Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 07:37

 

le 4 octobre 2011

 

Lettre aux camarades du Thouarsais et des Deux-Sèvres

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 

Article du Courrier de l'Ouest Dimanche 2 octobre 2011


Dans la rubrique On en parle, le journal titre : PCF: Jeanine Zeekaff revient aux affaires.


"La section du Thouarsais du Parti communiste vient de se réorganise. Jeanine Zeekaff reprend le flambeau. L'ancienne conseillère régionale avait pris un peu de recul depuis quelques années, mais ne s'était pas complétement mise en retrait. Son prédécesseur au poste de sécrétaire, Bruno Fornaciari, n'était plus en odeur de sainteté et a donné sa démission avant l'été. Le PCF local souhaite désormais tourner la page.

La section du thouarsais intègre les adhérents de Thouars et d'Airvault.

L'objectif sera de remettre le PCF local en ordre de bataille dans la perspective des prochaines échéances électorales, au sein du front de Gauche. Première indication en prévision des législatives, à l'issue de négociations menées au niveau départemental :"le candidat de la circonscription Bressuire-Thouars sera issu du PCF. Et s'agira d'un homme". Son identité doit encore faire l'objet de discussions avec les autres partenaires politiques."

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

Je viens de prendre connaissance de  cette « info » ? par la presse qui appelle de ma part plusieurs observations.

 

Tout d’abord, les communistes du Thouarsais ne semblent pas,  avoir été informés, ni  consultés, ni réunis.

 

En tout cas, en ce qui me concerne, je ne suis ni informé, ni invité par qui que ce soit à une quelconque réunion. Sans doute considère-t-on quelque part que nous sommes trop de communistes à Thouars et qu’il convient d’en faire le tri ?  D’ailleurs la camarade qui avait pris l’heureuse initiative de réunir les communistes il y a 1 mois ou 2, a omis soigneusement de m’inviter, ainsi que d’autres camarades d’ailleurs. Et il est regrettable qu’à l’étonnement de certains qui l’interrogeaient sur les raisons de mon absence étonnante à cette réunion, il leur soit répondu par un mensonge selon lequel j’aurais rendu ma carte du Parti. Cela est faux bien sûr.

 

Et je n’ai pas eu connaissance depuis, ni été personnellement  invité non plus à une éventuelle réunion qui se serait tenu avec l’ordre du jour de la réorganisation du Parti dans le Nord Deux Sèvres, en liaison avec nos responsabilités pour les prochaines échéances électorales. Il paraîtrait encore, selon l’article du « Courrier de l’Ouest » , que je « ne serais plus  en odeur de sainteté » (Ah bon ?)   Et c’est la raison pour laquelle Jeannine Zeekaff, tel Zorro, reprendrait le flambeau d’une section laissée en jachère, puisqu’il s’agirait de « tourner la page » et remettre le PCF local en ordre de bataille (sic) pour les échéances électorales. On pourrait s’étonner du constat et des objectifs proclamés venant de quelqu’un qui a fait preuve d’une absence remarquée, depuis longtemps déjà, à la participation de  toutes les activités de la section (et ce, malgré qu’elle soit élue membre du bureau de la section),  et notamment lors de la bataille pour les retraites et de la campagne des  élections cantonales.

 

Il serait souhaitable que  la fédération du Parti soit informée de ces méthodes autoritaires et d’exclusion et qu’elle ne les valide pas. Quant  à la« réorganisation de la section » qui confirme l’organisation actuelle de la section de Thouars/Airvault ( contre laquelle s’est prononcé J Zeekaff en son temps),  on voit maintenant qu’elle en prit le prétexte pour « scissionner » la section afin de demeurer « la chef ». Ces méthodes doivent être bannies de la pratique communiste qui s’appuie sur la discussion, la conviction, la démocratie et la responsabilité personnelle et collective.

 

Car si nous voulons ouvrir grandes les portes du parti Communiste à ceux qui nous regardent avec sympathie ou curiosité, qui réfléchissent à un engagement politique utile et efficace pour le changement, nous ne pouvons leur présenter le visage hideux d’un autoritarisme imbécile. Le Parti communiste appartient aux communistes, qui ont d’abord des droits. Il faut les respecter, tout comme  les statuts du Parti. Nous voulons une société et un Parti démocratiques. A ce sujet, je me permets de citer un passage du livre de Pierre Laurent « Le nouveau PARI communiste »  page 70:

 

…« Cet enjeu démocratique ne se limite pas aux questions de la liberté publique. Elle concerne la construction partagée de tous les choix de société, la démocratie sociale, économique, les liens qui unissent l’activité humaine au devenir de la planète, le partage des sciences et des technologies.

L’incapacité à affronter comme des moteurs de progrès les contradictions du développement de la société, la myopie devant les enjeux de civilisation aussi essentiels que le féminisme, l’écologie, la révolution informationnelle ont fortement contribué à l’échec de ces systèmes.

Or comment affronter avec succès tous ces défis sans chercher en permanence à développer l’intervention autonome, librement consentie, volontairement solidaire du maximum de celle et de ceux qui composent la société ? Révolutionner une société, ce n’est pas réciter un bréviaire, fût-il révolutionnaire, et demander au peuple de suivre le chemin tout tracé, c’est de mettre en permanence en mouvement une société multiple et diverse, autour d’objectifs de transformation sans cesse débattus, majoritairement partagés. C’est donc admettre que les chemins empreintés ne soient pas une ligne droite, sans fracture ni revers »…

 

Et pour que notre Parti soit à la hauteur de ces s exigences Pierre Laurent poursuit (page 107) :… « Le chantier des transformations à l’œuvre est multiple. Trois me paraissent essentiels : l’approfondissement de la démocratie militante, la réinvention de notre projet pour penser vraiment notre communisme du XXIe siècle, la transformation de nos pratiques politiques pour les tourner en toutes circonstances vers la mise en mouvement de l’intervention populaire. »…

 

 

Chacun connaît mes désaccords avec certaines analyses, orientations et pratiques de la fédération. Mais chacun aussi sait  reconnaître que depuis que j’anime la section, l’activité et les nombreuses  initiatives réussies, la présence et  la notoriété du Parti, son renforcement et sa mobilisation, la diffusion de ses idées, les résultats électoraux, la démocratie ont progressé à Thouars, malgré certains et grâce aux camarades du Parti qui se sont impliqués dans son activité militante.

 

Nous apprenons aussi, que, sans que les communistes thouarsais soient consultés, à ma connaissance, la candidature communiste serait déjà connue et qu’apparemment les choses seraient décidées. Bien sûr, nous savions que le candidat de la circonscription serait issu du PCF, car cela était acté dans les accords nationaux et n’est pas contesté. Mais selon les propos de l’interviewée, « il s’agira d’un homme » et  son identité  « doit encore  faire l’objet de discussions avec les autres partenaires ». Mais qui donc a décidé de la candidature ? Sur quels critères et à partir de quels objectifs électoraux et politiques dans le Nord Deux-Sèvres, qui a fait la proposition ? a-t-elle été débattue , a-t-on fait appel aux candidatures dans les sections concernées  etc. et enfin, de qui s’agit-il ? Mystère !

 

Il est préjudiciable que  les communistes thouarsais soient tenus dans l’ignorance (une fois de plus) de la discussion sur le choix des candidatures possibles ou souhaitables, (ils pourraient en effet être amenés à faire eux-mêmes des propositions qu’il conviendrait évidemment d’examiner, où même qu’il en surgisse à titre personnel). Car de leur participation et de leur accord sur les décisions dépend en grande partie leur mobilisation. Il serait malsain et destructeur de reproduire la situation des régionales . Et, c’est la cerise sur le gâteau  l’article nous indique de surcroît que ce ne sont pas les communistes  qui décideront finalement de leur candidat(e), mais les autres partenaires. Ainsi le ou la candidate communiste devra recevoir l’accord des autres formations du Front de Gauche au cours de discussions.

 

Jusqu’alors, nous nous interdisions nous-mêmes de choisir les candidats des autres formations que nous soutenions, à juste titre, (il s’agit de leur propre responsabilité de désigner leur candidat). Mais désormais, nous abandonnons (erions) notre autonomie et notre responsabilité de décision qui seraient déléguées. Il faut dire que pour les cantonales la direction fédérale avait déjà balisé le terrain en minant les candidatures de Bruno FORNACIARI à St Varent, et de Ernest Levindre en participant à la confusion sur les candidatures communistes représentant le Front de gauche, contre lesquels Christine Antoine du PG et JP GAY de la FASE s’étaient prononcés et pour ce dernier et la FASE, avec une virulence  militante.

 

Je rappelle enfin que  c’est pour partie, en raison d’une opération chirurgicale (reportée en raison des élections) qui  m’a immobilisé plusieurs mois, (du 30 mars au 15 juin) que je avais démissionné de mes responsabilités de secrétaire de la section de Thouars après les cantonales le 23 mars au soir , et proposé immédiatement que les camarades se réunissent rapidement pour procéder au renouvellement démocratique (élection) du bureau et du (la) secrétaire. Malheureusement il n’en fut rien. Et le Parti à Thouars est aphone et inactif depuis 6 mois déjà.

 

Pour l’heure, je réclame une réunion de tous les communistes de la circonscription, et seulement eux, avant toute démarche où engagement de campagne avec leurs partenaires, pour faire le point et examiner les différentes options qui se présentent. C’est la moindre des choses que les communistes puissent disposer de toutes les informations, qu’ils fassent connaître leurs analyses, et leurs propositions.

 

Dans ces circonstances, la direction fédérale doit prendre ses responsabilités pour que les communistes thouarsais aient à décider eux aussi de l’activité de leur Parti et  des objectifs qu’ils se fixent dans le Thouarsais , ainsi que de leur implication personnelle pour les réaliser. La direction fédérale doit prendre l’initiative pour recréer les conditions de la poursuite du militantisme à la section de Thouars/Airvault.

 

Fraternellement

 

Bruno FORNACIARI

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

OFFRE DE RECONCILIATION...MILITANTE

 

Objet : INVITATION A UNE REUNION DES COMMUNISTES THOUARSAIS

 

 

Chère et cher camarade,

 

La dispersion actuelle des communistes du Thouarsais est, de l’avis de tous, préjudiciable à l’efficacité de notre activité militante et à l’accomplissement des tâches qui nous attendent, notamment dans le cadre des prochaines échéances électorales Présidentielles et Législatives.

C’est la raison pour laquelle, avec l’objectif de dépasser les contradictions et les différends entre nous, nous prenons l’initiative d’une réunion de tous les communistes du Thouarsais le  mercredi 19 octobre à 20 h 30 salle Denfert Rochereau.

 

L’ ordre du  jour comporterait l’examen des questions auxquelles nous sommes confrontés.

 

1)      Aborder la structuration du Parti en liaison avec les échéances électorales et la définition des responsabilités et du rôle de l’organisme de direction, renforcer la démocratie interne.

2)      Faire émerger des propositions de camarades susceptibles d’assumer ces responsabilités et de rassembler les communistes.

3)      Préparer l’organisation de l’élection démocratique de la ou du secrétaire, ainsi que du renouvellement du bureau de section du Thouarsais.

4)      Elaboration d’un plan de travail pour les Présidentielle/législatives.

5)      Susciter et débattre des différentes candidatures du PCF/Front de Gauche sur la circonscriptions en relation avec nos objectifs politiques et électoraux.

 

Nous regrettons tous que nous ne soyons pas parvenus dernièrement à estomper nos différends et à vivre avec nos désaccords. Car la démocratie mode d’existence du PCF, et la responsabilité personnelle et collective des communistes,  suppose, pour nos analyses politiques comme pour le choix de nos responsables, le débat, duquel peut résulter des désaccords qui persistent. D’ailleurs dans ce cas, c’est souvent l’expérience qui tranche.

 

Pour faire vivre la démocratie et les débats contradictoires qu’elle implique, nous sommes persuadés que, comme nous, tu souhaites conjuguer au passé nos disputes et repartir d’un bon pied.

 

C’est le souhait que nous formulons avec cette invitation et nous espérons  que ton attachement à faire vivre notre section et ton intérêt pour participer à son activité et au combat conscient et unitaire qu’elle déploie, nous permettra d’avoir  le plaisir et l’avantage de te compter parmi les participants ce soir- là, le mercredi 19 octobre.

 

Bien fraternellement

 

Ernest LEVINDRE     de THOUARS

Bruno FORNACIARI de SAINT-VARENT

Joël GRELLIER           de AIRVAULT

 

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 18:59

Politique - le 6 Octobre 2011

Les groupes PS et UMP du Sénat avaient conclu un accord après le changement de majorité, pour que la commission des Finances soit présidée par un sénateur UMP.

 

C’est chose faite, Philippe Marini vient d’être élu.


Accord oblige, Marini a obtenu 20 voix, contre  l'ancien président centriste de la commission, Jean Arthuis qui a obtenu 5 voix.

 

Le sénateur UMP était précédemment rapporteur de cette commission. Il est remplacé dans ce rôle par la sénatrice PS de Seine-et-Marne Nicole Bricq, aussi largement été élue par 27 voix et 4 bulletins blancs.


L'UMP revendiquait cette présidence au nom d'un parallélisme avec l'Assemblée nationale où la majorité UMP a laissé la présidence de la commission des Finances au socialiste Jérôme Cahuzac.

 

Les présidents des cinq autres commissions permanentes, postes parmi les plus importants de la haute assemblée, devaient être élus aujourd’hui également.

 

Les électeurs sont les membres du bureau du sénat, dont la composition a été dévoilée hier.

 

Le groupe CRC (communiste) du Sénat qualifie l'élection de Philippe Marini "d'erreur grave" : "Ce premier faux pas est une erreur grave, au regard du débat budgétaire qui va intervenir durant les trois prochains mois. Comment vouloir afficher une opposition claire, compréhensible par tous à l'austérité proposée par MM. Sarkozy et Fillon en commençant par céder la présidence de la commission des Finances à l'UMP, Philippe Marini, chantre du libéralisme depuis de nombreuses années au Sénat?"

 

"Accorder à l'UMP cette présidence importante au Sénat n'a aucun sens politique", "d'autant plus que M. Marini vient de déclarer qu'il la mettrait au service du groupe UMP", concluent-ils.

 

Lire aussi
Après le plateau, la Gauche unie vise le perchoir, et le palais

Nicole Borvo Cohen-Seat « Un échec massue pour le président de la République »
La parité au groupe communiste républicain et citoyen, pas au Sénat (groupe CRC)

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 18:31

Le nouveau Président socialiste du Sénat avec le Parti Socialiste n'ont pas tardé à donner des signes, et pas des moindres, à la droite en lui confiant la Présidence de la commission du sénat, laquelle jouera un rôle déterminant dans les discussions sur le budget 2012 et sur celui de la sécurité sociale notamment. Le partage, ou la réciprocité ne peut se comprendre que dans la mesure où, sur l'essentiel, le compromis politique reste possible. Et c'est là que les démocrates, les gens de gauche, et même les militants socialistes peuvent  s'interroger et s'inquièter.

 

La Présidence du Sénat commence bien mal.

 

Quel est l'objectif d'un tel comportement, d'un tel rapprochement. donner des armes à la droite que l'on prétend combattre, n'est-ce pas se tirer une balle dans le oied et donner des moyens supplémentaires à celle-ci pour défendre sa politique, et empêcher qu'émerge des svrais solutions de gauche ?

En outre, que valent les déclarations et les envolées, disparates il est vrai, lors des primaire socialistes, si au moindre coup de vent les socialistes s'applatissent en refusant de se doter de tous les moyens pour combattre la politique de la droite.

C'est est un faute que ne manqueront pas de relever les travailleurs et les militants de gauche qui font de l'avènement d'une politique alternative leur objectif des prochaines élections.

 

Les députés et les sénateurs du front de gauche s'insurgent feront tout ce qui est en leur pouvoir pour dénoncer ce mauvais présage.

Marini président de la commission des finances du sénat : un mauvais signe (groupe CRC)

Le groupe CRC l’a indiqué depuis plusieurs jours : il désapprouve l’accord intervenu entre le groupe socialiste et l’UMP pour accorder à cette dernière la présidence de la Commission des Finances. Les sénatrices et sénateurs du groupe CRC n’acceptent pas l’idée d’un parallélisme avec la situation prévalant à l’Assemblée nationale où la Commission des Finances a été octroyée aux députés socialistes.

 

Cet accord à l’Assemblée nationale que nous avions d’ailleurs désapprouvé, car il validait l’idée d’une répartition des postes entre les deux partis dominants, s’appuyait sur la nécessité d’un contrepoids à l’exécutif et à la domination de l’UMP dans les deux assemblées parlementaires.

 

Accorder à l’UMP cette présidence importante au Sénat n’a aucun sens politique. D’autant plus que M. MARINI vient de déclarer qu’il la mettrait au service du groupe UMP.

 

Le groupe CRC estime que ce premier faux pas est une erreur grave, au regard du débat budgétaire qui va intervenir durant les trois prochains moins.

 

Comment vouloir afficher une opposition claire, compréhensible par tous à l’austérité proposée par MM. SARKOZY et FILLON, en commençant par céder la présidence de la Commission des Finances à l’UMP, Philippe MARINI, chantre du libéralisme depuis de nombreuses années au Sénat. Les sénatrices et sénateurs du groupe CRC estiment que si la rupture devait s’afficher, c’est bien à la Commission des Finances.

 

Le groupe CRC va prendre immédiatement contact avec le Président du Sénat, M. Jean-Pierre BEL, et ses partenaires de la majorité de gauche, dont il constitue le second groupe en importance, pour que prévale le choix des grands électeurs qui ont porté au Sénat une majorité de gauche le 25 septembre dernier.

 

Le groupe CRC rappelle aussi que la gouvernance du Sénat doit s’élaborer collectivement au sein de la nouvelle majorité et certainement pas pour gérer, ensemble, les rapports avec la droite sénatoriale.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 09:36

 

 

Repost 0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 22:04

La parité au groupe communiste républicain et citoyen, mais pas au Sénat

Les sénatrices et sénateurs du groupe CRC (Communistes Républicains et Citoyens) constatent avec grand regret qu’à l’issue du renouvellement sénatorial, la place des femmes au Parlement recule, puisqu’elles ne sont plus que 77 sur 348 au lieu de 80 sur 343 précédemment.

 

Une chose est certaine, seul le scrutin proportionnel peut permettre au Sénat, comme ailleurs, de réaliser la parité, inscrite pourtant dans la Constitution depuis une décennie.

 

Ils soulignent que le groupe CRC comprend 12 femmes sur 21 sénateurs et que Nicole BORVO COHEN-SEAT a été réélue présidente du groupe, la seule femme à l’heure actuelle à présider un groupe parlementaire, tant au Sénat qu’à l’Assemblée nationale

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 21:46

Politique - le 5 Octobre 2011


Jean-Pierre Bel, le fraichement élu président PS de la Haute assemblée vient d’annoncer la composition du nouveau bureau du Sénat : les vice-présidents, questeurs et secrétaires.


Le bureau est établi à la proportionnelle des groupes politiques. La majorité est donc logiquement à gauche, mais la droite (UMP et centristes) obtient tout de même 5 postes de vice-présidents et un questeur. Voici la composition du bureau:

 

Vice-présidents:

Didier Guillaume (PS)

Bariza Khiari (PS)

Thierry Foucaud (CRC, communistes)

Jean-Léonce Dupont (UCR, centristes)

Jean-Pierre Raffarin (UMP)

Jean-Patrick Courtois (UMP)

Charles Guené (UMP)

Jean-Claude Carle (UMP)

 

Questeurs:

Jean-Marc Todeschini (PS)

Alain Anziani (PS)

Gérard Dériot (UMP)

 

Le bureau du Sénat comporte également 14 secrétaires:

François Fortassin (RDSE),

Jacques Gillot (PS),

Odette Herviaux (PS),

Marc Daunis (PS),

Marie-Noëlle Lienemann (PS),

Michèle Demessine (CRC),

Gérard Le Cam (CRC),

Jean Desessard (EE-LV),

Jean Boyer (UCR),

Alain Dufaut (UMP),

Hubert Falco (UMP),

Marie-Hélène Des Esgaulx (UMP),

Jean-François Humbert (UMP),

Catherine Procaccia (UMP).

 

Les présidents des six commissions permanentes seront élus jeudi matin et la conférence des présidents qui organise l'ordre du jour de l'assemblée se réunira jeudi à 16H30.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 21:39

 

« Plutôt que de doubler la taxe soda, doublons la taxe caviar » (PCF)

Valérie Pécresse la porte parole du gouvernement et accessoirement ministre du Budget propose de doubler la taxe soda qui devrait ainsi rapporter 240 millions d'euro au prochain budget 2012.

Plutôt que de doubler la taxe soda, doublons la taxe caviar ! Le doublement de l'ISF comparé au montant de 2010 (estimation de janvier 2011)  permettrait à l'État de gagner près de 9 milliards d'euros avec l'insigne avantage de cibler les grandes fortunes, quand la taxe sur les sodas  touche toutes les catégories quel que soit leur niveau de revenus. Qu'on se le dise, l'estomac d'un riche ne lui permet pas de consommer plus qu'un pauvre!

L'urgence est, comme le réclame le Front de gauche, de cesser le bricolage fiscal qui n'a pour but que d'exonérer ceux qui peuvent et doivent payer ! Le Front de gauche dans son programme l'humain d'abord ! propose de rétablir une fiscalité qui redonne toute sa place à un impôt sur le revenu réellement progressif.

 
 « Plutôt que de doubler la taxe soda, doublons la taxe caviar » (PCF)

le 05 octobre 2011

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 21:33
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 21:27

Victor Hugo « discours sur la misère » à l’Assemblée Nationale le 9 juillet 1849

Couvre  feu contre la misère !

 

 

Hugo1 «Je  ne suis pas, Messieurs, de ceux qui croient qu'on peut supprimer la souffrance  en ce monde, la souffrance est une loi divine, mais je suis de ceux qui pensent  et qui affirment qu'on peut détruire la  misère. Remarquez-le bien, Messieurs, je ne dis pas diminuer,  amoindrir, limiter, circonscrire, je dis détruire. La misère est une maladie du  corps social comme la lèpre était une maladie du corps humain ; la misère peut disparaître  comme la lèpre a disparu. Détruire la misère ! Oui, cela est possible !  Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en  pareille matière, tant que le possible n'est pas le fait, le devoir n'est pas  rempli.

 

La misère, Messieurs, j'aborde ici le vif de la question,  voulez-vous savoir où elle en est, la misère ? Voulez-vous savoir jusqu'où elle  peut aller, jusqu'où elle va, je ne dis pas en Irlande, je ne dis pas au moyen-âge, je dis en France, je dis à Paris, et au temps où  nous vivons ? Voulez-vous des faits ?

Mon Dieu, je n'hésite pas à les citer,  ces faits. Ils sont tristes, mais nécessaires à révéler ; et tenez, s'il faut  dire toute ma pensée, je voudrais qu'il sortît de cette assemblée, et au besoin  j'en ferai la proposition formelle, une grande et solennelle enquête sur la  situation vraie des classes laborieuses et souffrantes en France. Je voudrais  que tous les faits éclatassent au grand jour. Comment veut-on guérir le mal si l'on ne sonde pas les plaies ?

Voici donc ces faits :

Il y a dans Paris,  dans ces faubourgs de Paris que le vent de l'émeute soulevait naguère si  aisément, il y a des rues, des maisons, des cloaques, où des familles, des  familles entières, vivent pêle-mêle, hommes, femmes, jeunes filles, enfants,  n'ayant pour lits, n'ayant pour couvertures, j'ai presque dit pour vêtements, que des monceaux infects de chiffons en fermentation, ramassés dans la fange du  coin des bornes, espèce de fumier des villes, où des créatures humaines s'enfouissent toutes vivantes pour échapper au froid de l'hiver. Voilà un  fait. En voici d'autres : Ces jours derniers, un homme, mon Dieu, un malheureux  homme de lettres, car la misère n'épargne pas plus les professions libérales que les professions manuelles, un malheureux homme est mort de faim, mort de faim à  la lettre, et l'on a constaté après sa mort qu'il n'avait pas mangé depuis six  jours. Voulez-vous quelque chose de plus douloureux encore ? Le mois passé, pendant la recrudescence du choléra, on a trouvé une mère et ses quatre enfants  qui cherchaient leur nourriture dans les débris immondes et pestilentiels des charniers de Montfaucon!

Eh bien, messieurs, je dis que ce sont là des choses qui ne doivent pas être ; je dis que la société doit dépenser toute sa  force, toute sa sollicitude, toute son intelligence, toute sa volonté, pour que de telles choses ne soient pas ! Je dis que de tels faits, dans un pays civilisé, engagent la conscience de la société toute entière ; que  je m'en sens, moi qui parle, complice et solidaire, et que de tels faits ne sont  pas seulement des torts envers l'homme, que ce sont des crimes envers Dieu !

Voilà pourquoi je suis pénétré, voilà pourquoi je voudrais pénétrer tous ceux qui m'écoutent de la haute importance de la proposition qui vous est soumise. Ce n'est qu'un premier pas, mais il est décisif. Je voudrais que cette assemblée, majorité et minorité, n'importe, je ne connais pas, moi de majorité et de minorité en de telles questions ; je voudrais que cette

assemblée n'eût  qu'une seule âme pour marcher à ce grand but, à ce but magnifique, à ce but sublime, l'abolition de la misère!

Et, messieurs, je ne m'adresse pas seulement à votre générosité, je m'adresse à ce qu'il y a de plus sérieux dans le sentiment politique d'une assemblée de législateurs ! Et à ce sujet, un dernier mot : je terminerai là.

Messieurs, comme je vous le disais tout à l'heure, vous venez  avec le concours de la garde nationale, de l'armée et de toutes les forces vives du pays, vous venez de raffermir l'Etat ébranlé encore une fois. Vous n'avez  reculé devant aucun péril, vous n'avez hésité devant aucun devoir. Vous avez  sauvé la société régulière, le gouvernement légal, les institutions, la paix publique, la civilisation même. Vous avez fait une chose considérable... Eh bien ! Vous n'avez rien fait !

Vous n'avez rien fait, j'insiste sur ce point, tant que l'ordre matériel raffermi n'a point pour base l'ordre moral consolidé ! Vous  n'avez rien fait tant que le peuple souffre ! Vous n'avez rien fait tant qu'il y  a au-dessous de vous une partie du peuple qui désespère ! Vous n'avez rien fait,  tant que ceux qui sont dans la force de l'âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! tant que ceux qui sont vieux et ont  travaillé peuvent être sans asile ! tant que l'usure dévore nos campagnes, tant qu'on meurt de faim dans nos villes tant qu'il n'y a pas des lois fraternelles, des lois évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons ouvriers, aux gens de cœur ! Vous n'avez  rien fait, tant que l'esprit de révolution a pour auxiliaire la souffrance publique ! Vous n'avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres, qui se continue souterrainement, l'homme méchant a pour collaborateur fatal l'homme malheureux!»

 

 

 

Victor  Hugo

 

 

*

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DOCUMENTS
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 08:05

 

 

Les palestiniens sont chassés de chez eux, ils subissent maintes et maintes contraintes de vie, contrôles permaments pour vivre et travailler selon le bon vouloir des Israëliens, ils sont enfermés par la construction du mur de la honte, un aparteid en quelque sorte.

Ils ne sont pas les seuls puisque, comme le montre la vidéo, les femmes israëlienne subissent elles aussi cet apartheid

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LE SAVIEZ-VOUS
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre