Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 04:37

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 14:32

Législatives: pas d'accord électoral entre le PS et le Front de gauche

Par LEXPRESS.fr, publié le 18/05/2012 à 15:28, mis à jour le 19/05/2012 à 15:23


Législatives: pas d'accord électoral entre le PS et le Front de gauche

Martine Aubry a toutefois estimé que cette absence d'accord ne devrait pas faire perdre de circonscriptions à la gauche, puisque les discussions portaient sur des zones où elle ne partait pas favorite mais où il s'agissait d'éviter son élimination dès le premier tour.

Reuters

Le Front de gauche a refusé de signer l'accord électoral concernant les circonscriptions où il y a un risque d'élimination de la gauche à l'issue du premier tour à cause du FN. 

Aucun accord national n'a été trouvé entre le PS, Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) et le Front de gauche (FG) pour les législatives sur les circonscriptions où il y a un risque d'élimination de la gauche à l'issue du premier tour à cause du Front national. C'est ce qu'a affirmé ce vendredi Lydie Benoist, responsable du PCF en charge des élections.  

Les négociations "n'ont pas abouti, et elles n'aboutiront pas", a-t-elle ajouté, tandis que le secrétaire national du Parti de gauche Eric Coquerel a déclaré qu'"il n'y a pas d'accord avec le Parti de gauche, donc pas d'accord avec le Front de gauche".  

 

Selon Lydie Benoist, le PCF "a fait des propositions pour 29 circonscriptions", permettant que 9 soient attribuées au FG (à répartir entre PCF, PG et Gauche unitaire), 8 à EELV, 11 au PS et une pour le PRG (Parti radical de gauche)."  

"On se retirait dans 13 circonscriptions sur 29, donc c'était un beau geste", a-t-elle ajouté. Or "le PS a trouvé que c'était insuffisant au total, car il voulait négocier sur davantage de circonscriptions". Le PS en début de semaine, avait effectivement cité le chiffre de 55. En outre, selon Lydie Benoist, "dans la répartition au sein du FG, il n'y avait pas d'accord entre le PCF et le PG".  

 

Aubry critique l'attitude du Parti de gauche

Eric Coquerel a souligné de son côté: "on demandait, nous, Parti de gauche d'avoir une circonscription gagnable dans cet accord. Ca nous a toujours été refusé, quelle que soit la proposition que nous faisions. A partir de là, ce n'est plus un accord, c'est un diktat. Or ce n'est pas notre style". 

Le Front de gauche souhaite un groupe "puissant" à l'Assemblée après le score à la présidentielle de Jean-Luc Mélenchon (11,1%) qui s'est, lui, lancé dans la circonscription socialiste de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) où Marine Le Pen (FN) est également candidate. 

 

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, a réagi à l'absence d'accord entre son parti et le Front de gauche, "une responsabilité qui dépend d'eux, que nous respectons, que nous regrettons". Elle met en avant les désaccord internes du Front du gauche entre le PCF et le Parti de gauche, dirigé par Jean-Luc Mélenchon. Elle a bien pris soin de préciser: "le travail a été mené avec le Parti communiste dans de très bonnes conditions, un très bon climat". 

Le Parti de Gauche a toutefois annoncé son retrait unilatéral de deux circonscriptions comportant un risque d'élimination de la gauche à l'issue du premier tour, la 7e de Moselle et la 1ere de l'Aube, "sans contrepartie", regrettant "profondément" l'absence d'accord avec le PS et EELV.  

 

Avec
_________________________________________________________________________________________________
commentaire :
La politique et la stratégie du PCF sont mises sous séquestre du Front de gauche et le bon vouloiur de Mélenchon et du parti de gauche. En effet, ce dernier, déni un accord Front de Gauche avec qui que ce soit dan sla mesure ou le PG s'y oppose. Et dans ce cas, le Front de gauche ne peut passer d'accord.
Ce qui pose indéniablement une question au PCF sur sa capacité à poursuivre sa stratégie de rassemblement, dans des circonstances diverses, avec le FdG, dont il ne peut désormais plus dissocier sa propre stratégie de celle du Front de gauche.
Mais alors pourquoi encore un parti communiste. Pourquoi un Front (parti et mouvements) de gauche, dans la mesure où le front parle pour tous d'une même voix. Il ne s'agit donc plus d'un front mais d'un rassemblement organique. Je ne suis pas sûr que les communistes qui ont approuvé la stratégie de front de gauche et la candidature de Mélenchon aient opté pour les "mésaventures" au sujet des négociation avec le PS et EELV sur les circonscriptions où le danger d'élimination de la gauche au premier tour est réel, et où le Parti de Gauche, une fois de plus fait de la surenchère et determine sa position à l'aulne de ses intérêts particuliers.
Il va donc falloir reconsidérer soit la stratégie du Front de gauche, soit celle du PCF, soit les rapports entre les formations partenaires à l'intérieur du Front.
Je rappelle pour mémoire que le PCF constitue la partie principale du Front de Gauche, en terme de volonté et stratégie politique, en terme du nombre de militants, d'élus, de moyens (locaux, presse, moyens financiers), élus municipaux, départementaux, nationaux, en terme d'expérience historique et de notoriété, de relations les plus diverses y compris au plan international, de son programme, de ses "spécialistes" de tous ordres etc... dois-je-continuer?) Ce que ne possède pas nos ârtenaires fra$ichement convertis à la radicalité. Et je pense que le parti communiste ne peut résoudre sa politique à celle de l'accord de ses partenaires avec elle. Ou est l'indépendance et l'autonomie du PCF dans cette situation. Il nous a été fait le reproche de dépendre du PS (pour des raisons électorales) et il nous faudrait dépendre du parti de gauche ou des autres partenaires pour élaborer et faire vivre notre stratégie ? Sortir d'une camisole pour entrer de plein gré dans une autre plus destructrice encore? Pas sû que les communistes y souscrivent.
Pour moi, NON MERC.
BF

 

Repost 0
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 14:17

 

Passation de pouvoir au ministère de la Justice entre Christine Toubira et Michel Mercier, le 16 mai

  - le 18 Mai 2012

Harcèlement sexuel: un vide juridique "insupportable" pour Christiane Taubira

La nouvelle ministre de la justice a confirmé ce matin qu'une nouvelle loi sur le harcèlement sexuel est en préparation pour être le plus vite possible adoptée après l'abrogation du texte en vigueur par le Conseil constitutionnel dans l'entre-deux tours.


"J'ai eu hier une séance de travail avec le conseiller justice de l'Elysée, c'est un dossier qui sera traité en priorité", a assuré Christiane Taubira, ce matin  sur France Info, rappelant que François Hollande s'était engagé durant la campagne à adopter au plus vite un nouveau texte s'il était élu.

 

Le Conseil constitutionnel a abrogé le 4 mai, avec effet immédiat, l'article du code pénal sur le harcèlement sexuel, dont il a jugé la formulation trop floue. Toutes les procédures en cours fondées sur cet article sont de fait annulées. "C'est un vide juridique absolument insupportable", a déclaré la nouvelle ministre de la Justice. "C'est vraiment insupportable pour les victimes qui ont engagé des actions et se trouvent aujourd'hui, pratiquement, déboutées par l'arbitraire, d'une certaine façon", a-t-elle ajouté. "Même si nous respectons le travail du Conseil constitutionnel, dans une démocratie, il est difficile d'admettre cette disparition d'un droit qui est un droit essentiel", a-t-elle ajouté.  Un nouveau texte est en donc d'ores et déjà en préparation. "Nous ferons très vite et surtout très bien", a-t-elle assuré.

 

Des associations féministes et la gauche ont protesté contre la décision du Conseil constitutionnel, déposant même des plaintes contre lui. Ce dernier a justifié sa décision par le fait qu'un délit qui n'est pas précisément défini n'entre pas dans la norme de l'Etat de droit. Le texte abrogé, qui avait été adopté en 2002 par le précédent gouvernement de gauche dans le but de promouvoir une acception large du délit, stipulait : "le fait de harceler autrui dans le but d'obtenir des faveurs de nature sexuelle est puni d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende". Le Conseil oblige implicitement dans sa décision le gouvernement à préciser la notion de "harcèlement" comme dans sa version initiale de 1992 où il était question "d'ordres, de menaces ou de contraintes"

 

Christiane Taubira a par ailleurs été interrogée sur son engagement affirmé jeudi lors de sa prise de fonction à oeuvrer pour une "justice indépendante", assurant notamment qu'elle n'interviendrait pas auprès du parquet dans des dossiers individuels, même sensibles politiquement. "Je ne le ferai pas, c'est une consigne du président de la République, c'est une obligation constitutionnelle et le garde des Sceaux n'a aucune raison d'intervenir sur les dossiers individuels", a-t-elle dit. "Si on commence les dérogations et les exceptions, on annule totalement cet engagement de respect de la Constitution sur la justice indépendante", a-t-elle estimé.

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 04:34

Politique - le 17 Mai 2012

Arnaud Montebourg s'est donné pour mission de faire de son ministère du Redressement productif celui de la "reconquête" des emplois industriels, lors de la passation de pouvoirs jeudi avec le ministre sortant de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, François Baroin.


"Le ministère du Redressement productif est le ministère de la reconquête, c'est-à-dire de la création de l'emploi et du sauvetage, le plus possible, des emplois qui risquent d'être perdus", a déclaré le député de Saône-et-Loire en rappelant dans une brève allocution que la France avait perdu "750.000 emplois industriels et 900 usines" en dix ans. "Le producteur, l'entrepreneur, le chef d'entreprise, le créateur, l'ingénieur, le travailleur sont ceux qui assurent la prospérité d'un pays et sans eux, impossible d'imaginer un avenir. Un pays qui ne produit pas, qui ne produit plus, est dans la main des pays qui produisent", a-t-il ajouté.

 

"Nous aurons besoin d'imagination, decréativité, d'audace et de réalisme aussi", a poursuivi le nouveau ministre, qui s'était fait le chantre de la "démondialisation" durant la campagne pour la primaire socialiste à l'automne dernier. "La France a besoin d'imaginer les nouvelles frontières de son économie et de son industrie", a-t-il affirmé, avant de souhaiter à François Baroin "bon vent pour la suite" et "des voeux de tranquilité, peut-être" après des "années de tempête" sur le plan économique.

 

François Baroin avait auparavant adressé ses "chaleureuses félicitations" et souhaité "du fond du coeur (...) bonne chance" au nouveau ministre, auquel il a donné du "cher Arnaud". Il a défendu au passage le bilan économique du gouvernement sortant, déclarant quitter Bercy avec le sentiment "du devoir accompli". Une absence a été remarquée en revanche, celle d'Eric Besson, ministre sortant de l'Industrie, l'Energie et de l'Economie numérique. Cet ancien transfuge du PS, rallié à Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle 2007, est "parti en vacances", selon son entourage.

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOCIAL-ECONOMIE-FINANCES
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 04:29

 

Législatives / Les communistes jouent l'unité à gauche à Saint-Quentin

Publié le jeudi 17 mai 2012 à 11H00 -

 


SAINT-QUENTIN (Aisne). Ce n'est pas une bonne nouvelle pour Xavier Bertrand. Les communistes de la deuxième circonscription, réunis en assemblée générale mardi dernier, ont « décidé de prendre leurs responsabilités », ce qui signifie qu'ils ont décidé « de ne pas présenter les candidatures de nos camarades Corinne Becourt, membre du conseil national du PCF, et d'Olivier Tournay, conseiller municipal PCF à Saint-Quentin, à l'élection législative des 10 et 17 juin 2012 ».
Une décision qui repose sur l'analyse des résultats de la présidentielle dans lesquels les communistes saint-quentinois voient, « une dure sanction infligée à Nicolas Sarkozy et son gouvernement, notamment à Saint-Quentin » et qui traduit une démarche unitaire dont le seul but est de faire basculer la circonscription de la droite à la gauche : « Devant le risque du Front national et la multiplication des candidatures qui sont de nature à compromettre notre objectif de battre Xavier Bertrand, ministre du chômage de Sarkozy. »
Cela ne signifie pas que la section saint-quentinoise du PCF entre dans le rang. Elle dénonce toujours « l'obstination de la direction de la fédération de l'Aisne du PCF de maintenir contre l'avis majoritaire des communistes du Saint-Quentinois, un candidat pour le Front de Gauche, poursuivant ainsi le choix de la division » et refuse toujours de suivre la ligne officielle du parti. Mais, ce retrait place aussi en position délicate le candidat du Front de gauche, Guy Fontaine, qui risque de concentrer les critiques de ceux qui appellent à l'unité de la gauche derrière la socialiste Anne Ferreira.

Repost 0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 21:59

Monde - le 17 Mai 2012

La Grèce s'est dotée jeudi d'un gouvernement technique provisoire chargé d'expédier les affaires courantes jusqu'aux législatives du 17 juin, deuxième scrutin crucial en moins de deux mois. Le Front de gauche accueillera Alexis Tsipras, le président du Groupe Syriza au Parlement grec, lundi à l'Assemblée nationale.


Composé de 16 ministres, en majorité universitaires ou hauts fonctionnaires, le gouvernement d'affaires courantes grec dirigé par le président du Conseil d'Etat, Panayiotis Pikramenos, 67 ans, nommé Premier ministre, a comme objectif de préparer les élections, placées sous la menace d'une sortie de l'euro. Ce gouvernement ne pourra légiférer sur rien: le parlement sans majorité sorti des urnes le 6 mai, qui se réunit pour la première fois jeudi, doit être dissous vendredi, pour permettre le délai de vacance d'un mois prévu par la constitution avant chaque élection législative.

 

Le poste-clé du ministère des Finances a été attribué à Georges Zanias qui a dirigé depuis le début de la crise grecque en 2010 le conseil économique du pays. Ce professeur d'économie à l'université d'Athènes est aussi l'un des principaux négociateurs de la restructuration de la dette souveraine du pays, ayant permis l'effacement d'un tiers de la dette, et de la signature du deuxième prêt de 130 milliards d'euros sur trois ans accordé par la zone euro et le FMI en échange de la poursuite des réformes contenues dans un "memorandum" d'accord.

 

C'est le rejet des politiques d'austérité contenues dans ce memorandum et le vote sanction subi par les socialistes du Pasok et la droite de la Nouvelle-Démocratie, qui ont conduit à ce parlement sans majorité lors du scrutin du 6 mai. Après dix jours de tractations infructueuses des dirigeants de partis pour former un gouvernement de coalition, le président de la République Carolos Papoulias a été contraint de choisir mercredi M. Pikramenos, président de l'une des cours suprêmes du pays, comme le prévoit la constitution.

 

Alexis Tsipras, le président du Groupe Syriza arrive en tête des intentions de vote, d'après un sondage


Le nouveau scrutin, pour lequel la coalition de gauche anti-rigueur Syriza part largement favorite, a ranimé les inquiétudes sur l'avenir de la zone euro et accentué la menace récurrente de la sortie du pays de la monnaie unique, si la Grèce reniait ses engagements d'ajustement budgétaire et de réformes structurelles. Dirigé par Alexis Tsipras, Syriza arrive en tête des intentions de vote avec 22%, suivi par la Nouvelle Démocratie 19,5% et le Pasok 14%, selon un sondage publié jeudi par l'hebdomadaire Pontiki réalisé par l'institut Pulse sur un échantillon de 1.200 personnes à travers le pays.

 

Excepté les bourses très nerveuses depuis le scrutin du 6 mai, la paralysie politique en Grèce a également suscité un début de panique bancaire, avec des retraits de 700 millions d'euros pour la seule journée de lundi. Dans les rues d'Athènes néanmoins, aucune panique n'était perceptible, aucune queue devant les banques ou aux distributeurs, la plupart des gens interrogés demeurant fatalistes sur la situation de crise aigüe que connait le pays depuis deux ans. "On ne retire rien de la banque, car on n'a pas d'argent" soulignait ainsi une jeune vendeuse.

 

Lundi 21 mai à l'Assemblée nationale, sous l'égide du Parti de la Gauche Européenne, le Front de gauche accueillera Alexis Tsipras, Président du Groupe Syriza au Parlement grec. À 18h 30, un rassemblement public se tiendra devant l'Assemblée nationale, Place Edouard Hériot.

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 12:40

Bonjour,

 

Je viens de recevoir la copie du  mail que Michel Martin nouvel adhérent de novembre dernier adresse à la FD 79.

 

Fraternellement

 

Bruno fornaciari

 

 

Tout d’abord, concernant mon adhésion, je suis très surpris de ne pas avoir encore reçu ni ma carte ni aucun courrier en faisant état.

Ensuite, je suis tout autant étonné de ne pas être tenu au courant, par la fédération, de la préparation des élections législatives : aucun courrier, aucune information, pas d’appel à candidature, aucune proposition de candidature.

Enfin, j’apprends par plusieurs camarades de la section que certaines candidatures pour la 3ème circonscription n’ont pas été retenues et que le vote ne portera donc que sur des candidats uniques et désignés. Là encore ma surprise est grande. J’étais loin de m’imaginer, en adhérant au Parti Communiste Français, avoir à subir ce déni de démocratie.

Dans l’attente de réponses claires et argumentées,…

 


Une nouvelle fois les camarades de la 3ème circonscription des 2 sèvres sont devant le fait accompli, c'est à dire que les canditures autres que celles voulues par  la fédé n'ont pas été retenues pour le choix des communistes aux législatives. BRUNO FORNACIARI a saisi une fois de plus la commission des conflits pour que les règles statutaires soient respectées face au mépris de notre secrétaire fédéral: Jean Pierre GELOT. C'est inadmissible et il y a urgence........E LEVINDRE

 

 

Michel MARTIN

La Chaussée, n°3

79200 Gourgé

 

                                                                                                                             A L’attention du secrétaire de la                                                                                                                           Fédération du PCF

                                                                                                                             79000 NIORT

 

 

Bonjour,

J’ai adhéré au parti le 19/11/2011 ; alors aujourd’hui 12 avril, j’ai des questions qui appellent des réponses urgentes.

 

Tout d’abord, concernant mon adhésion, je suis très surpris de ne pas avoir encore reçu ni ma carte ni aucun courrier en faisant état.

Ensuite, je suis tout autant étonné de ne pas être tenu au courant, par la fédération, de la préparation des élections législatives : aucun courrier, aucune information, pas d’appel à candidature, aucune proposition de candidature.

Enfin, j’apprends par plusieurs camarades de la section que certaines candidatures pour la 3ème circonscription n’ont pas été retenues et que le vote ne portera donc que sur des candidats uniques et désignés. Là encore ma surprise est grande. J’étais loin de m’imaginer, en adhérant au Parti Communiste Français, à avoir à subir ce déni de démocratie.

Dans l’attente de réponses claires et argumentées, recevez mes salutations de camarade.

                                                                                                                                             Michel MARTIN

 

Saisie de la commission des conflits et information à la direction nationale du PCF

 

Bruno Fornaciari, Ernest Levindré, Joël Grellier

Membre du bureau provisoire de la section du thouarsais (79)

 

Thouars le 15 avril 2012

Chers camarades,

« Nous avançons nos arguments et nos critiques à visage découvert. En avons-nous le droit ? En démocratie, cela me semble même indispensable. Les communistes jugeront. La liberté de conscience est une chose précieuse. Elle doit être totale. Le droit de critiquer également. Cette affaire n’est pas qu’une question théorique. Elle est aussi pleine d'émotion pour une conscience communiste. Nous sommes tous des femmes et des hommes blessés de lire à notre encontre des choses qui nous semblent être des insultes humiliantes tellement elles sont caricaturales. Nous luttons pour la liberté et l’égalité entre les êtres humains, contre la peine de mort, contre le racisme, pour la paix, contre l’obscurantisme… et nous voilà moqués et injuriés de vile façon. Est-il possible de s’indigner ou sommes-nous forcés de nous taire par crainte d’être à nouveau insultés, comme censeurs ?Mais, d’abord, pourquoi ces attaques ? Il est connu que la bête blessée est toujours dangereuse. Nous en avons une nouvelle illustration ces derniers jours . Le « système politique » en place depuis près d’une quinzaine d’année, avec sa sage répartition des rôles des uns et des autres »… (Extraits d’une critique de la campagne du NL Obs  contre JL Mélenchon lors d’une conférence de presse d’Alexis Corbière. Et en italique le texte qui a été modifié qui pourrait s’appliquer à notre situation de communistes thouarsais). 

Que nos révélations dérangent, que nos arguments dérangent, que notre détermination dérange soit. Mais alors, que JP Gelot secrétaire fédéral des Deux-Sèvres réponde donc à nos questions. Au lieu de cela, comme d’habitude il fuit ses responsabilités, lâchement. Comme à l’accoutumée, il ne répond pas aux questions factuelles qui lui sont posées. Il se réfugie derrière une rhétorique scatologique, qu’il utilise en diversion, qui fonde la matrice de sa pensée profonde.  Et il nous faut malheureusement déplorer que ses déclarations, ses faits et gestes, qu’il place lui-même dans la fosse septique, nous parviennent les effluves nauséabonds qui agressent nos muqueuses olfactives et notre fierté communiste.

Celui qui se permet n’importe quoi se garde bien d’évoquer le fond des désaccords politiques qui sont le fondement de son hostilité à notre  égard et de la haine personnelle qu’il voue à l’un des nôtres.

 

Car, OUI ou NON, a-t-il décrété que, contrairement aux statuts du parti, seules les personnes désignées par la fédération à l’exclusion de toute autre pouvaient prétendre candidature? La réponse est OUI.

 

OUI ou NON n’a-t-il édité qu’un seul bulletin de vote, interdisant ainsi tout autre choix ? La réponse est OUI.

 

OUI ou NON comme le stipulent les statuts, a-t-il été constitué une commission électorale chargée d’élaborer la liste des adhérents/électeurs et d’examiner toutes les candidatures ? La réponse est NON,

 

OUI ou NON est-il prouvé que que le corps électoral a été tronqué, et que contrairement aux statuts, plusieurs camarades n’ont reçu ni information ni bulletin de vote? La réponse est OUI.

 

OUI ou NON a-t-il évincé et exclut, contrairement aux statuts, un camarade communiste au motif qu’il réclame, avec d’autres l’application des accords nationaux pour la désignation des candidats communistes dans la 3e circonscription. La réponse est OUI.

 

Est-il exact, OUI ou NON que ce n’est pas la première fois qu’il tente d’écarter les communistes qui expriment leur désaccord avec lui ? La réponse est encore OUI

 

OUI ou NON est-il vrai que les candidats désignés par l’assemblée citoyenne s’émancipent des partis politiques et donc ne seront pas communistes ou présentés comme tels. La réponse est OUI.

 

OUI ou NON, est-il avéré qu’à son instigation, la consultation des adhérents du Parti n’aura finalement pas eu lieu dans les règles de transparence comme le stipulent les statuts? La réponse est OUI. Et quece ne sont pas finalement les communistes qui désigneront ces candidats, comme le relate la presse ce samedi 14 avril 2012, mais l’assemblée citoyenne, La réponse est OUI.

 

OUI ou NON les partis politiques sont-ils du coup dénigrés et rejetés, et singulièrement le PCF dont le rôle démocratique et précurseur a été pourtant déterminant dans la création du Front de Gauche dont il est la force principale. Les centaines d’électrices et d’électeurs, de sympathisants et de militants communistes de la circonscription seraient supplantées et rejetées au bénéfice de la décision validées par  quelques dizaines de personnes dont certaines découvrent la lune, qui forment le groupe hétérogène de l’assemblée citoyenne, qui désigneraient ainsi l’un des leurs ? Ils représenteraient donc l’assemblée citoyenne et non le Front de Gauche qui ne se réduit pas à elle ? La réponse est OUI.

 

Et d’autre part, est-il vrai aussi, OUI ou NON, que déjà concernant les élections cantonales à Thouars notamment, JP Gelot a passé des « accords » seul au nom du PCF, pour en attribuer l’investiture à JP Gay de la FASE au détriment des candidats communistes, dans une réunion préparatoire avec la FASE, le NPA et le PG, le 19 décembre 2011, puis dans une réunion du 7 janvier 2012 où l’accord était conclu, sans l’aval du conseil fédéral et sans celui des communistes thouarsais qui l’ignoraient ? La réponse est encore OUI.

 

Nous pourrions allonger la liste des reproches justifiés qui vont du manque de concertation au de déni démocratique, du despotisme et de l’autoritarisme du secrétaire fédéral, aux  marques de mépris qu’il affiche à l’égard des adhérents et de la duplicité éhontée avec laquelle ils les trompent en permanence.

 

Et dans un autre registre, est-il vrai, OUI ou NON, ou est-ce une fable que JP Gelot s’est lui-même fait un chèque de 2000 € sans délibération et l’accord du conseil fédéral obligatoirement requis et sans en avertir le trésorier, donc indûment? La réponse est encore OUI.

 

Est-il vrai que, en raison de son refus par 3 fois de répondre à la convocation de la commission élue par le conseil fédéral pour l’entendre sur cette question, nous l’avons contraint au remboursement de la somme due en étalant le remboursement par une retenue sur salaire pendant 10 mois ? La réponse est toujours OUI. Il ne faut donc pas s’étonner que plusieurs communistes se manifestent pour exiger que cessent ces dérives.

 

Nous avons donc été amenés à plusieurs reprises à exprimer notre défiance à l’égard du secrétaire fédéral et à réclamer sa démission. Nous les confirmons encore aujourd’hui eu égard aux déclarations et évènements récents. Nous ne nous sentons pas engagés par les « pseudos décisions » venant de sa part.

 

Nous alertons donc, à nouveau la commission nationale des conflits du PCF, nous maintenons les candidatures de Bruno Fornaciari et d’Ernest Levindré comme notre choix des candidats PCF représentant le Front de Gauche dans la 3e circonscription du 79 conformément aux accords nationaux conclus par le PCF, le PG et la GU. Nous  demandons l’arbitrage de la direction nationale du parti Communiste Français.

 

Bruno FORNACIARI Ernest LEVINDRE Joël GRELLIER membre du bureau section Thouars 

 

 

Chère camarade Lydie,

 

Larticle en PJ consacre lélimination et le dénigrement des partis politiques et notamment du PCF, dont la presse se délecte en lui consacrant la publicité nécessaire.

Ainsi après avoir « organisé » un vote étriqué (sans tous les adhérents ) en mayant au passage exclu du parti (ce qui ne semble pas émouvoir non plus la direction du parti informée), refusé dautres candidats que ceux « décidés » par la FD et La FASE, voilà que ce sont même pas les communistes qui ont participé au vote dont nous ne connaissons dailleurs pas ni le nombre, ni les résultats, puisque ce sont « les assemblées » citoyennes qui dénient aux Partis Politiques le choix de leurs candidats, dont aucun ne sera, contrairement aux engagements du 1er secrétaire auprès de J. Chabalier, estampillé PCF. Ainsi, la FASE et la FD élimine le PCF dans le Nord Deux-Sèvres. Jusquau bout, nous essaieront de convaincre les communistes et la direction nationale de sopposer à ce projet néfaste pour les travailleurs et notre parti communiste. Mais nous ne sommes pas « plus royaliste que le Roi » et cest avec grand regret, que, si ces conditions perdurent en raison « du laisser-faire de la direction », je méloignerai, personnellement de toute activité dans le parti que je croyais respectueux des droits des communistes et de leur souveraineté, bafouée dans les Deux-Sèvres, dun parti dont je  pensais quil ferait respecter les règles dorganisation quil a fait approuver par ses adhérents lors de ses congrès. Il me faudrait croire, alors que les actes du parti ne suivent pas les belles déclarations. Et je me devrais den tenir compte.

 

Bien fraternellement

 

Bruno FORNACIARI

 


 

http://bruno-fornaciari.over-blog.com

 

  Parti communiste français
Commission notionole des conflits
tél. 01.40.40.12.30
Mail : mrenault@Pcf 'fr
Marc Brynhole, président
Paris le 09 mai 2012
A Jean-PIERRE GELOT
SECRETAIRE DE LA FEDERATION DES DEUX-STVRCS
23 RUE DES FOSSES
BP 198
79007 NIORT


A BRUNO FORNACIARI
Section de Thouarss
9 Chemin de volbine - Le Chillou
79330 SAINT- VARENT


Chers camarades,
Etant saisi une nouvelle fois au sujet de la désignation des candidat et suppléants dans la 3ème
circonscription des Deux Sèvres, je vous adresse l'avis ci-joint.


Je vous demande de bien vouloir enregistrer cette fois encore , que la commission des conflits
n'intervient pas sur les questions et différends politiques mais s'attache au respect des statuts dans la
lettre et dans l'esprit et tente de rapprocher les points de vue qui font l'objet du différend.

 

Notre Commission Nationale des statuts est élue par le Congrès du PCF d'où elle tient sa légitimité et non dela direction nationale du parti.


Des changements sont intervenues depuis notre dernier avis et Bruno Fornaciari nous sollicite de
nouveau.


ll reste que, malgré ces changements de situation, des éléments importants demeurent et continuent à
faire droit :


1" Je vous invite donc à relire avec attention le courrier que je vous avais adressé le 24 février.
1) Des relations dégradées depuis plusieurs mois entre la Fédération et le camarade
Forniaciari alourdissent le climat et transforment les légitimes confrontations de points
de vue en affrontements qui nuisent gravement au travail politique en commun


2) Les informations collectées tant auprès de la Trésorerie Nationale du parti qu'auprès de la Fédération, nous montrent que Bruno Fornaciari n'était pas â jour de ses cotisation au moment du vote le 27 janvier 2012. ll nous est confirmé un prélèvement de 12 euros en janvier 2011 puis un second et demier prélèvement du même montant en février 2011 > Les informations collectées auprès de la Fédération à ce jour 26 avril montre qu'il n'y a aucun changement sur ce point; cela confirme donc que, ne pouvant être votant (voir I'afticle 4.1. traitant de la souveraineté de I'adhérent ouvefte par Ia cotisation), il devenait plus que difficile d'être candidat. >


2. Bruno Fornaciari affirme qu'un vote a eu lieu dans la section de Thouars (10 pour sa
proposition sur 1B écrit-il dans son courriel du 25 avril) il n'apporte cependant aucun élémenttangible
sur le respect des statuts quant à ce vote : quel déroulement ? Et dans quelles circonstances ? Quelles
méthodes retenues, quelle commission électorale ? (Qui je le rappelle doit être mise en place non
seulement sur Thouars mais sur l'ensemble de la circonscription) et donc quelle composition de cette
commission ? Quelle liste des votants établie sur la base des cotisations, quelle liste d'émargement ?
Nous ne disposons d'aucun élément visant à considérer positivement la légitimité de ce vote.

3) La contestation de la décision de la fédération -après la démission du premier candidataurait dû s'appuyer sur la demande puis I'organisation par la fédération d'une consultation des communistes concernés remplissant scrupuleusement les statuts c'est à dire répondant aux questions du point 1 et non par une consultation parallèle incomplète ne remplissant pas ces critères.


3) Quant à la fédération, je ne peux que conseiller à sa direction - dans ce contexte de contestation - à être intransigeante avec l'application des statuts et à veiller à ces articles :
"Tous, toutes les adhérent-e-s reçoivent les informations et /es éléments matériels pour chaque consultation Seul-e-s les adhérent-e-s détenant la carte du Parti communiste français depuis plus de trois mois avant la date du scrutin, à jour de leur cotisation, c'est-à-dire pour les trois derniers mois, au moins, qui précédent le scrutin, peuvent participer au vote. A cette fin, une liste des électeurs, consultable, est établie au moment du scrutin et validée par une commission désignée par le ou les exécutifs des territoires concernés. Cette commission organise la consultation et assure le bon déroulement des opérations de vote. Elle prend toutes diçosl/ions pourfaciliter la participation du plus grand nombre d'adhérent-e-s. (...)


4.2. Dans toutes les instances du Pafti, les décisions se prennent à la majorité. Le vote est individuel. ll est toujours secref pour l'élection à toutes fonctions ou responsabilités ( ) A chaque niveau, seules les décisions prises à Ia majorité engagent le Parti.(...)


18.1. Les propositions de candidatures, après appel à candidature, peuvent émaner des assemblées générales et des instances départementales et nationales comme être présentées dans le Parti à titre individuel. Tous, toutes les adhérent-e-s habitant sur le territoire concerné par l'élection sont informé-e-s de toutes les candidatures.(...)


18.2. Les communistes élaborent les projets de candidatures dans I'instance correspondant à la circonscription électorale concernée en liaison avec les instances qu'elle regroupe : (...) conseil départemental pour(...) les élections (...) législatives ( ..)


18.3. (...)Tous les efforis sontfaits pour aboutir à un projet de candidatures ou se retrouve la très grande majorité des adhérenf-e-s ou de leurs délégué-e-s. Malgré cela, si d'autres candidatures son/ maintenues, elles sont également soumises au vote. Celles qui reçoivent le plus de voix sont retenues. Les adhérent-e-s de la circonscription électorale concernée se prononcent alors individuellement, directement, à bulletin secret, sur le projet de candidatures. ll est définitivement adopté s'il recueille une majorité des suffrages exprimés. Au bout de ce processus, seu/es les candidatures ainsi désignées sonf cel/es qui peuvent se prévaloir de I'investiture du Parti. (...).


Fraternellement.
Marc Brynhole

 

REPONSE  au PRESIDENT DE LA COMMISSION DES CONFLITS

 

Cher camarade marc Brynhole,

Je fais suite à l’avis de la commission des conflits que j’ai reçu 9 mai. En effet, les communistes doivent pouvoir enfin désigner valablement leurs candidats pour les élections législatives qui se déroulent les 10 et 17 juin prochains.

Je te fais une première observation. Pour te dire que la requête que nous formulons n’est pas celle de Bruno fornaciari personnellement, mais celle de la majorité des communistes de la 3e circonscription dont tu as déjà reçu une lettre signée de 9 camarades.

La deuxième, concerne les textes que tu as reçus de notre part, et que dans ta réponse, tu sembles ne pas en avoir pris connaissance. Aussi, nous te les joignons à nouveaux sous la forme où ils t’ont été adressés, ainsi qu’à d’autres camarades du CN.

La troisième, du ne fais pas référence au mail que tu as reçu du camarade Levindré, dans lequel il t’informait de la mise à jour de Bruno Fornaciari dès février par le versement d’un chèque de 120€ qu’il a lui-même remis à La trésorière Jeannine ZEKAF, laquelle refuse semble-t-il de le transmettre et (ou) de l’encaisser afin de ne pas me permettre de participer aux décisions du Parti, et de m’interdire la candidature. (rappel du mail du 9/04/20112 qui n’a pas été contesté) (ci-dessous la copie du mail tel qu’il t’a été adressé)

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que ce type de manœuvres s’exerce dans la fédération. « nous ferons tout ce qu’il est possible de faire pour que tu ne sois pas candidat » avaient-ils déclarés devant témoins. Et me promettre les « crocs de boucher ». Un nouveau communiste, le camarade Michel Martin, participant à une assemblée électorale, rapporte des propos qui ont été entendus par des personnes ayant participé aux assemblées citoyennes du genre: «dommage que l’on ne peut plus exclure comme dans le passé» car « il faut l’éliminer ». Voilà naturellement de beaux principes démocratiques.

Message du 09/04/12 22:22> De : "Levindre Ernest" > A : "PCF79  [pcf79]" , "jchabalier  [jchabalier]" , "benoits  [lbenoist]" > Copie à : "drondepierre  [drondepierre]" , "bciari  [bciari]" , "joel" > Objet : courrier adressé à la Fédé des 2 Sèvres (législatives) > Boujour, par hasard, j'ai trouvé un courrier ce lundi soir 9 avril relatif à la désignation des candidats aux prochaines législatives. Celui-ci est loin des propositions de Jacques CHABALIER faites jeudi dernier et que JPG ne peut ignorer. Avant tout je tiens à  rappeler que BRUNO FORNACIARI est candidat au poste de titulaire, et qu'il est à jour de ses cotisations puisque je suis dépositaire d'un chèque de 120€ depuis le 20/02/2012, chèque que je vais transmettre à la trésorerie de la section dès demain. D'autre part je réitère ma candidature au poste de suppléant, ces deux candidatures  sont donc statutairement recevables et demande à la Fédé de prendre toutes dispositions nécessaires au déroulement d'un scrutin loyal. Naturellement ce courrier est adressé pour information au secteur national. Cordialement.  E LEVINDRE

La quatrième observation  est que tu sembles me faire porter la responsabilité de l’absence de mise en place de procédures de consultation démocratique des communistes qui ne sont pas de mon ressort, mais celles de la fédération qui s’y refuse et que nous avons réclamé pourtant à cor et à cri depuis longtemps, sans que celle-ci daigne nous répondre, ni prendre les dispositions. Là encore ce n’est pas la première fois que nous subissons le déni démocratique de son principal  et unique dirigeant Jean-Pierre Gelot. Des camarades se sont déjà plaints auprès de toi par mail. ,D’ailleurs, dans ton premier avis tu soulignais déjà ce manquement de la fédé.

Enfin tu sembles très attaché à ce que les communistes soient à jour de leur cotisation, ce que nous comprenons, sans toutefois prendre en compte les raisons pour lesquelles un camarade comme moi adhérent depuis 1966, suspend volontairement, pour la première fois, le paiement de ses cotisations prélevées automatiquement jusqu’alors. Et puisque les mises à jour financières des communistes te tiennent à cœur, je te fais observer que Jeannine Zeekaff ex conseillère régionale, reste toujours devoir la partie de ses indemnités d’élus qui n’ont, contrairement aux statuts du parti, toujours pas été versés. La somme estimée se monte tout de même à environ 5000 €. Et puisque nous en sommes là, je crois savoir aussi que JP Gelot lui-même, n’a toujours pas épuisé la dette qu’il a contractée à la FD il y a plusieurs années, qui concernait le financement de sa voiture, qu’il avait préféré à celui de la banque. Comme je comprends dans ton courrier ton attachement aux principes, je suis persuadé que tu ne toléreras pas le « deux poids, deux mesures ».

Dans le point 2 tu écris qu’un vote des communistes a eu lieu dans la section de Thouars et qu’il a donné le résultat 10 pour les propositions sur 18 possible. Ce qui est en partie exact. Mais je précise, le vote s’est déroulé après que tous les communistes de la 3e circonscription y aient été invités à participer à la réunion et aux discussions ; informés des candidatures en présence, Il a été rappelé que toutes les  candidatures seront examinées jusqu’à celles qui seront éventuellement présentées pendant la réunion, que tous les communistes pouvaient faire acte de candidature, que la mise à jour des cotisations pouvaient se faire sur place pour ceux qui ne l’avaient encore fait (car il faut dire que sur la FD il n’y a que 130 cotisants, chiffre à vérifier). Il est dommage, qu’une fois encore la FD ait manœuvré et organisé un boycott pour que l’ensemble des communistes ne participent pas à la consultation parce qu’ils se savaient minoritaires, et c’est d’ailleurs ce qu’a prouvé le scrutin. C’est raison pour laquelle il s’est trouvé dix camarades sur un corps électoral de 18 (listing FD) ont voté unanimement pour nos propositions. Et si je compte bien 10 voix sur 18 possibles c’est le quorum et la majorité absolue au premier tour. . Il t’a été fourni la liste des communistes présents et votants ce jour-là.

Quant à la commission électorale la FD qui conteste elle aussi l’élection a refusé de l’organiser, mais elle nous a fourni les listings des adhérents que nous avons tous convoqués.

 Après un entretien téléphonique avec Jacques Chabalier, j’ai fait savoir à la fédération notre accord pour mettre en œuvre une commission électorale. Sans nous consulter, cette dernière  a organisé un scrutin individuel par correspondance, avec 2 seuls bulletins qui comprenaient les noms des seuls candidats non communistes proposés par la FD. Ces deux personnes, nouvelles dans la bataille politique sont non communistes et l’un, le suppléant, est trésorier de la FASE. Et ces « candidats » bien sûr ne sont pas à jour de quelque cotisation que ce soit.( je t’ai adressé par mail séparé la convocation de la FD, le bulletin de vote, et la copie du chèque de mes cotisations).

Pour ce qui concerne la consultation organisée par la FD, il est à noter que d’une part tous les communistes n’ont pas reçu le courrier (moi-même par exemple), et que d’autre part que nous ne connaissons même pas le nombre de participants ni les résultats, puisque finalement c’est l’assemblée citoyenne qui a procédé à la désignation des candidats. Un exemple de la  démocratie et de la souveraineté des communistes selon les auteurs de cette « procédure ». L’assemblée citoyenne a donc désigné 2 personnes, toutes les deux nouvelles dans la bataille politique. Le titulaire est un inconnu novice qui se demande d’ailleurs ce qu’il fait là au dire de plusieurs personnes.  Le suppléant est le trésorier de la FASE locale. Bien évidemment nous continuons à réclamer l’application des accords nationaux signés entre les partenaires du Front de gauche que cette décision ignore. Et, naturellement elles, ne sont à jour d’aucune cotisation bien sûr, ce qui ne les empêche nullement d’être candidat, contrairement à ce qui nous est indûment reproché.

Enfin pour clore ce chapitre, concernant les éléments tangibles dont tu déplores l’absence, la mauvaise foi de la FD et tous les obstacles dressés devant nous par elle pour empêcher les communistes de décider éventuellement autre chose que ce que la FD a décidé elle-même, pour nous. Et je dois dire aussi le trouble qu’ont provoqué chez les camarades ces dénis démocratiques répétés de la FD, et le mépris avec lequel elle considère les militants. D’autre part, le fait que la commission ne disposerait «d’aucun élément visant à considérer positivement la légitimité de ce vote », reviens à donner quitus à ces pratiques anti démocratiques. Un nouveau trouble s’ajoute donc au premier car « Quant à la fédération » écris-tu encore « je ne peux que conseiller à sa direction(…) à être intransigeante avec l’application des statuts…notamment ce qui concerne les cotisations. Il est vrai que tu rappelles un plus loin les « conseils » à la FD s’agissant des statuts. Obligations pour les uns, conseils pour les autres. Malgré leur imperfection les statuts du Parti qui s’appliquent à tous doivent permettre, si la FD les respecte, d’organiser dans des conditions acceptables par chacun, l’expression de la souveraineté des communistes.

Permets-moi de te faire remarquer cependant, que la Fédération a déjà fait connaître publiquement les candidats dont le titulaire ne sera pas communiste, pas plus que le suppléant.

Il faudrait donc que l’avis de la commission soit suivit d’effet et que ses recommandations soient des obligations pour ceux qui ont en charge d’organiser le vote des communistes. Sinon…

 

I faudrait donc  d’ailleurs, dont les camarades du parti n’auront pas eu à connaître le résultat de leur pseudo consultation «organisée » par la FD ;

Enfin, je suis très étonné, permets-moi de te le faire remarquer aussi, que l’avis de la commission passe sous silence la volonté du 1er secrétaire de la FD et de quelques membres du comité fédéral de m’écarter et de m’exclure du parti. Je t’ai fait passer le document écrit de JP Gelot qui a la prétention de m’exclure du Parti. Dans la lettre adressée aux communistes, mais pas à moi, dans laquelle il me considère « comme un ancien communiste » d’un « parti  qu’il a  abandonné » et dont « il n’est plus adhérent ».

Hormis le fait que cette éventuelle décision ne peut lui revenir, selon nos statuts,, as-tu mesurer la violence de l’intention déclarée qui consisterait a décider pour moi, de ma liberté d’adhérer et de militer au Parti Communiste Français? N’est-ce pas inouï ? Et cela t’aurai échappé ? Je considère cet « oubli »  regrettable. Car les communistes ont normalement tous les mêmes droits. Enfin je veux terminer ce propos ppour rappeler que c ette position exprimée ici, est une position collective des signataires et non pas comme tu sembles croire, une position personnelle de Bruno fornaciari. Tu as d’ailleurs reçu, je le répète, plusieurs mails de protestation de camarades, comme la fédération d’ailleurs. Nous sommes lassés de tant d’efforts pour faire valoir les droits des communistes dans un parti qui pourtant prétend en faire l’axe de son organisation, sans toujours mettre en accord ses actes avec ses paroles. Mais pour être « opérationnel » il faudrait tout de même que ses recommandations soient suivies d’effet et qu’il y est obligation ou injonction d’y souscrire.

 

Fraternellement Bruno Fornaciari, Ernest Levindré, Joël Grellier,Membre du bureau provisoire de la section du thouarsais (79) Michel martin, Christian Planchet, Jérôme gauthreau, Monique Gaby, Paul Cayez

 

 

Voici le mail que je viens d'envoyer au National, sachant que JEANNINE vient de me renvoyer le chèque correspondant aux cotisations,  avec un petit mot où elle indique un certain nombre de choses et en particulier qu'elle en à parlé au Comité  Fédéral. JE DEMANDE DONC A LA FEDE OFFICIELLEMENT LA COPIE DU PV  DE CETTE DECISION.        E LEVINDRE


> Message du 14/05/12 14:40
> De : "Levindre Ernest"
> A : "mrenault" , "mbrynhole" , "lbenoist" , "jchabalier" , "drondepierre"
> Copie à : "paul cayez" , "bciari" , "joel" , "martin"
> Objet : tr: et toujours la 3ème des DEUX SEVRES
>
>
Mous continuons dans le "bonheur " d'une administration démocratique de notre PARTI , puisque la trésorière de la section de THOUARS m'a renvoyé le chèque des cotisations de BRUNO FORNACIARI, prétextant qu'elle ne savait quoi en faite et  après en avoir  parlé au comité fédéral, tout çà dans un petit mot d'accompagnement. Comment peut-on encore prétendre que BRUNO n'était pas à jour  de ses cotisations......En second, le refus d'encaisser les cotisations d'un camarade, est synonyme  d'exclusion, or un comité fédéral n'a pas à mon sens ce pouvour statutaire. QUE PENSEZ VOUS DE CE NOUVEL ÉPISODE???????????????????. E LEVINDRE

 

JEANNINE qui a eu le chèque en sa possession pendant plus d'un mois ne devait pas en connaître  plus que moi-même car elle a dû poser la question au comité fédéral, s'il y avait  eu un problème de libellé de l'ordre, pourquoi  rester muet pendant un mois alors que je vous avais averti  dès le 9/04/ 2012. Le reste du mot de JEANNINE est limpide,et révélateur sur les relations entre communistes puisque je n'appartiendrais pas à la même section selon ses écrits ?????Ceci peut-il être confirmé??????????? Lorsque des membres du comité directeur déclament qu'il feront tout pour que  BRUNO ne puisse pas être candidat, c'est renvoyer la démocratie dans les "cordes" que JEANNINE  qui  dans la presse parle nomménément de BRUNO qui ne serait plus en odeur de sainteté auprès de la fédé reste à mes yeux des propos plus que déplacés. Je ne suis pas secrétaire fédéral, pas plus que donneur de leçons mais simplement un militant qui n'accepte pas  qu'un camarade soit évincé de son parti par de telles méthodes. Je reste disponible pour chaque  membre du conseil fédéral à qui j'en suis sûr  vous ne menquerez pas de transmettre la présente. En cette attente et celle du PV  du dernier comité féderal . MERCI POUR LES REPONSES..... E.  LEVINDRE



> Message du 14/05/12 15:21
> De : "PCF 79"
> A : "Levindre Ernest"
> Copie à :
> Objet : Re: et toujours la 3ème des DEUX SEVRES
>
>

Avant de donner des leçons de respect des statuts aux autres, il faut commencer par les connaitre soi même. Ceux qui paient des cotisations savent que les sections, pas plus que la fédération, ne peuvent encaisser de cotisations; seule l'association de financement peut le faire. Mettre si longtemps pour s'en rendre compte dénote d'un curieux sens du parti. Les encaissements par le fd doivent correspondre à une facture; or la seule qui demeure aujourd'hui c'est le reliquat de l'emprun non remboursé à ce jour.

 

   > Fraternellement
> JPG

 

JEANNINE qui a eu le chèque en sa possession pendant plus d'un mois ne devait pas en connaître  plus que moi-même car elle a dû poser la question au comité fédéral, s'il y avait  eu un problème de libellé de l'ordre, pourquoi  rester muet pendant un mois alors que je vous avais averti  dès le 9/04/ 2012. Le reste du mot de JEANNINE est limpide,et révélateur sur les relations entre communistes puisque je n'appartiendrais pas à la même section selon ses écrits ?????Ceci peut-il être confirmé??????????? Lorsque des membres du comité directeur déclament qu'il feront tout pour que  BRUNO ne puisse pas être candidat, c'est renvoyer la démocratie dans les "cordes" que JEANNINE  qui  dans la presse parle nomménément de BRUNO qui ne serait plus en odeur de sainteté auprès de la fédé reste à mes yeux des propos plus que déplacés. Je ne suis pas secrétaire fédéral, pas plus que donneur de leçons mais simplement un militant qui n'accepte pas  qu'un camarade soit évincé de son parti par de telles méthodes. Je reste disponible pour chaque  membre du conseil fédéral à qui j'en suis sûr  vous ne menquerez pas de transmettre la présente. En cette attente et celle du PV  du dernier comité féderal . MERCI POUR LES REPONSES..... E.  LEVINDRE

 

----- Original Message -----

From: Levindre Ernest

To: jpp ar ; PCF79

Cc: particommuniste79 ; bciari ; joel ; martin

Sent: Monday, May 14, 2012 2:56 PM

Subject: tr: et toujours la 3ème des DEUX SEVRES


>

Voici le mail que je viens d'envoyer au National, sachant que JEANNINE vient de me renvoyer le chèque correspondant aux cotisations,  avec un petit mot où elle indique un certain nombre de choses et en particulier qu'elle en à parlé au Comité  Fédéral. JE DEMANDE DONC A LA FEDE OFFICIELLEMENT LA COPIE DU PV  DE CETTE DECISION.     E LEVINDRE
>

> Message du 14/05/12 14:40
> > De : "Levindre Ernest"
> > A : "mrenault" , "mbrynhole" , "lbenoist" , "jchabalier" , "drondepierre"
> > Copie à : "paul cayez" , "bciari" , "joel" , "martin"
> > Objet : tr: et toujours la 3ème des DEUX SEVRES
> >
> >
> Mous continuons dans le "bonheur " d'une administration démocratique de notre PARTI , puisque la trésorière de la section de THOUARS m'a renvoyé le chèque des cotisations de BRUNO FORNACIARI, prétextant qu'elle ne savait quoi en faite et  après en avoir  parlé au comité fédéral, tout çà dans un petit mot d'accompagnement. Comment peut-on encore prétendre que BRUNO n'était pas à jour  de ses cotisations......En second, le refus d'encaisser les cotisations d'un camarade, est synonyme  d'exclusion, or un comité fédéral n'a pas à mon sens ce pouvour statutaire. QUE PENSEZ VOUS DE CE NOUVEL ÉPISODE???????????????????. E LEVINDRE
>
>

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 12:20

Deux-Sèvres le 30 janvier 2012

 

ARBITRAIRE, CYNISME, MASCARADE ELECTORALE ET DENI DEMOCRATIQUE

AU PCF 79

 

Malheureusement, ce vendredi 27 janvier à la réunion des communistes de la 3e circonscription des Deux-Sèvres à Thouars, le pire n’a pas été évité. Au contraire, il est plus grave encore que ce que nous n’osions l’imaginer.

 

Car après avoir reçu une lettre de pression inadmissible pour influencer notre vote quelques jours plus tôt, voilà que les représentants de la direction fédérale (3 personnes) nous ont annoncé d’emblée, que la décision de la fédération concernant le choix d’un suppléant de la FASE était irrévocable et non discutable. Et cela sans aucune information ou discussion avec les adhérents du Thouarsais. Plusieurs camarades ont manifesté leur incompréhension et leur opposition à une telle décision sans débat contradictoire. Après l’avoir refusé le débat sur cette question, c’est finalement imposé. Mais il n’a pas pu faire l’objet d’un vote de l’assemblée souveraine. La décision fédérale avait été annoncée en début de réunion. « Circulez, il n’y a rien à voir ».

 

Après cet oukase, dans la foulée nous avons abordé les candidatures. Là encore il nous a été fait part de la seule candidature fédérale, à l’exclusive de toutes les autres. Nous avons demandé un débat sur des propositions qu’avaient faites et que confirment plusieurs communistes du Thouarsais. Cette demande fut rejetée avec arrogance. Refus d’examiner quelque candidature que ce soit et pas question de procéder à un autre vote que celui exigé par la FD avec le seul bulletin fourni par elle. Nous en avions deux candidatures communistes, un titulaire : Bruno FORNACIARI et un suppléant : Ernest LEVINDRE .

 

Devant ce déni démocratique, nous avons évoqué les statuts du parti qui font des droits et libertés des communistes la pierre angulaire du militantisme. Il nous a été répondu cyniquement que effectivement les statuts ne s’appliqueront pas, que c’est la décision du « conseil fédéral » qui fait seule autorité, qu’il n’y a qu’un seul bulletin valable. Finalement, quel que soit le cas de figure la candidature de Bruno Fornaciari ne serait pas validée ni aucune autre d’ailleurs.

 

Et de nous « conseiller » « d’écrire par lettre recommandée à qui bon vous semble » laissant entendre que cela n’aurait aucun effet.

 

Nous avons dénoncé cet arbitraire et cette mascarade électorale qui a vu la participation au vote de 4 électeurs présents, l’ajout de 3 votes par correspondance. Le résultat énoncé est de 7 voix pour le candidat officiel de la fédération, mais d’autres votes par correspondance sont attendus  ultérieurement à la fédération pour une proclamation des résultats le 2 février prochain.

 

Les autres 5 camarades présents ont refusé de participer au scrutin dans ces conditions iniques, qui ressemblent davantage à la mainmise de la « mafia fédérale » sur les opérations de vote qu’à un exercice démocratique visant à mettre en œuvre la souveraineté des adhérents.

Nous avons informé l’assemblée que nous ne reconnaissions pas valables le décompte et les résultats énoncés et que nous interpellons la commission nationale des conflits sur la procédure de consultations des communistes, sur l’ensemble des faits évoqués plus haut et sur les pratiques fédérales.

 

Ce que nous faisons officiellement avec ce courrier.

 

Dans ces conditions, vous comprendrez certainement qu’il nous est impossible d’avaliser des pratiques anti-démocratiques et de poursuivre notre activité dans un tel cadre qui contredit en tous points les règles de fonctionnement du parti, que sont bafouées les libertés de conscience et le respect dû aux citoyens communistes que nous sommes.

 

Ces méthodes de «voyou» discréditent, aux yeux des communistes, et de ceux qui pourraient avoir connaissance de ces faits extrêmement graves, tous les discours du Parti Communiste sur les libertés démocratiques dont nous serions porteurs. Elles mettent en cause non seulement nos règles de fonctionnement et notre idéal démocratiques. Elles défigurent toute notre action réelle pour encourager et responsabiliser la participation des communistes à la vie politique et des citoyens à la gestion de notre pays C’est de surcroît une régression de notre conception démocratique de la société que nous voulons construire avec d’autres.

 

En outre, c’est un mauvais coup porté à la capacité d’intervention politique des communistes et de notre section qui du coup, serait mise en péril par le retrait de l’activité militante des communistes signataires qui n’entendent pas obéir à ces diktats, et qui aboutira, inévitablement, comme semble le souhaiter cette « direction fédérale », à l’effacement du PCF dans le Thouarsais.

 

Enfin ce serait rendre un très mauvais service à notre parti que de laisser perdurer ces pratiques exécrables qui éloigneraient pour longtemps sans doute, ceux qui voudraient se tourner vers lui pour changer la société et conquérir des libertés nouvelles. Ces mauvais exemples anéantiraient toute velléité en ce sens.

 

Salutations fraternelles et communistes.

 

Bruno FORNACIARI, Monique GABY, Jérôme GAUTHREAU, Joël GRELLIER, Ernest LEVINDRE, Christian PLANCHET, Sandrine SALAUN, Michel MARTIN

 

A l’attention de Marc Brignolle  responsable de la commission nationale des conflits.

 

Bonjour,

 

Voilà plus d’une semaine que 8 communistes du Thouarsais ont saisi la commission nationale des conflits en raison des pratiques et des manquements démocratiques dans la FD des Deux-Sèvres.

 

Nous sommes étonnés et mécontents que nos mails à Denis Rondepierre, Lydie Benoist et toi-même, ainsi qu’un courrier recommandé à Pierre Laurent soient restés, à ce jour, sans réponse.

 

Nous ne pouvons pas croire que la vie du Parti dans le Nord du département vous indiffère à ce point. Nous refusons de comprendre que les critiques pourtant vérifiables formulées par de nombreux camarades soient prises pour quantité négligeable. Pendant ce temps, ce qu’il faut bien appeler « la clique fédérale » ( en fait quelques personnes qui s’arrogent tous les droits et tous les pouvoirs 7 ou 8), continue ses basses œuvres et présentent maintenant aux adhérents les résultats d’un scrutin truqué et falsifié comme celui de la volonté des communistes de la troisième circonscription.

 

Les communistes signataires ont refusé et refusent de participer à un tel scrutin, le rendant caduc et illégitime. Nous vous rappelons que ce « scrutin » et ces « résultats » ne prennent pas en compte les autres candidatures, interdites. Un certain nombre de votants (voir les courriers joints) qui la découvrent, s’indignent de cette interdiction. Nous vous rappelons aussi qu’une lettre signé du comité départemental, (dont on ne sait d’ailleurs pas quels en sont les signataires ni le nombre), a été adressé aux communistes thouarsais la veille du scrutin, avec un seul bulletin et  une recommandation  de voter pour le SEUL candidat de la fédération à l’exclusion de tout autre. Ce courrier ajoute, que de toute façon aucune autre candidature ne sera validée.

 

Nous venons  de recevoir un mail d’une camarade, adhérente de 2009, qui nous  fait part de son écœurement et de son intention de quitter le Parti si ces pratiques antidémocratiques et liberticides persistent. Une autre camarade , adhérente depuis novembre 2011, nous a fait part de ses doutes et de son absence de mobilisation, dans ces conditions, pour elle, invraisemblables, de déni démocratique. D’autres communistes du département nous ont fait part de leur crédulité et de leur incompréhension, voire du scandale que constituent ces évènements lorsqu’ils en ont eu connaissance. Et enfin la plupart des militants du thouarsais condamnent fermement ces pratiques que l’on peut qualifier de dictatoriales, despotiques, arbitraires, déloyales et manœuvrières, dans la négation du respect et de la souveraineté des communistes.

 

Nous sommes inquiets de l’absence de réaction de la part de la direction du Parti et de la commission des conflits.

 

Faudrait-il comprendre que nos protestations ne sont pas recevables ?, qu’elles seront vaines ?

Faut-il comprendre que ces pratiques dénoncées par nous sont conformes à l’esprit communiste, à nos statuts et à nos règles de fonctionnement ?

Faut-il comprendre enfin  que tous comptes faits, vous considérez que nous sommes dans l’erreur et que, par votre silence, vous apportiez votre soutien à une direction fédérale maintenant discréditée ?

 

Ce n’est pas seulement le sort de quelques communistes dont il s’agit, candidats ou pas dans la 3e circonscription. Mais bien plutôt de l’existence du parti dans l’espace départemental Nord, qui, si rien n’est fait, serait rayée de la carte, et pour longtemps assurément.

 

Bien entendu, les communistes signataires, prendront toutes les initiatives, internes et publiques, jusqu’au bout, pour réagir et dénoncer les  oukases et les agissements nuisibles de cette minorité « fédérale », pour mettre fin à des pratiques réservées jusqu’alors à des factions groupusculaires de partis ou mouvements réactionnaires dont nous ne saurions nous faire les complices, et faire prévaloir notre fonctionnement démocratique .

 

Nous attendons que la direction du Parti Communiste Français prenne toutes ses responsabilités. Avec cette nouvelle interpellation nous prenons les nôtres.

 

Salutations communistes

 

Signataires :

 

Ernest LEVINDRE, Joël GRELLIER, Bruno FORNACIARI, Monique GABY, Christian PLANCHET, Jérôme GAUTHREAU, Michel MARTIN,  Sandrine SALAUN.

 

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________


Chers camarades,  

par la présente  je viens confirmer l'ensemble des écrits de Bruno FORNACIARI.

1°) LE refus de toutes règles  démocratique  par le manque  de communication  avec les  camarades, le refus de discussion sur  les candidatures de  la 3ème  circonscription des  Deux  Sèvres. 

2°) D'imposer  un suppléant  de  la  FASE  sans la moindre  concertation  avec  les communistes  locaux.

3°) D'imposer  le  candidat  officiel  de  la Fédé.(Elie MAUDET)  et  de jeter  le  discrédit  le  plus  total  sur  le  second  candidat  Bruno  FORNACIARI.

4°) D'avoir  organisé  le  27 janvier dernier  un vote  à bulletin  secret  avec  un  seul bulletin  celui d'Elie MAUDET  bien  sûr.....  Ceci  ne  me semble  pas  être  les  règles  élémentaires et  statutaires  de  notre  parti.......Je  pense  avoir  un  début  d'explication  qui  remonte  aux  comités  anti-libéraux  des  années  passées  et  reprends  forme  aujourd'hui  avec   le FRONT de  GAUCHE.  Les Deux Sèvres  est  un  département  peu  politisé: 130 communistes dont le secrétaire fédéral  est JP GELOT,  le P G: Secrétaire  Christine ANTOINE, la FASE: secrétaire  JP  GAY .  Ces  3  secrétaires  décident  entre  eux  du  partage  du  "gâteau", et  ensuite  font  valider  leurs décisions  par les  instances  départementales, ( le Conseil Départemental  pour le PCF). Cela veut  dire  que  les sections  n'ont  plus  droit  au  chapitre......Nous avions rencontré exactement  les  mêmes  difficultés  aux  cantonales.  Pour  la  petite  histoire,  sur  le thouarsais, il  y  avait  4 camarades il y a trois ans,  aujourd'hui  nous sommes  16 avec  l'action  menée  par  Bruno, alors  tout  n'est  pas  à  jeter  chez  ce  dernier  comme il est indiqué  dans  le  courrier  du  Comité  Départemental. Ce  qui   me semble être  un  minimum:  C'est de réunir à nouveau les communistes  de la 3ème circonscription. DE REMETTRE A PLAT LE FONCTIONNEMENT DEMOCRATIQUE DU PARTI  A LA SECTION  DE THOUARS, SUR LA CIRCONSCRIPTION. POUR CELA  VOTRE INTERVENTION EST NECESSAIRE.

E LEVINDRE

_____________________________________________________________________


> Bonsoir neness,


>

J'ai eu Joël au téléphone le weekend end dernier, et je l'ai tenu informé de ma décision de quitter le parti car ça devient insupportable. Bien évidemment, je ne cautionne en aucun cas la façon dont le vote a été organisé à la dernière réunion, et ai dit à Joël que je reste dans le parti pour appuyer Bruno en attendant la décision qui sera prise. Suite à la lecture de ton mail, je suis encore plus écœurée par les manœuvres de ces messieurs... J'appellerai Bruno dès que j'ai un moment dans le weekend end pour le tenir au courant. J'aimerai bien que l'on mange ensemble un de ces soirs pour en discuter.

 
> Mimi -
> mimirvo@hotmail.fr
>_______________________________________________________
From: joelgrellier@live.fr
To: drondepierre@pcf.fr
Subject:
Date: Sat, 28 Jan 2012 12:40:06 +0100

 cher camarade         comme tu peux le constater avec les explications qui t on déjà été fournies ,il se passe des choses graves et elles se sont encore aggravées lors de la réunion du vendredi 27 janvier censée résoudre la nomination du candidat à la législative pour la troisième circonscription . la fédé a décidé d’une seule candidature et a refusé celle de bruno fornaciari qui avait été souhaitée par une majorité des camarades dans la section thouarsaise . mais combien même serait-il soutenu par personne, de quel droit pourrait- il l’exclure. ils ont quand même provoqué le vote pour désigner le titulaire avec un seul bulletin sans mentionner le nom du suppléant , qu’ ils veulent réserver à la fase sans que nous ayons mot à dire ; cela resterait à négocier avec eux . une partie des camarades a dénoncé cette mascarade et refusé de participer au vote . nous nous sentons désemparé et n’avons plus du tout envie de militer dans des conditions aussi délétères . nous souhaitons que votre arbitrage puisse dénouer cette situation au plus vite .      je te fais parvenir également le courrier que j’ai adressé à la fédé leur signalant mon exaspération                    merci à toi                               fraternellement         Joël Grellier

 

________________________________________________________________

 

From: joelgrellier@live.fr
To: pcf79@orange.fr
Subject:
Date: Sun, 5 Feb 2012 20:05:53 +0100

                                                            
                                                                                        Airvault le 5 février 2012 Au comité fédéral
 
 
 
En complément à tout ce qui a déjà été dénoncé sur les méthodes anti démocratiques concernant l’élection du candidat à la législative sur la troisième circonscription voici les réactions que j’ai recueilli auprès de certains camarades niortais (Robert Léon et Philippe Brilouet)
 
Robert Léon en évoquant son éviction du comité fédéral qu’ il avait lui-même subit de la part de Jean pierre Gelot se montre solidaire avec nous sur le principe du respect statutaire de notre parti .
 
Philippe Brilouet eut la même réaction . Il savait qu’ il y avait un climat ambiant tendu ,mais n’aurait pu s’imaginer une telle situation.
 
Tous les deux m’ont dit qu’ils allaient intervenir auprès de certains membres fédéraux mais sans grande conviction.
 .
J’ai contacté également Daniel Delugeau qui n’avait pas suivi les évènements mais convient que la situation est anormal et déplorable.
 
Paul Caillez me fit également part de sa réaction dont j’ai la primeur et qu’il vous communiquera tout prochainement.
 

 

Je  confirme  le texte  que vient  de  t'envoyer  Bruno  FORNACIARI,  cela fait   1  an  que  la fédé  des  DEUX SEVRES  nous  mis  à  l'écart,   non  pas  pour   des  problèmes  de  personnes,  mais  pour  des  questions  d'alliances  douteuses  au  niveau  départemental  qui  à  pour  conséquence  de  priver   les  communistes  de  toute  souveraineté .  Un  exemple:  aux  dernières cantonales à  THOUARS, Un  accord   départemental  dont   on  n'avait  pas  connaissance avait  été  signé  le  7/01/2011  avec  le  PG  et  la  FASE, réservant  le poste  au  candidat  de  la  FASE.  Le  14/01/2011  la section  thouarsaise  se  réunit  et  valide  ma  candidature  ceci  en  présence  du secrétaire  qui  ne " pipe"  pas  mot  de  l'accord  qu'il  a  passé  le  7.( Avec  le désaveu  de  la  fédé   et  surtout  de  la  FASE,  j'ai  malgré  tout  obtenu  8,41%  au  1er  Tour )   Voila  le niveau   des  relations  que  nous avons  avec  la  fédé  depuis  plusieurs  mois  malgré  nos  demandes  de  régularisation  dans  le  cadre  des  statuts.  Et  voila  que  l'on  nous   ressert " la  même  soupe"  pour  les  législatives  où,  il  n'y  a  pas  d'autre  choix  que  celui  du  candidat  officiel  voulu  par   la  fédé.  C'est  inacceptable,  et  je  comprends  mal  l'absence  de  réaction  à nos  divers  courriers,  peut-être  faut-il  d'abord  en débattre  dans  la  presse  locale???? Merci  de  me  rassurer  dans  les  meilleurs  délais....... E. LEVINDRE

 
 
 
__________________________________________________________________________________________________________________________________________

Samedi 12 novembre 2011

les communistes pour le Front de gauche en campagne à AIRVAULT

Ce samedi au marché d'Airvault, les communistes distribuaient tracts du Front de gauche et Programme Populaire :" l'Humain d'abord".  Bon contacts, discussions intéressantes, et engagements de certains à participer aux prochaines initiatives, notamment pour la constitution  d'une assemblée citoyenne pour  enrichir le programme et débatte  des mesures que la gauche devra entreprendre en 2012.  Cela ne fait que commencer. A suivre...

 

Vendredi 7 octobre 2011

PCF 79 : la démocratie militante encore à conquérir

Si tu lis les résultats publiés, il n’y a que 3 refus de vote.  C’est-à-dire qu’ils comptent Monique Gaby et toi comme participants abstentionnistes. Monique et toi avez refusé de participer au vote, donc il y a 5 refus de vote et 4 votants sur place. Dons tu peux écrire à la FD pcf79@orange.fr pour leur signifier ton désaccord avec leur interprétation fallacieuse.

 

Le reste ce sont des votes par correspondance dont on ne peut assurer la validité, car certains d’entre eux ont été recueillis jusqu’au 2 février en fédération.

De plus un  débat a eu lieu lors de la réunion et le vote de certains en aurait peut-être été différent de celui enregistré.  Nous sommes un parti de militants et pas une liste d’émargement.

D’autre part chacun a reçu une lettre de pression, indiquant la SEULE candidature  valable était celle d’Elie Maudet, à l’exclusion de la mienne qui est aussi celle de plusieurs camarades (c’est ,Nénesse et non moi qui ait déclaré cette candidature. J’avais précisé à Nénesse que j’accepterai à certaines conditions qui ne sont d’ailleurs pas réunies à ce jour) ou de toute autre, que la question du suppléant était déjà réglée sans discussion et sans vote, comme un pied de nez à la souveraineté des communistes et à la démocratie que tu as d’ailleurs, fort justement dénoncé lors de la dite réunion.

 

Bien à toi

 

Bruno

 

Cher-e-s camarades,


>

Début octobre 2011, nous attirions l'attention des communistes thouarsais et ceux du département des Deux-Sèvres, sur les orientations politiques erronées et contestables , ainsi que des pratiques anti-démocratiques de la direction de la fédération du PCF des Deux-Sèvres.


>

Au fil des jours, et singulièrement depuis le début de l'année, quelques possesseurs de la carte du PCF, qui s'auto-proclament direction, tentent de confisquer les décisions politiques et la désignation des responsables locaux et des candidats communistes aux élections législatives.


>

Nous y voyions le danger de marginalisation du PCF se profiler avec la bénédiction de la direction fédérale actuelle dont c'est d'ailleurs la seule ligne constante, depuis plusieurs années.


>

Nous avions alerté à plusieurs reprises la direction du Parti Communiste et son premier responsable Pierre LAURENT de pratiques autoritaires et anti-démocratiques qui, selon nous, sont contraires à l'authenticité communistes et préjudiciable à son organisation dans le Nord Deux-Sèvres. Ces faits relatés dans plusieurs courriers justifiaient selon nous, la saisie de la commission nationale des conflits.


>

A notre grand regret, nous constatons hélas à ce jour le 19 février 2012, que ni Pierre Laurent, ni la direction du Parti, ni la commission nationale des conflits sollicités n'ont pris la peine de nous répondre et de porter attention à nos demandes.


>

Au déni démocratique de notre fédération du PCF dans le 79 s'ajoute maintenant celui sa direction nationale d'où notre étonnement et notre colère.

 

En effet, comme nous l'avions craint et dénoncé, ce ne seront pas finalement les communistes de la 3e circonscription qui désigneront les candidats aux législatives, mais les participants des assemblées citoyennes du Nord Deux-Sèvres réunies pour l'occasion, avec l'objectif de "porter les valeurs, les propositions du Front de Gauche et la nouvelle façon de faire de la politique que nous sommes en train d'inventer" au nom "d'une véritable alternative sociale, écologique (FASE) et démocratique". Et "Parce que nous sommes cohérents avec nos idées, nous voulons que la désignation des candidatures à l'élection législative dans notre circonscription soit l'aboutissement d'une réflexion commune et d'une décision partagée, sans omettre d’évoquer les accords et les discussions au plan national entre les partis et les formations qui composent le Front de Gauche".  


 
 

Voilà à quoi aboutit l'orientation politique et militante de notre "direction fédérale" et des organisations locales FASE et PG.

A ce sujet, il est bon de préciser que le PG dans le Nord Deux-Sèvres n'est composé que de 3 personnes et que la présence de la FASE  ne tient qu'à quelques personnes organisée à Thouars ,  à l'exception du reste du département où elle n'existe pas.


 

Les communistes du thouarsais qui, depuis plusieurs années inaugurent des pratiques politiques nouvelles, se mobilisent et agissent  se voient contester les décisions qui les concernent, notamment la désignation de ses candidats pour les législatives. Ils ont fait connaître leur choix de Bruno FORNACIARI comme titulaire et de Ernest LEVINDRE comme suppléant. Les communistes présents à l'assemblée n'ont pas pu donner leur avis par  vote en raison du refus autoritaire d'une "direction fédérale" discréditée.


 

Nous maintenons donc ces candidatures et seront amenés, dans les tous prochains jours, à en faire part publiquement, le cas échéant.


 

Il serait dommageable qu'il y ait plusieurs candidats différents émanant de plusieurs formations "rassemblées" dans le Front de Gauche, chacun le comprend.


 

Aussi, nous appelons une dernière fois la direction du PCF et la commission nationale des conflits à se saisir rapidement de cette situation thouarsaise.


 

Ernest LEVINDRE, Joël GRELLIER, Bruno FORNACIARI


 

____________________________________________________________________________________________________________________________


Malgré bon nombre d'appels, toujours pas de réponse.........  Au regard  du bref entretien  qu'à eu Bruno Fornaciari avec  Marc  Brynhole,  notre requète ne serait pas pas recevable. J'en attends les motifs qui  ne  peuvent  qu'être statutaires à mon  sens. D'autre part pourquoi  nous n'avons jamais été contacté  avant toute décision??????  Enfin  notre Fédé  est  en état  de délabrement semble-t-il au regard  du  dernier document que j'ai adressé dernièrement. Cependant  je reste à  l'écoute.  E LEVINDRE 05 49 96 01 69 

 

A l’attention de Marc Brynhole.

 

Après m’avoir exclu du Parti Communiste JP Gelot 1er secrétaire de la FD poursuit dans son intention de ne pas appliquer les statuts pour la désignation des candidats aux législatives de la 3e circonscription des Deux-Sèvres.

Nous sommes désolés de solliciter  à nouveau la commission des conflits

 

Bruno FORNACIARI

06 800 78 129

______________________________________________________________________________UNE REUNION DES COMMUNISTES DU THOUARSAIS SE TIENDRA A THOUARS VENDREDI 13 AVRIL A 20 H 30

SALLE DENFERT ROCHEREAU

Ordre du jour : Point de la situation en vue des candidatures aux élections législatives

______________________________________________________________________________

Le 9 avril 2012

Cher-e-s camarades,

 

Tu as reçu récemment un courrier de Jean-Pierre Gelot concernant la désignation des candidatures PCF/Front de Gauche dans la 3e circonscription le 7 avril dernier*.

 

Tu le sais sans doute, soit pour avoir été informé, soit pour y avoir participé, les communistes de la 3e après y avoir été invités se sont réunis et ont désigné à l’unanimité des présents et à la majorité des communistes organisés et électeurs, les candidats communistes Bruno FORNACIARI et Ernest LEVINDRE. Le  «processus des désignation des candidats» d’où résulte une proposition «après des mois de débats» a déjà eu lieu et a choisi ses représentants. Mais les candidats élus ne plaisent pas à JP Gelot et quelques autres de la fédération qui ne les reconnaît pas. Le GUET, MORISSON et JP GELOT avaient déclaré et agit pour faire « tout ce qui sera possible pour que Bruno Fornaciari ne soit pas candidat ». Beau programme en effet !

 

Depuis tout a été fait en ce sens. Les mensonges éhontés généralisés, la duplicité, les attaques personnelles, la stigmatisation, le dénigrement, les insinuations calomnieuses, les accusations mensongères des pressions sur les communistes etc…, tout cela se substituant au nécessaire débat politique, à l’instigation du secrétaire fédéral Jean-Pierre Gelot. Et enfin, cerise sur le gâteau du despotisme ambiant il écrit lui-même, dans un courrier « approuvé » par le comité fédéral ?l’exclusion de Bruno Fornaciari adhérent et militant depuis 1966 sans qu’il en soit lui-même prévenu. Quelle lâcheté ! Nous sommes en plein cauchemar. Pol Pot et Pinochet sont de retour ! La haine et la folie guiderait-elle maintenant la destinée des communistes des Deux-Sèvres et particulièrement celle des camarades du Thouarsais par une clique d’irresponsables?

Nous sommes fondés à le croire. Et nous devons témoigner au passage de l’étonnement et du trouble que provoquent ces attaques indignes auprès des nouveaux adhérents.

Au cours de ces derniers mois nous avons été contraints d’alerter la direction du Parti  et nous avons sollicité à la fois la responsable nationale aux élections (déjà pour les cantonales), le secteur de la « vie militante » et la commission des conflits, lesquels ont  livré des observations qu’il convient de prendre en compte, ce que nous faisons pour notre part.

 

Le Président de la commission Marc Brynhole insiste notamment« sur le mode d’organisation de la consultation des communistes pour la désignation des candidats tels que le décrivent nos statuts » (…) (1) ou bien encore la lettre que nous a adressée Lydie Benoist responsable nationale aux élections (2). Ou même le contenu de la conversation téléphonique de jeudi 6 avril avec Jacques Chabalier secrétaire du Parti à la Vie militante (organisation) dont nous vous communiquons le résumé du contenu dans la suite de notre propos..

 

Malgré ces recommandations, cela continue de plus belle. Aucun de nous n’a été convié ou sollicité a participer à un tel « processus » proclamé, ni à un tel « débat » qui nous d’ailleurs été refusé tout au long de ces derniers mois. JPG évoque des réunions qui concourent au processus de désignation mais qui n’ont pas concerné les thouarsais. Qui sont donc les camarades ou les personnes qui ont eu l’honneur de discuter et de décider pour nous ?. Les têtes pensantes de la fédé triées sur le volet ? de la FASE ? de l’assemblée citoyenne ?  Qui sont donc ceux qui après avoir bien discuté entre eux, nous font part de leurs décisions et nous demandent de les valider individuellement comme des sujets à leur vassal. Et avec quelle méthode ?. Sans faire appel à d’éventuelles candidatures, sans contact entre nous sur cette désignation qui fait débat, en misant sur une réflexion individuelle déconnectée des réalités et des manœuvres en cours, sans discussion et sans confrontation, en ne proposant qu’un bulletin de vote unique et un vote par correspondance, en nous maintenant isolés les uns des autres. Nous sommes un collectif de citoyens qui a décidé sciemment et librement d’adhérer au PCF, que nous considérons comme un moyen, un outil, pour donner un prolongement efficace à notre volonté de transformation de la société pour laquelle nous militons en donnant un sens à notre combat.

 

Quant à nous, nous avons réclamé ce débat car de l’analyse sérieuse et de la réflexion politique approfondie dépend souvent, la position la plus juste et l’adhésion la plus large. Nous avions nous-mêmes fait des propositions de candidats lors du premier vote : Bruno FORNACIARI ouvrier typographe puis cadre commercial retraité maintenant et Ernest LEVINDRE ouvrier mécanicien, syndicaliste CGT, défenseur des travailleurs aux prud’hommes. Ils sont des communistes actifs, connus et appréciés.  Ils sont à l’origine du renouveau du Parti dans le Thouarsais de son renforcement et de son installation dans le paysage politique local, et personne ne le conteste. Les communistes de la 3e circonscription qui avaient été invités statutairement à en débattre ont émis un vote majoritaire en faveur de ces candidats, ils les ont choisis et ils confirment ce choix. Et l’on voudrait le remettre en cause ? Belle démocratie !

 

Nous sommes à nouveaux désolés, et furieux de constater que contrairement à ses engagements Jean-Pierre Gelot continue de refuser de faire valoir les droits des communistes à décider ainsi que la mise en œuvre des conditions de leur souveraineté. C’est lui qui, de ce fait, se met en retrait des responsabilités de notre Parti. Désormais nous ne pouvons plus, nous refusons de  le reconnaître comme un secrétaire fédéral ou même un responsable du Parti dont il transgresse les règles et les objectifs ; et qu’il discrédite. Il refuse nos modes d’organisation et l’expression démocratique des communistes. Il exacerbe les divisions au lieu d’œuvrer au rassemblement des communistes. Nous exigeons sa démission.

 

Au prétexte fallacieux, selon nous infondé, que l’un des candidats pressentis, Bruno FORNACIARI aurait des défauts personnels et un caractère qui ne lui plaisent pas, il se permet en dépit de nos règles communes d’interdire sa candidature. Il s’oppose tout autant à celle d’Ernest LEVINDRE comme suppléant, candidature pourtant unanime elle aussi, pourquoi ? Mais de quel droit, et en vertu de quels principes statutaires du Parti se le permet-il ? Le fait du prince ? qu’il entraîne avec lui quelques personnes, qui, pour la plupart sont extérieures au Thouarsais ne nous surprend pas. Elles ignorent les difficultés réelles auxquelles nous sommes confrontées bien sûr. Et elles décideraient pour nous ? Et puis, le secrétaire fédéral disposerait à lui seul de la légitimité ? Aurait-il des droits politiques particuliers que lui confèrerait sa situation de salarié de la fédération, appointé à mi-temps pour un salaire brut de 1400 € environ, soit 2800 € pour un temps plein.

Il agit comme si le PCF 79 était sa propriété personnelle, ce qui lui donnerait des droits supérieurs aux autres communistes ? Un véritable pouvoir personnel ?

 

Au contraire, cela lui donne d’abord des devoirs. Et en premier de rendre compte de son activité, ce qu’il ne fait pas. Et au vu la situation et des résultats de la FD à tous les points de vue, l’on peut dire qu’il a échoué dans sa tâche. Nous sommes une des plus petites fédérations de notre pays avec 130 communistes cotisants, alors que notre département compte 380 000 personnes parmi lesquels des dizaines de milliers d’ouvriers, de fonctionnaires, de personnels de santé, d’employés de commerce etc…Et en fonction des « résultats » de l’implantation du parti et de ses scores électoraux, sa responsabilité première est engagée et le débat resurgit naturellement sur la nécessité ou non de la présence d’un permanent politique.

 

Et si nous faisons encore une fois référence aux statuts, c’est pour souligner qu’ils recommandent de ne pas faire perdurer à plus de huit ans la fonction de permanent. Or cela fait 15 ans maintenant qu’il « officie » pour des résultats que l’on peut qualifier de médiocre.

Et que dire des « libertés » qu’il s’octroie. Juge et partie sur tous les sujets. Il se permet de se verser la somme de 2000 € après un semblant de consultation condamnée par l’ensemble du comité fédéral, ce qui fera dire à l’un des camarades : « j’appelle ça taper dans la caisse ». Et que dire de son refus de répondre à la convocation d’une délégation du comité fédéral pour l’entendre sur cette question ? (Nous tenons le compte rendu de la réunion du comité fédéral d’août 2010 à ce sujet, à la disposition des communistes). Et lorsque l’on veut faire tirer un tract on nous répond qu’il n’y a pas d’argent. Tout n’est pas acceptable. Trop c’est trop!  Ça suffit !

 

Et cela ne lui ne donne en rien, ni le droit, ni le pouvoir d’évincer ou d’exclure un communiste quel qu’il soit, ni de décider, tel Dieu, de l’appartenance ou non à notre Parti et de rayer de ses effectifs, d’un trait de plume, un camarade qui en est membre depuis 46 ans à jour de ses cotisations. Allons ! Jean-Pierre Gelot est gagné par la haine ce qui lui fait perdre tout sens de la raison, quelle mégalomanie. Les dénis démocratiques dont il est coutumier, la tromperie permanente des communistes thouarsais sont pour eux aussi inacceptables et insupportables.

 

Bien entendu, nous reconnaissons  le droit et le devoir de la Fédération de proposer les candidats qui lui semble le mieux correspondre à la politique qu’elle entend soutenir. Mais elle l’a déjà fait et le candidat s’est rétracté arguant du fait que sa « candidature apparaît comme un déni démocratique » aux yeux des assemblées citoyennes(…) et que lui « colle à la peau, à l’intérieur et à l’extérieur du parti, l’image d’un candidat qui se serait laissé instrumentaliser dans l’unique but de faire barrage à Bruno Fornaciari ». Voilà qui éclaire bien des choses.

Mais c’est aussi son devoir de faire appel aux candidatures. Celles-ci peuvent émaner d’un collectif de communistes ou même à titre personnel. Et cela pour tout type d’élections et pour prétendre à des responsabilités dans le Parti lui-même. C’est au cours de débats dans l’assemblée concernée, en l’occurrence, l’assemblée des communistes de la 3e circonscription qui s’est pourtant déjà tenue, que les communistes présents, échangent leurs arguments et tentent de trouver une  position commune. Et si cela s’avère impossible malgré tous les efforts, c’est le vote majoritaire des communistes qui emporte la décision, qui devient celle du Parti d’où l’importance de la participation réelle de chaque communiste.

 

Nous nous permettons d’ailleurs de rappeler à nouveau aux camarades l’article des statuts que nous avons déjà mis en avant lors de précédents courriers à la Fédération et aux communistes de la 3e circonscription,  que vous trouverez en note à la fin de ce courrier.

 

Vous le savez, nous avons saisi la commission des conflits au sujet du scrutin précédent où les représentants de la fédération et notamment Jean-Claude MORISSON avaient refusé d’inscrire  les deux autres candidatures exprimées encore le jour même et connus de la fédération depuis longtemps. La commission des conflits en avait pourtant relevé l’obligation. Nous sommes étonnés cependant que la procédure démocratique ne s’applique toujours pas encore cette fois-ci malgré les rappels statutaires. Et voilà que cela recommence en en aggravant le caractère anti-démocratique et autoritaire, puisque non seulement il est exprimé un refus total des candidatures, mais qu’en plus Jean-Pierre Gelot décrète l’exclusion du Parti du camarade Bruno Fornaciari adhérent depuis 1966.

 

Nous vous rappelons que la procédure d’exclusion est rarissime, elle peut être demandée à une commission « ad hoc »  qui doit se réunir et statuer après examen. L’exclusion n’est requise que dans des cas particulier extrêmement graves. Comme par exemple l’appartenance à un autre Parti, bien que cela ne se pratique guère, ou en terme de malhonnêteté avérée portant préjudice au Parti.. Ou bien pour des motifs ayant trait à des faits particulièrement graves. Mais en aucune manière pour divergence politique ou incompatibilité d’humeur.

 

 Rappel des statuts :   Article 24. L'exclusion

« Les seuls motifs d'exclusion du Parti communiste français sont la mise en cause délibérée des valeurs fondamentales d'intégrité et de dignité humaine, la corruption, ainsi que l'appartenance à un autre parti politique. Cette mesure exceptionnelle d'exclusion est proposée par l'instance à laquelle appartient l'adhérent-e. Celle-ci doit saisir la commission nationale des conflits qui infirme ou confirme la proposition d'exclusion. »

 

Nous vous confirmons en outre que nous avons eu une conversation téléphonique le 6 avril avec Jacques Chabalier qui est le responsable national à la Vie du Parti. Il ressort, que pour tenter de trouver une issue raisonnable et démocratique à nos désaccords sur la question des candidatures, il nous propose ainsi qu’à la fédération (JP Gelot) la création d’une commission composée de 3 camarades de la Fédération et de 3 camarades du Thouarsais (ceux avec qui portent les désaccords) chargée de  déterminer la liste des électeurs et les critères de l’élection. Il est convenu de se soumettre à nos statuts et de faire appel aux candidatures qui seront toutes examinées. De définir les conditions d’exercice du vote, expression de la souveraineté des communistes. Nous avons approuvé chaleureusement cette proposition qu’il doit communiquer à JP Gelot.

 

J’en viens maintenant au fondamental qui concerne les désaccords politiques, qui sont présentés, c’est plus facile, comme une question comportementale et personnelle, alors qu’ils sont le fondement de notre conflit. Ce qui évite commodément le débat politique que nous réclamons depuis toujours et que nous n’avons pas eu, ni pour les régionales, ni pour les cantonales et pas non plus bien sûr pour les législatives.

 

 Au fond, Jean-Pierre Gelot et quelques autres communistes, n’ont pas abandonné la conception de l’organisation, de la politique et du rassemblement qui avaient prévalus lors de feu les collectifs anti-libéraux qui ont donné naissance à la FASE fin 2008. Il est à noter que JP Gelot a tenu à participer personnellement à sa première réunion constitutive à NIORT, tandis qu’Elie Maudet était élu Vice-Président de la FASE présidée par Jean-Pierre Gay. En sachant cela, on y voit plus clair maintenant. C’est sur les bases des analyses politiques et des objectifs de la FASE, et parfois du NPA, que se fondent la politique de rassemblement de la fédération du PCF 79 et de ses prolongements électoraux.

 

Ainsi, la FASE considère « que le Front de gauche ne peut à lui seul rassembler la gauche radicale » (déclaration de JP GAY aux régionales)et JP Gelot considère lui aussi que « le PCF peut-il à lui seul rassembler un maximum de voix. A-t-il lui seul la légitimité, Pouvons-nous, au nom de principes périmé pour la plupart des gens, prendre le risque de laisser passer, voir à faire échouer cette possibilité nouvelle d’aider au rassemblement le plus large sur des objectifs politiques clairs, comme ce fut le cas lors du débat sur le traité européen de 2005 » (lettre du 30 mars 2012 aux communistes de la 3e circonscription.) Nous n’inventons donc rien.

 

Pour ceux qui se souviennent, c’est le même type d’arguments qui avait prévalu pour faire échouer la candidature commune de Marie-Georges BUFFET aux présidentielles de 2007. Car, selon les partisans des collectifs anti-libéraux (aujourd’hui la FASE), le Parti communiste ne peut rassembler, et donc, pour rendre le rassemblement pérenne, il faut obligatoirement que ce ne soit pas un communiste. Du moins c’est l’argument avancé pour promouvoir la FASE et mettre en cause la capacité de rassemblement du Parti, et tendre à le diluer dans les assemblées citoyennes rassemblement sympathique mais hétérogène. Ce n’est pas le choix  de nos congrès qui réaffirment l’utilité de l’existence du Parti communiste Français.

 

C’est ce qui le conduit JP Gelot à tenter d’imposer aux adhérents du PCF une candidature non communiste inspirée par la FASE, issue d’une assemblée citoyenne et d’un membre de la FASE comme suppléant. De la sorte JP Gay fait carton plein. Au passage, il est à noter aussi que nous ne connaissons pas le candidat proposé, que nous ne savons rien de lui si ce n’est qu’il n’est pas communiste et qu’il est gérant d’une SARL. Ce n’est sans doute pas l’affichage professionnel le plus adapté lorsque l’on prétend représenter les forces du travail et de la création.

 

A nos deux derniers congrès nous avons réaffirmé la nécessité d’un Parti Communiste dynamique et transformé. La stratégie de Front de gauche adoptée en décembre 2008 et la progression de l’influence électorale et de l’enracinement populaire ainsi que de l’élargissement du Front de Gauche, montre bien que la stratégie du Parti est la bonne, qu’il convient de la poursuivre et pour cela renforcer encore notre Parti. Car, pour beaucoup de personnes, de travailleurs manuels et intellectuels, de femmes, de jeunes, de démocrates, le parti a su se renouveler et proposer une stratégie gagnante. Le nombre et la qualité des adhésions récentes à notre Parti  de l’ordre de 2500 depuis le début de l’année, confirme que contrairement à ce qui est colporté ici ou là, non seulement le Parti Communiste n’est pas un obstacle au rassemblement mais il en est le cœur et l’ardent artisan, la garantie et la condition. Tout le monde connaît le Parti Communiste son histoire et son rôle actuel, ses militants ses dirigeants.

 

Parce que sur le terrain les communistes interviennent, ici à Thouars pour la formation du collectif retraite dont l’initiateur Bruno fornaciari en fut l’animateur et le porte-parole incontesté, ou bien les positions et intervention du Parti contre la maternité porcine industrielle à Luzay, ou la participation aux actions pour l’hôpital public et le débat organisé pendant les cantonales à Thouars, ou bien encore l’intervention du Parti sur les collectivités locales et l’intercommunalité dans la presse, l’organisation du vote citoyen contre la privatisation de la Poste, ou la solidarité avec la lutte des cheminots à Thouars contre la privatisation du Fret, ou le soutien à la luttes du personnel de Loeul Piriot pour de meilleurs salaires et conditions de travail, à la solidarité avec les gréviste lors du mouvement des retraite qui a permis la remise d’une somme de 4000 € aux syndicats, ou encore la mobilisation et la participation visible du PCF aux manifestations, sa participation à la création du Front de gauche comme l’atteste la presse, en passant par la constitution de la première assemble du Front de gauche dans le département à Airvault, par le renforcement du parti communiste avec près de 10 adhésions en 2 ans ses très bons résultats électoraux aux cantonales à Thouars et sa progression à St Varent etc.. Comment, peut-on prétendre que le Parti communiste n’est pas rassembleur ? Il conviendrait selon ses détracteurs de ne point trop se montrer, se mettre en avant ? Il faudrait se cacher, minimiser notre présence pour avoir une chance de réussir et travailler pour d’autres ? Mais si nous, la gauche transformatrice sommes aujourd’hui dans une période de progrès, si l’espoir et les mobilisations renaissent, notre Parti y est pour beaucoup. Pourquoi donc éliminer des candidats qui ont fait leurs preuves, des camarades convaincus, expérimentés, aguerris à la lutte politique et syndicale, connus et appréciés quoiqu’en disent (ou souhaitent) certains malintentionnés. Et pourquoi se soustraire aux accords nationaux qui stipulent que pour la 3e le candidat sera communiste, et que la FD est maintenant d’accord ? Pourquoi, puisque le candidat proposé sera parait-il « estampillé » communiste. Alors pourquoi pas un communiste véritable, « pur jus » ?

 

Les communistes qui font revivre le parti seraient-ils des obstacles au rassemblement et auraient-ils démérité? Non certainement pas. Mais il est vrai que ceux qui rêve d’un Parti Communiste amorphe et inaudible, y voient eux matière à rechigner, quand ce n’est pas militer ouvertement contre les candidats PCF/Front de gauche comme ce fut le cas hélas aux cantonales, car ils rêvent de l’affaiblir pour le supplanter.

Non, les raisons personnelles et caractérielles émises par Jean-Pierre Gelot pour s’opposer à nos candidatures ne résistent pas l’analyse. Elles apparaissent pour ce qu’elles sont. Une stratégie d’effacement du PCF dans le nord Deux-Sèvres, prisonnier qu’il est du pacte conclu avec la FASE sur la répartition des influences dans notre département. Les militants du Parti ont leur mot à dire. Nous les invitons à exiger les débats nécessaires et à exprimer leur opinion sur toutes les questions.

 

Nombre d’entre vous, sont des communistes sincères mais déçus, parfois trompés. L’on vous ignore souvent et l’on vous méprise parfois aussi. Avec ce courrier nous tentons de rétablir la vérité sur la situation dans le thouarsais, et nous voulons vous encourager à ne pas perdre confiance dans notre Parti Communiste, et vous dire que vous y avez toute votre place et qu’il faut l’occuper.

 

Bon courage et bon travail à tous. Nous ne lâcherons rien !

 

« Je reste exaspéré et violent. Je crie et je m’indigne et je pleure. Malheur à qui fait du mal à la France. Je ne m’apaiserai pas. Je déclare que je mourrai fanatique de ma patrie » Victor Hugo.

 

Fraternellement

 

Bruno Fornaciari, Ernest Levindré et Joël Grellier.

Membres du bureau provisoire de la section thouarsaise

 

 

(1) Article 4.1. Décisions et votes

Tous, toutes les adhérent-e-s reçoivent les informations et les éléments matériels pour chaque consultation. Seule-e-s les adhérent-e-s détenant la carte du Parti Communiste Français depuis plus de 3 mois avant la date du scrutin, à jour de leur cotisation, c’est-à-dire pour les 3 derniers mois au moins, qui précèdent le scrutin et validée par une commission par le ou les exécutifs des territoires concernés. Cette commission organise la consultation et assure le bon déroulement des opérations de vote. Elle prend toutes les dispositions pour faciliter la participation du plus grand nombre d’adhérent-e-s(…)

Article 4.2.

Dans toutes les instances du Parti, les décisions se prennent à la majorité. Le vote est individuel. Il est toujours secret pour l’élection à toutes les fonctions ou responsabilité (…) A chaque niveau, seules les décisions prises à la majorité engagent le Parti (…)

Article 18.1.

Les propositions de candidatures, après appel à candidature, peuvent émaner des assemblées générales et des instances départementales et nationales, comme être présentées dans le parti à titre individuel. Tous, toutes les adhérent-e-s habitant sur le territoire concerné par l’élection sont informé-e-s de toutes les candidatures (…)

Article 18.2.

Les communistes élaborent les projets de candidature dans l’instance correspondant à la circonscription électorale concernée en liaison avec les instances qu’elles regroupent : (…) conseil départemental pour (…) les élections (…) législatives (…)

Article 18.3.

(…) Tous les efforts sont faits pour aboutir à un projet de candidature ou se retrouve la très grande majorité des adhérent-e-s ou de leur délégué-e-s. Malgré cela, si d’autres candidatures sont maintenues, elles sont également soumises au vote. Celles qui reçoivent le plus de voix sont retenues. Les adhérents-e-s de la circonscription électorale concernée se prononcent alors individuellement, directement, à bulletin secret, sur le projet de candidature. Il est définitivement adopté s’il recueille une majorité des suffrages exprimés

Au bout de ce processus, seules les candidatures ainsi désignées sont celles qui peuvent se prévaloir de l’investiture du Parti(…)

 

(2) Cher Camarade, >

Suite à tes questions, je  t'informe que lors de l'accord national signé entre les partenaires du Front de Gauche il a été acté pour le département des Deux Sèvres la répartition suivante : la 1ère et 3ème circonscription avec un titulaire du PCF, la 2ème circonscription avec un titulaire du P.G. En ce qui concerne les suppléant(e)s, nous sommes convenus avec le Parti de Gauche et la Gauche Unitaire (seuls signataires avec le PCF de l'accord national)  qu'il revenait aux  fédérations d'en discuter et d'en décider avec les partenaires locaux. Bien entendu tous ces éléments s'inscrivent dans le respect de nos statuts qui comme tu le sais, accordent aux adhérents de la circonscription,  en lien avec leur fédération, d'être les décideurs (voir article des Statuts). Il convient donc que les communistes adhérents, a jour de leurs cotisations, puissent désigner le ou la titulaire ainsi que son ou sa suppléant(e).  Dans le cas présent, avec plusieurs candidats a la candidature, il est de la responsabilité fédérale d'organiser le scrutin, quel que soit le choix énoncé par le Conseil départemental> Bien fraternellement.   Lydie Benoist 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 12:20

Deux-Sèvres le 30 janvier 2012

 

ARBITRAIRE, CYNISME, MASCARADE ELECTORALE ET DENI DEMOCRATIQUE

AU PCF 79

 

Malheureusement, ce vendredi 27 janvier à la réunion des communistes de la 3e circonscription des Deux-Sèvres à Thouars, le pire n’a pas été évité. Au contraire, il est plus grave encore que ce que nous n’osions l’imaginer.

 

Car après avoir reçu une lettre de pression inadmissible pour influencer notre vote quelques jours plus tôt, voilà que les représentants de la direction fédérale (3 personnes) nous ont annoncé d’emblée, que la décision de la fédération concernant le choix d’un suppléant de la FASE était irrévocable et non discutable. Et cela sans aucune information ou discussion avec les adhérents du Thouarsais. Plusieurs camarades ont manifesté leur incompréhension et leur opposition à une telle décision sans débat contradictoire. Après l’avoir refusé le débat sur cette question, c’est finalement imposé. Mais il n’a pas pu faire l’objet d’un vote de l’assemblée souveraine. La décision fédérale avait été annoncée en début de réunion. « Circulez, il n’y a rien à voir ».

 

Après cet oukase, dans la foulée nous avons abordé les candidatures. Là encore il nous a été fait part de la seule candidature fédérale, à l’exclusive de toutes les autres. Nous avons demandé un débat sur des propositions qu’avaient faites et que confirment plusieurs communistes du Thouarsais. Cette demande fut rejetée avec arrogance. Refus d’examiner quelque candidature que ce soit et pas question de procéder à un autre vote que celui exigé par la FD avec le seul bulletin fourni par elle. Nous en avions deux candidatures communistes, un titulaire : Bruno FORNACIARI et un suppléant : Ernest LEVINDRE .

 

Devant ce déni démocratique, nous avons évoqué les statuts du parti qui font des droits et libertés des communistes la pierre angulaire du militantisme. Il nous a été répondu cyniquement que effectivement les statuts ne s’appliqueront pas, que c’est la décision du « conseil fédéral » qui fait seule autorité, qu’il n’y a qu’un seul bulletin valable. Finalement, quel que soit le cas de figure la candidature de Bruno Fornaciari ne serait pas validée ni aucune autre d’ailleurs.

 

Et de nous « conseiller » « d’écrire par lettre recommandée à qui bon vous semble » laissant entendre que cela n’aurait aucun effet.

 

Nous avons dénoncé cet arbitraire et cette mascarade électorale qui a vu la participation au vote de 4 électeurs présents, l’ajout de 3 votes par correspondance. Le résultat énoncé est de 7 voix pour le candidat officiel de la fédération, mais d’autres votes par correspondance sont attendus  ultérieurement à la fédération pour une proclamation des résultats le 2 février prochain.

 

Les autres 5 camarades présents ont refusé de participer au scrutin dans ces conditions iniques, qui ressemblent davantage à la mainmise de la « mafia fédérale » sur les opérations de vote qu’à un exercice démocratique visant à mettre en œuvre la souveraineté des adhérents.

Nous avons informé l’assemblée que nous ne reconnaissions pas valables le décompte et les résultats énoncés et que nous interpellons la commission nationale des conflits sur la procédure de consultations des communistes, sur l’ensemble des faits évoqués plus haut et sur les pratiques fédérales.

 

Ce que nous faisons officiellement avec ce courrier.

 

Dans ces conditions, vous comprendrez certainement qu’il nous est impossible d’avaliser des pratiques anti-démocratiques et de poursuivre notre activité dans un tel cadre qui contredit en tous points les règles de fonctionnement du parti, que sont bafouées les libertés de conscience et le respect dû aux citoyens communistes que nous sommes.

 

Ces méthodes de «voyou» discréditent, aux yeux des communistes, et de ceux qui pourraient avoir connaissance de ces faits extrêmement graves, tous les discours du Parti Communiste sur les libertés démocratiques dont nous serions porteurs. Elles mettent en cause non seulement nos règles de fonctionnement et notre idéal démocratiques. Elles défigurent toute notre action réelle pour encourager et responsabiliser la participation des communistes à la vie politique et des citoyens à la gestion de notre pays C’est de surcroît une régression de notre conception démocratique de la société que nous voulons construire avec d’autres.

 

En outre, c’est un mauvais coup porté à la capacité d’intervention politique des communistes et de notre section qui du coup, serait mise en péril par le retrait de l’activité militante des communistes signataires qui n’entendent pas obéir à ces diktats, et qui aboutira, inévitablement, comme semble le souhaiter cette « direction fédérale », à l’effacement du PCF dans le Thouarsais.

 

Enfin ce serait rendre un très mauvais service à notre parti que de laisser perdurer ces pratiques exécrables qui éloigneraient pour longtemps sans doute, ceux qui voudraient se tourner vers lui pour changer la société et conquérir des libertés nouvelles. Ces mauvais exemples anéantiraient toute velléité en ce sens.

 

Salutations fraternelles et communistes.

 

Bruno FORNACIARI, Monique GABY, Jérôme GAUTHREAU, Joël GRELLIER, Ernest LEVINDRE, Christian PLANCHET, Sandrine SALAUN, Michel MARTIN

 

A l’attention de Marc Brignolle  responsable de la commission nationale des conflits.

 

Bonjour,

 

Voilà plus d’une semaine que 8 communistes du Thouarsais ont saisi la commission nationale des conflits en raison des pratiques et des manquements démocratiques dans la FD des Deux-Sèvres.

 

Nous sommes étonnés et mécontents que nos mails à Denis Rondepierre, Lydie Benoist et toi-même, ainsi qu’un courrier recommandé à Pierre Laurent soient restés, à ce jour, sans réponse.

 

Nous ne pouvons pas croire que la vie du Parti dans le Nord du département vous indiffère à ce point. Nous refusons de comprendre que les critiques pourtant vérifiables formulées par de nombreux camarades soient prises pour quantité négligeable. Pendant ce temps, ce qu’il faut bien appeler « la clique fédérale » ( en fait quelques personnes qui s’arrogent tous les droits et tous les pouvoirs 7 ou 8), continue ses basses œuvres et présentent maintenant aux adhérents les résultats d’un scrutin truqué et falsifié comme celui de la volonté des communistes de la troisième circonscription.

 

Les communistes signataires ont refusé et refusent de participer à un tel scrutin, le rendant caduc et illégitime. Nous vous rappelons que ce « scrutin » et ces « résultats » ne prennent pas en compte les autres candidatures, interdites. Un certain nombre de votants (voir les courriers joints) qui la découvrent, s’indignent de cette interdiction. Nous vous rappelons aussi qu’une lettre signé du comité départemental, (dont on ne sait d’ailleurs pas quels en sont les signataires ni le nombre), a été adressé aux communistes thouarsais la veille du scrutin, avec un seul bulletin et  une recommandation  de voter pour le SEUL candidat de la fédération à l’exclusion de tout autre. Ce courrier ajoute, que de toute façon aucune autre candidature ne sera validée.

 

Nous venons  de recevoir un mail d’une camarade, adhérente de 2009, qui nous  fait part de son écœurement et de son intention de quitter le Parti si ces pratiques antidémocratiques et liberticides persistent. Une autre camarade , adhérente depuis novembre 2011, nous a fait part de ses doutes et de son absence de mobilisation, dans ces conditions, pour elle, invraisemblables, de déni démocratique. D’autres communistes du département nous ont fait part de leur crédulité et de leur incompréhension, voire du scandale que constituent ces évènements lorsqu’ils en ont eu connaissance. Et enfin la plupart des militants du thouarsais condamnent fermement ces pratiques que l’on peut qualifier de dictatoriales, despotiques, arbitraires, déloyales et manœuvrières, dans la négation du respect et de la souveraineté des communistes.

 

Nous sommes inquiets de l’absence de réaction de la part de la direction du Parti et de la commission des conflits.

 

Faudrait-il comprendre que nos protestations ne sont pas recevables ?, qu’elles seront vaines ?

Faut-il comprendre que ces pratiques dénoncées par nous sont conformes à l’esprit communiste, à nos statuts et à nos règles de fonctionnement ?

Faut-il comprendre enfin  que tous comptes faits, vous considérez que nous sommes dans l’erreur et que, par votre silence, vous apportiez votre soutien à une direction fédérale maintenant discréditée ?

 

Ce n’est pas seulement le sort de quelques communistes dont il s’agit, candidats ou pas dans la 3e circonscription. Mais bien plutôt de l’existence du parti dans l’espace départemental Nord, qui, si rien n’est fait, serait rayée de la carte, et pour longtemps assurément.

 

Bien entendu, les communistes signataires, prendront toutes les initiatives, internes et publiques, jusqu’au bout, pour réagir et dénoncer les  oukases et les agissements nuisibles de cette minorité « fédérale », pour mettre fin à des pratiques réservées jusqu’alors à des factions groupusculaires de partis ou mouvements réactionnaires dont nous ne saurions nous faire les complices, et faire prévaloir notre fonctionnement démocratique .

 

Nous attendons que la direction du Parti Communiste Français prenne toutes ses responsabilités. Avec cette nouvelle interpellation nous prenons les nôtres.

 

Salutations communistes

 

Signataires :

 

Ernest LEVINDRE, Joël GRELLIER, Bruno FORNACIARI, Monique GABY, Christian PLANCHET, Jérôme GAUTHREAU, Michel MARTIN,  Sandrine SALAUN.

 

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________


Chers camarades,  

par la présente  je viens confirmer l'ensemble des écrits de Bruno FORNACIARI.

1°) LE refus de toutes règles  démocratique  par le manque  de communication  avec les  camarades, le refus de discussion sur  les candidatures de  la 3ème  circonscription des  Deux  Sèvres. 

2°) D'imposer  un suppléant  de  la  FASE  sans la moindre  concertation  avec  les communistes  locaux.

3°) D'imposer  le  candidat  officiel  de  la Fédé.(Elie MAUDET)  et  de jeter  le  discrédit  le  plus  total  sur  le  second  candidat  Bruno  FORNACIARI.

4°) D'avoir  organisé  le  27 janvier dernier  un vote  à bulletin  secret  avec  un  seul bulletin  celui d'Elie MAUDET  bien  sûr.....  Ceci  ne  me semble  pas  être  les  règles  élémentaires et  statutaires  de  notre  parti.......Je  pense  avoir  un  début  d'explication  qui  remonte  aux  comités  anti-libéraux  des  années  passées  et  reprends  forme  aujourd'hui  avec   le FRONT de  GAUCHE.  Les Deux Sèvres  est  un  département  peu  politisé: 130 communistes dont le secrétaire fédéral  est JP GELOT,  le P G: Secrétaire  Christine ANTOINE, la FASE: secrétaire  JP  GAY .  Ces  3  secrétaires  décident  entre  eux  du  partage  du  "gâteau", et  ensuite  font  valider  leurs décisions  par les  instances  départementales, ( le Conseil Départemental  pour le PCF). Cela veut  dire  que  les sections  n'ont  plus  droit  au  chapitre......Nous avions rencontré exactement  les  mêmes  difficultés  aux  cantonales.  Pour  la  petite  histoire,  sur  le thouarsais, il  y  avait  4 camarades il y a trois ans,  aujourd'hui  nous sommes  16 avec  l'action  menée  par  Bruno, alors  tout  n'est  pas  à  jeter  chez  ce  dernier  comme il est indiqué  dans  le  courrier  du  Comité  Départemental. Ce  qui   me semble être  un  minimum:  C'est de réunir à nouveau les communistes  de la 3ème circonscription. DE REMETTRE A PLAT LE FONCTIONNEMENT DEMOCRATIQUE DU PARTI  A LA SECTION  DE THOUARS, SUR LA CIRCONSCRIPTION. POUR CELA  VOTRE INTERVENTION EST NECESSAIRE.

E LEVINDRE

_____________________________________________________________________


> Bonsoir neness,


>

J'ai eu Joël au téléphone le weekend end dernier, et je l'ai tenu informé de ma décision de quitter le parti car ça devient insupportable. Bien évidemment, je ne cautionne en aucun cas la façon dont le vote a été organisé à la dernière réunion, et ai dit à Joël que je reste dans le parti pour appuyer Bruno en attendant la décision qui sera prise. Suite à la lecture de ton mail, je suis encore plus écœurée par les manœuvres de ces messieurs... J'appellerai Bruno dès que j'ai un moment dans le weekend end pour le tenir au courant. J'aimerai bien que l'on mange ensemble un de ces soirs pour en discuter.

 
> Mimi -
> mimirvo@hotmail.fr
>_______________________________________________________
From: joelgrellier@live.fr
To: drondepierre@pcf.fr
Subject:
Date: Sat, 28 Jan 2012 12:40:06 +0100

 cher camarade         comme tu peux le constater avec les explications qui t on déjà été fournies ,il se passe des choses graves et elles se sont encore aggravées lors de la réunion du vendredi 27 janvier censée résoudre la nomination du candidat à la législative pour la troisième circonscription . la fédé a décidé d’une seule candidature et a refusé celle de bruno fornaciari qui avait été souhaitée par une majorité des camarades dans la section thouarsaise . mais combien même serait-il soutenu par personne, de quel droit pourrait- il l’exclure. ils ont quand même provoqué le vote pour désigner le titulaire avec un seul bulletin sans mentionner le nom du suppléant , qu’ ils veulent réserver à la fase sans que nous ayons mot à dire ; cela resterait à négocier avec eux . une partie des camarades a dénoncé cette mascarade et refusé de participer au vote . nous nous sentons désemparé et n’avons plus du tout envie de militer dans des conditions aussi délétères . nous souhaitons que votre arbitrage puisse dénouer cette situation au plus vite .      je te fais parvenir également le courrier que j’ai adressé à la fédé leur signalant mon exaspération                    merci à toi                               fraternellement         Joël Grellier

 

________________________________________________________________

 

From: joelgrellier@live.fr
To: pcf79@orange.fr
Subject:
Date: Sun, 5 Feb 2012 20:05:53 +0100

                                                            
                                                                                        Airvault le 5 février 2012 Au comité fédéral
 
 
 
En complément à tout ce qui a déjà été dénoncé sur les méthodes anti démocratiques concernant l’élection du candidat à la législative sur la troisième circonscription voici les réactions que j’ai recueilli auprès de certains camarades niortais (Robert Léon et Philippe Brilouet)
 
Robert Léon en évoquant son éviction du comité fédéral qu’ il avait lui-même subit de la part de Jean pierre Gelot se montre solidaire avec nous sur le principe du respect statutaire de notre parti .
 
Philippe Brilouet eut la même réaction . Il savait qu’ il y avait un climat ambiant tendu ,mais n’aurait pu s’imaginer une telle situation.
 
Tous les deux m’ont dit qu’ils allaient intervenir auprès de certains membres fédéraux mais sans grande conviction.
 .
J’ai contacté également Daniel Delugeau qui n’avait pas suivi les évènements mais convient que la situation est anormal et déplorable.
 
Paul Caillez me fit également part de sa réaction dont j’ai la primeur et qu’il vous communiquera tout prochainement.
 

 

Je  confirme  le texte  que vient  de  t'envoyer  Bruno  FORNACIARI,  cela fait   1  an  que  la fédé  des  DEUX SEVRES  nous  mis  à  l'écart,   non  pas  pour   des  problèmes  de  personnes,  mais  pour  des  questions  d'alliances  douteuses  au  niveau  départemental  qui  à  pour  conséquence  de  priver   les  communistes  de  toute  souveraineté .  Un  exemple:  aux  dernières cantonales à  THOUARS, Un  accord   départemental  dont   on  n'avait  pas  connaissance avait  été  signé  le  7/01/2011  avec  le  PG  et  la  FASE, réservant  le poste  au  candidat  de  la  FASE.  Le  14/01/2011  la section  thouarsaise  se  réunit  et  valide  ma  candidature  ceci  en  présence  du secrétaire  qui  ne " pipe"  pas  mot  de  l'accord  qu'il  a  passé  le  7.( Avec  le désaveu  de  la  fédé   et  surtout  de  la  FASE,  j'ai  malgré  tout  obtenu  8,41%  au  1er  Tour )   Voila  le niveau   des  relations  que  nous avons  avec  la  fédé  depuis  plusieurs  mois  malgré  nos  demandes  de  régularisation  dans  le  cadre  des  statuts.  Et  voila  que  l'on  nous   ressert " la  même  soupe"  pour  les  législatives  où,  il  n'y  a  pas  d'autre  choix  que  celui  du  candidat  officiel  voulu  par   la  fédé.  C'est  inacceptable,  et  je  comprends  mal  l'absence  de  réaction  à nos  divers  courriers,  peut-être  faut-il  d'abord  en débattre  dans  la  presse  locale???? Merci  de  me  rassurer  dans  les  meilleurs  délais....... E. LEVINDRE

 
 
 
__________________________________________________________________________________________________________________________________________

Samedi 12 novembre 2011

les communistes pour le Front de gauche en campagne à AIRVAULT

Ce samedi au marché d'Airvault, les communistes distribuaient tracts du Front de gauche et Programme Populaire :" l'Humain d'abord".  Bon contacts, discussions intéressantes, et engagements de certains à participer aux prochaines initiatives, notamment pour la constitution  d'une assemblée citoyenne pour  enrichir le programme et débatte  des mesures que la gauche devra entreprendre en 2012.  Cela ne fait que commencer. A suivre...

 

Vendredi 7 octobre 2011

PCF 79 : la démocratie militante encore à conquérir

Si tu lis les résultats publiés, il n’y a que 3 refus de vote.  C’est-à-dire qu’ils comptent Monique Gaby et toi comme participants abstentionnistes. Monique et toi avez refusé de participer au vote, donc il y a 5 refus de vote et 4 votants sur place. Dons tu peux écrire à la FD pcf79@orange.fr pour leur signifier ton désaccord avec leur interprétation fallacieuse.

 

Le reste ce sont des votes par correspondance dont on ne peut assurer la validité, car certains d’entre eux ont été recueillis jusqu’au 2 février en fédération.

De plus un  débat a eu lieu lors de la réunion et le vote de certains en aurait peut-être été différent de celui enregistré.  Nous sommes un parti de militants et pas une liste d’émargement.

D’autre part chacun a reçu une lettre de pression, indiquant la SEULE candidature  valable était celle d’Elie Maudet, à l’exclusion de la mienne qui est aussi celle de plusieurs camarades (c’est ,Nénesse et non moi qui ait déclaré cette candidature. J’avais précisé à Nénesse que j’accepterai à certaines conditions qui ne sont d’ailleurs pas réunies à ce jour) ou de toute autre, que la question du suppléant était déjà réglée sans discussion et sans vote, comme un pied de nez à la souveraineté des communistes et à la démocratie que tu as d’ailleurs, fort justement dénoncé lors de la dite réunion.

 

Bien à toi

 

Bruno

 

Cher-e-s camarades,


>

Début octobre 2011, nous attirions l'attention des communistes thouarsais et ceux du département des Deux-Sèvres, sur les orientations politiques erronées et contestables , ainsi que des pratiques anti-démocratiques de la direction de la fédération du PCF des Deux-Sèvres.


>

Au fil des jours, et singulièrement depuis le début de l'année, quelques possesseurs de la carte du PCF, qui s'auto-proclament direction, tentent de confisquer les décisions politiques et la désignation des responsables locaux et des candidats communistes aux élections législatives.


>

Nous y voyions le danger de marginalisation du PCF se profiler avec la bénédiction de la direction fédérale actuelle dont c'est d'ailleurs la seule ligne constante, depuis plusieurs années.


>

Nous avions alerté à plusieurs reprises la direction du Parti Communiste et son premier responsable Pierre LAURENT de pratiques autoritaires et anti-démocratiques qui, selon nous, sont contraires à l'authenticité communistes et préjudiciable à son organisation dans le Nord Deux-Sèvres. Ces faits relatés dans plusieurs courriers justifiaient selon nous, la saisie de la commission nationale des conflits.


>

A notre grand regret, nous constatons hélas à ce jour le 19 février 2012, que ni Pierre Laurent, ni la direction du Parti, ni la commission nationale des conflits sollicités n'ont pris la peine de nous répondre et de porter attention à nos demandes.


>

Au déni démocratique de notre fédération du PCF dans le 79 s'ajoute maintenant celui sa direction nationale d'où notre étonnement et notre colère.

 

En effet, comme nous l'avions craint et dénoncé, ce ne seront pas finalement les communistes de la 3e circonscription qui désigneront les candidats aux législatives, mais les participants des assemblées citoyennes du Nord Deux-Sèvres réunies pour l'occasion, avec l'objectif de "porter les valeurs, les propositions du Front de Gauche et la nouvelle façon de faire de la politique que nous sommes en train d'inventer" au nom "d'une véritable alternative sociale, écologique (FASE) et démocratique". Et "Parce que nous sommes cohérents avec nos idées, nous voulons que la désignation des candidatures à l'élection législative dans notre circonscription soit l'aboutissement d'une réflexion commune et d'une décision partagée, sans omettre d’évoquer les accords et les discussions au plan national entre les partis et les formations qui composent le Front de Gauche".  


  

Voilà à quoi aboutit l'orientation politique et militante de notre "direction fédérale" et des organisations locales FASE et PG.

A ce sujet, il est bon de préciser que le PG dans le Nord Deux-Sèvres n'est composé que de 3 personnes et que la présence de la FASE  ne tient qu'à quelques personnes organisée à Thouars ,  à l'exception du reste du département où elle n'existe pas.


 

Les communistes du thouarsais qui, depuis plusieurs années inaugurent des pratiques politiques nouvelles, se mobilisent et agissent  se voient contester les décisions qui les concernent, notamment la désignation de ses candidats pour les législatives. Ils ont fait connaître leur choix de Bruno FORNACIARI comme titulaire et de Ernest LEVINDRE comme suppléant. Les communistes présents à l'assemblée n'ont pas pu donner leur avis par  vote en raison du refus autoritaire d'une "direction fédérale" discréditée.


 

Nous maintenons donc ces candidatures et seront amenés, dans les tous prochains jours, à en faire part publiquement, le cas échéant.


 

Il serait dommageable qu'il y ait plusieurs candidats différents émanant de plusieurs formations "rassemblées" dans le Front de Gauche, chacun le comprend.


 

Aussi, nous appelons une dernière fois la direction du PCF et la commission nationale des conflits à se saisir rapidement de cette situation thouarsaise.


 

Ernest LEVINDRE, Joël GRELLIER, Bruno FORNACIARI


 

____________________________________________________________________________________________________________________________


Malgré bon nombre d'appels, toujours pas de réponse.........  Au regard  du bref entretien  qu'à eu Bruno Fornaciari avec  Marc  Brynhole,  notre requète ne serait pas pas recevable. J'en attends les motifs qui  ne  peuvent  qu'être statutaires à mon  sens. D'autre part pourquoi  nous n'avons jamais été contacté  avant toute décision??????  Enfin  notre Fédé  est  en état  de délabrement semble-t-il au regard  du  dernier document que j'ai adressé dernièrement. Cependant  je reste à  l'écoute.  E LEVINDRE 05 49 96 01 69 

 

A l’attention de Marc Brynhole.

 

Après m’avoir exclu du Parti Communiste JP Gelot 1er secrétaire de la FD poursuit dans son intention de ne pas appliquer les statuts pour la désignation des candidats aux législatives de la 3e circonscription des Deux-Sèvres.

Nous sommes désolés de solliciter  à nouveau la commission des conflits

 

Bruno FORNACIARI

06 800 78 129

______________________________________________________________________________UNE REUNION DES COMMUNISTES DU THOUARSAIS SE TIENDRA A THOUARS VENDREDI 13 AVRIL A 20 H 30

SALLE DENFERT ROCHEREAU

Ordre du jour : Point de la situation en vue des candidatures aux élections législatives

______________________________________________________________________________

Le 9 avril 2012

Cher-e-s camarades,

 

Tu as reçu récemment un courrier de Jean-Pierre Gelot concernant la désignation des candidatures PCF/Front de Gauche dans la 3e circonscription le 7 avril dernier*.

 

Tu le sais sans doute, soit pour avoir été informé, soit pour y avoir participé, les communistes de la 3e après y avoir été invités se sont réunis et ont désigné à l’unanimité des présents et à la majorité des communistes organisés et électeurs, les candidats communistes Bruno FORNACIARI et Ernest LEVINDRE. Le  «processus des désignation des candidats» d’où résulte une proposition «après des mois de débats» a déjà eu lieu et a choisi ses représentants. Mais les candidats élus ne plaisent pas à JP Gelot et quelques autres de la fédération qui ne les reconnaît pas. Le GUET, MORISSON et JP GELOT avaient déclaré et agit pour faire « tout ce qui sera possible pour que Bruno Fornaciari ne soit pas candidat ». Beau programme en effet !

 

Depuis tout a été fait en ce sens. Les mensonges éhontés généralisés, la duplicité, les attaques personnelles, la stigmatisation, le dénigrement, les insinuations calomnieuses, les accusations mensongères des pressions sur les communistes etc…, tout cela se substituant au nécessaire débat politique, à l’instigation du secrétaire fédéral Jean-Pierre Gelot. Et enfin, cerise sur le gâteau du despotisme ambiant il écrit lui-même, dans un courrier « approuvé » par le comité fédéral ?l’exclusion de Bruno Fornaciari adhérent et militant depuis 1966 sans qu’il en soit lui-même prévenu. Quelle lâcheté ! Nous sommes en plein cauchemar. Pol Pot et Pinochet sont de retour ! La haine et la folie guiderait-elle maintenant la destinée des communistes des Deux-Sèvres et particulièrement celle des camarades du Thouarsais par une clique d’irresponsables?

Nous sommes fondés à le croire. Et nous devons témoigner au passage de l’étonnement et du trouble que provoquent ces attaques indignes auprès des nouveaux adhérents.

Au cours de ces derniers mois nous avons été contraints d’alerter la direction du Parti  et nous avons sollicité à la fois la responsable nationale aux élections (déjà pour les cantonales), le secteur de la « vie militante » et la commission des conflits, lesquels ont  livré des observations qu’il convient de prendre en compte, ce que nous faisons pour notre part.

 

Le Président de la commission Marc Brynhole insiste notamment« sur le mode d’organisation de la consultation des communistes pour la désignation des candidats tels que le décrivent nos statuts » (…) (1) ou bien encore la lettre que nous a adressée Lydie Benoist responsable nationale aux élections (2). Ou même le contenu de la conversation téléphonique de jeudi 6 avril avec Jacques Chabalier secrétaire du Parti à la Vie militante (organisation) dont nous vous communiquons le résumé du contenu dans la suite de notre propos..

 

Malgré ces recommandations, cela continue de plus belle. Aucun de nous n’a été convié ou sollicité a participer à un tel « processus » proclamé, ni à un tel « débat » qui nous d’ailleurs été refusé tout au long de ces derniers mois. JPG évoque des réunions qui concourent au processus de désignation mais qui n’ont pas concerné les thouarsais. Qui sont donc les camarades ou les personnes qui ont eu l’honneur de discuter et de décider pour nous ?. Les têtes pensantes de la fédé triées sur le volet ? de la FASE ? de l’assemblée citoyenne ?  Qui sont donc ceux qui après avoir bien discuté entre eux, nous font part de leurs décisions et nous demandent de les valider individuellement comme des sujets à leur vassal. Et avec quelle méthode ?. Sans faire appel à d’éventuelles candidatures, sans contact entre nous sur cette désignation qui fait débat, en misant sur une réflexion individuelle déconnectée des réalités et des manœuvres en cours, sans discussion et sans confrontation, en ne proposant qu’un bulletin de vote unique et un vote par correspondance, en nous maintenant isolés les uns des autres. Nous sommes un collectif de citoyens qui a décidé sciemment et librement d’adhérer au PCF, que nous considérons comme un moyen, un outil, pour donner un prolongement efficace à notre volonté de transformation de la société pour laquelle nous militons en donnant un sens à notre combat.

 

Quant à nous, nous avons réclamé ce débat car de l’analyse sérieuse et de la réflexion politique approfondie dépend souvent, la position la plus juste et l’adhésion la plus large. Nous avions nous-mêmes fait des propositions de candidats lors du premier vote : Bruno FORNACIARI ouvrier typographe puis cadre commercial retraité maintenant et Ernest LEVINDRE ouvrier mécanicien, syndicaliste CGT, défenseur des travailleurs aux prud’hommes. Ils sont des communistes actifs, connus et appréciés.  Ils sont à l’origine du renouveau du Parti dans le Thouarsais de son renforcement et de son installation dans le paysage politique local, et personne ne le conteste. Les communistes de la 3e circonscription qui avaient été invités statutairement à en débattre ont émis un vote majoritaire en faveur de ces candidats, ils les ont choisis et ils confirment ce choix. Et l’on voudrait le remettre en cause ? Belle démocratie !

 

Nous sommes à nouveaux désolés, et furieux de constater que contrairement à ses engagements Jean-Pierre Gelot continue de refuser de faire valoir les droits des communistes à décider ainsi que la mise en œuvre des conditions de leur souveraineté. C’est lui qui, de ce fait, se met en retrait des responsabilités de notre Parti. Désormais nous ne pouvons plus, nous refusons de  le reconnaître comme un secrétaire fédéral ou même un responsable du Parti dont il transgresse les règles et les objectifs ; et qu’il discrédite. Il refuse nos modes d’organisation et l’expression démocratique des communistes. Il exacerbe les divisions au lieu d’œuvrer au rassemblement des communistes. Nous exigeons sa démission.

 

Au prétexte fallacieux, selon nous infondé, que l’un des candidats pressentis, Bruno FORNACIARI aurait des défauts personnels et un caractère qui ne lui plaisent pas, il se permet en dépit de nos règles communes d’interdire sa candidature. Il s’oppose tout autant à celle d’Ernest LEVINDRE comme suppléant, candidature pourtant unanime elle aussi, pourquoi ? Mais de quel droit, et en vertu de quels principes statutaires du Parti se le permet-il ? Le fait du prince ? qu’il entraîne avec lui quelques personnes, qui, pour la plupart sont extérieures au Thouarsais ne nous surprend pas. Elles ignorent les difficultés réelles auxquelles nous sommes confrontées bien sûr. Et elles décideraient pour nous ? Et puis, le secrétaire fédéral disposerait à lui seul de la légitimité ? Aurait-il des droits politiques particuliers que lui confèrerait sa situation de salarié de la fédération, appointé à mi-temps pour un salaire brut de 1400 € environ, soit 2800 € pour un temps plein.

Il agit comme si le PCF 79 était sa propriété personnelle, ce qui lui donnerait des droits supérieurs aux autres communistes ? Un véritable pouvoir personnel ?

 

Au contraire, cela lui donne d’abord des devoirs. Et en premier de rendre compte de son activité, ce qu’il ne fait pas. Et au vu la situation et des résultats de la FD à tous les points de vue, l’on peut dire qu’il a échoué dans sa tâche. Nous sommes une des plus petites fédérations de notre pays avec 130 communistes cotisants, alors que notre département compte 380 000 personnes parmi lesquels des dizaines de milliers d’ouvriers, de fonctionnaires, de personnels de santé, d’employés de commerce etc…Et en fonction des « résultats » de l’implantation du parti et de ses scores électoraux, sa responsabilité première est engagée et le débat resurgit naturellement sur la nécessité ou non de la présence d’un permanent politique.

 

Et si nous faisons encore une fois référence aux statuts, c’est pour souligner qu’ils recommandent de ne pas faire perdurer à plus de huit ans la fonction de permanent. Or cela fait 15 ans maintenant qu’il « officie » pour des résultats que l’on peut qualifier de médiocre.

Et que dire des « libertés » qu’il s’octroie. Juge et partie sur tous les sujets. Il se permet de se verser la somme de 2000 € après un semblant de consultation condamnée par l’ensemble du comité fédéral, ce qui fera dire à l’un des camarades : « j’appelle ça taper dans la caisse ». Et que dire de son refus de répondre à la convocation d’une délégation du comité fédéral pour l’entendre sur cette question ? (Nous tenons le compte rendu de la réunion du comité fédéral d’août 2010 à ce sujet, à la disposition des communistes). Et lorsque l’on veut faire tirer un tract on nous répond qu’il n’y a pas d’argent. Tout n’est pas acceptable. Trop c’est trop!  Ça suffit !

 

Et cela ne lui ne donne en rien, ni le droit, ni le pouvoir d’évincer ou d’exclure un communiste quel qu’il soit, ni de décider, tel Dieu, de l’appartenance ou non à notre Parti et de rayer de ses effectifs, d’un trait de plume, un camarade qui en est membre depuis 46 ans à jour de ses cotisations. Allons ! Jean-Pierre Gelot est gagné par la haine ce qui lui fait perdre tout sens de la raison, quelle mégalomanie. Les dénis démocratiques dont il est coutumier, la tromperie permanente des communistes thouarsais sont pour eux aussi inacceptables et insupportables.

 

Bien entendu, nous reconnaissons  le droit et le devoir de la Fédération de proposer les candidats qui lui semble le mieux correspondre à la politique qu’elle entend soutenir. Mais elle l’a déjà fait et le candidat s’est rétracté arguant du fait que sa « candidature apparaît comme un déni démocratique » aux yeux des assemblées citoyennes(…) et que lui « colle à la peau, à l’intérieur et à l’extérieur du parti, l’image d’un candidat qui se serait laissé instrumentaliser dans l’unique but de faire barrage à Bruno Fornaciari ». Voilà qui éclaire bien des choses.

Mais c’est aussi son devoir de faire appel aux candidatures. Celles-ci peuvent émaner d’un collectif de communistes ou même à titre personnel. Et cela pour tout type d’élections et pour prétendre à des responsabilités dans le Parti lui-même. C’est au cours de débats dans l’assemblée concernée, en l’occurrence, l’assemblée des communistes de la 3e circonscription qui s’est pourtant déjà tenue, que les communistes présents, échangent leurs arguments et tentent de trouver une  position commune. Et si cela s’avère impossible malgré tous les efforts, c’est le vote majoritaire des communistes qui emporte la décision, qui devient celle du Parti d’où l’importance de la participation réelle de chaque communiste.

 

Nous nous permettons d’ailleurs de rappeler à nouveau aux camarades l’article des statuts que nous avons déjà mis en avant lors de précédents courriers à la Fédération et aux communistes de la 3e circonscription,  que vous trouverez en note à la fin de ce courrier.

 

Vous le savez, nous avons saisi la commission des conflits au sujet du scrutin précédent où les représentants de la fédération et notamment Jean-Claude MORISSON avaient refusé d’inscrire  les deux autres candidatures exprimées encore le jour même et connus de la fédération depuis longtemps. La commission des conflits en avait pourtant relevé l’obligation. Nous sommes étonnés cependant que la procédure démocratique ne s’applique toujours pas encore cette fois-ci malgré les rappels statutaires. Et voilà que cela recommence en en aggravant le caractère anti-démocratique et autoritaire, puisque non seulement il est exprimé un refus total des candidatures, mais qu’en plus Jean-Pierre Gelot décrète l’exclusion du Parti du camarade Bruno Fornaciari adhérent depuis 1966.

 

Nous vous rappelons que la procédure d’exclusion est rarissime, elle peut être demandée à une commission « ad hoc »  qui doit se réunir et statuer après examen. L’exclusion n’est requise que dans des cas particulier extrêmement graves. Comme par exemple l’appartenance à un autre Parti, bien que cela ne se pratique guère, ou en terme de malhonnêteté avérée portant préjudice au Parti.. Ou bien pour des motifs ayant trait à des faits particulièrement graves. Mais en aucune manière pour divergence politique ou incompatibilité d’humeur.

 

 Rappel des statuts :   Article 24. L'exclusion

« Les seuls motifs d'exclusion du Parti communiste français sont la mise en cause délibérée des valeurs fondamentales d'intégrité et de dignité humaine, la corruption, ainsi que l'appartenance à un autre parti politique. Cette mesure exceptionnelle d'exclusion est proposée par l'instance à laquelle appartient l'adhérent-e. Celle-ci doit saisir la commission nationale des conflits qui infirme ou confirme la proposition d'exclusion. »

 

Nous vous confirmons en outre que nous avons eu une conversation téléphonique le 6 avril avec Jacques Chabalier qui est le responsable national à la Vie du Parti. Il ressort, que pour tenter de trouver une issue raisonnable et démocratique à nos désaccords sur la question des candidatures, il nous propose ainsi qu’à la fédération (JP Gelot) la création d’une commission composée de 3 camarades de la Fédération et de 3 camarades du Thouarsais (ceux avec qui portent les désaccords) chargée de  déterminer la liste des électeurs et les critères de l’élection. Il est convenu de se soumettre à nos statuts et de faire appel aux candidatures qui seront toutes examinées. De définir les conditions d’exercice du vote, expression de la souveraineté des communistes. Nous avons approuvé chaleureusement cette proposition qu’il doit communiquer à JP Gelot.

 

J’en viens maintenant au fondamental qui concerne les désaccords politiques, qui sont présentés, c’est plus facile, comme une question comportementale et personnelle, alors qu’ils sont le fondement de notre conflit. Ce qui évite commodément le débat politique que nous réclamons depuis toujours et que nous n’avons pas eu, ni pour les régionales, ni pour les cantonales et pas non plus bien sûr pour les législatives.

 

 Au fond, Jean-Pierre Gelot et quelques autres communistes, n’ont pas abandonné la conception de l’organisation, de la politique et du rassemblement qui avaient prévalus lors de feu les collectifs anti-libéraux qui ont donné naissance à la FASE fin 2008. Il est à noter que JP Gelot a tenu à participer personnellement à sa première réunion constitutive à NIORT, tandis qu’Elie Maudet était élu Vice-Président de la FASE présidée par Jean-Pierre Gay. En sachant cela, on y voit plus clair maintenant. C’est sur les bases des analyses politiques et des objectifs de la FASE, et parfois du NPA, que se fondent la politique de rassemblement de la fédération du PCF 79 et de ses prolongements électoraux.

 

Ainsi, la FASE considère « que le Front de gauche ne peut à lui seul rassembler la gauche radicale » (déclaration de JP GAY aux régionales)et JP Gelot considère lui aussi que « le PCF peut-il à lui seul rassembler un maximum de voix. A-t-il lui seul la légitimité, Pouvons-nous, au nom de principes périmé pour la plupart des gens, prendre le risque de laisser passer, voir à faire échouer cette possibilité nouvelle d’aider au rassemblement le plus large sur des objectifs politiques clairs, comme ce fut le cas lors du débat sur le traité européen de 2005 » (lettre du 30 mars 2012 aux communistes de la 3e circonscription.) Nous n’inventons donc rien.

 

Pour ceux qui se souviennent, c’est le même type d’arguments qui avait prévalu pour faire échouer la candidature commune de Marie-Georges BUFFET aux présidentielles de 2007. Car, selon les partisans des collectifs anti-libéraux (aujourd’hui la FASE), le Parti communiste ne peut rassembler, et donc, pour rendre le rassemblement pérenne, il faut obligatoirement que ce ne soit pas un communiste. Du moins c’est l’argument avancé pour promouvoir la FASE et mettre en cause la capacité de rassemblement du Parti, et tendre à le diluer dans les assemblées citoyennes rassemblement sympathique mais hétérogène. Ce n’est pas le choix  de nos congrès qui réaffirment l’utilité de l’existence du Parti communiste Français.

 

C’est ce qui le conduit JP Gelot à tenter d’imposer aux adhérents du PCF une candidature non communiste inspirée par la FASE, issue d’une assemblée citoyenne et d’un membre de la FASE comme suppléant. De la sorte JP Gay fait carton plein. Au passage, il est à noter aussi que nous ne connaissons pas le candidat proposé, que nous ne savons rien de lui si ce n’est qu’il n’est pas communiste et qu’il est gérant d’une SARL. Ce n’est sans doute pas l’affichage professionnel le plus adapté lorsque l’on prétend représenter les forces du travail et de la création.

 

A nos deux derniers congrès nous avons réaffirmé la nécessité d’un Parti Communiste dynamique et transformé. La stratégie de Front de gauche adoptée en décembre 2008 et la progression de l’influence électorale et de l’enracinement populaire ainsi que de l’élargissement du Front de Gauche, montre bien que la stratégie du Parti est la bonne, qu’il convient de la poursuivre et pour cela renforcer encore notre Parti. Car, pour beaucoup de personnes, de travailleurs manuels et intellectuels, de femmes, de jeunes, de démocrates, le parti a su se renouveler et proposer une stratégie gagnante. Le nombre et la qualité des adhésions récentes à notre Parti  de l’ordre de 2500 depuis le début de l’année, confirme que contrairement à ce qui est colporté ici ou là, non seulement le Parti Communiste n’est pas un obstacle au rassemblement mais il en est le cœur et l’ardent artisan, la garantie et la condition. Tout le monde connaît le Parti Communiste son histoire et son rôle actuel, ses militants ses dirigeants.

 

Parce que sur le terrain les communistes interviennent, ici à Thouars pour la formation du collectif retraite dont l’initiateur Bruno fornaciari en fut l’animateur et le porte-parole incontesté, ou bien les positions et intervention du Parti contre la maternité porcine industrielle à Luzay, ou la participation aux actions pour l’hôpital public et le débat organisé pendant les cantonales à Thouars, ou bien encore l’intervention du Parti sur les collectivités locales et l’intercommunalité dans la presse, l’organisation du vote citoyen contre la privatisation de la Poste, ou la solidarité avec la lutte des cheminots à Thouars contre la privatisation du Fret, ou le soutien à la luttes du personnel de Loeul Piriot pour de meilleurs salaires et conditions de travail, à la solidarité avec les gréviste lors du mouvement des retraite qui a permis la remise d’une somme de 4000 € aux syndicats, ou encore la mobilisation et la participation visible du PCF aux manifestations, sa participation à la création du Front de gauche comme l’atteste la presse, en passant par la constitution de la première assemble du Front de gauche dans le département à Airvault, par le renforcement du parti communiste avec près de 10 adhésions en 2 ans ses très bons résultats électoraux aux cantonales à Thouars et sa progression à St Varent etc.. Comment, peut-on prétendre que le Parti communiste n’est pas rassembleur ? Il conviendrait selon ses détracteurs de ne point trop se montrer, se mettre en avant ? Il faudrait se cacher, minimiser notre présence pour avoir une chance de réussir et travailler pour d’autres ? Mais si nous, la gauche transformatrice sommes aujourd’hui dans une période de progrès, si l’espoir et les mobilisations renaissent, notre Parti y est pour beaucoup. Pourquoi donc éliminer des candidats qui ont fait leurs preuves, des camarades convaincus, expérimentés, aguerris à la lutte politique et syndicale, connus et appréciés quoiqu’en disent (ou souhaitent) certains malintentionnés. Et pourquoi se soustraire aux accords nationaux qui stipulent que pour la 3e le candidat sera communiste, et que la FD est maintenant d’accord ? Pourquoi, puisque le candidat proposé sera parait-il « estampillé » communiste. Alors pourquoi pas un communiste véritable, « pur jus » ?

 

Les communistes qui font revivre le parti seraient-ils des obstacles au rassemblement et auraient-ils démérité? Non certainement pas. Mais il est vrai que ceux qui rêve d’un Parti Communiste amorphe et inaudible, y voient eux matière à rechigner, quand ce n’est pas militer ouvertement contre les candidats PCF/Front de gauche comme ce fut le cas hélas aux cantonales, car ils rêvent de l’affaiblir pour le supplanter.

Non, les raisons personnelles et caractérielles émises par Jean-Pierre Gelot pour s’opposer à nos candidatures ne résistent pas l’analyse. Elles apparaissent pour ce qu’elles sont. Une stratégie d’effacement du PCF dans le nord Deux-Sèvres, prisonnier qu’il est du pacte conclu avec la FASE sur la répartition des influences dans notre département. Les militants du Parti ont leur mot à dire. Nous les invitons à exiger les débats nécessaires et à exprimer leur opinion sur toutes les questions.

 

Nombre d’entre vous, sont des communistes sincères mais déçus, parfois trompés. L’on vous ignore souvent et l’on vous méprise parfois aussi. Avec ce courrier nous tentons de rétablir la vérité sur la situation dans le thouarsais, et nous voulons vous encourager à ne pas perdre confiance dans notre Parti Communiste, et vous dire que vous y avez toute votre place et qu’il faut l’occuper.

 

Bon courage et bon travail à tous. Nous ne lâcherons rien !

 

« Je reste exaspéré et violent. Je crie et je m’indigne et je pleure. Malheur à qui fait du mal à la France. Je ne m’apaiserai pas. Je déclare que je mourrai fanatique de ma patrie » Victor Hugo.

 

Fraternellement

 

Bruno Fornaciari, Ernest Levindré et Joël Grellier.

Membres du bureau provisoire de la section thouarsaise

 

 

(1) Article 4.1. Décisions et votes

Tous, toutes les adhérent-e-s reçoivent les informations et les éléments matériels pour chaque consultation. Seule-e-s les adhérent-e-s détenant la carte du Parti Communiste Français depuis plus de 3 mois avant la date du scrutin, à jour de leur cotisation, c’est-à-dire pour les 3 derniers mois au moins, qui précèdent le scrutin et validée par une commission par le ou les exécutifs des territoires concernés. Cette commission organise la consultation et assure le bon déroulement des opérations de vote. Elle prend toutes les dispositions pour faciliter la participation du plus grand nombre d’adhérent-e-s(…)

Article 4.2.

Dans toutes les instances du Parti, les décisions se prennent à la majorité. Le vote est individuel. Il est toujours secret pour l’élection à toutes les fonctions ou responsabilité (…) A chaque niveau, seules les décisions prises à la majorité engagent le Parti (…)

Article 18.1.

Les propositions de candidatures, après appel à candidature, peuvent émaner des assemblées générales et des instances départementales et nationales, comme être présentées dans le parti à titre individuel. Tous, toutes les adhérent-e-s habitant sur le territoire concerné par l’élection sont informé-e-s de toutes les candidatures (…)

Article 18.2.

Les communistes élaborent les projets de candidature dans l’instance correspondant à la circonscription électorale concernée en liaison avec les instances qu’elles regroupent : (…) conseil départemental pour (…) les élections (…) législatives (…)

Article 18.3.

(…) Tous les efforts sont faits pour aboutir à un projet de candidature ou se retrouve la très grande majorité des adhérent-e-s ou de leur délégué-e-s. Malgré cela, si d’autres candidatures sont maintenues, elles sont également soumises au vote. Celles qui reçoivent le plus de voix sont retenues. Les adhérents-e-s de la circonscription électorale concernée se prononcent alors individuellement, directement, à bulletin secret, sur le projet de candidature. Il est définitivement adopté s’il recueille une majorité des suffrages exprimés

Au bout de ce processus, seules les candidatures ainsi désignées sont celles qui peuvent se prévaloir de l’investiture du Parti(…)

 

(2) Cher Camarade, >

Suite à tes questions, je  t'informe que lors de l'accord national signé entre les partenaires du Front de Gauche il a été acté pour le département des Deux Sèvres la répartition suivante : la 1ère et 3ème circonscription avec un titulaire du PCF, la 2ème circonscription avec un titulaire du P.G. En ce qui concerne les suppléant(e)s, nous sommes convenus avec le Parti de Gauche et la Gauche Unitaire (seuls signataires avec le PCF de l'accord national)  qu'il revenait aux  fédérations d'en discuter et d'en décider avec les partenaires locaux. Bien entendu tous ces éléments s'inscrivent dans le respect de nos statuts qui comme tu le sais, accordent aux adhérents de la circonscription,  en lien avec leur fédération, d'être les décideurs (voir article des Statuts). Il convient donc que les communistes adhérents, a jour de leurs cotisations, puissent désigner le ou la titulaire ainsi que son ou sa suppléant(e).  Dans le cas présent, avec plusieurs candidats a la candidature, il est de la responsabilité fédérale d'organiser le scrutin, quel que soit le choix énoncé par le Conseil départemental> Bien fraternellement.   Lydie Benoist 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 08:59

- le 16 Mai 2012


Avec ses 34 membres, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault annoncé ce mercredi soir fait la synthèse de tous les courants du PS et de ses alliés pour mettre en ordre de bataille la majorité présidentielle, à quatre semaines des législatives. Revue d’effectif.

  • Une équipe du changement…

17 femmes et 17 hommes pour 34 postes ministériels. La parité instituée pour le gouvernement Ayrault est le premier symbole visible du changement voulu par François Hollande lors de sa campagne présidentielle. « C’est une première dans l’histoire », relève Jean-Marc Ayrault ce mercredi soir sur France 2.

 

La thématique du changement imposait des têtes nouvelles. Excepté Laurent Fabius, gratifié des Affaires étrangères pour service rendu lors de la campagne, pas de ministre de l’ère mitterrandienne.

 

En revanche, on assiste à l’émergence de la jeune garde socialiste, révélée au grand public lors de la campagne présidentielle, comme Najat Vallaud-Belkacem (34 ans, Droits des femmes, porte-parole) et Delphine Batho, 39 ans, ministre déléguée à la Justice, ou encore Aurélie Filippetti, 38 ans, à la Culture et Fleur Pellerin, 37 ans, ministre déléguée aux PME, à l'Innovation et à l'Economie numérique.

Ces novices sont encadrés par la garde rapprochée de François Hollande. Pour le chef du gouvernement, ce manque d’expérience ministériel pour la plupart de ses collègues n’est « pas un handicap. Les hommes et les femmes qui sont avec moi dans ce gouvernement ont tous exercé des responsabilités. Vous savez, moi qui suis maire d'une grande ville, je sais ce qu'on est capable de faire dans les territoires, je connais l'appareil d'Etat depuis 15 ans puisque je préside un groupe parlementaire. »

D’ailleurs, le changement sera vite mis en pratique puisque la réduction de 30% des salaires des ministres et du président de la République sera à l’ordre du jour du premier conseil des ministres de ce mercredi.

 

  • … avec des ministères inédits…

"Redressement productif", "Education populaire" ou encore "Réussite éducative"...: l'annonce de la composition du gouvernement Ayrault a réservé quelques surprises avec des dénominations inédites pour les ministères.

Numéro 7 du gouvernement, l'écologiste Cécile Duflot va devoir, en plus du portefeuille du Logement, veiller à "l'Egalité des territoires". Le socialiste Arnaud Montebourg a lui été nommé ministre du Redressement productif, un périmètre qui devrait inclure la réindustrialisation, thème cher au député de Saône-et-Loire.

Sa collègue aux Sports, Valérie Fourneyron, sera également en charge de l'Education populaire et non de la Vie associative. Parmi les ministres délégués, George Pau-Langevin est chargée de la Réussite éducative tandis que le maire de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), Frédéric Cuvillier, s'occupera de l'Economie maritime.

 

  • … en route pour les législatives…

Jean-Marc Ayrault a donné le ton. Pour ce gouvernement chargé de trouver une majorité aux prochaines législatives, « il y a l’esprit de responsabilité. C’est-à-dire que tout ministre qui se présente aux législatives et qui ne sera pas élu ne pourra pas rester au gouvernement. » Plus d’une vingtaine seront en lice.

Pour mener bataille, il fallait resserrer les rangs du PS. Si Martine Aubry, première secrétaire du parti présidentiel, n’est pas de ce gouvernement, de même que François Rebsamen, chef du groupe socialiste et apparenté au Sénat, ni le maire de Paris Bertrand Delanoë, toutes les sensibilités mises en lumière lors des primaires se retrouvent dans ce gouvernement Ayrault.

 

  • en formation complète, PS+alliés

Troisième homme de la primaire socialiste, le « colbertiste » Arnaud Montebourg se retrouve ainsi ministre du Redressement productif.

Autre candidat à la primaire rallié à François Hollande, Manuel Valls, l'un des hommes à poigne du PS, classé à la droite du parti, dirigera le ministère de l'Intérieur.

Quant à l’ancien allié de Montebourg, « ségoléniste » en 2007 devenu plus indépendant des courants, Vincent Peillon, le voilà numéro 3 du gouvernement derrière Fabius, en charge de l'Education nationale et des importantes réformes appelées par Hollande.

L'aile gauche du PS, que devait incarner Martine Aubry au sein du gouvernement, sera représentée par Marylise Lebranchu (Réforme de l'Etat, Décentralisation et Fonction publique), une amie proche de la maire de Lille, Benoît Hamon (Economie sociale et solidaire), François Lamy (Ville) ou Valérie Fourneyron (Sports).

Les proches de Ségolène Royal ne sont pas oubliés, avec Najat Vallaud-Belkacem, Delphine Batho et Dominique Bertinotti (Famille), sa directrice de campagne durant la primaire du PS.

Les « hollandistes » ont été placés aux postes clés. Pour affronter la crise, le nouveau président et son Premier ministre ont fait confiance à Pierre Moscovici, qui se voit confier le portefeuille de l'Economie, des Finances et du Commerce extérieur, et Jérôme Cahuzac, président de la commission des Finances de l'Assemblée, qui le secondera au Budget.

Très proche de François Hollande, qui lui avait confié la responsabilité de son projet de campagne, Michel Sapin est finalement nommé ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social, alors qu'il était pressenti pour un retour à Bercy, où il a exercé près d'un an en 1992-1993. Il partagera le pôle social avec la députée d'Indre-et-Loire Marisol Touraine, auteur du projet de François Hollande sur les retraites, nommée aux Affaires sociales et à la Santé.

Jean-Yves Le Drian, un ami de 35 ans de François Hollande, est ministre de la Défense. Il avait pris contact durant la campagne présidentielle avec des gouvernements étrangers, notamment avec l'administration américaine pour préparer le sommet de l'Otan de Chicago, les 20 et 21 mai. Stéphane Le Foll complète la liste des fidèles du chef de l'Etat comme ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire.

Les alliés du PS trouvent aussi leur place dans ce gouvernement. Europe écologie Les Verts sont représentés par leur ancienne secrétaire nationale Cécile Duflot (Egalité des territoires et du Logement) et Pascal Canfin (ministre délégué au développement).

Le Parti radical de gauche récupère la Justice, ministère régalien désormais incarné au gouvernement par la Guyanaise Christiane Taubira, ancienne candidate à l'élection présidentielle de 2002 sous l'étiquette radicale de gauche.

 

Repost 0

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre