Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 17:23
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES PCF
commenter cet article
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 10:59

Le PCF condamne l'agression des policiers et soutient les rassemblements

Le PCF condamne avec la plus grande fermeté l’agression, samedi 8 octobre, de 2 policiers dans l’Essonne. Il Fait part aux familles des victimes et à tous leurs collègues de sa solidarité et de son soutien.

Rien ne peut justifier un acte qui a toutes les apparences d’une tentative de tuer deux fonctionnaires de Police dans l’exercice des missions qui leur étaient confiées. Le déroulement des faits semble connu. Nous demandons à ce que l’enquête soit menée le plus rapidement mais aussi le plus sérieusement possible, pour que les auteurs soient appréhendés et traduits devant la justice.

Depuis un an et demi maintenant, les forces de Police ont vu leurs missions, leurs heures de travail, leur quotidien bouleversés et rendus plus difficiles. Chacun sait que leurs heures supplémentaires, les missions de surveillance, la tension ont explosé dans les rangs des policiers et aucune décision forte n’a été prise ni proposée. Ce ne sont pas des réserves de bénévoles, des moyens dérisoires saupoudrés qui pourront permettre de relever les défis qui sont aujourd’hui devant le service public fondamental que représentent les forces de sécurité, de police, de gendarmerie dans notre pays.

Quels sont ces défis ?

Le défi de l’urgence face à la multiplication et à la forme nouvelle que prennent les actes de terrorisme dans notre monde et en particulier dans notre pays. Y faire face demande des moyens accrus au-delà des questions des nouvelles technologies. Il y a bien besoin pour cela d’un déploiement nouveau, de terrain pour être en contact direct avec les populations et détecter plus sûrement les mouvements liés à ce phénomène.

Le défi du banditisme et des trafics. Si les méthodes modernes doivent encore se développer, ils ne sont pas suffisants. Il s’agit de donner les moyens, de viser les têtes de ponts, les organisateurs et au final les bénéficiaires réels des sommes gigantesques que génèrent tous ces trafics. Il faut suivre l’argent, le trouver et pouvoir appréhender ceux qui en profitent le plus. Pour cela il faut multiplier les moyens d’investigation sur l’évasion fiscale, sur les réseaux financiers internationaux et interdire le secret bancaire sous toutes les formes qui servent en fait à dissimuler les transferts de fonds. Bien souvent les circuits qui servent aux uns pour défiscaliser servent aussi à blanchir.

Enfin, le défi du quotidien. C’est celui-là que l’agression ignoble de samedi met le plus en lumière. Les Policiers, qui faisaient leur travail, étaient là pour juguler les exactions commises régulièrement sur un point dur. Ils protégeaient les citoyens exerçant ainsi la plus noble de leur mission. L'enquête doit déterminer s'ils étaient-ils assez nombreux, s'il avaient les moyens de se protéger eux-mêmes. Notre certitude est qu’il faut augmenter de façon significative les effectifs, pour leur permettre de prendre le repos essentiel à l’exercice de leur mission, pour permettre une présence systématique, régulière qui épuise et repousse les trafiquants et délinquants, les criminels qui se fixent comme des tumeurs sur les quartiers les plus en difficulté. C’est en reprenant le terrain au quotidien que nous pourrons apaiser les tensions et pourront créer des solidarités contre ceux qui rendent la vie plus difficile.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SECURITE PCF
commenter cet article
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 19:03

Caroline Galactéros : « La décision de Vladimir Poutine humilie la diplomatie française »

  • Par Caroline Galactéros
  • Mis à jour le 11/10/2016 à 17:26
  • Publié le 11/10/2016 à 13:09

FIGAROVOX/TRIBUNE - Vladimir Poutine a annoncé qu'il reportait sa visite à Paris où il devait rencontrer François Hollande. Pour Caroline Galactéros, cette décision n'est que la suite logique d'un amateurisme complet de la France en Syrie et ailleurs dans le monde.

Docteur en Science politique et colonel au sein de la réserve opérationnelle des Armées, Caroline Galactéros dirige le cabinet d'intelligence stratégique «Planeting». Auteur du blog Bouger Les Lignes, elle a publié Manières du monde. Manières de guerre(Nuvis, 2013) et Guerre, Technologie et société (Nuvis, 2014).

Découvrant, mais un peu tard, que la guerre tue, qu'elle est laide, injuste et sans pitié, et surtout que l'on pourrait un jour peut-être, au tribunal de l'Histoire, venir demander à Paris des comptes sur son inaction face au drame - à moins que ce ne soit sur ses actions et ses options politiques-, la France a pris les devants. Accusant avec l'ONU le régime syrien et la Russie de crimes de guerre à Alep, elle a déposé en hâte un projet de résolution au Conseil de Sécurité des Nations Unies demandant l'arrêt des combats et des bombardements sur l'est de la ville (dont elle feint de croire qu'il n'est peuplé que de civils innocents qui resteraient là de leur propre gré et que la Russie et le régime pilonneraient par pure cruauté), l'acheminement de l'aide humanitaire et la reprise du processus de négociation.

Que dire de cette initiative, apparemment inspirée par une indignation vertueuse face au drame bien réel vécu par la population d'Alep-Est ?

Que dire de cette initiative, apparemment inspirée par une indignation vertueuse face au drame bien réel vécu par la population d'Alep-Est, à un moment où la tension russo-américaine monte dangereusement et peut faire craindre un dérapage militaire sur le terrain que certains, à Washington et à l'OTAN, appellent ouvertement de leurs vœux? S'agit-il d'une nouvelle salve d'irénisme aveugle et de «pensée magique», funeste version 2016 de «Boucle d'or au Pays des trois ours» découvrant une intrusion dans sa maisonnette idyllique? Ou d'une gesticulation habile mais dangereuse qui n'a pour but, en prétendant débloquer la situation, que de jouer les utilités au profit de Washington en fossilisant un peu plus les positions des deux camps qui s'affrontent désormais ouvertement sur le corps exsangue de la nation syrienne? Difficile de démêler la part de négation du réel de celle de l'alignement sur ce que l'on présente comme «le camp du Bien» …et de nos intérêts nationaux, si mal évalués pourtant.

Ce cinéma diplomatique vient évidemment de se solder par un véto russe, attendu par Paris, Londres et Washington qui veulent faire basculer l'indignation internationale contre Moscou.

Ce cinéma diplomatique vient évidemment de se solder par un véto russe, attendu par Paris, Londres et Washington qui veulent faire basculer l'indignation internationale contre Moscou à défaut de mettre en cohérence leurs objectifs politiques et militaires avec leur prétendue volonté de paix. Mais prendre la tête du chœur des vierges ne suffit pas et ne trompe plus personne. L'évidence crève l'écran. «L'Occident» ne mène pas la guerre contre l'islamisme sunnite ou alors de façon très résiduelle: il le nourrit, le conseille, l'entraine. DAECH, dont la barbarie spectaculaire des modes d'action sert d'épouvantail opportun et de catalyseur de la vindicte occidentale, permet de juger par contraste «respectable» l'avalanche de djihadistes sunnites d'obédience wahhabite ou Frères musulmans qui ne combattent d'ailleurs pas plus que nous l'Etat islamique mais s'acharnent sur le régime syrien. Et l'Amérique comme la France cherchent avec une folle complaisance, dans ce magma ultraviolent, des interlocuteurs susceptibles d'être intronisés comme «légitimes» et capables de remplacer un autocrate indocile qui a le mauvais goût de résister à la marche de l'Histoire version occidentale et à la vague démocratique censée inonder de ses bienfaits un Moyen-Orient politiquement arriéré.

Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi, cruels tyrans sans doute, n'ont pu y résister et croyaient encore pouvoir argumenter avec leurs adversaires occidentaux (longtemps leurs alliés) quand leur sort était en fait scellé depuis longtemps. Bachar el Assad a bien failli y passer lui aussi. Mais à notre grand dam, Moscou a vu dans cette nouvelle guerre occidentale de déstabilisation par procuration, une occasion inespérée de sécuriser ses bases militaires, de défier l'Amérique qui la méprisait trop ouvertement, de regagner une influence centrale dans la région et de traiter «à la source» le terrorisme qui menace son territoire et ses marges d'Asie centrale et du Caucase. Et l'a saisie.

La France s'est trompée du tout au tout et démontre qu'elle pratique admirablement le grand écart stratégique... aux dépens toutefois, de nos concitoyens.

Dans ce Grand jeu explosif de reconfiguration de l'équilibre du monde et notamment du nouveau duel cardinal, celui de Washington avec Pékin, la France, je le crains, s'est trompée du tout au tout et démontre à la face du monde mais surtout à l'ennemi - qui observe notre incohérence diplomatique et politique-, qu'elle pratique admirablement le grand écart stratégique... aux dépens toutefois, de nos concitoyens. Comment justifier en effet notre combat au Mali contre les djihadistes sunnites, notre soutien en Irak aux chiites contre les sunnites, et en Syrie notre appui aux groupuscules sunnites les plus extrémistes contre Bachar el Assad...tout en prétendant profiter du marché iranien entre ouvert ….et vendre des armes aux Saoudiens et Qataris sunnites qui sont by the way les financiers du djihadisme mondial dont nous subissons la haine et la violence terroriste sur notre sol désormais à un rythme soutenu? C'est de l'opportunisme à très courte vue, mais plus encore un hiatus stratégique béant et la manifestation d'une totale incompréhension du réel.

De telles contradictions ne peuvent s'expliquer que par notre entêtement à vouloir en finir avec le régime syrien dont nul n'imaginait qu'il résisterait si longtemps.

De telles contradictions ne peuvent s'expliquer que par notre entêtement à vouloir en finir avec le régime syrien actuel dont nul n'imaginait qu'il résisterait si longtemps aux feux croisés de l'Amérique et de ses alliés sunnites. L'exigence américaine - reprise à son compte par Paris - d'une cessation des bombardements aériens sur Alep-Est «pour raisons humanitaires» aurait permis en fait de laisser les islamistes de la ville (soit rien moins qu'Al Nosra et consorts) se refaire une santé militaire en se servant des civils comme de boucliers humains, de poursuivre leurs tirs d'obus sur la partie ouest de la ville et d'empêcher Damas et Moscou de faire basculer décisivement le rapport de force militaire en faveur de l'Etat syrien dans le cadre d'une négociation ultime. Qui a d'ailleurs fait échouer le cessez le feu signé le 9 septembre dernier à Genève? Les groupes terroristes qui n'en voulaient pas et les Etats-Unis qui ont bombardé les forces syriennes à Deir el Zor et ouvert la voie aux forces de l'Etat Islamique. Encore un accord de dupes.

L‘action stratégique ne peut prendre en compte que des mouvements et des processus, quand toute l'attention médiatique et politicienne se concentre sur la souffrance et le sort des personnes.

Temps court versus temps long, individuversus groupe, froideur politique versusempathie médiatique (sélective): on se refuse à voir, dans nos démocraties molles, que la véritable action stratégique, pour être efficace, ne peut prendre en compte que des nombres, des masses, des ensembles, des mouvements, des processus, quand toute l'attention médiatique et la gestion politicienne des crises, elles, veulent faire croire que l'individu est central et se concentrent sur la souffrance et le sort des personnes, alors que celles-ci sont depuis toujours et sans doute pour encore longtemps sacrifiées à la confrontation globale et brutale entre Etats. Les images terrifiantes de la guerre au quotidien masquent la réalité d'un affrontement sans scrupules de part et d'autre, dont en l'espèce les malheureux Syriens ne sont même plus les enjeux mais de simples otages.

Si Assad, « bourreau de son propre peuple » selon l'expression consacrée, était finalement militairement et politiquement mis hors-jeu, par qui compte-on le remplacer ?

L'impensé du discours français n'en reste pas moins le suivant: si Assad, «bourreau de son propre peuple» selon l'expression consacrée, était finalement militairement et politiquement mis hors-jeu, par qui compte -on le remplacer? A qui sera livrée la Syrie, «utile» ou pas, une fois que DAECH en aura été progressivement «exfiltré» vers d'autres macabres «territoires de jeu», en Libye par exemple? Quelle alternative pour la survie des communautés, notamment chrétiennes, encore présentes dans le pays qui passe par la survie des structures laïques d'Etat? Quels individus veut-on mettre au pouvoir? Les pseudo «modérés» qui encombrent les couloirs des négociations en trompe l'œil de Genève? Le Front al Nosra, sous son nouveau petit nom - Fateh al Sham -, que les Américains persistent à soutenir en dépit des objurgations russes et qui a fait exploser le cessez-le feu? Ou peut-être certains groupuscules désormais armés de missiles américains TOW qui n'attendent qu'un «go» pour tenter de dézinguer un avion ou un hélico russe, «par erreur» naturellement? Ou encore les représentants des Forces démocratiques syriennes, ou ceux de «l'Armée de la Conquête» qui renait opportunément de ses cendres… Ou un mixte de tous ces rebelles - apprentis démocrates férus de liberté et qui libèreront enfin le peuple syrien du sanglant dictateur qui le broyait sous sa férule depuis trop longtemps?

« Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir ? je ne vois que l'herbe qui verdoie et la terre qui poudroie »

Croit-on sérieusement que l'on pourra contrôler une seule minute ces nouveaux «patrons» du pays qui se financent dans le Golfe -dont nous sommes devenus les obligés silencieux-, et dont l'agenda politique et religieux est aux antipodes de la plus petite de nos exigences «démocratiques»? Ne comprend-on pas qu'ils vont mettre le pays en coupe réglée, en finiront dans le sang avec toutes les minorités, placeront les populations sunnites sous leur contrôle terrifiant, et que tout processus électoral sera une mascarade et ne fera qu'entériner une domination communautaire et confessionnelle sans appel? … «Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir? je ne vois que l'herbe qui verdoie et la terre qui poudroie» … Quelle naïveté, quelle ignorance, quelle indifférence en fait!

L'interview accordée le 5 octobre dernier par notre ministre des Affaires étrangères à la veille de son départ pour Moscou à Yves Calvi sur LCI est à cet égard, un morceau de bravoure édifiant, qui escamote la réalité et brosse un paysage surréaliste du conflit et de ce qu'il faudrait y comprendre et en attendre.

Florilège et exégèse….

« La guerre ne sert à rien. Elle ne fait que renforcer les djihadistes »

«La guerre ne sert à rien. Elle ne fait que renforcer les djihadistes»

Est-ce à dire qu'il faut les laisser faire, leur donner les clefs du pays et prier peut-être, pour qu'ils ne massacrent pas les minorités qui y demeurent encore et instaurent la démocratie? Faut-il ne plus agir en espérant qu'ils vont s'arrêter? De qui se moque-t-on? Adieu Boucle d'Or. Nous sommes au Pays des rêves bleus de Oui-Oui…

Les Russes, qui se disent satisfaits de l'efficacité de leurs frappes contre les terroristes d'Alep-Est «sont cyniques» … Qui est cynique ici? Celui qui déforme la réalité d'un affrontement pour ne pas avouer qu'il est (avec d'autres) à la manœuvre d'une déstabilisation d'Etat par des groupuscules terroristes liés à Al-Qaïda (matrice de Daech) sous couvert d'aspiration à la démocratie? Ou ceux qui cherchent à réduire l'emprise djihadiste et à renforcer des structures d'Etat laïques avec ou sans Bachar?

« La politique de la France est claire… Nous avons une stratégie, une vision. »

«La politique de la France est claire… Nous avons une stratégie, une vision

Ah?! Laquelle? Nous avons depuis 5 ans une politique étrangère à contre-emploi et à contre temps, réduite à deux volets: action humanitaire et diplomatie économique. En gros vendre des armes à tout prix aux pays sunnites, les aider à faire la guerre et à s'emparer du pouvoir à Damas… et porter des couvertures aux victimes de cet activisme économico-militaire: les Syriens.

En dépit de l'excellence de nos forces armées, de la présence du Charles de Gaulle sur zone et de nos missions aériennes soutenues, Paris n'est diplomatiquement et stratégiquement plus nulle part en Syrie, et depuis longtemps. Par dogmatisme, par moralisme, par notre parti pris immodéré pour les puissances sunnites de la région, nous nous sommes engouffrés dans un alignement crédule sur la politique américaine qui s'est en plus retourné contre nous dès l'été 2013, lorsque Barack Obama a dû renoncer à frapper directement Damas au prétexte d'un usage d'armes chimiques qui n'a d'ailleurs jamais été confirmé. Un camouflet d'autant plus lourd à porter que notre ancien ministre des affaires étrangères avait jugé bon, dès août 2012, de dire que «Bachar el Assad ne méritait pas d'être sur terre» et, en décembre 2012, «qu'Al Nosra faisait du bon boulot». L'Etat Français a d'ailleurs été poursuivi - en vain à ce jour -pour ces déclarations ministérielles qui ont de facto encouragé le prosélytisme islamiste et le terrorisme en présentant le départ pour la Syrie à des apprentis djihadistes français comme une œuvre politique salutaire, avec les résultats que l'on connait sur le territoire national. N'en déplaise à Monsieur Ayrault, la France n'est ni écoutée, ni considérée, ni attendue sur le dossier syrien. Elle en est réduite à servir de go between entre Washington et Moscou lorsque ceux-ci ne peuvent plus se parler et qu'il faut faire semblant, une fois encore, de rechercher un compromis et d'amener Moscou à lever le pied d'une implication trop efficace à notre goût.

« Si le choix est entre Bachar et DAECH, il n'y a pas de choix. »

«Si le choix est entre Bachar et Daech, il n'y a pas de choix

Mais c'est pourtant le cas, ne nous en déplaise. Nous combattons l'Etat islamique pour la galerie, sans grande conviction ni détermination politique, de très haut, par des frappes qui sans présence terrestre demeurent symboliques. Pour Moscou, au contraire, il n'existe pas «d'islamistes modérés» ; combattre le terrorisme revient à combattre l'EI mais aussi ses avatars locaux innombrables à tout prix, y compris au prix de pertes civiles importantes. Et c'est aujourd'hui la Russie qui, dans les airs mais aussi au sol, avec l'Iran et le régime syrien, «fait la guerre», se bat contre le terrorisme islamiste qui menace tout l'Occident, gangrène nos vieilles sociétés repues et pacifiques et nous prend pour cible. Ils «font le job». Un horrible job. Dans l'immédiat, il faut choisir entre le soutien à l'Etat syrien - que le régime d'Assad incarne-, et DAECH et Cie.

Voici décrite…la Syrie d'avant la guerre ! Ce terrifiant carnage n'aurait-il donc été qu'un coup d'épée dans l'eau ?

Le sommet est atteint à la fin de l'intervention ministérielle, lorsque l'on apprend que «la Syrie future devra être unitaire, avoir des structures étatiques stables, être protectrice de toutes ses minorités, mettre en place des institutions solides, contrôler son armée et ses Services…» (sic)! Les bras nous en tombent. Voici décrite…la Syrie d'avant la guerre! Ce terrifiant carnage n'aurait-il donc été qu'un coup d'épée dans l'eau?

François Hollandes'interroge publiquement dans une émission de divertissement, devant l'animateur Yann Barthes sur TMC, de l'opportunité de recevoir Vladimir Poutine à Paris.

Mais le pire était à venir. Ce matin, nous avons franchi un nouveau seuil dans le ridicule et le suicide politique. Au moment où il est d'une extrême urgence de se parler enfin à cœur ouvert, de dire la vérité, d'abandonner les poses et les anathèmes, de ne plus se tromper d'ennemi, de faire front commun - comme l'ont proposé les Russes depuis des lustres -, contre l'islamisme qui a décidé notre perte et s'esclaffe de notre ahurissante naïveté et de notre faiblesse, le président de la République française s'interroge publiquement, de bon matin, dans une émission de divertissement, devant l'animateur Yann Barthes sur TMC, sur l'opportunité de recevoir Vladimir Poutine à Paris le 19 octobre prochain! «P'têt ben qu'oui, p'têt ben qu'non …» La réponse de Moscou à cette insulte ne s'est pas fait attendre: le Président russe ne viendra pas. Nous sommes au fond du fond du fond de l'impuissance politique et l'on se laisse couler, saisis par l'ivresse des profondeurs en croyant surnager.

Hauteur de vue et profondeur de champ, véritable souci pour la souffrance humaine: la realpolitik est la solution, pas le mal. La confusion permanente entre l'Etat syrien et le régime syrien nourrit la guerre. C'est l'Etat qu'il faut aider à survivre à l'offensive islamiste au lieu d'encourager les mouvements terroristes à le déstructurer. Le sort de Bachar el Assad est à la fois central et accessoire. Si l'Etat syrien devait tomber sous la coupe de DAECH ou sous celle d'Al Nosra et de ses avatars, alors ce seront les massacres communautaires et le chaos. Qui aura alors des comptes à rendre pour les avoir laissé advenir?

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL syrie
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 22:17

Grande consultation citoyenne - Rendre incontournable ce que demande le peuple !

65 000 ENQUÊTES REMPLIES

400 000 PERSONNES RENCONTRÉES.

C’EST ENSEMBLE QUE NOUS POURRONS ÉCRIRE UN NOUVEAU RÉCIT COMMUN.

1 - Depuis le printemps, les militantes et militants communistes se démultiplient pour venir à votre rencontre. Ils veulent entendre vos préoccupations, vos attentes, vos idées, vos propositions. Et leur donner de l’écho. Ils veulent que le débat politique parle de vos vies et de vos espoirs. Ils veulent que la politique, trop souvent confisquée et mise au service des forces de l’argent, redevienne une propriété populaire.

2 - Cette enquête nous a aussi permis de mettre en débat des idées et nos propositions dans la société. Il y beaucoup à faire et beaucoup est possible !

3 - Cette enquête révèle un visage de la France qu’on ne voit pas dans les médias. Nous allons la faire connaître partout pour que la parole populaire donne le ton du débat politique. Continuons. Emparez-vous de cette enquête, discutez-là, débattons-là et inventons l’avenir !

2017

A l’approche des échéances de 2017, c’est le désintérêt qui domine. Cela peut préparer des catastrophes politiques. L’immense majorité d’entre nous les paierait au prix fort.

Le Parti communiste français ne se résigne pas. Il veut être utile à changer les choses avec vous.

Nous pouvons faire de 2017 une année utile à notre peuple et aux peuples du monde.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES PCF
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 20:33

Les vétos américains aux Nations Unies
en faveur d'Israël depui
s 1973

Juillet 1973, S/10974,
Le vote: 13 en faveur, 1 veto (USA), 1 abstention.
La résolution a déploré fortement l'occupation d'Israël des territoires arabes depuis 1967 , et a exprimé l'inquiétude sérieuse avec le manque des autorités israéliennes de coopération avec l'ONU Représentant Spécial du Secrétaire Général.

Janvier 1976, S/11940,
Le vote: 9 en faveur, 1 veto (USA), 3 abstentions.
La résolution a demandé le retrait israélien des territoires arabes occupés depuis 1967, et a déploré le refus d'Israël pour rendre effectif des résolutions pertinentes de l'ONU. Il a réaffirmé le droit des palestiniens à l'auto-détermination en outre, et le droit de retour pour les réfugiés palestiniens.

Mars 1976, S/12022,
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
Dans l'avant-projet, le conseil de sécurité a exprimé sa profonde inquiétude sur les mesures israéliennes de changer le caractère des territoires occupés, en particulier Jérusalem, l'établissement de règlements israéliens, violations des droits de l'homme, et a demandé une fin de tel mesure.

Juin 1976, S/12119,
Le vote: 10 en faveur, 1 veto (USA), 4 abstentions.
La résolution a affirmé le droit des palestiniens à l'auto-détermination, le droit de retour, et le droit à indépendance nationale.

Avril 1980, S/13911,
Le vote: 10 en faveur, 1 veto (USA), 4 abstentions.
La résolution a affirmé le droit palestinien d'établir un état indépendant, le droit de retour ou compensation pour perte de propriété pour réfugiés qui ne souhaitent pas revenir, et retrait israélien des territoires arabes occupés depuis 1967.

Avril 1982, S/14943,
Le vote: 13 en faveur, 1 veto (USA), 1 abstention.
Dans l'avant-projet, le conseil de sécurité a dénoncé l'intervention israélienne avec gouvernement local dans la Bande Ouest, et ses violations des droits et libertés de la population dans la Banque Ouest et la bande de Gaza. La résolution a fait appel à Israël pour terminer toutes les activités en infraction en outre de la Quatrième Convention de Genève.

Avril 1982, S/14985,
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
L'avant-projet a condamné la fusillade à Haram Al - Sharif 11 avril, 1982, fortement et a fait appel à Israël observer et appliquer les vivres de l'En avant Convention de Genève, et autres lois internationales.

Juin 1982, S/15185,
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
L'avant-projet de la résolution a condamné le non-respect israélien avec les résolutions 508 et 509, a conseillé vivement aux partis de se conformer avec Convention de la Haye de 1907, et a répété les demandes du conseil de sécurité de retrait israélien de Liban.

Juin 1982, S/15255/Rev. 2
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
La résolution a demandé le retrait immédiat d'Israélien et forces palestiniennes de régions dans et autour de Beyrouth, et que les partis se conformeraient avec résolution 508. Il a demandé en outre que le Secrétaire Général placerait des observateurs militaires de l'ONU pour surveiller le cessez-le-feu et le désengagement dans et autour de Beyrouth, et que le Secrétaire Général ferait des propositions pour l'installation d'une force ONU pour prendre des positions à côté de la force de l'interposition libanaise.

Août 1982, S/15347/Rev. 1
Le vote: 11 en faveur, 1 veto (USA), 3 abstentions.
La résolution a condamné l'Israël pour ne rendre pas effectif de résolutions 516 et 517, demandé leur mise en oeuvre immédiate, fortement et a décidé que tous les états membres de l' ONU s'abstiendraient de fournir à Israël des armes ou autre aide militaire jusqu'au retrait israélien de territoire libanais.

Août 1983, S/15895,
Le vote: 13 en faveur, 1 veto (USA), 1 abstention.
La résolution fait appel à Israël pour cesser l'établissement de nouveaux règlements dans les territoires arabes occupé depuis 1967, démanteler des règlements existants, et adhérer à la Convention de Genève relatif à la Protection de Personnes Civiles dans Time de Guerre. La résolution a repoussé expulsions israéliennes et transferts de civils palestiniens en outre, et a condamné des attaques contre la population civile arabe. Le conseil de sécurité a aussi fait appel à autres états pour s'abstenir d'Israël donnant toute assistance en rapport avec les règlements, et énoncé son intention d'examiner des façons de fixer la mise en oeuvre de la résolution, dans l'événement de non-respect israélien,

Septembre 1985, S/17459,
Le vote: 10 en faveur, 1 veto (USA), 4 abstentions.
L'avant-projet de la résolution a déploré les mesures répressives appliquées par les autorités israéliennes contre la population palestinienne dans les territoires occupés, et a fait appel à Israël pour cesser l'usage de mesures répressives immédiatement, y compris l'usage des couvre-feu, les expulsions, et les détentions.

Janvier 1986, S/17769,
Le vote: 13 en faveur, 1 veto (USA), 1 abstention.
La résolution a déploré le refus israélien pour appliquer les résolutions du conseil de sécurité plus tôt fortement, et a fait appel à Israël pour se conformer avec ces résolutions, aussi bien que les normes de loi internationale qui gouvernent l'occupation militaire telle que la Quatrième Convention de Genève. Le conseil de sécurité a aussi exprimé l'inquiétude profonde avec violations de la sainteté du Haram Al - Sharif, et avec mesures israéliennes visées changer le caractère des territoires occupés, y compris Jérusalem.

Janvier 1988, S/19466,
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
La résolution fait appel à Israël pour accepter l'application de la Convention de Genève relatif à la Protection de Personnes Civiles en temps de Guerre aux territoires a occupé depuis 1967, et conformer à la Convention. La résolution a fait appel à Israël pour s'abstenir de pratiques qui violent les droits de l'homme des gens palestiniens de plus.

Avril 1988, S/19780,
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
La résolution a exprimé sa sérieuse inquiétude de l'usage israélien de punition collective, y compris démolitions de maison. Il a condamné les pratiques utilisées par les autorités israéliennes qui violent les droits de l'homme des Gens palestiniens, surtout le meurtre et blesser de civils palestiniens vulnérables par l'armée israélienne. Fait appel à Israël pour appliquer la Quatrième Convention de Genève, et lui a conseillé vivement de cesser d'expulser des Palestiniens.

Février 1989, S/20463,
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
La résolution a déploré la persistance israélienne de violer les droits de l'homme des gens palestiniens, en particulier la fusillade de civils palestiniens, y compris enfants, fortement. Il a aussi déploré le mépris d'Israël de décisions du conseil de sécurité, et a fait appel à Israël pour agir conformément à la Quatrième Convention de Genève et résolutions pertinentes du conseil de sécurité.

Juin 1989, S/20677,
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
La résolution a déploré les violations des droits de l'homme des gens palestiniens, a demandé que l'Israël s'abstiendrait d'expulser des civils palestiniens pour les territoires occupés, et qu'il assurerait déjà le retour sûr de ceux expulsé. Il a aussi fait appel à Israël pour se conformer avec la Quatrième Convention de Genève, et a demandé que le Secrétaire General donnerait des recommandations sur mesures qui garantissent l'acquiescement avec la Convention, et la protection de civils palestiniens dans les territoires occupés.

Novembre 1989, S/20945/Rev. 1
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
La résolution a déploré les violations israéliennes des droits de l'homme des gens palestiniens, y compris le siège de villes, fouiller de maisons, et confiscation de propriété. Il a fait appel à Israël endurer à la Quatrième Convention de Genève, soulever le siège, et rendre la propriété confisquée à ses propriétaires. La résolution a demandé que le Secrétaire General conduirait écoute sur place de la situation dans les territoires occupés.

Mai 1990, S/21326,
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
La résolution de l'avant-projet a essayé d'établir un ordre pour examiner la situation été en rapport avec les politiques israéliennes et les entraînements dans les territoires occupés, y compris Jérusalem.

Mai 1995, S/1995/394,
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
La résolution a confirmé que l'expropriation israélienne de terre palestinienne à Jérusalem De l'est était invalide, et a fait appel à Israël pour s'abstenir de telles actions. Il a aussi exprimé son support pour le processus de la paix De l'est Central et a conseillé vivement aux partis d'adhérer à l'accord a consenti sur.

Mars 1997, S/1997/199,
Le vote: 14 en faveur, 1 veto (USA).
La résolution a exprimé l'inquiétude profonde avec les plans israéliens de construire de nouveaux règlements à Jérusalem De l'est, et a fait appel à Israël cesser de mesures, y compris le bâtiment de règlements qui anticiperaient les dernières négociations du statut. La résolution a encore une fois fait appel à Israël pour se conformer aux vivres de la Convention de Genève.

Mars 1997, S/1997/241,
Le vote: 13 en faveur, 1 veto (USA), 1 abstention.
La résolution a demandé une fin à la construction israélienne de l'Abu Jabal règlement Ghneim à Jérusalem De l'est, et à toutes les autres mesures en rapport avec les règlements dans les territoires occupés.

Mars 2001, S/2001/270,
Le vote: 9 en faveur, 1 veto (USA), 4 abstentions.
La résolution a demandé un arrêt total et immédiat de tous les actes de violence, provocation, et punition collective, aussi bien qu'une cessation complète d'activités du règlement israéliennes, et une fin des fermetures des territoires occupés. La résolution a demandé la mise en oeuvre du Sharm El Cheikh accord en outre, et a exprimé la bonne volonté du conseil de sécurité se mettre en haut mécanismes à protéger les civils palestiniens, y compris l'établissement d'une ONU observateur force.

Décembre 2001, S/2001/1199,
Le vote: 12 en faveur, 1 veto (USA) 2 abstentions.
Dans la résolution, le conseil de sécurité a condamné tous les actes de terreur, d'exécutions extrajudicières, d'usage excessif de la force et la destruction de propriétés, et a demandé une fin de tous les actes de violence, destruction et provocation. La résolution a fait appel aux partis pour reprendre des négociations, et rendre effectif les recommandations du Rapport Mitchell. Il a aussi encouragé l'établissement d'un appareil de l'écoute pour la mise en oeuvre susmentionnée.

11 novembre 2006
Les Etats-Unis ont opposé leur veto, samedi au Conseil de sécurité de l'ONU, à un projet de résolution arabe condamnant les opérations militaires d'Israël dans la bande de Gaza, ainsi que les tirs de roquettes palestiniens sur Israël.
Le projet, déposé par le Qatar au nom du groupe arabe, a recueilli 10 voix pour et une contre -celle des Etats-Unis-, avec quatre abstentions, a indiqué le président du Conseil, l'ambassadeur du Pérou à l'ONU, Jorge Voto-Bernales. La voix contre étant celle d'un membre permanent du Conseil doté du droit de veto, la résolution a été rejetée.
Danemark, Grande-Bretagne, Japon et Slovaquie se sont abstenus.

4 janvier 2009
Bande de Gaza: les Etats-Unis bloquent une déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU.
Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont reconnu la nécessité d'arrêter les hostilités dans la bande de Gaza où Israël avait lancé une offensive terrestre samedi soir, mais les États-Unis ont bloqué l'adoption d'un texte en ce sens proposé par la Libye, selon une source diplomatique à l'ONU.
"Les Américains se sont opposés à l'adoption d'un communiqué de presse du président du Conseil pour les raisons inconnues tout en approuvant le contenu du texte" lors de consultations à huis clos qui ont duré quatre heures, selon la source diplomatique.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL Israël - Palestine
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 20:12

L’appel de Pierre Laurent : Assez de divisions !

L’appel de Pierre Laurent

Assez de divisions.

Reveillons la gauche !

En 2017, la France va choisir son avenir. Il serait fou de renoncer à un avenir de progrès social, écologique et de solidarité pour notre pays. Il serait fou de laisser la droite et l’extrême droite prendre les rênes pour installer la peur, la division, la précarité pour tous et la violence sociale. Il serait fou de laisser ceux qui nous gouvernent depuis cinq ans, Hollande, Valls ou Macron, nous emmener à la défaite. Ils ne nous représentent plus.

Les axes d’action d’un projet commun pour un changement à gauche, en rupture avec les logiques libérales, existent. Nos propositions, les vôtres, celles que vous avez exprimées dans la consultation citoyenne peuvent s’additionner. Mettons fin aux passe-droits, aux injustices et aux discriminations. Nous voulons l’égalité et la reconnaissance de notre travail comme nous l’avons exprimé dans la rue contre la loi El Khomri. Pour cela, reprenons le pouvoir aux vrais responsables de la crise, les puis­sances de l’argent et de la finance. Cela passe par une nouvelle République et un renouveau de la politique et de ses pratiques.

Depuis des mois, j’alerte sur les dangers de la division à gauche. Je ne m’y résous pas. Les forces de progrès, les forces vives de la gauche doivent s’unir, porter ensemble un nouveau projet de justice, d’égalité et de paix, et n’avoir pour cela qu’une seule candidature commune à l’élection présidentielle et partout des candidatures pour porter leurs exigences aux élections législatives.

Car, ne l’oublions pas, c’est au Parlement que demain, on votera les lois, pas à l’Elysée

Je lance un appel :

Que tous ceux qui partagent un tel projet s’unissent. Assez de divisions ! À toutes celles et ceux qui veulent l’union, je dis : entrez dans le débat, réunissez-vous, organisez-vous, pétitionnez, interpellez les responsables politiques dont vous attendez le rassemblement à gauche ! Nous, nous sommes partants. Ne laissons pas le pouvoir et la politique à d’autres : prenons-la en main.

Ensemble, on vaut mieux que ca !

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF ELECTIONS
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 07:17

Pierre le Corf a été l’objet d’un reportage sur France 2 malheureusement (et sans que cela ne me surprenne) ses propos et son action ont été détournés pour cause de propagande anti-syrienne et pro-djihadistes (ou terroristes), on a volontairement mélangé les quartiers et laissé croire que les "gentils" sont les "méchants", et réciproquement ..... notre presse est décidément de plus en plus lamentable !!! Ce qui était un contre-pouvoir est devenu un outil de propagande, subventionné et servile ...

Voici le lien pour le reportage

http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/video-syrie-dans-alep-un-francais-a-decide-daider-les-populations-bombardees_1857681.html

Et voici une petite mise au point, très saine, faite par ce Monsieur :

„De Pierre le Corf :
Merci pour vos message sur ma modeste action We are superheroes via le JT de FR2

... mais je voudrais compléter aux côtés de mon ami le Dr Nabil Antaki, que c'est tous les jours que des gens meurent ici du terrorisme, j'ai perdu des familles, des enfants, des connaissances, j'ai vu trop de gens mourir et ca continuera demain quand je me réveillerais, quand chacun se réveillera.
Je suis neutre ici en tant qu'humanitaire, mais je suis contre la barbarie et le fanatisme. Ceux que vous appelez rebelles n'existent pas autour d'Alep, ici ce ne sont que des drapeaux noirs tout autour de la ville, ceux de Al-Nusra, même drapeau que Daesh. Balles, mortiers, roquettes, bonbonnes de gaz remplies de clous et j'en passe. Ils arrachent la tête des prisonniers et civils qui refusent de se soumettre à la charia. La majorité d'entre eux sont Afghans, Tchétchènes, Irakiens etc, ne sont pas Syriens, ils souhaitent créer un état Islamique (Oui Daesh aussi = concurrents)

Ils apportent la mort et s'en nourrissent. En tirant sur les civils et en s'installant dans des villes et périphéries qu'ils prennent par la force, s'installant au milieu des civils, infrastructures (hôpitaux, écoles ou ils installent de l'armement) les prenants directement et indirectement en otage, puis tirant à l'arme lourde sur les civils de l'autre côté. Les avions défendent Alep de ces tirs et de ceux qui les provoquent, des civils meurent de l'autre côté à cause de cette présence terroriste. Cerise sur le gateau, des "White Helmets" qui viennent se précipiter pour secourir les civils touchés (ces derniers sont en majorité des combatants djihadistes de Al-Nosra, aussi noms rebelles en Occident) et utilisent les morts et blessés pour créer une communication béton contre le gouvernement Syrien et le peuple qui paye le prix dans le grand tableau de pertes et profits. Une chose que m'a dit un homme qui vivait avec Nusra m'a marqué "c'est drôle, on n'a pas de provisions mais toutes les semaines des armes neuves".

Regardez ce drapeau noir qui flotte sur la butte, très peu de personnes oseront publier ça ici ou même prendre une photo, mais c'est ce que vous trouverez autour d'Alep, j'ai pris cette photo aujourd'hui depuis une ligne de front avec une famille, un sniper tirait sur notre bâtiment. Faites vos propres recherches sur Al-Nusra (récemment renommé Front Fatah al-Cham ou armée libre), sur leurs actions et identité, vous vous y reconnaissez ? Je n'ai rien à gagner à vous dire tout ça, 99,9% des gens qui parlent de cette guerre aujourd'hui ne sont jamais venu ici en temps de guerre. Je suis humanitaire, je fais de mon mieux pour aider les gens, je fais juste de mon mieux et je ne veux pas vous dire quoi penser, mais je ne peux plus supporter de voir tant de gens mourir pour des mensonges qui arrangent tout le monde, jamais une guerre n'aura jamais fait couler autant de sang et d'encre grace aux technologies sociales, de l'encre et des mots qui tuent, soyez en conscient. Je vois ce qui se passe au quotidien, j'ai rencontré des dizaines de familles qui sont de ce côté après s'être échappés et affronte le même quotidien. Oui on ne peut pas fermer les yeux sur ceux qui meurent à l'Est, je prie pour eux même si la plupart d'entre eux qui sont restés croient au djihad, je prie pour que les enfants en particulier puissent échapper à cette guerre et se reconstruire par eux-même. S'il vous plaît, je sais que beaucoup de médias tentent de conditionner vos visions de ce conflit, mais prenez plus de recul, ça peut sauver des vies.

Disons que c'est une reflexion à voix haute mais si le monde est suffisamment fou pour se reconnaître en le Front Front Fatah al-Cham, je préfère encore rester là ou je suis et mourir.” (Fin du texte de Monsieur Le Corf)

Repost 0
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 16:02

La Gauche doit s’unir !

Christian Laval – Michèle Riot-Sarcey : « Au lieu de s’autodétruire, la gauche critique doit enfin s’unir ! » (Tribune parue dans le journal Le Monde du 5 octobre 2016). La gauche gouvernementale s'est autoanéantie, les « frondeurs » s'égarent dans le bal des ego. Pourtant, la gauche radicale peut encore s'organiser et élaborer un programme unique

Au temps du massacre du peuple syrien, face aux morts en Méditerranée, pendant le scandale du mur de Calais, au présent de l'affaire -Alstom, du procès de ce pitoyable Jérôme Cahuzac et de l'affaire Bygmalion, cette liste de scandales nous oblige à nous poser une simple question : que pouvons-nous espérer ? En ce temps défait, éclaté, où les mots les plus usités perdent leur sens, dans un espace fragmenté et concurrentiel où chacun ne voit plus l'autre que sous la figure d'un rival menaçant, le plus intolérable, c'est que nos représentants, totalement coupés du monde social, deviennent encore plus autistes à l'approche d'une campagne électorale qui incite aux délires les plus inattendus.

« Le temps » sortirait-il « de ses gonds » ?

Sommes-nous vraiment les contemporains de nos représentants politiques ? Sont-ils eux-mêmes les -contemporains de ces hommes et de ces femmes qui chaque jour doivent lutter pour leur propre survie ? Sont-ils à l'écoute de ce qui se passe autour d'eux, autour de nous ? Comment osent-ils parler de démocratie quand il faudrait avant tout tenir compte de ce qui est crié ou écrit sous toutes les formes de l'expression critique à distance du pouvoir en place ? Une masse croissante d'individus parfaitement conscients de la catastrophe qui s'annonce – humaine, écologique – s'époumone en vain, sans parvenir à ébranler la certitude affichée et dérisoire de « représentants » qui ne les représentent pas. Que lesdits représentants de la droite s'ingénient à regarder la réalité de leurs contemporains à la lueur de leurs fantasmes, que l'extrême droite se délecte du délitement des consciences en faisant croire à son adhésion à la démocratie, rien de surprenant, mais que ces dits représentants osent parler en notre nom, cela est proprement hallucinant.

Et que devient la gauche dans tout cela ? Que faut-il en attendre ?

Rien de la gauche gouvernementale, elle s'est -autoanéantie pendant cinq ans. Il subsiste bien sûr la galerie des frondeurs, restés au PS ! Quelles initiatives ont-ils prises ? Quelle alternative politique ont-ils proposée à tous ceux qui ont exprimé leur rejet de la loi El Khomri et leur lassitude du macronisme ? Quelle espérance d'émancipation renouvelée offrent-ils ? Et comment osent-ils se présenter à tour de rôle, seuls, au nom d'un peuple qu'ils ne connaissent guère à force d'avoir fréquenté les allées de l'Elysée ?

Responsabilité immense

La gauche de la gauche, comme il est convenu de l'appeler, ne semble pas plus avertie ni plus lucide que les autres représentants « élus ». Certes, elle promet, pour plus tard, de changer les règles du dispositif de délégation de -pouvoir dont personne ne veut plus, mais en attendant, lorsqu'il s'agit de désigner ses candidats, rien ne change : les ego de personne et les égoïsmes de parti s'imposent. C'est à qui s'autoproclamera « égotiquement » le seul représentant de tous parce qu'il est naturellement le meilleur. Il faut cesser ces petits jeux suicidaires entre amis. Il est encore temps.

La gauche dite radicale ou critique a perdu plus de dix ans à s'autodétruire alors que la colère était partout, que le néolibéralisme montrait ses conséquences désastreuses, que, pour d'importantes fractions des classes populaires, la gauche n'était pas encore synonyme de renoncement et de lâcheté devant les puissants. Oui, cette gauche-là, dont nous nous revendiquons, a été incapable de se constituer en force démocratiquement organisée, prisonnière des vieux schémas des partis d'avant-garde, des arrangements électoraux à géométrie variable, des « sauveurs suprêmes ». Elle a logiquement laissé place au découragement et au Front national. Oui, elle porte une responsabilité immense dans le désastre politique. Et cela suffit !

Il existe un mouvement social, des syndicats, des initiatives collectives, un foisonnement d'associations que nous avons rencontrées partout. Cette nébuleuse démocratique pratique la mise en commun des énergies et des idées, elle reformule l'avenir possible en renouant avec les utopies d'hier. Cette mouvance ne se sent plus représentée par les appareils, petits ou grands. La déconnexion entre l'activité démocratique à la base et le jeu des organisations politiques s'accroît. Nuit debout en est la plus manifeste des expressions créatrices.

Oui, il faut faire de la politique autrement, pour qu'elle soit l'affaire de tous. Pourquoi ne pas repartir de la base, c'est-à-dire du commencement ?

Avant de parler au nom des « insoumis » ou tout simplement des mécontents, avant que chaque organisation ne désigne son candidat ou ne décide de soutenir untel ou untel, pourquoi ne pas mettre en œuvre, tous ensemble, avec la mobilisation de toutes les organisations, l'élaboration d'un programme unique de la gauche critique à partir d'une réflexion construite collectivement ? Ce fut en juin l'idée des assemblées de citoyens, qui a échoué parce qu'elle était isolée. Mais, si toutes les composantes de cette gauche parvenaient in extremis à s'entendre sur un tel processus, il est certain qu'il aboutirait.

Oui, nous espérons, malgré tout, que ceux qui se réfèrent sans cesse au « peuple », à la « démocratie » et à la « république » mettent enfin en pratique les fondements de la liberté collective. Oui, nous disons qu'il y a encore une toute petite chance pour que cette gauche qui se dit différente fasse réellement la preuve de sa différence. Faute de quoi elle risque d'être engloutie dans les ténèbres des années qui nous attendent

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF
commenter cet article
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 15:56

@plaurent_pcf #QueDemandeLePeuple : le choix de la démocratie avant celui du candidat

Le Parti communiste veut une candidature commune de gauche alternative !

Le Parti communiste français va lancer au début de la semaine prochaine une « grande pétition nationale » en ligne pour appeler à une « candidature commune de gauche alternative », a annoncé samedi Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, lors de l’Emission pour la restitution de #LaGrandeConsultationCitoyenne.

Cela est à une grande initiative pour donner la chance au rassemblement d’une gauche désunie et ne pas sombrer en 2017. Samedi, Pierre Laurent a annoncé que le Parti communiste français allait lancer au début de la semaine prochaine une « grande pétition nationale ». L'objectif ? Appeler à une candidature commune de gauche alternative pour l'élection présidentielle. « Nous n'abandonnerons pas ce combat, il est essentiel », assure Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF.

Décision le 5 novembre

« Je n'emmènerai pas le peuple de France avec le Parti communiste à la présidentielle comme on va à l'abattoir, avec la droite et l'extrême-droite », a expliqué Pierre Laurent, qui a également annoncé qu'il réunira le 3 novembre « les personnalités favorables à cette démarche », notamment de la société civile.

Deux jours plus tard, le 5 novembre, la conférence nationale du PCF donnera aux communistes le choix entre plusieurs options de soutien pour la présidentielle et fixera le délai dans lequel ceux-ci devront se prononcer. Pierre Laurent l'assure, le PCF finira par prendre une décision sur le choix d'un candidat. Du succès de la pétition dépendra pas seulement l’attitude du PCF vis-à-vis de tel ou tel candidat(e) mais de la réussite de la Gauche en 2017.

@plaurent_pcf#, quedemandelepeuple personne ne le fait sauf nous ! Des centaines de milliers d'heures de débat citoyens dignes Tout le monde parle de démocratie, mais personne n'a fait ce que nous avons fait: 65 000 questionnaires ! Priorités: salaires, environnement, lutte contre les discriminations, éducation, santé, vivre ensemble. Ces priorités pourraient constituer un socle commun pour agir sans hiérarchie.

Le questionnaire @QueDemande le peuple doit permettre de construire un projet pour de vrai changement progressiste dans notre pays. Cette consultation confirme qu'il y a une majorité de progrès dans ce pays. Nous entrons en campagne, dans une autre campagne, celle où nous dialoguons avec les citoyens.

59% veulent que la politique protège contre la loi du plus fort & construise de l'égalité. Ce sera le fil conducteur pour nous. La protection de tous, la promotion de chacun dans l'égalité des droits, ce sera notre fil conducteur.

Nous entrons en campagne sur les priorités des Français. Nous voulons un débat d'abord sur le projet pas sur les personnes. C'est ce #QueDemandeLePeuple. Il y a une majorité socialement convergente mais politiquement divisée et médiatiquement étouffée. 80% des Français disent qu'ils ne veulent pas le même casting présidentiel qu'en 2012.

La semaine prochaine nous lancerons une grande pétition nationale pour une candidature commune à là présidentielle.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF
commenter cet article
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 08:15

«Informer n’est pas un délit». Menaces sur la liberté de la presse

VENDREDI, 7 OCTOBRE, 2016

HUMANITE.FR

Les sociétés des journalistes signataires font part de leur vive inquiétude à propos du projet de loi intitulé "égalité et citoyenneté" qui pourrait réduire dangereusement la liberté de la presse.

Ce texte est examiné par le Sénat depuis mardi. Il entend vider de son contenu la loi du 29 juillet 1881, sous couvert de lutter contre les abus d’internet. Le Sénat s’apprête à remettre en cause ce texte fondateur sans concertation préalable avec les représentants des journalistes.
De quoi s’agit-il ? Les sénateurs envisagent notamment jeter à la poubelle le principe de la prescription des délits de presse – à commencer par la diffamation – au bout de trois mois, à compter de la date de publication : sur le support internet, ces infractions deviendraient, de fait, imprescriptibles, au même titre que les crimes contre l’humanité.
Ainsi, les contenus audiovisuels rediffusés ou disponibles conjointement en ligne (podcasts, replays, etc…), pourront être poursuivis indéfiniment, ce qui introduit une discrimination manifeste entre les médias et les supports.

De même, selon le texte sénatorial, la presse en ligne, uniquement disponible sur internet, se trouve totalement discriminée par rapport à la presse diffusée à la fois sur support papier et internet, puisqu’elle sera, par nature, exclue de la prescription trimestrielle et soumise à un risque d’action tant que ses articles seront en ligne.
Par ailleurs, le texte prévoit de supprimer une garantie fondamentale des droits de la défense, reconnue comme telle par le Conseil constitutionnel. Aujourd’hui, c’est à celui qui s’estime diffamé ou injurié de préciser exactement par quel passage, et de qualifier le délit (injure, diffamation ou autre). S’il se trompe, son action est déclarée nulle par le tribunal. Ce système est très protecteur de la liberté de la presse est remis en cause par le Sénat qui ouvre la voie à des poursuites judiciaires dans lesquelles le journaliste devra se défendre sans savoir exactement ce qui lui est reproché.

Enfin, les sénateurs entendent autoriser le contournement de la loi de 1881, en permettant les actions en justice sur le fondement d'une simple faute civile. Du coup, toute personne, qu'il s'agisse d'un particulier ou d'une entreprise, pourra exiger des dommages et intérêts pour un article qui lui déplaira.
Nous, sociétés des journalistes, appelons tous les titres à nous rejoindre pour se mobiliser contre ce projet de loi liberticide, qui met en péril l’un des piliers de la démocratie, consacré par le Conseil constitutionnel et la Cour européenne des droits de l’Homme.

Texte signé par les sociétés de journalistes et de personnels d’organes de presse : Le Figaro, Libération , Les Echos, l’Humanité, Le Monde, Le Point, Médiapart, Télérama, TF1, France 2, l’Obs, BFM, franceinfo.fr, i-Télé/ Canal Plus, France 24, Europe 1, RTL, RFI, Capa, Premières lignes, Alaternatives économique, AEF, Bastamag, Agence TV presse, production ainsi que le collectif « Informer n’est pas un délit » sur les menaces qui planent sur la liberté de la presse.

Repost 0

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre