Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 12:50

France : La police s'éveille et dénonce un gouvernement qui protège ses intérêts au détriment du peuple

vendredi 22 avril 2016 à 20h46 Publication mise à jour le 23/04/2016

Voici une information assez inattendue délivrée dans un contexte ou la police est pointée du doigt de manière récurrente pour un usage de violence abusive. Il est sûrement trop tôt pour s'emballer, mais le contenu de ce texte pourrait bien réveiller en vous une lueur d'espoir qui fait cruellement défaut en cette période ou notre avenir s'assombrit jour après jour.

La police nationale commencerait-elle enfin à ouvrir les yeux et à comprendre qu'elle est instrumentalisée à outrance pour les intérêts d'une élite corrompue et contre ceux qu'ils sont censés défendre ? L'utilisation dans ce communiqué du syndicat CGT de la police de la phrase « La police avec nous ! Plus qu’un slogan, une possibilité », en arriverait presque à me faire verser une larme de joie !

Il est même fait allusion aux policiers italiens qui ont rejoint les manifestants à Turin après avoir retiré leurs casques anti-émeute, ajoutant aussi qu'« il est urgent que les personnels de la Police Nationale puissent exercer pour le bénéfice de toute la population » !

Je vous sens trépigner d'impatience, alors voici le communiqué du syndicat CGT-Police qui met en avant une version des faits que nos médias n’ont pas trop repris… Merci à Fawkes news ainsi qu'aux moutons enragés pour avoir déniché l'info.

Le Veilleur

Manifestation du 9 avril à Paris vécue par des collègues de terrain

Lors de la dernière manifestation parisienne du samedi 9 avril 2016 entre République et Nation, dès 14h00, toutes les forces employées ont été averties sur les ondes qu’en tête de cortège un point de rassemblement d’activistes violents était localisé boulevard du Temple avec une camionnette munie d’un drapeau « pirate ». Les autorités ont laissé partir la manif de République malgré la présence de groupuscules violents anarchistes cagoulés. Aucune action n’a été menée pour empêcher la progression vers Bastille puis vers Nation de ce groupe de casseurs.

À Bastille, un officier CRS a reçu un tir de mortier feu d’artifice tiré par ce groupe dans une jambe : plaies saignantes et profondes. Cet officier est transporté par les sapeurs pompiers. À Nation, les casseurs démontent la chaussée et le mobilier urbain pour les jeter sur des compagnies d’intervention et des gendarmes non protégés par des grilles…

Où sont les moyens de la DOSTL ? Tels que des barres ponts et les lanceurs d’eau, qui auraient pu éviter aux malheureux collègues des compagnies d’intervention de se faire bombarder pendant plus d’une heure. Plusieurs blessés parmi les collègues des compagnies d’intervention, qui auraient pu être évités si des moyens de protections existants avaient été utilisés. Merci à la haute hiérarchie, bien au chaud dans des bureaux, de se soucier du sort des fonctionnaires de police sur le terrain…

Ensuite, consigne est donnée de laisser partir les manifestants par petits groupes pour vider la place de la Nation puisqu’aucune action de maintien de l’ordre n’est ordonnée pour contenir, encercler et interpeller les casseurs. Ces derniers se fondent donc dans la foule des manifestants lambda pour quitter la place de la Nation par le boulevard Diderot, de bloquer celui-ci par de nombreuses barricades érigées avec des poubelles, barrières de chantiers et matériels de canalisation très volumineux, empêchant ainsi une progression rapide des véhicules de police… qui auraient pu éventuellement les poursuivre.

Nouvelle consigne : se rendre à Bastille puisque les casseurs, qui ont quitté Nation au nez et à la barbe des collègues, s’y regroupent avant de disparaître après de multiples dégradations. Tout a été fait pour ne pas inquiéter ces casseurs du début jusqu’à la fin de la manifestation et ce ne sont pas les 140 grenades mp7 lancées place de la Nation qui ont eu le moindre effet pour les contrer efficacement et permettre à la manifestation de se dérouler sereinement.

Toujours ce même samedi, plus tard dans la soirée dans le quartier République, une compagnie de CRS est stationnée boulevard Magenta. Vers 22h45, la station directrice parisienne l’avise qu’un groupe de 200 à 300 anarchistes arrivant de la gare du Nord justement par le boulevard Magenta pour rejoindre la place de la République. Ordre lui est donné de se déplacer à l’opposé de son emplacement et de stationner boulevard Voltaire… Encore une fois la hiérarchie préfère éviter toutes confrontations.

Ces individus ont rejoint sans encombre la place de la République et ont vu leurs rangs grossir avec des recrues supplémentaires récupérées parmi les plus virulents du rassemblement « nuit debout » déjà sur place. Cette « joyeuse bande » est ensuite tombée sur les collègues et n’a pu être repoussée qu’avec l’aide de quelques gendarmes mobiles. Enfin, au lieu de les pourchasser et de les interpeller, pour disperser ce groupuscule ultra violent, la compagnie de CRS a été libérée sur le champ et sommée de quitter les lieux…

Ces individus ont ainsi pu quitter l’avenue de la République et l’avenue Parmentier pour rejoindre la rueKeller, lieu de résidence du premier ministre. Sur le chemin, ils ont au passage saccagé le commissariat du 11e et de nombreux commerces. Enfin, des mesures ont été prises pour défendre le domicile du premier ministre !

La défense d’intérêts particuliers au détriment de l’avantage de tous ?

La CGT-Police constate qu’une fois de plus les forces de l’ordre ont servi à protéger les intérêts particuliers de certains. En effet, les policiers n’ont pas été autorisés (et on ne leur a pas donné les moyens) à intervenir pour protéger les manifestants pacifiques, les commerçants, les collègues, des biens, un commissariat… Par contre, pour protéger le domicile du premier ministre, là, tout à été fait.

La CGT-Police ne peut que rappeler la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, en son article XII :

L’État responsable

La CGT-Police ne peut que suggérer aux victimes de l’inaction de l’État à porter plainte.

Pour quel bénéfice ?

Les conséquences d’avoir laissé le champ libre aux casseurs :

  • Décrédibiliser les manifestations contre le projet de Loi EL KHOMRI et le mouvement « Nuit Debout» ;
  • Décrédibiliser les forces de police et creuser encore plus le fossé entre police/population ;
  • Faciliter des cas de « violences policières », en choisissant de rétablir l’ordre par la force, plutôt que d’écarter au plus vite les éléments perturbateurs ;
  • Laisser les personnes user de violences en toute impunité.

La tactique semble claire « diviser pour mieux régner » et éviter le débat de fond sur les choix de société, en mettant en avant des « faits divers ».

La police avec nous ! Plus qu’un slogan, une possibilité

Pour la CGT-Police, il est urgent que les personnels de la Police Nationale puissent exercer pour le bénéfice de toute la population. Nous sommes au service de la République malgré le Nouveau Code de Déontologie de la Police Nationale, qui reprend des dispositions du Code de la Fonction Publique de 1942.

Les attentats de 2015 ont rapproché la police de la population, ce qui semble intolérable pour le gouvernement en place. Le gouvernement a peut-être peur que l’on suive l’exemple des policiers italiens, qui ont retiré leur casque anti-émeute, lundi 9 décembre 2015 à Turin, en signe de solidarité avec les « forconi » (« fourches »), ces manifestants venus de tous les horizons pour dénoncer la politique d’austérité.

Nos collègues italiens ont été acclamés par la population, un exemple à suivre par nous, homologues du pays des Droits de l’Homme.

Une base de revendications communes à tous les salariés

Le mouvement social ne se gagnera pas pour nous policiers, en faisant des manifestations à quelques centaines dans notre coin. Non, il se fera avec les mouvements sociaux en cours. Nous sommes tous des salariés avec les mêmes revendications :

  • Augmentation des salaires ;
  • Des moyens pour effectuer correctement son travail ;
  • Un respect de la vie privée et familiale ;
  • Embaucher du personnel pour éviter les cadences infernales.

La CGT-Police demande plus particulièrement pour notre institution :

  • Retrouver un sens humain à notre métier, à savoir protéger la population et non remplir des statistiques, qui ne traduisent que les besoins de communication politique du moment ;
  • Une exemplarité de la haute hiérarchie ;
  • Un respect des textes en vigueur (dignité humaine, discrimination, harcèlement…) ;
  • Une transparence et une objectivité pour les mutations et les avancements ;
  • La fin des sanctions disciplinaires arbitraires ;
  • La fin des enquêtes sur la police par la police afin de privilégier et garantir la neutralité.

Vous voulez vous organiser et agir concrètement sur votre quotidien, dans le respect des valeurs de la République ? Contactez la CGT-Police.

A Montreuil le 13 avril 2016

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES SECURITE
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 18:44

Petits règlements de compte dans le OK Koral médiatique dont Jean-Luc Mélenchon en est le prétexte et le héros. Ce dernier devrait ne pas en souffrir, au contraire puisqu'il est mis sur orbite avec insistance, dans cette radio "publique" qui éprouve les règles de la concurrence dont JLM fait son miel.

Acrimed détaille le conflit qui oppose, par personnes interposées, Mélenchon à Cohen et France Inter à TF1.

Du grand art de la communication politique.

"« Matinales » de France Inter : Humour de microcosme et connivences en direct

par Denis Souchon, Henri Maler, Vendredi 22 Avril 2016

En mars 2015, Pascale Clark, soudain rebelle, avait capturé, avec la complicité de Patrick Cohen, l’antenne à son profit pour s’insurger contre le non-renouvellement (réglementaire) de sa carte de presse. Nous avions alors protesté contre « une appropriation narcissique de l’antenne de France Inter par deux intouchables arrogants, solidaires… d’eux-mêmes » [1].

Deux chroniques récentes montrent que ce narcissisme n’a pas cessé depuis.

Charline Vanhoenacker au service de Patrick Cohen

Le vendredi 11 mars 2016, dans « Le 7/9 » de France Inter, à 7h55, Charline Vanhoenacker lit à l’antenne sa chronique humoristique (« Le billet de Charline »). Lors de sa mise en ligne sur le site de l’émission ce billet sera titré « Meluche, notre Sylvester Staline, tu nous manques... ».

Le lancement résume, sur le ton de la complicité, le thème de la chronique :

– Patrick Cohen : « Charline Vanhoenacker vous avez un message à faire passer à Jean-Luc Mélenchon. »

– Charline Vanhoenacker : « Oui Patrick, à France Inter nous n’avons plus de ses nouvelles depuis, ben depuis combien de temps au fait ? »

– Patrick Cohen : « Ça fait à peu près un an et demi. » [2]

On peut apprécier, ou non, l’humour de Charline Vanhoenacker : ce n’est pas notre propos. On peut même trouver très drôle la chronique du jour et il n’est pas exclu que des sympathisants de Jean-Luc Mélenchon, éventuellement agacés, s’en soient amusés : ce n’est pas notre propos non plus. Le droit à la satire n’est pas affaire de sympathie. Mais… Car il y a un « mais » : Charline Vanhoenacker intervient directement dans une controverse qui oppose Jean-Luc Mélenchon et Patrick Cohen et met ouvertement, qu’elle s’en rende compte ou pas, sa chronique au service de ce dernier et, plus généralement, de la petite bande de la « matinale ».

La chronique en question (dont la transcription intégrale figure en annexe), est construite de telle manière que les auditeurs pensent que si Jean-Luc Mélenchon n’a plus participé au 7/9 de France Inter depuis « à peu près un an et demi », c’est uniquement parce qu’il fait un caprice d’enfant (ou de héros américain à mobilité mentale réduite), vexé par les questions de Patrick Cohen :

– Charline Vanhoenacker : Oulalala. Bon alors, cher Jean-Luc Mélenchon, mon méluche. Je prends mon plus beau micro pour te dire ceci : je ne sais pas si France Inter te manque, mais toi tu nous manques follement, douloureusement. Avec ton côté sanguin tu nous en veux de vouloir te titiller. Je te vois encore, tes petits poings fermés, faire des moulinets avec tes bras, quand tu t’énerves comme ça tu as la détermination d’un Rocky Balboa, tu es un petit peu notre Sylvester Staline. Jean-Luc, tu dis, tu dis que tu vis mal les questions de Patrick, mais moi je sais pourquoi, je sais qu’elles te renvoient aux brimades de Madame Carpachou, ta maîtresse du CM2. […] Par pitié Jean-Luc, si ce n’est pas pour la France, fais-le au moins pour Patrick Cohen. [On entend une voix masculine (celle de Patrick Cohen ?) dire « Non ! »] Je le connais bien, il n’est qu’amour. Il est peut-être un petit peu insistant dans ses questions […] Si tu reviens on te posera pas de questions, enfin si, un peu quand même. Mon méluche, il n’y a pas d’un côté la France insoumise et de l’autre côté la France Inter. Allez Jean-Luc, viens à la maison de la radio, il y a le printemps qui chante l’Internationale.

Évidemment, Charline Vanhoenacker ne tient aucun compte des raisons (bonnes ou mauvaises) invoquées par Jean-Luc Mélenchon pour refuser de participer au « 7/9 » de France Inter. Satire oblige ? Peut-être… Sans doute… Mais du même coup, la chronique exonère Patrick Cohen et ses « partenaires » du matin. Et les dispense de répondre réellement aux propos tenus par Jean-Luc Mélenchon le 31 octobre 2014 sur les matinales radiophoniques et notamment sur celle de France Inter ainsi que sur son animateur… Patrick Cohen.

Extraits de ces propos [3]

Alors on nous raconte des histoires, on nous dit « oui mais France Inter c’est le service public, c’est différent ». Oui c’est différent parce que non seulement ils sont d’accord avec les autres mais en plus ils sont arrogants, parce qu’ils voudraient qu’on avale le potage sous prétexte qu’ils sont censés être de gauche.

Et Mélenchon de s’en prendre à l’orientation politique des matinales :

Donc ce n’est pas des matinales. C’est le début de la grand’ messe du libéralisme qui commence avec les émissions du matin. Et alors on nous dit « allez une petite cuiller pour tonton Sarkozy, une petite cuiller pour tata Merkel, une petite cuiller… » et on commence à absorber le catéchisme, mais même pas avec des nuances, quelque chose qui rendrait ça supportable.

Et de conclure, en nuançant quelque peu son propos, mais en ciblant directement Patrick Cohen de France Inter :

Ce n’est pas tous les mêmes hein. Bon par exemple aller discuter avec Achilli c’est quand même d’un niveau plus élevé que d’aller discuter avec Cohen. C’est moins la propagande quoi. Ça dépend des gens. Bon y’a des gens c’est plaisant, d’autres c’est très désagréable, et je n’hésite pas à leur dire. Je les déteste comme eux ils me détestent.

Que l’on partage ou pas les arguments du député européen, on ne peut que constater que l’humour de Charline Vanhoenacker n’a que fort peu à voir avec les critiques émises par Jean-Luc Mélenchon pour justifier son refus de participer au show animé par Patrick Cohen, qui est ainsi conforté dans sa position de maître de cérémonie au-dessus de toute contestation.

Cette souriante complicité, que les auditeurs sont invités à partager, n’est pas finie…

Donnant-donnant : Une pause de publicité

Charline Vanhoenacker achève sa chronique en tournant en dérision la décision (au demeurant discutable) de Jean-Luc Mélenchon de participer, non à la matinale de France Inter, mais à une émission de « mélange des genres », diffusée par TF1 et animée par Alexandra Sublet :

Quant à Patrick [Cohen], depuis qu’il sait que tu vas sur TF1 dans la nouvelle émission d’Alessandra Sublet, il a cessé de s’alimenter. Jean-Luc, mais qu’est-ce qui t’a pris d’accepter l’invitation de TF1 ? Rassure-nous, tu ne vas tout de même pas te présenter à la primaire à droite. Méluche ! Mon gros lapin, comment peux-tu participer à une émission qui s’appelle « Action ou vérité » ? Alors qu’en tant qu’homme de gauche tu es contre les actionnaires et en tant qu’homme politique tu es contre la vérité. Si c’est pour les charmes d’Alessandra Sublet, tu sais, Patrick est prêt à faire l’interview en résille.

La régie publicitaire de TF1 a dû se féliciter de cette publicité gratuite pour une émission dont la première diffusion a eu lieu le 18 mars.

Mais, pour savourer tout le sel de cette séquence, quelques rappels sont nécessaires. On se souviendra avec émotion qu’Alessandra Sublet a animé de 2009 à 2013 « C à vous » sur France 5 : une émission dont l’un des chroniqueurs depuis 2011 s’appelle … Patrick Cohen. On se souviendra également que Patrick Cohen anime depuis septembre 2010 « Le 7/9 » de France Inter, station dans laquelle Alessandra Sublet fut [une éphémère animatrice [4] de septembre 2010 à février 2011. Le monde (médiatique) est petit...

… Très petit : on ne sera donc pas surpris d’apprendre que Patrick Cohen n’a pas oublié, à la fin de cette chronique, de signaler que Charline Vanhoenacker co-anime aussi l’après-midi une émission sur France Inter, bouclant ainsi la boucle de l’entre-soi médiatique. Donnant-donnant…

L’humour de Charline Vanhoenacker, journaliste, mais qui fait des blagues [5] est suffisamment consensuel pour qu’elle ne connaisse pas le sort de deux de ses prédécesseurs humoristes sur France Inter, Didier Porte et Stéphane Guillon [6]. Aussi corrosif soit-il, son humour n’est en effet pas du genre à mettre en question les intérêts de la fraction du microcosme social auquel appartient la chefferie de France Inter, ce qui lui permet de se voir décerner des brevets de rebellitude par ses pairs, bien que nous soyons loin du jour où elle fera une chronique sur l’infatuation de certain animateur de matinale radiophonique avec le même ton et les mêmes biais que dans celle consacrée à Jean-Luc Mélenchon.

« Mélange des genres » : Patrick Cohen au service de Cohen Patrick

La chronique de Charline Vanhoenacker du 11 mars ne pouvait rester sans suites : ni la polémique contre Jean-Luc Mélenchon, ni l’étalage de complicités, ni la page de publicité offerte à l’émission d’Alessandra Sublet, ancienne patronne de Patrick Cohen dans l’émission « C à vous » sur France 5. Et c’est… Patrick Cohen qui s’en est chargé lors de sa chronique quotidienne du jeudi 17 mars 2016, dans le 7/9 de France Inter, intitulée « Le 7h43 » (et dont une transcription intégrale figure en annexe) :

– Patrick Cohen : Jean-Luc Mélenchon – qui n’a pas encore répondu à votre appel Charline [On entend Charline Vanhoenacker simuler un « Ooohhh » de dépit], mais on garde bon espoir de le retrouver à ce micro… –, Jean-Luc Mélenchon sera demain soir sur TF1 le tout premier invité de la nouvelle émission de divertissement d’Alessandra Sublet, « Action ou Vérité ».

En 2 minutes et 26 secondes, Patrick Cohen parvient à faire coup triple ou quadruple : poursuivre sa misérable polémique contre Jean-Luc Mélenchon, faire l’éloge des émissions de « mélange des genres » et de sa propre participation à l’animation de telles émissions, soutenir sa camarade et ex-patronne Alexandra Sublet et offrir une nouvelle page de publicité à sa nouvelle émission.

Quoi que l’on pense de la participation de Jean-Luc Mélenchon à une telle émission, ce n’est pas une première. Patrick Cohen semble amnésique car le 28 juin 2013, on pouvait voir dans « C à vous », une émission de divertissement sur France 5, Jean-Luc Mélenchon, Alessandra Sublet et… le chroniqueur Patrick Cohen. Après avoir fait la bise à Alessandra Sublet, Jean-Luc Mélenchon déclarera ce jour-là : « Je suis venu 9 fois ici. »

– Patrick Cohen : Mélenchon interviewé par Sublet, on entend déjà les lamentations contre la dérive « peopolitique » ou les comparaisons d’époque du style : non mais est-ce que vous imaginez Georges Marchais questionné par Denise Fabre ? Ou de Gaulle chez Guy Lux ? Ou Raymond Aron avec Danièle Gilbert ? Et là, stupeur, archive fatale, révélation renversante. Raymond Aron, professeur au Collège de France, sur le plateau de Midi Première, aux côtés de Danièle Gilbert, entre deux chansons de C. Jérôme… c’est arrivé – en voici la preuve – en mars 77.

Les critiques des émissions de « mélange des genres » et de la « peopolisation » ? De simples « lamentations », dont il suffit pour en venir à bout, d’évoquer, pour les tourner en dérision, un très ancien exemple [7].

Patrick Cohen diffuse alors des extraits des échanges entre Danièle Gilbert et Raymond Aron. C’est l’occasion pour lui et les personnes qui sont à ses côtés en studio (Emmanuelle Cosse, Léa Salamé et Charline Vanhoenacker, notamment), de rire, entre gens qui se croient très intelligents, à gorge déployée aux prises de parole d’une animatrice d’une époque révolue.

Et notre Monsieur Loyal de terminer avec la maestria d’un passeur de plats confirmé :

Et voilà le travail. Qui prouve que le mélange des genres n’a pas été inventé par la télévision commerciale. Et Alessandra Sublet sera l’invitée de Sonia Devillers tout à l’heure dans « L’instant M » à 9h40 sur Inter.

Du grand art au service de pauvres causes : exonérer la télévision commerciale d’un genre qui aurait été inventé par le télévision publique, clore le débat sur les émissions de « mélange des genres » (en faisant mine de l’ouvrir) et sur l’opportunité pour des responsables politiques ou des intellectuels de passer dans ce type d’émission, et surtout plaider indirectement sa propre cause puisqu’il participe et obtient des profits de ce type d’émission, en l’occurrence « C à vous » sur France 5. Et pour couronner le tout, Patrick Cohen signale enfin que son ancienne patronne Alessandra Sublet sera l’invitée d’une émission de France Inter le jour même (pour y parler de sa nouvelle émission), comme si l’un des objectifs de cette chronique était précisément d’assurer la promotion de la nouvelle émission d’Alessandra Sublet [8].

Vous avez dit « confiscation de l’antenne » ?

Henri Maler et Denis Souchon

Annexe 1 : Transcription de « Le billet de Charline » du 11 mars 2016.

- Patrick Cohen : « Charline Vanhoenacker vous avez un message à faire passer à Jean-Luc Mélenchon. »

- Charline Vanhoenacker : « Oui Patrick, à France Inter nous n’avons plus de ses nouvelles depuis, ben depuis combien de temps au fait ? »

- Patrick Cohen : « Ça fait à peu près un an et demi. »

- Charline Vanhoenacker : « Oulalala. Bon alors, cher Jean-Luc Mélenchon, mon méluche. Je prends mon plus beau micro pour te dire ceci : je ne sais pas si France Inter te manque, mais toi tu nous manques follement, douloureusement. Avec ton côté sanguin tu nous en veux de vouloir te titiller. Je te vois encore, tes petits poings fermés, faire des moulinets avec tes bras, quand tu t’énerves comme ça tu as la détermination d’un Rocky Balboa, tu es un petit peu notre Sylvester Staline. Jean-Luc, tu dis, tu dis que tu vis mal les questions de Patrick, mais moi je sais pourquoi, je sais qu’elles te renvoient aux brimades de Madame Carpachou, ta maîtresse du CM2. Mais mon méluche, je t’en prie, passe au dessus de ça et reviens. [Charline Vanhoenacker lance une musique de piano de centre commercial]. Depuis que tu es parti l’ambiance ici n’est plus la même, Thomas Legrand a recommencé à boire, je comprends encore moins bien ce qu’il dit. Quant à Patrick, depuis qu’il sait que tu vas sur TF1 dans la nouvelle émission d’Alessandra Sublet, il a cessé de s’alimenter. Jean-Luc, mais qu’est-ce qui t’a pris d’accepter l’invitation de TF1 ? Rassure nous, tune vas tout de même pas te présenter à la primaire à droite. Méluche ! Mon gros lapin, comment peux-tu participer à une émission qui s’appelle “Action ou vérité” ? Alors qu’en tant qu’homme de gauche tu es contre les actionnaires et en tant qu’homme politique tu es contre la vérité. Si c’est pour les charmes d’Alessandra Sublet, tu sais, Patrick est prêt à faire l’interview en résille. Et si c’est parce que c’est trop tôt la direction est prête à déclasser, à déplacer le 7/9 à 15 heures. On a même pensé à déplacer l’émission dans un mobile home stationné en face de L’Élysée pour te faire plaisir. Thomas a mis la vodka au frais et Bernard Guetta amène sa boîte de cigares cubains qu’il tient de Fidel. Par pitié Jean-Luc, si ce n’est pas pour la France, fais le au moins pour Patrick Cohen. [On entend une voix masculine (celle de Patrick Cohen ?) dire “Non !”] Je le connais bien, il n’est qu’amour. Il est peut-être un petit peu insistant dans ses questions mais regarde le le soir sur France 5 il lui arrive de ne rien dire de mordant. Ben si, quand il mange, la bouche pleine. [Charline Vanhoenacker fait un signe pour que la régie arrête la diffusion de la musique.] Jean-Luc, pour tout te dire, bon ben voilà, on est sacrément dans la merde quand on veut inviter un politique de gauche. Voilà, il n’y en a plus, si tu viens pas, il va nous rester qui à gauche ? Ah ben ouais, il nous reste NKM, elle est encore venue hier. Si tu reviens on te posera pas de questions, enfin si, un peu quand même. Mon méluche, il n’y a pas d’un côté la France insoumise et de l’autre côté la France Inter. Allez Jean-Luc, viens à la maison de la radio, il y a le printemps qui chante l’Internationale. [Les voix de Charline Vanhoenacker et Patrick Cohen se recouvrent] Tes amis t’attendent. Viens. Reviens ! »

- Patrick Cohen : « Charline Vanhoenacker. Et on vous retrouve à 17 heures avec Alex Vizorek, Si tu reviens j’annule tout. Merci à vous. »

Annexe 2 : Transcription du « 7h43 », la chronique de Patrick Cohen du 17 mars 2016

- Patrick Cohen : « Jean-Luc Mélenchon – qui n’a pas encore répondu à votre appel Charline [On entend Charline Vanhoenacker simuler un Ooohhh de dépit], mais on garde bon espoir de le retrouver à ce micro… – Jean-Luc Mélenchon sera demain soir sur TF1 le tout premier invité de la nouvelle émission de divertissement d’Alessandra Sublet, “Action ou Vérité”. Mélenchon interviewé par Sublet, on entend déjà les lamentations contre la dérive “peopolitique” ou les comparaisons d’époque du style : non mais est-ce que vous imaginez Georges Marchais questionné par Denise Fabre ? Ou de Gaulle chez Guy Lux ? Ou Raymond Aron avec Danièle Gilbert ? Et là, stupeur, archive fatale, révélation renversante. Raymond Aron, professeur au Collège de France, sur le plateau de Midi Première, aux côtés de Danièle Gilbert, entre deux chansons de C. Jérôme… c’est arrivé – en voici la preuve – en mars 77. »

Repost 0
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 13:59

Pierre Laurent veut une "gauche debout face à la finance"

Boursorama avec AFP le 22/04/2016 à 14:46

Le secrétaire national du Parti communiste juge qu'il faut reconstruire une gauche pour tenir tête au patronat avant la prochaine présidentielle. Pour Pierre Laurent, François Hollande ne peut pas être le candidat de la gauche et Jean-Luc Mélenchon est "une partie" de la solution.

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste (archive) ( AFP / BERTRAND GUAY )

"Il y a la Nuit debout, il faut la gauche debout face à la finance, qui soit fière de ses valeurs, qui dise qu'il faut augmenter les salaires et pas les revenus des dividendes", a déclaré Pierre Laurent vendredi 22 avril sur "France Info", en référence au mouvement citoyen lancé il y a trois semaines place de la République à Paris puis dans plusieurs villes de province. "Il faut construire une gauche qui soit, elle, debout, pas couchée devant les exigences du Medef", a-t-il dit.

Pierre Laurent a accusé François Hollande de "servir les intérêts d'une minorité". Il estime que le chef de l'État ne peut pas incarner la candidature de la gauche pour 2017. "Elle va nous conduire, toutes les enquêtes d'opinion le montrent, à un désastre face à la droite et à l'extrême droite", dit-il.

Jean-Luc Mélenchon "est une partie de la réponse", mais qui "ne suffit pas", a estimé Pierre Laurent. Le fondateur du Parti de gauche, qui avait recueilli plus de 11% des voix au premier tour en 2012, a présenté sa candidature en dehors du processus d'une éventuelle primaire souhaitée par de nombreux militants et dirigeants de gauche. "Mais je regarde aussi les enquêtes d'opinion : elle ne suffit pas pour faire face au danger de droite et d'extrême droite", note Pierre Laurent. "Donc il faut additionner les communistes, tout le Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon et tous ceux qui parmi les citoyens dans le reste de la gauche ne veulent pas de cette politique", a répondu Pierre Laurent.

Le secrétaire national du PCF a par ailleurs dénoncé les surenchères de Conforama et de la Fnac pour racheter Darty, alors que ces entreprises "paraît-il ne peuvent pas augmenter les salaires". Conforama propose 1,09 milliard d'euros pour s'emparer de Darty et la Fnac mis 987 millions sur la table. "Ces concentrations ne visent qu'à une chose: améliorer la rémunération des dividendes des actionnaires. Pas à améliorer le bien collectif. C'est ça qu'il faut changer", a-t-il lancé.

"Nuit Debout" place de la Republique in Paris le 21 avril 2016 ( AFP / THOMAS SAMSON )

Au sujet du mouvement Nuit Debout, la sénatrice de Paris Marie-Noëlle Lienemann, membre de l'aile gauche du PS, a estimé que la gauche devait être "attentive" à Nuit debout mais qu'elle ne devait "surtout pas" chercher à récupérer le mouvement. "La gauche ne peut pas faire comme si elle était capable de répondre sans se transformer, sans donner à ces gens qui veulent participer une part de pouvoir, une capacité à être reconnu" selon elle. Favorable à une primaire à gauche, à laquelle elle serait candidate, Marie-Noëlle Lienemann souhaite également que soit "créé un nouveau mouvement", qui rassemblerait "tous ceux et toutes celles qui considèrent qu'aujourd'hui on doit changer de cycle politique, de projet de société".

Repost 0
Published by bruno fornaciari
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 12:13

TRIBUNES LIBRES

La comète Macron

Ni de droite ni de gauche ? -

Chronique parue dans Liberté Hebdo.

Il y eut un jour la célèbre comète de Halley. Enfin « ELLE » arrive avec armes et bagages pour débloquer la France, la redynamiser, lui redonner de la croissance et enfin mettre fin aux archaïsmes, aux corporatismes, à ces égoïsmes qui l’empêchent d’avancer, mais
qui donc « ELLE » ?

Le Pape, le sauveur suprême, Superman, mais non vous n’y êtes pas, nous parlons ici de l’actuel ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. La France l’attendait depuis tellement longtemps, il vient de créer un nouveau parti : « En Marche ». Un esprit malicieux faisait remarquer justement que ce nom de parti rappelle les initiales EM du ministre, voilà une démarche bien centripète, individuelle, lancée à la première personne du singulier.

Alors ce parti, de quel côté penche-t-il ? Ni d’un côté ni de l’autre nous dit M. Macron. Plantu, l’excellent caricaturiste du journal Le Monde le définissait dans le dessin du lendemain de l’annonce comme ceci « Ni de gauche ni de gauche ». Mais au moins sait-on de quoi le ministre est capable depuis l’adoption de la loi qui porte son nom...

Revoilà donc la vieille lune de la 3e voie, plus de droite plus de gauche, ces débats d’antan sont désormais complètement stériles, la fin de l’histoire, un système économique libéral mondialisé unique, plus d’alternative, et tous ces politiques qui ne servent plus à rien de toute façon considérant que l’économie financiarisée et dérégulée est aux manettes pour agir dans l’intérêt de tous les humains...

Manuel Valls en son temps déclara que « la gauche pouvait mourir », il y a bien travaillé reconnaissons-le, ce vieux rêve des libéraux qui voudraient imposer leur renard libre dans un poulailler libre pour l’éternité. Alors déjà on y va des sondages, des pronostics, des spéculations, des conjectures et des supputations… dont tout le monde se fiche d’ailleurs. Un journaliste politique disait il y a quelques jours à propos d’Emmanuel Macron : « Son capital politique s’est construit par le haut ; les grandes écoles, la haute fonction publique, la banque (Rotschild) puis l’Élysée comme conseiller économique du Président... », celui qui voulut un jour terrasser la finance.

Pour lancer son parti il va lui falloir trouver de l’argent, M. Macron va mener des levées de fonds, à l’américaine, il a organisé un dîner chez Germaine à Trifouillis-les-Oies, euh non pardon c’était à Londres, avec des banquiers et des chefs d’entreprises, pas Marcel le plombier du coin, non de grosses entreprises à l’invitation d’un cadre de Goldman Sachs cette grosse banque américaine. Monsieur Oudéa, PDG de la Société Générale, était-il présent ?

Alors « En Marche », pour nous ça se passe ailleurs en ce moment, les Nuits Debout à Paris et dans de nombreuses villes où les gens se rassemblent, débattent, réfléchissent et imaginent un autre avenir pour eux-mêmes et leurs enfants, pas simple évidemment, mais tellement rafraîchissant.

Je pense que c’est plutôt Place de la République que notre futur commun peut se mettre en marche.

M. Macron, vous y êtes cordialement invité !

LES

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES groupe GDR-CRC
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 10:29

Airvault : fin de conflit chez Calcia

21 avril 2016

Après 7 jours de grève, la direction et l'intersyndicale CGT - CFE-CGT - CFDT de Calcia-Italcimenti ont trouvé un accord hier. Le travail a repris à 5 h ce matin. L'accord porte sur une prime de 750 € nets par salarié (1.500 € revendiqués), le recouvrement de deux mois des départs en retraite, un engagement sur l'intéressement 2016-2018 et l'étalement des jours de grève avec une possible compensation par des jours de repos. Celui d'hier ne sera pas compté. « On ne saute pas de joie, mais on est satisfaits », confie Bernard Moreau, délégué CGT.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES SYNDICATS - JUSTICE SOCIALE
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 13:22

Question N° 94802

de M. Jean-Jacques Candelier (Gauche démocrate et républicaine - Nord )

Question écrite

Ministère interrogé > Intérieur

Ministère attributaire > Intérieur

Rubrique > sécurité publique

Tête d'analyse > gendarmerie et police

Analyse > statistiques.

Question publiée au JO le : 05/04/2016 page : 2638

Texte de la question

M. Jean-Jacques Candelier interroge M. le ministre de l'intérieur sur le rapport de l'ACAT action des chrétiens pour l'abolition de la torture, qui constitue une véritable radiographie des brutalités perpétrées par les policiers et gendarmes en France. L'association déplore l'usage disproportionné et parfois mortel d'armes non létales. Selon les chiffres accablants de ce rapport, les violences policières occasionnent un décès par mois en France. Selon une autre structure, le collectif « Urgence notre police assassine », c'est 15 victimes par an qu'il y aurait à déplorer à la suite des actes meurtriers d' « un État qui, dans certains quartiers, a choisi la violence comme mode d'action » selon les mots du collectif. Ces violences policières sont le plus souvent impunies, avec seulement sept condamnations sur les 89 affaires suivies par l'ACAT. En ce sens, l'association dénonce la difficulté des victimes à obtenir justice et la quasi-impunité des forces de l'ordre pour des faits de violence. En effet, les condamnations et sanctions disciplinaires sont aussi rares que faibles. De plus l'association critique la militarisation des forces de l'ordre, avec notamment l'usage du Taser ou du flash ball, armes intermédiaires largement répandues et dont les dégâts humains infligés sont démesurés par rapport aux enjeux policiers auxquels ces armes répondent. Depuis 2007, près de 40 personnes auraient perdu l'usage d'un œil suite à des tirs de flash ball. Le rapport pointe également la dangerosité de certains gestes d'immobilisation, susceptibles de provoquer l'asphyxie, comme le pliage et le plaquage ventral. À la suite de ces constats dramatiques, il lui demande s'il compte mettre en œuvre une réelle transparence sur l'utilisation des armes, le nombre de blessés ou tués lors des opérations de police ou de gendarmerie pour rompre avec l'opacité quasi-totale qui couvre les brutalités causées par les forces de l'ordre.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SECURITE groupe GDR-CRC
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 07:07

Lundi, 18 Avril, 2016 - 12:57

Faut-il essuyer tous les crachats ?

"Dès qu’un crachat, réel ou fantasmé, retombe sur la tête d’un cracheur habituel, patenté, labellisé ; intouchable, hyper-médiatisé, tous les « ils » crient tous au scandaaale, au totalitarisme."

Faut-il essuyer tous les crachats ? Cela devrait être la norme, mais elle se révèle sélective.

Il y a crachat et crachat. Il ya même selon plusieurs témoins, des crachats virtuels.

On peut cracher dans l’air du temps, cracher sur les Gitans, les cocos, les mélenchonniens, les syndicalistes (de classe), les « satrapes », les « populistes », la gauche « radicale », les révolutions latino-américaines, les immigrés, les révolutionnaires, les fonctionnaires, les faignasses de chômeurs, les jeunes « beurs » des banlieues ; on peut ethniciser, « racialiser » leurs révoltes, répandre la haine. On peut, et même l’on doit, cracher son venin contre les tyrans à la Chavez, Maduro, Morales, Castro, cracher contre les « Noirs », les « musulmans », les « gauchistes », les nationalisations, les retraites, le code du travail... Crachez sur ces cibles, et visez bien !

Ces crachats-là, légitimes, mérités, fielleux, quotidiens, de mots dits -et qui tuent-, n’ont pas à être essuyés. Ces « blasphèmes anti Républicains » (Emmanuel Todd), contre les « Noirs et les Arabes » (2005), contre l’équipe nationale de foot qui serait « black-black-black », « ce qui provoque des ricanements dans toute l’Europe », et des flatulences au bar des fachos. Quel talent, quelle finesse de pensée, quelle hauteur de vue !... L’Académie, cela se mérite. « Et moi et moi et moi ». Ces crottes-là, jadis maoïstes, ne nécessitent pas aujourd’hui de motocrottes. Elles sont salutaires, saluées par la « classe politique » et ses médias de soi(e). En espagnol, les « medias » ce sont les « bas » ; ces chaussettes hautes blindent contre les crachats.

Dès qu’un crachat retombe sur la tête d’un cracheur habituel, patenté, labellisé ; intouchable, hyper-médiatisé, tous les « ils » crient tous au scandaaale, au totalitarisme. Ils croassent, ils vacarment, ils crapautent à tue-mots.

Quel émoi ! Quelle indignation ! Que de sermons, d’esclandres, d’apitoiements sincèèèères! C’est pire que lors des bombardements de Gaza ! La condamnation coule à flots, de toutes parts. « Et moi et moi et moi ».

Enfant, fils d’immigré pauvre, je crachais - évidemment- souvent... mais par terre. « El padre » et les hussards de la République, m’engueulaient, me tapaient sur la bouche. « Cela est mal élevé », « impoli », « ne se fait pas ». C’est vrai. J’adoptai donc le mouchoir, les bonnes manières. Je finis même par comprendre que cracher en l’air (s’auto-cracher) peut vous salir la tête, vous souiller, que les mots peuvent criminaliser et tuer davantage que les crachats, que lorsque l’on sème la bave, la discrimination, une certaine forme de racisme, l’intolérance, la provocation, on récolte la pire des cracheries : le mépris, le rejet, la violence (« inexcusable »). Et la République, qui se doit d’assurer le pluralisme des idées, des médias, leur expression publique, leur confrontation (sans crachats), fait tout le contraire. Pensée unique et bâillon. Alors, alors, alors...

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 21:06

Appel du congrès de la CGT

En direct sur le site UCR/CGT

Durant toute la journée de mercredi, les partisans d’une grève "générale, reconductible" et du "blocage" de l’économie du pays ont monopolisé bruyamment le temps de parole reprenant ainsi une déclaration d’Olivier Besancenot allant dans ce sens. A croire que l’ensemble du congrès partageait cette démarche alors que Philippe Martinez avait souligné à l’ouverture des travaux : « une grève ne se décrète pas » Un délégué a résumé une opinion partagée : « la CGT propose, les salariés disposent ». Le congrès a adopté à une large majoré un appel dont voici l’intégralité.

"Les 1 000 délégués réunis en congrès à Marseille du 18 au 22 avril 2016 ont analysé la situation économique et sociale, le contexte des mobilisations désormais ancrées dans le pays depuis plus d’un mois et demi.

"La CGT lance un appel fort et déterminé à l’ensemble des salariés du privé et du public, des jeunes, des privés d’emploi, des retraités et de ses syndicats, à poursuivre et amplifier partout le rapport de force jusqu’au retrait du projet de la loi dite « Travail » dynamitant notre modèle social.

"Il s’agit d’organiser dans toutes les entreprises et les établissements des réunions d’information, des rencontres afin de s’opposer encore plus fort à tous les mauvais coups et à imposer de nouvelles conquêtes sociales. Un espoir immense s’ouvre pour le monde du travail grâce à la lutte unitaire menée par une CGT moderne, porteuse de propositions en phase avec l’ensemble des travailleurs-euses), à l’image du rejet massif du projet de loi El Khomri exprimé par 70% de l’opinion publique. Un mouvement qui fait face à un gouvernement désavoué, en rupture profonde avec la population et singulièrement toute la jeunesse. Un exécutif à l’écoute d’un patronat rétrograde et menaçant, privilégiant la finance à la réponse aux besoins sociaux et ambitionnant de détruire toutes les garanties collectives en fixant comme seul horizon la précarité généralisée, l’incertitude du lendemain.

Le désespoir est dans le renoncement, l’espoir est dans la lutte.

Dans ce cadre, la CGT appelle toutes les organisations à amplifier la riposte, dès le 28 avril, par la grève interprofessionnelle et les manifestations pour obtenir dans un premier temps le retrait du projet de loi de casse du code du travail.

D’ici le 28 avril, la poursuite de la construction de l’action implique la tenue d’assemblées générales dans les entreprises et les services publics pour que les salariés décident, sur la base de leurs revendications et dans l’unité, de la grève et de sa reconduction pour gagner retrait et ouverture de véritables négociations de progrès social.

Le 28 avril, comme le 1er mai, journée internationale de lutte des travailleurs-euses sont autant d’étapes vers la victoire.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SYNDICATS - JUSTICE SOCIALE
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 20:29

«Aujourd’hui ce sont les milliardaires qui vous informent»

Printemps de L'Humanité

CLAUDE BAUDRY

LUNDI, 11 AVRIL, 2016

L'HUMANITÉ

magali COHEN

La concentration des médias bat son plein dans le monde et en France. La finance et les grands industriels du CAC 40 investissent dans la presse, dans l’audiovisuel et dans les télécoms. Comment faire vivre un journal comme l’Humanité dans cet univers ?

Peut-il encore exister des journaux indépendants des pouvoirs financiers ? Ce n’est pas qu’une question de moyens, c’est avant tout une question politique. Aujourd’hui, des titres comme l’Humanité, la Croix, le Monde diplomatique, Politis, ou encore la Marseillaise (…), indépendants des entreprises du CAC 40, doivent démultiplier des trésors d’imagination pour vivre. Paradoxe, les quotidiens qui perçoivent le plus d’aides à la presse sont aussi ceux qui sont adossés aux milliardaires de ce pays.

Le phénomène est global. Tous les continents sont touchés par la concentration des médias. En quelques années, de nouveaux acteurs, souvent de l’Internet et des télécoms, de riches industriels sont venus bouleverser l’univers médiatique et mettre la main sur l’information mondiale. Dans son dernier rapport, Reporters sans frontières (RSF), qui estime que la concentration des médias n’a jamais été aussi forte dans le monde, relève qu’aux États-Unis, 6 groupes (GE, News Corp, Disney, Viacom, Time Warner, CBS) possèdent 90 % des médias. Ils étaient une cinquantaine de « compagnies » en 1983. Comment ne pas penser que cette mainmise sur la diffusion culturelle menace le pluralisme et d’indépendance de l’information ? Dans l’ouvrage 100 Photos pour la liberté de la presse, photographies de Sebastiao Salgado, tout juste en vente, Reporters sans frontières, sous le titre « Les oligarques font leur shopping », pointe les fortunes qui, en Inde ou en Chine, en Russie ou aux États-Unis, ont acheté à tour des bras et de façon boulimique des moyens d’information.

Seuls les quotidiens la Croix et l’Humanité sont indépendants

En France aussi, selon ce rapport, une poignée de milliardaires contrôle 90 % des médias. De nouveaux acteurs, aux stratégies d’acquisition très agressives, ont fait leur apparition comme Vincent Bolloré, Xavier Niel ou Patrick Drahi. 57e fortune mondiale, 3e française, Drahi pèse plus de 20 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires du groupe Altice, qu’il a fondé, représentait, en 2014, 13,5 milliards d’euros. À la tête du câblo-opérateur Numericable, l’homme d’affaires a acquis l’opérateur SFR, mis sur le marché par Vivendi, multiplié les rachats dans le câble, la téléphonie mobile et l’Internet. Et le groupe, par l’intermédiaire de sa filiale Altice Media Group, est devenu l’un des principaux acteurs financiers du marché de la presse et des médias. L’Express, l’Expansion, Libération… une vingtaine de magazines sont passés sous sa coupe. BFMTV, RMC, du groupe NextRadio, suivent le chemin qui mène à Drahi, lequel poursuit ses emplettes à coups de réduction des coûts et de plans sociaux, tout en s’endettant (40 à 45 milliards d’euros). Le résident suisse possède la chaîne d’information israélienne i24news, basée à Tel-Aviv, dont le patron des rédactions est aujourd’hui Paul Amar, ancien journaliste de la télé française.

« Aujourd’hui, en France, avance Michel Diard, journaliste, docteur en sciences de l’information et de la communication, cinq des sept quotidiens nationaux sont la propriété de quatre des dix plus grandes fortunes du pays : la première (Bernard Arnault) contrôle les Échos et le Parisien, la cinquième (Serge Dassault), le Figaro, la sixième (Patrick Drahi), Libération, la dixième (Didier Niel), le Monde ; seuls la Croix et l’Humanité sont indépendants des milieux industriels et financiers. Le constat ne s’arrête pas aux quotidiens nationaux ; l’audiovisuel privé (chaînes de télévision et de radio), la presse magazine et la presse spécialisée sont contrôlés par des conglomérats industriels ; la presse régionale est, elle, sous l’étroite dépendance des banques, le Crédit mutuel et le Crédit agricole essentiellement. »

Les faits de censure et d’autocensure se multiplient

Depuis le rachat du Figaro par l’avionneur Serge Dassault en 2004, puis, en 2007, des Échos par le leader du luxe Bernard Arnault, on a changé d’époque. Arnault rachète Investir, le Monde de la musique, Radio Classique, puis, plus récemment, le Parisien-Aujourd’hui en France au groupe Amaury. Un trio d’actionnaires – Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse – va, lui aussi, faire parler de lui en investissant 110 millions d’euros dans le rachat du Monde. Niel, le fondateur de Free, et Pigasse, codirecteur de la banque Lazard et propriétaire des Inrockuptibles, se joignent au milliardaire Pierre Bergé pour acquérir le Monde, qui a déjà mis la main sur les publications de la Vie catholique (Télérama, la Vie). Le Monde acquiert avec sa nouvelle équipe le Nouvel Observateur, devenu depuis l’Obs, ainsi que Rue89.

Les plus grands magazines français, l’Express, l’Obs, le Point, Paris Match, appartiennent tous à des milliardaires, dont certains vivent de commandes de l’État et sont proches des pouvoirs. Parmi eux, Vincent Bolloré, l’homme qui a prêté son yacht, le Paloma, à Nicolas Sarkozy juste après l’élection présidentielle de 2007. Bolloré est aujourd’hui à la tête d’un groupe diversifié qui fait aussi bien dans la voiture électrique, le commerce en Afrique ou dans les médias. Vincent Bolloré est devenu le premier actionnaire de Vivendi, en a pris la présidence du conseil de surveillance, avec elle celle de Canal Plus. Dès sont arrivée, il ne s’est pas privé de mettre son nez dans les programmes et a renouvelé quasiment toutes les directions. Les Guignols sont passés en crypté, avant une mort prochaine. Des têtes tombent ou vont tomber, comme celle de Patrick Menais, le M. Zapping, coupable d’avoir passé des extraits d’une enquête sur l’évasion fiscale du Crédit mutuel, diffusée sur France3 après avoir été interdite sur Canal Plus. Le magazine Spécial Investigation voit également nombre de ses sujets retoqués. Aujourd’hui, comme le dit Michel Diard, ex-secrétaire général du SNJ-CGT, ce sont « les milliardaires (qui) vous informent ».

Pourquoi une telle concentration ? On se souvient qu’en son temps, Nicolas Sarkozy avait souhaité, en 2008, à la suite des états généraux de la presse écrite, la constitution de « champions nationaux », pour faire face aux géants mondiaux de l’Internet, les fameux Gafa – Google, Apple, Facebook et Amazon –, dont le profit est la priorité et le formatage des esprits, une règle commerciale.

Dans ce contexte, les temps sont durs pour une presse écrite fragilisée par les bouleversements numériques et plus encore pour celle qui porte les alternatives au libéralisme. Les faits de censure et d’autocensure se multiplient à mesure que les médias se concentrent entre quelques portefeuilles. La bataille du secret des affaires, du secret des sources bat son plein pour y résister. La Commission européenne va étudier une directive liberticide sur le secret des affaires. Si elle avait été en vigueur, le scandale fiscal planétaire dit Panama Papers ne serait jamais sorti. Car la stratégie des grands financiers d’avaler tous les groupes de presse est claire : faire taire le contre-pouvoir à rengaine libérale « Il n’y a pas d’alternative ». Nous voulons croire que si.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans information pluralisme
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 04:30

Accueil » Actualités » Réforme du collège 2016 » ATC & la réforme du collège » « Madame la Ministre, vous rendez-vous compte ? » article paru dans le journal l’Humanité du 22 mars 2016

« Madame la Ministre, vous rendez-vous compte ? » article paru dans le journal l’Humanité du 22 mars 2016

Robert Delord 18 avril 2016 ATC & la réforme du collège, Les actualités du site, Réforme du collège 2016Commenter cette publication 1,363 Vues

Notre article paru dans l’Humanité du 22 mars 2016
http://www.humanite.fr/maintenant-comment-sauver-les-enseig…

Madame la ministre de l’Éducation nationale, à quoi bon vous parler de la réforme du collège ? Toutes les demandes d’audience faites depuis un an sont restées lettre morte et il semble évident que vous ne souhaitez pas aborder la question avec des personnes qui la maîtrisent. À quoi bon vous parler des Humanités, dont vous reconnaissez toutes les qualités mais dont vous aviez pourtant planifié la disparition pure et simple ? Je préfère vous parler ici d’humanité, ou plutôt du manque d’humanité dont le ministère a fait preuve dans la conception et la mise en œuvre de cette réforme. Comment, en effet, un ministre de la République (du latin minister : « serviteur, domestique » et res publica : « la chose publique ») a-t-il pu oublier à ce point son devoir d’exemplarité, traiter ainsi certains de « pseudo-intellectuels » et prétendre que l’opposition massive à cette réforme proviendrait d’un malentendu, d’une mauvaise compréhension des enseignants ?

Vous avez ouvert la boîte de Pandore des insultes contre les enseignants inquiets à juste titre pour l’avenir de l’école. Réactionnaires, conservateurs, corporatistes, élitistes, privilégiés : ces invectives ont profondément blessé les hommes et les femmes dont vous avez la tutelle (tutela : « protection, défense »). Vous avez laissé ce phénomène prendre une ampleur nationale. Et votre cabinet de déclarer que latin et grec n’étaient pas assez « sexy » ; Stéphane Le Foll d’ironiser sur leur démantèlement : « Comment j’ai pu devenir ministre sans avoir fait de latin ? » ; Gilles Savary, député PS, de qualifier les élèves latinistes de « singes savants ». Le site Internet du gouvernement a participé au lynchage en publiant une caricature du prof de latin en vieux schnock forcément atteint de calvitie et sans élève. Le président lui-même, pour désigner les enseignants soucieux de préserver le collège républicain, parlera de « concert des immobiles ».

À l’insulte et au mépris, vous ajoutez intimidation et brimades qui ne sont pas le fruit d’initiatives individuelles mais bien une volonté délibérée de mettre au pas des opposants à une réforme bouclée dans la précipitation, sans concertation, à des fins idéologiques et politiques.

Des recteurs d’académie demandent aux proviseurs de dénoncer les enseignants rebelles. Certains subissent des retenues sur salaire pour avoir préféré faire cours à leurs élèves qu’assister aux formations à la réforme bâclées, sans contenu ni réponses, où l’on infantilise les stagiaires en les faisant émarger deux fois par jour, de peur qu’ils ne s’enfuient à midi.

Dans le même temps, on promet aux formateurs trouvés au pied levé (certains n’ont jamais enseigné au collège) évolution de carrière plus rapide ou agrégation au mérite. Les recteurs voient leur prime annuelle augmenter de 10 000 euros, dépassant ainsi les 25 000 euros, tandis que le gouvernement annonce, à la veille de 2017, une augmentation du point d’indice des fonctionnaires de 1,2 %, moins de 10 euros pour la plupart d’entre eux ! Des inspecteurs d’académie demandent aux enseignants de se contenter de fonctionner comme de bons fonctionnaires, sans poser de questions. Des proviseurs usent et abusent de la nouvelle autonomie qui leur est confiée, brandissant soit la menace de la note administrative, soit celle de la fermeture de poste pour les professeurs de lettres classiques qui se résoudraient trop mollement au démantèlement de leurs disciplines. Et pour mieux garder le contrôle, on ne demande aucun bilan de formation aux enseignants stagiaires ou on les rend nominatifs quand ils étaient anonymes. Les chaînes de télévision les plus regardées se voient même refuser par les rectorats les demandes d’autorisation de tournage qui portent sur la réforme.

Vous rendez-vous compte de la violence faite aux enseignants de lettres, qui perdent 40 % des heures d’enseignement de latin et de grec, dont certains postes sont supprimés et qui entendent Florence Robine, directrice générale de l’enseignement scolaire, déclarer dans son vocabulaire scientifique que « le français ne doit pas phagocyter la grille horaire des élèves », alors que vous nous aviez promis de faire du « renforcement du français un fondamental » de la réforme ? Vous rendez-vous compte de la violence faite aux élèves désireux d’étudier le latin ou le grec ancien (ils sont plus de 500 000 aujourd’hui, la troisième langue étudiée au collège) mais qui en seront privés dès septembre soit parce que l’enseignement va disparaître de leur collège, soit parce que le nombre de groupes sera divisé par deux ? Qui décidera alors quel élève a le droit ou non d’accéder à cet enseignement ? Sur quels critères si ce n’est celui des résultats dans les autres matières ? Vous rendez-vous compte que vous allez priver les élèves les moins favorisés de cet accès aux langues et cultures de l’Antiquité, que votre réforme va amplifier les phénomènes d’inégalité et d’élitisme qu’elle prétendait combattre ?

R. Delord
Président de l’Association ATC

Repost 0

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre