Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 19:50

 

De bonne idées  souvent, mais il questionne : "tu ne veux pas de mon accord préalable?"
Croit-on que la question c'est entre Mélanchon et ... quelques autres personnalités
Je me permets de penser que le programme, qui doit être partagé, doit être porté par un candidat qui le met en avant ainsi que le collectif qui le porte. Ce programme doit devenir populaire. Ce qui suppose un ordre de priorité. Lre programme d"abord. La personalité à son service et non l'inverse.
Avec le camarade Mélanchon il y a encore du travail de ce point de vue.
Nous verrons bien la suite...

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans CANTONALES 2011
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 16:55
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 08:45

 

 

 

 

La révolte/Révolution tunisienne est encore en mouvement et c'est le peuple Egyptien qui défile massivement dans les rue des grandes villes pour dire à Moubarak : DEGAGE.  La répression est féroce.  arrestations en quelques jours, tirs à balle caoutchouc sur les manifestants produisant des centaines de blessés que le hôpitaux ont du mal à accueillir. Puis l'on annonce plus de 100 morts tués à balles réelles, la censure internet et téléphones portables, l'ntervention de l'armée, le couvre-feu, des chars et des avions de combats. Ubuesque !! Dramatique, invraisemblable. Les Egyptiens n'en croient pas leurs yeux. Des avions pour mater le peuple. Rien n'y fait, ils decendent de plus en plus nombreux, dans les arteres des villes pour exiger la LIBERTE, tout simplement, du travail et des salaires décents dont la moyenne actuelle atteint 80 €, dans une économie exceptionelle, comme el relève le journal français "Les Echos" dont la croissance est  sa férocité. Il aura fallu attendre 5 jours pour entendre enfin le 1er ministre François Fillon (le bien nommer) réclamer seulement "l'arrêt de la violence". L'attitude du gouvernement et de l'UMP sur la Tunisie n'était donc pas un accident dû à l'impértitie de l'ambassadeur limogé quelques jours plus tard. C'est une constante du soutien accordé, le plus longtemps possible, aux criminels de guerre jadis, aux dictateur africains et autres tontons macoutes hier, et à Ben Ali et Moubarak aujourd'hui.

Le peuple tunisien et egyptien sont solidaires dans leur combat pour la liberté de vivre. Ils peuvent compter sur les communistes français et de tous les démocrates.

Les vitrines médiatiques , les moyens modernes de communication malgré la censure rendent inopérants les tentatives de museler les peuples. Les réseaux sociaux internet se substituent aux censures médiatiques.

 

Le monde bouge ! Et si la mondialisation libérale est en cours de nombreux obstacles se dressent devant elle. Et d'abord l'exigence universelle de vivre mieux, ensemble. La conscience que le capitalisme n'est pas la fin de l'histoitre mais le fossoyeur de l'avenir. Et qu'il s'agit bien de construire ici et ailleurs, maitenant ce monde solidaire auquel aspire les peuples et les démocrates de tous les pays.

 

SOLIDARITE AVEC LES PEUPLES TUNIENS ET EGYPTIENS EN LUTTE POUR LEURS LIBERTES...

et les nôtres. EXIGEONS l'arrêt de la répression, la levée du couvre-feu et le rétabissement de toutes les libertés comme le demande ces peuples.

 

La contagion pour la  libération des jougs dictatoriaux s'étends de la Tunisie à l'Egypte et pourquoi pas de ces peuples aux peuples européens pour leur libération du joug capitaliste et de la concurrence libre et non faussée qui conduit à l'extrême richesse des uns et à la pauvreté des autres !!

 

Faire tomber une autre dictature : celle des marchés.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 08:48

 

Un numéro hors série de l'Humanité décrypte les origines et l'évolution du communisme en France. Quarante personnalités parlent de l'avenir.

La crise financière, particulièrement spectaculaire aux États-Unis et en Europe, a érodé la confiance dans un ordre économique présenté généralement par les idéologues du libéralisme comme l'aboutissement de la civilisation humaine. Puis on se mit à reparler du capitalisme. Les ouvres de Marx firent leur réapparition dans les librairies, et Nicolas Sarkozy lui-même tenta de se poser en « moralisateur » du capitalisme. Engagement illusoire certes, mais qui reflète l'impopularité d'un système considéré comme injuste et dont, fait nouveau, l'efficacité est de plus en plus discutée. La lutte des classes n'est plus un sujet tabou, ainsi que l'a montré, au cours des manifestations pour les retraites, le badge si populaire « je lutte des classes ». Les forces politiques se réclamant du marxisme, en premier lieu les communistes, n'ont pas engrangé encore de grands bénéfices électoraux dans le climat actuel. Le terrain perdu n'est pas encore regagné. Pour autant, l'hypothèse communiste, l'espérance d'une gestion du monde en commun reste d'actualité, suscite un regain d'intérêt.

Le 90e anniversaire du Congrès de Tours (du 25 au 30 décembre 1920) était une occasion à saisir pour comprendre pourquoi la France contemporaine s'est construite aussi avec le concours du communisme. C'est finalement la question que l'Humanité s'est efforcée de traiter dans le numéro hors série exceptionnel qui va être disponible au cours des prochaines heures dans les kiosques, et que l'on peut commander directement à l'Humanité. La France fut le seul pays européen dans lequel la fondation du Parti communiste résultât de la volonté majoritaire des socialistes d'alors. Les horreurs de la Première Guerre mondiale, contre laquelle Jaurès s'était dressé, les souvenirs de l'ouvre inachevée de la Révolution française, ce vieux rêve jacobin, Babeuf, la Commune de Paris sont autant d'éléments qui disposaient le mouvement ouvrier français à choisir la radicalité, et à éprouver de la sympathie pour la révolution russe de 1917.

De nombreux historiens spécialistes de l'histoire sociale et du mouvement communiste ont conjugué leur savoir et leur expertise : Jacques Girault, Roger Martelli, Serge Wolikow, Annette Wieviorka, Roger Bourderon, Claude Mazauric. décryptent les premières formes de la pensée communiste. Des contributions aident à comprendre l'évolution du PCF au cours du XXe siècle : un parti qui reste longtemps attaché à l'exemple de l'Union soviétique mais qui, en France, s'affirma comme un grand parti national initiateur du Front populaire, un acteur majeur de la Résistance ainsi que des avancées sociales de la Libération. Une table ronde avec Marc Ferro, Bernard Pudal, Jacques Giraud, et un passionnant dialogue entre les philosophes marxistes Lucien Sève et André Tosel invitent le lecteur à poursuivre le débat et la réflexion.

Le dernier chapitre, ouvert par un article de Patrick Le Hyaric, directeur de l'Humanité, publie des textes de personnalités de gauche de toutes générations, qui s'expriment sur l'avenir d'une espérance qui vient de loin.

Jean-Paul Piérot  

 Cliquez ici pour commander ce hors-série disponible dans notre boutique en ligne  

Ce hors-série de 84 pages est vendu au prix unitaire de 7 euros + 1 euro de frais de port pour la France métropolitaine.» 

Pour imprimer le bon de commande cliquez sur la photo :

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 09:14

Quand la mauvaise foi de la FASE et l'ambition personnelle de son chef tiennent lieu de ligne politique.


A partir d’une information erronée de la NR sur les cantonales à Thouars (19/1 et rectifiée le 20/1), Monsieur Jean-Pierre Gay et la FASE trouvent là le prétexte à une grossière et violente diatribe anticommuniste doublée d’attaques personnelles. Tout homme politique sérieux vérifie à la source ce type d’informations avant de réagir. Ce ne fût le cas, ni auprès du journal, ni auprès d’aucuns d’entre nous.

Dans le cadre des cantonales à Thouars, les communistes réunis, ont eu l’idée de proposer la candidature Front de Gauche à une personne issue du monde du travail. Le syndicaliste qui représentait bien la lutte pour la défense des services publics, non communiste, à qui nous l’avions proposé, a décliné notre offre pour raisons personnelles. Nous avons donc réfléchi à une autre possibilité. C’est ainsi que la candidature de Ernest LEVINDRE  a été avancée. Et, en effet, Nénesse, ouvrier-mécanicien, « Thouarsais depuis toujours », syndicaliste CGT, défenseurs des travailleurs aux prud’hommes de Thouars depuis 37 ans, connu et apprécié de la population, remplissait presque tous les critères que nous avions élaborés ensemble. C’est bien le monde du travail et sa défense que nous mettions ainsi en avant avec cette candidature. Et c’est à l’unanimité que les communistes thouarsais ont décidé de la proposer au Front de gauche. (comme celle de Bruno Fornaciari à Saint-Varent) Et c’est cette seule information que nous avons livré à la NR. Cela n’a rien à voir avec les prétendus diktats ou les passages en force décrits par Jean-Pierre Gay.

 La vérité est ailleurs. Depuis toujours, le sieur Gay, dont l’égo surdimensionné l’aveugle parfois, cherche à imposer sa candidature, un jour pour les députés, un autre pour les régionales et aujourd’hui pour les cantonales. Mais pour cela, pour « exister », il a besoin de partenaires et notamment du Parti Communiste qui pourrait lui en fournir les moyens. Mais il lui est insupportable que quelqu’un d’autre que lui, puisse prétendre à la candidature qu’il convoite. Les communistes thouarsais ont considéré qu’il n’était pas rassembleur et lui ont préféré Ernest LEVINDRE, à justes raisons pensons-nous. L’expérience et le fiasco des régionales de 2009 est encore dans les mémoires où, après avoir rompu les négociations avec le Front de gauche il n’a même pas pu s’entendre avec son partenaire le NPA. Nous n’avons évidemment pas le projet de renouveler cet épisode malheureux.

Bien sûr, entre formations politiques,  les discussions, les négociations sont souhaitables. Encore eût-il fallu trouver un terrain d’entente et des avantages réciproques. Ce qui était loin d’être le cas contrairement à ce que prétend Monsieur GAY qui, dépité, se fait « harakiri ». Le mépris que ce dernier affiche à l’égard des militants communistes du thouarsais rendait de facto impossible l’approbation de sa candidature, et il le savait. C’est lui, qui, en intriguant dans leur dos tentait le passage en force.

Nous ne nous laisserons pas détourner de notre objectif : créer les conditions pour promouvoir une politique de justice et de progrès social jusqu’au conseil général, en présentant des candidats déterminés à faire prévaloir des solutions alternatives au libéralisme et battre la droite. Et pour cela la population du Thouarsais peut compter sur nous.

Une tempête dans un verre d’eau ne fera pas s’émouvoir dans les chaumières.

 

La Nouvelle République

 

Nous dévoilions mercredi la candidature d'Ernest Levindré sous les couleurs du Front de gauche aux cantonales de mars, ce que nous avons présenté comme une candidature officielle. Nous étions allés un peu vite en besogne : il s'agissait en fait du choix unanime des communistes thouarsais.

Candidat '' autoproclamé '' ?

Mais cela a suffi pour mettre le feu aux poudres à la gauche de la gauche. Dans un communiqué, le collectif nord deux-sévrien de la fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase, ex-antilibéraux), annonce en effet que pour éviter d'« ajouter le ridicule à la division », Jean-Pierre Gay (Fase) « renonce à faire acte de candidature sur le canton de Thouars 1 »*. Car, selon la Fase, « depuis plusieurs semaines des négociations se mènent à l'échelon départemental » entre le PCF, le Parti de gauche, la FASE et le NPA-sud79. « Autant de partis qui ont ainsi acté un accord politique fondé sur une orientation partagée et des candidatures communes. Il restait juste à finaliser quelques noms de candidatures avant la conférence de presse de lancement de notre campagne, prévue la semaine prochaine. Dans le cadre de cet accord départemental le canton de Thouars 1 devait avoir pour candidat Jean-Pierre Gay de la Fase. Celui-ci avait de surcroît reçu le soutien des Verts qui avaient décidé de ne pas présenter de candidat face à lui ».
Sauf que l'annonce dans nos colonnes de la candidature Levindré vient contrarier cet agencement. Et, pour la Fase, il y a un coupable : Bruno Fornaciari. « Au parti communiste, beaucoup ont compris que la survie de leur organisation dépend de sa capacité à s'ouvrir. Ce n'est malheureusement pas le cas de Bruno Fornaciari qui, faisant fi du débat démocratique et après s'être autoproclamé candidat du Front de gauche à Saint-Varent, n'a pas supporté que le candidat sur Thouars 1 ne soit pas membre du PCF. Ignorant l'accord unitaire, il s'est empressé de déclarer la candidature du communiste Ernest Levindré ; nous sommes scandalisés d'un tel coup de force relevant d'une époque que nous croyions révolue ». La Fase précise tout de même : « Nous n'avons rien contre Ernest Levindré ».

* La candidature de Jean-Pierre Gay n'était pas connue officiellement.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans CANTONALES 2011
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 13:52

En catimini, le 1er janvier 2011, le gouvernement à mis fin à l'allocationéquivalent retraite (AER). Une allocation financée par le régime de solidarité de l'Etat, créée en 2002 et permettant aux séniors n'ayant pas atteint l'âge de la retraite mais ayany acquis le nombre de trimestre suffisant, de touxcher une allocation majorée. François Fillon avait déjà tenté de la supprimer en 2008, période de crise économique, avant de la réhabiliter. La CGT chômeur a dénoncé "une atteinte grave à l'indemnisation" des 45000 séniors au chômage de longue durée concernés en 2010.

Cette suppression va toucher ceux qui en font la demande au 1er janvier. L'allocation spécifique de solidarité (ASS) et le RSA pourront leur être proposés. Mais,  comme el souligne la CGT, certains perdront jusqu'à 300 euros de revenus par mois. Avec la fin de l'AER, l'Etat franchi un pas supplémentaire dans son désangagement de l'indemnisation des chômeurs.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans RETRAITES
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 13:50

 

Il n’est jamais trop tard pour être en retard, semble proclamer le gouver­nement français, qui tente de justifier l’appui honteux qu’il a apporté à Ben Ali. Michèle Alliot-Marie argue que c’est par compassion qu’elle avait mis à la disposition de la répression en Tunisie « le savoir-faire, reconnu dans le monde entier, de nos forces de sécurité » aptes à « régler des situations sécuritaires de ce type ». Après cette faillite morale, sa démis­sion du Quai d’Orsay devrait être actée depuis longtemps. Suggérons donc au gouvernement français et à l’Élysée de prendre pour une fois un peu d’avance et de marquer leurs distances avec les régimes autoritaires, et particulièrement avec l’autocrate marocain qui a somptueusement accueilli Nicolas Sarkozy et Madame dans l’un de ses palais pour les fêtes de fin d’année. Dans les semaines qui viennent, on verra s’allonger la liste des responsables politiques, des dirigeants des médias ou de la communication, des grands patrons qui ont appuyé la dictature et en ont profité.

Après l’ignoble, le ridicule. « L’Internationale socialiste a rompu toute relation avec le RCD tunisien et l’a exclu de ses rangs », a annoncé le secrétaire national du PS, Jean-Christophe Cambadélis. Après combien de dizaines d’années de dictature, combien de milliers de morts, combien de jours et de nuits de tortures et de peur ? Il a fallu trois jours à cette instance présidée par le premier ministre grec, Georges Papandréou, pour prendre acte de l’exclusion du pouvoir de leur camarade par le peu­ple tunisien. Une majorité au Parlement européen a refusé d’adopter une motion de soutien au peuple tunisien. L’addition s’alourdit.

D’autres, à Tunis, tentent de jouer la montre. 
La colère rebondit contre la tentative 
de confiscation du gouvernement et du pouvoir par les hiérar­ques du régime dictatorial. Les postes clés restent aux mains des minis­tres qui ont conduit la répression : la police, les affaires étrangères, l’armée et les finances occultes de l’État Ben Ali. Dans tout le pays, des manifestations récusent la mascarade, et le puissant syndicat tunisien, ressourcé dans la révolte et qui se débarrasse des caciques corrompus, a demandé à ses membres de se retirer d’un gouvernement qu’il désa­voue. Il est sans doute trop tard pour que les dirigeants du parti de Ben Ali parviennent à le ripoliner et à le maintenir au pouvoir. Trop de sang a séché dans les rues et la peur s’évapore. « Être en retard est un acte de violence », écrivait Gandhi. Ceux qui, emplis de nostalgie coloniale, veu­lent imposer à la Tunisie qu’elle accorde un sursis au bénalisme sans Ben Ali datent visiblement. « Nous avons des droits sur les paroles 
qui forment et défont l’univers », écrivait Guillaume Apollinaire. C’est ce que proclament aujourd’hui les Tunisiens, les jeunes qui ont fait cette révolu­tion, les opposants qui n’ont pas plié sous la brutalité, les intellectuels qui n’ont pas failli, les syndicalistes, tout ce peuple qui a dû survivre sous le joug.

Cette parole, ils la prennent dans nos colonnes, qui furent si longtemps interdites par la censure tunisienne et qui ont accompagné la résistance des démocrates. Elles leur sont ouvertes. Ils savent que le peuple français regarde avec sympathie leur révolution de jasmin. 


 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 08:06
Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 07:58

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DETENDEZ-VOUS EN MUSIQUE
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 12:01

Jean-Jacques candelier député communiste demande la démission de Madame Alliot-Marie: 

 

"Le gouvernement est allé jusqu'à faire des offres de services au régime tunisien, proposant, en réponse à la question du député Jean-Paul Lecoq (PCF) posée à l'Assemblée Nationale le mardi 11 janvier, que "le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de règler des situations sécuritaires de ce type".Ces déclarations constituent une honte. Elle placent l'action du minitsre des Affaires Etrangères et uropéennes dans les pas de celle de l'aemée réactionnaire des rois d'europe, appellée à sa rescousse par Louis XVI, armée écrasée à Valmy par l'armée par l'armée patriotique française "de savetiers et de tailleurs". C'est à ce titre que je lui demande de démissionner"

 

Voici le texte complte de la réponse de Madame Alliot-Marie Ministre de la Défense à la question du député communiste Jean-Paul Lecoq :

 

"Monsieur le député, oui la Tunisie comme l'Algérie connaissent en ce moment des mouvements sociaux de grande ampleur et qui touchent particulièrement les jeunes. Face à cela, plutôt que de lancer des anathèmes, notre devoir est de faire une analyse sereine et objective de la situation.

 

Parlons du fond, tout d'abord. Il est vrai que dans ces deux pays, il y a énormément d'attentes – notamment de la part des jeunes, et en Tunisie particulièrement de jeunes formés – de pouvoir accéder au marché du travail.

Or c'est un problème pour ces pays. C'est bien la raison qui nous porte à souligner le bien-fondé de la volonté du Président de la République de répondre, dans le cadre du G8 et du G20, aux préoccupations et aux besoins de ces pays. Il s'agit, en particulier, de toutes les conditions nécessaires que la communauté internationale tout entière doit mettre pour permettre aux jeunes et aux jeunes diplômés de pouvoir accéder au marché du travail.

 

Le deuxième problème est effectivement celui des décès et des violences constatées à l'occasion de ces manifestations.

 

On ne peut que déplorer des violences concernant des peuples amis.

 

Pour autant, je rappelle que cela montre le bien-fondé de la politique que nous voulons mener quand nous proposons que le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de régler des situations sécuritaires de ce type.

 

C'est la raison pour laquelle nous proposons aux deux pays de permettre, dans le cadre de la coopération, d'agir dans ce sens, afin que le droit de manifester soit assuré de même que la sécurité". (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre