Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 00:57

Déclaration du Front de gauche sur les élections départementales

Les élections départementales de mars 2015 seront un test politique important.

Elles interviendront dans un contexte d'aggravation de la politique libérale conduite par le président de la République et son gouvernement, une politique au service du MEDEF dont le cours autoritaire face aux luttes populaires renforce le discrédit sans précédent de l’exécutif.

La crise politique s’aggrave de jour en jour, la base sociale du président et de son premier ministre ne cesse de se réduire. Ce pouvoir est aujourd'hui minoritaire dans le cœur de celles et ceux qui restent attachés aux valeurs de la gauche. Minoritaire dans le peuple, sans majorité absolue à l’Assemblée Nationale, battu au Sénat, l’exécutif n’a pas la légitimité pour appliquer une politique, contraire à ses engagements électoraux, qui divise et décourage le monde du travail, les classes populaires et la jeunesse. .

Cette crise politique est désormais une crise de régime, celle de cette monarchie présidentielle qu’est la 5ème République.

Pour les populations déjà durement éprouvées, les conséquences sont très lourdes. Les départements sont en effet un maillon essentiel des politiques publiques dans notre pays. Avec 72 milliards d'euros de dépenses chaque année, ils gèrent notamment toutes les politiques sociales : assistantes sociales, versement des allocations de solidarité (RSA, APA, PCH, ...), placement et suivi des mineurs étrangers, politiques en direction de l'enfance en danger, PMI, etc ...
Cette situation est d’autant plus dangereuse qu’elle ouvre la voie au retour d'une droite confortée dans ses choix réactionnaires ; elle permet au Front national en masquant ses véritables objectifs, de se présenter comme une alternative.

Le Front de gauche s'oppose à la fois à la politique d’austérité menée par le gouvernement et à l’offensive de la droite et de l'extrême droite.

En dépit de multiples protestations, l'existence même des départements est menacée. Manuel Valls passe en force.

Pourtant le nouveau découpage des cantons est l'objet de nombreux recours auprès de la justice, le sort réservé aux départements en liaison avec la mise en place des métropoles n'est pas connu et les compétences des conseillers départementaux n'ont pas encore été clarifiées.

La réforme territoriale mise en place cherche uniquement à répondre aux impératifs sans fin de compétitivité des grandes entreprises, par la mise en concurrence des territoires, l'éloignement des citoyennes et des citoyens de leurs élu-e-s, la mise en cause des services publics pour préparer leur externalisation et le transfert de tout ce qui est rentable pour satisfaire aux exigences financières des groupes privés. Elle rompt avec les principes républicains d'égalité et de solidarité territoriale. Le soi-disant « choc de simplification » est une recentralisation qui se fait au détriment du bien commun que constitue la démocratie locale. Il s’agit en réalité d’un processus « dé-constituant » qui mine toujours plus la souveraineté populaire.

Cette réforme s'inscrit dans le cadre des politiques d'austérité qui cherchent à soumettre toute l’Union européenne aux exigences des marchés. Les collectivités territoriales sont sommées de réduire leurs dépenses et leurs effectifs, condamnées à voir leurs dotations drastiquement réduites alors qu'elles assurent 70% de l'investissement public et jouent un rôle indispensable en période de crise pour les populations.
Déjà des coupes budgétaires touchent de nombreux secteurs. Le financement des associations, les politiques culturelles et sportives sont remises en cause.
En supprimant « l’entrave à la concurrence » que constitue la clause de compétence générale des collectivités, le gouvernement est cohérent : il s’inscrit dans le cadre de la négociation du Grand Marché Transatlantique (TAFTA).

Il faut ouvrir une autre voie.
Le FdG veut être un outil au service de cet objecti
f.

Le Front de gauche appelle à susciter la plus large implication citoyenne possible, bien au delà des partis politiques, de celles et ceux qui opposent la nécessité de politiques alternatives aux choix de ce gouvernement, qu’il s’agisse de syndicalistes, de personnalités de la vie associative ou de simples citoyen-ne-s engagé-e-s.

Mobilisons-nous pour sauvegarder et promouvoir les politiques publiques de solidarité que nos élu-e-s se sont efforcé-e-s de mettre en œuvre dans de très nombreux territoires, pour faire échec aux politiques d'austérité et à la réforme territoriale.

Mobilisons-nous pour développer une démocratie de proximité, ajustée aux besoins et à l'expérience des citoyens.

Nous les appelons à ne pas traduire leur déception par l’abstention, à contribuer par leur vote à faire émerger une alternative de transformation sociale et écologique dans tout le pays, à faire élire de nombreuses élues et élus qui défendront ces orientations dans les collectivités locales en empêchant la droite et l’extrême-droite de gagner la très grande majorité des départements.

Au plan national nous entendons prendre appui sur ces élections pour mettre en mouvement une force capable de construire l'alternative nécessaire à gauche, en nous appuyant sur les luttes et les résistances qui s'opposent à la politique suivie et que nous entendons contribuer à développer.

Rien n’est possible sans la mise en mouvement du peuple, sans la mise en mouvement des citoyennes et des citoyens qui aspirent à un renouveau de la politique.

C’est sur ces bases que le FdG entend impulser des candidatures citoyennes dans tout le pays.

Nous n’entendons pas le faire seuls.

C’est pourquoi nous, l’ensemble des composantes du FdG, nous nous adressons à tous nos partenaires potentiels de la gauche et de l’écologie qui refusent la politique du gouvernement. Nous voulons construire ces candidatures avec celles et ceux dont l’engagement associatif ou syndical témoigne de la volonté d’imposer une autre politique.

Ensemble nous pouvons résister à l'austérité, promouvoir la démocratie locale et l'intervention citoyenne, contre la réforme territoriale. Nous voulons gagner des élus prêts à agir sur ces bases pour construire de nouvelles majorités anti-austérité dans les Conseils Départementaux.

Le FdG invite toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans cette démarche à construire des candidatures de large rassemblement en s’appuyant sur des assemblées citoyennes, au niveau des cantons, pour discuter et décider dans la concertation du contenu des propositions et des candidatures. Cette démarche contribuera à impulser une dynamique populaire indispensable pour gagner.

Le FdG propose que l'ensemble de ces candidatures soit identifié nationalement par une appellation et des propositions inscrites dans un document qui fasse référence. Dans chaque département ces candidatures se présenteront comme une alternative à celles des forces qui soutiennent la politique gouvernementale.

Le FdG entend contribuer à cette construction commune en proposant des actions et des mesures permettant de répondre aux urgences sociales et écologiques actuelles.

-Agir contre les politiques d'austérité dans les départements, contre la réduction des dotations aux collectivités locales imposées par le gouvernement, contre les diktats de l'Europe.

-Dans l’esprit de la VIème République à laquelle nous aspirons, combattre la réforme territoriale et donner plus de pouvoirs aux citoyens par une démocratie participative de proximité. Construire une véritable coopération de projets entre les territoires, basée sur la solidarité et non sur la concurrence.
Nos élu-e-s respecteront des principes susceptibles de rétablir la confiance en la politique par de bonnes pratiques de gestion, la transparence des décisions, la participation citoyenne, les compte rendus de mandat, l'exigence de probité, la lutte contre le trafic d'influence, et tendre vers le non cumul des mandats.

-Soutenir les mobilisations contre l’austérité, ainsi que celles qui promeuvent un nouveau type de progrès humain durable, non productiviste, respectueux de la planète, tourné vers la satisfaction des besoins sociaux, l'égalité hommes-femmes.

-Affirmer notre solidarité avec les mouvements sociaux contre la répression patronale ou gouvernementale et la criminalisation de ces mouvements.

Définir les grands axes d’une politique alternative à l’échelle des territoires :

- Réforme globale de la fiscalité locale permettant plus de justice et mettant à contribution les actifs financiers des grandes entreprises.

- Construction entre les départements, les communes et l’État, de politiques publiques de solidarité et notamment d'un véritable service public d'aide à la personne dans lequel l'Etat assurerait la responsabilité du financement des allocations sociales en se basant sur la solidarité nationale.

- Mesures d’urgences pour les collectivités qui sont asphyxiées financièrement, en leur permettant l'accès à des crédits à taux bas, comparables à ceux que la BCE distribue aux banques (0,05%) et en refusant le paiement des emprunts toxiques.

-Engager une transition écologique dans chaque département en matière de transports publics, de soutien à l'agriculture paysanne, de protection de la biodiversité, de gestion naturelle des massifs forestiers, de désobéissance aux règles européennes de libre échange et de privatisation des sous-sols (GMT-TAFTA)...

-Nous refusons les projets qui ne répondent pas à l’intérêt général et sont écologiquement nuisibles et exigeons le recours au référendum quand un projet local est contesté.

Le 17 décembre 2014

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ELECTIONS front de gauche
commenter cet article
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 20:49

Les 25 réformes structurelles que le gouvernement grec a promis à Bruxelles

Les 25 réformes structurelles que le gouvernement grec promet à Bruxelles

Article AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/

Plus dure sera la chute. La colère grande à SYRIZA, où certains dénoncent une trahison, une capitulation face à la Troïka. Qu'en est-il ? Le projet de réformes structurelles envoyé par le Ministre de l'Economie grec donne une réponse : les Grecs vont encore souffrir

Répondre à d'immenses aspirations populaires, satisfaire de maigres promesses sociales se chiffrant néanmoins en milliards, le tout sans toucher aux privilèges des armateurs, du clergé, de l'armée, en respectant les engagements européens et en payant toute la dette. Comment faire ?

La réponse : en s'engageant non seulement à continuer les plans d'austérité précédents mais à aller plus loin dans les « réformes structurelles » exigées par l'UE.

Un petit jeu pour mesurer, en quelques jours, l'ampleur des reculs. Le 11 janvier, le ministre de l'Economie Varoufakis déclare devant l'Eurogroupe : « le peuple grec nous a donné un mandat fort pour mettre un terme au cycle de l'austérité qui a causé d'immenses dégâts sociaux et économiques.

Le nouveau gouvernement s'est engagé à ramener l'espoir, la dignité et la fierté aux citoyens grecs et à mettre en place un programme général pour traiter les racines de la piètre performance socio-économique de la Grèce ».

Le 16 janvier, les mandataires ne sont plus les mêmes : « la tâche du gouvernement est de mettre en place les réforme profondes dont la Grèce a besoin pour stopper les forces combinées de la déflation et de la spirale négative de la dette, de retrouver une croissance portée par l'investissement et de maximiser la valeur actuelle nette des remboursements de la dette à nos créanciers ».

Dès le 11 janvier, Varoufakis mettait les choses au clair : « son gouvernement a été élu pour stabiliser, réformer, ramener la croissance en Grèce », réaffirmait ses engagements : « garder des finances publiques saines », « réaliser des réformes structurelles », « favoriser l'investissement ».

Il allait plus loin : « notre gouvernement sera le plus réformateur de l'histoire grecque moderne, parmi les plus enthousiastes réformateurs d'Europe ». De l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace.

Dans ce document, point par point, Varoufakis rassurait les dirigeants européens : les privatisations ? « Notre gouvernement est tout sauf dogmatique, nous allons évaluer chaque projet au cas par cas. Tout ce qui a été dit dans les médias sur la privatisation du port du Pirée est très loin de la réalité. En fait, c'est tout le contraire, l'investissement étranger sera favorisé ».

Le salaire minimum ? « Ce sera progressif après septembre, avec consultation du patronat et des syndicats … pour ne pas pénaliser la compétitivité en échange le gouvernement s'engage à des réformes, ainsi dans la sécurité sociale avec la réduction des cotisations salariales ».

La ré-embauche de fonctionnaires ? « Elle sera limitée à 2 013 cas .. et se paiera par des économies dans d'autres postes de dépenses publiques ».

On pourrait continuer. Le 16 février, Varoufakis affirme à la Troika ses trois engagements : « (1) réaffirmation de notre engagement à respecter les termes de notre accord de prêt avec tous les créanciers ; (2) aucune action qui ne menace de grever le budget actuel, ou a des implications sur la stabilité financière ; (3) aucune action visant à diminuer la valeur des prêts contractés ».

L'accord conclu avec l'Europe pour étendre les prêts européens sur 6 mois prévoyait en contre-partie l'adoption de « réformes structurelles » à proposer du côté du gouvernement grec. Poursuite des plans d'austérité de la Troïka, sous un autre nom, en somme.

A quoi ressemblent alors les « réformes structurelles » proposées par le gouvernement grec ? 7 pages très denses, 66 points dans 14 domaines. Quand le gouvernement Tsipras annonce qu'il sera « le plus réformateur de l'histoire grecque », cela se vérifie.

La plupart des engagements restent encore très vagues dans la « réforme fiscale structurelle », la « stabilité financière », « les politiques de croissance », et la « réponse à la crise humanitaire ».

Cela ne dit pas tout mais les réformes fiscales et les politiques de croissance occupent 2 pages, celles sur la stabilité financière 1 page … la réponse à la crise humanitaire, quelques lignes !

Sur quels engagements concrets le gouvernement grec va partir pour les prochains mois ? Le gouvernement multiplie les déclarations – y compris dans son plan – sur la lutte contre la corruption, l'évasion fiscale, les trafics, cela reste hypothétique.

Sur le concret, on peut résumer en 25 points :

1 – AUGMENTATION CIBLEE de la TVA ? : La « rationalisation de la TVA » dit Varoufakis, avec refonte des taux de façon « à maximiser les revenus sans pénaliser la justice sociale ». Le gouvernement souhaite « limiter les exemptions » (pas les supprimer) et « éliminer les décomptes non-raisonnables » (quels sont ceux raisonnables?) ;

2 – SPENDING REVIEW dans le PUBLIC : « Révision et contrôle des dépenses publiques » (spending review) : dans l'éducation, la santé, le transport, l'administration locale, les aides sociales. Le « spending review » a été l'instrument utilisé par le gouvernement social-libéral italien actuel pour imposer une « austérité juste » (sic).

3 – AMELIORER l'EFFICACITE des ADMINISTRATIONS : « Améliorer drastiquement l'efficacité des administrations locale et centrale en ciblant les promesses budgétaires, par des restructurations de la gestion et la ré-allocation des ressources mal distribuées ». Réforme de l’État, économies budgétaires, restructurations rationnelles, on connaît..

4 – COUPER DANS les DEPENSES PUBLIQUES : « Identifier des mesures par une spending review dans chaque ministère et la rationalisation des dépenses non salariales ». Soit couper désormais dans les dépenses publiques, des ministères, sans toucher directement les salaires

5 – LIMITER les DEPENSES de SANTE : « Contrôler les dépenses de santé tout en améliorant la livraison, la qualité des services médicaux, et en garantissant un accès universel ». Pour réaliser cette mission impossible, faire plus en dépensant moins, le gouvernement sera « aidé par l'OCDE », connu pour pester contre les systèmes de santé publics trop coûteux …

6 – LUTTER contre les RETRAITES ANTICIPEES : Travailler à « l'unification du système de retraites, en éliminant les failles dans le système, les incitations qui conduisent à une augmentation excessive des retraites anticipées, en particulier dans les banques et le secteur public ». En pointant les abus réels, au nom de l' « égalité » et de la lutte contre les privilèges cela signifie faire accepter un recul de l'âge de départ à la retraite.

7 – REALISER DES ECONOMIES sur les CAISSES de RETRAITE : « Consolider les caisses de retraite de façon à réaliser des économies ». Comment, sans toucher aux pensions, ni aux personnels des caisses ?

8 – Un REVENU (très) MINIMIMUM GARANTI … contre les RETRAITES avant 65 ANS : « aider les employés entre 50 et 65 ans y compris par un revenu minimum garanti, afin de lever les incitations à prendre des retraites anticipées ». Autrement dit, plutôt un revenu minimum pour tous à 500 € qu'une retraite à 1 000 € !

9 – HAUSSE DE LA PRODUCTIVITÉ dans le PUBLIC sans HAUSSE SALARIALE : « Réformer la grille des salaires dans le secteur public, avec pour but de 'décomprimer la distribution des salaires' via des gains de productivité et des politiques de recrutement appropriés sans réduire les paliers salariaux actuels, mais en s'assurant que la facture des salaires dans le secteur public n'augmente pas ». Cela signifie, travailler plus (intensément), embaucher guère plus (voire moins), sans gagner plus !

10 – REDUIRE les AVANTAGE SOCIAUX Dans le PUBLIC : « Rationaliser les avantages non-salariaux, pour réduire la dépense globale dans le secteur public, sans mettre en péril le fonctionnement du secteur public, en accord avec les pratiques de l'UE ». Réduire les dépenses dans les services publics, comment, sans dégrader le service ?

11 – MAXIMISER la MOBILITE dans le SECTEUR PUBLIC : Promouvoir des mesures comme « l'amélioration des mécanismes de recrutement, encourager les nominations managériales au mérite, processus juste pour maximiser la mobilité des ressources humaines et autres dans le secteur public ».

12 – S'ENGAGER auprès des BANQUES BIEN GEREES : La Grèce est engagée « auprès des banques qui sont gérées sur des principes commerciaux/bancaires sains »

13 – ASSURER la STABILITE du SECTEUR BANCAIRE avec la BCE : « Utiliser le Fonds de stabilité financière héllénique et s'assurer, en collaboration avec la BCE, la Commission européenne et le SSM, pour s'assurer qu'il joue son rôle consistant à assurer la stabilité du secteur bancaire et ses prêts aux banques commerciales, tout en respectant les règles européennes de concurrence ».

14 – RESPECT des PRIVATISATIONS déjà réalisées : S'engager à « ne pas revenir sur les privatisations déjà actées. Là où le processus de contrat a été lancé, le gouvernement respectera le processus, conformément à la loi »

15 – MISSIONS de SERVICE PUBLIC dans les FIRMES PRIVATISEES : Préserver la « fourniture de biens publics fondamentaux par les firmes/industries privatisées » en conformité avec la « législation européenne » ;

16 – ENCORE PLUS DE PRIVATISATIONS : « Analyser les privatisations qui n'ont pas encore été lancées, avec en vue d'améliorer ses termes afin de maximiser les revenus à en tirer par l’État, améliorer la concurrence dans les économies locales, promouvoir la reprise économique nationale et stimuler les perspectives de croissance ;

17 – PLUS de PARTENARIATS PUBLIC-PRIVE : Adopter une approche « au cas par cas, avec l'accent mis sur les concessions sur le long terme, les partenariats public-privé et les contrats qui maximisent non seulement les revenus gouvernementaux mais aussi les perspectives d'investissement privé ».

18 – De l'EMPLOI TEMPORAIRE bon marché sur le dos des CHOMEURS : « Etendre et développer le schéma actuel qui accorde des emplois temporaires aux chômeurs »

19 – HAUSSE graduelle du SMIC … contre FLEXIBILITE : Lancer une « nouvelle approche intelligente des négociations salariales collectives qui balance besoins de flexibilité et justice. Cela inclut l'ambition d'augmenter les salaires minimum tout en préservant la compétitivité et les perspectives d'emploi .. l'ampleur et le timing des changements sur le salaire minimum sera fait en consultation avec les partenaires sociaux et les institutions européennes et internationales »

20 – DEVELOPPER la CONCURRENCE LIBRE et non-FAUSSEE : Supprimer les « barrières à la concurrence »,

21 – LUTTER contre la BUREAUCRATIE : Introduire des actions pour « réduire le fardeau administratif de la bureaucratie », dont « une législation qui interdit les administrations publiques de demander des documents que l'Etat possède déjà ».

22 – DEMANTELER les PROFESSIONS REGLEMENTEES : « Poursuivre les efforts pour lever les restrictions disproportionnées et injustifiées dans les professions réglementées, dans le cadre de la stratégie générale pour frapper les intérêts corporatistes » ;

23 – LIBERALISER le MARCHE de l'ENERGIE, respect des DIRECTIVES de l'UE : « Aligner la législation du marché du gaz et de l'électricité avec les bonnes pratiques et la législation de l'UE ».

24 – DEVELOPPER les BONS ALIMENTAIRES : Répondre aux besoins … « nés de la montée de la pauvreté absolue par des mesures non-pécuniaires fortement ciblées (ex : bons alimentaires) »

25 – UN REVENU MINIMUM GARANTI pour TOUS … sans DEPENSES SUPPLEMENTAIRES : Évaluer « le schéma de Revenu minimum garanti en vue de l'étendre nationalement », ce qui doit se faire « sans aucun impact fiscal négatif »

Les dirigeants européens n'ont pas sauté au plafond, ils ont considéré le document comme « un bon point de départ ». Un bon point de départ pour continuer à faire payer plus le peuple grec jusqu'à l'agonie, les faire payer une dette indue pour soutenir l'Euro de la misère.

Combien de temps va encore durer l'agonie du peuple grec, sa duperie fondamentale ? Combien de temps avant de poser la seule et vraie question : remettre en cause l'euro et l'UE, refuser de payer la dette, faire payer les riches en Grèce comme ailleurs.

Repost 0

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL grece PCF
commenter cet article
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 15:24
Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 09:01
Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 07:21

La mairie de Paris inaugure des logements sociaux dans le 16e

BFMTV Jé. M. Publié le 02/03/2015 à 22h18 Mis à jour le 03/03/2015 à 00h21

  • Cinq projets de logements sociaux, tous réalisés selon des moyens différents, vont être inaugurés ou connaître la pose de leur première pierre, ce mardi. Un fait rare, dans le très chic 16e arrondissement de la capitale. Explications.

Il est encore possible de faire du logement social dans la capitale. Et plus particulièrement, dans le 16e arrondissement de Paris. Tel est le message que veut faire passer la mairie de Paris, ce mardi matin. En effet, cinq projets censés développer le logement dit "accessible" vont être inaugurés ou connaître la pose de leur première pierre. Une tournée des sites en question, orchestrée par Ian Brossat, adjoint communiste d'Anne Hidalgo chargé du logement et de l'hébergement, va se dérouler à cette occasion. Une visite à laquelle Claude Goasguen, maire UMP du 16e, assistera également.

Pour l'équipe dirigeante, ces nouveaux projets ont eu une haute portée symbolique, dans un arrondissement plus célèbre pour ses loyers élevés et sa richesse, que pour son offre en matière de logement pour les moins privilégiés...

Cinq façons différentes pour renforcer une offre

Et pour cause: le 16e est, rappelle la mairie de Paris, à la fois l'arrondissement le plus vaste de la ville mais aussi le moins dense. Quant aux logements, seuls 4% sont sociaux. Loin, très loin, du seuil limite des 20% imposé par la loi SRU datant de 2000.

Promesse de campagne, la création de nouveaux logements a toujours été présentée comme prioritaire pour la nouvelle mandature socialiste, à la tête de Paris depuis bientôt un an. Durant sa campagne, Anne Hidalgo avait même fait de l'implantation de logements sociaux dans l'Ouest-parisien un objectif. De la rue de la pompe à la rue Chardon-Lagache, en passant par la place Possoz, c'est désormais chose faite: tout du moins pour 120 familles qui pourront, à terme, bénéficier de ces nouvelles habitations. Une goutte d'eau, face aux 4.546 demandes de logement social réalisés en 2014, juste pour le 16e arrondissement.

Un HLM au-dessus d'un garage Porsche

"Cette inauguration démontre que faire du logement social dans le 16e, c'est possible avec de la volonté politique, un peu d'imagination, et surtout en faisant feu de tout bois", s'est félicité à ce titre Ian Brossat, auprès de 20minutes. Plus que le lieu, c'est aussi les moyens qui vont être mis en avant ce mardi. Sur les cinq sites qui seront présentés ce mardi, aucun n'a été réalisé de la même façon, allant de construction à la préemption, jusqu'à l'acquisition réhabilitation. "Il est possible de faire du logement social de différentes manières", a à ce titre justifié Ian Brossat.

De quoi bientôt offrir de scènes plutôt étonnantes: l'un des cinq projets ici en question, rue Legros, se trouve juste au-dessus... d'un concessionnaire Porsche.

Écrit par Jé. M.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 06:49

Lors des débats sur le projet de loi sur la transition énergétique, malgré l’intervention des sénateurs communistes, un amendement de Christian Cambon, sénateur UMP du Val de Marne, a été adopté par le Sénat de droite avec le soutien du gouvernement et de la Ministre Madame Ségolène Royal pour revenir sur l’interdiction des coupures d’eau votée en 2013.

Cet amendement est fondé, sans aucun chiffre fiable et avéré, sur une défiance qui n’a pas lieu d’être et qui marque un mépris profond de nos concitoyens. Cette avancée, issue des débats parlementaires lors de la discussion de la proposition de loi Brottes, a été qualifiée d’erreur par la majorité sénatoriale, erreur qui pourrait éventuellement provoquer des comportements frauduleux.

Avec les sénateurs du Groupe Communiste Républicain et Citoyen, nous préférons, pour notre part, faire confiance à nos concitoyens et rappeler sans cesse que l’eau tout comme l’électricité est un bien essentiel. Nous ne comprenons pas l’acharnement à vouloir revenir sur une disposition de bon sens sachant qu’il est possible de réduire le débit d’eau en cas d’impayés et que par conséquent rares seront les ménages fraudeurs.

Nous porterons en Commission mixte paritaire un amendement afin de rétablir dans la loi l’interdiction des coupures et nous continuerons à porter ce principe chaque fois que cela sera nécessaire.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES SANTE
commenter cet article
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 06:25

22.000 postes supprimés dans les hôpitaux d'ici fin 2017

Par L' Obs

Le plan d'économies pour les hôpitaux révélé vendredi par "Challenges" est de 3 milliards d'euros sur trois ans.

Marisol Touraine et Manuel Valls visitent l'hôpital de la Pitié-Salpétrière en février (MARTIN BUREAU / POOL / AFP)

Le budget des hôpitaux jusqu'en 2017 s'annonce serré-serré : quelque trois milliards d'euros d'économies sont prévues, dont 860 millions issus de la "maîtrise de la masse salariale", ce qui doit se traduire par la suppression de 22.000 postes, soit 2% des effectifs.

Le ministère de la Santé ne communique pas vraiment sur le sujet, évoquant "non pas une réduction des dépenses mais une évolution maîtrisée de l'augmentation des dépenses" mais "Challenges", qui a publié l'information vendredi, a pu consulter le document interne qui détaille cette "évolution maîtrisée".

Trois milliards sur trois ans, ce n'est pas rien. Dans le détail, 1,2 milliard d'euros doit être économisé grâce à une mutualisation des achats des hôpitaux et une obtention de meilleurs tarifs auprès des fournisseurs. Une baisse de prix des médicaments doit par ailleurs permettre de dégager 350 millions d'euros, alors que des rapprochements entre hôpitaux voisins doivent permettre d'économiser 450 millions d'euros.

On trouve aussi dans ce document le développement de la chirurgie ambulatoire, c'est-à-dire sans nuit passée à l'hôpital, pour une économie de 400 millions ou la réduction des durées d'hospitalisation pour 600 millions d'euros.

Mais le sujet vraiment explosif, c'est bien cette fameuse "maîtrise de la masse salariale" grâce à la suppression de 22.000 postes pour une économie de 860 millions d'euros. Cette réduction de la masse salariale - puisque c'est ainsi que ça s'appelle vraiment - ne se fera bien entendu pas par des licenciements. Comme cela se fait souvent, il s'agira essentiellement de non-remplacements des départs à la retraite. Mais n'oublions pourtant pas qu'au passage, des vacataires intérimaires pourront, eux, se voir remerciés.

L. M.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SANTE
commenter cet article
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 17:49
Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 16:41

Départementales 2015 - L'incroyable promotion et banalisation du Front national doit cesser ! Le débat politique doit s'ouvrir

Conférence de presse « Départementales et FN »

Pierre Laurent – secrétaire national du PCF

Nous tenons cette conférence de presse pour dénoncer avec la plus grande vigueurle scandale anti-démocratique que constitue à ce jour la préparation des élections départementales des 22 et 29 mars prochains.

Ce qui se passe, c'est du jamais vu dans une élection nationale dans notre pays. Le 1er tour se tient dans 20 jours. Tous les Français sont appelés aux urnes. Or la plupart d'entre eux n'ont pour le moment accès à aucune information sérieuse sur le sens de ces élections.

A quoi assistons-nous ?

Une occultation totale des enjeux de ces élections départementales

Ces élections concernent pour la première fois tous les départements en même temps ; le mode de scrutin a changé, entraînant un important renouvellement des candidats et la présentation de milliers de femmes ; les cantons ont été redécoupés sans information des électeurs ; la réforme territoriale met en jeu le rôle et l'avenir, pourtant essentiels, des départements.

Cela mérite une grande campagne. Le Premier ministre, qui voulait supprimer les départements, semble redécouvrir leur importance. Très bien. Mais quelles conclusions en tire-t-on ? Malgré ces enjeux, les Français sont privés de toute information et débat sérieux pour forger leur opinion.

Nous demandons que soit corrigé ce déni démocratique dans les 3 semaines qui restent. Des débats d'ampleur nationale, avec la présence de toutes les sensibilités politiques, doivent être organisés en prime time sur toutes les antennes d'information

Le scandale est d'autant plus grand qu'en lieu et place du débat attendu se développe une incroyable promotion et banalisation du Front national au mépris du danger que cela fait courir à la démocratie et à l'unité nationale.

Matin et soir le poison de la haine du racisme, de la division et de la séparation des Français est distillé sans réaction. Au déni démocratique s'ajoute donc l'irresponsabilité politique.

Je dis stop à cette opération de banalisation permanente et continue. Et j'alerte sur les dangers qu'elle fait courir à la France.

J'appelle les électeurs, tous les citoyens engagés à divers titre dans la vie publique, les responsables politiques attachés à la démocratie, les médias, singulièrement les responsables des JT, des matinales, des émissions politiques, le CSA, à se ressaisir et réagir. Je demande que dans les trois semaines qui viennent soit mis un terme à l'insupportable inégalité de traitement qui voit le FN chaque jour promotionné tandis que beaucoup d'autres, au premier rang nos candidats pourtant je rappelle que nous présentons près de 6 100 candidats dans 1517 cantons, aussi nombreux que ceux du FN systématiquement ignorés ou interdits d'antenne. Je demande pour les responsables du PCF et du Front de gauche un accès égal aux grandes émissions politiques. (les chiffres des candidats)

Je demande que cesse la banalisation organisé du FN au prétexte du visage prétendument fréquentable dont il s'est affublé. Car, à travers lui c'est la banalisation d'une parole raciste libérée qui prospère.

Les déclarations ouvertement racistes relevées sur les blogs, Facebook ou autres moyens de communication de candidats FN sont trop nombreuses pour qu'on avalise leur caractère anecdotique. C'est le fond raciste du parti de Marine Le Pen qui remonte. Le climat qu'il entretient participe clairement à la multiplication des actes antisémites et islamophobes de ces dernières semaines. La banalisation en cours ne concerne pas que la parole raciste. La campagne de Robert Ménard sur le « nouvel ami » que constitue une arme est un irresponsable appel à la violence.

J'en appelle à la responsabilité de tous pour éclairer les Français et cesser de relayer la parole du FN qui minimise systématiquement tous ces faits gravissimes pour en fait les justifier.

Je m'adresse aux Français pour les alerter sur la tromperie qui s'organise contre leurs intérêts. Je dis aux ouvriers, aux employés, aux salariés de conditions modestes, aux familles populaires qui souffrent durement de la crise et ne supportent plus d'être pris pour des imbéciles par ceux qui ont le pouvoir et l'argent : le FN n'est pas votre nouvel ami, c'est votre meilleur ennemi. Ne vous laissez pas abuser, regardez les faits, regardez ce que vote le FN là où il a des élus, ce qu'il décide là où il gère une ville, ce qu'il déclare dans son programme. Ne vous abstenez pas pour laisser perpétrer ces dangereuses propositions.

Le FN a trois cibles prioritaires : les familles populaires, les services publics, les dépenses sociales des collectivités locales. Tarifs sociaux dans les cantines, aides sociales et solidarité, logements sociaux, culture et éducation, voilà où il frappe d'abord.

Son discours anti-immigrés est un cheval de Troie contre les droits de tous les salariés. Quant à la sécurité, son discours ce n'est pas l'ordre et la tranquillité publique, c'est la division, la haine, la guerre, c'est la fin du vivre-ensemble. Pas un hasard si ses amis internationaux s'appellent Poutine et Bashar el Assad, et si, après une pitoyable entreprise de brouillage il tape aujourd'hui à bras raccourcis sur Syriza. Pas un hasard s'il passe son temps à attiser les peurs et les tensions dans nos quartiers, ici en France.

J'en appelle à la mobilisation pour combattre ce danger. Rien aucune critique de la politique gouvernementale aussi légitime soit-elle, ne justifiera jamais à nos yeux la banalisation du FN. Le FN n'est pas une voie vers le changement, c'est le principal obstacle au changement car c'est lui qui distille de la manière la plus virulente le poison de la division parmi les forces populaires et nationales.

Le Parti communiste appellera clairement et toujours à faire barrage à toute élection d'un candidat Front national.

Je sais que beaucoup de Français disent : « alors que faire ? »

La solution n'est évidemment pas la droite qui cherche en espérant récupérer les voix du FN au second tour à conquérir le maximum de départements pour détruire les politiques publiques qu'il s'agit au contraire de défendre et de promouvoir dans l'intérêt du plus grand nombre.

Quant au gouvernement Valls il s'acharne à trahir les intérêts populaires, à imposer la loi Macron et l'austérité à tous les étages.

Ceux qui comme Nicolas Sarkozy ce matin continuent d'instrumentaliser dans un sens ou dans l'autre la montée du FN pour qui les débats de fond sont irresponsables.

Malgré ces obstacles, je le dis haut et fort aux Français, la voie n'est pas bouchée, le vote n'est pas bouclé. Il y a quelque chose d'utile à faire pour votre vie, pour l'avenir de nos départements et du pays dans ces élections.

Une gauche nouvelle est en train d'émerger dans le pays, une gauche qui dit non à l'austérité, à la précarité et à l'insécurité de nos vies, qui dit oui à la solidarité, au vivre-ensemble, aux politiques publiques de justice sociale que peuvent mettre en œuvre les départements.

Cette gauche nouvelle, celle qui voit désormais converger les communistes et le Front de gauche, des écologistes d'EE-LV, des forces comme Nouvelle donne, des socialistes qui refusent maintenant clairement les politiques Valls-Macron. Elle présente des candidats dans presque tous les cantons de France.

C'est à cette force nouvelle qu'il faut donner de la force et des élus dans les départements. En la faisant grandir dans les urnes le 22 mars, vous aiderez le pays à sortir de l'impasse. Vous vous donnerez de la force pour résister aux politiques d'austérité, pour conforter les politiques publiques de solidarité dont vous et vos enfants avez besoin, pour refuser tous les chemins de haine, pour construire la France du vivre-ensemble qui reste plus que jamais nécessaire.

Dans près de 200 cantons, elle peut être présente au second tour.

J'invite les Français très nombreux qui n'ont pas fait leur choix, qui s'apprêtent à s'abstenir, à se poser cette question le 22 mars : à qui donner de la force ce jour là ?, des candidats soutenus par le PCF, le Front de gauche et toutes les forces qui travaillent désormais avec nous à construire une voie nouvelle à gauche, sera, pour tous et le pays, la meilleure nouvelle qui puisse advenir.

Ce progrès est possible. J'appelle à déployer toutes les efforts nécessaires pour la court-circuiter dans les urnes le 22 mars.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 16:26

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a dénoncé lundi "un déni de démocratie" à 20 jours des élections départementales, et une "promotion du Front national sans prendre la mesure du danger qui se profile pour le pays".

Pierre Laurent a tenu une conférence de presse au siège du Parti communiste pour "dénoncer le scandale antidémocratique que constitue à ce jour la préparation des élections départementales".

"Ce qui se passe, c’est du jamais vu", a déclaré le patron des communistes, qui pointe un manque d’informations sur "le sens des élections" alors qu’elles "concernent pour la première fois tous les départements en même temps", que "le mode de scrutin a changé" et que "la réforme territoriale met en jeu le rôle et l’avenir, pourtant essentiels, des départements".

"A la place de ce débat, on assiste à une indécente promotion, continue, permanente du Front national sans prendre la mesure du danger qui se profile pour le pays", a-t-il aussi dénoncé.

"Nous disons stop à cette banalisation, nous demandons que soit mis fin dans les trois semaines qui viennent au déni de démocratie qui consiste à systématiquement ouvrir toutes les antennes au FN, à organiser tout le débat autour du FN en ignorant les milliers et milliers de candidats et singulièrement nos candidats qui sont aussi nombreux que ceux du FN", a-t-il dit.

"Une élection ne se prépare pas en fonction des sondages, en démocratie. Dans une élection (…) il y a une période d’égalité de traitement des candidats", a-t-il ajouté.

le FN "est un parti qui distille dans la société française un poison raciste qui pose un très grave problème. J’en appelle au sens des responsabilités", a insisté Pierre Laurent, dénonçant une "banalisation de propos ignominieux".

"Matin et soir le poison de la haine, du racisme, de la division, de la séparation des Français est distillé sans réaction. Au déni démocratique s’ajoute donc l’irresponsabilité politique", a déclaré Pierre Laurent.

Le patron des communistes appelle "les électeurs, tous les citoyens engagés à divers titres dans la vie publique, les responsables politiques attachés à la démocratie, les médias, singulièrement les responsables de JT, des matinales, des émissions politiques, le CSA, à se ressaisir et réagir", et demande "que soit mis un terme à l’insupportable inégalité de traitement".

Repost 0

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre