Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 05:57

Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que le "PCF"des Deux-Sèvres (entendez les responsables de la fédération) s'émancipent de la politique définie quelques jours plus tôt à Aubervilliers après des débats démocratiques de plusieurs milliers de communistes et approuvée par 81ù des congressistes.. On peut douter qu’elle en ait reçu le mandat des communistes, qui, pour la plupart désertent les instances fédérales. D’ailleurs la publication de l’état d’organisation comme le nombre des cotisants n’a pas été publié, pas plus que le nombre de votants sur les textes proposés au congrès.

L’on ne s’habituera jamais à l’absence de démocratie dans notre parti communiste. Le refus (écrit) du nouveau dirigeant fédéral Brun Bonin (dont on ne connaît pas non plus les modalités de son élection) de remettre la carte 2016 à plusieurs communistes du département, confirme le déni démocratique qui préside à la fédération du PCF qui mute en une fédération du PG financée par les communistes.

Nous sommes plusieurs à refuser la dérive gauchiste du parti qui conduit à une impasse et à soutenir la stratégie adoptée par la très grande majorité des communistes.

L'organisation du PCF dans les deux-sèvres se restreint et se cantonne à Niort laissant un désert militant dans le reste du département. De nombreux communistes restent à la marge et dans l’attente de débats dont sont exclus les opposants à cette dérive. L’exclusion est de mise et constitue le fil rouge de "dirigeants" plus soucieux d'arrangements électoraux avec le PG que le développement de la politique du PCF. Bruno Bonin peut s’enorgueillir d’avoir les faveurs du »Figaro » dont chacun sait l’engouement de ce journal pour le bien-être des travailleurs. On eût aimé que ce soit la lutte du PCF dans les Deux-Sèvres qui soit à la Une de la presse locale. Hélas !

Nous sommes plusieurs à condamner ses pratiques de déni démocratique.

Ceux qui attendent du PCF et ses militants une politique d’ouverture et de large rassemblement à gauche sur la base d’un projet progressiste commun, doivent relever la tête. Dans la prochaine période il sera proposer aux thouarsais un espace de rencontre pour ouvrir le débat du changement.

Bruno Fornaciari

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 22:01

NDDL : "Se rassembler pour dépasser les raisons de la discorde"

A l’issue de la consultation, 55,17% des électrices et électeurs de Loire Atlantique se sont prononcés en faveur du transfert de l'aéroport de Nantes vers Notre Dame des Landes.

Ainsi, après plusieurs décennies de débats et de controverses, d’échanges d’arguments entre opposants et favorables au transfert de l’aéroport, le résultat de cette consultation doit permettre de débloquer la situation.

Cela confirme la légitimité des élu-e-s et des militant-e-s communistes du département qui se sont engagés dans les institutions et sur le terrain en faveur d'un projet de transfert qui respecte toutes les populations - dont celles qui sont actuellement survolées - et l'environnement.

Ce choix s’impose aujourd'hui à toutes et tous. Pour ce qui concerne le Parti communiste français nous le respectons totalement et nous appelons les habitants et les salariés à se rassembler pour dépasser les raisons de la discorde.

Pour cela, le président de la République et le premier Ministre doivent, comme ils l’ont proclamé, créer les conditions de sa réalisation même si nous considérons qu'ils portent la responsabilité de la très mauvaise gestion de ce dossier. Pour ce projet comme pour d'autres, nous estimons que les procédures démocratiques de concertation doivent être considérablement améliorées afin de tendre vers une co-élaboration qui permette aux citoyen-ne-s de véritablement s'impliquer, d'être écoutés ou de pouvoir se forger un point de vue réellement documenté.

Nous avons contribué au débat public en donnant notre point de vue sur ce dossier avec le souci de respecter les points de vue favorables ou opposés au transfert. Les conditions que nous avons exprimées contenues dans notre dossier restent plus que jamais d'actualité afin de répondre aux attentes des habitant-e-s comme des salarié-e-s, sur le plan économique et pour l'emploi.

La levée du Plan d'Exposition au Bruit lié au fonctionnement de l'aéroport de Nantes Atlantique va constituer un atout indéniable afin de favoriser la construction de la ville sur elle même et de répondre à la demande de logements à dominante sociale.

Enfin, au moment où chacun s’interroge sur le contenu à donner à la poursuite de la construction européenne, nous jugeons, par exemple, que la déréglementation du transport aérien, sa privatisation comme la gestion des plate-formes aéroportuaires doit cesser et revenir au secteur public.

Toutes ces conditions sont essentielles au bien vivre des populations concernées en Loire Atlantique. Nous développerons les luttes rassembleuses nécessaires pour qu'il en soit ainsi.

Repost 0
Published by bruno fornaciari
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 17:21

Patrick Le Hyaric

Député pour refonder l'Europe

Note de travail et de prospective sur les conséquences du Brexit

Document disponible en PDF ici : Prospective sur le Brexit

L’idée européenne recule dans les opinions publiques.

Les sondages s’accumulent et l’hostilité, le scepticisme ou l’indifférence ne font que grandir dans pratiquement tous les pays de l’Union sous les effets de l’austérité, du chômage, de la pauvreté, du refus d’écouter les peuples.

Le désaveu est profond et répandu partout en Europe. Les raisons sont multiples: les politiques d’austérités appliquées en Europe du Sud, la gestion catastrophique de la crise des réfugiés, le dumping social, les paradis fiscaux au sein même de l’Europe, un Commission totalement décrédibilisée par le scandale Luxleak. Partout où l’austérité a été appliquée les gouvernements tombent et des partis différents émergent et remportent des succès électoraux, qu’ils soient anti-austéritaires et progressistes ou bien nationalistes et xénophobes.

Les récentes affaires sur les travailleurs détachés doivent nous rappeler ce qu’est devenue cette Europe, une Europe du marché qui ne respecte pas le droit social, une Europe qui organise le dumping social en son sein et qui ne protège plus de rien.

Le référendum britannique s’ajoute donc à la longue liste des consultations « perdues par cette l’Union européenne ». Elles s’enchainent depuis le traité de Maastricht. Il y a eu le non danois et suédois sur l’euro, le rejet du traité constitutionnel par les français et les hollandais, le rejet du traité de Nice par les irlandais (revoté ensuite), le rejet par ces mêmes irlandais du traité de Lisbonne (revoté également) et plus récemment le rejet de l’accord d’association avec l’Ukraine au Pays Bas.

  1. Le Royaume Uni sort de l’Union européenne

Les conséquences institutionnelles immédiates

Les négociations

La sortie de l’UE est gérée par l’article 50 du traité européen :

    1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
    2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.
    3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.
    4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent. La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.
    5. Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49.

Un État peut sortir, mais il doit d’abord « notifier » son intention au Conseil européen. L’UE négocie ensuite un accord de sortie qui doit être ratifié par le Conseil à majorité qualifié et le Parlement. L’accord doit être conclu d’ici 2 ans car 2 ans après la notification, « les traités cessent d’être applicables à l’État concerné ». Le délai de 2 ans peut être prolongé à l’unanimité du Conseil.

Donald Tusk a fait savoir que si le divorce peut être réglé en 2 années (le temps prévu par l’article 50), l’accord commercial prendrait au moins 5 années à être négocié et ne le serait qu’APRES le divorce. On serait donc à 7 années d’incertitudes. Il a répété aujourd’hui que « les procédures pour la sortie du Royaume-Uni sont claires et inscrites dans les Traités ».

Les britanniques, dont Boris Jonhson, proposent de négocier les deux en même temps avec une négociation informelle de la sortie sans utiliser l’article 50 immédiatement, annonçant une sortie effective pour 2019-2020. Entretemps le Royaume-Uni restera dans l’UE et maintiendra sa contribution au budget européen, il conservera également son accès au marché unique et le passeport européen de la City. C’est évidemment une position beaucoup plus confortable pour le Royaume-Uni.

Pour les partisans du Brexit, qui veulent tout de même apporter des gages immédiats après le référendum, la sortie différée n’empêchera pas le Royaume-Uni de limiter l’influence de la Cour européenne de justice (notamment sur les décisions de renvoi), de pouvoir légiférer sur la TVA et pour limiter la liberté de circulation.

Après ces déclarations, des officiels européens ont fait savoir que l’article 50 pourrait automatiquement être lancé en prenant l’annonce par Cameron du résultat du référendum comme la « notification », et qu’un non-respect des décisions de la Cour de justice pourrait amener à une suspension des droits britanniques dans le marché intérieur. Ca ne semble plus être sur la table aujourd’hui. Puisque les dirigeants des institutions de l’UE ont déclaré « attendre maintenant que le gouvernement du Royaume-Uni rende effective cette décision du peuple britannique dès que possible ».

Si on peut douter de le envie de faire des cadeaux au Royaume-Uni, tout se jouera au niveau des chefs d’états et les intérêts économiques pourraient prévaloir sur les symboles politiques.

Quel modèle pour les futures relations ?

Les modèles pour nouvelle relation sont connus :

– le modèle Norvège-Liechtenstein permet de rejoindre l’Espace Économique Europe donc de rester dans le marché unique, mais pour cela il faut payer une contribution au budget européen et plus grave pour les défenseurs du Brexit l’accès au marché unique va de pair avec la liberté de circulation des travailleurs car les 4 libertés de circulation sont liées (marchandises, capitaux, services, personnes). De plus, ce statut va avec une influence très limitée sur les futures législations européennes qui ont un impact sur le marché intérieur. Le référendum reviendrait finalement à ce que les britanniques aient rendu leur droit de vote avec très peu de contreparties.

– le modèle suisse est lui basé sur une suite d’accords bilatéraux pour l’accès au marché intérieur ; la liberté de circulation faisant partie de ces accords.

Conséquences économiques

Consensus sur des prédictions négatives

Rappelons que le Royaume-Uni est passé d’homme malade de l’Europe à son entrée à une des économies les plus dynamiques, son taux de croissance moyen sur les 43 années qui ont suivi l’accession est de 1,8% annuellement contre 1,4 pour la France. Le succès est donc réel.

Les estimations vont d’une perte de PIB de l’ordre de 1,9% à 9,5% d’ici 2030 mais les raisonnements sont les mêmes : pertes d’investissements extérieur et intérieur (du fait de l’incertitude) qui nuisent à la productivité britannique, hausse des couts de financements, dépréciation du pound qui augmente les couts des importations.

Le Trésor britannique prévoit 520 000 pertes d’emplois et une dévaluation du pound de 12%. Concernant le budget britannique le chancelier (ministre du budget) britannique George Osborne prévoit un trou de 30 milliards de pounds (comparé au 8 milliards de gains sans la contribution au budget) ; à combler par des hausses substantielles des taxes et coupes dans le secteur public.

Bien évidemment pertes d’influence de la City (10% du PIB, 11% des rentrées fiscales) que l’on voit aussi par les contributions (notamment des fonds américains qui s’alarment des couts de relocalisation) de la City pour le Remain, et l’activisme de Paris et Francfort pour en profiter.

Le renouveau économique thatchérien des Brexiters

Il est théorisé par Patrick Minford. La sortie de l’UE permettra de réduire drastiquement tous les droits d’importations et de se libérer des règlementations perçue comme handicapante notamment sur le droit du travail (le temps de travail est régulièrement cité), voir même celles sur l’égalité des genres ou pour limiter le réchauffement climatique, redonnant sa compétitivité au Royaume-Uni. Il prévoit un gain de 4% de PIB d‘ici 2020. Mais, Minford reconnait lui-même que sans protections, l’industrie britannique manufacturière serait éliminée par la compétition globale.

Le Think tank libéral Open Europe lui ne voit qu’un mouvement de 1% de PIB dans l’un ou l’autre sens, ce qui est intéressant c’est qui lui aussi voit les seuls gains dans la réduction des législations afférentes au travail alors que le Royaume-Uni est pourtant déjà classé 6ème pays le plus facile au monde pour faire du business d’après la Banque mondiale.

Conséquences politiques et sur les relations internationales

Fin de règne pour Cameron

David Cameron restera donc premier ministre pour quelques mois. Il devrait y avoir un nouveau premier ministre d’ici octobre. Il reste à trouver un terrain d’entente entre la large coalition des partisans du Brexit, allant des défenseurs d’un Royaume-Uni garant de ses frontières à des doctrinaires de la mondialisation.

La question des indépendances relancée

Nicola Sturgeon, première ministre écossaise, a déclaré qu’un second référendum sur l’indépendance de l’Ecosse s’impose comme une « évidence ». La réunification des deux Irlande est également sur la table, sans parler du problème que pose l’enclave de Gibraltar.

Ces questions vont avoir des conséquences partout en Europe. Les indépendantistes catalans et les flamands seront très vigilants sur cette question qui pourrait être un tournant dans leurs processus de séparatistes. En Italie, La Ligue du Nord a demandé un référendum sur la même question en Italie avec des arrières pensées. Cela dit les régionalismes, comme les nationalismes pourraient souffrir d’une sortie ratée du Royaume-Uni.

C’est d’ailleurs le calcul politique de la ligne dure sur le la sortie de Royaume-Uni, selon lesquels il faudrait punir pour éviter une propagation du mouvement.

L’Allemagne obligée de s’imposer ouvertement

Jusqu’alors, l’Allemagne pouvait s’appuyer sur des groupes de pays selon ses visions (Royaume-Uni pour le marché, pays de Nord sur les questions gouvernances économiques), elle devra désormais le faire plus clairement pour occuper le terrain politique. Elle sera donc beaucoup plus exposée politiquement.

Gérer les nationalismes, silence intenable de la France

On parle beaucoup des dérives des pays de l’Est mais ils sont tenus dans l’UE par les fonds structurels et la peur de la Russie. Le danger pour l’UE viendra des nationalismes de l’Europe de l’Ouest.

Reste les pays du sud qui peuvent être de solides alliées pourvu que l’on aille vers plus de solidarité, mais c’est aller contre les opinions publiques des pays du Nord. Dans tout cela le silence de la France sur les questions européennes passe d’inquiétant à intenable.

Une diplomatie et une politique commerciale européenne affaiblie

Sans le Royaume-Uni les sanctions contre l’Iran ou la Russie n’auraient pas eues le même impact, la diplomatie commerciale européenne bénéficie de son importance commerciale et de ses liens avec le Commonwealth.

Les négociations futures tout comme les gestes de politiques commerciaux (accès favorisé ou embargo) n’auront pas le même impact sans les britanniques.

Les priorités elles ne changeront pas (une grande majorité des pays européens veulent un agenda commercial ambitieux). On peut tout au plus espérer quelques ajustements sur des dossiers bloqués comme les nouveaux instruments de défense commerciales et une voix en moins pour une diplomatie passive vis à vis des exactions d’Israël.

Le sort des grands accords de libre échange en négociation actuellement est incertain pour l’instant. Le Royaume-Uni était un membre très actif des négociations, que ce passera-t-il maintenant qu’il n’est plus là, personne ne le sait.

Il sera de toute façon obligé de trouver sa propre voie dans un monde d’accords de zones

Le Royaume-Uni ne devra pas se contenter de négocier un accord commercial avec l’UE mais aussi avec tous les pays dont les relations commerciales étaient gérées par un accord européen. Les relations commerciales des pays du Commonwealth sont déjà fixées par d’autres accords de zones commerciales (Accord transpacifique, CETA) limitant d’autant l’approche de partenariat privilégié dont veut le Royaume-Uni.

Une défense européenne inexistante et le risque d’un Royaume-Uni trop occupé

L’argument d’une relance de la défense européenne avec un Royaume-Uni hors de l’UE ne tient pas : les États-Unis délaissant le continent pour l’Asie, le Royaume-Uni est trop important en termes de capacité de projection pour qu’une Europe de la défense se fasse sans lui. Ce sont d’ailleurs les britanniques qui jouent un rôle primordial dans le déploiement de bataillons de l’OTAN en Pologne et pays Baltes décidé ce mois-ci (la France a atteint ses limites avec opérations à l’extérieure et sécurité antiterrorisme).

Un Brexit peut d’ailleurs affaiblir la défense européenne en réduisant les dépenses militaires britanniques si les projections économiques se confirment au moment où le Royaume-Uni engage un programme de renouvellement de sa flotte de sous-marins nucléaires (Trident) extrêmement couteux (7 milliards d’euros par ans). À noter qu’en cas d’indépendance écossaise, les bases britanniques et notamment celle de la flotte classique et nucléaire devront être évacuée avec couts réduisant d’autant l’importance du Royaume-Uni.

    1. Quelles solutions pour sauver le projet européen ?

l’offensive fédéraliste

Les fédéralistes sont, en ce moment, à l’offensive pour nous rabâcher que si l’UE est en crise c’est par manque d’intégration. La solution serait, selon eux, la création d’un parlement et d’un gouvernement de la zone euro qui aurait le pouvoir et la légitimité de prendre des décisions pour les pays utilisateurs de la monnaie unique. C’est totalement irréaliste de penser que ce nouvel échelon sera plus légitime que les précédents.

Les élites fédéralistes européennes pensent que quel que soit le résultat du référendum, nous serons obligés d’intégrer d’avantage la zone euro. Le mandat des peuples ne les intéresse pas. Pour eux 2017 est une fenêtre de tir à ne pas manquer pour cette nouvelle intégration. François Hollande n’a dit pas autre chose lorsqu’il a déclaré aujourd’hui que « Le renforcement de la zone euro et de sa gouvernance démocratique est une nécessité ».

La construction européenne a été faite dans une logique qui appelle une intégration toujours plus poussée. C’est un effet boule de neige, les mises en commun successives de parties de la souveraineté nationale appellent toujours in fine à plus d’intégration pour résoudre les nouveaux problèmes qui se présentent. L’effet boule de neige de l’intégration économique de l’Union européenne doit être arrêté.

Au fil des ans nous en sommes donc arrivés à un marché unique une monnaie unique et donc des politiques économiques et fiscales que certains voudraient voir totalement intégrées. La question qui n’est jamais posée est sur quelle base ? Les allemands n’accepte pas une telle intégration aujourd’hui car cela impliquerait des transferts budgétaires de sa part vers les autres pays de la zone euro. On voit bien aujourd’hui ce qu’il en coute aux Grecques, dont le pays est détruit par l’austérité imposée par les gouvernements européens.

Si les peuples européens ne se reconnaissent pas et repoussent l’Europe austéritaire d’aujourd’hui, comment cela changerait-il en gardant les mêmes logiques ?

Comment un parlement de la zone euro et un ministre des finances européens pourraient résoudre cette crise ? C’est une crise politique et non pas seulement institutionnelle.

Le droit d’inventaire des politiques européennes

Devant le désamour des peuples pour la construction actuelle et le chemin qu’elle prend il faut dire stop, sous peine de voir le projet tout entier imploser. Il faut s’imposer l’inventaire des politiques européennes, pour ne garder que ce qui marche vraiment pour tous, car si les politiques européennes continuent de créer des perdants et des gagnants, l’Union ne tiendra pas. La poussée des populismes et des fascismes ne faiblira pas.

C’est l’un des enseignements de ce vote britannique, les classes populaires, les ouvriers, ont voté massivement contre une Union qui ne les protègent plus. L’immigration est finalement un exutoire facile de cette inquiétude là.

Le principe de subsidiarité qui veut qu’un pouvoir doit être exercé au niveau le plus efficace doit être appliqué d’une façon extrêmement restrictive. Aussi, pour que le projet puisse continuer il faut l’investir de compétences qui sont véritablement utiles à tous. Le marché commun est une création pour les entreprises et ne fait pas forcément de sens pour le citoyen.

Quelle politique sociale pour l’Union européenne ?

La destruction des droits sociaux dans les pays les plus avancés en la matière doit être stoppée. On ne pourra pas faire converger les peuples en rabotant les droits de certains, il faut au contraire les sanctuariser.

Il faudrait lancer au niveau social la même politique de l’effet boule de neige qui a été instaurée il y a plus de 50 ans pour l’économie. Il faut procéder par petits pas afin de protéger les travailleurs européens, en commençant par des secteurs bien précis où la mise en commun est bénéfique à tous. L’harmonisation n’a pas de sens si elle est faite vers le bas, il faut donc choisir des politiques où tous les travailleurs européens pourraient voir une différence nette.

Au bout de plusieurs années on obtiendrait alors un véritable socle de droits sociaux européens intégrés, qui empêcherait tout dumping entre état membre, comme l’avait proposé Juncker.

Le bilan de la politique de concurrence

Il faut faire le bilan de la politique de concurrence de l’Union européenne qui a détruit les services publics pour un résultat aujourd’hui catastrophique dans des secteurs clés de l’économie, les transports, l’énergie…

Il ne doit pas y avoir d’idéologie dans la gestion de ces dossiers, le néo-libéralisme a fait trop de dégâts. L’intérêt général ne peut pas être atteint par une hypothétique concurrence pure et parfaite, il doit être issu d’un consensus politique qui prenne en compte le droit des travailleurs.

Parer au plus urgent : remettre en avant la notion de frontière

Dans l’immédiat et avant de pousser plus loin l’intégration européenne, ou de décider de l’arrêter, il faut parer à l’immédiat. Que ce soit sur la question migratoire, ou en termes de politique commerciale pour mettre un terme aux pratiques de dumping extérieur (le dumping intérieur fera l’objet de cet inventaire), la notion de frontière extérieure doit être réappropriée (ne plus la laisser à la droite) et renforcée.

Frontières migratoires

Dans son angle politique migratoire il faut faire attention que le renforcement des frontières extérieures ne prennent pas la forme d’une perte de souveraineté sur les frontières avec des gardes-frontières européens se déployant contre la volonté des États (comme le proposent les fédéralistes du Parlement et de la Commission), d’une perte de contrôle-panique, avec des États européens fermant les frontières avec d’autres (comme les partisans d’une réforme de Schengen le souhaitent).

Le renforcement des frontières doit se faire en organisant la solidarité européenne pour que les frontières extérieures aient encore un sens : création d’une réserve de gardes-frontières, garde-côtes européens mobilisable rapidement à la demande d’un État ; abandon des règles Dublin de la responsabilité du pays d’entrée pour un partage équitable du fardeau par accueil volontaire ou subventions aux pays qui accueillent (pour ne pas forcer la main) ; cette responsabilité commune dans le traitement des demandes et l’accueil obligera également à une solidarité efficace pour que les frontières soient réellement une barrière car tous les États auront le même problème à gérer.

Frontières commerciales

Les frontières commerciales doivent également être affirmées, c’est pourquoi les négociations commerciales en cours doivent être gelées et les accords commerciaux existants faire parti des révisions à faire, à partir de critères de soutenabilité humaine et environnementale.

Tout ce qui est facteur de dumping social, environnemental, humain, aide aux exportations doit être refusé et surtout combattu aux frontières par des restrictions d’importations, quotas et droits de douanes réévalués.

Depuis décembre 2014 une minorité de blocage de 12-13 pays libre-échangistes mené par le Royaume-Uni bloque les nouveaux instruments de défense commerciale présentés par la Commission en avril 2013. Ces derniers refusent d’abolir la règle du « droit moindre » (lesser duty rule) qui limite les taxes anti-dumping au préjudice estimé. L’abolition de cette règle pourrait donner à la Commission la possibilité de surtaxer les produits rentrant au-delà de la marge de dumping estimé (rajoutant donc un aspect punitif -mais nécessaire).

.

Pour autant même si on assiste à un déblocage de ces nouveaux instruments :

.

  1. la rapidité de déclenchement doit être sérieusement travaillée (dans certains cas 9 mois dans l’UE pour une procédure antidumping qui se limitera à quelques produits spécifiques contre 2 mois aux États-Unis avec un spectre plus large) ;
  2. la tradition européenne de prendre en compte également les besoins des consommateurs (ce qui explique la durée des procédures) ne doit pas se faire à l’encontre des travailleurs ;
  3. surtout : la Commission doit faire preuve de volonté politique pour déclencher ces nouveaux instruments, et ne pas se laisser entraver par les intérêts commerciaux d’autres pays. Aujourd’hui, en cas de différents on bloque en attendant un accord.

Publications

Les chefs d'États européens restent sourds à la colère et au désarroi des peuples

Les bombes tombent dans un silence assourdissant !

La commission de Bruxelles tente de bafouer la souveraineté et le libre choix du peuple grec

L'Humanité La Terre Front de GaucheGUE/NGL groupe unitaire/ Gauche verte nordique. Groupe parlementaire Parlement Européen Marie Christine Vergiat

PCF Pierre Laurent Jean-Luc Mélenchon Younousse Omarjee Jacky Henin André Chassaigne

Le Monde Diplomatique Mediapart Politis GDR/Assemblée Nationale Groupe CRC - Sénat

© 2016 Patrick Le Hyaric

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans EUROPE PCF
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 15:17

Le député Philippe Noguès quitte le PS: «J'aimerais que mon départ en entraîne d'autres»

25 JUIN 2015 | PAR MATHIEU MAGNAUDEIX

Le député frondeur Philippe Noguès, élu en 2012, quitte le parti socialiste. « Je suis socialiste, je le reste, mais je ne crois plus que le PS puisse être le moteur de l'espoir. Il est urgent de réagir et de proposer une autre politique. »

Beaucoup en parlent, mais peu le font. Philippe Noguès évoquait depuis quelques mois son possible départ du groupe PS de l'Assemblée nationale. Il saute le pas. Dans un entretien à Ouest-France, ce député du Morbihan, élu en 2012, annonce qu'il quitte le parti et le groupe socialiste à l'Assemblée nationale. Ancien cadre commercial chez un cigarettier (« je ne me suis jamais occupé de ces questions à l'Assemblée », précise-t-il), Philippe Noguès est entré au PS à 51 ans.

En 2012, il est choisi par les militants bretons contre l'appareil socialiste, tenu par des proches de l'actuel président de la République. « Il est urgent de réagir et de proposer une autre politique, urgent de proposer une autre image de la politique basée sur l’exemplarité, la loyauté, la transparence et l’écoute des citoyens », dit-il. Il a également expliqué sa décision sur son blog hébergé par Mediapart.

Vous avez annoncé votre départ du PS. Pourquoi ?
Oui, je quitte le PS, et aussi le groupe socialiste à l’Assemblée nationale. C’est une décision mûrie depuis de longs mois. Avec mes camarades frondeurs, nous nous battons pour infléchir la ligne économique dans un sens plus favorable aux salariés et aux classes moyennes et populaires. Ce mouvement a été utile, mais nos efforts ont été un peu vains. Le chemin tracé par le gouvernement, en particulier celui de Manuel Valls, vers une société libérale n’a pas bougé d’un pouce. L’idée qu’aucune alternative n’est possible continue d’imprégner les esprits. Mon espoir de transformer les choses de l’intérieur, au sein du PS ou du groupe, s’est évanoui.

Le fossé entre les citoyens et la politique n’a jamais été aussi grand. La prolifération du Front national est aussi le résultat de nos manques et de nos incohérences. À un moment, les mots ne suffisent plus, il faut passer aux actes. Je n’ai pas été élu député à 55 ans pour participer à des jeux d’appareil ou défendre une chapelle. Je suis socialiste, je le reste, mais je ne crois plus que le PS puisse être le moteur de l'espoir.

Parce que le PS n’est plus socialiste ? Il devient un parti social-libéral, une sorte de parti démocrate [comme en Italie ou aux États-Unis - ndlr]. C’est une décision douloureuse. Je fais le choix de la liberté, de l’indépendance et de la loyauté envers mes électeurs. J’ai fait campagne pour un projet en 2012, le PS avait fait campagne pour ce projet, mais il s’est droitisé et s’est orienté sur une ligne totalement différente. Le plus grand reproche qu’on pourra faire au président de la République, et à Manuel Valls qui a confirmé cette ligne, ce n’est pas d’avoir échoué : c’est de ne pas avoir essayé. C’est dramatique.

Pourquoi si peu de vos collègues franchissent-ils le pas ?
Le passage à l’acte est difficile : beaucoup sont au PS depuis longtemps, c’est la famille. Mais justement, ce n’est pas une famille, c’est un parti ! On doit être en cohérence avec ses idées et ses convictions. Si on ne l’est pas, il faut partir. Je ne bascule pas non plus dans l’opposition systématique, je voterai les projets qui vont dans le bon sens et je continuerai à me battre contre le Font national et la droite, qui n’a aucune solution crédible pour le pays, à part l’austérité accentuée.

Qu'allez-vous faire maintenant ?
C’est un nouveau départ. J'aimerais que mon départ en entraîne d'autres, afin de se retrouver et de construire la suite. Il est urgent de réagir et de proposer une autre politique, urgent de proposer une autre image de la politique basée sur l’exemplarité, la loyauté, la transparence et l’écoute des citoyens. On luttera beaucoup plus efficacement contre le FN et les populismes que par des incantations à la télévision. Les partis sont tous malades, ils ne fonctionnent plus et n’attirent plus. Au PS, beaucoup de militants partent. L’UMP a remis un coup de peinture mais ça ne marche pas. Les petits partis ne progressent pas, regardez ce qui se passe à Nouvelle Donne.

En même temps, ça bouge dans tous les partis. Il y a une floraison d'initiatives. Le député frondeur Pouria Amirshahi veut créer un mouvement national citoyen, l'ancien député européen Liêm Hoang-Ngoc a lancé un appel pour une « nouvelle gauche socialiste ». Je veux me battre pour rassembler et m’inscrirai dans ce type de mouvement. Mais il faut d'abord partir des territoires, redonner envie aux citoyens de s’intéresser à la politique. Je vais créer une structure dans ma circonscription pour demander aux citoyens de donner leur avis sur la loi. Il faudra ensuite fédérer au niveau national.

LIRE AUSSI

Faut-il créer un groupe à l'Assemblée nationale ?
Ce serait l'idéal. Avec des écologistes, des socialistes, des proches de Jean-Pierre Chevènement, etc. On n'est pas si loin que ça. J'ai déjeuné hier avec une députée socialiste qui a toujours voté tous les textes du gouvernement, et qui assure qu'elle ne finira pas l'année au PS. Il y a un malaise au sein du parti, et il n'est pas exclu que cela fonctionne.

Quels sont les lois, les faits politiques, qui ont motivé votre départ ?
On n'a jamais essayé de mettre en place notre projet. Le traité européen (TSCG) que nous n'avons pas renégocié a été le péché originel : François Hollande n'a pas porté la bataille contre Angela Merkel. Si on reste sur la ligne libérale qui prévaut en Europe, on ne s'en sortira jamais. Il y a eu les lois de finances, le pacte de responsabilité, la loi renseignement, la loi Macron avec le 49-3 bien sûr, qui est un grand mépris du Parlement. Il y a un vrai problème avec les institutions. Le Parlement n'est là que pour assurer au détail près les commandes passées par l'exécutif. Il est temps que des députés se lèvent plus fortement. Cette question institutionnelle devra être au cœur de la campagne en 2017.

François Hollande sera-t-il votre candidat ?
Il serait souhaitable qu'il y ait des primaires. Je ne suis pas certain que François Hollande soit en mesure de représenter le peuple de gauche.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Philippe Noguès ne tire pas, pas encore toutes les conclusions qu'il devrait de son départ. Il rest socialiste dit-il. Eh oui, hélas. Et les vieux réflexes avec, en étant disponible pour d'autres aventures "socialisantes", sans ouvrir les yeux vraiment sur ce qui se passe dans son dos. La construction d'un socle commun avec communistes, verts, socialistes, syndicalistes démocrates ne semble pas être pour lui l'option à laquelle il pourrait souscrire, pour le moment. Sa détermination et sa décision sont encore fragiles. Le temps arrangera peu-être les choses. Avec, ou sans lui.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PS ACTUALITES
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 06:21
  • Brexit : déclaration de la délégation du PCF reçue à l'Elysée

    Dans le cadre des consultations menées par la Président de la République après le vote du Brexit, la délégation du PCF, dirigée par Pierre Laurent a rappelé son analyse de la situation. La sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne est le résultat des surenchères populistes et nationalistes de la droite britannique qui a joué avec le feu. C'est une nouvelle alerte, un désaveu de la construction libérale de l'UE, conséquence des dénis répétés de démocratie depuis le referendum de 2005.

    Après ce vote, le risque est grand que les dirigeants européens fuient une nouvelle fois leurs responsabilités et cherchent à faire payer le Brexit aux travailleurs britanniques et européens. C'est l'Europe qui doit changer.

    La délégation a clairement signifié que l'heure n'est pas à l'immobilisme mais à la refondation progressiste de l'Europe, jusqu'à l'élaboration d'un nouveau traité centré sur le progrès social et écologique et la lutte contre la finance. Assez de mots, des actes !

    Nous avons présenté des propositions concrètes dont la France devrait être porteuse au Conseil Européen :
    - Mesures contre le dumping social : suspension des négociations sur les traités de libre échange (TAFTA, CETA, TISA), stopper la mise en œuvre des directives de déréglementation sociale, à commencer par la Loi travail en France, renégociation immédiate de la directive sur les travailleurs détachés.
    - Mesures pour sortir de l'austérité : renégociation du traité budgétaire, conférence européenne sur la dette, fléchage des 80 milliards d'euros injectés chaque mois par la BCE sur les marchés financiers vers les services publics et l'investissement public, lutte contre l'évasion fiscale.

    Pour refonder l'Europe, les peuples doivent être écoutés et respectés. Le mandat de la France et l'avenir de l'Europe ne doivent plus se décider dans leur dos. Nous exigeons un débat public national et avons proposé une conférence citoyenne, associant tous les partis politiques, les organisations syndicales, les ONG et les associations citoyennes.

    A l'issue de ce dialogue avec François Hollande et Manuel Valls, nous n'avons pas le sentiment qu'ils seront à l'offensive pour changer l'Union Européenne. L'angle mort dans l'approche du Président et du Premier Ministre est assurément la question sociale.

    Les parlementaires communistes porteront ces propositions dans les débats à l'Assemblée, au Sénat et au Parlement Européen. Nous tiendrons un débat national ouvert à tous jeudi 30 juin « Pour une politique offensive à gauche de la France en Europe ».

    Pierre Laurent, Patrick Le Hyaric, Michel Billout, Anne Sabourin

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES EUROPE PCF
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 07:30

La vérité sur l'attaque de l'hôpital Necker, et les conclusions qu'on peut en tirer (éditorial en accès libre)

Voilà. Sur l'hôpital Necker, la vérité finit par sortir. Un journaliste du Monde avait diffusé en direct sur Périscope ce qui se passait autour de l'hôpital, et a retrouvé cela : une scène tellement rapide qu'elle n'avait pas d'abord attiré particulièrement l'attention. La grande "attaque d'un hôpital par les casseurs" si utile au gouvernement se résume à cela :

1. Un homme, absolument seul, sort de nulle part avec une masse, et donne un coup, un seul, à chaque vitre. Il agit très froidement, en "professionnel", sans perdre une seconde pour passer à la vitre suivante (vous nous direz ce que vous voyez, vous), le tout est exécuté en exactement dix secondes. Après quoi, l'homme à la masse s'éclipse immédiatement et disparaît.

Seul. Totalement. Professionnel. Totalement. Froid. Totalement. On dirait "Ocean 11". Pas une scène d'émeute. Personne ne connaît cet homme.

2. Complicité autour de lui ? Tout le monde constatera qu'en à peine cinq secondes, un homme assez âgé a vu la scène, et a le courage de courir vers l'homme à la masse (appelons-le comme ça), qui a déjà disparu quand il arrive (rappelons qu'il a tout fait en à peine dix secondes chrono). Là, à seize secondes dans la vidéo, il se retrouve devant quelqu'un d'autre, qui est en train de donner un coup de pied dans la vitre, et on l'entend très distinctement lui dire : "Eh, c'est un hôpital de gosses !". Sur quoi, le type arrête immédiatement et s'en va.

Aucun soutien de la part de personne autour de lui. C'est clair dans la vidéo. Au contraire, une intervention pour arrêter cela en quelques secondes dès que quelqu'un réalise ce qui se passe.Et aucune résistance ni discussion de la part de l'autre homme, celui qui est venu après coup donner un coup de pied dans la vitre, quand on lui dit que c'est un hôpital pour enfants. Il arrête tout de suite.

Quant à l'homme à la masse, qui était si déterminé à casser, on ne le voit plus. Il n'est pas là pour continuer ce qu'il a commencé. Son but (sa mission ?) s'arrêtait, semble-t-il, à ébrécher dix vitres en un temps record (dix secondes). Curieux émeutier quand même. On ne peut évidemment exclure qu'il le soit (auquel cas c'est en effet devenu un "professionnel de la casse"...). Mais on ne peut pas exclure non plus qu'il ne le soit pas. En tout cas, cela ne ressemble pas du tout à une scène d'émeute comme on en a vu autour de cassage de vitrines ces trois derniers mois.

3. Il nous semble discerner dans l'arrière-plan, mais l'image est malheureusement floue, une rangée de policiers à une trentaine de mètres de l'action, mais nous ne pouvons pas l'affirmer.

Nous en concluons qu'il est permis de s'interroger sur l'événement lui-même (mais la police a maintenant les moyens d'essayer de le mettre au clair avec la vidéo rendue publique par un journaliste du Monde) et de parler d'exploitation démesurée et très consciente par les politiciens et les grands média de cet acte d'un homme seul, exécuté en dix secondes chrono, et immédiatement interrompu par quelqu'un qui court pour s'y opposer en exprimant nettement - et courageusement - son désaccord, qui leur a suffi pour parler d'une attaque délibérée et concertée d'un hôpital par une foule d'émeutiers enragés (et sans doute mangeurs d'enfants), et même, tant qu'on y était, évoquer la responsabilité des syndicats là-dedans, alors qu'on voit bien qu'ils n'en ont aucune. Le cortège syndical devait encore être à ce moment-là à quelques kilomètres en arrière des lieux de l'action. Et depuis quand le service d'ordre de la CGT a-t-il la responsabilité d'assurer la sécurité de tous les hôpitaux de Paris ? Qu'un gouvernement trouve les moyens de se défausser sur les autres en pointant leur responsabilité imaginaire dans des événements sur lesquels ils n'ont aucune prise nous semble grave, et, pour tout dire, misérable.

L'Autre Quotidien
http://www.nuitetjour.xyz/

ATTENTION RECTIFICATION !
Nous tenons à vous informer que le photographe dont il est question dans ce paragraphe nous a écrit, expliquant qu'il avait trouvé ce talkie, et fini par décider de le rendre comme il le pouvait à la police, avec laquelle il n'a absolument rien à voir. Un autre photographe nous confirme qu'il le connait, et qu'il n'est en rien un "faux-tographe", comme nous en avions jugé après avoir vu et revu cette vidéo (Dieu, faîtes que nous ne soyons jamais membres d'un jury ! Il y a vraiment des gestes qu'il est facile de mal interpréter) mais bien un vrai photographe qui suit les manifestations. Plutôt que d'effacer tout simplement tout, et faire comme si rien n'était arrivé, nous préférons apporter cette précision essentielle pour l'honneur et la sécurité future de ce photographe (par ailleurs très sympa), et nous excuser auprès de lui (c'est fait par MP) et de vous pour notre interprétation erronée d'images qui nous paraissaient pourtant claires comme d'eau de roche.

4. Ce que nous pouvons en revanche affirmer, c'est que les policiers étaient très présents sur les lieux, comme le montre cette vidéo. On y voit distinctement un faux-tographe clairement policier en civil passer discrètement un talkie-walkie au chef (?) à une unité de policiers qui passe devant les vitres.
(ici, nous avons évidemment enlevé l'URL de la vidéo)

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 03:42

79 - Niort : Hermann Cadiou démissionne de sa fonction de secrétaire de la section PS

23/06/2016 19:30

Le secrétaire de la section niortaise du Pari socialiste Hermann Cadiou a décidé de démissionner de sa fonction. " En désaccord politique avec les derniers choix du gouvernement, il m'est devenu extrêmement difficile d'assumer aujourd'hui ce rôle " indique l'intéressé. " Le chemin emprunté ne correspond plus à mon champ de valeurs et ma vision de l'action politique ". Candidat PS le week-end dernier aux élections départementales partielles sur Niort-1 (en binôme avec Monique Johnson), il avait été battu au second tour.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79 PS
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 02:54

9 juin, 10:47 ·

Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que le "PCF"des Deux-Sèvres (entendez les responsables de la fédération) s'émancipent de la politique définie quelques jours plus tôt à Aubervilliers après des débats démocratiques de plusieurs milliers de communistes.
L'on comprend pourquoi ces dirigeants refusent de remettre leur cartes à des communistes, dont je fais partie, qui refusent la dérive gauchiste du parti. L'organisation du PCF dans les deux-sèvres s'amenuise, de nombreux communistes restent à la marge. Le débat n'est pas permis, l'exclusion est de mise et constitue le fil rouge de "dirigeants" plus soucieux d'arrangements électoraux avec le PG que le développement de la politique du PCF. Nous sommes plusieurs à condamner ses pratiques de déni démocratique qui nous a interdit de participer aux débats et aux décisions de la conférence fédérale.

Nous en appelons, une fois de plus (cette dérive est perceptible depuis 2011) à la direction du PCF pour permettre aux communistes qui le souhaitent de ne pas s'inscrire dans la "vision" fédérale et de réincarner et poursuivre l'activité communiste définie par le grand débat démocratique qui vient de se dérouler sous nous yeux lors du 37e congrès à Aubervilliers

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

la Nouvelle République

Le PCF deux-sévrien choisit officiellement Mélenchon

09/06/2016 05:38

Bruno Bonin (secrétaire départemental), Franck Samoyau, Gérard Epoulet, Nathalie Seguin et Sébastien Coutant. -

La fédération communiste 79 est derrière Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle, alors que les instances nationales n’ont pas choisi la même voie.

La fédération deux-sévrienne du Parti communiste est l'une des premières en France à avoir officiellement fait ce choix, « et nous ne serons pas les seuls » promet son secrétaire départemental Bruno Bonin : alors que ce week-end, le congrès national du PCF a opté pour une primaire ouverte à gauche autour d'une votation citoyenne et d'un « pacte citoyen d'engagement commun », les dirigeants communistes deux-sévriens ont, eux, préféré une autre voie. Suivant les conclusions de l'amendement issu du dernier congrès départemental le 21 mai dernier, « nous nous engageons dans la campagne de Jean-Luc Mélenchon » indique Bruno Bonin.

" Une ligne politique de rupture "

Les communistes deux-sévriens ne croient donc pas à ce système de primaire élargie à gauche. « C'est un vrai danger car on ne maîtrisera rien et on ne saura pas qui sort du chapeau. Les primaires n'ont rien de démocratique ». Cependant, Bruno Bonin, qui est intervenu au congrès national pour expliquer la position du PCF 79, n'y voit aucune ligne de rupture : « Nous voulons tous la même chose, c'est juste le modus operendi qui diffère »
Et le but à atteindre, c'est la victoire du candidat Mélenchon. Le Parti communiste deux-sévrien va donc désormais œuvrer en soutien avec les collectifs autoproclamés « déterminés et insoumis » qui naissent ici et là, dont l'un d'entre eux s'est créé récemment à Niort (NR du 2 juin). « L'idée est d'élargir le plus possible le cercle de soutien » poursuit Bruno Bonin. « Ce sera une réunion de personnes encartées et non encartées qui œuvrent dans le même sens, à savoir le renversement du système. Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat qui a la capacité d'affronter l'appareil politiquo-médiatique actuel, qui propose une ligne politique de rupture ». Mais les communistes tiennent à préciser qu'« il ne s'agit pas de " mélenchonmania ", mais c'est le seul candidat qui tient la route » ajoute Gérard Epoulet, maire communiste de Germond-Rouvre, qui, on s'en doute, donnera sa signature à Jean-Luc Mélenchon. « Et j'espère que nous serons nombreux ».

nr.niort@nrco.fr

Xavier Le Roux

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 02:46

Bernard Stiegler « Nous devons rendre aux gens le temps gagné par l’automatisation »

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR PIERRIC MARISSAL ET PAULE MASSON

VENDREDI, 17 JUIN, 2016

L'HUMANITÉ

© Renaud BOUCHEZ/SOCIETY/SIGNATURES

Face aux bouleversements induits par l’explosion des données numériques, le philosophe, qui développe ses recherches dans le cadre du groupe de réflexion Ars industrialis et de l’Institut de recherche et d’innovation, invite à repenser le travail de fond en comble. Il préconise la mise en place d’une économie contributive qui repose sur un nouveau type de production de valeur et de justice sociale.

Nous sommes rentrés dans l’ère économique du big data. Cette explosion quantitative de la donnée numérique est-elle le signe d’une nouvelle révolution industrielle ?

Bernard Stiegler Oui. Et elle est à nos portes. Une étude du cabinet Roland Berger avance que 3 millions d’emplois seront détruits en France d’ici dix ans. Mais d’autres travaux de recherche dessinent un horizon dans lequel 47 % des emplois seront automatisables aux États-Unis, 50 % en Belgique et en France au cours des vingt prochaines années. Nous sommes entrés dans la troisième vague d’automatisation de l’histoire. Au XIXe siècle, la machine-outil a permis au capitalisme de réaliser d’énormes gains de productivité en ne redistribuant les richesses produites qu’à la bourgeoisie. La deuxième est incarnée par le taylorisme et le travail à la chaîne, qui a en partie bénéficié à la classe ouvrière puisqu’il fallait que les salariés consomment les biens produits pour développer des marchés de masse. La troisième vague d’automatisation ne repose pas seulement sur les robots mais sur les données que nous produisons, notamment avec nos smartphones. Toutes ces data que nous fournissons aux plate-formes, qu’il s’agisse de Google, de banques ou de sites marchands, sont traitées dans tous les pays et de manière immédiate par des algorithmes. Leur exploitation permet par exemple à une entreprise comme Amazon de prévoir ce qu’elle va vendre et de nous inciter à acheter de façon extrêmement efficace, le tout avec très peu de personnel. De plus, l’automatisation permet à son fondateur, Jeff Bezos, de concevoir des robots très simples, capables de stocker et déstocker des marchandises de manière extrêmement rapide, sans action humaine, le tout piloté par des logiciels.

Cela signifie qu’à court terme une entreprise comme Amazon pourra se passer des salariés pour empaqueter les objets et envoyer les colis ?

Bernard Stiegler Les manutentionnaires seront en effet remplacés par des robots. La « robolution » devient maintenant accessible à un grand nombre d’entreprises. Les « humanoïdes » qui arrivent sur le marché coûtent beaucoup moins cher que les gros automates déjà en service et ont des capacités de travail très avancées. Même les PME peuvent investir.

Cette automatisation va donc à moyen terme concerner tout le monde ?

Bernard Stiegler Les camions sans chauffeur sont déjà sur des routes dans le Nevada et bientôt en Allemagne. L’intelligence artificielle va pouvoir remplacer les juristes qui font des études juridiques sur dossiers. Tous les métiers d’analyse sont touchés. Le personnel médical aussi. Un robot très performant est capable d’opérer les cancers de la prostate… Dans son Fondements de la critique de l’économie politique, Karl Marx en avait fait l’hypothèse : et si tout était automatisable ? Si rien ne change, dans certains territoires, 80 à 90 % des moins de 25 ans n’auront bientôt plus aucune perspective. Les marchés s’effondreront parce qu’il n’y aura plus de pouvoir d’achat, et avec eux, le système de protection sociale appuyé sur les cotisations. Une nouvelle société est en train de se mettre en place et elle est assez peu compatible avec celle d’aujourd’hui. Il devient urgent de tout repenser, d’élaborer un fonctionnement économique qui repose sur un nouveau type de production de valeur et de justice sociale. Je crois beaucoup à l’expérimentation. C’est pourquoi nous avons lancé un projet en lien avec Plaine Commune, communauté d’agglomération de Seine-Saint-Denis. Il s’agit, à partir d’un programme pilote sur dix ans, de créer un territoire apprenant dont les habitants ne sont plus seulement consommateurs mais prescripteurs de services numériques.

On imagine que le territoire n’a pas été choisi par hasard. Plaine Commune est à la fois riche de sa diversité, de son maillage associatif, mais abritant une population défavorisée, confrontée au chômage de masse…

Bernard Stiegler Lorsque j’ai commencé à parler de ce projet avec Patrick Braouezec, président de Plaine Commune, 38 % des jeunes de moins de 25 ans étaient au chômage en Seine-Saint-Denis. Ils sont aujourd’hui 50 %, et si nous suivons les projections, le taux pourrait atteindre entre 80 et 90 % dans dix ans. Ce problème endémique du chômage va frapper tous les pays développés sauf si on invente quelque chose de nouveau : c’est ce que nous voulons faire à Plaine Commune. L’idée est de développer une économie contributive sur un tout autre modèle que celui d’Uber. Le temps qui va être gagné par l’automatisation, il faut le rendre aux gens, faute de quoi l’économie s’effondrera. L’économiste indien Amartya Sen a démontré, à partir de l’exemple du peuple bangladais comparé aux habitants de Harlem, que l’espérance de vie est meilleure et que l’on vit mieux dans une société où le partage des savoir-faire renforce les liens sociaux. Il parle d’indice de développement humain. Plaine Commune est un peu comme le Bangladesh : les gens y déploient une énergie remarquable. Les acteurs, entreprises et habitants ont conscience de l’urgence à inventer quelque chose de radicalement nouveau. Il s’agit d’utiliser les instruments contributifs pour développer des communs dans un projet qui favorise l’élaboration, l’échange, la transmission de savoir-vivre, de savoir-faire et de savoirs théoriques entre les jeunes générations, des associations, des entreprises, des services publics du territoire et des doctorants venus du monde entier. Les chercheurs auront pour mission de faciliter et d’accompagner ces transformations.

Ce projet se propose-t-il de remettre l’humain au centre d’une société de plus en plus robotisée ?

Bernard Stiegler La standardisation, l’élimination de la diversité et la destruction des savoirs produisent de l’entropie à haute dose, caractérisée par l’état de « désordre » d’un système. Il faut ici faire un peu de théorie. Au XIXe siècle, les physiciens ont établi que, dans la théorie de l’Univers en expansion depuis le big bang, l’énergie se dissipe irréversiblement. La loi du devenir est l’entropie. Erwin Schrödinger, un grand théoricien de la mécanique quantique (base théorique des nanotechnologies), a cependant montré que le vivant est caractérisé par sa capacité à produire de l’entropie négative, ce que l’on appelle aussi de la néguentropie. Celle-ci diffère le désordre, c’est-à-dire la mort, qui est une décomposition de la matière vivante. Les organisations sociales ont la même fonction. L’automatisation, qui est une hyperstandardisation, produit de l’entropie. Les algorithmes de Google, qui peuvent traduire les langues du monde entier en passant par l’anglais comme langue pivot, provoquent une immense entropie linguistique. L’appauvrissement du vocabulaire et la dysorthographie font régresser l’intelligence individuelle et collective en la soumettant à la loi des moyennes. A contrario, le vivant produit, à partir d’exceptions, des bifurcations impossibles à anticiper, qui sont la condition de l’évolution. Les poètes et les écrivains ont façonné les langues par leurs parlers exceptionnels. Les algorithmes, eux, effacent toutes les exceptions : ils ne fonctionnent que par des calculs de probabilités établissant des moyennes. L’automatisation brute produit un désordre généralisé – mental autant qu’environnemental – qui ruine l’économie. Dans l’économie de demain, l’automatisation peut être au contraire mise au service de la production de néguentropie. Elle doit pour cela permettre la valorisation des exceptions en développant la capacitation collective de chacun pour en faire du commun.

Le bouleversement que vous décrivez fait considérablement évoluer la notion de travail. Sommes-nous face à un effacement de l’organisation de l’emploi autour de la notion de salariat ?

Bernard Stiegler Dans l’emploi d’aujourd’hui, le travailleur est dépossédé de son savoir-faire. Il doit suivre une méthode et s’en remettre à un logiciel – jusqu’au jour où, la tâche étant devenue automatisable, l’employé est licencié. Le travail est au contraire une activité au cours de laquelle le travailleur enrichit la tâche, exerce son savoir en le différenciant, et apporte sans cesse du nouveau à la société. Ce travail-là produit de la néguentropie, c’est-à-dire, aussi, de la valeur, et il n’est pas automatisable parce qu’il consiste au contraire à désautomatiser des routines. L’automatisation en cours doit redistribuer une partie des gains de productivité en vue de financer un temps de capacitation de tout un chacun au sein d’une économie contributive permettant de valoriser les savoirs de chacun. C’est pour cela que nous préconisons l’adoption d’un revenu contributif, ce qui n’est pas la même chose que le revenu universel.

Justement, l’idée a d’autant plus de mal à faire son chemin qu’elle recouvre des définitions très différentes…

Bernard Stiegler Le revenu dit aussi « de base » est un filet de sécurité. Le revenu contributif est au croisement du modèle des intermittents du spectacle et des pratiques du logiciel libre. Il recouvrera des niveaux de rémunération variés en fonction des périodes salariées et de leurs niveaux de salaires. Le travail de demain va être intermittent. Des périodes salariées vont alterner avec des périodes d’acquisition, de développement et de partage des savoirs. Le droit au revenu contributif sera « rechargeable » à la condition d’effectuer un nombre d’heures salariées. En cas de problème, le revenu minimum d’existence pourra le compléter – un système de protection sociale étant attaché à l’ensemble. L’expérience que nous menons avec Plaine Commune comprend l’expérimentation d’un revenu contributif qui doit bénéficier aux plus jeunes, dont les montants pourraient augmenter avec l’âge et où l’allocation contributive hors période salariée représenterait un pourcentage sur le modèle de l’allocation chômage des intermittents. Les bénéficiaires seraient invités à « s’encapaciter », c’est-à-dire à augmenter leurs savoirs, par des études aussi bien que par leurs expériences professionnelles. Ils seraient invités à partager leurs savoirs avec la communauté territoriale. Tout cela appelle une nouvelle intelligence collective, capable de mobiliser des savoirs formels et théoriques avancés, et c’est pourquoi, avec les doctorants, il s’agit de développer une recherche contributive associant les habitants du territoire et les jeunes. L’objectif consiste à élaborer une économie contributive fondée sur la production de néguentropie.

Il reste donc des périodes d’emplois salariés dans votre système. Quelle est la différence entre un travail contributif et un petit job précaire ?

Bernard Stiegler L’emploi de standardiste chez TF1 payée comme intermittente du spectacle est juste précarisée aux frais des Assedic. Le travail contributif doit être défini par des critères précis. On ne peut cependant pas répondre à une telle question a priori, sinon par le principe formel que j’ai énoncé, qui est la production de néguentropie, c’est-à-dire de savoir-vivre, de savoir-faire et de savoirs formels. Les thèses de nos doctorants ont pour but d’instruire ces questions en étroite collaboration avec les travaux conduits à Villetaneuse par l’équipe de Benjamin Coriat sur l’économie des communs. Nous nous inspirerons de l’expérience de l’architecte Patrick Bouchain, qui a montré comment mettre des projets de rénovation urbaine au service de politiques économiques contributives – où les habitants, acteurs directs de la rénovation, peuvent être rémunérés en parts sociales de l’habitat. Il existe des possibilités de développement de l’économie contributive dans l’associatif, le coopératif, l’économie sociale et solidaire, les services publics tout aussi bien que dans l’industrie, où les nouveaux modes de production vont faire apparaître de nouveaux métiers, qui seront intermittents.

Avez-vous idée de comment financer cette radicale transformation du système de production ?

Bernard Stiegler Il faut qu’une part des gains de productivité issus de l’automatisation soit redistribuée. La taxation des milliers de milliards d’euros qui transitent sur des marchés purement spéculatifs pourrait être investie dans des projets réellement profitables, durables et justes, sans oublier la lutte contre l’évasion fiscale. Les crédits de la formation professionnelle – 38 milliards d’euros par an – devraient participer au financement de l’économie contributive, tout comme nombre d’exonérations de charges sociales ou fiscales qui pourraient être réorientées dans ce but. Elles représentent 80 milliards d’euros. Il y a vraiment de quoi financer.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES travail
commenter cet article
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 14:39

Pierre Laurent : « C’est le Parti communiste qui tient la gauche debout »

37è congrès du PCF

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR SÉBASTIEN CRÉPEL

MARDI, 17 MAI, 2016

L'HUMANITÉ

Photo : Patrick Nussbaum

À seize jours de l’ouverture du congrès du PCF, son secrétaire national, Pierre Laurent, estime que les communistes ont la « responsabilité » de faire converger les forces de gauche qui refusent la politique actuelle afin d’aboutir à un socle politique et des candidats communs en 2017.

Avec l’épisode de la motion de censure de gauche qui a réuni 56 députés socialistes, communistes, Front de gauche, écologistes et divers gauche sur les 58 signatures requises pour la déposer, une étape a-t-elle été franchie en vue du rassemblement de la gauche pour une autre voie en 2017 ?

Pierre Laurent C’est un événement très important. C’est un des résultats de la mobilisation sociale. Pour la première fois à ce niveau, des députés de toutes les familles de la gauche ont pris ensemble la résolution de ne pas laisser le gouvernement continuer à agir impunément. Cet événement doit connaître des suites, puisque l’exécutif n’aura pas davantage de majorité en deuxième lecture après le retour du Sénat du projet de loi El Khomri. Le retrait de la loi est plus que jamais notre objectif. Mobilisation sociale et unité politique sont les deux clés de la victoire. Au-delà, nous devons amplifier le travail de construction d’un nouveau socle politique pour une nouvelle majorité en 2017.

Y a-t-il encore beaucoup de chemin à faire pour parvenir à ce socle commun ?

Pierre Laurent Oui, beaucoup de travail, mais la convergence pour le dépôt de la motion de censure montre que c’est possible. Cela fait des mois que je dis que les forces existent pour faire émerger ce projet. Je le dis en m’exposant aux critiques, aux doutes, voire aux sarcasmes de certains. La preuve est faite que cette voie peut être féconde. Maintenant, il faut passer d’un socle critique à un socle de propositions comme la réduction du temps de travail, la sécurisation de l’emploi, le conditionnement des aides aux entreprises, la maîtrise publique des banques ou la lutte contre l’évasion fiscale. Nous pouvons aussi converger sur des propositions de refondation démocratique et solidaire de l’Europe et sur des mesures d’urgence démocratique comme la suppression de l’article 49-3 de la Constitution, l’introduction de la proportionnelle aux élections, l’inversion du calendrier électoral pour redonner la primauté au Parlement...

Chez les frondeurs du PS, on évoque désormais ouvertement la nécessité d’écarter une nouvelle candidature de François Hollande à la présidentielle. Est-ce une bonne nouvelle ?

Pierre Laurent Évidemment, mais je le répète, pour réussir à bâtir la convergence nécessaire de forces très diverses à gauche, un nouveau projet et une majorité politique pour le porter, les enjeux des élections de 2017 doivent devenir des questions populaires. Le projet d’une motion de censure de gauche n’aurait jamais été possible sans la mobilisation sociale et la pression populaire, ce sera la même chose pour dégager une solution politique. La parole citoyenne qui s’exprime dans les grèves et les manifestations, dans des pétitions massives sur Internet ou sur les places de Nuit debout, doit faire irruption sur le terrain politique.

Dans son discours du 3 mai, au Théâtre du Rond-Point, François Hollande a théorisé l’idée, reprise en boucle par Manuel Valls et ses amis, qu’il y aurait une gauche qui assume le pouvoir et une autre qui le refuse, faute de politique crédible à proposer. Que leur répondez-vous ?

Pierre Laurent Où est la gauche dans la politique de François Hollande et Manuel Valls ? Ce gouvernement s’est battu bec et ongles pour imposer la déchéance de nationalité aux binationaux ; c’est un gouvernement dans lequel siège Emmanuel Macron, qui veut rompre avec tous les fondamentaux de la gauche. Tout cela est une imposture. En vérité, leur discours sur les deux gauches vise à la briser définitivement pour tourner la page d’une alternative de transformation sociale. Aujourd’hui, la gauche ne peut être fidèle à ses valeurs qu’en rompant avec le libéralisme. Hollande et Valls font le lit du Medef et de la droite. Au contraire, un grand projet de gauche qui proposerait la maîtrise publique de l’argent, un changement radical d’orientation de l’Union européenne, une nouvelle République et la relance de la production et des services publics sur la base d’un nouveau modèle économique est capable de redresser la France et d’unir les Français.

Le 49-3 n’a pas stoppé le mouvement contre la loi travail, mais celui-ci peine à retrouver l’élan du début. N’existe-t-il pas un risque de radicalisation des modes d’action au détriment de l’élargissement du mouvement ?

Pierre Laurent C’est ce que veut faire croire le gouvernement qui utilise la tension pour dénaturer le mouvement, mais toutes les enquêtes d’opinion montrent que l’opposition à la loi travail reste archimajoritaire. Le mouvement engagé doit donc en même temps afficher sa détermination et élargir ses formes d’action pour permettre à un nombre toujours plus grand de citoyens d’exprimer leur exigence du retrait de la loi. C’est ce que viennent de décider les organisations de jeunesse en lançant des votations citoyennes. En appui du travail syndical, les militants et les élus communistes peuvent aussi multiplier les formes d’expression populaire sur les lieux de travail, dans les communes, dans des réunions de quartier, pour arracher le retrait de la loi. Cet objectif est à notre portée car rien n’est fini.

Êtes-vous préoccupé par les violences qui ont fait une dizaine de victimes dans le service d’ordre de la CGT, jeudi dernier ?

Pierre Laurent Il est capital que les manifestations se déroulent sans violence, car c’est une des conditions de leur élargissement populaire. À ceux qui veulent nous entraîner sur ce terrain, nous devons opposer notre détermination à permettre l’exercice du droit de manifester. De petits groupes ultraminoritaires et violents salissent l’image du mouvement, et l’attitude des forces de police attise la tension avec un usage disproportionné de la force dans les cortèges. J’ai interpellé le gouvernement pour qu’il mette fin à cette spirale extrêmement dangereuse.

Cinq mois après les élections régionales, la question sociale a pris le dessus sur les thématiques identitaires et xénophobes. Mais l’intensité de la confrontation à gauche sur cette question ne peut-elle pas conduire à sous-estimer la permanence du danger de la montée de la droite et de l’extrême droite ?

Pierre Laurent C’est un risque, en effet. L’acharnement du gouvernement provoque une très grande colère et un désarroi démocratique parce que la parole politique est bafouée. Cette colère conduit à un niveau inégalé de désaveu du pouvoir actuel. Cette situation peut effectivement conduire à oublier ou à relativiser le très grave danger qu’il y aurait à laisser basculer le pays dans les mains de la droite flanquée d’une extrême droite à un très haut niveau. Le seul moyen de faire barrage à cela est de reconstruire un véritable espoir de changement à gauche. La détermination des communistes à y parvenir exige que nous y consacrions toutes nos forces dans les mois à venir, quelles que soient les difficultés.

Si l’orientation que vous soutenez en vue du congrès du PCF du 2 au 5 juin à Aubervilliers a été adoptée par 51,2 % des voix, jamais autant de communistes n’ont voté pour des orientations alternatives. Est-ce l’idée d’une primaire, au moment où les désaccords à gauche sont si nombreux, qui explique ce résultat ?

Pierre Laurent Oui, c’est en effet l’un des facteurs qui a compté dans le vote. Les communistes ont voulu clairement signifier leur refus d’une primaire qui risquait, à leurs yeux, de nous placer dans le sillage de François Hollande ou de tout autre candidat équivalent. Nous avons clarifié totalement cette question, en écartant cette possibilité. Quand nous avons décidé de laisser la porte ouverte à une primaire, c’était d’ailleurs avec l’objectif d’ouvrir un chemin de rassemblement aux forces qui ne veulent justement pas se retrouver derrière une candidature de François Hollande. Mais si le chemin n’est pas celui-là, la convergence de toutes ces forces reste une nécessité. D’ici à la fin de l’année, la montée en puissance de la primaire de la droite et de la campagne du FN, et le discrédit grandissant de François Hollande vont rendre cette convergence plus nécessaire aux yeux de millions de gens. Le congrès du PCF doit répondre à ce défi politique en proposant, sur la base d’une offre politique clarifiée par nos débats, une nouvelle vague d’initiatives et un calendrier pour que, d’ici à l’automne, nous débouchions sur une étape de convergence nationale. La grande consultation citoyenne que nous avons lancée est un outil de cette construction. Les élections législatives doivent aussi en être un objectif central. La construction d’une candidature présidentielle la plus rassembleuse possible doit rester l’objectif.

Y a-t-il des points à éclaircir ou à modifier dans la base commune de discussion au congrès pour rassembler les communistes sur une même orientation ?

Pierre Laurent Les communistes ont exprimé des votes divers, mais ils sont décidés à converger. Il y a une demande de clarté dans le processus et le calendrier, le congrès devra dire jusqu’à quelle échéance nous proposons de poursuivre nos efforts de rassemblement des forces à gauche et fixer la date de notre conférence nationale prévue par les statuts. Il y a d’autres sujets dans le débat des communistes : le souci d’une impulsion nouvelle pour notre parti qui doit déboucher sur un relevé de décisions engageant des transformations concrètes du Parti communiste, comme la demande d’une meilleure lisibilité de notre projet politique, « le Temps du commun ». Les congrès locaux et départementaux et la commission qui travaillent sur nos textes sont engagés dans un travail de réécriture pour permettre un congrès de clarté et d’unité des communistes.

Actuellement, le candidat qui apparaît le plus sérieux et le plus crédible au vu des sondages pour porter un autre projet de gauche en 2017 est Jean-Luc Mélenchon. Qu’est-ce qui empêche les communistes de le soutenir comme en 2012 ?

Pierre Laurent La candidature de Jean-Luc Mélenchon a été annoncée dans des conditions qui ne conviennent à aucune des autres formations du Front de gauche. Nous voulons l’unité mais sa candidature ne suffit pas à répondre en l’état à l’ampleur du défi politique qui est devant nous. Si nous laissons faire les choses, il y aura d’autres candidats dans l’arc de forces que nous souhaitons rassembler. La division se paierait cher. Leur multiplication est un risque très réel. Je sais qu’il existe la peur du vide, une sorte d’appel par défaut à résoudre immédiatement le problème parce que le scénario paraît ainsi plus rassurant, mais je constate pour le moment qu’aucune hypothèse, pas plus la candidature de Jean-Luc Mélenchon qu’une autre, n’empêche le scénario d’un duel droite-extrême droite au second tour de l’élection présidentielle et, dans ces conditions, un risque de désastre aux législatives. Consacrer l’année 2016 à résoudre ce problème, ce n’est pas perdre du temps. J’ajoute que ce qui se joue n’est pas seulement la bataille de 2017, c’est la reconstruction durable d’une gauche capable de maintenir en France un projet majoritaire de transformation sociale. La France est l’un des pays d’Europe où ce scénario demeure possible, et nous devons prendre en charge la construction de cette alternative majoritaire à gauche. En Espagne, la force des événements vient de rendre possible un accord d’unité populaire pour les législatives entre Podemos et Izquierda Unida, que Podemos refusait jusque-là. L’unité s’est imposée comme la seule manière de faire face aux responsabilités.

Les communistes ne sont-ils pas les derniers à croire en la possibilité d’aboutir à une candidature commune de la gauche de transformation sociale en 2017, quand certains ont fait une croix sur la primaire ou que d’autres s’ingénient à la repousser ?

Pierre Laurent Il y a deux obstacles : ceux qui ne souhaitent pas cette convergence, peut-être en pensant qu’ils seront assez forts tout seuls, et puis il y a ceux qui n’y croient pas et qui, d’une certaine manière, ont tiré un trait sur 2017, en pensant que le temps de la reconstruction viendra après. Réfléchir ainsi est dangereux car c’est sous-estimer, devant le discrédit du gouvernement, la vague de droite et d’extrême droite qui risque de tout submerger. Je préfère miser sur les nouveaux espoirs qui émergent : le réveil de la mobilisation du peuple de gauche contre la loi El Khomri, l’irruption de la jeunesse dans le champ politique, la recherche de nouvelles issues par des intellectuels... Ces nombreux signes d’espoir butent encore, c’est vrai, sur la difficulté à converger politiquement. Mais raison de plus pour que les communistes prennent leurs responsabilités. Des trois partis qui ont structuré la gauche ces dernières décennies (le PS, le PCF et les Verts – NDLR), le Parti communiste est le seul qui tient la gauche debout. C’est son devoir d’enclencher le débat nécessaire entre toutes les forces susceptibles de converger. Des communistes peuvent être saisis par le doute devant la difficulté, mais le congrès, par la force de notre débat collectif, doit au contraire nous convaincre que cet effort est notre raison d’être dans ce moment historique pour la France et pour la gauche.

Le 5 juin, un pique-nique en hommage au Front populaire.À la fin de leur congrès, le dimanche 5 juin, les communistes invitent les forces de progrès à un pique-nique citoyen pour célébrer les quatre-vingts ans du Front populaire, devant la station de métro du même nom, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Le secrétaire national du PCF élu y prononcera le discours de clôture du congrès. « Venez avec vos paniers », invite le PCF, qui s’occupe de dresser les tables et promet un dimanche « en chansons et en luttes ». Pour Pierre Laurent, « ce sera une belle manière de tracer un trait d’union entre cette page d’histoire et les responsabilités qui sont les nôtres aujourd’hui, celles de constituer durablement un nouveau Front populaire et citoyen ».

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES PCF
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre