Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 19:15

Janvier 2012

le SNUipp-FSU lance une alerte sociale.

La répartition académique des 5 700 suppressions de postes d’enseignants dans le primaire qui sera à nouveau présentée, lors du CTM du 4 janvier prochain, sonne le début des opérations de carte scolaire.

 

Courant janvier, ces suppressions seront réparties département par département. Les Inspecteurs d’académie vont alors devoir faire connaître aux enseignants, aux parents et aux élus la nature des postes appelés à disparaître à la prochaine rentrée.

 

Rased, enseignants remplaçants, conseillers pédagogiques et intervenants en langues sont dans le collimateur. Dans les écoles qui attendent des élèves supplémentaires, les ouvertures de classes seront impossibles et la scolarisation des moins de trois ans va poursuivre sa mort lente. La mise en œuvre de cette politique laissera des élèves en difficultés sans aide spécialisée, des classes sans remplaçants, des classes encore plus chargées. Le recours à des contractuels, enseignants précaires, déjà utilisés dans quelques départements, pourrait être étendu.

 

Cette situation est dévastatrice pour les élèves et leurs enseignants. Puisque la loi prévoit l’alarme sociale(1) pour le premier degré, le SNUipp-FSU sonne l’alerte ! Dans tous les départements, il décide de déposer l’alarme sociale pour contraindre les Inspecteurs d’académie à ouvrir des discussions sur les mesures de carte scolaire. A cette occasion, le SNUipp-FSU demande à nouveau la suspension des suppressions de postes. Les sections départementales du SNUipp-FSU feront part aussi des besoins spécifiques de leur département pour que toutes les écoles aient les moyens de travailler à la réussite de tous les élèves. Le SNUipp-FSU rendra publiques les discussions département par département.

 

Le SNUipp-FSU va également proposer aux autres organisations syndicales et à l’ensemble des partenaires de l’école, de construire un mouvement unitaire (grève, manifestation nationale...), dès le début 2012, pour une autre politique budgétaire pour l’école.

 

Communiqué du SNUipp-FSU

Paris, le 2 janvier 2012

 

( 1 ) L’article 3 de la loi n° 2008 - 790 du 20 août 2008 sur le droit d’accueil pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires pendant le temps scolaire prévoit la mise en place d’une alarme sociale préalable à tout conflit social pour les personnels enseignants du premier degré. Afin de prévenir les conflits, un préavis de grève concernant les enseignants du premier degré ne peut désormais être déposé par une ou plusieurs organisations syndicales qu’à l’issue d’une négociation préalable dont l’organisation incombe à l’État.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans EDUCATION-FORMATION
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 19:09

Janvier 2012

la droite prise en flagrant délit de xénophobie (groupe PCF/PG au Conseil de Paris)

La Maire du 17ème arrondissement a annoncé avoir demandé l'interdiction de la mendicité avenues de Wagram et des Ternes. Cette manœuvre politique, à quelques mois des échéances présidentielles et législatives, est proprement scandaleuse. Alors que la crise frappe comme jamais, que les associations caritatives tirent la sonnette d'alarme, la droite parisienne fait la guerre aux pauvres au lieu de faire la guerre à la pauvreté.

 

Cette demande est d'autant plus révoltante que Brigitte Kuster n'hésite pas à stigmatiser les populations Roms qu'elle accuse de « mendicité agressive ».


Une fois de plus, l'UMP parisienne est prise en flagrant délit de xénophobie, prête à braconner sur les terres du Front national pour faire son beurre électoral. Les électeurs sont heureusement plus intelligents qu'elle ne l'imagine et ils la sanctionneront comme elle le mérite au printemps prochain.

 

Communiqué de Ian Brossat


Président du Groupe Communiste et élus du Parti de Gauche
au Conseil de Paris
Elu du 18ème arrondissement de Paris

 

Le 4 décembre 2012

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOCIETE
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 12:03

2012

La CFDT "n'est pas favorable à la TVA sociale", mais se dit "ouverte" à l'idée du transfert de "certaines charges sociales sur la CSG", a affirmé mardi à l'AFP Marcel Grignard, numéro deux de la centrale.

 

"On n'est pas favorable à la TVA sociale mais on est ouvert à l'idée de transférer certaines charges sociales sur la CSG", car "la CSG permet d'élargir l'assiette de la contribution" notamment aux "revenus financiers", a souligné M. Grignard. Un tel transfert pourrait "permettre d'améliorer le financement des protections sociales en faisant participer d'autres revenus que ceux du travail", selon lui.

 

En revanche, "le transfert entre charges sociales et la TVA va pénaliser les salariés les plus modestes, parce que la consommation des gens, et donc le poids de la TVA selon les revenus, n'est pas uniforme. Nous n'avons pas de désaccord sur le fait de poser le débat, mais un désaccord sur la solution."

 

"Le calendrier de la mesure pose un problème majeur. Penser une TVA sociale à un moment où la France connaît une phase de basse d'activité, voire de récession, c'est prendre un risque supplémentaire d'accroître la récession", souligne le dirigeant syndical. Quant à des gains de compétitivité vis-à-vis des pays émergents, "ce n'est pas quelques pour cent qui vont changer grand-chose", alors que "les salaires sont dans un rapport de un à dix" entre ces pays et la France, a-t-il argué.

Selon lui, "le président de la République et le gouvernement veulent aller très vite sur le sujet" or "depuis cinq ans il n'a jamais été traité sérieusement avec les partenaires sociaux" et "le Haut conseil de la protection sociale n'est même pas saisi".

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOCIETE
commenter cet article
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 10:48

Rapport à l’argent : en France, les élus communistes sont les plus vertueux

31 décembre 2011 Manuel MARCHAL


Au PCF, le versement des indemnités des élus à leur parti représente plus de quatre fois le financement public annuel, et près de la moitié des recettes.

 

L’UMP se situe à l’opposé, avec une aide publique 15 fois supérieure au versement des indemnités. Et à La Réunion ?

 

"Le Monde" d’hier publie les résultats de l’analyse des données relatives au financement des principaux partis politiques en France. Cela permet d’avoir un aperçu sur le rapport à l’argent des élus.


Selon les chiffres de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, c’est le PS qui a obtenu le plus de recettes en 2010, avec 55 millions d’euros, devant l’UMP et le PCF.


À noter que pour l’UMP, le financement public apporte 66,7% des recettes. Chez les communistes français, la contribution des élus s’élève à 49,6% des recettes, soit plus de quatre fois le financement public, alors qu’à l’UMP elle ne représente que 3,5% des recettes.


À la lecture de ses chiffres officiels, il existe bien deux types de parti : ceux où les élus contribuent au financement par le versement des indemnités, et ceux où les élus ne versent pas.


D’après les comptes 2010 de la CNCCFP, en France l’UMP est dans la catégorie des partis où les élus ne versent pas l’indemnité, tandis que les élus les plus vertueux sont les communistes.


Pour sa part, le PS se situe en dessous du PCF sur ce point, car malgré un nombre plus important d’élus, ces derniers ne versent pas autant que les communistes.


Voilà qui éclaire sur le rapport à l’argent des élus en France. Et à La Réunion quel est-il ? La différence est-elle une question d’appartenance à un parti ou de sentiment d’appartenance à une classe sociale ?

 

Principales recettes des partis politiques

 

Voici en valeur absolue le détail du financement de quelques partis politiques en France.

 

 

 

Parti Recette totale Versement des élus Financement public Dons de personnes physiques

Cotisation

 

PS 55 millions 15,1 millions 23,2 millions 880.000 9,35 millions
Parti communiste 32 millions 15,9 millions 3,8 millions 5 millions 3 millions
UMP 50 millions 1,75 million 33,35 millions 7 millions 5,5 millions
Europe écologie 8,8 millions 2 millions 1,8 million 440.000 1 million
Repost 0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 10:07

Entre 2004 et 2010, l'INSEE constate que les inégalités patrimoniales se sont cruesées.

Les 10% les mieux dotés sont 35 fois plus élevés que les 50% les moin sdotés.

Ce rapport était de 32 en 2004.

Aujourd'hui, les 10% les plus riches s'accaparent 48% du patrimoine totale des ménages, tandis es 10% les moins riches n'en possèdent que 0,1%.

Parmi les plus aisés, une ultra-minorité d'utra-riche fait la différence: 1% de ces ménages possèdent 17% du patrimoine total.

 

Chacun des ménages appartenant au club du 1% les plus riches, possède au moins 1,88 millions d'euros de patrimoine brut.

A l'autre extrémité, les 10% d'ouvriers les moins bien lotis ne possèdent que...800 € en moyenne!

 

En terme de patrimoine net, (déduction faite des emprunts non encore remboursés) 10% des  employés ont moins de 300 €, 10% des ouvriers non qualifiés moins de 100 €.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOCIETE
commenter cet article
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 09:55

Société

Jack Ralite devant le Sénat contre la réforme des collectivités territoriales en 2010 Photo : Romani, photothèque du mouvement social

Société - le 1 Janvier 2012

Légion d'honneur : Jack Ralite et Bernard Lubat dans la promotion du nouvel an

L'académicienne Hélène Carrère d'Encausse, le premier vainqueur de l'Anapurna Maurice Herzog, l'ancien ministre communiste Jack Ralite ou le fondateur du festival Uzeste Musical, le jazzman Bernard Lubat et plus de 800 autres personnes figurent dans la promotion du Nouvel An de l'Ordre national de la Légion d'honneur parue dimanche au Journal officiel.


L'historienne de la Russie Hélène Carrère d'Encausse, 82 ans, et l'alpiniste et ancien ministre Maurice Herzog, 92 ans, sont les deux seules personnalités élevées à la dignité de grand'croix. La secrétaire perpétuelle de l'Académie française est la dixième femme grand'croix, honneur qu'elle partage notamment avec les anciennes résistantes Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Germaine Tillion, ou encore l'helléniste Jacqueline de Romilly et l'égyptologue Christiane Desroches-Noblecourt.

 

François Pinault, PDG du groupe Pinault-Printemps-La Redoute, est élevé à la dignité de grand officier, ainsi que Yves Pouliquen, président de la banque française des yeux, et Bernard Esambert, président de la Fondation Française pour la recherche sur l'épilepsie et de la Fédération pour la recherche sur le cerveau.

 

Sont promus commandeurs le PDG d'Aéroports de Paris Pierre Graff, l'ancien président d'EDF François Roussely, le producteur de cinéma Alain Terzian, l'ancien premier président de la cour d'appel de Paris Jean-Claude Magendie, l'ancien ministre Robert Poujade ou encore l'ancienne vice-présidente de la Ligue des droits de l'homme Joëlle Kauffman.

 

Sont promus officiers le prix Nobel de médecine et de physiologie Jules Hoffmann, le climatologue Jean-Jouzel, vice-président du GIEC et président du Haut conseil de la science et de la technologie, Mgr André Vingt-Trois, cardinal-archevêque de Paris et président de la conférence des évêques de France, le rabbin Daniel Farhi.

Le président de la CGPME Jean-François Roubaud, l'ancien pilote et directeur du Musée de l'air et de l'espace Gérard Feldzer, l'actrice Anny Duperey, l'ancien PDG de France Télévision Patrick de Carolis, le président du Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire Jean Revol, le neurophysiologiste Alain Berthoz, professeur au Collègue de France, sont également promus officiers.

 

Sont nommés chevaliers l'actrice Salma Hayek, épouse à la ville du fils de François Pinault, les comédiennes Marthe Keller et Dominique Blanc, le dessinateur Edmond Kiraz, l'historienne Claude Mossé, le grand chef cuisinier Hélène Darroze, ou encore Marie-Odile Amaury, présidente du groupe de presse du même nom et l'homme de télévision Takis Candilis. Sont également distingués la championne du monde de judo Lucie Decosse, le journaliste Georges Pernoud, le jazzman Bernard Lubat, fondateur du festival Uzeste Musical en Gironde, ou encore le pensionnaire de la Comédie Française Bakary Sangaré. Parmi les autres chevaliers à l'honneur, on trouve les anciens ministres Roger Romani et Jack Ralite (sénateur PCF), Amaury de Hauteclocque, commandant la Force d'intervention de la police nationale et le RAID, et les historiens Jean-François Sirinelli et Michel Winock.

 

 

La promotion du 1er janvier est une des trois promotions annuelles à titre civil avec celles de Pâques et du 14 juillet. Au total 3.500 personnes sont décorées chaque année, dont environ 2.200 civils et 1.300 militaires (d'active, de réserve et anciens combattants). La Légion d'honneur compte 93.000 membres, un chiffre stable depuis une dizaine d'années, selon la Grande Chancellerie. Les légionnaires peuvent accéder à un grade supérieur s'ils ont fait preuve de "nouveaux mérites" et après une durée minimale: huit ans pour passer de chevalier à officier, cinq ans pour le grade de commandeur, trois ans pour être élevé à la dignité de grand officier et à nouveau trois ans pour celle de grand'croix.

 

 

Repost 0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 09:48
Repost 0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 19:14

13 338 emplois de policiers et gendarmes ont disparu depuis 2007

Comme son prédécesseur, Claude Guéant va taire le nombre des voitures qui seront incendiées dans la nuit prochaine.

Mais même les chiffres qu’il va publier traduiront le fait que le gouvernement ne cherche plus à rétablir l’ordre mais simplement à contenir les désordres.

Si cette année, la mobilisation des unités de forces mobiles est légèrement inférieure à celle de l’an passé, ce sont encore pas moins de 66,5 compagnies républicaines de sécurité et d’escadrons de gendarmerie mobile qui seront déployés (contre 68,5 en 2010).

Cette démonstration de force est pourtant éphémère puisqu’en 2012, le gouvernement va supprimer 3 148 emplois  (1 682 pour la police, 1 466 pour la gendarmerie) allant ainsi à l’encontre de l’intérêt général.

Sur le quinquennat 13 338 emplois (ETPT) de policiers et de gendarmes auront disparus dont 7 876 pour la seule police et 5 512 pour la gendarmerie. Ainsi au 31 décembre 2011, le nombre de policiers et de gendarmes est inférieur aujourd’hui de 2 844 ETPT à celui enregistré en 2002.

Jean Jacques Urvoas, Secrétaire national à la sécurité au Parti socialiste

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOCIETE
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 19:10

 

 

Repost 0
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 10:25
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DOCUMENTS
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre