Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 18:16
Temoignages a besoin de vous

Accueil> Politique> Politique

SUCCÈS POUR LES TROIS GRANDS MEETINGS DU PCR

Plus d’un millier de militants ont lancé le prochain Congrès

6 avril 2013 à 00h15minManuel MARCHAL

Deux jours après avoir annoncé la tenue de son 8ème Congrès le 25 mars, le Parti communiste réunionnais lançait à Saint-Louis une série de trois grands meetings. Avec les deux autres réunions de Sainte-Suzanne et de La Possession, ce sont bien plus d’un millier de militants qui ont participé au succès de cette première mobilisation dans la perspective du Congrès. Au cours de ces trois rendez-vous, ce sont plus d’une dizaine d’orateurs différents qui ont présenté l’analyse et les propositions du PCR.

Mots-clés : Parti communiste réunionnais PCR / A la Une de l’actu
JPEG - 101.5 ko

Face à la crise, faire connaître les propositions immédiates et à plus long terme du Parti communiste réunionnais. Pour cela, le PCR a programmé une série de trois grands meetings. Le premier s’est tenu le 27 mars à Saint-Louis, deux jours après qu’une conférence de presse de la Direction collégiale du Conseil de la Reconstruction ait annoncé la tenue du 8ème Congrès du PCR fin juin à Sainte-Suzanne.

Dès le premier meeting, la salle était trop petite pour accueillir les centaines de militants qui sont venus s’informer sur l’analyse de la situation et les propositions du PCR pour faire face à la crise. Les sections du Sud ont réussi à placer cette première action de la feuille de route du Congrès sur de bons rails.

10 orateurs différents

Une semaine plus tard, c’est à Sainte-Suzanne que les sections du Nord et de l’Est ont participé au second meeting. Là aussi, des centaines de personnes se sont impliquées pour transformer cette réunion d’informations en un meeting de lancement de la bataille pour la réussite du 8ème Congrès. L’accent a été mis notamment sur les planteurs, menacés par la remise en cause de leurs revenus à cause de la fin programmée du quota au plus tard en 2020.

Jeudi, c’est un meeting en plein air qui a conclu ce premier cycle de réunions. Plus de 500 personnes s’étaient déplacées à Camp Magloire, rappelant que de La Possession à Saint-Leu, le PCR est très dynamique.

Au cours de ces trois rendez-vous, 10 membres de la Direction collégiale se sont succédé à la tribune, soit pour présider, soit pour présenter l’analyse et les propositions du PCR. À chaque meeting, les intervenants ont été différents. Cela souligne un fait important : au PCR, c’est le contenu qui est privilégié, pas la personnalisation.

Confirmation de l’analyse

Différents événements survenus depuis la conférence de presse annonçant le prochain congrès sont venus confirmer l’analyse et les propositions du Parti.
C’est tout d’abord le lancement d’une offensive contre la sur-rémunération à Paris : un reportage de France 2 diffusé dans son journal le plus regardé a fait étalage des primes perçues par les fonctionnaires outre-mer au moment où les Français apprenaient les nouveaux chiffres du chômage et l’annonce de nouvelles mesures d’austérité. Dans le débat, le PCR propose la création d’un Fonds d’investissement abondé par la sur-rémunération convertie en épargne, permettant au fonctionnaire de préserver ses revenus tout en rendant disponibles des centaines de millions d’euros pour le développement du pays.
Les Réunionnais ont aussi appris que le dépôt d’une proposition de loi par Paul Vergès le 1er mars a fini par déboucher sur le vote par la majorité du Sénat du prolongement du bonus COSPAR jusqu’à la fin de l’année. C’est la victoire d’une mobilisation dans laquelle le PCR s’est fortement impliqué.

Ensuite, le débat sur les grands chantiers organisé mercredi soir sur Réunion Première a permis de constater que le projet tram-train est en phase avec les attentes de nombreux Réunionnais. Car c’est sur cela que portaient les questions des téléspectateurs, on était loin d’une soi-disant impatience vis-à-vis du lancement des travaux d’une hypothétique nouvelle route du littoral.

Enfin, l’annonce du retrait du projet de loi de décentralisation par le gouvernement confirme que la discussion pour l’indispensable réforme institutionnelle n’est pas fermée.

Autant de sujets qui montrent l’importance du débat pour des propositions permettant de rompre avec tous les errements d’un système à bout de souffle. Avec des idées telles que le Fonds d’investissement réunionnais pour protéger les intérêts des fonctionnaires, l’autonomie énergétique, la réforme institutionnelle pour lutter plus facilement contre le chômage des Réunionnais… le PCR apporte sa contribution.

M.M.

Imprimer, Print

Répondre à cet article

modération a priori

 


    Temoignages.RE - Home | Se connecter | Cont@ |  Culture  |  International  |  News  | Oté
    Temoignages.re

    Nout Zournal OnZeWéb

    http://www.temoignages.re

    25 mars : Direction collégiale

    La Direction collégiale annonce la tenue du Congrès fin juin à Sainte-Suzanne et celle de trois grands meetings pour le préparer.
    JPEG - 56 ko
    27 mars : Saint-Louis

    La salle Payet était bien remplie pour ce premier rendez-vous.
    JPEG - 47.6 ko
    3 avril : Sainte-Suzanne

    Un point particulier a été fait sur la situation des planteurs.
    JPEG - 76.8 ko
    4 avril : La Possession

    Plus de 500 personnes ont conclu en beauté les trois grands meetings.
    JPEG - 101.5 ko

    Newsletter

    Pour vous abonner à la Newsletter de Temoignages.RE

     

    Politique

    Temoignages.RE
    Derniers articles

    Qui sommes-nous ?

    Images de notre Histoire

    Photo du jour

    Liberté de la presse

    SPIP|Plan du site|Suivre la vie du site RSS 2.0
    Témoignages - 6 rue du Général Emile Rolland - BP 1016 - 97828 Le Port Cedex
    Annonces légales|Rédaction|Publicité
    Directeur de publication : Jean-Max Hoarau |Mentions légales|Contacts

    © Copyright 5 mai 1944-2013 Témoignages | Tous droits réservés.
    La reproduction, même partielle, des contenus des pages de ce site sans accord préalable est strictement interdite (les citations sont autorisées par le droit français pour commentaires et critiques, tant que ceux-ci y sont strictement concomitants et que sont précisés l’auteur original et le lien Internet vers la page source)


    Imprimer, Print
    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
    commenter cet article
    7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 18:12

    Le député-Maire de Drancy bientôt jugé

      • Par lefigaro.fr
      •  
      • Publié le 06/04/2013 à 13:20

    Selon les informations du Parisien, le député-maire de Drancy Jean-Christophe Lagarde sera bientôt jugé devant le tribunal correctionnel de Paris. Déjà condamné à 5.000 euros d'amende pour attribution illégale de marché public, dans le cadre d'une procédure de plaider-coupable restée confidentielle. Il comparaitra cette fois-ci pour le marché accordé à un architecte concernant la tribune du stade Guy-Môquet à Drancy. Le Parisienajoute également que l'élu centriste a dû discrètement rembourser (51.712 €) à la municipalité de Drancy les frais qu'elle avait indûment engagés au profit de l'association politique du maire. Il s'est ainsi évité d'autres poursuites. 
    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans JUSTICE
    commenter cet article
    6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 11:52

     

    Taux du livret A à 1,75% : Une baisse profondément injuste

     

    Alors que le gouvernement Ayrault a de nouveau augmenté le plafond du livret A, le portant à 22 950 euros contre 15 300 il y a 3 mois, soit une augmentation de 50 %, il  en diminue la rémunération. Le taux d'intérêt du livret A est passé de 2,25 %  à 1,75 % au 1er février 2013 ; et non à 1,50% si la formule prévue par la loi avait été appliquée à la lettre.

    Cette diminution est profondément injuste. Elle entraîne une perte de revenu pour les détenteurs de petits livrets, de loin les plus nombreux, puisque 46,6 % des livrets sont inférieurs à 150€, tandis que 8,5 % sont au plafond et concentrent 43,2 % de l'encours total. Simultanément, la capacité de défiscalisation du revenu produit par ce type de placement pour les détenteurs des plus gros livrets s'en trouverait considérablement accrue.

    C'est dire le besoin d'une réforme profonde de l'épargne réglementée de façon, non seulement à accroître la justice sociale mais aussi à faire en sorte que ses encours servent beaucoup plus encore au financement du logement social, et de missions d'intérêt général, contre toute fuite vers le marché financier.

    Renforcer les circuits de financement échappant à l’emprise des marchés financiers et des paradis fiscaux serait l’un des objets que devrait viser un véritable pôle financier public.


    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans SOCIAL-ECONOMIE-FINANCES
    commenter cet article
    6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 11:46
    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans SYNDICATS - JUSTICE SOCIALE
    commenter cet article
    6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 11:37

     

     

    POLITIQUE -  le 5 Avril 2013

     

    Le gouvernement prêt à vendre une partie de ses bijoux de famille

     

     

    EDF, Areva, ou France Telecom ? L'Etat envisage de céder des participations dans des entreprises dont il est actionnaire pour « assainir ses finances ». Et c’est au Wall Street Journal qu’Arnaud Montebourg est allé l’annoncer.

    "Dans le cadre de la restructuration budgétaire et la modernisation des politiques publiques, nous réfléchissons en effet à un changement de nos participations", a déclaré le ministre du Redressement Productif dans une interview au quotidien financier américain, le Wall Street Journal. "Nous n'excluons pas ce genre d'action, mais nous ne voulons pas perdre notre influence sur les entreprises".

    Il  a refusé de dire quelles participations pourraient être mises en vente… EDF, GDF Suez ou Areva ?  France Télécom, Air France-KLM, ou Renault ? L'Etat a déjà annoncé la semaine dernière la vente d'une participation de 3,12% dans l'équipementier aéronautique Safran pour 448,5 millions d'euros. Selon le quotidien, un autre officiel Français aurait répondu que le choix le plus évident serait de vendre des parts d’EDF. Un choix que les financiers jugent intéressant, l’action d’EDF a pris 12 % cette année et l’Etat pourrait envisager de réduire sa participation de 85 % à 70 %.

    Que le ministre qui défendait la nationalisation de Florange en France, aille évoquer la vente de parts d’entreprises publiques dans le grand quotidien financier américain peut étonner. On peut également se rappeler du candidat François Hollande qui évoquait « l’ennemi sans visage » de la finance, juste avant d’aller voir les banquiers de la City pour leur expliquer qu’il ne serait pas dangereux.

      Repost 0
      Published by bruno fornaciari - dans SOCIAL-ECONOMIE-FINANCES
      commenter cet article
      6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 11:27

       

      POLITIQUES

      Pierre Laurent (PCF) préfère le «coup de braquet à gauche» au «coup de balai»

      5 avril 2013 à 16:41
      Pierre Laurent avec Jean-Luc Mélenchon, en meeting, en avril 2012.
      Pierre Laurent avec Jean-Luc Mélenchon, en meeting, en avril 2012. (Photo Gonzalo Fuentes. Reuters)
       

      Le numéro un communiste Pierre Laurent se dit prêt à manifester avec Jean-Luc Mélenchon le 5 mai mais refuse d’utiliser la terminologie du coprésident du Parti de gauche (PG)

      Comment accueillez-vous la proposition faite ce matin par Jean-Luc Mélenchon de manifester le 5 mai pour une VIe République et donner un «grand coup de balai»?

      Les développements de la crise actuelle rendent nécessaire une mobilisation des forces de changement. J’accueille favorablement la proposition d’une marche citoyenne pour la VIe République. Les instances du Front de gauche vont en discuter et le comité exécutif du Parti communiste doit en débattre lors d’une réunion extraordinaire lundi après-midi à l’issue de laquelle je ferai des propositions. Nos objectifs doivent être discutés collectivement. Il nous faut mettre au centre de l’appel à la mobilisation la question de la lutte contre la finance et la réfondation de notre République car l’heure est au rassemblement, pas à la confrontation. François Hollande doit l’entendre. Son manque de réaction depuis les aveux de Jérôme Cahuzac oblige les forces du Front de gauche à ouvrir des perspectives à ceux qui sont consternés par la politique menée.

      Mais vous n'avez pas l'air emballé par l'appel à un «grand coup de balai»

      Ce n’est pas l’expression que je privilégie. Je préfère un grand coup de braquet du gouvernement vers la gauche pour organiser un nouveau contrat politique. Puisque le gouvernement semble sourd à la colère qui existe dans le pays, les forces de gauche dans ce pays doivent se rassembler. Pourquoi n’inscrit-on pas à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale des débats pour faire face à la crise morale que nous connaissons et concrétiser cela par des actes politiques forts et immédiat pour rétablir la confiance populaire? Il faut suspendre les travaux sur le projet de loi marché de l’emploi.

      François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont pourtant fait des annonces pour tenter de répondre à la crise?

      Ce n’est pas au niveau. Il faut aller plus loin. Sur les conflits d’intérêts par exemple, le chantier ne peut pas concerner simplement la simple transparence… Il convient de s’attaquer aux conflits d’intérêts entre le pouvoir de l’argent et les lieux de pouvoir politique. Le poids de la finance est excessif dans les logiques de décision et provoque ce choc que nous vivons aujourd’hui. La tranquillité dont fait preuve le chef de l’Etat est invraisemblable…

      L’appel à cette manifestation le 5 mai ne risque-t-elle pas de mettre de l’huile sur le feu à gauche?

      Des millions de gens ont voté le 6 mai 2012 pour le changement et cherchent à exprimer leur volonté que le gouvernement change de politique. Or, quels que soient les signaux envoyés, rien ne change… Nous avons la volonté de rassembler positivement toutes les forces disponibles pour dire qu’une autre politique de gauche est possible. Le discours lénifiant que l’on entend selon lequel «une seule voie est possible» est insupportable.

      Appeler à une VIe République, c’est aussi appeler à une dissolution de l’Assemblée nationale non?

      On peut engager un processus constituant immédiat sans appeler à une dissolution de l’Assemblée nationale. Je ne parle pas de grand coup de balai qui mettrai dans un même sac tous les hommes et les femmes qui se battent pour le changement dans ce pays. Nous voulons un grand changement de cap.

      Repost 0
      Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
      commenter cet article
      6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 11:19

      Le gouvernement pourrait céder ses participations dans certaines entreprises

      Ce matin à 00h12

      Le gouvernement pourrait céder ses participations dans certaines entreprises 

      Crédit photo © Reuters

      (Boursier.com) -- Dans le cadre de sa restructuration budgétaire, le gouvernement réfléchit à céder des participations dans certaines entreprises dont il est actionnaire, a indiqué le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, dans un entretien accordé au "Wall Street Journal".

      EDF, un "choix évident" ?

      "Nous n'excluons pas ce genre d'initiative mais nous ne voulons pas perdre nos moyens d'influence sur les entreprises", a expliqué le ministre. Arnaud Montebourg n'a toutefois pas précisé quelles sociétés pourraient être concernées. D'après une source gouvernementale interrogée par le Wall Street Journal, Electricité de France, dont l'Etat détient 84,44% du capital, serait "un choix évident". Le quotidien rappelle que l'action a gagné 12% en Bourse depuis le début de l'année et que la France peut réduire sa participation à 70% en vertu du droit existant. Le gouvernement recueillerait ainsi près de 4,3 milliards d'euros, si l'on prend le cours actuel du titre comme référence. EDF n'a toutefois pas commenté ces informations.

      Bercy a récemment fait savoir qu'il ne respecterait pas son objectif de réduction du déficit à 3% du PIB fin 2013. Il doit transmettre ses nouvelles projections à la Commission européenne à la mi-avril.

      M.D. - ©2013 www.boursier.com

      Repost 0
      Published by bruno fornaciari - dans SOCIAL-ECONOMIE-FINANCES
      commenter cet article
      6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 00:30


      ANI - LETTRE OUVERTE AUX DEPUTES  PS des Deux-Sèvres

       

       

      Monsieur le Député-e,

       

       

      Dans quelques semaines vous allez examiner à l’Assemblée nationale,le projet de transposition dans la loi de l’accord sur la « sécurisation de l’emploi », signé par la CFDT et le MEDEF.Deux syndicats majeurs CGT et FO, n’ont pas paraphé un accord qui fait la part belle au patronat au détriment des salariés-es de notre pays.

       

      Elu-e à l’Assemblée par la mobilisation de toute la gauche en juin dernier et notamment par le monde du travail, par l’engagement de syndicalistes, vous allez devoir vous prononcer sur cette loi et c’est à ce titre que nous nous permettons de vous interpeller.

       

      D’abord parce que l’accord national interprofessionnel sur la « sécurisation du travail » du 11 janvier 2013 modifie profondément le Code du Travail. Ce texte marque une grave régression des droits sociaux des salariés et va a contrario des objectifs fixés par la « Grande Conférence sociale » et celle de la « lutte contre la pauvreté ».

       

      Il contient de multiples dispositions pour faciliter les licenciements et accentuer la flexibilité, pour le plus grand bonheur du patronat.Pour notre part, notre groupe a fait des propositions qui conduisent notamment à la nécessité d’interdire les licenciements boursiers, d’interdire les ruptures conventionnelles du contrat de travail, de réviser les modalités du licenciement économique pour éviter les licenciements répétés, pour promouvoir des droits nouveaux pour les salariés et les libertés syndicales…

       

      Il y a quelques semaines, nous avons adopté à gauche, après un long débat, un long combat parlementaire contre la droite, la loi instituant le mariage pour tous garantissant l’égalité des droits de tous les citoyens et nous saluons cette avancée comme un progrès pour notre société.

       

      Au Sénat, en 2012, une majorité à gauche a adopté le projet de loi visant à interdire les licenciements boursiers proposé par notre groupe et nous venons d’adopter la loi concernant portant sur l’amnistie syndicale et associative. De même, des députés socialistes, d’EELV, ont signifié par leur vote, leur désaccord sur le Traité Européen qui leur paraissait contraire aux intérêts des peuples.

       

      Cela montre que nous pouvons au plan législatif, traduire ensemble en actes, les attentes des milliers de travailleurs confrontés aux « plans sociaux » et qui expriment quotidiennement leurs colères, leurs déceptions, leurs espoirs mis dans le changement il y a 9 mois.

       

      Il serait à mon sens incompréhensible, voire inconcevable d’entériner cette loi, en l’état, qui porte les reculs sociaux dictés par le MEDEF et que la droite va voter.

       

      Je vous appelle à rejeter ce texte et contribuer à ouvrir dans une large concertation, en lien avec les salariés et leurs syndicats, le chantier d’une vraie sécurisation de l’emploi, de mener un travail institutionnel et législatif sur cette question majeure, qui figure dans les toutes premières préoccupations de nos concitoyens.

       

      En espérant être entendu et de voir se lever à l’Assemblée une majorité à gauche, refusant les diktats du MEDEF,

       

      Recevez Madame, Monsieur le Député-e, l’assurance de mes sentiments respectueux.

       

      Repost 0
      Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
      commenter cet article
      6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 00:27

      La montée des tensions dans la péninsule coréenne suscite une grande préoccupation. Les invectives et les intimidations relèvent du domaine de la rhétorique mais cette escalade des menaces recèle un véritable danger.

      Il faut sortir de l'engrenage des provocations, des déclarations guerrières, des grandes manœuvres militaires, des sanctions, de la militarisation qui, en fait, apporte à Washington les prétextes nécessaires au maintien de 25 000 soldats américains en Corée du Sud, de plusieurs bases militaires stratégiques dans cette grande région asiatique, et de justifier sa volonté de renforcement de sa présence militaire.

      Le conflit coréen a des causes essentielles qu'il faut traiter collectivement.

      Il est possible résoudre la question des relations inter-coréennes et de la sécurité commune par la nécessité d'un Traité de paix fondé sur la garantie des souverainetés, sur le retrait des bases étrangères, sur le respect mutuel et des mécanismes de confiance. C'est dans ce contexte que la question des droits de l'homme peut être positivement abordée.

      Il est nécessaire de s'engager résolument pour la non-prolifération nucléaire et le respect du Traité de non-prolifération – par tous, à commencer par les membres permanents du Conseil de sécurité. Ceci signifie l'exigence d'un désarmement nucléaire multilatéral et contrôlé, et notamment la dénucléarisation de la péninsule coréenne dans une zone de paix.

      On attend de la France et de l'Union européenne qu'elles contribuent, dans l'esprit de la Charte des Nations unies, à briser l'escalade des menaces et empêcher tout recours à la force, par un engagement clair de concertation multilatérale et de règlement politique à la hauteur des problèmes légués par des dizaines d'années de confrontation stratégique régionale.

       

      Parti communiste français

      Repost 0
      Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
      commenter cet article
      5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 18:30
      Accueil > Politique > Vu la "crise morale", Chassaigne (FG) veut modifier l'ordre du jour de l'Assemblée

      Vu la "crise morale", Chassaigne (FG) veut modifier l'ordre du jour de l'Assemblée

      Créé le 04-04-2013 à 23h11 - Mis à jour à 23h11

      Le président des députés Front de Gauche (FG), André Chassaigne, a réclamé jeudi que le président de l'Assemblée nationale soit saisi pour "discuter en urgence de l'ordre du jour" des travaux compte tenu de "la crise morale d'une extrême gravité" traversée par le pays. (c) Afp

       

      Le président des députés Front de Gauche (FG), André Chassaigne, a réclamé jeudi que le président de l'Assemblée nationale soit saisi pour "discuter en urgence de l'ordre du jour" des travaux compte tenu de "la crise morale d'une extrême gravité" traversée par le pays. (c) Afp

      PARIS (AFP) - Le président des députés Front de Gauche (FG), André Chassaigne, a réclamé jeudi que le président de l'Assemblée nationale soit saisi pour "discuter en urgence de l'ordre du jour" des travaux compte tenu de "la crise morale d'une extrême gravité" traversée par le pays.

       

      Au troisième jour du débat sur le projet de loi de sécurisation de l'emploi où aucun commentaire sur l'affaire Cahuzac et ses répercussions n'avait été fait jusqu'à présent, M. Chassaigne a demandé de "saisir le président de l'Assemblée pour réunir la conférence des présidents en urgence et discuter de l'ordre du jour de l'Assemblée" pour que "le grand débat qui traverse notre pays puisse se tenir dans l'hémicycle".

       

      Il a ainsi relayé la demande de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, qui a souhaité que le Parlement suspende ses débats pour se consacrer à la lutte contre l'évasion fiscale.

       

      M. Chassaigne a fait explicitement allusion à l'enquête journalistique internationale publiée dans plusieurs médias, y compris anglo-saxons, qui a mis sur la place publique le nom de personnalités apparemment liées à des sociétés off-shore dans des paradis fiscaux, dont le trésorier de la campagne de François Hollande.

       

      "Je transmettrai votre demande", lui a répondu Sandrine Mazetier (PS), qui présidait alors la séance, avant que le ministre de l'Emploi, Michel Sapin, et le rapporteur du texte, Jean-Marc Germain, ne répondent que débattre de l'emploi était sans doute la meilleure réponse de fond.

       

      "Il est absolument essentiel que nous poursuivions ce débat, c'est la meilleure façon de répondre à la situation que vous avez évoquée et qui nous concerne tous", a jugé M. Germain.

       

      "C'est une bonne et belle réponse que de continuer dans un état d'esprit constructif à faire en sorte par exemple que de manière plus précise nous puissions construire le compte personnalisé de formation", a déclaré M. Sapin.

       

      Et de se livrer ensuite à une allusion explicite à l'évasion fiscale: "Parce que le plus beau capital que l'on puisse avoir, c'est celui de son savoir, de sa formation, ça c'est un capital qui a une valeur tellement supérieure à tous les autres types de capitaux, où qu'ils se promènent et de quelque nature qu'ils soient".

       

      Comme le chef de file des députés Front de Gauche se plaignait en milieu de soirée de n'avoir eu aucune réponse à sa demande, le ministre des Relations avec le Parlement Alain Vidalies -qui remplaçait alors Michel Sapin au banc du gouvernement- l'a assuré que "des textes de loi vous seront présentés qui essaieront d'apporter des réponses urgentes à des questions que partagent l'ensemble de nos concitoyens" touchant "à la transparence du fonctionnement de la démocratie, aux conflits d'intérêts, à la connaissance des patrimoines des acteurs politiques et économiques, aux paradis fiscaux".

       

      L'UMP Jean-Frédéric Poisson a rétorqué qu'il fallait "arrêter de faire croire qu'on va faire la révolution en disant que les parlementaires vont déclarer leur patrimoine, car ils font déjà des déclarations contrôlées par les autorités administratives et susceptibles d'être transmises au procureur si elles sont insincères".

      "Est-ce que vous êtes d'accord sur la publication des déclarations de patrimoine", comme le propose François Hollande et comme cela existe "dans beaucoup de pays européens", lui a lancé M. Vidalies, soulignant que c'était différent de "déclarations de patrimoine qui restent dans un bureau".

      Repost 0
      Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
      commenter cet article

      BRUNO FORNACIARI

      HPIM3303

      Recherche

      Texte Libre