Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 15:02

   Et Pierre Laurent Premier ministre ? "Pourquoi pas"

Par Delphine Legouté

| 02/05/13 - 07:09

AMBITION - Au Front de gauche, on parle surtout des idées de premier ministrable de Jean-Luc Mélenchon. Mais la fonction n'intéresse-t-elle pas d'autres leaders du mouvement ? C'est la question posée à Pierre Laurent le 1er mai au soir sur i>TÉLÉ. Lui, Premier ministre ? "Pourquoi pas", répond le secrétaire national du Parti communiste.

 

Celui qui manifestera aux côtés de Jean-Luc Mélenchon lors de la manifestation "coup de balai" du 5 mai - mais qui refuse cette formule - estime que le gouvernement doit "changer de cap" et, pour se faire, "changer d'équipe".

 

Le journaliste lui demande alors s'il verrait son camarade aux commandes. Réponse de Pierre Laurent :

 

Oui mais pourquoi pas, mais lui ou beaucoup d’autres. Au Front de gauche, il y a des gens disponibles !

Comme lui par exemple ?, le relance le journaliste.

 

Mais moi pourquoi pas!

 

Le sénateur de Paris précise immédiatement qu'en réalité, peu importe la personne, car c'est le travail "collectif" qui compte:

 

J’ai toujours dit pour le poste de Premier ministre comme pour d’autres choses que je ne voulais pas me focaliser sur une question d’homme.

 

On résume trop la politique à ça : il faudrait un homme, un sauveur.

 

Ce qui compte, c’est un bon cap et une bonne équipe. Le collectif  est toujours plus efficace que le reste.

 

Je sais bien que la médiatisation focalise toujours sur une personne.

Une réponse fidèle à l'esprit du Front de gauche dont Pierre Laurent a toujours dit qu'il "n'avait jamais eu de leader naturel". Lui comme Jean-Luc Mélenchon n'en sont que des "porte-parole" parmi d'autres, répète-t-il souvent. Ils pourraient donc potentiellement tous être Premier ministre dans un nouveau gouvernement très à gauche.

Repost 0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 13:00

Les bordéliques ont tout compris.

À ceux qui vous diront qu’un bureau mal rangé est révélateur d’un esprit mal organisé, vous pourrez désormais leur demander avec assurance de quoi peut bien être révélateur un bureau vide. Selon une étude portant sur l’organisation au travail, menée par des chercheurs allemands, on apprend que le « bordel » serait indicateur d’une forte conscience productive.

Vous êtes bordélique ? Sachez que vous vivez probablement les dernières réflexions désagréables et condescendantes de la part de votre entourage. Une étude récente menée sur la psychologie d’entreprise révèle qu’un bureau en désordre permettrait aux travailleurs d’y voir plus clair. L’entassement de dossiers en cours de traitement et la petite collection de vaisselle sale des multiples pauses café sont en réalité une réponse inconsciente au besoin de productivité, une sorte d’auto stimulation. Dans l’absolu, le chaos n’existe pas, il n’est qu’une formulation de l’ordre, en revanche, dans le domaine professionnel il serait l’expression d’une volonté d’aller droit à l’essentiel sans s’encombrer de futilités qui n’ont pas lieu d’être. Les chercheurs se sont également livrés à quelques extrapolations et dans le secteur du marketing, les résultats obtenus sont littéralement troublants. Une vitrine commerciale par exemple en désordre induirait chez le consommateur un besoin de simplicité dans ses choix ainsi que des achats compulsifs. À bon entendeur…

Avec ces résultats, il semblerait que ce soit tout un mythe qui s’effondre. Les fantasmes qui ont depuis si longtemps circulé sur l’organisation du travail seraient faux pour ne pas dire contre-productifs. Par ailleurs, plusieurs témoignages présentent les bureaux d’Albert Einstein et de l’écrivain Roald Dahl comme particulièrement caractéristiques en la matière ; ceux-là étaient, dit-on des bordéliques de la première heure. Antoine de Saint Exupéry écrivait quant à lui sur ce sujet « le bureau bien rangé serait sans doute possible, le symptôme d’un esprit dérangé ».

Alors petite question pour finir. Que peut-on déduire de l’esprit de celui qui occupe ce bureau ?

PARIS : Elysee Palace on Heritage Days

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LE SAVIEZ-VOUS
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 12:56

Extrême droite

Au Front national, le service d’ordre de Le Pen fait désordre

 

 

Le patron de la société de sécurité qui assure le service d’ordre de nombreux événements du FN a été filmé durant les violences qui ont suivi les manifs contre le mariage pour tous.

Axel Loustau est un ancien militant du GUD, le syndicat étudiant d’extrême droite. N’ayant renié ni ses idées d’alors, ni les méthodes musclées de son ancienne organisation, c’est naturellement qu’il s’est retrouvé au cœur des violences des fins de manifestation des opposants au mariage pour tous. C’est là que le site antifasciste REFLEXes l’a identifié. Plus précisément sur une vidéo diffusée sur Canal Plus où l’on voyait l’homme encourager des débordements avant d’insulter et bousculer le service d’ordre de la manifestation mais aussi des journalistes après le rassemblement du 16 avril.

Car Axel Loustau n’est pas un inconnu. Membre de l’entourage proche de Frédéric Chatillon, ex-président du GUD aujourd’hui directeur de l’agence de communication Riwal (prestataire de la Fondation Brigitte-Bardot, du régime de Bachar Al Assad mais surtout du FN et de sa présidente Marine Le Pen), il dirige lui-même une société de sécurité privée, Vendôme Sécurité, choisie par le parti d’extrême droite pour assurer la sécurité de la scène et… du carré presse de la manifestation du 1er Mai du FN. Une idée étonnante tant l’homme voue une haine incontrôlable aux journalistes. Abel Mestre et Caroline Monnot, spécialistes de l’extrême droite au Monde, racontent sur leur blog comment il avait tenté de les intimider, leur crachant dessus, lors d’une manifestation d’extrême droite, le 9 mai 2010.

Axel Loustau a été candidat FN aux législatives de 1997 dans les Hauts-de-Seine et a assuré à plusieurs reprises le service d’ordre des meetings de Marine Le Pen. D’autres membres de la « galaxie Chatillon » ont été identifiés dans cette manifestation. Une épine de plus dans le pied de Marine Le Pen, qui a décidément bien du mal à faire rentrer son mouvement dans les clous républicains.

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans LE SAVIEZ-VOUS
    commenter cet article
    2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 11:19

    Des élus EELV appellent à manifester le 5 mai

    Des élus EELV, dont Eva Joly, Sergio Coronado, Francine Bavay et Julien Bayou, entendent "construire un nouveau rapport de force au sein des institutions". Critiques sur la politique du gouvernement, ils manifesteront le 5 mai "pour que François Hollande se souvienne vraiment que -son adversaire, c’est la finance-".

    • Le texte de l'appel : "Nous, écologistes, appelons à manifester le 5 mai"

    L’affaire Cahuzac est une affaire d'Etat. Elle a mis en lumière les liens étroits qui unissent depuis des années la haute finance, l’industrie et certains responsables politiques, autour des enjeux de pouvoir et d’argent.

    Cette collusion ne tient pas du hasard. Depuis les années 80, sous prétexte de compétitivité économique internationale, les gouvernements successifs ont mis en œuvre des politiques publiques productivistes au service de la libéralisation, de la dérégulation de l'économie et de la mondialisation financière.

    Ces politiques, dictées par les firmes multinationales et la finance, ont entraîné des dérives insoutenables. La mise sous tutelle du pouvoir politique par la dictature de l’argent roi nous conduit à subir une crise économique, sociale et morale sans précédent. Elle mène à la prédation sans fin des ressources naturelles, à l’exploitation de la main d’œuvre salariée, à l’individualisme forcené, à l’affaiblissement des solidarités et à la corruption.

    Il ne s'agit pas d'une simple histoire de morale, c'est bien notre système politique et notre modèle de développement qui sont en cause. Au-delà d'un responsable politique qui a failli, c'est tout un mécanisme de reproduction des dominations sociales. En nous focalisant sur le mensonge d’un homme, nous ne faisons que protéger l’immoralité du système lui-même.

    Pour en finir avec ce système, une renaissance de notre République ainsi qu'une réorientation de la politique actuelle passant par l’adoption d’une feuille de route pour la transition démocratique, sociale et écologique deviennent indispensables.

    Il s'agit désormais de prendre des actes de rupture lisibles par l’opinion et de faire preuve d'un réel volontarisme pour transformer en profondeur notre pays. Dans l’immédiat, nous souhaitons que soient réellement mises en œuvre les propositions du président de la République concernant l’interdiction pour les banques françaises comme pour les entreprises multinationales de disposer de fonds dans les paradis fiscaux, une vraie séparation entre banques de dépôts et banques d’affaires, que la France demande à ce que l'Europe oblige l'ensemble des établissements financiers de la planète à transmettre les informations sur leurs comptes. Nous souhaitons que François Hollande se souvienne vraiment que « [son] adversaire, c’est la finance », et qu'il a promis de rétablir la justice sociale.

    Le sursaut démocratique que nous connaissons aujourd'hui doit aussi nous conduire à remettre en cause la Ve République, à bout de souffle plus de cinquante ans après son avènement. Les écologistes plaident pour une véritable démocratie participative et un rééquilibrage des pouvoirs au profit du Parlement qui a été dépossédé de la plupart de ses prérogatives par un pouvoir exécutif concentré autour de la seule présidence de la République. Nous sommes pour une Constituante européenne, seule à même de répondre également au déficit démocratique qui gangrène l'Union européenne, et à laquelle nous ne pouvons répondre que par plus et mieux d'Europe.

    Nous avons, en tant qu’écologistes, contribué à la victoire du 6 mai de François Hollande et à la victoire aux législatives de juin 2012. Mais nous ne voulons pas que, comme en 1981, comme en 1997, la gauche au pouvoir finisse par perdre les élections parce qu’elle a fait le contraire de ce qu’attendaient ses électeurs. Parce qu’elle a appliqué les recettes de l’austérité et de la précarité à coups de chocs budgétaires (TSCG et réduction des dépenses publiques), de crédits d’impôts (CICE) et de chocs sociaux (ANI et flexibilisation du contrat de travail). Parce qu’elle a failli sur le plan éthique, parce qu’elle n’a remis en cause ni le nucléaire ni les grands projets inutiles comme Notre-Dame-des-Landes, parce qu’elle a renoncé à ses promesses sur le droit de vote des étrangers, le contrôle au faciès ou la rupture avec la Françafrique. Parce qu'enfin, elle refuse d'adopter une loi d'amnistie dans un moment où l'apaisement et la réconciliation entre les Français sont une urgence absolue.

    En tant que membres d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), en tant qu’écologistes, nous ne voulons pas cette fois attendre la fin du quinquennat pour tirer le bilan de notre participation au gouvernement. Nous voulons aider nos élu-e-s et nos ministres à construire un nouveau rapport de force au sein des institutions, en s’appuyant sur une société mobilisée.

     

    Nous, écologistes, n'avons pas d'adversaires à gauche mais voulons résolument peser pour une refondation des politiques menées par la majorité issue des élections de 2012.


    C’est pour dire cela que nous serons présents dans la rue le 5 mai, en tant qu’écologistes, aux côtés d’autres forces de gauche, de la Bastille à la Nation, pour ne pas laisser le monopole de l'action de rue à une seule composante de la gauche, pour maintenir les passerelles entre toutes les gauches. Si nous pouvons diverger sur leurs objectifs, leurs méthodes, voire leur style, nous partageons en l’occurrence la même préoccupation ; nous refusons que la déception et la colère des citoyens soient canalisées par Marine Le Pen et la droite extrême.

    Il faut maintenant que la gauche de gouvernement prenne ses responsabilités. Nous ne voulons ni d’un Mai 68 à l’envers comme le prônent Copé, Guaino et Boutin, ni d’un nouveau mai 2002. Une partie de la droite mime le 6 février 1934 et appelle à descendre dans la rue contre le mariage pour tous le 5 mai. Nous ne laisserons pas la rue aux homophobes, aux racistes, sexistes, fascistes et à la droite extrême. Le 5 mai, nous défendrons aussi les institutions républicaines menacées par les nostalgiques de Pétain et de l’OAS.

    La gauche et l’écologie ont besoin d’un sursaut démocratique, et nous vous invitons à y contribuer. C’est comme militants EELV que nous serons présents dans la rue le 5 mai pour porter notre projet et parole écologiste et nous invitons toutes celles et ceux qui se retrouvent dans cette démarche unitaire contre la droite extrême et le FN à nous rejoindre.

     

    Premiers signataires :
    Eva Joly
    , députée européenne
    Sergio Coronado, député, conseiller fédéral EELV
    Francine Bavay, conseillère régionale et conseillère fédérale EELV
    Jérôme Gleizes, membre du bureau exécutif d'EELV
    Annie Lahmer, conseillère fédérale EELV
    Julien Bayou, conseiller régional Ile-de-France
    Françoise Alamartine, membre du bureau exécutif d'EELV

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
    commenter cet article
    2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 10:50

    Austérité en Europe: "le changement de cap est urgent" selon Pierre Laurent

     

    Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a appelé à un changement de cap dans la politique du gouvernement dans un contexte de rigueur budgétaire en Europe.

     

    "Le changement de cap est urgent et il deviendra inévitable. Pour le rendre possible, il faut s'attaquer sans attendre à construire les bases d'un nouveau contrat politique", a-t-il affirmé.

     

    Interrogé sur les récentes tensions franco-allemandes au sujet de la politique d'austérité européenne, le numéro 1 du PCF s'est dit en faveur de l'ouverture d'un débat majeur mais a déploré, au quotidien communiste l'Humanité, que


    "Je constate que tout est fait au contraire pour l'étouffer (ie.le débat) en caricaturant tout opposant à l'austérité en germanophobe" a-t-il dit regrettant le manque d'initiative de la France face à l'Allemagne.

     

    Si "le rapport de forces en faveur du capital allemand de la troïka BCE-UE-FMI continue de dominer en Europe", c'est parce que la France "ne prend pas les initiatives politiques nécessaires".


    La France a selon lui raté plusieurs occasions pour sortir de ce bras de fer, citant à titre d'exemple la renégociation du traité budgétaire, ou encore le budget européen d'austérité.

     

    "Il aurait fallu s'appuyer sur le vote des Français en faveur du changement politique pour renégocier le traité budgétaire (...) tout comme il aurait fallu refuser le budget européen d'austérité", a-t-il regretté, estimant que la France doit arrêter "de faire des mots et qu'elle passe aux actes".


    Il souhaite ainsi "la suspension des plans d'austérité" discutés lors du prochain sommet européen et refuse "le mandat proposé par la Commission européenne pour l'ouverture du grand marché transatlantique demandé par les États-Unis", dans un contexte de chômage historique.

     

    Copyright © 2013 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans SANTE
    commenter cet article
    2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 10:27
             Il est temps que le peuple s’en mêle
                    «Contre la finance et l’austérité,
             marche citoyenne pour la 6e République»

    Le pays s’enfonce dans la crise.


    Il est urgent de rompre avec les politiques
    d’austérité en France et en Europe. Il faut abandonner les lois et les traités qui
    les mettent en œuvre, tel que l’ANI. Au contraire, tout en soutenant les services
    publics et la défense des biens communs, il faut donner la priorité à une autre
    répartition des richesses, à l’appropriation sociale, aux droits fondamentaux et
    à la réduction du temps de travail.
    Il est urgent d’en finir avec ces institutions.
    Cette Constitution bloque tout changement qui pourrait mettre à bas l’oligarchie financière.
    Pour instaurer une démocratie véritable,
    il est temps de fonder une nouvelle République.

    Pour l’égalité des droits politiques et sociaux pour tous ceux et celles qui vivent et travaillent ici ;
    pour l’égalité réelle entre femmes et hommes.
    Pour en finir avec la domination des marchés financiers, pour une transition écologique,
    nous avons besoin de la souveraineté du peuple, seule à même de viser l’intérêt général.
    Il faut l’élection d’une Assemblée constituante pour une 6e République, décidée souverainement
    par toutes et tous. Nous nous opposons radicalement à la droite et l’extrême droite qui en profitent
    pour faire reculer l’égalité, au nom du refus du mariage pour tous.
    Nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens attachés à l’égalité, toutes les forces
    de gauche, écologistes et du mouvement social favorables à ces objectifs, à marcher le 5 mai prochain.
    MaRChe ContRe la finanCe et l’austéRité,pouR la 6e République
    le 5 Mai à 13 h30 à la bastille
    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
    commenter cet article
    1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 17:48

    TERRASSE 0370

     

    Comme la première terrasse m'avait e,tièrement doné satisfaction, j'ai décidé d'en faire une deuxiième en semi-continuité.

    Elle sera séparée de la première (4 m X 4,65) par une bande de 60 cm sur 4,5 m delongueur palntée de vivaces.

    Celle-ci d'une dimension de (3,48 m X6 m) aura nécessité des travaux de fondation réalisés à la pelle et la pioche. J'ai dû creuser et évacuer 5 à 6 m3 de terre.

    Une fois à peu près nivelé, j'ai fait rentrer m3 de primaire que j'ai réparti.

    Puis, les travaux de nivelage ont pu commencer.

     

    Ainsi avec des parpaings de 10 X 20 50 j'ai réaliser une ceinture au niveau afin d'y poser le cadre de lambourdes

     

     

    TERRASSE-0368.JPG

     

    associées de (50 X 70) de pin traité classe 4.

     

     

     TERRASSE 0387

     

          Les lambourdes ont été posées à même les parpings, maintenues entre elles par des équerres et des entretoises. Le poids de la structure alouté à celui des lames composites assurera sa solidité et la stabilité de l'ensemble

     

    TERRASSE 0386

    Le reste , c'est-à-dire quelques heures de travail assidu, n'est que jeu de construction. 

    En effet après s'être assuré de la palnéité  et de l'équerrage, la permière lame est posée et vissée au ras de la lamboudre de 6 m (4,2 m+ 1,8 m) puis visser les clips en inox, puis en plastique fournis sur demande et en sus avec les lames composites sur chaque lambourde ne fut qu'un jeu de patience muni de vis inox de 5 X 60 et de la visseuse électrique. Les  24 lames de 14 cm séparée uniformément de 5 mm aboutissent à nos 3,58 m prévus.

     

    Ce qui donne le résultat (photo ci-dessous)

     

     

    TERRASSE-0393.JPG

     

     

     

    TERRASSE 0392

     

     

    VOILÀ  le résultat de tarvail auquel a participé tout de même, un de mes amis et sans lequel il m'eût été impossible, seul, de le réaliser.  Qu'il en soit ici remercié, très chaleureusement.

     

    Un  "bricoleur" habitué au travail manuel devrait pouvoir le réaliser sans grandes difficultés pour un budget toutefois assez élévé en fourniture.

     

    lames env.     1350 €

    clips                   163 €

    vis                      100 €

    lambourdes     160 €

    équerres             50 €

    parpaings           60 €

    primaire               90 €

     

    pour une terrasse de 21 m2 soit 100 € le m2

     

    Reste maintenant à terminer le tout en réalisant une allée de 1 m X 5,25 m en lame de terrase de pin traité Classe 4 vissée sur lambourde.

     

    Et profiter des ce deux places de repos et de convivialité

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans DIVERS
    commenter cet article
    1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 10:14

    Gouvernement à la dérive...libérale

    Le gouvernement vient de prendre la décision de ne pas voter la proposition de loi d'amnistie sociale présentée par le groupe des élus communistes / front de gauche. Cette décision est d'autant plus incompréhensible qu'elle tourne le dos au vote exprimé par une majorité de sénateurs le 27 février dernier, mais également aux positions formulées par la Madame la ministre de la Justice, Christiane Taubira.

    Alors que des milliers d'hommes et de femmes, salarié-e-s et syndicalistes, en pointe dans le combat pour le maintien de l'emploi et la défense de l'appareil productif, ont pris tous les risques pour défendre l'intérêt commun contre Sarkozy, le gouvernement leur refuse tout soutien.

    Un véritable coup de poignard dans le dos

    C'est une véritable honte pour un gouvernement qui se prétend de gauche. Une attitude qui fait malheureusement suite à d'autres coups de poignard dans le dos intervenus depuis maintenant un an :

    • le vote, en force à la suite d'une parodie de débat avec les sénateurs Front de gauche, de l'Accord National Interprofessionnel (ANI), coup très dur porté au monde des salariés ;

    • le plan de 20 milliards de cadeaux fiscaux et d'aides pour les patrons sans aucune contrepartie ;

    • la hausse de la TVA, impôt le plus injuste, prévue pour 2014 ;

    • l'adoption du traité européen de stabilité gravant les politiques austéritaires dans le marbre ;

    La poursuite d'une politique libérale

    Disons-le tout net : toutes ces mesures réactionnaires auraient pût être adoptées telles quelles par Nicolas Sarkozy !

    Ne l'oublions pas : elles ne figuraient aucunement dans la liste des engagements du candidat Hollande. Les françaises et les français n'ont pas voté pour cela l'an dernier. Ils ont voté massivement pour le changement !

    Or, si tous les voyants sont au rouge (chômage, pouvoir d'achat,...) et si le changement tant attendu n'a pas lieu, c'est qu'au fond, ce sont ces mêmes recettes économiques, et auxquelles plus personne ne croit, qui sont mise en œuvre.

    La parole au peuple, dès le 1er Mai !

    Il est clair que désormais, face à l'autisme gouvernemental, c'est au peuple d'exprimer fortement sa colère, mais surtout son désir d'alternative.

    Le parti communiste français appelle à un grand mouvement pétitionnaire de soutien à la propositions de loi des parlementaires du front de gauche d'amnistie sociale des combattants de l'emploi et de la justice sociale, ainsi que celle d'interdiction des licenciements boursiers. Cette mobilisation doit venir renforcer les cortèges, qui le 1er mai, défileront dans tout le pays pour défendre les droits des travailleurs.

    Le 5 mai, marchons pour une 6e République libérée de la finance !

    Le 5 mai, de la Bastille à la Nation, la marche citoyenne à l'appel du Front de gauche doit être un moment fort de la mobilisation pour l'amnistie sociale. Cette dernière doit enfin se prolonger jusqu'au 16 mai, jour du vote des propositions de loi du Front de gauche, où nous appelons au rassemblement.

    Seule la mobilisation citoyenne et populaire peut contraindre le gouvernement à faire machine arrière et à respecter le vote du Sénat !

     

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans PCF
    commenter cet article
    30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 13:22

    Esprit d'entreprise: François Hollande veut éduquer les jeunes à la morale du Medef

     

     

    le 30 avril 2013

     

     

    Le candidat des jeunes est le président de l’austérité

    Instaurer « des cours d’esprit d’entreprise » à l’école… C’est l’idée géniale de François Hollande qui recevait hier un cortège de grands patrons, les propriétaires de la France et quelques âmes bien faites, pour « promouvoir l’esprit d’entreprendre ». En plus de petits et de gros cadeaux présentés par le président à ses hôtes, celui-ci annonce des cours de la sixième à la terminale pour que « l’école » assume « son rôle » de « stimuler l’esprit d’entreprise ».

    Et comme il y a une cohérence en toute chose, si l’on regarde l’ensemble des annonces d’hier, stimuler l’esprit d’entreprise consistera donc à apprendre pendant sept années comment opérer des plus-values sur des cessions d’actions ? Comment optimiser ses embauches de salariés en réduisant ses couts par de l’optimisation fiscale et le recours massif aux contrats aidés et exonérés de toutes les solidarités ?

    Monsieur Hollande est-il en train de vendre du temps de cerveau disponible pour les leçons périmées d’un libéralisme que tout appel à jeter très vite aux oubliettes de l’histoire ?

     

    Monsieur le président, dans l’entreprise ce sont les salariés qui créent la richesse, pas les patrons !

    La France bat des records de chômage. Il y a 550 000 jeunes de moins de 25 ans au chômage dans ce pays et le président de la République propose de soumettre toutes les futures générations à la morale de ces rapaces qui nous enfoncent dans la crise ?! Il veut nous apprendre que les salariés sont un cout pour l’entreprise et qu’il faut menacer chacun d’entre eux de prendre la porte s’il ne se plie pas aux exigences ?

    La refondation de l’école doit être un projet ambitieux pour la réussite de chacun des élèves qui lui est confié. L’école n’est pas une marchandise que l’on offre en cadeaux aux maitres de l’économie pour apaiser leur colère. Elle est à nous et nous en ferons un outil de partage des savoirs et d’émancipation !

    François Hollande a fait hier le choix inique de donner des signes de confiance à ceux qui nous ont plongés dans la crise par leur voracité sans limite. Il propose de renforcer leur droit à spéculer et veut éduquer les jeunes à cette logique de pensée. Nous ne laisserons pas faire !

    Le 1er mai, le 5 mai, nous défilerons par milliers contre l’austérité que nous impose son gouvernement, contre la dictature de la finance dont il devient le serviteur, contre cette pensée unique qui nous enfonce dans la crise !

    Ils ont les milliards, nous sommes des millions !

    Paris le 30 avril 2013

     

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans EDUCATION-FORMATION
    commenter cet article
    30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 06:27

    Près de 4 800 Palestiniens sont détenus dans les prisons israéliennes pour des faits de résistance dans les territoires occupés. Environ 300 d’entre eux sont en détention administrative, une mesure qui autorise une détention de six mois sans jugement, sans preuve, sans avocat, et renouvelable à l’infini.

     

    Fait unique au monde, 27 députés palestiniens sont en prison. Parmi eux, Marwan Barghouti, enfermé depuis onze ans et condamné par un tribunal militaire d’occupation cinq fois à la prison à vie et à quarante ans de sûreté. 527 autres prisonniers ont été condamnés à vie et à ce jour, 111 ont passé plus de vingt ans en prison. Selon l’Unicef, chaque année, ce sont environ 700 enfants palestiniens de 12 à 17 ans qui sont en détention. A partir de 14 ans, ils peuvent être condamnés jusqu’à dix ou vingt ans de prison pour jet de pierre. Actuellement, 12 femmes palestiniennes sont détenues dans des conditions particulièrement difficiles du fait qu’elles sont isolées au milieu de prisonnières israéliennes de droit commun.

    Pour résister aux mauvais traitements qui leur sont infligés les prisonniers palestiniens n’ont d’autre recours que la grève de la faim. C’est ce que 2 000 d’entre eux ont fait au printemps 2012 avec comme principale revendication la libération des prisonniers en détention administrative. Le 14 mai 2012, l’administration pénitentiaire avait dû consentir à un accord mais, en février 2013, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la France, Philippe Lalliot, a exprimé sa «préoccupation» devant l’aggravation de l’état de santé de quatre Palestiniens observant une grève de la faim depuis plus de trente jours. Le 16 février 2013, le chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a appelé Israël à respecter ses obligations internationales en matière de droits de l’homme. 201 prisonniers sont décédés en prison depuis 1967, et, comble de cruauté, les corps ne sont rendus aux familles qu’après extinction de la peine.

    Dans les territoires occupés de Cisjordanie et à Gaza, presque toutes les familles palestiniennes ont des maris ou des fils qui ont subi des peines d’emprisonnement, souvent à plusieurs reprises. Cette violence institutionnalisée de la politique carcérale des autorités israéliennes n’a d’autre but que de chercher à briser la résistance de toute une société et à étouffer les aspirations légitimes d’un peuple à disposer d’un Etat souverain.

    Nous, maires de villes de France, exprimons notre indignation devant de telles pratiques de la part d’un Etat qui se prétend démocratique. La sécurité d’Israël ne pourra jamais être acquise en jetant en prison tous ceux qui s’opposent à l’extension des colonies ou à la poursuite de l’édification du mur d’annexion en Cisjordanie, à la destruction des maisons palestiniennes dans Jérusalem-Est ou au blocus de Gaza. Depuis soixante-cinq ans, les Palestiniens attendent la création d’un Etat au côté de celui d’Israël conformément aux engagements de la communauté internationale. La création de cet Etat, dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, est la solution incontournable pour parvenir enfin à instaurer une paix durable dans cette région du monde. Israël maintient en prison des dirigeants, comme Marwan Barghouti, capables de rassembler le peuple palestinien autour de cette idée simple «deux peuples, deux Etats». Leur libération permettrait de donner une chance à la paix et d’ouvrir de véritables négociations sous l’égide de la communauté internationale. C’est notre attachement à la paix et aux droits des peuples, en particulier lorsqu’ils sont légitimés par les résolutions de l’ONU, qui nous amène à exiger la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens. Nous faisons appel aux autorités françaises et européennes pour engager les sanctions économiques contre l’Etat d’Israël, telles qu’elles sont prévues en cas d’atteintes aux droits de l’homme.

    Nous, maires de villes de France, appelons nos concitoyens à prendre part à une grande mobilisation pacifique et citoyenne pour exiger que s’ouvrent les portes des prisons israéliennes et que, dans la continuité de l’admission de la Palestine à l’ONU à titre d’Etat observateur, les Palestiniens puissent enfin vivre, circuler, étudier, travailler librement dans un Etat viable, indépendant et souverain.

    Premiers signataires : Michel Beaumale maire de Stains (Seine-Saint-Denis) Gilles Poux maire de La Courneuve (Seine-Saint-Denis)Jacques Bourgoin maire de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) PierreGosnat maire d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) Françoise Baudmaire de Valenton (Val-de-Marne) Franck Demaumont maire de Châlette-sur-Loing (Loiret) Jean-Pierre Bosino maire de Montataire (Oise) Nicolas Garcia maire d’Elne (Pyrénées-Orientales)Christophe Faverjon maire d’Unieux (Haute-Loire) Gilles Leproust maire d’Allonnes (Sarthe) Alain Outreman maire d’Achères (Yvelines) Michel Lefebvre maire de Douchy-les-Mines (Nord)

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
    commenter cet article

    BRUNO FORNACIARI

    HPIM3303

    Recherche

    Texte Libre