, on pourrait commencer par la jeunesse en visant cet objectif d’exception: zéro jeune au chômage. Comment ? Chaque jeune signerait avec le service public de l’emploi une convention de sécurisation de l’emploi et la formation. Le parcours choisi d’insertion dans l’activité ou le contrat de travail associé à cette convention garantirait un revenu égal au SMIC ou une allocation d’autonomie. Ainsi, tout le rapport de la société et des entreprises au chômage en serait bouleversé. C’est une autre logique qui peut s’installer.

OoO

Donner un avenir à la France, c’est construire un nouveau pacte républicain pour retrouver la République partout, sur tout le territoire, et la République pour tous.

La République pour tous, c’est un plan d’urgence et de mobilisation nationale pour la relance de tous les services publics, ce qui veut évidemment direclore le chapitre désastreux de l’austérité, de la RGPP, de la réduction drastique des budgets des collectivités locales.

La République pour tous c’est la bienveillance plutôt que la surveillance comme l’a déclaré le maire de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Hélas, s’il existe des caméras de surveillance, il n’existe pas de caméras de bienveillance… Peut-être, un jour, on les inventera… En attendant, la bienveillance demande donc de l’intervention humaine, du débat, de la réflexion, de l’action intelligente, de l’écoute attentive, de la patience opiniâtre.

La République pour tous, c’est une nouvelle politique publique de sûreté nationale qui protège mieux les populations et le territoire national, alliant des moyens plus importants et surtout mieux répartis sur tout le territoire. Des moyens employés à bon escient pour le suivi et l’investigation des signalements, des démantèlements de filières d’enrôlement et de trafics d’armes, des services de justice et de prison mieux équipés et formés, une coopération européenne et internationale des services de police, de renseignement et de renseignement militaire coordonnés autour de l’objectif commun de neutraliser les individus potentiellement dangereux. Disant cela, je n’invente rien : écoutez les personnels, écoutez leurs représentants syndicaux, écoutez les grandes organisations des droits de l’homme, écoutez l’expérience d’autres pays.

La République pour tous c’est mettre en chantier une VIeRépublique. Nous inverserons le calendrier électoral pour faire primer l’Assemblée nationale sur l’exécutif.

Nous supprimerons le 49-3 et ferons la proportionnelle à toutes les élections pour une juste représentation des partis. Nous ouvrirons une nouvelle ère de la citoyenneté en instaurant le referendum d’initiative populaire, de nouveaux droits pour les salariés dans les entreprises, et transformerons le Sénat en une nouvelle chambre citoyenne comportant plusieurs collèges de représentants syndicaux, associatifs, d’élus locaux ainsi qu’un collège composé de citoyens tirés au sort. Pour en finir avec la professionnalisation de la vie politique, nous créerons un statut de l’élu et étendrons le non cumul des mandats.

Nous engagerons une refonte de la loi NOTRe pour faire prévaloir la coopération et la démocratie locale. Notre nouveau pacte républicain visera la réalisation concrète des valeurs de la République, la liberté, l’égalité, la fraternité, un renouveau de la laïcité, il inscrira dans la loi le principe de non-régression pour les droits sociaux et politiques.

Il portera de nouvelles avancées pour l’égalité femmes-hommes par un renforcement immédiat des dispositifs contraignants pour l’égalité professionnelle. Il garantira la citoyenneté de résidence et mettra enfin en œuvre le droit de vote des résidents étrangers aux élections locales.

Il donnera une traduction concrète à la lutte contre le racisme et contre toutes les discriminations, notamment la lutte contre le contrôle au faciès avec la mise en place du récépissé lors des contrôles d’identité. Nous mettrons enfin en place des observatoires départementaux de la laïcité, sous l’égide de l’observatoire national, dont le but serait la médiation, l’apaisement des tensions, le règlement des conflits dans un esprit républicain.

La République pour tous, c’est une nouvelle action de la France pour une politique internationale de sécurité globale : la sécurité des uns implique la sécurité de tous, et pour la construire, notre pays a un choix fondamental à faire : ou perpétuer l’ordre existant, ou mettre un terme aux politiques d’alliances et au billard à trois bandes, aux opérations de conquête de marchés de l’armement, aux compromis avec les dictateurs et de fuite en avant vers des traités et accords de libre-échange qui affaiblissent toutes les économies nationales.

Oui, la France a le choix, membre du Conseil de sécurité de l’ONU, elle peut décider que le politique et la diplomatie, la prévention des conflits et la résolutions des injustices sociales et économiques sont prioritaires dans l’action multilatérale pour briser les reins des organisations qui comme l’État islamique, Boko Haram ou AlQaïda ont profité de la faiblesse ou de l’effondrement d’Etats pour généraliser leur offensive meurtrière. Chaque jour, en Afghanistan, Pakistan, en Syrie et en Irak, au Nigeria, des bombes explosent sur des marchés et des places publiques ; le fléau s’étend à la Turquie d’Erdogan qui a soutenu l’Ii : alors quelles conclusions en tirer ?

Si ce n’est qu’il est grand temps de sortir de ces situations « schizophréniques » où les grandes puissances font l’inverse de ce qu’elles proclament, se mêlant de tout tout le temps, empêchant les peuples de choisir leurs dirigeants et leurs projets de société, faisant le tri dans les « bons » dictateurs contre les « mauvais ». Pour quels résultats ?

Les peuples du monde ne sont pas dupes et ces errements qui conduisent à tant de vies fauchées, gâchées, ne pourront durer éternellement. À la fête de l’Humanité, puis le 24 septembre dans 15 villes de France le PCF sera dans les Marches pour la paix pour faire entendre la voix de celles et ceux qui n’ont pas abandonné la lutte pour un monde débarrassé de la course aux armements, de l’arme nucléaire et des alliances belliqueuses comme l’OTAN.

Oui, la paix doit redevenir une grande cause nationale pour la France.

OoO

Donner un avenir à la France, c’est s’engager dans un autre mode de développement, un mode de développement humain et durable, qui mène d’un même pas la lutte contre la surexploitation humaine et celle contre le saccage de la planète et le réchauffement climatique qui en est la conséquence.

Nous voulons faire du bien commun le moteur d’un nouveau mode de développement pour la France. Les citoyens, les salariés, ne nous ont pas attendus. Ils sont déjà à l’œuvre à travers de multiples expériences dans le pays. Mais cela reste fragile. Il faut que la puissance publique s’en mêle !

Nous engagerons un renouveau de l’industrie et de la recherche dans les filières structurantes.

Nous proposons de faire de l’essor des industries et de la recherche écologiques une des politiques de cette nouvelle industrialisation de la France en lien avec le développement des services publics qui permettra de créer un million d’emplois dans des filières variées (énergies renouvelables, automobile, transports urbains, bâtiment, rénovation thermique des logements, recyclage et réparation…).

Nous lancerons également un plan national pour promouvoir les Fablabs car ils sont les prémisses d’un nouveau modèle productif fondé sur l’innovation, l’initiative décentralisée, la relocalisation, le partage et la constitution de réseaux. Nous déposerons dès l’automne une proposition de loi pour la création d’un pôle public de l’énergie.

Donner un avenir à la France, c’est mettre fin à l’indécente prédation financière des banques et des grands groupe financiers sur les richesses de la planète, c’est lutter contre la finance pour une autre utilisation des richesses.

Nous proposons de reprendre le pouvoir aux banques pour que les richesses créées par le travail servent l’émancipation de tous les citoyens. Devant l’échec manifeste du CICE, nous créerons un pôle public bancaire pour promouvoir cette ambition avec une gouvernance réellement démocratique sur la base des institutions financières publiques existantes (la Banque postale, la CDC, …) et nous nationaliserons les deux plus importantes banques françaises, la Société générale et BNP Paribas, dont les pratiques actuelles sont à l’opposé des intérêts du pays. En s’attaquant partout au coût du capital, nous créerons également un fonds national et des fonds régionaux pour développer et sécuriser l’emploi et la formation.

Nous bloquerons les échanges de capitaux avec les paradis fiscaux et renforcerons les services fiscaux dans le cadre d’un plan inédit de lutte contre l’évasion fiscale qui représente désormais près de 70 milliards d’euros soit l’équivalent de notre déficit public. Nous engagerons une grande réforme de justice pour la fiscalité qui fera contribuer davantage les hauts revenus et les revenus du capital et nous réformerons l’impôt sur les sociétés pour encourager les entreprises qui décident d’investissements utiles, créent des emplois de qualité et respectent l’environnement, et pénaliser celles qui n’ont pour seul objectif que l’enrichissement de leurs actionnaires. Enfin, les salaires et dividendes des grands patrons seront plafonnés et les salaires encadrés dans une échelle de 1 à 20.

OoO

Enfin, donner un autre avenir à la France c’est reprendre l’action de la France pour refonder du sol au plafond le projet européen et construire une Europe solidaire et démocratique.

Plus personne ne veut de l’Union européenne actuelle. Nous lancerons une procédure inédite d’écriture citoyenne d’un nouveau projet de traité et nous nous engagerons à le défendre, à utiliser l’influence de la France, à trouver les alliances pour le rendre possible.

La France doit appeler l’Europe à sortir de la gabegie spéculative et de l’austérité qui nous ont fait entrer dans une crise du développement sans précédent : l’euro, la Banque centrale européenne, les outils communs doivent être tournés vers le développement industriel, les services publics et les PME. Nous porterons l’idée d’un fonds européen de développement social et solidaire, abondé par la Banque centrale européenne qui allouerait des financements sur critères sociaux et environnementaux. Les budgets ne doivent plus être soumis à la règle d’or. Nous nous battrons pour l’abrogation du traité budgétaire, quitte à retirer la signature de la France. A la raison sociale ensuite. Il faut une grande loi européenne anti-dumping pour cesser la mise en concurrence des travailleurs qui nourrit les nationalismes : progressivement, il est possible de faire converger par le haut les salaires et les droits des travailleurs en prenant comme référence le pays où ils sont les plus élevés. Nous demanderons une révision complète de la directive sur les travailleurs détachés et proposerons un ensemble de règles sociales et environnementales auxquelles les entreprises devront se soumettre. Nous proposerons que l’Europe se batte, à l’échelle mondiale, pour des règles du travail internationales avancées et leur respect. Nous suspendrons les négociations TAFTA, CETA et TISA. Enfin, la France doit appeler l’Europe à la raison démocratique : l’Union européenne ne peut être un cadre punitif où les souverainetés nationales sont sans cesse réprimées. Chaque peuple doit pouvoir choisir librement les projets, les coopérations qu’ils jugent bons de partager avec les autres pays européens. Au sein des institutions européennes, les instances élues doivent avoir le dernier mot. Les sommets européens seront précédés en France d’un vote du Parlement et nous soumettrons les grands enjeux aux Français, par référendum.

OoO

« Dans quel pays, quelle société voulons-nous vivre ? », voilà le débat qui nous importe et dans lequel nous sommes décidés à faire entendre la voix forte des communistes, pour le bien du pays.

J’invite les salariés, les citoyens, les chercheurs, les enseignants, les artistes les intellectuels, j’invite les jeunes ; j’invite les syndicalistes, les militants des mouvements sociaux et associatifs ; j’en appelle aux militants, aux électeurs de gauche, aux écologistes à investir ce débat et à ne pas s’en laisser dessaisir.

Vous le savez, la bataille présidentielle ne s’engage pas pour le moment sous les meilleurs auspices, car malgré le fiasco gouvernemental qui ne semble pas vouloir s’arrêter, malgré l’énorme pression de droite et d’extrême droite pour étouffer tout débat d’alternatives sociale et démocratique, les forces nécessaires à la construction de cette alternative restent aujourd’hui dispersées.

Tout est prêt pour imposer aux Français un choix, un débat, un casting dont ils ne veulent pas. Des millions d‘entre eux sont perdus car rien dans ce qui se passe ne suscite leur envie.

Je le dis avec force à nos concitoyens : dîtes haut et fort ce que vous attendez, ne restez pas dans votre coin. Intervenez, organisez-vous pour que vos luttes, vos revendications, vos aspirations prennent place au premier rang des échéances politiques, sinon le débat vous sera confisqué. Les mobilisations sur la loi Travail, Nuit debout ont montré la voie.

Et nous les communistes, mettons-nous au service de cette entrée en scène des citoyens dans ces échéances décisives. Et consacrons tous nos efforts dans les semaines à venir à rendre visible, incontournable ce qui est commun à toutes les forces démocratiques, sociales, progressistes qu’il convient de rassembler. Non, la division actuelle de ces forces ne correspond pas à ce qui unit réellement des millions de Français.

Des dizaines de milliers de personnes ont déjà participé à notregrande consultation citoyenne. Amplifions le mouvement avec la Fête de l’Humanité et sa préparation. Et nous rendrons publics ses résultats fin septembre pour mettre ces exigences au cœur du débat public.

Pour donner plus de force à cette démarche, nous soumettrons à une grande votation citoyenne en octobre les bases d’un pacte commun possible pour une alternative de gauche en 2017.

Droits des femmes, jeunesse et éducation, temps libre, culture et sport, sécurité d’emploi et formation, plan zéro jeune au chômage, sauvegarde de la planète, nouveau pacte républicain, nouvelle République, politique de paix et de fraternité, lutte contre la finance, maitrise publique des banques, refondation européenne… Je viens de verser des idées pour un tel pacte. J’ai écouté les propositions d’Arnaud Montebourg, celles de candidats à la primaire socialiste qui ont combattu avec nous la loi Travail. Je sens que dans le discours que prononcera demain Jean-Luc Mélenchon, nous retrouverons beaucoup de ce qui nous est commun. J’étais hier à l’université d’été des Verts pour un débat pour une autre loi travail, une loi de progrès social. J’ai senti l’intérêt à ce travail commun, et pour vous faire une confidence, je crois qu’il y a plus d’intérêt à ce débat parmi les militants écologistes qu’à la primaire interne qu’ils tiendront fin octobre.

Tout ce que nous ferons pour faire émerger ce commun ne sera pas du temps de perdu. Et c’est là que nous trouverons les armes et les forces à rassembler pour faire face dans les combats immédiats à la surenchère ultralibérale, raciste et guerrière que nous allons devoir faire chaque jour reculer.

Nous aurons nous mêmes à faire notre choix pour la présidentielle début novembre, et je ne sais à l’heure qu’il est si nous trouverons avec tous les Français qui le souhaitent la force de faire bouger le paysage actuel. Mais je le dis, tant que la menace est là, nous devons travailler à cette réponse forte et rassemblée. En tout état de cause, car il n’est pas question pour nous de déserter l’arène présidentielle malgré ces difficultés, nous ferons notre choix en responsabilité, et nous ferons entendre quel que soit ce choix la voix du Parti communiste pour le présent et pour l’avenir.Nous avons dès cette minute un rôle éminent à jouer pour reconstruire la gauche dont ce pays à un besoin vital.

Les élections législatives et sénatoriales seront elles aussi essentielles. Nous devons batailler contre la dévalorisation organisée de ces échéances qui est une des dimensions de la présidentialisation et de la dévitalisation démocratique du pays. Les constructions de rassemblements populaires que nous sommes capables d’initier dans nombre de circonscriptions peuvent jouer un rôle essentiel pour faire bouger les lignes présidentielles. De quel député de gauche avez-vous besoin ? Faisons de cette question une grande question publique. La proximité peut être un atout. Car l’enjeu peut dans ces circonstances devenir bien plus accessible à nombre de nos concitoyens désarçonnés par une vie politique nationale dans laquelle ne re retrouvent plus.

Nos choix ne sont pas ceux d’un débat en permanence imposé par les provocateurs intégristes de toutes religions. Nos choix ne sont pas ceux d’un pays sidéré par la peur, cédant à la panique, acceptant l’état d’exception. Nos choix sont ceux d’un pays affichant tranquillement, fraternellement, avec bienveillance encore une fois, l’affirmation de ce qu’on est, de notre état de droit.

J’ai la certitude qu’une grande majorité des Françaises et Français cherche un autre choix que départager la droite, l’extrême droite et François Hollande.

Tout cela nous l’avons décidé lors de notre congrès et nous allons nous y tenir. J’entends et je comprends les impatiences dans nos rangs, à voir la succession des annonces de candidatures pour les primaires ou la présidentielle. C’est pourquoi je vous dis : « tenons-nous à nos propres décisions, à notre calendrier. Nous avons huit mois d’ici la présidentielle. L’échéance se rapproche mais les enjeux sont si importants, si décisifs que nous aurions tort d’en rabattre en bradant le travail de large rassemblement que nous avons décidé d’entreprendre.

Mon appel à tous est pressant.

A tous citoyens de gauche de toutes sensibilités, à tous, responsables politiques de gauche qui menons dans des combats communs, contre la loi El Khomri et la déchéance de nationalité, à tous, partenaires du Front de gauche, à tous, candidates et candidats, déclarés ou potentiels, je vous le dis : « il est temps de décider à construire un chemin commun. C’est encore possible. Je vous demande de ne pas brader la grande ambition collective de changer les choses, de changer la vie des gens, des travailleurs, des jeunes, contre les moins grandes ambitions, personnelles et partisanes, toutes légitimes qu’elles soient, de se faire une place, de faire à son parti ou mouvement une place, toute méritée qu’elle soit. Je le dis avec franchise : notre place personnelle, la place de notre parti ou de notre formation, elle sera immense si nous construisons du commun, elle sera minuscule si nous n’y parvenons pas. Alors je vous le propose : parlons vite et parlons bien. J’irai partout où il sera nécessaire. Et je vous attends à la Fête de l’Humanité. Cette fête qui prendra cette année un caractère exceptionnel. Je vous invite à y partager le pain, le vin, la fraternité, là, au plus près du peuple exigeant de la Fête de l’Huma. Je vous invite à y lancer au moins un signal : nous prenons nos responsabilités pour que les échéances de 2017 ne fassent pas le malheur de la France mais engagent son renouveau ».

OoO

Dans son nouveau roman qui paraît ces jours-ci, Salman Rushdie qualifie avec lyrisme notre époque de « temps des étrangetés » – Qui d’entre nous au fond ne ressent pas la même chose, que les choses vont « à l’envers » ?

A nous de les remettre à l’endroit, le plus vite possible.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF PCF THOUARSAIS
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 06:24

Sondage : Hollande pousse une partie de son électorat à droite

GÉRARD LE PUILL

MARDI, 19 JUILLET, 2016

HUMANITE.FR

AFP

Un sondage IFOP effectué auprès de 2.000 personnes indique que 73% des électeurs se disent opposés à une réélection de François Hollande à l’Elysée en 2017. Le rejet atteint 66% pour Nicolas Sarkozy et 63% pour Marine Le Pen.

On pourrait appeler cela le sondage qui permet aux électeurs de formuler le plus fort rejet pour le second tour de l’élection présidentielle de 2017. Il a été réalisé par l’IFOP pour Atlantico auprès de d’un échantillon de 2.000 électeurs. A propos de 12 candidats potentiels nommément désignés(1), les électeurs sondés devaient répondre aux deux questions suivantes à propos de chacune de ces personnalités : « je ne souhaite en aucun cas qu’elle ne soit élue » ou bien « je ne suis pas totalement opposé à ce qu’elle soit élue». On notera qu’il s’agit d’exprimer un rejet partisan en réponse à la première question et un possible non rejet en réponse à la seconde. En aucun cas le sondé n’est appelé à exprimer une préférence partisane pour tel ou tel candidat.

A partir de là, 73% des personnes interrogées ne souhaitent « en aucun cas » voir François Hollande élu pour un second mandat alors que 27% ne seraient « pas totalement opposés » à le voir rempiler. Nicolas Sarkozy est rejeté par 68% des sondés et plus ou moins accepté par 32%. 64% des sondés sont totalement opposés à la présence de Jean-Luc Mélenchon à l’Elysée et 36% n’y sont pas totalement opposés. Pour Marine Le Pen c’est 63% dans le premier cas et 37% dans le second. Bruno Le Maire fait 60/40, François Fillon 57/43, Arnaud Montebourg 54/46, François Bayrou 53/47, Emmanuel Macron 51/49 et Alain Juppé 42/58.

Il nous faut noter ici que cette enquête a classé les électeurs en seulement trois catégories qui sont ainsi désignés : sympathisants du parti socialiste, sympathisants des Républicains, sympathisants du Front national. Ni les électeurs du Front de gauche ni ceux d’Europe Ecologie Les Verts ne figurent en tant que tels dans le détail des réponses. A se demander si les enquêteurs les ont fait basculer dans la catégorie des « sympathisants socialistes » qu’ils ne sont pas.

Cette réserve sur la lecture de l’enquête étant faite, François Hollande est rejeté par 36% de sympathisants socialistes, 78% des sympathisants des Républicains et 85% de ceux du FN. Il est aussi rejeté par 74% des hommes et 72% des femmes, par 71% des moins de 35 ans et par 74% des plus de 65 an, par 75% des employés et 73% des ouvriers. Le rejet est plus fort dans ces deux catégories sociales pour Hollande que pour Sarkozy qui recueille 69 et 67% d’opposants déterminés. Cette opposition chute à 58% vis-à-vis de Jean-Luc Mélenchon dans ces deux catégories et à 58 et 53% pour Marine Le Pen.

Notons enfin ce commentaire de Bruno Cautrès pour Atlantico : « Ce qui caractérise le groupe des sympathisants socialistes dans ce sondage, c’est la quête d’un remplacement pour François Hollande. Certes, au sein de ce groupe ils ne sont que 36% à ne souhaiter en aucun cas une réélection de François Hollande. Mais on voit qu’ils ne rejettent Emmanuel Macron qu’à hauteur de 37% et plus frappant encore qu’ils ne rejettent François Bayrou qu’à 40% et Alain Juppé qu’à 33% ! Les sympathisants socialistes rejettent donc moins comme président de la République l’actuel maire L R de Bordeaux que l’ancien leader du PS » estime Bruno Cautrès.

Reste que tout cela ne débouche pas sur un projet politique pour une société plus juste.

(1) Hollande, Dupont-Aignan, Duflot, Sarkozy, Mélenchon, Le Pen, Le Maire, Fillon, Montebourg, Bayrou, Macron, Juppé.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES ELECTIONS PS
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 00:27

LA DIGNITE CONTRE L'HORREUR
DECLARATION DE PIERRE LAURENT, SECRETAIRE NATIONAL DU PCF

►Cinq jours après la terrible tuerie de Nice, qui a vu les vies de 84 femmes, hommes et enfants fauchées et des centaines d'autres blessées ou marquées pour toujours, notre nation reste endeuillée et profondément choquée. Cette folie terroriste aveugle a plongé le pays dans un angoissant questionnement sur les motivations du meurtrier Mohamed Lahouij-Bouhlel et sur les moyens de faire face à la terreur que cherchent à imposer de tels actes

Au chagrin s'est mêlée depuis la colère devant les polémiques et les surenchères indécentes auxquelles se sont livrés sans recul nombre de responsables politiques

Dès le 15 juillet, le Parti communiste français a refusé ce manque de dignité en appelant à la solidarité et au respect des familles endeuillées, en demandant le temps nécessaire à l'enquête et à la réflexion pour évaluer les nouvelles mesures à prendre face au palier franchi dans l'horreur. D'autres, singulièrement à droite et à l'extrême droite, ont préféré faire assaut de déclarations irresponsables et de surenchères sans fondement. Oui, nous le redisons avec force, contre la marée nauséabonde de tous les démagogues, il va falloir raisonner, penser pour pouvoir agir mieux et plus efficacement contre la menace terroriste grandissante, contre la violence criminelle qui se pare d'alibis ou de mobiles religieux ou politiques, et contre les haines et les divisions.

Le gouvernement a décidé, sans débat, de prolonger l'état d'urgence, sous la pression de la droite et de l'extrême droite qui veulent durcir encore le régime d'exception.

Or, force est de constater que l'état d'urgence n'a pas permis d'éviter le carnage de Nice, dans une ville que les élus de droite ont faite laboratoire de leurs expérimentations sécuritaires.

Avant d'annoncer précipitamment sa prolongation, le président de la République venait de la déclarer inutile en indiquant que les lois récemment votées après son déclenchement permettaient de prendre le relais. Le risque s’accroît donc d'une dérive répressive sans efficacité pour la sécurité de nos concitoyen-ne-s, et d'une atteinte à nos libertés publiques fondamentales.

Nos groupes parlementaires ne voteront donc pas cette prolongation.

Nous appelons en revanche à une réorientation profonde de nos politiques nationales, européennes et internationales. La lutte contre l'action terroriste et l'insécurité du monde est inséparable de la reconstruction d'une nouvelle civilisation commune à toute l'humanité.

Riposter à la violence terroriste et au projet politique meurtrier et dictatorial de Daesh, par la seule voie militaire, par l'engagement de notre pays dans une logique de guerre aveugle, sans stratégie politique visant le retour de la paix et de la sécurité internationale est une grave erreur. Elle alimente la propagande de Daesh sur les esprits qu'il domine.

Tous les promoteurs et artisans de la logique de « guerre des civilisations », depuis Daesh jusqu'à ceux qui prétendent la combattre sur le même terrain, entraînent notre pays et l'humanité dans une voie sans issue.

Les communistes appellent à résister à cette logique meurtrière, à faire reculer ensemble les violences, les haines et les politiques de la peur.

Nous avons, ensemble, la capacité de rejeter le terrorisme et tout ce qui le nourrit, ici en France et ailleurs dans le monde où les guerres et le chaos qu'elles entraînent lui servent de terreau pour son développement.

La France doit enfin accepter de réviser en profondeur ses choix internationaux pour des évolutions de paix au Proche-Orient et en Afrique. Les peuples du Proche-Orient et d'Afrique y aspirent profondément ; ce sont eux et les forces démocratiques et pacifiques que la France doit soutenir avec ardeur.

Ici en France, il est temps de déclarer l'état d'urgence sociale afin de stopper les politiques d'austérité (baisse des dotations aux collectivités locales, suppression de services et de personnel) et de déployer des moyens sans précédent de présence de l’État et des services publics dans tous les territoires de la République.

Sécurité de proximité, éducation, santé publique, accompagnement psychiatrique, prévention, aide psychologique, lutte contre les violences faites aux femmes, contre les trafics mafieux… sont des priorités d'une urgence absolue

C'est seulement dans ce cadre nouveau que les efforts immenses faits par les services de sécurité, de police et de gendarmerie, dont il faut saluer le dévouement, trouveront leur pleine efficacité.

Au-delà, c'est un autre avenir de développement et de solidarité, un avenir d'humanité commune, qu'il faut mettre à l'ordre du jour, en France, en Europe et dans le monde. Nous ne voulons plus de ce monde de l'argent, des concurrences et des guerres, qui nourrit tous les égoïsmes et les racismes.

Contre le déferlement de haine et de démagogie qui ouvrent aujourd'hui la voie aux populismes en tous genres et aux extrêmes droites violentes et xénophobes, les communistes œuvreront sans relâche pour que notre peuple, et toutes celles et ceux qui ont choisi la France pour y vivre, puissent débattre sereinement et démocratiquement de ces enjeux majeurs.

2017 sera pour cela une année cruciale durant laquelle nous ne laisserons pas le débat politique se rouler dans la fange.

Notre pays mérite mieux, afin de construire un dialogue avec les forces démocratiques du monde pour une humanité de paix, d'égalité et de partage.

Pierre Laurent - Paris le 19 juillet 2016

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES PCF
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 19:46

Un rapport accablant du Sénat sur le CICE

L'HUMANITÉ.FR AVEC L'AFP

MARDI, 19 JUILLET, 2016

beaufils.jpg

Pour la sénatrice PCF d'Indre-et-Loire, Marie-France Beaufils, auteure du rapport "il faut revoir profondément dans sa forme comme dans son montant, le dispositif complexe et budgétairement qu'est le CICE".

Photo : Patrick Nussbaum

La commission des Finances du Sénat français dresse un bilan plus que mitigé du crédit d'impôt compétitivité-emploi (CICE) et appelle à revoir profondément ce dispositif, dans un rapport rendu public ce mardi par Marie-France Beaufils, sénatrice communiste d'Indre-et-Loire et auteure de ce rapport.

En vigueur depuis janvier 2013, ce crédit d'impôt, conçu comme un moyen d'abaisser le coût du travail, correspond à 6% de la masse salariale des entreprises, pour les rémunérations inférieures à 2,5 smic. Cette mesure phare du quinquennat de François Hollande, qui visait à améliorer la compétitivité de l'industrie française et à favoriser les embauches, a été fondue dans le pacte de responsabilité. Intitulé "CICE: le rendez-vous manqué de la compétitivité ?", ce rapport décrit cette mesure comme un "véritable saupoudrage", dont la forme laisse à désirer et qui, sur le fond, n'a pas encore démontré son efficacité. Il s'agit d'"un dispositif complexe et dispersé, à l'efficacité incertaine", a souligné Marie-France Beaufils, sénatrice communiste d'Indre-et-Loire et auteure de ce rapport, lors d'une conférence de presse mardi. Complexe à la fois pour l'Etat en termes de pilotage budgétaire, pour les entreprises, en particulier les TPE et PME mais aussi pour les services fiscaux en raison de la masse de déclarations à gérer, cet outil semble en effet ne pas avoir atteint ses objectifs.

"Des résultats en terme d'emplois pas au rendez-vous"

En drainant 19,4% de la créance, l'industrie est "péniblement le premier secteur concerné" par les retombées du CICE alors qu'elle représentait la cible initiale de ce dispositif. Sur le plan de la compétitivité, le résultat n'apparaît pas plus concluant, avec une nette concentration des retombées du CICE sur les entreprises non soumises à la concurrence internationale. Les entreprises réalisant moins de 10% de leur chiffre d'affaires à l'exportation reçoivent près de 80% de la créance. Outre ces bénéfices incertains en matière de compétitivité, les conséquences du CICE en termes de créations d'emplois s'annoncent bien moindres qu'espéré et "il est à craindre que les résultats ne soient pas au rendez-vous", a dit Marie-France Beaufils. Faute de données précises disponibles pour l'heure sur ce point, elle a repris dans son rapport une estimation publiée par l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) en décembre dernier, qui indique que le CICE avait permis de maintenir 125.000 emplois. Ce constat soulève d'autant plus d'interrogations que les sommes engagées sont loin d'être négligeables: 20 milliards d'euros chaque année, soit environ 35% des recettes brutes de l'impôt sur les sociétés ou encore 1% du PIB.

Revoir tout le dispositif

Pour Marie-France Beaufils, cela conduit donc à se poser la question suivante: "Si ces 20 milliards avaient été injectés directement dans de l'investissement décidé par le budget de l'Etat, n'aurait-on pas été plus efficace?" D'autant plus, souligne-t-elle, que lorsqu'on cumule les 20 milliards dégagés chaque année, "on obtient une masse totale qui est énorme." L'une des recommandations de son rapport, qui pointe également les lacunes du suivi et du contrôle du recours à ce crédit d'impôt, est donc de "revoir profondément dans sa forme comme dans son montant, le dispositif complexe et budgétairement qu'est le CICE". Elle préconise par ailleurs un redéploiement des fonds correspondants "dans des plans d'investissements en faveur des infrastructures et de la transition énergétique."

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans economie finance ACTUALITES
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 19:44

Etat d'urgence : « Nos groupes parlementaires ne voteront pas la prolongation » (Pierre Laurent)

Cinq jours après la terrible tuerie de Nice, qui a vu les vies de 84 femmes, hommes et enfants fauchées et des centaines d'autres blessées ou marquées pour toujours, notre nation reste endeuillée et profondément choquée. Cette folie terroriste aveugle a plongé le pays dans un angoissant questionnement sur les motivations du meurtrier Mohamed Lahouij-Bouhlel et sur les moyens de faire face à la terreur que cherchent à imposer de tels actes.

Au chagrin s'est mêlée depuis la colère devant les polémiques et les surenchères indécentes auxquelles se sont livrés sans recul nombre de responsables politiques.

Dès le 15 juillet, le Parti communiste français a refusé ce manque de dignité en appelant à la solidarité et au respect des familles endeuillées, en demandant le temps nécessaire à l'enquête et à la réflexion pour évaluer les nouvelles mesures à prendre face au palier franchi dans l'horreur. D'autres, singulièrement à droite et à l'extrême droite, ont préféré faire assaut de déclarations irresponsables et de surenchères sans fondement. Oui, nous le redisons avec force, contre la marée nauséabonde de tous les démagogues, il va falloir raisonner, penser pour pouvoir agir mieux et plus efficacement contre la menace terroriste grandissante, contre la violence criminelle qui se pare d'alibis ou de mobiles religieux ou politiques, et contre les haines et les divisions.

Le gouvernement a décidé, sans débat, de prolonger l'état d'urgence, sous la pression de la droite et de l'extrême droite qui veulent durcir encore le régime d'exception.

Or, force est de constater que l'état d'urgence n'a pas permis d'éviter le carnage de Nice, dans une ville que les élus de droite ont faite laboratoire de leurs expérimentations sécuritaires.

Avant d'annoncer précipitamment sa prolongation, le président de la République venait de la déclarer inutile en indiquant que les lois récemment votées après son déclenchement permettaient de prendre le relais. Le risque s’accroît donc d'une dérive répressive sans efficacité pour la sécurité de nos concitoyen-ne-s, et d'une atteinte à nos libertés publiques fondamentales.

Nos groupes parlementaires ne voteront donc pas cette prolongation.

Nous appelons en revanche à une réorientation profonde de nos politiques nationales, européennes et internationales. La lutte contre l'action terroriste et l'insécurité du monde est inséparable de la reconstruction d'une nouvelle civilisation commune à toute l'humanité.

Riposter à la violence terroriste et au projet politique meurtrier et dictatorial de Daesh, par la seule voie militaire, par l'engagement de notre pays dans une logique de guerre aveugle, sans stratégie politique visant le retour de la paix et de la sécurité internationale est une grave erreur. Elle alimente la propagande de Daesh sur les esprits qu'il domine.

Tous les promoteurs et artisans de la logique de « guerre des civilisations », depuis Daesh jusqu'à ceux qui prétendent la combattre sur le même terrain, entraînent notre pays et l'humanité dans une voie sans issue.

Les communistes appellent à résister à cette logique meurtrière, à faire reculer ensemble les violences, les haines et les politiques de la peur.

Nous avons, ensemble, la capacité de rejeter le terrorisme et tout ce qui le nourrit, ici en France et ailleurs dans le monde où les guerres et le chaos qu'elles entraînent lui servent de terreau pour son développement.

La France doit enfin accepter de réviser en profondeur ses choix internationaux pour des évolutions de paix au Proche-Orient et en Afrique. Les peuples du Proche-Orient et d'Afrique y aspirent profondément ; ce sont eux et les forces démocratiques et pacifiques que la France doit soutenir avec ardeur.

Ici en France, il est temps de déclarer l'état d'urgence sociale afin de stopper les politiques d'austérité (baisse des dotations aux collectivités locales, suppression de services et de personnel) et de déployer des moyens sans précédent de présence de l’État et des services publics dans tous les territoires de la République.

Sécurité de proximité, éducation, santé publique, accompagnement psychiatrique, prévention, aide psychologique, lutte contre les violences faites aux femmes, contre les trafics mafieux… sont des priorités d'une urgence absolue

C'est seulement dans ce cadre nouveau que les efforts immenses faits par les services de sécurité, de police et de gendarmerie, dont il faut saluer le dévouement, trouveront leur pleine efficacité.

Au-delà, c'est un autre avenir de développement et de solidarité, un avenir d'humanité commune, qu'il faut mettre à l'ordre du jour, en France, en Europe et dans le monde. Nous ne voulons plus de ce monde de l'argent, des concurrences et des guerres, qui nourrit tous les égoïsmes et les racismes.

Contre le déferlement de haine et de démagogie qui ouvrent aujourd'hui la voie aux populismes en tous genres et aux extrêmes droites violentes et xénophobes, les communistes œuvreront sans relâche pour que notre peuple, et toutes celles et ceux qui ont choisi la France pour y vivre, puissent débattre sereinement et démocratiquement de ces enjeux majeurs.

2017 sera pour cela une année cruciale durant laquelle nous ne laisserons pas le débat politique se rouler dans la fange.

Notre pays mérite mieux, afin de construire un dialogue avec les forces démocratiques du monde pour une humanité de paix, d'égalité et de partage.

Repost 0
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 10:43

Loi travail : nécessaire mais insuffisante pour faire baisser le chômage

Paris, 12 juil 2016 (AFP) - Publié le mardi 12 juillet 2016 à 16h18, mis à jour à 16h21 -

Le FMI accueille « favorablement » les récentes réformes du marché du travail, à savoir la loi Macron et le projet de loi El Khomri, qui sont « importantes et nécessaires », a déclaré Christian Mumssen, directeur du FMI pour la France, lors d'un point presse à l'occasion de la publication de son rapport annuel définitif.

Dans la future loi travail, il salue en particulier la réforme des licenciements économiques et la primauté donnée à l'accord d'entreprise sur l'accord de branche en matière de temps de travail, les deux mesures les plus polémiques du texte dont l'ultime passage devant les députés est prévu la semaine prochaine.

Selon l'organisation internationale, qui se fonde sur plusieurs simulations des effets de la loi, la « réduction de l'incertitude autour des licenciements économiques » pour les entreprises ne devrait avoir qu'un impact limité sur le chômage dans sa globalité. Mais il devrait faire baisser le chômage des jeunes et, surtout, « encourager l'embauche en CDI ».

La décentralisation du dialogue social devrait pour sa part « permettre aux entreprises de mieux s'adapter aux circonstances économiques », selon le FMI. Il estime notamment qu'un assouplissement du principe de faveur, qui empêche qu'un accord d'entreprise soit moins favorable qu'une convention collective, permet à un pays de mieux réagir aux crises économiques, comme l'a fait l'Allemagne.

Mais la réforme ne suffira pas à résorber le taux de chômage élevé en France, plus structurel que conjoncturel, selon le FMI. Le rapport juge ainsi « essentiel » de réformer également l'assurance chômage qui « crée des trappes à inactivité ».

Les critères d'indemnisation (il faut avoir travaillé quatre mois) sont « parmi les plus laxistes d'Europe », estime notamment le rapport qui préconise de « renforcer la recherche d'emploi et mieux adapter les compétences au marché du travail ».

« Nous sommes préoccupés par le fait que les discussions entre partenaires sociaux » sur les nouvelles règles d'assurance chômage « n'aient pas encore abouti », a commenté M. Mumssen.


En savoir plus sur http://www.cbanque.com/actu/58997/loi-travail-necessaire-mais-insuffisante-pour-faire-baisser-le-chomage#PdJWYVL0G2cHKVGw.99

Repost 0
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 08:27

AU RAPPORT

Selon un rapport censuré de l'Igas, les 35 heures ont bien créé 350 000 emplois

Par LIBERATION — 18 juillet 2016 à 18:28

L'Inspection générale des affaires sociales a produit une analyse, enterrée en interne le mois dernier et qui a finalement fuité, pointant les vertus du partage du temps de travail.

Fin juin, le Syndicat des membres de l’inspection générale des affaires sociales s’émouvait de la censure en interne d’un rapport sur les 35 heures. Si les productions de l’Igas sont censées être transmises aux ministères concernés, il existe en effet la possibilité pour son directeur de décider de ne pas en faire connaître les conclusions. Ce que Pierre Boissier, le directeur actuel, n’avait jamais fait jusqu’ici, rappelleMediapart, alors qu’il a tranché en ce sens début juin. Au Monde, les services de l’Igas ont rappelé que «des travaux insuffisamment achevés ou présentant des faiblesses méthodologiques ne sont pas transmis par le chef de l’Igas». Une grosse quinzaine de jours plus tard, le rapport a finalement fuité (il est lisible ici). En voici les principaux enseignements:

• Premier constat : les 35 heures, ce n’est pas l’horrible ralentisseur de croissance et empêcheur d’embaucher (en rond) qu’on nous dépeint depuis quelques années. «Les politiques de réduction de la durée légale du travail permettent de créer, au moins à court terme, de l’emploi à condition de respecter des conditions strictes», peut-on lire. Plusieurs recommandations des inspecteurs, qui n’ont pas signé nommément leur rapport en raison de son caractère «polémique», laissent penser que l’emploi se porterait mieux si l’on favorisait les temps partiels (au minimum 80% payés 90%, afin que cela ne se traduise pas par une paupérisation des travailleurs), voire si on plafonnait le temps de travail des cadres à 44 heures hebdomadaires.

D’ailleurs, les inspecteurs tranchent (enfin) le débat sur le nombre d’emplois créés par les lois Aubry à 350 000 en quatre ans (1998-2002) et commentent : «Les arguments avancés pour contester ces créations d’emploi apparaissent fragiles. […] S’agissant de l’effet négatif des lois Aubry sur la compétitivité, aucun élément ne permet de confirmer cette affirmation.»

• Deuxième constat : la France ne fait pas figure d’exception en matière de temps de travail. «La durée effective du travail en France n’est pas particulièrement basse par rapport à celles des autres membres de l’Union européenne si l’on considère le temps de travail de tous les salariés, et pas seulement ceux à temps complet», écrivent les inspecteurs, qui rappellent que le temps de travail diminue partout en Europe.

• Troisième constat : la flexibilité, c’est bien, mais quand c’est correctement utilisé, c’est mieux. Ainsi, alors que les travailleurs en France sont assez ouverts à une individualisation de leur temps de travail, et prêts à adapter leur emploi du temps, les entreprises rechignent à appliquer de la «flexibilité interne», lui préférant une«flexibilité externe», c’est-à-dire le recours à des contrats de courte durée. Autre élément : il faut prendre en compte la durée du travail à l’échelle d’une carrière, pas de quelques mois. Aussi, favoriser les formations professionnelles de quelques mois, ou les congés de soutien à des membres de sa famille en difficulté, pourrait permettre de mieux répartir le travail.

• Quatrième constat : augmenter le nombre d’heures supplémentaires, lorsque la croissance n’est pas au rendez-vous, «pèse négativement sur l’emploi».

Pour rappel, le chômage a augmenté en mai, s’établissant à 5,72 millions de demandeurs d’emploi dans toute la France.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOCIAL-ECONOMIE-FINANCES
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 08:17

ENQUÊTE

Mairies FN : le pauvre ne vaut pas le coût

Par Charlotte Rotman et Laure Equy — 1 août 2014 à 19:46

Centres sociaux étranglés, fin de la cantine gratuite... dans nombre de villes passées au Front national, les déshérités trinquent.

  • Mairies FN : le pauvre ne vaut pas le coût

Ici, c’est la gratuité de la cantine pour les ménages les plus pauvres qui saute. Là, des heures de garderie sont refusées aux enfants de parents chômeurs. Là encore, on coupe les subventions aux centres sociaux des quartiers les plus défavorisés. Les maires du Front national élus en mars se sont voulus discrets pendant leurs premiers mois de mandat, veillant à ne pas commettre d’impair, même si l’œuvre d’art-fontaine repeinte en bleu à Hayange (lire ci-contre) ou le drapeau européen retiré du fronton de la mairie de Fréjus ont été très commentés.

Lors de leurs quatre ou cinq premiers conseils municipaux, ces élus FN ont néanmoins pris des décisions qui égratignent sérieusement les politiques d’aide aux plus pauvres. Sous couvert de redresser les finances de villes souvent très endettées ou de tenir leur promesse de campagne de ne pas augmenter les impôts, ils fragilisent l’accompagnement social réalisé par les associations ou les services municipaux eux-mêmes. En ces temps de disette budgétaire, ils ne sont certes pas les seuls à tailler dans ces politiques bénéficiant aux précaires. «On fait une fixation sur nos villes, mais ça se passe ainsi dans bien d’autres communes et vous n’en parlez pas», rétorque Franck Briffaut, le maire FN de Villers-Cotterêts (Aisne). A Fréjus (Var), trois centres sociaux ont vu leurs subventions fondre jusqu’à 67%. La structure la plus touchée se trouve à la Gabelle, quartier qui concentre les difficultés et où vit une importante population immigrée. Le maire, David Rachline, justifie ces coupes mais aussi le budget de rigueur qu’il a fait voter au printemps par la «situation financière catastrophique» de Fréjus. «Toute la ville est mobilisée pour faire des efforts financiers, et je n’ai pas de tabou»,explique-t-il.

«Fainéants».Au Pontet (Vaucluse), Joris Hebrard a mis fin à la gratuité totale des repas à la cantine dont bénéficiaient les ménages les plus démunis. Là aussi, la mairie invoque «l’endettement dramatique de la ville et la nécessité absolue de détecter les abus». «Cette mesure représente 29 000 euros d’économies sur un budget de 50 millions, ce n’est pas ça qui va résorber la dette ! réplique Miliani Makhechouche, l’ancien candidat PS. Et ces soi-disant économies sont faites sur le dos des pauvres.» Au-delà de son intention de réduire les dépenses, la mairie du Pontet ne se cache pas de vouloir «responsabiliser les parents» en les obligeant à payer pour les repas «une somme même modique» :«Avignon et les mairies d’à côté ne font pas ce service gratuitement. Une ville n’est pas un centre social géant, on ne doit pas tout faire gratis. S’acquitter de 1,58 euro pour un repas complet, c’est une question de principe», argumente le directeur de cabinet, Xavier Magnin. L’opposant UMP Claude Toutain rappelle que le maire n’a, de son côté, pas hésité à relever son indemnité, et juge «la leçon de morale déplacée et démagogique» : «Ces familles sont souvent en attente d’allocations ou d’une pension parce que le mari ou la femme s’est barré. On est dans la mesure idéologique, le maire part du principe que les chômeurs sont des fainéants.»

Ce refrain antigratuité, ils sont plusieurs élus FN à l’entonner. A Villers-Cotterêts, Frank Briffaut, qui a aussi remodelé la grille des tarifs de cantine, assume : «Rien n’est gratuit dans ce monde, arrêtons la démagogie. Expliquons aux gens que tout a un prix. Il n’y a que vingt familles concernées et les parents ne travaillaient pas.» Ce discours ciblant les chômeurs considérés comme des «assistés» est raccord avec les sorties de Marine Le Pen, qui se pose en grande défenseure des«travailleurs pauvres».

A Béziers (Hérault), la politique menée par Robert Ménard (soutenu par le FN) s’apparente «plus à une guerre aux pauvres qu’à une guerre à la pauvreté», accuse son opposant socialiste Jean-Michel Du Plaa. L’ancien président de Reporters sans frontières a choisi de réserver la garderie municipale du matin aux enfants dont les deux parents travaillent. Alors que la ville est classée parmi les dix communes les plus pauvres de France (1), le centre communal d’action sociale (CCAS) a subi, lui, une baisse de subventions de 365 000 euros. L’épicerie sociale qui dépend du CCAS et propose des services de banque alimentaire exige dorénavant«un an de séjour minimum à Béziers». La mairie a également décidé de se retirer d’un partenariat avec le conseil général destiné à accompagner les décrocheurs et les adolescents fugueurs, grâce au travail d’éducateurs de rue.

«Péril».Sandrine Montagard, directrice d’un des centres sociaux de Fréjus, celui de Villeneuve, est obligée de se séparer de trois salariés sur douze et de renoncer à un projet éducatif complet d’accueil des préadolescents. Comme si les élus FN sous-estimaient l’utilité sociale, notamment en matière de prévention, de ce genre de programme qui œuvre en outre à l’égalité des chances. «Cette baisse des subventions a des conséquences dramatiques, cela peut mettre en péril l’existence des centres sociaux. Une partie de l’électorat FN est là aussi, dans ces quartiers», rappelle-t-elle. S’il reconnaît que le «bilan des centres sociaux n’est pas mauvais»,David Rachline compte leur proposer une convention pluriannuelle pour «pérenniser» leurs budgets mais sur des actions précises… choisies par l’équipe municipale frontiste. Les élus du parti d’extrême droite se défendent de cibler les plus pauvres et assurent qu’ils mèneront une politique sociale à leur sauce. «J’ai plein d’idées», claironne Rachline.«Faire du social, ce n’est pas rendre tout gratuit, ce n’est pas forcément aider ceux dont on attend le suffrage en retour, prévient le maire de Mantes-la-Ville (Yvelines), Cyril Nauth. Je veux bien faire du social, pas du socialisme.»

(1) Selon une étude de janvier 2014, du Centre d’observation et de mesure des politiques d’action sociale (Compas), près de 33 % des habitants de Béziers vivent sous le seuil de pauvreté.

Repost 0
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 08:02

Cher camarade,

Nous serions disposer à faire remplir autour de nous les questionnaires de « la grande consultation »par notre famille et nos amis, et davantage encore si, nous étions en possession de notre carte que refuse de nous délivrer le secrétaire fédéral des Deux-Sèvres qui a engagé la fédération dans le soutien à la candidature de Mélenchon. Depuis plusieurs années, le déni démocratique se poursuit, et l’organisation du PCF que nous faisions vivre sur notre territoire du Nord Deux-Sèvres a disparu maintenant et avec elle, les 12 communistes de l’époque.
Je dois dire que nous avons effectué plusieurs démarches, restées vaines, auprès de tous les échelons du parti.
Aussi, je te demande, afin de ne pas poursuivre inutilement nos démarches et nos illusions, de me faire savoir une bonne fois pour toutes, si vous avons notre place dans le parti auquel j’ai adhéré en 1966 et assumé des responsabilité de section de longues années en seine-saint-denis, et même dirigé une école fédérale comme adjoint, aux côté de ...Guy Lecroq.
Je t’ai envoyé récemment plusieurs documents mail sur notre situation, et appelé au téléphone. Là encore pas de réponse.Le respect des camarades ne serait-il que des mots ? Le parti aurait trop changé alors.
Le parti aurait-il abandonné la démocratie et la solidarité qui existait alors ? Il n'aurait pas assez changé alors.

Bien fraternellement

Bruno Fornaciari
077 184 06 77
over-blog

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF PCF THOUARSAIS PCF 79
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 19:29

Attentat de Nice : "Ensemble nous ferons reculer les violences aveugles, les haines, la peur" (Pierre Laurent)

Notre pays tout entier vit des heures douloureuses après le massacre de 84 femmes, hommes et enfants perpétré à Nice par un homme au volant d'un semi-remorque lancé en trombe sur la Promenade des Anglais alors que tant de familles, de jeunes, d'enfants des quartiers populaires et de toute la ville, des touristes, étaient venus fêter ensemble la Fête de la Fraternité, notre fête nationale. Notre nation endeuillée, profondément choquée, est saisie d'effroi et de chagrin. La solidarité des habitant-e-s de Nice et des environs, la réactivité des forces de l'ordre et des services de secours sont remarquables : aucun d'entre nous n'est prêt à céder à la peur ni à la haine.

Je veux m'incliner devant la mémoire des disparu-e-s, présenter à leurs familles et amis les condoléances du Parti communiste français, et les assurer de notre soutien, de celui de nos élus et de nos militants. Mes pensées se tournent vers les 18 blessés qui sont encore dans un état d'extrême gravité et les dizaines de blessés qui ont été atteints en souhaitant que leur vie soit sauvée, et leur dire que nous sommes tous à leurs côtés dans cette épreuve aussi tragique que profondément injuste. Comme tous nos concitoyens et tou-te-s celles et ceux qui ont choisi la France pour y vivre, j'ai le coeur brisé par cette abomination. Il n'y a aucune justification, et encore moins de fatalité, aux meurtres de masse quels qu'en soient les motivations et mobiles.

L'heure n'est pas aux polémiques politiciennes stériles mais à l'enquête et à l'aide aux victimes, à la solidarité et la fraternité.

Le Parti communiste français et ses militants seront vigilants et mobilisés pour qu'à Nice comme partout en France, la solidarité avec les victimes et leurs familles et le soutien dont les habitant-e-s de Nice et des Alpes Maritimes ont besoin soient sans faille.

C'est dans le rassemblement des femmes et hommes de paix de notre pays qu'ensemble nous ferons reculer les violences aveugles, les haines, la peur.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES PCF
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre