Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 01:09

le 16 juin 2012

 

> Copie à :
> Objet : tr: Fw: Position du Front de Gauche dans la 3ème après le 1er tour de l'élection législative
>
> Ci-joint le compte rendu d'une assemblée citoyenne qui se veut apolitique comme l'a prétendu son candidat  à 3,19%, ( bien que sous la coupe de JP GAY) ce qui porte à rire beaucoup de gens.....

 

.Dans le premier paragraphe ils sont déçu sans se remettre en cause, le choix des candidats, ( seul ERIC a fait un bon score sur son bureau de vote),  la campagne menée ne l'a pas été sur le terrain  laissant  place libre au FN  qui passe de 1,93 % à 7,41 % ( soit + 5,48 points)  pendant que le F.D.G où GAY était candidat en 2007 n'a progressé que de 0,84 %.......

Si MELENCHON a obtenu 10,24 % aux présidentielles sur la circonscription le résultat aux législatives est divisé par plus de 3. Le choix  des candidats y est sans doute pour quelque chose: Thibault LALU qui se présente à des élections politiques et qui se réjouit d'être non encarté, que vient-il faire au F.D.G qui par définition est le rassemblement de partis politiques.....

 

Rien ne lui interdisait de se présenter seul, ou était t- il un leurre, j'ai mon opinion à ce sujet......

 

Eric ROUSSELIERE, lui aussi prône le même apolitisme, bien que encarté à la FASE dont il est le trésorier......La fédé a tout fait pour satisfaire la FASE et son camarade Jp GAY, voila le résultat. Des assemblées citoyennes où ils ont prêché la bonne parole à eux-mêmes en comité restreint de moins de 40 personnes, pas de porte à porte, pas de contact massif avec les salariés à l'entreprise, peu d'action pour convaincre le prolo que le SMIC à 1700€ c'était possible, ainsi que la retraite à 60 ans. et comment on se proposait de financer tout cela, rien pour combattre le FN. ETC........

 

Tout ceci a été cautionné par la fédé, le Conseil  Départemental qui a validé ces choix avec" une expérience unique en FRANCE". On en mesure aujourd'hui la stupidité......puisqu'il n'y pas la moindre autocritique de GAY, au contraire il s'en prend aux autres. Dans le second paragraphe, il s'insurge contre le transfert de l'hopital, pourtant pendant les cantonales nous avions (la section Thouarsaise du PCF) organisé un débat sur ce sujet, personne de la FASE, ni JEANNINE ni ELIE que des membres du comité de défense de l'hôpital, quelques socialistes et personnels hôspitaliers. Il faut noterque Ph COCHARD membre de la FASE et de la  la CGT a opté pour le transfert à Faye l'Abbesse....

 

Idem pour la porcherie, où seul, en tant que Parti les communistes ont tracté au nom du PCF contre ce projet, avec plusieurs articles dans la presse, jamais vu la FASE ni d'autres communistes que nous-mêmes. Bien sûr GRELLIER a voté le traité de Lisbonne, mais ce n'est pas ce type d'argument qui à lui seul peut convaincre le prolo,mais c'est de prendre en compte leurs souffrances au travail dans la vie en respectant leurs contradictions,leurs idées reçues, et c'est sur le terrain qu'il faut être.

En n'appelant pas à voter socialiste au second c'est leur faire une injure. A NIORT NATHALIE SEGUIN dès 11 juin écrivait dans la NR: J'apelle à voter Geneviève GAILLARD sans réserve,  pourtant elle aussi était la candidate communiste du F.D.G...... 

Ici, il faut une assemblée de fantoches pour valider l'amertume du gourou avec bien sûr la bénédiction decertains  communistes. Le candidat ne dit mot...... L'assemblée citoyenne a dû arréter sa marche, le chef  est en vacances jusqu'au 12 septembre, le F.D.G aussi sans doute.....

 

Pour la petite histoire voici la partie principale du communiqué de presse  du porte parole de la FASE  juste après le premier tour des cantonnales en 2011: "Comme on pouvait malheureusement le prévoir, en faisant fi de l'accord départemental unitaire entre PC,PG,NPA et FASE, le refus d'ouverture et d'unité du responsable communiste local n'a pas permis d'atteindre le score à deux chiffres pourtant ouvertement espéré par les candidats du F.D.G du département. Avec des candidats unitaires de la gauche de la gauche, on aurait pu diminuer le nombre des abstentionnistes, dépasser les 10 % sur Thouars 1." Pour compléter je doit préciser  que la FASE et certains communistes les ont suivi, que la candidate J ZEEKAFF en 2004 plafonnait à 3,75 % (avec seulement 31,21 % d'abstention). J'obtiens 8,41 %, et la FASE critique à tour de bras, la Fédé par son silence cautionne....Le rôle  d'une fédération et d'un secrétaire fédéral n'est-il pas de fédérer ses membres avant tout, et non de les marginaliser, voir les exclure ?.

 

Je reste à la disposition de tous, et vous connaissez mon Email.

 

Cordialement E LEVINDRE

 

Voici, ci dessous, le texte signé (indûment) au nom du Front de gauche par Jean-Pierre GAY (FASE) autoproclamé porte-parole du FDG, émanant de la réunion d'une assemblée citoyenne à Noiterre le 12 juin 2012.

 

 

3ème circonscription des Deux-Sèvres


Election législative des 10 et 17 juin 2012


Trop de désaccords avec Jean Grellier


En votant majoritairement François Hollande le 6 mai, 34500 électeurs de notre circonscription souhaitaient « le changement ». Plus de 6000 d'entre eux, en portant leur voix au tour précédent sur Jean-Luc Mélenchon, demandaient une véritable alternative politique.


Nous sommes évidemment déçus que Thibaut Lalu et Eric Rousselière qui, sous les couleurs du Front de Gauche, portaient seuls la perspective d'un réel changement, n'aient obtenu que 1600 voix lors du 1er tour de l'élection législative (merci à ces 1600 électeurs de leur soutien).

Nous sommes aussi inquiets que 40 % des inscrits (soit 34000 personnes) aient boudé les urnes dimanche et que les autres aient largement porté leurs suffrages sur les deux candidats préalablement plébiscités par les médias.

Alors que cette élection avait un enjeu national, Jean Grellier et Philippe Mouiller ont fait principalement une campagne de territoire et ont avancé des propositions très proches sinon identiques sur nombre de dossiers locaux ; à eux deux ils obtiennent 41000 voix sur les 50000 exprimées !


Devons-nous en déduire qu'une majorité des habitants du nord Deux-Sèvres souhaitent que leur hôpital soit transféré sur un site unique à Faye-l'Abbesse ou que l'on construise -au nom sans doute de la libre entreprise- une porcherie industrielle à Luzay ? Ou encore qu'ils exigent une 4- voies entre Bressuire et Parthenay sans en mesurer les conséquences écologiques et se contenteront d'un train touristique au départ de Thouars ? Devons-nous penser qu'ils ne
s'inquiètent guère du probable et rapide dépôt de bilan de Heuliez SAS et Mia-Electric, entreprises que Jean Grellier avait pourtant qualifiées d'« exemple français » dans un ouvrage à la gloire de son action ? Devons-nous imaginer qu'ils ne se préoccupent pas davantage de la mise en oeuvre de la transition écologique de l'agriculture, que nous étions seuls à proposer ?


Nous ne le pensons pas mais force nous est de constater que dimanche soir Jean Grellier a appelé à la mobilisation des abstentionnistes pour assurer sa réélection, se gardant bien de solliciter les voix du Front de Gauche ! En 2008 il a voté avec la droite le traité de Lisbonne, au mépris du vote majoritaire des Français au référendum sur le TCE ; tout récemment il a laissé adopter le mécanisme européen de stabilité. Que fera-t-il lors du prochain traité européen (règle d'or austéritaire) ? Appellera-t-il à un référendum comme nous le souhaitons ? Nous sommes enclins à penser que non.


Les propositions du parti socialiste et de son candidat s'opposent pour la plupart aux nôtres ; c'est pourquoi, et parce que la victoire de Jean Grellier est très probable dimanche prochain, le Front de Gauche nord Deux-Sèvres laisse ses électeurs libres de leur vote.


Le combat du Front de Gauche pour une véritable alternative politique à gauche se poursuivra dans les semaines et les mois à venir avec la participation de toutes celles et ceux qui le souhaiteront.


Ce texte a été adopté après débat par l'assemblée citoyenne du Front de Gauche nord Deux-Sèvres, réunie à Noirterre le 12 juin 2012.

 

__________________________________________________________________________________________________

 

Commentaire de Bruno Fornaciari

Comme le reconnaît l'auteur du texte, les candidats (improprement labellisés Front de gauche) Lalu et Rousselière ont perdu 4400 voix sur le score Mélenchon à la Présidentielle. Et l'on comprend leur déceprtion. L'on aurait pu s'attendre à une première analyse de la campagne électorale, de l'activité, du contenu et de la fréquentation des assemblées citoyennes. Un premier bilan aurait pu aussi intégrer la réflexion selon laquelle les désaccords de fond avec les communistes sur la nature du Front de Gauche, la stratégie déployée par les assemblées citoyennes et leur porte-paroles ou animateur autoproclamés Jean-Pierre Gay et Elie maudet , sur  les désaccords sur les candidatures qui auraient dues être communes et conformes à l'accord national signé par les Partis composant le Front de gauche,  sur le fond et la forme de la campagne électorale qui ont entraîné l'absence de mobilisation des communistes,  ont pesé sur les résultats qui traduisent  un certain désintérêt de l'électorat qui s'était porté sur le candidat du Front de gauche à la présidentielle.

 

Au lieu  d'une réflexion introspective, Jean-Pierre Gay et les assemblées citoyennes "dégainent". Et arrosent de leurs critiques ceux qui se réclament de  François Hollande (celui pour lequel ils n'ont pas appelé à voter pour le 2e tour face à Sarkozy, mais seulement à battre le candidat de droite), et refusent, cette fois-ci, d'appeler à voter pour le candidat de gauche Jean Grellier que le suffrage universel a placé en tête au premier tour dans notre 3e circonscription, et battre la droite..

 

Cette position sectaire de repli de quelques-uns, attribuée frauduleusement au Front de gauche, alors  que ce n'est pas la position du Front de gauche, qui comme on le sait a appelé partout à reporter les suffrages sur le candidat pacé en t^te de la gauche, a été réprouvée par les communistes de la section Thouarsaise. Celle-ci a elle-même remis un communiqué  à "la Nouvelle république" sur sa position,communiqué publié sur ce même blog et Facebook,  appelant sans ambiguïté ni reserve à voter pour le PS et battre la droite. Nous inscrivons cette position dans la volonté d'agir pour réussir le changement espéré majoritairement par notre peuple.

 

Il est navrant de constater que Jean-Pierre Gay, comme à son habitude pourrait-on dire, prend ses désirs pour des réalités et n'hésite pas à usurper le label front de gauche pour faire valoir une politique et une position personnelles, plus proche de celle du NPA que de celle du Front de gauche, dont il vient de disloquer l'organisation et diviser ses membres. Son action et son sens en sont discréditées. Il va falloir reconstruire.

 

Qu'ils parte en vacances, comme il l'annonce, lui fera le plus grand bien pour retrouver ses esprits.

 

Pour ma part, je continuerai, au sein de mon parti (PCF) et dans le cadre d'un Front de gauche reconstitué et réhabilité, à déployer les idées, les propositions et les actions indispensables auxquelles les travailleurs,(euses), les citoyen(ne)s sont invités à participer pour réussir le changement.

 

Chacun le constate, le Parti Communiste, par le sérieux de ses positions, la justesse de ses propositions et de  son action, son expérience et la valeur de ses militants, son ouverture aux autres et la force de ses convictions, s'avère un précieux atout pour  le Front de gauche et la gauche toute entière.  C'est tout le sens que les 10 députés Front de gauche qui viennent d'être élus et qui formeront un groupe à l'assemblée nationale s'efforceront de faire vivre relayé par les forces sociales et intellectuelles intéressées par des progrès sociaux, économiqies et sociétaux, dans cette assemblée dominée par le Parti Socialiste majoritaire à lui seul.

 

Les candidats du Front de Gauche et du PCF en particulier,en progressant de plus de 500 000 voix et  leur poucentage passant de 4,25% à près de 7% perdent, malgré cela, 9 députés. Les institutions, accentuées par  l'inversion du calendrier électoral  qui fait de la seule élection présidentielle la référence politique en renforçant la bi-polarisation et en minorant la représentation démocratique pluraliste des citoyens, révèlent une anomalie que le rétablissement du scrutin à la proportionnelle pourrait corriger.

 

Je lance un appel aux communistes pour qu'ils se mobilisent, pour qu'ils débattent de la politique de leur Parti, pour qu'ils se rassemblent et fasse vivre la démocratie et la fraternité en son sein, pour que la diversité des analyses, des expériences, des positions, participent du patrimoine commun dont nous pouvons être fiers. Et au non communistes, à rejoindre ce Parti, pour lui apporter du sang neuf et le renforcer pour mieux encore être le Parti communiste moderne et révolutionnaire qu'il doit être pour être utile à notre peuple.

 

 

SAINT-VARENT le 18 juin 2012

 

-

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 21:00

 

Les premières estimations, ce soir, confirment le basculement de l'Assemblée nationale à gauche. La page du pouvoir sarkozyste en France est définitivement tournée mais le parti de l'ancien président sauve un nombre substantiel de sièges. Il ne fait aucun doute que la droite saura s'en servir pour multiplier les obstacles au changement dans notre pays. L'entrée du FN dans l'hémicycle qui reste heureusement circonscrite est un signal d'alarme supplémentaire.

 

A gauche, le Parti socialiste parvient à son objectif et dispose à lui tout seul d'une majorité absolue. Le Front de gauche aura moins de députés malgré un gain en nombre de voix et en pourcentage mais les conditions semblent ce soir réunies pour la constitution d'un groupe à l'Assemblée. Si cela se confirme, c'est une bonne nouvelle pour la démocratie.

 

Force est de constater, cependant, que le mode de scrutin et l'inversion du calendrier électoral dénaturent la portée des élections législatives et déforment le paysage de l'Assemblée nationale au profit du bipartisme. A gauche, la majorité législative est ainsi distordue par rapport à la réalité de la majorité politique de gauche dans le pays. Le PS totalise 65% des voix de la gauche à l'élection présidentielle, près de 70% avec ses alliés aux législatives et obtient  plus de 90% des députés de gauche.

 

Le Front de gauche totalise 25% des voix de gauche à la présidentielle, 15% aux législatives et compte moins de 5% des députés de gauche. C'est une anomalie provoquée par une logique institutionnelle implacable qui, de scrutins en scrutin, a permis aux deux plus grosses formations de monopoliser aujourd'hui 90% des sièges à l'Assemblée nationale.

 

En dépit de cette injustice, le Front de gauche avec l'influence qui est la sienne dans le pays, avec ses deux groupes au Parlement, ses élus sur le territoire et au Parlement européen, entend être une force d'initiatives et de propositions active et positive pour la réussite du changement dans notre pays.

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ELECTIONS
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 07:52

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 05:50
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 05:15

En 1981 à Caracas

Politique - le 15 Juin 2012

Disparition

Disparition de Roger Garaudy, de Staline à Mahomet

L’intellectuel communiste, au milieu du XXe siècle, a fait office de « philosophe officiel » du PCF, avant de dériver vers la religion catholique puis musulmane, et de s’abîmer dans le négationnisme.


Roger Garaudy, qui vient de disparaître à un mois de sa 99e année, a joué, pour bon nombre d’intellectuels communistes de l’époque stalinienne, le rôle aujourd’hui totalement impensable de « philosophe officiel » du Parti communiste français.

Après s’être revendiqué dans sa prime jeunesse comme « hérétique » (protestant) et « polémique », il adhère au PCF en 1933. Agrégé de philosophie en 1936, mobilisé en 1939, il sera déporté au camp de Djelfa, en Algérie, de 1940 à 1942. Au sortir de la Résistance, il sera élu député communiste du Tarn (1945-1951), puis de la Seine (1956-1958) et enfin sénateur de Paris jusqu’en 1962. Ses thèses sur Hegel, parues la même année sous le titre Dieu est mort, firent impression un temps sur la communauté philosophique des « marxologues » d’alors. Pour la première fois, le rapport entre l’idéalisme dialectique de Hegel et de Marx n’était pas réduit à un simple renversement matérialiste, mais envisagé comme la difficile et longue élaboration de catégories philosophiques universelles.

 

La conception stalinienne selon laquelle les questions de philosophie sont, en fin de compte, du ressort des instances politiques dirigeantes des partis qui se réclamaient du communisme a perduré, dans les faits, en France, au-delà de la célèbre session du Comité central d’Argenteuil de mars 1966, consacré aux « problèmes idéologiques et culturels ». Seuls quelques penseurs, comme Henri Lefebvre ou Louis Althusser ou encore Guy Besse, ont réagi au cadre étroit dans lequel, à l’instar du Pcus, le PCF enfermait ainsi la pensée marxiste. Cependant, les interventions de Jean Kanapa, Lucien Sève, Michel Simon et Michel Verret laissaient présager un humanisme marxiste « découlant de la tâche historique de la classe ouvrière ».

 

On peut dire que l’ouvrage de Garaudy, Marxismes du XXe siècle, paru en 1966, a commencé à souligner le retard dû au monolithisme imposé jusque-là par la peur communiste de « réviser » ou de « dépasser » « l’âme vivante du marxisme ». C’est dans le cadre de cette paralysie théorique que s’est déroulé, entre Garaudy et Althusser soutenu par ses disciples, un débat de plusieurs années sur le caractère humaniste ou non de la philosophie de Marx. Althusser ayant discerné entre la pensée du jeune Marx et celle du même à la maturité un « antihumanisme théorique », Garaudy enrôla sans dialectique l’ensemble de la révolution scientifique et technique au service de sa conception du marxisme et de « l’homme total ». Nul ne s’étonnera, dans ces conditions, qu’il se soit détaché, dès 1968, des théories communistes sur la nécessaire alliance des intellectuels avec la classe ouvrière. Pour lui, un seul bloc suffisait…

 

L’ancien « philosophe officiel » avait ajouté à la pensée de Marx d’autres approximations et des emprunts extérieurs qui ne passaient pas. C’est ainsi que, lorsque l’Algérie et l’Égypte déclarèrent s’engager dans la voie du socialisme, il privilégia le rôle positif de la religion dans les luttes de classe, allant jusqu’à affirmer qu’elle était davantage un « levain » des luttes populaires qu’un « opium du peuple ». C’est sans doute ce qui avait poussé 
Waldeck Rochet, secrétaire général du PCF, à affirmer que le PCF renonçait à « toute conception utilitariste » de l’intellectuel et reconnaissait la « liberté de création entière » pour tous les artistes et les savants, attirant seulement l’attention sur le fait que, pour « les sciences sociales comme la philosophie et l’économie politique, les problèmes se posaient dans des conditions différentes en raison du rapport direct de ces sciences avec la politique ». Roger Garaudy, soucieux d’articuler son dogmatisme passé avec cette avancée, avait publié, un an auparavant, un ouvrage d’esthétique tout à fait abusif puisqu’il étendait le « réalisme » (socialiste ?) à Saint-John Perse, Kafka et même Picasso (D’un réalisme sans rivages, 1965).

 

Peut-être conviendrait-il ici de parler de Garaudy cité par Claude Roy dans les Chercheurs de Dieu : « Le dogmatisme et la foi ont en commun la volonté de miser tout le poids de la vie sur ce que l’on croit. » Pour lui, Marx était déterministe et non un « penseur du possible ».

 

L’humanisme communiste sur la question de l’introduction du point de vue de la pratique dans la théorie s’est exprimé dès 1966 à Argenteuil, dans le combat incessant mené depuis par les communistes pour la réalisation concrète de l’union de la gauche. Et cela, dans le pluralisme et le respect des convictions philosophiques et religieuses des différents courants de pensée, individus et communautés, et non pas dans un « bloc historique ». La prise de parti critique pour une philosophie ou une autre ne relève absolument pas d’une discipline scientifique.

 

Peut-être peut-on attribuer à une compréhension erronée de cette reconnaissance du pluralisme, l’évolution ultime de Roger Garaudy qui, après s’être converti au catholicisme, se tourna en 1982 vers l’islamisme combattant, au nom d’un antisionisme virulent. Il publia, en janvier 1996, les Mythes fondateurs de la politique, aux éditions la Vieille Taupe, où il fit scandaleusement sienne la thèse négationniste d’un complot qui aurait inventé la Shoah pour justifier l’expansionnisme israélien. Il n’était évidemment plus membre du Parti communiste français, et ce depuis un quart de siècle…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEMOIRES - HOMMAGES - SOUVENIRS
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 05:06

 

 « Au premier tour des élections législatives de 2012, le Front de Gauche atteint le score de 9,39 % sur la 1ère circonscription des Deux-Sèvres, dont 11,46 % sur Niort.  Ce résultat (…) est la démonstration de notre progression, élection après élection (…). Il fait du Front de Gauche la 2ème force à gauche et la 3ème force politique de la circonscription.

Nous savons que ce résultat sera pris en compte demain comme nous savons prendre aujourd’hui nos responsabilités en appelant à voter Geneviève Gaillard le 17 juin prochain.


Nous remercions chaleureusement toutes les électrices et tous les électeurs qui ont donné leur voix au Front de Gauche, ainsi que tous les militants et sympathisants qui se sont investis sans compter dans la campagne.  


À l'heure où les nuages du chômage s’amoncellent et où les plans sociaux dissimulés jusqu’à l’élection présidentielle surgissent au grand jour, les propositions du Front de Gauche déclinées dans son programme « L'Humain d'abord » sont plus que jamais d’actualité. Nous comptons les faire entendre aujourd’hui et demain sur notre territoire. »

Nathalie SEGUIN et Gérard EPOULET

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ELECTIONS
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 22:56
La candidate socialiste de la 4è circonscription devrait concentrer ses forces contre la droite !

Quand elle m’a accusée d’avoir fait le découpage électoral avec la droite, je n’ai pas polémiqué.Quand elle m’a traitée de vieille je n’ai pas polémiqué.
Quand elle a dénigré mon bilan je n’ai pas polémiqué.

Quand elle est restée muette contre la droite et l’extrême droite, je n’ai toujours pas polémiqué !

Car, pour moi, l’essentiel résidait dans le besoin de défendre les intérêts des habitant-e-s de nos quatre villes.

Mais maintenant qu’elle appelle à l’abstention dans une circonscription où elle est déjà très haute au premier tour, je ne peux plus me taire.

On ne peut prendre ainsi les hommes et les femmes de nos quatre villes en otage en ne leur offrant comme seule perspective que de ne plus se mêler de politique. Non content de participer à un affaiblissement de la gauche en la divisant, la candidate socialiste participe maintenant au dénigrement de l’acte politique que constitue le vote à une élection. Il est temps que Madame Amzal et ses amis de la circonscription se reprennent, et retrouvent le chemin du combat politique qui est celui de l’engagement civique et citoyen. Il est temps qu’elle travaille à la réussite de la gauche comme moi je suis décidée à le faire.
Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 22:28

Environnement - le 14 Juin 2012

Geneviève Azam d'Attac : "L’économie verte, c’est la marchandisation de la nature"

Geneviève Azam, économiste et membre du conseil scientifique d’Attac nous explique l'importance du Somment des Peuples, qui se tiendra du 15 au 23 juin à Rio. Cette rencontre se veut une alternative réelle et constructive au Rio+20. Droit des peuples, critique de l’économie verte, ce sommet anti lobby propose une autre voie.

L'Humanité.fr : Comment est né le Sommet des peuples ?


Geneviève Azam : Le Sommet des peuples est un sommet alternatif au Rio+20. Nous connaissons déjà une grande partie des résultats du sommet. Des brouillons des conclusions qui vont être données ont circulé et nous savons qu’il n’y aura pas d’avancée significative. Au sein du Sommet des peuples, nous voulons réfléchir et émettre des déclarations communes, énoncer des positionnements politiques qui nous feront avancer vers la transition énergétique.

 

Qu’est-ce qui ne va pas dans Rio+20 ?


Le sommet de la Terre est parasité par une présence très forte de lobbys industriels, peut-être plus que jamais jamais dans un sommet de l’ONU. Il y a une critique partagée parmi tous les participants au Sommet des peuples (même si l’on observe des nuances) de l’économie verte. L’économie verte, c’est la marchandisation de la nature. Nous refusons que s’exerce un droit de propriété sur la nature, qui ne peut pas être gérée de manière rationnelle. Les services écosystémiques sont rendus gratuitement. C’est l’une des principales critiques que l’on peut faire du Rio+20.

 

Comment se positionne le Sommet des peuples par rapport au Rio+20 ?


Le Sommet des peuples n’est pas contre le Sommet de l’ONU. C’est pour cette raison que de nombreuses associations seront à la fois présente au Sommet de la terre et au Sommet des peuples. Il faut faire le lien entre les deux sommets.

 

Quels sont les thèmes qui seront spécifiquement abordés pendant le Sommet des peuples ?


Les droits humains, les droits de la terre, les droits sociaux ou les droits écologiques seront abordés. Globalement, le Sommet des peuples est là pour réaffirmer des droits et tenter de les protéger. C’est d’ailleurs normalement ce qu’on devrait pouvoir attendre du Sommet de la terre.

 

Au Brésil, en quoi ces problématiques sont plus importantes qu’ailleurs ?


Le Sommet de la terre est né sous l’initiative du gouvernement Lula. Aujourd’hui, le Brésil fait partie des pays qui poussent le plus au développement de cette économie verte. Le lobby agroindustriel brésilien est extrêmement puissant. On le vot à travers la construction du gigantesque barrage de Belo Monte ou de la poursuite de la déforestation. Pour une puissance émergente comme le Brésil, l’économie verte apparaît comme une manne pour satisfaire les besoins sociaux, éradiquer la pauvreté. Mais c’est une erreur. On peut très bien satisfaire les besoins sociaux des peuples sans économie verte.

 

Quelle est la position de l’ONU vis-à-vis du Sommet des peuples ?


Elle ne le reconnaît pas.

 

Depuis combien de temps travaillez-tout à la préparation de ce Sommet ?


Cela fait plusieurs mois, sinon années. A chaque grand rassemblement international nous y travaillons. Que ce soit au Forum socil de Porto Alegre, au G20 de Nice ou au Forum social de Dakar par exemple.

 

Le Sommet des Peuples en chiffres :
200 : c’est le nombre d’associations brésiliennes et internationales à l’initiative de la « Cupula dos Povos ».
15 000 : c’est le nombre de personnes que le Sommet des peuples espère accueillir par jour.
400 : c’est le nombre d’indiens qui vivront dans le village installé à l’occasion du Sommet des peuples à Rio de Janeiro. Provenant de vingt ethnies  brésiliennes comme les Guaranis, Tikunas, Tukanos, Gavioes, Kaiapos, Xavantes, Bororos etc...ils seront rejoints par 1200 indiens venus de toute l’Amérique.
600 : c’est le nombre d’ateliers autogérés qui auront lieu du 15 au 23 juin au sein du Sommet des peuples.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ECOLOGIE
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 22:11

Médias - le 13 Juin 2012

l'Humanité

Votre journal face à une nouvelle épreuve

par Patrick 
le Hyaric,
directeur 
de l’humanité.

 

Une nouvelle fois l’Humanité doit, au seuil de l’été, affronter une dure épreuve. Nous venons d’être sommés de quitter les lieux que nous occupons depuis mai 2008.

 

La cause ? La société propriétaire de l’immeuble, dont une partie est louée à l’Humanité, est entraînée dans le mauvais tourbillon de la double crise financière et immobilière, et par l’exigence de rendement financier imposé par les consortiums bancaires et financiers qui la surplombent.

 

Ce sont eux en fait les véritables propriétaires de cet immeuble conçu bien plus comme une usine à rendement financier que comme un bien abritant l’un des grands journaux de la presse écrite française.

 

Le différend existant entre les propriétaires de l’immeuble et leurs créanciers s’est conclu entre eux, par la mise en place d’un montage financier, établi sous la responsabilité des tribunaux. Ce montage exclut de fait le locataire que nous sommes et impose notre départ avant le 30 septembre prochain. Nous subissons ainsi un coup très dur. Depuis des mois, nous n’avons cessé de batailler pour trouver une solution qui préserve l’intérêt du journal, de celles et ceux qui y travaillent, ainsi que celui des lectrices et lecteurs.

 

Aujourd’hui, nous sommes contraints d’organiser un déménagement dans un délai très court, sans interrompre l’activité de nos journaux, l’Humanité, l’Humanité Dimanche, la Terre et la plate-forme numérique, tout en préparant la Fête de l’Humanité dont nous lancerons la diffusion du bon de soutien dans quelques jours.

 

Nous négocions la possibilité de louer des locaux dans un nouvel immeuble à Saint-Denis-Pleyel. Il s’agit d’un bâtiment de qualité, proche du métro, qui pourrait nous permettre de réduire un certain nombre de nos dépenses de loyer et de charges.

 

Notre colère est grande face à la situation qui nous est imposée par des puissances d’argent se souciant comme d’une guigne de nos missions d’information, de passeurs de culture et de contributeurs exigeants au débat démocratique.

 

Pour remplir ces missions, la presse doit être indépendante et ne pas avoir à subir les frasques de la finance.

 

Cela fait des années que nous réclamons un véritable débat national sur les conditions de cette indépendance. Elle passe par l’aide à la reconstitution des fonds propres des journaux, la limitation des hausses des coûts de production et de distribution, la renégociation des emprunts en cours, l’augmentation des aides publiques au nom des missions de service public, de contribution à la vie démocratique et au pluralisme des idées, à la culture, l’éducation populaire que nous assumons.

 

Malgré une augmentation de la diffusion de l’Humanité et de l’Humanité Dimanche depuis des mois, et un début de rétablissement de nos recettes publicitaires, nos comptes restent en déséquilibre à cause des hausses que nous subissons

.

Nous voulons en débattre avec la nouvelle majorité de gauche.

 

Nous appelons d’ores et déjà à la solidarité pour nous aider à affronter l’injuste situation qui nous est imposée, en diffusant dès les jours à venir le bon de soutien de la Fête de l’Humanité et en participant à la souscription publique que nous lancerons au cours de la Fête.


Nous allons continuer à nous battre de toutes nos forces pour que vive l’Humanité. C’est plus que jamais indispensable dans la nouvelle période qui s’ouvre, afin d’aider nos concitoyens et tous les progressistes à défricher des solutions neuves pour sortir de l’actuelle crise globale qui s’approfondit et pour que réussisse le changement à gauche.

 

Patrick 
le Hyaric

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 09:43

Communiqué de la section Thouarsaise du PCF le 14 juin 2012

 

La forte abstention et la bipolarisation accrue déforment la réalité et la diversité de la vie politique Deux-sévrienne et nationale. La présidentialisation du débat politique et l'inversion du calendrier électoral minorent et dénaturent la portée du scrutin législatif. C'est un grave problème démocratique que les ambitieuses réformes démocratiques institutionnelles proposées par les communistes et le Front de gauche, allant vers une 6e République, peuvent résoudre.

 

Avec seulement 3,18% dans la 3e circonscription contre 10,24 % aux Présidentielles, le Front de gauche subit son premier revers. Sans les communistes, la dynamique citoyenne escomptée n’a pas été créée dans cette campagne, c’est une déception pour tous. La défaite est donc sévère pour les instigateurs de la stratégie d’effacement du PCF qui ont imposé des candidats novices et inexpérimentées issus des «assemblées citoyennes, dont la campagne électorale élitiste n’a pas su populariser les grandes réformes proposées par le Front de Gauche. Cette « expérience  unique en France » selon ses auteurs, avec les assemblées, citoyennes n’auront pas été capables d’assurer une bonne représentativité du Front de gauche en perdant les deux tiers des suffrages qui s’étaient portés sur son candidat à la Présidentielle. Une fois de plus l’expérience démontre que de vouloir écarter les communistes de la bataille est contre-productif. «C’est l’une des seules circonscriptions en France où les candidats ne sont pas issus directement d’un parti » claironnait, pour sa part Thibault Lalu. L’efficacité  selon laquelle des candidats hors parti « pourraient « amplifier la participation populaire et faire vivre mieux encore la parole collective » et faire « place au peuple ». n’a pas été démontrée, bien au contraire. Ils n’ont pas pu « rassembler » ni le « maximum de voix », ni recevoir « la légitimité » des électeurs citoyens.

A titre de comparaison le candidat PCF/Front de gauche au cantonales Ernest Levindré, avait réalisé 8,41 % sur Thouars 1 tandis que Lalu n’obtenait seulement que 4 %.

En revanche, nous relevons l’excellent résultat des candidats PCF/Front de gauche, Nathalie Seguin et de son suppléant, Gérard Epoulet à NIORT de 9,39% en progression sur les cantonales récentes de 2011, au terme d’une campagne dynamique, intelligente, populaire, adaptée, que les militants communistes de la section de Niort ont su définir et impulser.


Contrairement aux déclarations inconséquentes et irresponsables de JP Gay et des assemblées citoyennes qui renvoient dos à dos UMP et PS, les communistes qui inscrivent leur action pour la réussite du changement et battre la droite, appellent les électeurs à confirmer cette volonté en votant au deuxième tour pour Jean Grellier candidat du PS arrivé en tête de la gauche.

 

Pour la section Thouarsaise du PCF

Ernest Levindré, Bruno Fornaciari, Joël Grellier      

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARTI DE GAUCHE

 

Jeudi 14 juin

3ème circonscription des Deux-Sèvres

Election législative des 10 et 17 juin 2012

Trop de désaccords avec Jean Grellier

 

      En votant majoritairement François Hollande le 6 mai, 34500 électeurs de notre circonscription souhaitaient « le changement ». Plus de 6000 d'entre eux, en portant leur voix au tour précédent sur Jean-Luc Mélenchon, demandaient une véritable alternative politique.

      Nous sommes évidemment déçus que Thibaut Lalu et Eric Rousselière qui, sous les couleurs du Front de Gauche, portaient seuls la perspective d'un réel changement, n'aient obtenu que 1600 voix lors du 1er tour de l'élection législative (merci à ces 1600 électeurs de leur soutien). Nous sommes aussi inquiets que 40 % des inscrits (soit 34000 personnes) aient boudé les urnes dimanche et que les autres aient largement porté leurs suffrages sur les deux candidats préalablement plébiscités par les médias. Alors que cette élection avait un enjeu national, Jean Grellier et Philippe Mouiller ont fait principalement une campagne de territoire et ont avancé des propositions très proches sinon identiques sur nombre de dossiers locaux ; à eux deux ils obtiennent 41000 voix sur les 50000 exprimées !

      Devons-nous en déduire qu'une majorité des habitants du nord Deux-Sèvres souhaitent que

leur hôpital soit transféré sur un site unique à Faye-l'Abbesse ou que l'on construise -au nom sans doute de la libre entreprise- une porcherie industrielle à Luzay ? Ou encore qu'ils exigent une 4-voies entre Bressuire et Parthenay sans en mesurer les conséquences écologiques et se

contenteront d'un train touristique au départ de Thouars ? Devons-nous penser qu'ils ne  s'inquiètent guère du probable et rapide dépôt de bilan de Heuliez SAS et Mia-Electric, entreprises que Jean Grellier avait pourtant qualifiées d'« exemple français » dans un ouvrage à la gloire de son action ? Devons-nous imaginer qu'ils ne se préoccupent pas davantage de la mise en oeuvre de la transition écologique de l'agriculture, que nous étions seuls à proposer ?

Nous ne le pensons pas mais force nous est de constater que dimanche soir Jean Grellier a appelé à la mobilisation des abstentionnistes pour assurer sa réélection, se gardant bien de solliciter les voix du Front de Gauche ! En 2008 il a voté avec la droite le traité de Lisbonne, au mépris du vote majoritaire des Français au référendum sur le TCE ; tout récemment il a laissé adopter le mécanisme européen de stabilité. Que fera-t-il lors du prochain traité européen (règle d'or austéritaire) ? Appellera-t-il à un référendum comme nous le souhaitons ? Nous sommes enclins à penser que non. Les propositions du parti socialiste et de son candidat s'opposent pour la plupart aux nôtres ; c'est pourquoi, et parce que la victoire de Jean Grellier est très probable dimanche prochain, le Front de Gauche nord Deux-Sèvres laisse ses électeurs libres de leur vote. Le combat du Front de Gauche pour une véritable alternative politique à gauche se poursuivra dans les semaines et les mois à venir avec la participation de toutes celles et ceux qui le souhaiteront.

Ce texte a été adopté après débat par l'assemblée citoyenne du Front de Gauche nord Deux-Sèvres, réunie à Noirterre le 12 juin 2012. 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ELECTIONS
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre