Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 20:40

Il y a les postures et la réalité, triste parfois. Les écologistes dont certains s'opposent en paroles à la politique gouvernementale, se comportent comme les frondeurs socialistes : des paroles; "attention je vais faire un malheur" semblent-ils promettre puis pchit!! La terre redevient ronde.

Les grands donneurs de leçons que sont les écolo français (EELV) se montrent une fois de plus très docile vis à vis du pouvoir (auquel ils ont participé pendant deux ans). EELV (et sa scission de droite UDE) se montre fidèle au gouvernement, le Groupe écologiste, part 9 voix POUR et 8 ABSTENTIONS, vote en faveur du budget 2016

Pour: 9
Éric Alauzet, Brigitte Allain, Denis Baupin, Christophe Cavard (ex-EELV), François-Michel Lambert, Véronique Massonneau (ex-EELV), Paul Molac, Barbara Pompili (ex-EELV), François de Rugy (ex-EELV)
Abstention: 8
Laurence Abeille, Danielle Auroi, Michèle Bonneton, Sergio Coronado, Cécile Duflot, Noël Mamère (ex-EELV), Jean-Louis Roumégas, Eva Sas
Contre: 1
Isabelle Attard, (ex-EELV)

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 20:22
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DETENDEZ-VOUS EN MUSIQUE
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 13:51

Après avoir participé à plusieurs réunions du front de gauche élargi et du PCF sur les élections régionales, y avoir donné mon avis et émis des propositions, rendez-vous a été donné pour quelques jours plus tard. Les jours passent sans que nous soyons à nouveau réunis.

Puis nous apprenons par la presse que les choses sont décidées, à notre grande surprise, sans que en soyons informés, ni consultés.

Ce n'est sûrement pas, d'ignorer les communistes, la bonne façon de diriger et de choisir. Ceux-ci, méprisés, se sentiront étrangers aux décisions prises. Ni la conviction, ni la démocratie ne sont au rendez-vous. Avec l'écoeurement en corollaire, et le retrait comme conséquence. Je ne me sens nullement engagé par des choix surprenants auxquels nous n'avons pas été associés, ni même informés. La conclusion s'impose ,: les militants ne comptent pour rien au parti communiste et au front de gauche. Ce n'est pas seulement de l'amertume, mais une grande déception. Trop, c'est trop. Je ne puis poursuivre ce simulâcre de démocratie participative. Je m'éloigne avec regret mais avec détermination. Je pars en vacances, que grand bien me fasse.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 06:07

Le massacre oublié des communistes indonésiens

ROSA MOUSSAOUI

VENDREDI, 10 AOÛT, 2012

L'HUMANITÉ

Le massacre oublié des communistes indonésiens

Une commission nationale des droits de l’homme a présenté, fin juillet, à Djakarta, un rapport qualifiant de « crimes contre l’humanité » la sanglante répression anticommuniste de 1965.

Pour la première fois, en Indonésie, un pas a été franchi vers la reconnaissance officielle des massacres anticommunistes de 1965-1966, qui coûtèrent la vie à un million d’hommes et de femmes, probablement davantage, membres et sympathisants réels ou supposés du Parti communiste indonésien (PKI). Une commission nationale des droits de l’homme a présenté, fin juillet, un rapport évoquant, à propos de cette sombre séquence historique, des « violations flagrantes des droits humains » et des « crimes contre l’humanité ». Le document revient longuement sur ces crimes de masse, supervisés par le « commandement pour la restauration de la sécurité et de l’ordre » du général Suharto. Avant d’exhumer d’autres aspects de la répression : esclavage, disparitions forcées, déportations dans des camps de concentration, torture, viols, prostitution forcée.

Force politique de premier plan dans l’archipel avant cette mise à mort, le PKI comptait 3,5 millions de membres et une quinzaine de millions de sympathisants. Alliés au nationaliste Sukarno, les communistes devinrent la cible d’un déchaînement de violence inouïe lorsqu’en septembre 1965 des généraux réputés proches du PKI furent accusés d’avoir ­fomenté une tentative de putsch. Suharto, appuyé par les États-Unis, prit alors la tête de cette sanglante répression, en mobilisant le camp réactionnaire et la droite religieuse. En 1966, Suharto écartait Sukarno du pouvoir, mettant un terme définitif à l’expérience politique originale initiée par cette figure du tiers-mondisme et des non-alignés. Le pays sombra alors dans une longue nuit, jusqu’à la chute du dictateur, chassé par la rue en 1998, avant de mourir de sa belle mort en 2008, sans répondre de ses crimes. Pour les rescapés des massacres de 1965 comme pour les familles des victimes, la mise au ban et les discriminations se ­perpétuent, jusqu’à nos jours. « Comme ex-détenus politiques, il nous est difficile d’obtenir un crédit bancaire, une aide au logement. Les emplois de fonctionnaires nous sont interdits (…), nous ne pouvons pas enseigner, ni être médecin », témoigne Bedjo Untung, survivant d’un camp de concentration, interrogé par la chaîne anglophone Channel News Asia. Nur Kholis, le ­président de la commission ­nationale des droits de l’homme, a enjoint le gouvernement indonésien à présenter aux victimes des excuses officielles, assorties de réparations. Mais dans un pays où la culture de l’impunité et l’amnésie collective ­prévalent encore, les défenseurs des droits de l’homme doutent des suites qui seront données à ces recommandations. ­Certains survivants, eux, ­n’excluent pas de recourir à la justice internationale.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans hommage - souvenir
commenter cet article
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 12:24

À l’instant ·

Les officines de propagande (radios et télés publiues et privées) gouvernementales et du libéralisme sont à l'oeuvre pour nous faire accepter tous les reculs sociaux, et combattre toutes véllités à promouvoir les valeurs humaines et de progrès, l'intérêt général.
`Ce matin ,ils saluent l'accord de principe que le MEDEF a obtenu de trois centrales syndicales (mais peut-on encore les appeler comme cela) qui ont abdiquer leur rôle et collaborer au recul sociétal que constitue, de fait, un allongement d ela vie au tyravail et un recul de l'âge ouvrant droit à la retraite. Collaborer, à la façon, dont le gouvernemnt de Vichy et les milices, collaboraient jadis avec les nazis, activement. C'est une honte pour ceux de ces syndiqués qui ont cru qu eles syndicats devaient défendre les travailleurs. Parmi elle, la CFDT a la palme, si je puis dire. Autant que je me souvienne, à de rares exceptions près, elle a toujours oeuvré pour des compromis en recul. Petit à petit elle est devenu le petit télégraphiste du MEDEF, que Valls s'empresse de valider.
Décidement, la lutte, de classe, est à l'ordre du jour, plus que jamais. Nous sommes entré dans une nouvelle ère de la lutte dont l'issue n'est pas encore écrite. Il est de notre intérêt et de notre devoir de tout faire pour que "demain nos matins chanterons"

Repost 0
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 07:37

On l'a vu, Monsieur Cambadélis, coopté récemment, à la tête du parti Socialiste, ne peut (ne veut) empêcher gouvernement de poursuivre une politique plus proche de celle de la droite que des engagements du Bourget. Pour tenter d'éviter une calamité aux élections régionales (le PS détient et dirige 22 région sur 23) tente un pare-feu des responsabilités d'une défaite annoncée. En effet, chacun sait que c'est la politique gouvernementale qui suscite l'opposition populaire et celle des partis composant le front de gauche et des mouvements écologiques de gauche et alternatifs. Ce contre-feu allumé pour détourner, sur ces derniers, la responsabilité de la défaite.

Mais ce matin vendredi 16 octobre, au marché de Thouars (ville PS 10 000 habitants) vers 11 H 45, deux militants socialistes rangeaient table et bulletins de vote. Ils avouent 41 votants et s'en estiment satisfaits. Visiblement, plusieurs personnes sont venus leur dire des choses peu agréables à entendre. Mais qu'importe, mission accomplie.

La campagne électorale peine à démarrer dans notre département des Deux-Sèvres, notamment dans le Nord.

Ni la droite locale, ni le PS, ni le Front de Gauche, ni le Parti communiste ne se manifeste, pour l'instant.

Dans la nouvelle grande région, dénommée Aquitaine-Poitou-Charente-Limousin, 12 département et près de 6 millions de personnes, longue de 500 km du nord au Sud, la bataille devrait être rude. Pour garder la région à gauche, et pour lui insufflée une politique tournée vers la satisfaction des besoins économiques, sociaux, écologiques et écologiques de cette nouvelle région, il n'est d'autre solution, que de hisser la liste du Front de gauche, des écologistes, des citoyens, des démocrates, à un niveau tel, que la liste conduite par Olivier Dartigolles devienne incontournable pour le deuxième tour.

Nous avons l'ambition de nos désirs, il nous faut maintenant en dégager les moyens.

Et ça, c'est pas gagner dans les Deux-Sèvres.

.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 15:55
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DOCUMENTS hommage - souvenir
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 05:42

Eu égard à l'expérience, le vote pour le PS est devenu un vote inutile.

En effet, les électeurs socialistes au premier, puis les électeurs du front de gauche au deuxième,tour, ont utilisé ce bulletin pour "changer maintenant"

Force est de constater, que non seulement le changement attendu de François Hollande et de ses gouvernements n'a pas eu lieu, mais que la poursuite de la politique de ses prédécesseurs a encore aggravé la vie des masses populaires dans tous les domaines.

Le retour de la droite, flanquée de son extrême ne résoudrait pas nos problèmes de chômage, de pouvoir d'achat, de démocratie et de citoyenneté, bien au contraire.

En revanche, les insatisfactions et les colères qui se lèvent, peuvent trouver leur débouché heureux, dans le rassemblement des forces vives et démocratiques de progrès qui se construit sous nos yeux. La dynamique en marche peut bousculer la donne ancienne et ouvrir un avenir heureux que l'on croyait impossible.

L'heure est à la concrétisation, sur tout le territoire national, des listes de rassemblement progressiste, démocratique, écologiste, pour offrir aux régions et au pays l'opportunité et la chance de changer la vie.

Le vote utile, c'est celui-là !

Repost 0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 21:14
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ELECTIONS
commenter cet article
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 09:33

Deux-Sèvres

Le PCF écrit à Jean Grellier : " Un Ani qui nous veut du mal "

Nouvelle République 26/03/2013 05:25

Dans une lettre ouverte à Jean Grellier, député PS de la 3e circonscription, Bruno Fornaciari et Ernest Levindré, ex-candidats PCF-Front de gauche aux cantonales à Saint-Varent et à Thouars 1, évoquent le débat à venir à l'assemblée nationale sur l'accord national interprofessionnel (Ani) conclu avec certains syndicats et le Medef.

« Cet accord minoritaire porte en lui de profondes régressions, c'est un Ani qui nous veut du mal. Ce projet de loi est une attaque directe contre le CDI qui devrait être la règle des embauches. Au contraire, il rend plus facile pour le patronat la rupture et le licenciement. Les parlementaires de gauche et vous personnellement ne devez pas entériner la loi du Medef. »
« Nous ne vous avons pas élus pour cela. Nous demandons, et avec nous les électeurs du Front de gauche qui ont voté pour vous, ainsi qu'aux parlementaires de gauche, de ne pas voter avec la droite ce projet de loi. Nous vous demandons de voter la loi d'interdiction des licenciements boursiers déposée par les parlementaires du Front de gauche. »

​La nouvelle république

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79 PCF THOUARSAIS
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre