Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 19:53

 

jeudi 10 février 2011

Ambroise Croizat, 60 ans après sa mort

Le militant de la Sécu

Son nom ne figure pas dans le dictionnaire, ni le Larousse, ni le Petit Robert.

C’est pourtant à lui, à Ambroise Croizat, ministre communiste à la Libération,

que l’on doit la Sécurité sociale et les retraites. A lui et à ce peuple qui a poussé,

derrière lui, des millions d’anonymes qui ont réclamé ces mesures,

qui de leurs mains ont bâti les premières caisses.

Mais ce fondateur de la Sécu nous prévenait, déjà : « Ne parlez pas d’acquis.

En face, le patronat ne désarme jamais. »

Un reportage de François Ruffin, avec l’historien Michel Etiévent.


lien

programmation musicale

  • > Jean Ferrat : Camarade
  • > Jean Nocher : Nous allons au devant de la vie
  • > Marty : Révolution

livre

Michel Etiévent

Ambroise Croizat, l’invention sociale

A retrouver sur le site de l'historien :

www.micheletievent.lautre.net

 

Marcel Paul, Ambroise Croizat. Chemins croisés d'innovation sociale. (logo)Marcel Paul, Ambroise Croizat. Chemins croisés d’innovation sociale.

Au travers du récit de la vie de ces deux hommes (Le "fils de manoeuvre" Croizat et Marcel Paul le "pitau" du nom que l’on donnait à l’aube du siècle dernier aux "enfants trouvés" ) ayant marqués leur siècle et l’histoire du mouvement ouvrier, c’est un certain engagement communiste,intransigeant que nous propose de redécouvrir Michel Etièvent, avec sa sensibilité d’écrivain, sa rigueur d’historien et sa conscience de journaliste en prise avec les enjeux et les luttes d’aujourd’hui. ... (Humanité Laurent Etre 8 novembre 2008)

Marcel Paul, Ambroise Croizat. Chemins croisés d’innovation sociale.

Marcel Paul. Etat civil : « enfant trouvé ». Raison sociale : ministre de la production industrielle à la Libération. Ambroise Croizat. Etat civil : « fils de manœuvre ». Raison sociale : ministre du travail et de la sécurité sociale de 1945 à 1947. Au fil de cet ouvrage, Michel Etiévent, historien, retrace entre documents inédits, les parcours féconds de Marcel Paul et d’Ambroise Croizat, deux personnages essentiels du vingtième siècle qui ont consacré leurs vies à l’invention sociale. Il suit l’extraordinaire chemin de Marcel Paul, enfant abandonné sur un banc, tour à tour secrétaire général de la fédération CGT de l’Energie, ministre communiste de la production industrielle du Général de Gaulle à Libération. Entre luttes, résistance, déportation, l’homme forge les plus grands acquis du siècle. Du conseiller de Paris, père des secours d’urgence et des crèches, au fondateur d’EDF-GDF et du statut des électriciens et gaziers, c’est une vie entière vouée à l’innovation sociale. A ce chemin s’enchevêtre celui d’Ambroise Croizat, secrétaire de la Fédération CGT des métaux, député de Paris, ministre communiste du travail à la Libération. Bâtisseur de la sécurité sociale, créateur de la retraite pour tous, il laisse un héritage impressionnant : médecine du travail, comités d’entreprises, conventions collectives…Michel Etiévent entrelace les parcours de ces deux complices de luttes qui forgèrent ensemble ce qui fonde aujourd’hui l’identité sociale de notre pays. Avec ces biographies croisées, il nous livre le passionnant roman de deux hommes qui ont su donner au siècle le goût de la solidarité et de la dignité. Un livre brûlant d’actualité…

 

- extrait article Laurent Etre "Humanité" 8 novembre 2008

"Jamais nous ne tolérerons que soit rogné un seul des avantages de la Sécurité sociale. Nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie cette loi humaine et de progrès" . ’est par ces mots qu’Ambroize Croizat, ministre du travail et de la Sécurité social de 1945 à 1947, infatigable militant de la dignité humaine et du monde du travail, acheva son dernier discours à l’assemblée nationale le 24 octobre 1950...

"je ne vous pais pas pour que vous m’indiquiez les articles du code m’interdisant de réformer, mais pour y trouver ceux qui vont me le permettre" lance Marcel Paul quelques années plus tôt, un jour de 1946, aux juriste de son ministère de la production industrielle.

Le "fils de manoeuvre" Croizat et Marcel Paul le "pitau" du nom que l’on donnait à l’aube du siècle dernier aux "enfants trouvés" ayant marqués leur siècle et l’histoire du mouvement ouvrier, c’est un certain engagement communiste,intransigeant que nous propose de redécouvrir Michel Etièvent, avec sa sensibilité d’écrivain, sa rigueur d’historien et sa conscience de journaliste en prise avec les enjeux et les luttes d’aujourd’hui.

prix port
25 euros 5 euros

Bon de commande

NOM…………………………………………………………….Prénom…………………………………………………

Adresse…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………Tel………………………….. Désire recevoir……… ....... exemplaire(s) de « Marcel Paul, Ambroise Croizat. Chemins croisés d’innovation sociale » à 25 euros l’’unité + frais de port (voir ci-dessous)

Ci-joint le chèque correspondant à l’ordre de Michel Etiévent-520, avenue des thermes- 73600 Salins les Thermes.

Tel 04 79 22 54 69.

(Frais de port en sus : 1 exemplaire=5 euros. 3 exemplaires ou plus = 6euros)

Document Document Document Document Document Document Document Document Document

Documents à télécharger

  • (PDF, 198.9 ko)

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DOCUMENTS
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 13:43

PAROLES DE FRANCAIS DU 25 JANVIER 2010 SUR TF1  TEL QUEL!

 

 

 


"j'ai envie de hurler"

 

Ainsi  parle Sophie POUX productrice de lait, TARN ET GARONNE.

 

"Nicolas Sarkozy m'avait dit qu'il viendrait visiter mon exploitation. Il n'est pas venu. Normalement, quand on engage sa parole, on la tient, mais je ne lui en veut pas pour cela, je ne lui avait rien demandé. S'il le veut, il peut toujours venir, je ne lui cacherai pas la misère dans laquelle nous vivons avec des collègues dans des situations parfois plus dures que la mienne. Depuis l'émission, des difficultés ont empiré. J'étais en colère, maintenant j'ai envie de hurler. Ce qui est dramatique, c'est que le consommateur paie toujours plus cher le lait alors que nous ne voyons pas la couleur de cet argent. Nicolas Sarkozy a mis en place des contrats entre les producteurs et l'industrie laitière, mais sans encadrement des prix. Cela sécirise l'industrie, en lui donnat l'assurance d'être fournie pour des prix de misère. C'est une situation aberrante."

 

"Il n'a pas été honnête"

 

Ainsi parle Bernadette Tessadri ex-employée de grande surface HERAULT.

 

"Le Président de la République s'était engagé en direct à contacter mon employeur pour savoir pourquoi il me refusait les heures supplémentaires que je demandais. En fin de compte,le Président n' arien fait. Il n'y a eu aucune retombée, si ce n'est que mon passage dans l'émission de TF1 m'a causé des problèmes. Mon patron a interdit à tous les employés d'évoquer le sujet de l'émission avec moi. Je suis déçue, Nicolas Sarkozy est un homme sans parole, il n'a pas été honnête avec nous. Par la suite, mon mari militaire a été muté dans le Var. Comme nous avions du mal à trouver un logement à loyer accassible à nos revenus, j'ai écrit à Nicolas sarkozy pour lui faire part des difficultés. ses servicezs m'ont conseillé de m'adresser au Préfet du Var, mais celui-ci ne m'a ,jamais répondu."

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOCIETE
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 11:39

Un camarade de lutte m'a fait passer ce "petit problème" que je publie ici volontiersci-dessous :

 

Des syndicalistes, des ingénieurs, des artisans, des agriculteurs, des commerçants, des ouvriers, des chômeurs, des étudiants, des lycéens …ont aussi fait le calcul et  disent que même dans 40 ans il ne sera pas très difficile de financer les retraites par répartition.


QUI A RAISON ? Qui a tort ? Les calculs sont-il compliqués ?


Quelques professeurs de mathématiques ont voulu en avoir le coeur net. Ils ont décidé de poser laquestion, sous la forme d’un problème d’arithmétique, à un millier d’élèves de la classe de 6ème, dans différentes villes de France.


Ils sont partis des données incontestables suivantes : 


Au cours des 40 dernières années, avec une croissance annuelle moyenne de 2%, le PIB est passé de1000 à 2000 milliards d’euros;


Au cours des 40 ans prochaines années, le nombre de personnes de plus de 60 ans va en grosdoubler.

Dans l’hypothèse où, sur les 40 prochaines années, la croissance serait seulement de 1% en moyenne annuelle (le gouvernement promet 2% et plus, afin de faire reculer le chômage), le PIB passerait de 2000 milliards en 2010 à 3000 milliards en 2050;


Pour soumettre l’énoncé suivant aux élèves, ils ont convenus que les 2000 milliards seraient représentés par un gâteau de 2000 grammes et les 3000 milliards par un gâteau de 3000 grammes.


« Aujourd’hui en 2010, dix salariés produisent un gâteau de 2000 grammes, à partager avec 4 retraités. Dans 40 ans, en 2050, dix salariés produiront un gâteau de 3000 grammes à partager avec 8 retraités. Calculez le poids de la part de gâteau de chaque personne, en 2010 et en 2050.


La part de chacun en 2050 sera-telle plus petite qu’en 2010 ? »


Après corrigé des copies, il apparaît que 99% des 1000 élèves ont trouvé :


qu'en 2010, la part de chacun est de 143g (2000: 14)


qu’en 2050, la part de chacun sera de 167 g (3000 : 18)


qu’en conséquence, en 2050 la part de chacun aura augmenté par rapport à 2010


Aucun élève de 6ème n’a donc trouvé le même résultat que Sarkozy, Fillon et Woerth au problème 

de partage du gâteau !


Afin de tenter de comprendre cette situation ubuesque, les professeurs de français ont décidé que le 

prochain sujet de rédaction qu’ils soumettraient aux élèves du lycée serait « A votre avis, pourquoi 

Sarkozy, Fillon et Woerth font semblant de ne pas savoir calculer ? ».


S’ils nous transmettent les meilleures copies, nous les publierons sur ce site. Nous avons profité du débat « Quel avenir pour les retraites ? », entre Xavier Bertrand et Bernard Thibault, à Lyon le 25 septembre 2010, pour demander à Xavier Bertrand si les résultats trouvés par les 1000 élèves étaient justes ou erronés. Il nous a répondu que les résultats étaient justes, mais que l’énoncé du problème aurait du préciser que dans les 40 années à venir, une partie de l’accroissement des richesses devra être consacrée aux dépenses de santé et à celles liées à la dépendance (le 5ème risque), car elles vont encore augmenter. Nous avons donc refait les calculs,  en réservant sur le gâteau de 2050 : 100 milliards de plus pour la santé et 100 milliards pour la dépendance. C’est donc comme si le gâteau de 2050 ne pesait plus que 2800 grammes.


Résultats du nouveau calcul :


en 2010, la part de chacun est de 143 g (2000 : 14)

 

en 2050, la part de chacun sera de 155  (2800 : 18)


en conséquence, en 2050 la part de chacun aura … toujours augmenté par rapport à 2010 !


Les explications de Xavier Bertrand n’étant toujours pas satisfaisantes, nous invitons cette fois 

l’ensemble des citoyens à réfléchir à la fameuse question : « A votre avis, pourquoi Sarkozy, Fillon, 

Woerth, Copé et Bertrand font semblant de ne pas savoir calculer ? ».


Afin d’encourager cette réflexion, nous sommes prêts à publier les plus pertinentes sur ce site.


André Martin  co-fondateur du site : http://www.retraites-enjeux-debats.org/ 


Dominique Strauss-Kahn a réfuté sur France 2, jeudi 20 mai tout "dogme" sur l'âge de départ à la retraite, estimant que si on "vit cent ans, on ne va pas continuer à avoir la retraite à 60 ans""Il y a plusieurs façons de faire les choses : une manière qui est assez évidente dans beaucoup de pays c'est de dire si on vieillit plus longtemps, il faut qu'on travaille plus longtemps", a affirmé le directeur général du FMI, dont l'interview enregistrée la veille à Washington a été diffusée jeudi lors de l'émission "A vous de juger" sur France 2.

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans RETRAITES
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 07:05

 Une nouvelle étape dans l’exclusion des soins (CGT)

Plusieurs projets de décrets gouvernementaux ouvrent une brèche dans la prise en charge à 1OO% par la Sécurité sociale, des maladies de longue durée.

La sortie de l’hypertension artérielle sévère de la liste des affections de longue durée (ALD) sous l’argument que cette prise en charge relève de la prévention et non du soin est inacceptable. Par ce retrait, des milliers de malades pourraient ainsi renoncer à se soigner pour cette pathologie dont les complications sont graves (maladie cardiovasculaire, insuffisance rénale …). Les « économies » immédiates espérées se traduiraient par une prise en charge tardive et donc à terme plus coûteuse.

Un autre projet de décret prévoit une prescription très limitée des transports sanitaires pour les patients atteints de maladies de longue durée. Alors que l’on sait que la désertification des territoires et les restructurations hospitalières éloignent de plus en plus les patients des professionnels et établissements de santé et que nos réseaux de transport en commun sont loin d’être satisfaisants, l’objectif serait-il d’amener les malades à renoncer à consulter ?

Toutes les études montrent qu’une diminution de la prise en charge financière dans le domaine de la santé se traduit par une exclusion des patients les plus pauvres et/ou les moins informés.

La CGT alerte les pouvoirs publics, la population toute entière sur les conséquences de ces mesures en terme de santé, car nous assistons à un nouveau recul dans l’accès aux soins. Les inégalités sociales et de santé n’ont de cesse de croître. La dernière étude de l’Observatoire régional de santé d’Ile-de-France le confirme. Selon le lieu où l’on habite, on ne dispose pas de la même offre de soins.

Poursuivre dans cette voie serait participer consciemment à la régression de notre pays. C’est ce qui se passe aux États-unis où pour la première fois depuis plus de 30 ans, l’espérance de vie vient de diminuer.

Il nous faut au contraire maintenir un haut niveau de prise en charge par la Sécurité sociale pour renforcer la solidarité et garantir l’accès aux soins pour tous.

Communiqué de la CGT

Montreuil, le 28 janvier 2011

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SANTE
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 07:03

  "paradis fiscaux" outre-mer



Les élus PCF dénoncent un texte créant de vrais "paradis fiscaux" outre-mer

PARIS, 9 février 2011 (AFP) -

 

Le groupe CRC-SPG (Communiste et Parti de Gauche) au Sénat dénonce mercredi dans un communiqué, une proposition de loi UMP qu'il accuse de viser à autoriser "les paradis fiscaux en France", notamment à Saint Barthélemy et Saint Martin, et qui sera examinée lundi par la chambre haute.

"Alors que le président Sarkozy se veut le grand pourfendeur des paradis fiscaux et le partisan de la régulation des marchés, le droite sénatoriale s'apprête, avec l'accord du gouvernement, à débattre de la création de paradis fiscaux", accuse le groupe CRC-SPG.

Une proposition de loi organique visant à approuver quatre conventions en matière fiscale entre l'Etat et les collectivités territoriales de Saint Martin, Saint Barthélemy et la Polynésie française a été déposée par Louis Constant Fleming et Michel Magras, respectivement sénateurs UMP de Saint Martin et de Saint Barthélemy.

"Ces deux éminents parlementaires, élus par un collège électoral plus que réduit (21 électeurs à Saint Martin, 13 à Saint Barthélemy ), issus des familles les plus anciennes et les plus aisées de ces deux îles, entendent en faire de véritables paradis fiscaux", assure le communiqué.

Leur proposition, ajoute-t-il "institutionnalise une fiscalité dérogatoire du droit français dans ces deux collectivités".

"L'impôt sur les sociétés et l'impôt sur le revenu n'existent pas à Saint Barthélemy et sont singulièrement allégés à Saint Martin", poursuit-il.

"Pour Saint Barthélemy, selon des chiffres officiels, la facture du statut fiscal dérogatoire s'élève pour l'Etat à plus de cinq millions d'euros par an, au profit des 25 familles les plus fortunées de l'île, dont l'UMP locale est bien proche", dénonce-t-il.

Les sénateurs du CRC-SPG "appellent à la plus grande vigilance" à l'égard de tels "petits arrangements législatifs entre amis".

Ils citent à l'appui une déclaration du président centriste de la commission des Finances, Jean Arthuis, lors de l'examen du texte en commission. "Est-il légitime de maintenir les dispositifs de défiscalisation à Saint-Barthélémy, île prospère ? Quel gâchis d'argent public ! Certains observateurs locaux disent que les parkings y sont trop petits tant sont nombreuses les voitures défiscalisées !", s'indignait le député.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 06:17

L'Express a publié cette semaine un dessin de Jean Plantu qui est une caricature inadmissible du Front de gauche, renvoyé dos à dos avec le Front national. Représentant Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon côte à côte en leaders adeptes du « Tous pourris », ce dessin assimile le Front de gauche à un néo-populisme complice de celui de l'extrême droite. C'est scandaleux! S'il est permis de tout dire en démocratie, je voudrais dire à quel point je juge le procédé dégradant. L'amalgame humiliant fait entre Jean-Luc Mélenchon dont l'engagement contre l'extrême-droite est incontestable, et l'héritière du trône du FN ne grandit pas l'auteur du trait. Que Plantu ne soit pas adepte du Front de Gauche, de ses idées comme il l'a laissé entendre ce matin sur France Info est son droit le plus strict.  Je souhaiterais juste qu'il nous combatte avec plus de dignité.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF,

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 11:08


"En deux ans, notre pays a encore reculé de deux places et se situe désormais au 37e rang (sur 43) des pays du Conseil de l'Europe pour la part du produit intérieur brut consacrée à la justice. Entre 2006 et 2008, les pays européens ont augmenté leur budget annuel alloué aux services judiciaires de 18% en moyenne, la France de 0,8%!", remarque encore M. Muzeau.

Les députés communistes "exigent la tenue d'un Grenelle de la justice réunissant tous les acteurs judiciaires, médicaux et sociaux, qui permette enfin de doter la justice des moyens nécessaires pour exercer ses missions en toute indépendance", ajoute le texte.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 22:58

 

Il est des tours ou détours du langage qui, consciemment ou non, en disent long sur ce qu’on ne veut pas dire. Ainsi, dimanche, au 13 heures de TF1, cette formule de Claire Chazal : «Le soulèvement populaire a déjà fait une centaine de morts en cinq jours. » Hier, une dépêche de l’AFP : «Une semaine après son lancement, la révolte a fait au moins 125 morts». Mais, voyons, ce ne sont pas le soulèvement ou la révolte qui ont fait des morts, les exactions 
de pillards peut-être, mais essentiellement les tirs de la police. C’est la répression qui a fait des morts. Nicolas Sarkozy, dimanche, devant les pays africains, d’une manière bien plus calculée sans doute, évoquait 
« la violence qui ne mène nulle part, d’où qu’elle vienne».

Ce que tout cela traduit, c’est l’embarras 
du monde capitaliste et des puissances qui, depuis des décennies, ont soutenu sans faille les régimes autoritaires et corrompus de la région, dont l’Égypte est un maillon fort, aidée financièrement, économiquement, militairement, stratégiquement par les États-Unis, par Israël, par la France. Et l’on s’aperçoit maintenant que ces pays n’étaient pas vraiment « démocratiques » ? On se pince un peu le nez, mais on ne souhaite qu’une chose : pas trop de vagues, pas trop de changements. L’Europe, hier, par la voix de la responsable de sa diplomatie, Catherine Ashton, appelait les autorités égyptiennes à faire preuve de « retenue » et à « aller de l’avant 
de manière pacifique sur la base d’un dialogue sérieux 
et ouvert avec les partis d’opposition et tous les éléments 
de la société civile ». Mais c’est le départ immédiat d’Hosni Moubarak que la rue réclame, quand ce dernier, en guise de changement, n’a nommé de nouveaux ministres issus de l’armée que pour s’assurer du soutien de cette dernière au cas où…

Ce que les pays dominants souhaitent, c’est tout simplement ce que résume la formule célèbre du Guépard. Que les choses changent pour que tout continue comme avant. Car ce qui se passe en Égypte, après la Tunisie, n’ébranle pas seulement le monde arabe. À Davos, les « élites » du monde globalisé étaient préoccupées par l’Égypte et une montée de « l’instabilité stratégique » avec ses conséquences. C’est aussi leur ordre économique qui est mis en cause. Si des millions d’Égyptiens vivent avec moins de deux dollars par jour, cela ne signifie pas, au contraire, que l’économie du pays est en panne. Avec une croissance annuelle de 5 % sur la base des réformes menées ces dernières années, l’Égypte était considérée par la finance internationale comme un bon élève. Mais à quel prix ? Le Monde écrivait hier, dans la suite des discussions de Davos : « Si la révolte des Égyptiens doit beaucoup à un régime politique sclérosé, autoritaire et brutal, elle s’explique aussi par un type de développement marqué du sceau d’une terrible inégalité sociale. » C’est pourtant bien de ce régime que s’accommodaient jusqu’alors, et s’accommodaient est un euphémisme, les « élites globalisées ». Le capitalisme, quand il est contraint de composer avec les exigences démocratiques, n’est pas démocratique pour autant. 
La preuve par les marchés : dès hier matin, l’agence 
de notation financière Moody’s baissait la note 
de l’Égypte, comme a été baissée, dès la semaine dernière, la note de la Tunisie.

Mais voilà. Le peuple égyptien va être aujourd’hui en grève générale et une manifestation géante va avoir lieu. C’est peut-être un tournant, et chez tous les démocrates l’inquiétude le dispute à l’espoir.

Ce qui se passe 
en Égypte, après 
la Tunisie, n’ébranle pas seulement 
le monde arabe. 
On en était préoccupé à Davos.

 

Maurice Ulrich "l'Humanité" 4/02/2011

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 22:45

Le jet emprunté par Michèle Alliot-Marie et sa famille en vacances en Tunisie durant la Révolution de Jasmin était régulièrement utilisé par le clan Ben Ali.

L'avion emprunté par Michèle Alliot-Marie et sa famille en vacances en Tunisie entre Noël et Nouvel an, soit en pleines émeutes contre la dictature de Ben Ali, n'en finit pas de faire des escales à la rubrique "révélations. Mercredi, le Canard Enchaîné révélait que la ministre des Affaires étrangères avait bénéficié d'un vol intérieur à bord du jet privé d'un de ses amis, l'homme d'affaires tunisien Aziz Miled, proche du clan Ben Ali. Aujourd'hui, Mediapart affirme avoir recueilli des indices convergents montrant que l'avion appartenait bien au clan Ben Ali et qu'il aurait même pu servir au clan Ben Ali dans sa fuite vers l'Egypte dans la soirée du 14 janvier dernier. L'ex-président, qui s'est réfugié en Arabie Saoudite, ne s'y trouvait pas, mais Médiapart se demande si des membres du clan Ben Ali n'y avaient pas pris place.

Selon le site internet d'informations, le beau-frère de Zine el-Abidine Ben Ali était l'un des principaux utilisateurs de l'aéronef. Ce Bombardier Challenger immatriculé TS-IBT ne serait pas la propriété du seul Aziz Miled. "Officiellement, il appartient au groupe Nouvelair, fruit d'une fusion entre la compagnie éponyme de M. Miled et celle de Belhassen Trabelsi, Karthago Airlines, devenu PDG de la nouvelle entité", dit Médiapart. "D'après les relevés de l'office européen d'aviation EuroControl, le jet du scandale (...) est enregistré au seul nom de la compagnie Karthago Airlines, une société fondée par Belhassen Trabelsi, le beau-frère honni de Ben Ali, et pièce centrale du système de corruption tunisien."

II n'y a "rien de neuf dans les faits", a réagi le Quay d'Orsay. "Depuis le début, on dit que l'avion appartenait à la société Nouvelair dont Aziz Miled est fondateur et qui a été associé de force à Trabelsi", a-t-on ajouté. Michèle Alliot-Marie a expliqué mercredi qu'Aziz Miled était plutôt "une victime" du système de corruption du clan Ben Ali qu'un de ses proches.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 10:41

HPIM3302

bruno saumurÉLECTIONS CANTONALES 

 

Les cantonales sont le dernier scrutin populaire, il aura lieu les 20 et 27 mars et représente un enjeu fort avant l'échéance des présidentielles de 2012. C'est le moment de réaffirmer notre indignation face à la politique que mène la droite depuis bien trop longtemps.

Voter aux élections cantonales, voter pour des candidats communistes et du Front de gauche, c'est choisir de sanctionner Sarkozy. C'est voter pour des départements qui constitueront un bouclier social fort contre la précarisation et les atteintes aux droits sociaux.

 

Une droite toujours aussi arrogante

La feuille de route que s'est fixée la droite depuis 2007 est un rouleau compresseur pour nos acquis sociaux. Au cœur de leur politique, c'est la destruction progressive du service public avec le non remplacement d'un départ de fonctionnaire sur deux, 16000 postes d'enseignants supprimés,  le démantèlement des hôpitaux publics, la casse des retraites... certains proposent même de revenir à la semaine de 39h quand d'autres n'hésitent pas à parler de baisse des salaires.

Ce que la droite fait, pour satisfaire les marchés financiers, c'est toujours plus de cadeaux aux actionnaires et aux banques,  l'austérité pour les populations.

 

Face à la droite... une bonne gauche

Dans quelques semaines les citoyennes et les citoyens seront appelés à voter dans la moitié des cantons. Ce sera le dernier scrutin avant les présidentielles. Il ne faut pas laisser passer l'occasion de sanctionner Nicolas Sarkozy et ses choix politiques néfastes. Comme nous l'avons fait lors des précédents scrutins, il faut battre la droite et ses candidats, leur ôter l'occasion de nuire dans les départements comme le gouvernement le fait au niveau national. Voter pour le Front de Gauche, c'est choisir la gauche du courage, celle qui ne tergiverse pas avec le libéralisme.

 

                                                                                        Lutter pour préserver la démocratie locale

c'est aussi lutter contre la réforme des politique publiques (RGPP) engagée par Sarkozy qui est une véritable destruction de l'ensemble de l'organisation territoriale de notre pays. Au travers de cette réforme, la droite cherche à éloigner les institutions des citoyens et attenter à notre vie démocratique. Elle asphyxie les collectivités locales par le transfert de compétences non compensées financièrement ce qui provoque l'alourdissement des impôts locaux. Encore une fois, la droite et ses réformes nauséabondes font payer le peuple !

Cette réforme ne s'arrêtera pas aux départements et aux régions. Cette réforme autoritaire a également pour ambition de réduire à néant les communes. Mais jusqu'où ira la droite dans l'entreprise du démantèlement institutionnel qu'elle a engagé?

 

Des Conseils généraux utiles pour mieux vivre


 Les conseils généraux ce sont aussi des politiques qui peuvent être au service des citoyens. Ils gèrent notamment l'action sociale et sanitaire, l'insertion sociale et professionnelle, l'éducation et la culture avec particulièrement les collèges, le développement économique...

Les conseils généraux dirigés par des Présidents communistes mènent des politiques exemplaires. C'est par exemple la réappropriation de l'eau dans le Val-de-marne par la création d'un service public de l'eau. C'est encore dans ce même département une politique de la petite enfance reconnue. Dans l'Allier c'est la démocratie qui a été au centre du mandat communiste : l'écoute des populations et de leurs besoins.

 

L'importance des élus de proximité

Les élections cantonales permettent d'élire des conseillers généraux qui peuvent être de véritables acteurs de solidarité. Il s'agit d'œuvrer pour l'expression et la pratique de la démocratie locale et répondre aux besoins des populations. Les élus communistes et du Front de gauche, se battront pour que rien ne se décide sans la consultation des habitants, des salariés, des jeunes, des forces vives et associatives des départemen

En défendant le logement comme un droit pour tous, la jeunesse, l'école, le transport, l'emploi... les élus communistes et du Front de gauche travailleront en faveur de départements solidaires, citoyens et démocratiques,notamment la lutte contre l'implantation d'une paternité porcine de 1000 têtes à LUZAY au sujet de laquelle nos candidats Bruno FORNACIARI et Ernest LEVINDRE demandent l'organisation d'un référendum d'initiative populaire, ainsi qu'une grande consultation citoyenne pour le maintien et la modernisation de l'hôpital de proximité de THOUARS.

 

Vous pourrez compter sur les élus du Front de Gauche, dans votre département, dans vos quartiers et dans votre entreprise pour soutenir vos luttes et vos aspirations à plus de justice.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vous pouvez prendre CONTACT avec le PCF THOUARSAIS

9 chemin de volbine 79330 SAINT-VARENT

Tél.05 49 67 94 57                            e-mail : pcf.thouarsais@orange.fr

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans CANTONALES 2011
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre