Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 15:09
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DIVERS
commenter cet article
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 09:33

Un comité technique paritaire s'est réuni mardi, au ministère de l'Education. A l'ordre du jour, la suppression de 16 000 postes et leur répartition dans chaque académie.

La FSU, le SGEN-CFDT et la CGT ont quitté la séance et l'UNSA education a refusé d'y sièger. "Le budget 2011 prévoit la suppression de 16000 emplois et n'affiche d'autre ambition pour le système éducatif que la recherche d'économies à partir du dogme du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite" relève le collectif" Un pays une école, notre avenir".

Ce rassemblement de syndicats d'enseignants, d'organisation de parents d'élève (FCPCE), de lycéens et d'étuduants appelle à une journée de mobilisation dans toute la France, le samedi 22 janvier 2011. Si tous les moyens diminuent "les effectifs d'élèves vont continuer d'augmenter et la part du PIB français destiné aux enseignements primaires et secondaires a diminué dans la période récente, en passant de 4,5 % en 1995 à 3,9 % en 2006" dénonce-t-il.

En 2010 les suppressions de postes ont été quasiment invisibles car elles n'ont touché que les professeurs stagiaires, remplacés par des titulaires de CAPES sans formation. Mais en 2011 elles se traduiront par des fermetures de classes, des suppressions de places en maternelles, des réductions de postes et d'options, des hausses d'effectifs dans les classes".

 

HQ du 22/12/2010 Pierre Duquesne

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans EDUCATION-FORMATION
commenter cet article
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 03:48

Je publie ci-après la liste des 52 derniers invités de Jean-Jacques BOURDIN officiant pour RTL/BFM-TV

 

 

Manuel Vals                                        PS

Nadine Morano                                          UMP- Gouvernement

Dominique Bussereau                                UMPex Ministre

Eric Besson                                               UMP-Gouvernement

Frédéric BOUZET                                                                                    Dir Gal CITROËN

Nathalie Kocisco-Morizet                             UMP-Gouvernement

Luc Chatel                                                  UMP-Gouvernement

Didier Migaud                                      PS

Georges Tron                                              UMP-Gouvernement

Rama Yade                                                 UMP ex ministre

Michèle Alliot-Marie                                      UMP Gouvernement

Jean-Marc Ayrault                                PS

Professeur OlivierCaen                                                                              Medecin

Roselyne Bachelot                                        UMP Gouvernement

Olivier Besancenot                                                                                                           NPA

Nadine Morano                                             UMP Gouvernement

Jean-Louis Borloo                                        Centre-Gouvernement

Bruno Lemaire                                              UMP Gouvernement

Xavier bertand                                              UMP secr. Gal

Valérie Pacresse                                           UMP Gouvernement

Benoît Hamon                                       PS

Luc Chatel                                                    UMP Gouvernement

Général Vincent Deportes                                                                            Armée

Manuel Vals                                           PS

Jean-François Copé                                      UMP Gouvernement

Jean-Pierre Raffarin                                      UMP ex ministre

Jean-Pierre JOUYET                                              Gouvernement

Benoît Apparu                                                UMP Gouvernement

Jean-Louis Debré                                           UMP ex Pdt Assemblée Nat.

Pierre Asam                                                                                                 Medecin

Olivier Morice                                                                                               Avocat

Giscard d'Estaing                                            ancien Pdt République

Arnaud Montebourg                                PS

Christian Jacob                                               UMP Gouvernement

Nathalie Mocisko -Morizet                                 UMP Gouvernement

Laurent Fabius                                        PS

Jean-Luc Mélanchon                                                                                                            PG

François Baroin                                                UMP

Marine Le pen                                                                                                                      FN

Chantal Jouano                                                 UMP Gouvernement

Cécile Duflot                                                                                                                         VERT

Bernard Hugonnier                                                                                       DG adj OCDE

Nadine Morano                                                   UMP Gouvernement

Ségolène Royal                                       PS

Christine Lagarde                                              UMP Gouvernement

Danie Vaillant                                          PS

Pierre Laurent                                                                                                                       PCF

Fadela Amara                                                            Gouvernement

Dominique de Villepin                                          UMP ex Ministre

Jérôme Cahuzac                                     PS 

Repost 0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 03:26

La France "ne peut rester avec deux tiers des hôpitaux en déficit(...), ce n'est pas sain". En déplacement hier à Avignon, le chef de l'Etat a défendu la politique hospitalière du gouvernement, insistant sur la nécessité pour les hôpitaux d'améliorer leur situation financière. "Oui, c'est vrai, il faudrait mieux payer les personnels, il faudrait plus d'emplois dans les hôpitaux", a reconnu Nicolas Sarkozy, promettant que le gouvernement continuerait "a investirdans l'hôpital", mais avec "une seule limite", celle du "respect des équilibres". "Nous avons un contrat de retour à l'équilibre. On le tiendra" a-t-il rappelé.

Ainsi pour 2011, la hausse des dépenses de santé devrait être contenue à 2,9 % contre 3 % en 2010.

Pas de quoi rassurer les personnels hospitaliers et les usagers qui savent que lutte contre les déficits signifie suppression de postes et (ou) d'activités. Comme le propose ou le prévoit Mr Birée pour l'hôpital de Thouars en supprimant la chirurgie. Ce dernier "compenserait" les lits et les emplois perdus par un renfort du secteur "Psychothérapie" et "addictologie".

Quid des urgences! Un bras cassé ou une appendicite serait traitée alors dans le secteur psy?

C'est vraiment une histoire de fous !

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SANTE
commenter cet article
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 13:36

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 03:22

DSC 0004

C’est avec conviction que je soutiens la démarche(*)qui consiste à porter dans le débat des communistes et des autres organisations qui composent le Front de gauche, et des militants engagés dans cette stratégie, l’intérêt et l’avantage, pour le mouvement populaire tout entier qu’il y aurait à ce que André Chassaigne, député communiste porte les propositions du Front de gauche lors de la campagne des Présidentielles. Nous l’avions déjà constaté lors des Présidentielles de 2007 où, les « médias » publics, dont ma mainmise du pouvoir est avérée et dont la plupart  des « journalistes » se prêtent à sa propagande, et les médias privés, détenus par des grands groupes capitalistes dont on sait leur aversion pour le vrai changement, avaient choisi le candidat socialiste devant faire face à Sarkozy pour le 2e tour de la Présidentielle de 2007, à l'époque, Madame Royal, avec le résultat que l'on connait. Une fois posée que Sarkozy postulera, pour la droite, à une deuxième mandat,  aujourd’hui, ils installent  au casting DSK et Ségolène pour le PS en les mettant en scène, sciemment.

 

Mais cette fois-ci l'ambition est plus large encore. Ils tentent de peser sur les débats du Front de gauche pour les Présidentielles. Ils ont fait leur choix : ce sera  Jean-Luc Mélanchon candidat « naturel » du Front de gauche. Les lumières des médias l’éclairent complaisamment, ces temps-ci. Il serait ainsi "le bruit et la fureur", en quelque sorte le sauveur suprême. Cette tentative des médias, à laquelle il se prête goulument d'ailleurs, est pleine de danger. Car en personnalisant la campagne, il déssaisit les militants, et le rassemblement de tous, dans l'élaboration d'un projet et par suite, d'un programme partagé par les différentes sensibilités de gauche acquises à un changement de société.

Il en fragilise le dessein, car aujourd'hui, par calcul politicien sans doute,  les médias l'installe comme "Dieu",mais demain,  le descendront en "Enfer". La ficelle est grosse, mais s'insinue autour de notre cou si nous n'y prenons pas garde.

 

La manipulation est habile, car, si demain, après moult débats et réflexions , les militants des partis et mouvements composant le Front de Gauche, choisissaient André Chassaigne, par exemple, les communistes seraient  accusés alors, de prétendre corseter à leur profit une stratégie et une candidature, qui si elle se confirmait, serait vouée à l’échec parce qu'elle est d'origine communiste (se rappeler des débats des collectifs antilibéraux à la Présidentielle) et nuirait à toute la gauche. Le Parti étant accusé une fois de plus de briser l'espoir et de faire le jeu du PS..

Ne soyons pas dupes. C’est bien du contenu des propositions alternatives qui seront mises, avec forces et convictions au sein de la campagne présidentielle, et du nombre de militants qui les porteront que dépendra, finalement, l’influence des ces propositions et du score électoral du candidat du Front de gauche. La candidature, l'ambition, le programme,  doivent être conçus  comme un patrimoine commun à l’opposé de l’homme providentiel fût-il talentueux .

 

Ce projet, co-élaboré par les milliers de militants qui en sont à l’origine et qui les partagent doit être porté par une personnalité dont l'objectif n'est pas sa personne mais le bien commun du projet., rassembler  largement à gauche sur les propositions et les solutions alternatives aux logiques libérales. Ni conformisme de droite, ni pragmatisme de gauche.  Pour ce qui me concerne, je soutiens la candidature de André Chassaigne, que malheureusement les médias ignorent délibéremment. A ce propos, la direction du Parti serait bien inspirée de dénoncer la quasi censure des médias qui s'exerce à l'encontre de ce candidat potentiel du Front de Gauche et plus généralement des dirigeants et des élus communistes.

 

L’expérience malheureuse  des collectifs antilibéraux qui a échouée ne doit pas se reproduire.  C'est pourtant ce qui se trame, en coulisse, avec la réapparition "opportune " des objectifs "Mélanchonistes" de construire "die Linke", et la demande d'adhésion" de la FASE et du M'PEP au Front de Gauche. Cette dernière étant acceptée et souhaitée publiquement par notre camarade Jean-Luc,  les débats internes des partenaires du front de gauche passant au second plan...naturellement.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 03:03

France 2 promeut la haine...

 

Ces temps-ci, le microcosme politico-médiacratique a de quoi nous inquiéter. Il suffisait de regarder "À vous de juger "sur France 2, pour en percevoir toute la perversité. Ce fut dabord le honteux tapis rouge déroulé sous les pieds de Marine Le Pen, qui, durant une heure et demie et sans vrais contradicteurs, eut le loisir de surfer à sa guise sur la crise économique, sur les ruines d’une France en atomisation sociale avancée, sur le pourrissement ultra-droitier du sarkozysme, sur les misères du monde libéral et les méfaits de l’Europe… la bonne blague ! La tentative de ripolinage opérée par la leader d’extrême droite fut une nouvelle fois grossière.  « Vous parlez comme la gauche ? », osa Arlette Chabot à la fifille de papa. Elle servit ainsi de porte-plats aux revendications de haine de lautre, à la destruction souhaitée des liens sociaux et des solidarités républicaines. Cela était plus quindécent. C’était une insulte à lidée que nous nous faisons des services publics et de la parole publique en général, dévaluée, maltraitée. Et si le danger FN existe, comme en témoignent tous les sondages, il faudra le combattre avec courage et non en gobant passivement les paroles plus ou moins adoucies dune Le Pen en voie de banalisation…

 

et les petites "affaires" du PS...

 

Mais ce n’est pas tout. Après la tribune libre accordée aux âmes noires de l’« œuvre française » pseudo-moderne, nous avons eu le droit à une séquence "surréaliste" consacrée au Parti socialiste, façon ultra Ve Républi¬que. Nos éditocrates réunis semblaient plus disposés à évoquer la question des primaires que celle du programme. Reconnaissons que, en ce moment, certains protagonistes du PS se prêtent volontiers à ce type de réflexes. Si, pour une majorité de militants socialistes, les primaires sont attendues avec bienveillance, beaucoup expriment leurs craintes qu’une vulgaire « guerre des chefs » ne vienne anéantir la construction des idées. La bataille des ego aurait débuté et avec elle, comme un vieux film tôt rembobiné, la machine à désillusionner le peuple de gauche… Entre nous, ces débats de postures sont-ils à la hauteur des enjeux actuels ? Il n’y a pas de quoi sourire. La France va mal. Et si les classes populaires se demandent légitimement : « Comment en finir avec le sarkozysme ? », c’est d’abord parce qu’elles expriment leurs souffrances sociales après des années de sacrifices…

 

Refuser la spectacularisation de la politique et la personnalisation à outrance est donc une question de dignité citoyenne.


Toute la gauche doit y réfléchir, non comme un défi, mais une exigence. Le sarkozysme est en crise et le socle sur lequel le prince-président avait construit son succès s’est profondément effrité. Quand on est de gauche, il y a tout lieu de s’en féliciter. Mais s’en contenter ne suffira pas, ce serait même mortifère. Après la séquence sociale que les Français viennent d’imposer au pouvoir, nous savons que nos concitoyens sont durablement ancrés dans une contestation du système, qu’ils critiquent désormais sans modération, et avec elle,  les « logiques du capitalisme financier » ou des solutions du FMI… Comment douter que c’est évidemment sur cet idéal d’égalité et de justice que doit se construire une dynamique de gauche ? Pour répondre à la révolte (massive) contre les injustices, la gauche doit préparer et inventer bien plus quune « alternance » douce et paisible, mais bel et bien un chan gement de société qui refonderait la République elle-même. Un enjeu de civilisation, rien de moins. Ni conformisme de droite, ni pragmatisme de gauche.

En ce domaine, la responsabilité du Front de gauche est immense. Pour bousculer l’hégémonie du PS et réinstaller une espérance crédible, qui a tant fait défaut depuis une génération….

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 14:23

 

 

DSC 0004

Dans le compte-rendu de l'interview donnée à la Nouvelle   République jeudi 9 décembre 2010, publié le 18 décembre, Pierre Calmeilles, en raison d'un "mastic" dans ses notes, me fait dire, à tort, que j'accuserais le Maire de Saint-Varent de livrer la ville aux spéculateurs. En fait, je m'insurge contre le fait que Pierre RAMBAULT et le conseil municipal se substituent aux promoteurs privés ou aux porteurs de projets pour financer, sur les deniers publics, des investissements dont la finalité est  privée. Quant aux résultats escomptés ils sont aléatoires et le projet dispendieux pour la commune. Je mets bout à bout deux évènements qui en disent beaucoup sur les orientations et les méthodes de gestion municipales.

 

 

 

PRIVATISATION DE LA CANTINE SCOLAIRE  ET SUPPRESSION D'EMPLOI

L'association de parents d'élèves qui gère la cantine, émet le vœux de ne plus assurer cette responsabilité, et demande à la municipalité d'examiner cette demande avec bienveillance et de trouver une solution. Quelques mois plus tard, la solution est trouvée et, sans mise en concurrence véritable, la restauration scolaire est  privatisée et confiée à la société  Restoria. Au passage, l'emploi de Madame Ballard, gestionnaire de la cantine « disparaît » dans la transaction. Les Prud'Hommes sollicités par la victime de cette suppression d'emploi,  obligent  la municipalité à appliquer la loi et celle-ci intègre l'employée à ses effectifs. Mais cette dernière n'est pas sauvée pour autant. En effet, dans le cadre du contrat avec Restoria, la gestion  administratve en est partiellement écartée et les tâches qui y sont liées, réparties entre différents services municipaux, qui accroissent, au passage, leur charge de travail  et leurs responsabilités . Résultat, Monsieur le Maire, Pierre Rambault, dans une séance  du conseil municipal à "huis-clos", licencie derechef  l'employée qu'il venait d'embaucher la minute précédente. C'est sans doute la façon dont la majorité municipale applique la recommandation gouvernementale de ne pas remplacer 1 fonctionnaire sur 2, se lavant les mains des difficultés que rencontre désormais cette mère de famille, mise au chômage, (fait extrêmement rare) au motif qu'il n'y aurait plus de justifiction de poste. La bonne blague! (voir plus haut le partage du travail avec les autres services) Ainsi la ville se sépare de l'activité restauration scolaire, pour faire des économies ?
 

 PARADOXE

 

 A côté de ça, après s'être débarrassée de la restauration scolaire publique, la municipalité s'embarrasse dans  la construction d'un ensemble commercial privé dont le commerce de bouche avec  un hôtel-restaurant. Le Maire confirme que l'emprunt contracté pour cela s'élève à 1 142 000 €. remboursable en 25 ans.  Fichtre!

 

Mais, nous rassure-t-on d'un autre côté, les diverses subventions d'argent publics émanant de l'Etat et des autres collectivités territoriales allègeront la charge communale estimée à 400 000 €.  Mais d'autres subventions sont à nouveau demandées qui pourraient réduire encore l'effort communal à  200 000 €. Et l'on nous dit qu'à raison d'un loyer mensuel de 2000 € (si tous les lots sont occupés) il ne faudra pas plus de 3 ans  pour le retour sur investissements. Voire.

 

 FAIRE MARCHER LA CALCULETTE

 

D'après un petit calcul somme toute, assez simple, si l'on emprunte 1 142 000 €, sans compter le coût de l'emprunt (entre 3 et 4%) à raison d'une recette de 2000 € combien faudra-t-il de mois pour un simple retour sur investissement. RESULTAT : 571 mois soit  près de 48 années. Ainsi, il faudra encore près de 23 ans aux bénéficiaires des locaux pour rembourser l'investissement. Si l'on prend uniquement ce qui revient en charge à la commune, après subvention, soit 400 000 €, c'est 200 mois ou près de 17 années qu'il faudra attendre pour en être quittes. Et si l'on compte pour 200 000 € c'est tout de même près de 9 ans. Est-ce bien raisonnable cette avance sur recettes en quelques sorte au frais des contribuables ?

 

Mais qui sont donc les bénéficiaires de ces largesses ? Pour quels projets viables attendus ?, pour quelles activités péreines, pour répondre à quels besoins ? , quels avantages en tirerons les  Saint-Varentais ?, et quels engagements  sur le long terme ?. Les risques sont pris en charge intégralement par la collectivité pour assurer d'éventuels "bénéfices" qui eux seront privés? Mais on connaît la formule venant de haut : les charges au public, les bénéfices au privé !

 

Nous avons déjà un exemple. La municipalité a investi plusieurs dizaines de milliers d'€ pour transférer le magasin d'esthétique d'un trottoir à l'autre,  en achetant  et en transformant la librairie en magasin d'esthétique, plus un appartement. avantages  Quelles charges et quelles recettes pour le budget communal ? Une réponse comblerait  notre curiosité.

 

RENFORCER LES SERVICES PUBLICS

 

Il y avait donc les moyens de conserver la restauration scolaire publique, question de volonté politique. Des investissement utiles pourraient être envisagés, en matière de logements, notamment pour les jeunes qui désertent la commune faute de pouvoir se loger, de transport pour permettre les déplacements, notamment de nos anciens qui sont isolés ou  ne conduisent plus, pour se faire soigner et bénéficier d'une aide sociale pour des foyers dont 43 % d'entre eux n'atteignent pas 1100 €, nos jeunes, les femmes, les ouvriers ne perçoivent le plus souvent que des salaires du niveau du SMIC. ou inférieur.  Il n'aura augmenté cette année que de 16 €, comme depuis 5 ans sans aucun "coup de pouce" du gouvernement pourtant très large avec les milliardaires.

 

Tandis que le carburant augmente régulièrement pour atteindre des sommets, que l'on annonce des hausses vertigineuses de l'électricité (25%) jusqu'en 2015, plus près de nous celles du ramassage des ordures ménagères de 5 %, de la taxe foncière et d'habitation, les hausses de prix des denrées alimentaires, des fruits, des légumes, le pouvoir d'achat s'amenuise jusqu'à ne pas permettre tout à la fois de se loger et se chauffer convenablement, se nourrir, se soigner, se vêtir, se distraire, se cultiver.

 

SOLIDARITE

 

 Oui, la vie est dure pour les pauvres. Et pourtant les profits des entreprises du CAC 40, représentent cette année 170 milliards d'€, le nombre de milliardaires ne fait que progresser tandis que le nombre de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté augmente dramatiquement (7 millions en France) et que le nombre bénéficiaires du Secours Populaire ou du Secours Catholique explose, rendant ces organisations humanitaires dans l'impossibilité de répondre aux besoins croissants de ces familles modestes.

 

VIVRE MIEUX C'EST POSSIBLE

 

Notre pays est riche. Les travailleurs manuels et intellectuels  produisent les biens et services nécessaires à la population, Nous devrions avoir tous les moyens de vivre dignement.

Pour cela il faut réorienter l'économie vers une politique qui met la priorité sur L'HUMAIN D'ABORD. Une politique qui prenne à bras-le-corps les besoins de la population et parmi elle, les plus fragiles, et s'en donne les moyens.  Il faut de meilleurs salaires et une bonne protection sociale, la retraite à 60 ans à taux plein et en augmentation les pensions et les minimas sociaux.' Bien sûr il faut choisir. Ou rouler pour les riches, ou s'attaquer aux profits financiers, à la spéculation, et rendre à la collectivité et à la nation la maîtrise des grands secteurs de l'économie et de la finance sans lesquels le changement serait un vain mot.  Impulser un autre mode de développement et  une autre répartition des richesses. Une politique qui consiste à  prendre chaque  jour et pour chaque décision la voie d'un humanisme conséquent où l'économie est au service de l'homme, où les individus s'épanouissent dans le collectif, où  les femmes et les hommes qui compose l'humanité, en protégeant la nature se respectent eux-mêmes.

Soyons audacieux, osons.

 

Bruno fornaciari –

 

Publié dans : SAINT-VARENT sur bruno-fornaciari overblog.com

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SAINT-VARENT
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 14:40

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DETENDEZ-VOUS EN MUSIQUE
commenter cet article
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 09:21

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans RETRAITES
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre