Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 13:40

 

Société - le 10 Février 2012

précarité

Julien Lauprêtre «La misère est aggravée par les grands froids»

Le président du Secours populaire français, Julien Lauprêtre, lance un appel pour intensifier ce week-end la solidarité de proximité envers les plus pauvres, premiers touchés par le climat. 

Le Secours populaire français lance un appel, par la voix de son président, Julien Lauprêtre, pour faire des 11 et 12 février un temps fort de la solidarité.

 

Avez-vous constaté une aggravation des difficultés liées aux grands froids ?


Julien Lauprêtre. Cet appel Urgence grands froids vise à donner un coup de pouce à notre campagne lancée dès les premiers flocons. Avec le mauvais climat, un vrai drame s’abat sur les personnes que nous aidons, qui sont passées de deux à trois millions en à peine deux ans. Celles qui manquent d’alimentation ou se privent de chauffage forment toute une «armée de sans». Il y a les sans-logis, mais aussi toute une population dont la grande misère est aggravée par les conditions météorologiques.

 

Comment peut-on exprimer 
notre solidarité ?


Julien Lauprêtre. D’abord, je tiens à m’inscrire en faux contre l’idée reçue selon laquelle l’égoïsme et le chacun pour soi régneraient en France. Au contraire, les 
sentiments de solidarité y sont très profonds.

 

Les grands froids réveillent-ils la chaleur humaine ?


Julien Lauprêtre. Oui. Nous voyons des personnes offrir spontanément leur hébergement. Certains partagent leur obole, d’autres se proposent pour faire des maraudes. Il faut encourager cette solidarité de proximité. Par exemple, les enseignants peuvent détecter si certains élèves ne sont pas assez habillés ou mal chaussés.

 

D’autres initiatives peuvent-elles être prises ce week-end ?


Julien Lauprêtre. Une tombola permet, contre l’achat d’un billet de 2 euros, de mieux doter les centres d’accueil du Secours populaire. Il y a la possibilité de se proposer pour faire des distributions, qui vont se développer ce week-end pour marquer un grand coup pour la solidarité.

 

Celle-ci ne doit pas cesser avec l’amélioration du climat…


Julien Lauprêtre. Ces températures extrêmes interviennent dans un contexte déjà dégradé. D’ailleurs, nos permanences sont ouvertes du 1er janvier à la Saint-Sylvestre. Quand le soleil sera revenu, les factures arriveront. Il faudra payer la hausse de l’électricité, les achats pour mieux se vêtir… C’est pourquoi la solidarité doit être permanente.

 

La dislocation sociale rejetée


65 % des Français attendent une action des pouvoirs publics pour améliorer la cohésion sociale, révèle une étude du Credoc commandée par l’union des associations pour développer les solidarités (Uniopss). Cette fédération a publié hier une plate-forme pour demander aux candidats à la présidentielle un plan pluriannuel contre la pauvreté, une politique d’investissement pour la jeunesse ou encore de conforter le socle solidaire de la protection sociale.

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOCIETE
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 13:37

  - le 10 Février 2012

"C'est la première fois que je viens à un meeting"

De Lyon à Montpellier et, jeudi soir, au Blanc-Mesnil, les meetings du Front de gauche ont fait à chaque fois salle comble. Rencontre avec des participants du rendez-vous de Seine-Saint-Denis, qui nous expliquent les raisons de leur venue.

  • Nawel, assistante de direction à Stains

   «  C’est la première fois que je viens à un meeting. A la base, je ne m’intéresse pas à la politique même si,  bien sûr, je me reconnais bien plus dans les valeurs que porte la gauche. J’ai écouté Jean-Luc Mélenchon sur France 2. Je ne pensais pas aller jusqu’au bout du débat et, en fait, il m’a convaincu avec son franc parlé et sa sincérité.  Car les gens se sentent étranglés, même les classes moyennes sont en difficulté avec  le coût de la vie qui augmente. Il y a quelques années, on arrivait à finir le mois, maintenant c’est tout juste. Forcément on pense à ceux qui ont moins et on se demande comment ils font. Pour le logement, c’est pareil : c’est de pire en pire. Les personnes sans logement, les mal-logés… Je les rencontre tous les jours dans mon travail. C’est dur de ne pas pouvoir les aider. Alors ce soir, je viens écouter ce que le candidat propose. Ce qui me plaît, c’est qu’il ne promet pas monts et merveilles. Tout ce qu’il prévoit de faire est possible. »

  • Thierry, syndicaliste CGT EDF-GDF Suez

« C’est important de s’engager dans la campagne. Dans mon entreprise, on a commencé le rassemblement pour le Front de Gauche. À ma grande surprise, ce soir, on sera plusieurs dizaines de salariés et de syndicalistes d’EDF et de GDF Suez du département.  Dans mon secteur, le service public de l’énergie, c’est d’abord le positionnement clair du candidat du Front de Gauche sur les services publics et leur renationalisation qui crée l’enthousiasme. Dans des périodes de froid comme on en vit cette semaine, GDF,  EDF, Poweo, Direct énergie continuent à couper l’accès à l’énergie. Comme ils ne peuvent pas le faire directement, ils résilient les contrats. Des milliers de gens se retrouvent sans énergie et avec de grande difficulté pour payer leur facteur. C’est pour cela, je pense, que beaucoup de « Robins des bois », ceux qui remettent l’électricité à ceux qui ont été coupés,  sont proches du Front de Gauche et sont très attirés par le discours et le programme du candidat. D’autant qu’EDF comme Suez  font, aujourd’hui, des profits énormes. On annonce près de 3 milliards pour EDF,  plus de 5 milliards pour GDF et en même temps c’est 23% de facture de gaz  supplémentaire pour les usagers. Les privatisations amènent les groupes privés à orienter  leurs décisions de gestion selon les intérêts des actionnaires plutôt que selon les besoins des usagers. La réappropriation des entreprises de ce secteur par la nation avec un contrôle des salariés et des usagers est nécessaire.»

  • Marcel, étudiant en L3 d’économie à la Sorbonne

« J’ai  vu deux ou trois des  interventions de Jean-Luc Mélenchon à la télévision et il m’a fait impression.J’ai eu envie de venir voir. Je me posais des questions par rapport à son programme et je me suis dit qu’en venant j’en saurais un peu plus. Je suis assez sensible au principe de luttes des classes parce que je suis étudiant à la Sorbonne et cette lutte je la vois au jour le jour. Concrètement, moi j’ai une sacoche qui ne ferme pas, j’ai un ordinateur qui est abîmé et je mange au Grec à midi. Mon quotidien est un peu moins joyeux et ensoleillé que pour d’autres. En plus de mes études, je suis intérimaire. Quand j’ai un contrat d’une heure, je touche 8,63 euros net et il me faut une heure pour y aller : ce n’est pas possible de vivre comme ça. Je n’ai pas de bourse, sans mes parents j’aurais arrêté mes études depuis un moment. Et pourtant je suis assez bon.  C’est une tendance générale qu’il faut inverser : je vis déjà moins bien que mes parents et j’ai peur que mes enfants vivent moins bien que moi, tout simplement. »

  • Monica, éducatrice spécialisée à l’aide sociale à l’enfance

« Ce qui me perturbe beaucoup c’est de savoir qu’on est la cinquième puissance mondiale, un pays extrêmement riche, et que les personnes âgées  dépendantes, les personnes  handicapées ne sont pas prises en charge. Par le biais de mon travail, je sais qu’on envoie beaucoup d’enfants handicapés en Belgique alors qu’on a la possibilité ici en France d’avoir des institutions qui les accompagnent. Je suis touchée par ces choses qui sont de l’ordre de l’incompréhensible. On n’évolue pas pourtant il y a beaucoup de richesses dans notre pays, de l’argent mais aussi des richesses intellectuelles, de la solidarité. J’ai l’espoir à travers le front de gauche qu’on arrive à recréer cette solidarité, que tous ces gens qui ne comptent pas se fassent entendre. »

 

Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 13:31

 

POLITIQUE

Jean-Luc Mélenchon veut nationaliser Total

Créé le 10/02/2012 à 21h45

Jean-Luc Mélenchon le 8 février 2012 à Montpellier

Jean-Luc Mélenchon le 8 février 2012 à Montpellier / AFP / Pascal Guyot

 

Le candidat du Front de Gauche à la présidentielle 2012, Jean-Luc Mélenchon, a appelé vendredi à la nationalisation du géant pétrolier Total, qui vient d'annoncer des bénéfices de plus de 12 milliards d'euros pour l'an dernier.

"Une offense odieuse"

"Cet argent est accumulé sur le dos des Français qui voient chaque jour le prix de l'essence s'envoler. Il est une offense odieuse face aux salariés sacrifiés de la raffinerie de Dunkerque", estime Jean-Luc Mélenchon dans un communiqué après l'annonce par Total de bénéfices record en 2011.

Le candidat du Front de Gauche s'insurge aussi contre le fait que Total paye "seulement 300 millions d'euros d'impôts sur les sociétés en France", soit "à peine 2,4% de ses bénéfices!".

"Rien, ajoute le document, ne dit mieux l'abaissement face aux puissances d'argent dans lequel sont tombés l'Etat et les citoyens!". "Rien ne montre mieux l'urgence et l'intérêt qu'il y a à nationaliser Total (...) C'est une condition indispensable pour préserver le pouvoir d'achat populaire. C'est aussi une absolue nécessité pour mettre enfin les moyens financiers, techniques et humains de Total au service de l'intérêt général", indique le communiqué.

Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 12:36
Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 12:31

 

 

Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 12:17
Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 12:09

Monde - le 24 Août 2011

S’il y en a un qui doit se réjouir de l’issue de la guerre, c’est bien le géant pétrolier français qui est bien placé pour faire main basse sur une belle part de l’or noir libyen.


Qui était parmi les tous premiers Français à venir début mars à Benghazi encourager les insurgés libyens ? Un représentant de Total. Et l’entreprise peut aujourd’hui se frotter les mains : l’empressement de l’Elysée à reconnaître le CNT, comme à défendre l’intervention militaire a fait rentrer le groupe dans les bonnes grâces du futur régime.


Car si les insurgés libyens sont sur un champ de ruines politique, ils ont déjà réorganisé une filière du pétrole avec l’entreprise AGOCO. Celle-ci vient d’annoncer que les pays qui n’ont pas activement soutenu la rébellion se verraient certainement privés du marché pétrolier libyen. A savoir la Russie, qui se dit résignée à y perdre ses intérêts, la Chine, qui proteste déjà vigoureusement pour tenter de sauver ses 50 projets et 36000 emplois, et le Brésil. A l’inverse, AGOCO aurait promis une part conséquente du gâteau à Total.

 

Avant la guerre, la compagnie pétrolière française n’exploitait qu’une part marginale de la production libyenne : 3 % des 1,6 millions de barils par jour extraits dans le pays. C’est une victoire très importante pour Total, d’autant plus que la Libye dispose de réserves très importantes. Ce que les marchés financiers ont très bien compris puisque avec l’entrée des insurgés à Tripoli, l’action du groupe a bondit de plus de 4 % dès lundi. Autre signe des négociations en cours, l’inquiétude d’Eni, qui a préféré ne pas attendre la fin de la guerre pour revenir en Libye et tenter de préserver ses intérêts qui y sont très importants.

 

Autre acteur français qui pourrait bien bénéficier de l’engagement militaire français en Libye : GDF-Suez. Le pays contient d’importantes ressources en gaz également, et le groupe français y est totalement absent. Pour l’instant, puisque des négociations seraient en cours. Ce que GDF refuse de commenter, mais signe qui ne trompe pas, l’action du groupe a elle aussi bénéficié grandement de la victoire de Tripoli (+ 5%).


Cette guerre du pétrole reste risquée. Le CNT est profondément divisé et il est fort probable qu’il peine à maintenir la paix, une fois la guerre terminée, ce qui n’est pas encore fait. On peut en ce cas parier que la France devrait trouver un prétexte pour maintenir des troupes dans la région, même si c’est contraire à la résolution de l’ONU.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 09:59
Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 09:45

"Jean-Luc Mélenchon peut espérer un score inespéré"

Par LEXPRESS.fr, publié le 10/02/2012 à 18:39, mis à jour à 19:05

"Jean-Luc Mélenchon peut espérer un score inespéré"

Le candidat du Front de gauche Jean-Luc Melenchon est pour le moment crédité de 7 à 9% des sondages pour la présidentielle.

REUTERS/Stephane Mahe

Sondages en hausse, meetings pleins à craquer... Le candidat du Parti de gauche est l'homme en forme de la gauche radicale, et rassemble des électeurs de tous bords. Mais sa marge de progression n'est pas illimitée, selon certains analystes. 

Près de 8000 sympathisants à Montpellier ce mercredi, déjà 6000 à Nantes mi-janvier, 4000 à Besançon quelques jours plus tard et jusqu'à 10 000 à Villeurbanne il y a quelques jours... Ses meetings font le plein à chaque fois. Jean-Luc Mélenchon est sans conteste l'homme à succès de la gauche de la gauche de cette présidentielle.

 

"Nous avons des problèmes de riches" avoue le candidat du Front de gauche (FG), qui a lancé un appel aux dons pour financer des salles plus grandes, celles prévues pour le recevoir ne pouvant pas accueillir tout le monde. 

 

Jean-Luc Mélenchon est aujourd'hui crédité de 7 à 9% des intentions de vote. Soit le total à lui seul de la gauche radicale en 2007, avec notamment Olivier Besancenot (4,1%), Marie-George Buffet (1,9%) ou Arlette Laguiller (1,3%). 

 

"Il y a vraiment une dynamique construite sur du solide" où "on gagne des électeurs", se félicite Marie-George Buffet (PCF), soutien de la première heure du candidat commun. Si la capacité du PCF à remplir les salles est connue, des gens nouveaux se pressent aujourd'hui aux portes.  

 

"En phase avec la mauvaise humeur d'une partie de l'électorat"

 

Mais à quoi peut bien tenir cette réussite? L'eurodéputé "fait le plein de la gauche non-socialiste qui veut aiguillonner" François Hollande et prend notamment 8% de l'électorat de Ségolène Royal de 2007, explique le sondeur Frédéric Dabi (Ifop). 

 

Il joue du registre populiste avec sa dénonciation des élites 

L'ex-sénateur PS qui "joue du registre populiste, avec sa dénonciation des élites", a "l'image d'un leader politique perpétuellement en colère, au style et au discours belliqueux. Il est en phase avec la mauvaise humeur d'une partie de l'électorat", estimait Pascal Perrineau (Cevipof) dans Le Parisien ce jeudi

 

"Son bon score est aussi lié à la disparition quasi-totale de l'extrême gauche" car "il a complètement occupé cet espace", poursuit Frédéric Dabi, même si on peut imaginer qu'avec la campagne officielle et l'égalité de temps de parole, Nathalie Arthaud (LO) et Philippe Poutou (NPA) "regrapillent" un peu (ils sont entre 0 et 1% aujourd'hui). 

"On est déjà sur un score à deux chiffres"

 

En 2002, la gauche de la gauche avait grimpé jusqu'à presque 14%, emmenée par la figure historique de LO (5,7%) et le facteur de Neuilly (4,2%), dépassant le PCF Robert Hue (3,4%). Mais "le contexte était différent, la gauche était au pouvoir", relativise Frédéric Dabi. Aujourd'hui, souligne le sondeur, Jean-Luc Mélenchon peut "espérer un score inespéré". Mais sa "progression possible peut être limitée car il y a un vrai mouvement pour sortir le président sortant et c'est François Hollande qui incarne le mieux l'alternance", pense-t-il. 

 

Au FG, plus optimiste que jamais, on juge au contraire que "tous les signes de terrain montrent qu'on est déjà sur un score à deux chiffres", selon Eric Coquerel. "L'enjeu, c'est les indécis, ceux qui s'abstiennent", argue ce conseiller du candidat, estimant que sur l'électorat de Marine Le Pen, le FG "ne grapille que marginalement" car c'est "un électorat qui vient de la droite". 

 

Pour Frédéric Dabi, la candidate du FN "l'emporte très nettement auprès des ouvriers" mais "Mélenchon qui fait ses meilleurs scores chez les professions intermédiaires et les cadres de la fonction publique, progresse". 

 

Fort de sa dynamique actuelle, le candidat a en tout cas donné rendez-vous à tous ses sympathisants place de la Bastille à Paris le 18 mars pour une démonstration de force. Il ne doit pas oublier que, s'il est sur une bonne tendance, il reste de la route.  

Avec
 

 

Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 09:23
Repost 0

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre