Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 23:44

L'invité de la semaine

Journaliste, Réalisateur (*).

Grâce à la proposition de l’Humanité, me voilà libre d’écrire dans cet espace ce que bon me semble. Pour cette première « carte blanche », je voudrais revenir en Tunisie où, malgré la répression, les pressions du FMI et de l’Union européenne, le peuple est parvenu à balayer Ben Ali et sa dictature, suivi un peu plus tard par le peuple égyptien. Il y a quelques semaines, j’étais en Tunisie pour le tournage du documentaire Dans le secret des licenciements. Salaires mensuels de 100 à 200 euros, tout juste de quoi survivre. Ainsi les délocalisations, présentées comme une aubaine pour les pays comme la Tunisie, détruisent les emplois dans notre pays et contribuent à la misère dans le pays d’accueil. On comprend mieux les louanges adressées pendant des années par les puissants à la dictature de Ben Ali. Mais cela fait-il méditer les plus hautes autorités du pays ?

Jeudi, le président de la République était l’invité de TF1 pour « parler aux Français ». Un panel trié sur le volet, des questions bien posées pour des réponses rodées. Aucune contradiction. Un animateur chargé de faire respecter l’ordre si besoin était. Adieu démocratie. Lorsque la communication prend le pas sur l’information, alors nous sommes dans la manipulation !

Naïvement, 8 millions de téléspectateurs attendaient des réponses aux questions posées par la crise. Sur les dégâts provoqués par le capitalisme qui rejette en France un salarié supplémentaire chaque minute dans la misère, renforçant la pauvreté à un pôle de la société lorsqu’à l’autre pôle la richesse s’accumule… 
Sur un système et un pouvoir qui a renfloué les banques sans contrepartie, qui organise les délocalisations, en l’occurrence en Tunisie. Sur la remise en cause des acquis sociaux, les retraites, avant de s’occuper de la Sécurité sociale… Sur les services publics saccagés… Sur tout cela, rien, ou presque, dans le monologue présidentiel qui tourne en boucle. 
Il n’empêche, la révolution tunisienne a inauguré une nouvelle ère…

 

(*) Auteur de Qui veut la peau du service public ? Éditions J.-C. Gawsewitch.

Jacques Cotta

Repost 0
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 23:49

 

MANIFESTEZ VOTRE COLERE ET VOS ESPOIRS


UNIS DANS LES LUTTES -  ENSEMBLE DANS LES URNES


VOTEZ UTILE POUR LES CANDIDATS FRONT DE GAUCHE

 

 

SANCTIONNER SARKOZY

 

Les élections cantonales  des 20 et 27 mars prochains sont le dernier scrutin populaire avant les Présidentielles de 2012. C'est le moment de réaffirmer votre indignation et votre colère face à la politique que mène la droite et ses soutiens locaux. Voter aux élections cantonales, voter pour les les candidats communistes et du Front de gauche, c'est coisir de sanctionner Sarkozy. C'est voter pour des départements qui constitueront un BOUCLIER SOCIAL contre la précarisation et les atteintes aux droits sociaux. Aujourd'hui la politique de SARKOZY, du gouvernement et des élus qui le soutiennent localement, est  tournée vers la satisfaction des marchés financier prédateurs.

 

Avec les candidats PCF/FRONT DE GAUCHE nous opposons une politique visant à satisfaire les besoins humains, démocratiques et environnementaux de notre peuple. Besoin d'emplois, de formation, de services publics, de démocratie et de participation de nos concitoyens.

La droite a besoin de votre abstention pour continuer sa politique néfaste. 

Nous avons besoin de votre vote pour faire changer les choses.

 

PORCHERIE INDUSTRIELLE A LUZAY

 

- S'agissant du projet d'implantation d'une  porcherie industrielle à LUZAY, pour les candidats PCF/FRONT DE GAUCHE c'est NON. Nous demandons l'organisation d'un REFERENDUM D'INITIATIVE POPULAIRE, et c'est possible,  qui répondrai à la question OUI ou NON à la porcherie, afin que la population se prononce directement et  démocratiquement, Le préfet ne pourra pas ne pas  tenir compte de l'avis de millers d'habitants dans sa décision.

 

 

HOPITAL DE THOUARS

 

-Avec le projet de Plateau Tecnique Unique à FAYE l'ABBESSE (un budget de 120 M€  serait nécessaire), l'hôpital de proximité de Thouars est en DANGER.  Avec une partie de ce buget une relance des investissement publics de fonctionnement (emploi et recrutement de personnel médical, formation, matériel, service de chirurgie etc) permettrait à notre hôpital de remplir ses fonctions générales de réponses aux besoins de soins de la population Thouarsaise et environnant. LA SANTE N'EST PAS UNE MARCHANDISE. Nous nous prononçons pour des investissements publics à l'hôpital de Thouars pour le doter des services de soins et des matériels qui lui font défaut Et pour moderniser les locaux dans ce site exceptionnel de potentialité de développement. Nous apportons notre soutien à l'Association pour la Défense de l'Hôpital de Proximité à Thouars.

 

 

DEVIATION A SAINT-VARENT

 

Nous avons l'intention de réactiver le dossier de la déviation à Saint-Varent, comme l'avait proposé la liste "AGIR ENSEMBLE POUR MIEUX VIVRE A SAINT-VARENT aux municipales de 2008.  Le centre-ville ne peut revivre et se développer sans la prise en compte des besoins de la population en matière de logements, de santé de commerces etc... Mais aussi sans concevoir un projet de réunification des deux parties de la ville de  St Varent coupée actuellement par la route auquel doit être associé la population,

 

 

ECOLE

 

- Nous demandons des moyens publics pour l'école, afin que nos enfants ne soient pas pénaliser par des conditions d'enseignement dégradées. Que se soit pour le nombre d'élèves par classe ou le nombre d'enseignants et de remplaçants.L'éducation de nos enfants est une des clés de leur avenir et de celui de notre ville.  Ils méritent, tout comme les enseignants et les personnels de l'Education nationale, les investissements nécessaires.  Nous récamons en outre  le retour au public de la cantine scolaire.

 

AIDE SOCIALE

 

 

 

La population Saint-Varentaise est une des plus pauvre du département. En effet selon le site : salaire.com,  43% des foyers ne dispose que moins de 1100 € pour vivre. cCest dire si la vie n'est pas facile pour eux. Les jeunes en formation ou  en recherche d'emploi, les retraité(e)s, et les personnes âgées, les personnes seules, les familles mono-parentales, connaissent pour la plupart des conditions de vie difficiles.Nous réclamons l'augmentation de l'ensemble des pensions et des retraites, et une aide sociale élargie.

 

 

Les candidats PCF/FRONT DE GAUCHE aux cantonales à St Varent et à Thouars ont besoin de vous, de votre soutien, de votre participation,  de votre vote,  pour parvenir à  imposer des propositions   qui changent concrètement la vie des gens qui en ont  besoin.

 

ABONNEZ-VOUS  à la newletter de ce blog et vous recevrez automatiquement les nouveaux articles instantanément.

POUR SOUTENIR LES CANDIDATS PCF/FRONT DE GAUCHE inscrivez votre nom et prénom, votre profession et votre ville dans les "commentaires"de cet article

 

MERCI pour eux qui sont au front de la lutte, et MERCI A VOUS qui contribuez à leur en donner la force.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans CANTONALES 2011
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 13:40

Février 2011

Le Parti communiste français (PCF) a exprimé dimanche "sa pleine solidarité avec l'ensemble des démocrates et progressistes qui ont manifesté" la veille en Algérie pour "exprimer leur rejet d'un système de pouvoir sclérosé, autoritaire, corrompu et violent".

Dans un communiqué, le PCF "condamne les interpellations policières en grand nombre et la répression brutale dont ont été victimes les manifestants" et "demande la libération de toutes les personnes détenues".

Le PCF "réaffirme son soutien aux revendications et aux droits des citoyens d'Algérie, en particulier le droit de manifester - systématiquement bafoué par le régime d'Abdelaziz Bouteflika - la levée immédiate de l'état d'urgence, le respect du pluralisme et des pratiques les plus élémentaires d'un Etat de droit" et demande à Paris "d'intervenir dans ce sens auprès du gouvernement algérien".

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 11:25

Ce vendredi 11 février, à MISSE, l'Association BON VENT tenait son assemblée générale.Entre 150 et 200 personnes étaient, à cette occasion, venus aux nouvelles de la porcherie industrielle.

 

Le Président Francis Jadot rappela "l'épopée" 2010, avec notamment l'enquête publique diliogentée par le Préfet. Cette dernière, disait-il,  a fait l'objet d'une forte mobilisation puisque 479 personnes sont venues écrire les raisons pour lesquelles elles s'opposent au projet de maternité porcine industrielle, tandis que la préfète comptait tout de même 234 avis favorables, qui pour l'essentiel (200) provenaient de "petitions", ce qui faisait dire à Régis AUBRY que ces 200 ne devraient être compté que pour un seul avis, et ainsi il ne resterait que 34 avis réel favorables.

 

Francis Jadot commentait la situation ainsi créée par l'enquête publique. Nous attendions le résultat incessamment,disait-il, mais en raison sans doute des élections cantonales, la prudence avait conduit certainement la Préfète à reporter la publication de l'avis en avril ou en mai. D'autant disait-il qu'il fallait apprécier à sa juste valeur, la mobilisation des 479, le vote de 4 conseils municipaux sur 5 contre ce projet. Et de rappeler que St Varent s'étaient prononcé pour à 8 voix contre 7 avec l'absence opportune de Claude Aubin au conseil de St Varent ce jour-là. Puis il a rappelé que les conseillers généraux de la majorité départementale s'étaient prononcés publiquement contre le projet, ce dont il se félicitait. Il informait aussi l'assistance de nombreux points de contestation possible et des nombreux aménagements que l'association avait obtenu, ce qui laissant entendre, selon Francis Jadot, que compte tenu du nombre élevé de ces aménagements,l'avis favorable aujourd'hui de la commissaire-enquêtrice pourrait se transformezr en avis défavorable.

 

Puis, Francis Jadot passa la parole à l'assistance.

 

Je demandai alors le micro et me présentait : Bruno FORNACIARI  de St Varent., j'ntervenais comme simple adhérent de l'association. Je vis bien que quelques siègent remuèrent, sans m'en émouvoir. Compte tenu disai-je que désormais la question posée est celle d'un choix politique (sous-entendu pour une agiculture raisonnée et pour l'environnement) je rappelai comme l'avait fait auparaven F. Jado la position des 4 conseils municipaux et considérais je cite : "Madame la Préfète ne doit pas nous imposer la porcherie que nous ne voulons pas. Nous avons notre mot à dire. Je propose l'organisation d'un REFERENDUM D'INITIATIVE POPULAIRE, précédé d'un grand débat citoyen, qui permettrait à la population de se prononcer directement et de peser sur les décisions du Préfet, en répondant la la question posée : OUI ou NON à la porcerie à Luzay. Et j'ajoutais : "Car la démocratie doit pouvoir s'exprimer, surtout lorsqu'il s'agit de la vie de plusieurs centaines de familles et de celle d'un territoire. La souveraieneté populaire c'est du concret.

Et qu'on ne vienne pas nous dire que cela est impossible à l'heure où le Egyptiens chassent Moubarak et les Tunisiens dégagent Ben Ali. C'est pourquoi, je suis persuadé que les élus qui se sont prononcés contre ce projet soutiendront ma proposition et auront à coeur d'y apporter leur concours. La révision constitutionnelle de 2008 en ouvre la possibilité. Et je propose que l'assemblée se prononce sur cette question"

 

Le Président Francis Jadot repris alors immédiatement la parole, et, contre toute attente de ma part, fustigeait mon propos.:  "Bruno FORNACIARI, je sais que nous sommes en campagne électorale, mais ce n'est pas le lieu ici de faire de la politique et tant que je serai le Président, il nen sera pas question etc ... Je repris alors le micro quelques secondes pour dire  "que ma proposition vise uniquement à faire jouer la démocratie et faire s'exprimer l'opinion des populations concernées"


Francis Jadot tenta de se justifier en déclarant: "tant que je serai Président ça sera comme çà et si cela ne vous convient pas vous élirez un autre Président, ce n'est pas un problème pour moi. Et maintenant le débat est clos sur cette question"

 

Ainsi Monsieur Jadot, "grand démocrate" décide seul de ce qui doit être débattu ou non dans une assemblée générale qui, en prinicipe est souveraine, et n'autorise pas le débat. Il accuse un intervenant (moi-même en l'occurence) de faire de la politique ou de se servir de l'assemblée comme tribune électorale. Mais à aucun moment je n'ai mentionné une quelconque information à ce sujet (mon intervention était écrite et je la tiens à disposition). Au contraire, c'est lui et non moi qui ait parlé des élections cantonales, c'est lui et non moi qui ait parlé du soutien des conseillers généraux de la majorité départementale, c'est lui et non moi qui ait parlé de l'absence coupable de Claude Aubin.

 

Alors Monsieur Jadot ? Quelle est la raison réelle de votre courrou à mon endroit ?

 

Certain, il est vrai, se gargarisent de mot . Comme celui de démocratie directe, ou participative par exemple. Mais lorsqu'il s'agit de prendre position pour elle, et de participer à sa mise en oeuvre, on constate malheureusement un grand écart, les mêmes se défilent. D'autres, peut-être vous Monsieur Jadot, avez une conception "originale" des associations 1901, dont les adhérents n'auraient pour rôle que de faire la claque et obtempérer à vos injonctions, mais surtout pas d'émettre des idées, des propositions qui ne sont pas les vôtres.

 

De biens mauvais procédés pour des causes encore inavouées...pour le moment.

 

"La Nouvelle République" qui se veut journal objectif rendra certainenement compte par respect pour ses lecteurs et de la vérité, de ce moment épique du "débat" dans ses prochaines éditions.

 

 

'''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''

STATUTS DE BON VENT

L'association a pour objet :

1/ La protection de la nature et de l'environnement et plus généralement la défense du cadre de vie de ses adhérents, contre toutes causes de dégradation ou nuisances, elle participe à la sauvegarde du patrimoine naturel et se veut pour but d'assurer l'équilibre harmonieux entre la population et le milieu naturel.

2/ A cet effet, elle permet de mettre les personnes en relation, répond aux besoins d'information de la population, propose et met en place toute action favorisant l'amélioration et la défense des intérêts contenus dans la loi du 10 juillet 1976.

Cette association loi 1901 a été déclarée le 14 mars 1996 et porte le numéro 2784.
Elle est parue au journal officiel n°15 du 10 avril 1996.
 ''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PORCHERIE LUZAY-ST VARENT
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 11:20

Liste des derniers invités politiques de Bourdin
http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/bourdin/

Ma lettre à BOURDIN de RMC

Mr BOURDIN,

Vous qui êtes si prompt à vous compter parmi les rares animateurs radio indépendants, permettant à chaque courant de pensée de s'exprimer, vous me fournissez un élément d'analyse fondamental sur votre façon de pratiquer pluralisme et  démocratie sur vos ondes.

En effet, à l'inverse de ce que vous affirmez, vous n'êtes absolument pas plus soucieux du respect du pluralisme politique dans notre pays que vos collègues et  la liste de vos invités de 8h30 pour une écrasante majorité issus de droite, le démontre sans contestation possible.

Vous participez comme l'ensemble des grands médias de l'audiovisuel, à instaurer un bi-partisme dangereux en ne plaçant que le Parti Socialiste en digne représentant de la gauche.

Comme je vous l'avais déjà dit il y a plusieurs années, vous continuez à pratiquer à l'encontre du Parti Communiste Français une scandaleuse  censure.
Pourtant en terme d'élu le PCF est le 3ème parti de France, et  est également riches en initiatives et actions politiques.

Mr Bourdin, vous ne faites décidément pas honneur à la profession de journaliste, en exerçant cette censure qui dans un état démocratique n'est pas acceptable

 

 

Mario

Repost 0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 09:06

PARIS — Réactions dans la classe politique à l'intervention télévisée de Nicolas Sarkozy jeudi soir sur TF1 :

 

 

- Eva Joly, eurodéputée Europe Ecologie/Les Verts, ex-magistrate : Le président ne procède à "aucune remise en cause de son action depuis 2002 sur la sécurité mais on ajoute de nouvelles lois à toutes les autres. La France a aujourd'hui une justice et une police qui explosent et ne peuvent plus mener à bien leurs missions, et pourtant le président prétend ajouter à cette situation déjà dramatique de nouvelles difficultés, en inventant des +jurys populaires+ en tribunal correctionnel que nous n'avons pas les moyens de payer et qui ne seront absolument pas en mesure de rendre une meilleure justice" (communiqué).

 

- Christian Estrosi, député-maire UMP de Nice : "Cette émission a démontré que le président de la République est totalement à l'écoute et conscient des problèmes quotidiens des Français et déterminé à maintenir le cap avec pragmatisme et réactivité. Le chef de l'Etat a été dans le concret avec une détermination sans faille à protéger les Français et en proposant un concept de sécurité globale qui s'appuie sur 3 piliers : sécurité pour l'emploi, sécurité face à la maladie et sécurité face à la délinquance" (communiqué).

 

- Parti de gauche : "Ubu Roi sur TF1", "mais les Français ne sont plus dupes. Bientôt comme les Tunisiens et les Egyptiens ils montreront la porte à ce pouvoir à bout de souffle". "Le président aura débité un florilège d'absurdités et de mensonges dans une émission faite sur mesure pour lui servir de faire-valoir. On voudrait zapper, mais surtout qu'il dégage" (communiqué).

 

- Roland Muzeau, porte-parole des députés PCF : "Sarkozy aurait pu dire: Françaises et Français qui souffrez, je vous méprise ! Il a, cette fois encore, affiché sa surdité totale aux besoins de nos concitoyennes et concitoyens. La seule réponse aux contre-vérités assénées ce soir reste la mobilisation sociale. C'est la seule voie pour dessiner un nouvel avenir pour nos concitoyens et pour le pays" (communiqué).

 

- Stéphane Le Foll, député PS, proche de François Hollande : "On a un président de la République qui cherche à répondre à un ensemble de problèmes mais qui n'a plus aucune capacité à donner un sens, définir un chemin" (déclaration sur France 24).

 

- Gérard Larcher, président du Sénat, salue un "président humain qui cherche à réconcilier les Français, à restaurer la confiance et à sauvegarder notre pacte social" ainsi que "son courage et sa franchise". "Les Français comprennent qu'aucune solution magique n'existe et il leur a apporté ce soir des réponses concrètes et crédibles notamment sur l'apprentissage, l'absentéisme scolaire, la médecine en territoire rural" (communiqué).

 

- Christian Jacob, chef de file des députés UMP : "Sans éluder aucun des grands sujets qui préoccupent les Français, le président de la République a remis en perspective l'action de la majorité depuis 2007. Christian Jacob salue particulièrement les mesures très fortes que Nicolas Sarkozy a annoncées en faveur de l'apprentissage, afin d'atteindre le nombre d'un million d'apprentis en France" (communiqué).

 

- Alain Vidalies, secrétaire national PS à l'emploi : "Nicolas Sarkozy est devant le chômage comme un spectateur impuissant devant une inondation qui se dit que cela finira bien par baisser. Chacun a pu constater que Nicolas Sarkozy était tout aussi spectateur impuissant sur la question du pouvoir d'achat. En 2 heures 30 d'émission", c'était "un président commentateur, spectateur face à la crise économique et aux dérégulations du capitalisme financier" (communiqué).

 

- Pierre Laurent (PCF) : "Sarkozy ne sort pas grandi de cette soirée laborieuse". "Aux policiers, il affirme que les effectifs sont suffisants, aux magistrats que les moyens ne sont pas le problème, aux chômeurs qu'il va les envoyer en stage, aux agriculteurs que les marchés ont fait leur bonheur, aux ouvriers que la +vraie+ pénibilité est d'être sans emploi... Il confirme surtout qu'il est incapable d'écouter les Français". "En taxant +d'échec+, la diversité culturelle de la France, Sarkozy ajoute un tome 2 à son discours de Grenoble" (communiqué).

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 02:41

bruno saumur

 

L'enquête publique a donné lieu à une participation importante des riverains et des habitants du territoire d'implantation.

Très majoritairement (479 contre 234) ils s'opposent à ce projet qui, estiment-il conduira tout à la fois à des destructions de l'environnement, à des dégradations de leur cadre de vie et d'un impact négatif sur les conditions d'exploitation de la filière porcine paysanne.

 

Le rapport de l'enquête publique évoque à peine les arguments des opposants au projet et considère que ce dernier est conforme à la loi et qu'après quelques aménagements, pourrait recevoir éventuellement validation des autorités.

 

Mais c'est sans compter sur l'opposition résolue des populations qui se mobilise avec l'association "BON VENT" qui ne renonce pas et qui compte près d'un millier d'adhérents.

 

Les concepteurs de cette porcherie industrielle  ont prévu de faire appel aux banques pour 3 ou 4 millions d' euros. Ainsi, l'argent déposé par nous-mêmes serait utilisé pour qu'un projet qui rencontre l'hostilité de nombreux clients de ces banques voit le jour. Ce n'est acceptable.

 

C'est la raison pour laquelle je propose la création d'un pôle public régional composé du groupe des Caisses d'epargne, des banques mutualistes, de la caisse des dépôts, avec participation de la région et des différentes collectivités, des syndicats professionnels et ouvriers, des usagers, etc.  Ce pôle public aurait vocation à étudier de tous les points de vue (industriel, financier, environnemental, économique, humain, écologique)  ce type de projet et éventuellement autoriser ou financer le crédit dès lors ,que le celui-ci aurait obtenu le "label" d'utilité sociale et écologique.

 

REFERENDUM D'INITIATIVE POPULAIRE

 

Madame la Préfète ne doit pas nous imposer la porcherie que nous ne voulons pas.  Nous avons notre mot à dire.


A l'exception du conseil municipal de Saint-Varent, tous les autres se sont prononcé contre la porcherie industrielle à LUZAY.  Je propose l'organisation d'un référendum d'initiative populaire, précédé d'un grand débat citoyen, qui répondrait à la question OUI ou NON à  l'implantation de cette maternité porcine industrielle. La révison constitutionnelle de 2008 en ouvre la possibilité. 


Car la démocratie doit pouvoir s'exprimer surtout lorsqu'il s'agit de la vie de plusieurs centaines de familles et de celle d'un territoire. La souverainenté populaire c'est du concret. Et que l'on vienne pas nous dire que c'est imposible à l'heure où les Egyptiens chassent Moubarak et les Tunisiens Ben Ali. C'est pourquoi, je suis persuadé que les élus qui se sont prononcés contre ce projet soutiendront ma proposition et auront à coeur d'y apporter leur concours. 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PORCHERIE LUZAY-ST VARENT
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 01:46

Maladresse ou vraie pique ? Dimanche, François Chérèque s’est autorisé à évoquer un « syndicalisme unique » dans le secteur portuaire. Emboîtant le pas 
de l’argumentaire patronal, le secrétaire général de 
la CFDT a fustigé un « corporatisme » où les « syndicats font l’embauche » et qui « met en danger les bassins économiques ». Hier, Bernard Thibault n’a pas manqué de rétorquer qu’il y a quelque temps, « la CFDT avait des adhérents dans le port de Marseille. Elle n’en a plus et ce n’est pas que de la responsabilité de la CGT ». Le secrétaire général de la CGT a jugé que cette querelle intersyndicale « n’a pas grand sens », alors que le « gouvernement porte la totale responsabilité » du conflit en revenant sur un accord reconnaissant la pénibilité du travail des dockers.

 

 

Nouvelle explosion  des ruptures conventionnelles 

En décembre 2010, le nombre de ruptures conventionnelles entre salariés et employeurs 
s’est élevé à 24 149, ce qui porte à 478 667 leur total depuis la création du dispositif en août 2008, selon des données du ministère du Travail. Cette forme 
de licenciement, soi-disant à l’amiable, connaît une montée en puissance : 254 871 ont été homologuées pour l’ensemble de l’année 2010, contre 223 796 durant les dix-sept premiers mois de son entrée en vigueur. Elle touche particulièrement les plus de cinquante ans. Les syndicats dénoncent une préretraite déguisée et un contournement des plans sociaux.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 01:33

Education. Restrictions budgétaires 

Les principales fédérations de l’Éducation nationale organisent jeudi 10 fevrier une journée nationale d’actions pour dénoncer les 16 000 suppressions de postes prévues à la rentrée prochaine. Une nouvelle saignée qui touchera en priorité les élèves des quartiers populaires.

 Un mois après l’adoption du budget 2011, entérinant la suppression de 16 000 postes à la rentrée prochaine, le collectif "L’éducation est notre avenir", rassemblant les principales fédérations enseignantes (FSU, Unsa éducation, Sgen-CFDT) et les parents d’élèves de la FCPE, appelle aujourd’hui à une journée d’actions dans toute la France. Plus d’une cinquantaine de rassemblements, manifestations ou débats sont annoncés afin de dénoncer cette « asphyxie budgétaire » et exiger une « politique ambitieuse pour l’école ».

 

 

« Plus de besoins et moins de moyens »


Les chiffres globaux sont connus. Selon le ministère, 8 967 postes d’enseignants seront supprimés dans les écoles primaires publiques. Parents et enseignants à Saint-Varent sont inquites et le manifestent. Ils ont le soutien des candidats du Front de gauche.

4 800 postes seront supprimés dans les collèges et lycées publics et quelque 1 400 dans l’enseignement privés alors que  les effectifs d’élèves seront en augmentation à la rentrée scolaire : 35 300 de plus en collèges, 14 000 de plus en lycées professionnels et 1 500 de plus dans les écoles.

 

Pour le gouvernement, l’argument démographique, qui a longtemps servi à justifier ces coupes claires, ne tient plus. Depuis le baby-boom de l’an 2000, la natalité française connaît même une forte hausse. L’année dernière, on a compté 828 000 naissances – record inégalé depuis trente ans – qu’il faudra bien accueillir dans les classes d’ici trois ans. « Plus de besoins et moins de moyens : on peut décrire la situation ainsi », résume un professeur d’histoire-géographie.

 

Une politique paradoxale qui aboutit à des hausses d’effectifs dans les classes, la disparition de certaines formations ou options, ou encore des réductions de moyens de remplacement.

 

En 2010, les 16 000 postes en moins ont été absorbés par la suppression de l’année de stage des profs débutants. « Cette fois, on s’attaque à l’os, soulignent les syndicats. Ce sont les postes d’enseignants qui sont visés. »

Alors que la dernière étude Pisa constate un creusement des inégalités scolaires en France, la répartition des moyens, département par département, et bientôt établissement par établissement, confirme que les circonscriptions les plus fragiles sont, une fois de plus, les premières à payer le prix de la pénurie.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans EDUCATION-FORMATION
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 20:37

INDIGNONS-NOUS ET REVOLTONS-NOUS

 

 

 

SARKOZY et ta politique DEGAGE

 

DE L'ARGENT POUR LA JUSTICE PAS POUR LES ACTIONNAIRES

 

DE L'ARGENT POUR L'ECOLE PAS POUR LES TRADERS

 

DE L'ARGENT POUR LES SALAIRES PAS POUR LES PROFITS

 

SOUTIEN AUX PROFESSEURS ET AUX PARENTS D''ELEVES EN LUTTE A SAINT-VARENT


POUR DE MEILLEURES CONDITIONS D'ACCUEIL DES ELEVES

25 ELEVES PAR CLASSE MAXI

FORMATION DES PROFESSEURS

SOUTIEN SCOLAIRE

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SAINT-VARENT
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre