Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 03:53

FAURECIA licencie dans l'orne.

 

L'équipementier automobile FAURECIA prévoit 60 licenciements sur son site de Caligny dans l'Orne. Un site qui areçu la visite médiatique de  Nicolas Sarkozy en septembre 2009 et de l'argent public au titre du soutien à l'activité et à l'emploi : 23 millions d'euros, dont 16 de la région en 2009, qui par ailleurs a voté une subvention de 2,5 millions d'euros supplémentaires en octobre 2010. Une aide dénoncée notamment par le Parti de gauche qui en exige  le remboursement. Laurent Beauvais, Président socialiste de la région Basse-Normandie, déclarait qu'"à défaut de créer des emplois, financer les activités de développement de FAURECIA permet d'éviter que l'on en perde" Raté.

En 2009 l'action Faurecia valait moins de 8 euros, hier elle en côtait 23.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LE SAVIEZ-VOUS
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 23:35

 



envoyé par BFMTV. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

 


Après Kouchner, Besson et les autres, voici, sans surprises Manuel Vals dans les pas du Sarkozysme.

"Il faut déverouiller" les 35 heures" dit-il.

La mollesse ou l'absence de réaction des dirigeants socialistes, et en particulier la première d'entre eux, reléguant le propos en  polémique, en dit long sur le flottement au premier parti de gauche. Emanel Vals cherche-t il un starpontin ministériel, que lui offriraient  volontiers JF Copé et le porte paroler de l'UMP Dominique pailler, saluant le réalisme pragmatique du dirigeant socialiste. Les travailleurs, les salariés n'ont rien à attendre de bon de ces prises de position qui tirent le parti Socialiste à droite pour les primaires et leur projet. Le nouveau chouchou de la droite Manuel Vals remplacerait-il l'ancien, DSK ?

 

Pour François Baroin, les 35 heures sont "une erreur dramatique". Nul ne conteste que ramener la semaine de travail à 35 heures constitue un progrès social, un progrès de civilisation. Sauf la droite et Manuel Vals. Nous attendons d'ailleurs les prises de positions d'autres dirigeants politiques. Les silences seraient suspects.

 

35 h payées 40. C'était à l'origine l'objectif et la mesure économique qui tout à la fois produisait de l'emploi et maintenait le pouvoir d'achat. Hélas, Martine Aubry, ministre du Travail a cédé aux sirènes libérales et concocté des mesures de compensations patronales, de sorte de maintenir "la compétitivité" des entreprises avec le gel des augmentations de salaire imposé aux salariés. Ainsi, d'une mesure progressiste, elle est devenue synonyme de restriction du pouvoir d'achat, perdant au passage le soutien populaire à cette mesure.

Les milliards de profits des entreprises doivent être mis à contribution pour financer l'économie réelle et une croissance raisonnée. Oui, il faut relancer le processus des 35 heures. En réhaussant les salaires , en portant le SMIC à 1600 €/mois.

Enfin des réformes susceptibles de répondre aux exigences et aux besoins des populations laborieuses.

 

 

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 23:27
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ECOLOGIE
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 23:19
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 13:28

Après Kouchner, Besson et les autres, voici, sans surprises Manuel Vals dans les pas du Sarkozysme.

"Il faut déverouiller" les 35 heures" dit-il.

La mollesse ou l'absence de réaction des dirigeants socialistes, et en particulier la première d'entre eux, reléguant le propos en  polémique, en dit long sur le flottement au premier parti de gauche. Emanel Vals cherche-t il un starpontin ministériel, que lui offriraient  volontiers JF Copé et le porte paroler de l'UMP Dominique pailler, saluant le réalisme pragmatique du dirigeant socialiste. Les travailleurs, les salariés n'ont rien à attendre de bon de ces prises de position qui tirent le parti Socialiste à droite pour les primaires et leur projet. Le nouveau chouchou de la droite Manuel Vals remplacerait-il l'ancien, DSK ?

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 10:06

Dans son "point de vue" , paru dans "l'Humanité" du 31 décembre, Brigitte DIONNET, membre du Conseil National du PCF interroge.

De quoi ou de qui avons-nous peur ? Faut-il que le candidat du Front de gauche à la Présidentielle soit obligatoirement issu du PCF ?, Craindrions-nous le débat avec d'autres sur les issues possibles ? et en "creux" pour être rassembleur, moderne audacieux ne devons nous pas nous" effacer" devant Mélanchon ? ce qui nous grandirait pour aller "au devant du matin" ?

 

Je fais mienne ces questions, auxquelles d'ailleurs j'en ajoute d'autres.

 

Le concept de "Front de gauche" aurait-il été possible sans le Parti Communiste ?, la stratégie de rassemblement qu'elle implique pourrait-t-elle se développer et prendre corps sans le réseau d'élus locaux et de militrants communistes, sans sa participation aux luttes, sans que les élus communistesau parlement proposent des réponses alternatives au conformisme de droite et au pragmatisme de gauche ? Notre conception de la construction collective d'un programme que nous souhaitons partagé le plus loin possible porte-t-il contradiction à nos partenaires? Le Parti Communiste est-il utile dans la réponse qu'il propose en terme stratégique : le Front de gauche ?.

Ce dernier ne devient pas comme quelques-uns semblent le croire, un nouveau parti, qui engloberait les partis fondateurs, le PCF, le PG, la Gauche Unitaire. Le concept de "front" s'articule sur les réponses alternatives aux logiques libérales et sur les luttes et les rassemblements pour les faire aboutir. Chaque composante du Front de Gauche, avec ses moyens et son expérience participe de façon originale à la mise en oeuvre du concept, au parlement comme dans la rue et les usines. Notre Parti mettant à disposition des objectifs commun, son expérience, son intelligence, le nombre et la mobilisation de ses militants et de ses élus, ses moyens logistiques, sa passion altruiste pour le succès.

Toutes les élections  participent du combat pour gagner des points d'appui.

 

S'il n'y a pas d'automaticité à ce que ce soit un candidat issu des rangs communistes qui représente le Front de Gauche à la présidentielle, il n'y en a pas non plus à ce que ce soit nécessairement un candidat issu d'une autre composante du Front.  L'histoire a fait du Parti Communiste qui fête ses jours-ci son 90e anniversaire, ce qu'il est aujourd'hui, Avant tout un repère, une confiance une identité dans laquelle se retrouvent 134 000 adhérents et des électeurs qui en font la troisième force politique du pays. Ce parti, pour rester lui-même, pour être plus utile encore, à entrepris de changer.Il le fait à son rythme.

 

Brigitte nous invite à laisser "aux oubliettes une conception du Parti étroite, triste, mortifère"

Notre détermination à rassembler largement au-delà des rangs du Font de Gauche sur des solutions alternatives est-ce de l'étroitesse? La recherche passionnée de l'union sur des objectifs progressistes mêmes limités est-ce triste ? et prôner le "tous ensemble" (sur les retraites par exemple) révèlant les contradictions que rencontrent de ce fait certains des protagonistes, est-ce mortifère?. Ne pas rabougrir l'étendue du rassemblement nécessaire,  à la théorie "des deux gauches"qui condamne à l'échec, conduit-il à une impasse ?

 

Et pourquoi faudrait-il que le candidat qui va mobiliser les communistes à la présidentielle ne soit forcément pas issu de ses rangs ? Et d'ailleurs, dans les conditions d'aujourd'hui pourrait-il  mobiliser tout le parti ? Qu'en pensent les communistes ?

Et pour démontrer quoi ? Que nous ne sommes pas tournés sur nous-mêmes et que nous sommes des gens ouverts ? Que nous apporterions ainsi la preuve que  nous considérons  nos partenaires à égalité ? Que nous ne voulons pas tirer la couverture à nous en la déposant sur les épaules d'un autre? Que nous pensons que le succès est impossible si c'est  un communiste qui est en figure de prou ?

 

 

Mais au fond, quels sont nos objectifs dans cette bataille  des Présidentielles.

 

Passer devant le PS comme semble le proclamer JL Mélanchon avec "bruit et fureur".  Evidemment ce serait formidable et une bonne chose. Les possibles en seraient bouleversés pour  notre pays et au-delà. Mais n'est-ce pas là, mettre "la charrue devant les boeufs" ? Il nous faut créer les conditions d'un tel objectif qui ne peuvent se limiter à des incantations. Et quelles sont-ils ? La désignation d'un candidat non communiste suffirait-elle ? Définir le programme et le partager, impulser des mobilisations transformatrices, ,travailler sans relâche à la renaissance de la  confiance et de l'espoir, donner à voir l'avenir, rendre crédible une perspective heureuse, c'est de tout cela que nous avons besoin aussi.

 

Que gagnerait le Front de gauche et son combat émancipateur à minorer son géniteur et son principal artisan? A l'affaiblir assurémment.

 

Car, nous le savons les élections Présidentielles" sous la Ve République sont, par "nature, difficile pour le PCF et la gauche transformatrice en général. Conçue sur le mode personnel cette logique bi-partisanne est grosse de danger. Elle agit comme refouloir des intentions collectives pour les réduire dans l'entonnoir du" sauveur" ou du" héros" tout puissant.

Ainsi le candidat, la personne, subjugue le collectif, le parti. Il le préempte et le réduit. C'est justement de cela que nous ne voulons pas. C'est de "l'ensemble" qu''il nous faut.

Et cela le candidat seul ne peut l'apporter. A  moins que les communistes et leurs partenaires, les personnes intéressées au véritable changement et pas seulement à la victoire électorale, "investissent" le candidat, le portent, le marquent,l'incarnent, qu'ils soient eux-mêmes "candidats" qu'ils lui donnent les couleurs populaires de l'espoir et du possible.

 

Et pourquoi pas André Chassaigne ?

 

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 16:22
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 15:19

Mesdames et Messieurs les "journalistes"

 

Si j'emploie les guillemets pour vous désigner, c'est, parce que la plupart du temps, lorsque je vous écoute, ce qui domine, c'est l'allégeance au pouvoir. Pour la plupart, vous vous faîtes les hérauts des logiques des société libérales.

Je vous entends "défendre" la liberté d'expression ailleurs, à l'étranger, surtout en Chine, mais vous entend peu défendre ce droit dans notre propre pays. Je parle de droit réel et non pas de droit formel qui se révèle être fictif. Le pluralisme de l'information que vous réclamez pour d'autres pays, vous ne le conduisez pas dans le vôtre. Pourtant, vous êtes bien placés, avez une bonne formation, de bons salaires, des responsabilités, vous réclamez (et obtenez pour vous-même) respect, dignité et liberté, mais dans la fonction qui est la vôtre vous êtes des propagandistes, des censeurs.Vous offusquez? Allons, soyez francs, soyez honnêtes pour une fois. Au moins avec vous-mêmes. J'exagère ? Ah bon ?

Si je vous demande de communiquer par exemple sur le pluralisme dans les émissions dont vous avez la responsabilité, la charge ou l'animation, allez-vous le faire ?

Pourriez-vous nous indiquer à la fin de chaque année, au moins, la qualité et le positionnement politique de vos invités, dans vos journaux, celle des"spécialistes" ou "experts" auxquels vous fîtes appel  en permanence ?


NON, vous ne le ferez pas pas. Parce que vous savez bien que ma critique est avérée. Que vous ne pourrez pourrez pas prétendre le contraire et en apporter la preuve. La réponse que vous m'apporterez c'est que vous "vous efforcez au mieux de rendre compte et que vous entendez bien conservez votre libre arbitre et votre liberté éditoriale". Fût-ce en pratiquant régulièrement la censure.

 

Je me fais une autre idée du journalisme que votre pratique n'honore pas. Et ils sont nombreux, vos confrères qui ne vous approuvent pas et  qui  font honnêtement leur métier. Ils en portent souvent la honte malgré eux.

 

Vous avez choisi le confort et l'argent, vous avez choisi votre camp, et l'idéologie qui le défend, Je ne suis pas de "vôtre" monde, et je ne le regrette pas. Mais je revendique le droit d'être représenté et  d'avoir accès aux différents médias publics et privés. En toutes libertés bien sûr.


Tous mes voeux.


Cordialement

 


 

Bruno FORNACIARI

Repost 0
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 11:38

Social-Eco - le 31 Décembre 2010

CAC 40

Les bénéficiaires de Stock-options

Bernard Arnault

Selon des documents publiés sur le site de l’Autorité des marchés financiers (AMF), le patron de LVMH a exercé en décembre près de 800 000 stock-options de son groupe de luxe. Une opération qui lui permettrait une plus-value potentielle de 99,5 millions d’euros.

Franck Riboud

Le PDG de Danone a acheté 140 000 stock-options. S’il les revendait aujourd’hui, il empocherait 2,79 millions d’euros. L’année dernière à la même époque, il avait déjà réalisé une plus-value de 3,351 millions d’euros.

Christian Labeyrie

Le directeur général adjoint du groupe de BTP Vinci a exercé en décembre 122 000 stock-options, au prix de 24,195 euros l’action. Il en a cédé la moitié, pour un total de 2,46 millions euros, réalisant ainsi une plus-value de 993 338 euros.

Michel Landel

Le directeur général du groupe de restauration collective et de services aux entreprises Sodexo a exercé le 8 décembre un peu moins de 30 000 stock-options pour un montant de 835 020 dollars. Il les a revendues le jour même et a empoché environ 820 000 euros.

Thierry le Henaff

Le PDG d’Arkema a exercé le 16 décembre 7000 stock-options et les a revendues le jour même, réalisant une plus-value de 165 481,40 euros. Le jour suivant, il a renouvelé l’opération avec 1 500 stock-options supplémentaires, sans les revendre.

Jean-Pascal Tricoire

Le président du directoire du groupe Schneider Electric a exercé 2 000 stock-options le 21 décembre achetées 55,55 euros l’unité. S’il les revendait à leur cours d’aujourd’hui, 114,20 euros, il réaliserait 117 400 euros de plus-value

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LE SAVIEZ-VOUS
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 10:44

21 % des nouveaux Syndiqués à la CGT ont moins de 30 ans.

67 % sont issus du privé

 

 

Le mouvement a surpris par son ampleur. Depuis septembre2010, les deux principaux syndicats revendiquent une hausse de leurs adhérents? A la CGT, on affirme que 15 300 salariés ont pris leur carte depuis le 1er septembre (2000 de plus qu'en 2009 à la mêmepériode).

De son côté, la CFDT hésite encore à donner des statistiques globales, mais estime que "la tendance depuis le début de l'année ets de + 3%".

La centrale recense une hausse des contacts pris sur internet : 500 par mois avant le mouvement, 1200 en septembre, 1350 en octobre.

La CGT insite sur le profil des nouveaux adhérents. 21 % d'entre eux sont âgés de moins de 30 ans (contre 6 % en général) et 67 % sont issus du privé.

Autre nouveauté, les femmes sont de plus en plus nombreuses (43 % des adhésions).

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LE SAVIEZ-VOUS
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre