Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 15:55
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DOCUMENTS hommage - souvenir
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 05:42

Eu égard à l'expérience, le vote pour le PS est devenu un vote inutile.

En effet, les électeurs socialistes au premier, puis les électeurs du front de gauche au deuxième,tour, ont utilisé ce bulletin pour "changer maintenant"

Force est de constater, que non seulement le changement attendu de François Hollande et de ses gouvernements n'a pas eu lieu, mais que la poursuite de la politique de ses prédécesseurs a encore aggravé la vie des masses populaires dans tous les domaines.

Le retour de la droite, flanquée de son extrême ne résoudrait pas nos problèmes de chômage, de pouvoir d'achat, de démocratie et de citoyenneté, bien au contraire.

En revanche, les insatisfactions et les colères qui se lèvent, peuvent trouver leur débouché heureux, dans le rassemblement des forces vives et démocratiques de progrès qui se construit sous nos yeux. La dynamique en marche peut bousculer la donne ancienne et ouvrir un avenir heureux que l'on croyait impossible.

L'heure est à la concrétisation, sur tout le territoire national, des listes de rassemblement progressiste, démocratique, écologiste, pour offrir aux régions et au pays l'opportunité et la chance de changer la vie.

Le vote utile, c'est celui-là !

Repost 0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 21:14
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ELECTIONS
commenter cet article
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 09:33

Deux-Sèvres

Le PCF écrit à Jean Grellier : " Un Ani qui nous veut du mal "

Nouvelle République 26/03/2013 05:25

Dans une lettre ouverte à Jean Grellier, député PS de la 3e circonscription, Bruno Fornaciari et Ernest Levindré, ex-candidats PCF-Front de gauche aux cantonales à Saint-Varent et à Thouars 1, évoquent le débat à venir à l'assemblée nationale sur l'accord national interprofessionnel (Ani) conclu avec certains syndicats et le Medef.

« Cet accord minoritaire porte en lui de profondes régressions, c'est un Ani qui nous veut du mal. Ce projet de loi est une attaque directe contre le CDI qui devrait être la règle des embauches. Au contraire, il rend plus facile pour le patronat la rupture et le licenciement. Les parlementaires de gauche et vous personnellement ne devez pas entériner la loi du Medef. »
« Nous ne vous avons pas élus pour cela. Nous demandons, et avec nous les électeurs du Front de gauche qui ont voté pour vous, ainsi qu'aux parlementaires de gauche, de ne pas voter avec la droite ce projet de loi. Nous vous demandons de voter la loi d'interdiction des licenciements boursiers déposée par les parlementaires du Front de gauche. »

​La nouvelle république

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79 PCF THOUARSAIS
commenter cet article
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 13:37

Colonnes ouvertes à Alain Hayot. Pour un intellectuel collectif

Une série d’articles publiée par le Monde, Libération et l’Humanité mettent en cause l’omniprésence dans le débat public des Zemmour, Finkelkraut, Onfray et d’autres prétendus intellectuels, vrais bouffons produits et formatés par le système médiatique. Une idée se dégage : comment les penseurs de l’émancipation peuvent-ils réinvestir l’espace public ?

Le venin populiste de la perte d’identité, du déclin de l’occident et du suicide de la nation face au fantasme de l’invasion étrangère, nous révoltent légitimement mais cela doit aussi nous inciter à penser les moyens et les contenus de cette contre-offensive. Il ne suffira pas de s’en prendre aux médias. Il faut inventer un nouveau grand récit émancipateur et tout d’abord savoir comment et qui doit le faire.

Nous voyons bien que ce que l’on nomme en France, depuis l’affaire Dreyfus, un « intellectuel » pose un problème réel. La figure de l’écrivain qui s’insurge contre l’injustice, parle au nom du peuple est devenue une catégorie inopérante. Dans la même lignée, la figure sartrienne de « l’intellectuel universel » comme celle de « l’intellectuel spécifique » chère à Foucault, sont déconnectés des évolutions et des enjeux de l’époque. L’intellectualisation généralisée du travail et la production, l’ampleur de la scolarisation de la jeunesse, la révolution numérique, l’intervention de millions de citoyens, mieux instruits et mieux formés, dans l’économie, la recherche, la vie sociale, culturelle et politique, changent totalement la donne. Aujourd’hui, comme le pressentait Gramsci, une part de plus en plus grande de la population, utilise plus son cerveau que ses mains ; chacun-e- pense et crée sa propre vie parce qu’il ou elle aspire à maîtriser son travail, sa vie personnelle, son temps et son espace mais aussi son rapport aux autres à l’aide de la vie associative, culturelle et même quoiqu’on en dise, de la vie politique.

Il est grand temps d’en prendre conscience et construire une autre figure de l’intellectuel, celle de « l’intellectuel collectif » qui rassemblerait tous ceux, quel que soit leur statut social, qui refusent le declinisme néolibéral comme le repli identitaire, les inégalités, les dominations et les exclusions qu’ils engendrent ; ceux qui rêvent d’affronter la crise de sens qui nous privent de notre histoire, de notre avenir, de l’espoir de vivre mieux et autrement.

Un intellectuel collectif capable de confronter les pensées critiques entre elles et en même temps de les mêler à la pratique de ceux qui agissent, réfléchissent et parfois inventent une autre façon de faire société.

Un intellectuel collectif capable, au sein d’un air du temps pollué, de remettre l’ouvrage révolutionnaire sur le métier, de reconstruire les concepts, les idées, les valeurs, l’imaginaire d’une nouvelle hégémonie culturelle humaniste et émancipatrice, solidaire et durable, égalitaire et citoyenne.

Le monde est ainsi fait que seul nous ne pouvons rien et c’est une bonne chose. Faire en sorte que les acteurs sociaux s’approprient les pouvoirs relève désormais d’une ambition collective et constitue une tâche qui doit les faire coopérer.

Penser c’est résister a-t-on raison de dire mais résister c’est créer, c’est inventer l’avenir et les voies nouvelles d’une alternative au capitalisme et à toutes les dominations.

Alain Hayot (La Marseillaise, le 10 octobre 2015)

Repost 0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 17:50
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 17:14
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans economie
commenter cet article
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 12:33

VENEZUELA / CUBA / ETATS-UNIS : Le Président Maduro exige que justice soit rendue à l'encontre des terroristes criminels, auteurs de l'attentat sur un avion de ligne cubain en 1976.
(Traduction Michel Taupin)

Caracas 6 Octobre (Prensa Latina) Le Président du Venezuela, Nicolas Maduro, a exigé la justice pour l'attaque terroriste commise le 6 Octobre, 1976 au large des côtes de la Barbade contre un avion cubain en vol.
Au cours de l'émission dea télévision "contacter Maduro", le président a rendu hommage aux 73 victimes de l'attentat criminel, dont les 24 membres de l'équipe junior d'escrime cubaine qui rentraient dans leur pays après avoir remporté toutes les médailles d'or de la discipline en Amérique centrale et Caraïbes.

Le Chef de l'Etat a rappelé que l'attentat a été planifié à Caracas par les terroristes d'origine cubaine Luis Posada Carriles et Orlando Bosch, qui ont utilisé deux Vénézuéliens (Hernan Ricardo et Freddy Lugo) pour placer les bombes à l'intérieur de l'avion.

Les auteurs ont été condamnés à 20 ans de prison, mais Bosch a été acquitté pour défauts de procédure et Posada Carriles a réussi à s'enfuir de la prison.

Maduro a déclaré que les deux derniers individus appartenaient à la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis, de sorte que les Etats-Unis ontdressé de nombreux obstacles au cours des différents processus juridiques.

Le 13 Avril 2005, Posada Carriles est entré en territoire américain, de manière illégale.

Le mois suivant, la justice vénézuélienne a approuvé une demande d'extradition et en Juin le ministère des Affaires étrangères présentait au Département d'Etat américain, un dossier soutenant la demande.

Le Venezuela a fait valoir que Posada Carriles est un fugitif de la nation sud-américaine, parce qu'il a fui pour échapper au procès de l'attentat.

Cuba dénonce sur toutes les scènes internationales que cet individu coule une retraite tranquille dans la ville américaine de Miami, sans jamais s'être repenti de ses crimes.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL venezuela Cuba JUSTICE
commenter cet article
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 12:02
Air France : Pierre Laurent dénonce l’«attitude provocatrice insupportable» de la direction

Alors que la majorité des politiques dénoncent les violences subies lundi contre le DRH d’Air France, le secrétaire national du PCF, le sénateur Pierre Laurent, souligne que le plan de licenciement de 2.900 postes annoncé « est une énorme violence sociale » pour les salariés.

« Evidemment, on peut condamner » affirme le candidat du Front de gauche aux régionales en Ile-de-France, qui a tenu son premier meeting lundi soir. Mais Pierre Laurent dénonce le « mépris total » de la direction. Il demande à « tout mettre sur la table », de retirer le plan de licenciement et de « rouvrir la négociation ». Entretien.

Le DRH d’Air France a été brutalisé hier. Manuel Valls s’est dit « scandalisé », François Hollande a dénoncé des faits « inacceptables ». Condamnez-vous aussi ces actes ?
Je crois qu’on ne peut pas sortir ces actes de leur contexte. L’attitude de la direction d’Air France est une attitude provocatrice insupportable alors que les salariés demandent depuis des semaines qu’une véritable négociation s’ouvre. Alors même qu’il y avait une manifestation de plusieurs milliers de salariés du groupe devant le siège du CCE (comité central d’entreprise), la direction a fait preuve d’un mépris total. Ça a donné cette explosion de colère. Evidemment, on peut condamner, regretter les actes commis. Mais il faut mettre tout sur la table dans ce cas et aussi l’attitude scandaleuse et méprisante de la direction. Quant il y a une telle colère dans une entreprise, on ne peut pas ne pas s’interroger sur les causes. Si la direction d’Air France et le gouvernement veulent l’apaisement, qu’ils retirent le plan Air France et qu’ils rouvrent la négociation plutôt que de stigmatiser les salariés, ce qui ne fera que jeter de l’huile sur le feu.

Donc vous comprenez la colère des salariés d’Air France ?
Oui, ce plan de licenciement de 2.900 postes est une énorme violence sociale. On est dans une entreprise où on dit depuis des années qu’il faut faire des sacrifices, travailler davantage, renoncer à ses repos. On leur dit « ça ira mieux demain » et on leur fait toujours payer l’addition des erreurs stratégiques de l’entreprise. Et le gouvernement ne rend pas de compte sur la décision de déréglementation du ciel aérien. On ne peut pas se contenter de montrer du doigt des salariés qui ont laissé éclater leur colère.

Mais les événements d’hier ne sont-ils pas mauvais pour l’image d’Air France ?
Nous ne sommes pas face à un problème d’image ou un problème commercial d’Air France. Nous sommes face à un problème qui concerne la vie de milliers de salariés et leur famille. Il concerne aussi l’avenir de la compagnie. Les salariés contestent le fait que les plans de licenciements successifs soient la meilleure manière de sauver l’entreprise. Je vois bien que certains cherchent à évacuer le débat de fond à la faveur des incidents d’hier. Il ne faut pas refermer le dossier des choix de fond mais l’ouvrir de manière démocratique.

Que pensez-vous de l’arrivée du directeur adjoint du cabinet de Manuel Valls, Gilles Gateau, au poste de DRH d’Air France en janvier ?
J’ai appris cette nouvelle très récemment. C’est peut-être que chacun comprend qu’il y a un très grave problème de relations humaines dans l’entreprise. C’est peut être un aveu sur le fait qu’il y avait un problème d’absence totale de dialogue à cet endroit. Je ne sais pas si ça changera quelque chose. Je vois dans cette arrivée le fait qu’il y avait un problème de dialogue. Je pense que l’Etat a un rôle à jouer en tant qu’actionnaire dans l’avenir de l’entreprise Air France. Ce n’est pas le fait que l’Etat se mêle des affaires d’Air France qui me choque, mais la manière et avec quel objectif.

François Vigna, LCP

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 11:03
7 octobre 2015

Une loi Santé qui renforce ‘’l’Hôstérité’’

A la fin de l’examen du projet de loi de modernisation du système de santé, avec mes collègues du groupe Communiste Républicain et Citoyen du Sénat, nous avons dénoncé les mesures qui renforcent la loi Hôpital, patients, santé, territoires (HPST), par la création des groupements hospitaliers de territoire et le renforcement des pouvoirs des Agences Régionales de Santé.

C’est une loi qui veut adapter l’offre de soins non pas aux besoins mais à une volonté de maîtrise des dépenses, ce qu’a encore aggravé la majorité de droite au Sénat.

Nous sommes donc dans un processus de fusion/privatisation/rationalisation que nous ne pouvons pas accepter.

L’heure, pour nous et selon nous, est à l’arrêt des suppressions d’activités, des ferme-tures de services de santé, à l’attribution de moyens spécifiques aux missions des centres de santé (tiers payant, prévention et actions sociales). L’heure est au rem-boursement par la sécurité sociale des soins prescrits (y compris lunetterie, soins bucco-dentaires, prothèses auditives) à 80% tout de suite et à 100% pour les jeunes.

Ces propositions, véritables marqueurs de choix de gauche, que nous avons portées tout au long de l’examen de cette loi font cruellement défaut, ce qui nous a conduit à rejeter cette loi.

Nous continuerons à défendre la nécessité d’élaborer une grande loi de santé publi-que, aux côtés des personnels de santé et des patients.

Michelle Demessines

sénatrice communiste

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SANTE groupe GDR-CRC
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre