Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 13:00

#Swissleaks : Pierre Laurent écrit aux personnalités françaises mentionnées sur la liste HSBC

Vous trouverez ci-dessous la lettre envoyée par Pierre Laurent aux personnalités françaises mentionnées sur la liste HSBC suite à l'éclatement du scandale Swissleaks. Cette lettre est accompagnée de deux cadeaux : un ouvrage intitulé « comment bien remplir sa feuille d'impôt sans rien oublier » (dont vous trouverez le visuel ci-joint) et la copie du rapport de la commission d'enquête sur la fraude fiscale du sénateur PCF Eric Bocquet (http://www.senat.fr/notice-rapport/2011/r11-673-1-notice.html)

-------------------

Pierre Laurent
Secrétaire national
Sénateur de Paris

Paris, le 9 février 2015

Chère Madame, cher Monsieur,

Si je prends aujourd'hui l'initiative de vous écrire c'est pour m'entretenir avec vous d'un sujet qui vous est cher : la fraude fiscale. Votre nom ayant été mentionné dans l'affaire dite du « SwissLeaks » comme figurant sur la liste HSBC des détenteurs d'un compte en Suisse, je tenais à vous faire parvenir les présents ci-joints.

C'est, en effet, avec beaucoup de plaisir que je vous offre un manuel édité par nos soins intitulé : Comment bien remplir sa feuille d'impôt sans rien oublier . Vous y trouverez tous les conseils et astuces utiles et nécessaires à votre prochaine déclaration de revenu afin qu'à l'instar des millions de nos concitoyens, vous payiez des impôts à la hauteur de votre patrimoine. A la lecture de cet ouvrage, vous découvrirez que la force de la morale et de l'intérêt général sont des ressorts bien plus utiles à l'épanouissement individuel et collectif que l'égoïsme et la cupidité.

Je joins aussi à ce courrier un exemplaire du rapport parlementaire du sénateur communiste Eric Bocquet sur la fraude fiscale. Ce dernier détaille toute une série de mesures pour lutter efficacement contre la fraude fiscale dont le montant est évalué à 60 milliards d'euros dans notre pays et 1000 milliards d'euros à l'échelle européenne, soit un manque à gagner considérable pour les peuples et les finances publiques. Connaissant votre goût pour la littérature fiscale, je suis convaincu que cette attention vous ira droit au coeur.

Assuré de votre attention, veuillez Madame, Monsieur, agréer mes salutations républicaines.

Pierre Laurent

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES PCF
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 09:23

La sénatrice communiste Laurence Cohen veut abroger toutes les franchises médicales

09/02/2015

Sa proposition de loi a le mérite de la simplicité. Laurence Cohen, sénatrice du groupe CRC (communiste, républicain et citoyen) du Val-de-Marne, veut abroger toutes les franchises médicales supportées par les patients, et compenser le manque à gagner par un relèvement du taux de la C3S (contribution sociale de solidarité des sociétés).

Un système instauré en 2008

Instaurées par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2008, les franchises ont été souvent dénoncées par la gauche qui y voit une atteinte à l’universalité de notre système de protection sociale. Elles consistent en une participation forfaitaire de l’assuré de 50 centimes d’euros par boîte de médicament, de 50 centimes d’euro par acte réalisé par les auxiliaires médicaux, ainsi que de deux euros par transport sanitaire.

« Parce qu’elles pèsent indistinctement sur les soins primaires comme sur les soins de prévention, les franchises apparaissent comme une taxe sur la maladie et pèsent sur la santé publique de notre pays », juge Laurence Cohen. La proposition de loi sera examinée en commission des Affaires sociales du Sénat début mars, et en séance le jeudi 12 mars.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SANT pcf
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 11:52
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 07:11

Le PCF appelle

A des rassemblements mercredi 11 février, jour de l'Eurogroup extraordinaire et veille du Conseil Européen.
A prendre des initiatives partout en France le week-end des 14-15 février, avant l'Eurogroup du 17.

=> En Ile de France, mercredi 11 janvier, le RDV est fixé à 18h30 place du Palais Royal, à côté de la Banque de France.
De nombreuses manifestations auront lieu dans les grandes villes grecques. La mobilisation se poursuivra le dimanche 15

L'avenir de l'Europe se joue en ce moment. Soyons nombreux dans les rues pour une pression populaire positive, soutenons le changement en Grèce pour mieux changer l'Europe !

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 23:09

Pour nous, Macron, c'est non

Avec l’extension du travail du dimanche, de surcroît sans obligation légale de majoration salariale, et avec le maquillage outrancier du travail de nuit en travail de soirée, les conditions de travail des salariés sont attaquées. Une fois de plus les premières victimes en seront les femmes.

Avec la réforme du tribunal des prud’hommes qui renvoie de plus en plus d’affaires devant des juges professionnels, ce sont les droits des salariés qui sont remis en cause.
Avec la dépénalisation du délit d’entrave, ce sont les employeurs qui sont protégés, pas les salariés.

Et désormais, si le tribunal administratif annule un plan social en raison d’insuffisance de motivation, les licenciements ne seront plus invalidés et les salariés ne seront plus indemnisés.
Par ailleurs, ce projet relance le processus de privatisation, notamment d’un certain nombre d’aéroports et fragilise le statut des locataires au profit des spéculateurs.
Il va permettre aux hôpitaux publics de créer des filiales à l’étranger, c’est-à-dire à se comporter comme des entreprises privées. Alors que le service public hospitalier est malade, entre autres, d’un manque de ressources, une partie de ces dernières pourront être utilisées à des fins d’opérations financières ou commerciales à l’étranger.

La déréglementation du transport par bus va en fait aggraver les inégalités d’accès, instituant un transport pour les pauvres. Elle aura pour effet d’augmenter les émissions de gaz à effet de serre. L’hypocrisie est ici de mise. Alors que le président de la République prend des postures d’écologiste, et alors que la France va accueillir en décembre 2015 la Conférence mondiale sur le climat (COP 21), le gouvernement propose une mesure qui va à l’encontre de tout bon sens en favorisant le transport privé par route au détriment du transport public dont le rail. Une autre solution serait de développer le transport par rail en faisant jouer à la SNCF son rôle de service public.

Ce projet de loi, en débat au Parlement, est guidé par une logique de déréglementation généralisée qui n’a comme objectif que le maintien des profits aux dépens des salaires, des pensions, seuls moyens de vivre pour la majorité de la population et au détriment de la protection sociale. Plus d’égalité, plus de fraternité, c’est ce que nous voulons, c’est le contraire de la loi Macron.
L’indispensable mobilisation sociale des salariés et des citoyens prend de l’ampleur.

CETTE LOI NE DOIT PAS ETRE VOTÉE, ELLE DOIT ETRE RETIRÉE !

Signataires :

Eliane Assasi (sénatrice PCF)
Clementine Autain (Ensemble)
Ana Azaria (Femmes Égalité)
Nicolas Baille (Secrétaire Général de la Fédération de l’Equipement et de l’Environnement CGT)
Ludivine Bantigny (historienne)
Maud Beckers (Commission sociale, Syndicat des Avocats de France)
Fatima-Ezzahra Ben-Omar (Les efFronté-e-s)
Olivier Besancenot (NPA)
Eric Beynel (porte parole de Solidaires)
Jean-Luc Bindel (Secrétaire Général de de la Fédération Agroalimentaire et Forestière CGT)
Alima Boumediene-Thiery (avocate)
Isabelle Bruno (politiste)
Jean-Marc Canon (Secrétaire Général de l’UGFF-CGT)
Céline Carlen (Secrétaire Générale de l’Union Syndicale CGT Commerce et Services de Paris)
Jean-Claude Chailley (Résistance sociale)
Andre Chassaigne (deputé PCF)
Laura Chatel (Secrétaire Fédérale Jeunes écolos)
Gérard Chaouat (membre du BN du SNCS FSU)
Boris Chenaud (Solidaires 34)
Robert Crémieux (MNCP)
Eric Coquerel (conseiller régional Ile de France, coordinateur politique du Parti de Gauche)
Pierre Cours-Salies (sociologue)
Thomas Coutrot (économiste, ATTAC)
Claude Debons (syndicaliste)
Bernard Dedeban (secrétaire de la FSU 31)
Karima Delli (deputée europeen, EELV)
Laurent Degousée (Fédération Sud commerces et services)
Caroline De Haas (féministe)
Sandra Demarcq (NPA)
Lina Desanti (Secrétaire Générale de l’Union Départementale CGT du Tarn-et-Garonne)
Marie Hélène Durieux (Fédération Sud Santé Sociaux)
Jean-Baptiste Eyraud (DAL)
Gérard Filoche (Bureau national du Parti Socialiste)
Pascal Franchet (CADTM)
Jacqueline Fraysse (députée, Ensemble)
Michel Faujour (co-secrétaire national du SNPES-PJJ FSU)
Nicolas Galepides (Fédération Sud PTT)
Bertrand Geay (politiste)
Jérome Gleizes (conseiller de Paris, EELV)
Caroline Guibet-Lafaye (philosophe)
Patrick Hallinger (Convergences Défense des Services Publics)
Elisabeth Hervouet (syndicaliste enseignant)
Hervé Heurtebize (secrétaire national du SNUCLIAS FSU)
Liem Hoang Ngoc (socialiste affligé, Bureau National du Parti Socialiste)
Nordine Idir (MJCF)
Maria Ines (co-secrétaire national du SNPES-PJJ FSU)
Sabina Issehnane (économiste, Les Economistes Atterrés)
Lucien Jallamion (République et Socialisme)
Pierre Khalfa (Fondation Copernic)
Judith Krivine (Commission sociale, Syndicat des Avocats de France)
Bernard Lacroix (politiste)
Rose-Marie Lagrave (sociologue)
Pierre Laurent (secrétaire national du PCF)
Christian Laval (sociologue)
Frédéric Lebaron (sociologue)
Catherine Lebrun (porte parole de Solidaires)
Valérie Lefebvre-Haussmann (Secrétaire Générale de la Fédération des syndicats du personnel de la banque et de l’assurance CGT)
Arlette Lemaire (secrétaire générale adjointe du SNASUB FSU)
Valérie Lesage (Secrétaire de l’Union Régionale Ile-de-France CGT)
Thierry Lescant (Ensemble)
Marie-Noelle Lienemann (sénatrice, Bureau National du Parti Socialiste)
Elise Lowy (EELV)
Jean-Marie Harribey (économiste)
Patrick Le Hyaric (directeur de l’Humanité)
Arnaud Malaisé (syndicaliste enseignant)
Emmanuel Maurel (député européen, Bureau National du Parti Socialiste)
Jean-Pierre Martin (psychiatre)
Christiane Marty (féministe)
Gérard Mauger (sociologue)
Caroline Mecary (avocate)
Emmanuel Mehdbi (syndicaliste SNU Pôle emploi FSU)
Jean-Luc Mélenchon (député européen)
Hélène Michel (sociologue)
Jean-Philippe Milesy (Rencontres sociales)
Christian de Montlibert (sociologue)
Carlos Moreira (Secrétaire Général de la Fédération Nationale des Industries Chimiques CGT)
Corinne Morel-Darleux (coordinatrice des assises pour l’Ecosocialisme)
Francoise Nay (militante de la défense des Hopitaux Publics)
Lucas Nédélec (Secrétaire Fédéral Jeunes Ecolos)
Hervé Ossant (Secrétaire Général de l’Union Départementale CGT de la Seine-Saint-Denis)
Naila Ott (Sud Travail affaires sociales)
Ugo Palheta (sociologue)
Jean-Jacques Paris (ANECR)
Willy Pelletier (Fondation Copernic)
Marie Cécile Périllat (syndicaliste enseignant)
Marc Peyrade (Secr. Gén. Fédé des Industries du Livre, du Papier et de la Communication CGT)
Christian Picquet (Gauche Unitaire)
Christian Pierrel (PCOF)
Véronique Ponvert (syndicaliste enseignant)
Jack Potavin (GOEES)
Christine Poupin (NPA)
Colette Pronost (syndicaliste SNU Pôle emploi FSU)
Emmanuel Renault (philosophe)
Jacques Rigaudiat (économiste)
Michèle Riot-Sarcey (historienne)
Danielle Rollat (UNRPA)
Suzy Rojtman (CNDF)
Michel Rousseau (Marches européennes contre le Chômage)
Jean Sammut (militant mutualiste)
Lydia Saouli (syndicaliste FSU ministère du Travail)
Danielle Simonnet (conseillère de Paris, secrétaire nationale du Parti du Gauche)
Evelyne Sire-Marin (magistrate)
Valérie Soumaille (syndicaliste enseignant)
Maya Surduts (CNDF)
Christian Taillandier (secrétaire national du SNUITAM FSU)
Baptiste Talbot (Secrétaire Général de la Fédération des Services Publics CGT)
Charlotte Tempion (Solidaires 69)
Christian Terrancle (Solidaires 31)
Christian Topalov (sociologue)
Victor Vauquois (responsable relations extérieures Jeunes Ecolos)
Rémy Viard (architecte)
Philippe Villechalane (APEIS)
Emmanuel Vire (Secrétaire Général du Syndicat National des Journalistes CGT)
Jean-Luc Wabant (Commission sociale, Syndicat des Avocats de France)
Louis Weber (revue Savoir/Agir)
Malika Zediri (APEIS)

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 15:56

Swissleaks : « un argent volé aux Français et aux citoyens européens »

Les révélations du Monde sur le « Swissleaks » mettent en évidence l'ampleur considérable de la fraude fiscale que le PCF dénonce depuis longtemps déjà. Dans son rapport parlementaire publié en 2012, le sénateur communiste Eric Bocquet chiffre à 60 milliards le montant de la fraude fiscale en France et à 1000 milliards à l'échelle européenne, soit trois fois le montant de la totalité de la dette grecque ! Cet argent est illégalement détourné des caisses publiques et donc directement volé aux Français et aux citoyens européens.

Avec les chiffres des dividendes versés aux actionnaires publiés cette semaine, démonstration est faite que l'argent coule à flots. Ce n'est pas la crise pour tout le monde. En 2014, les dividendes ont explosé de 30 % pour atteindre plus de 56 milliards d'euros pour les groupes du CAC 40 dont 46 milliards en cash ou en actions. La part des dividendes dans le bénéfice des entreprises est de 50 %.

Ces chiffres illustrent bien que le problème actuel en France n'est pas le coût du travail mais bien le coût du capital. Les maux sont connus, les moyens pour les combattre aussi. Il faut agir pour plus de transparence en faisant adopter à l'échelle européenne à l'instar des Etats-Unis une loi obligeant les banques à communiquer leurs données, créer un fichier européen des comptes bancaires et des trusts. En France, une lutte efficace contre la fraude fiscale implique un renforcement conséquent du nombre de fonctionnaires de l'administration fiscale. Il s'agit enfin de mettre en œuvre une grande réforme de justice fiscale renforçant la taxation des dividendes et du capital.

Parti communiste français

Paris, le 9 février 2015.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans economie finance PCF
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 12:20
Repost 0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 11:13
Repost 0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 11:02

France Télévisions - Sodastream : un partenariat qui doit cesser

5 FÉVRIER 2015 À 12:01

TRIBUNE

L'usine de Sodastream est implantée dans les territoires palestiniens occupés illégalement par Israël.

France Télévisions, groupe audiovisuel détenu à 100 % par l’État français, offre en «cadeau» dans plusieurs de ses jeux télévisés, des produits fabriqués par l’entreprise israélienne Sodastream.

Sodastream est toujours, à l’heure où nous publions cette tribune, une entreprise dont l’usine principale est implantée dans la colonie de Maale Adounim dans les territoires palestiniens occupés illégalement par Israël. Elle projette de transférer cette usine en 2015 dans le Néguev, sur des terres volées aux Bédouins de cette région, qui y vivent depuis le VII siècle.

LES BÉDOUINS MENACÉS

Quotidiennement attaqués, expulsés de leurs terres ancestrales et victimes de nombreuses discriminations, ces derniers sont de plus en plus menacés par la politique israélienne de judaïsation du Néguev, qui impose leur transfert et leur sédentarisation forcés. Le village d’Al Araqib dans le Néguev, détruit 80 fois par l’armée israélienne, illustre tristement cette politique dirigée contre les Palestiniens du Néguev.

La nouvelle usine dans le Néguev a reçu de très importantes subventions de l’État d’Israël. Selon l’ONG israélienne «Who profits», des travailleuses bédouines de Sodastream dans cette usine du Néguev se sont plaintes de devoir travailler plus de 12h par jour.

Une pétition regroupe déjà près de 15 000 signataires, et d’importants rassemblements de protestation ont déjà eu lieu devant la direction nationale et les bureaux locaux de France Télévisions.

VIOLATIONS DU DROIT INTERNATIONAL

Après les bombardements sur Gaza cet été, où selon les Nations Unies 2257 Palestinien-ne-s ont été massacré-e-s, nous pouvons constater à quel point le silence complice à la fois des États, mais aussi des entreprises sur les violations du droit international commises par Israël, conforte cet État dans la poursuite de sa politique d’oppression systématique du peuple palestinien.

France Télévisions est un service public, et exerce donc une activité d’intérêt général au service des citoyen-ne-s. Nous demandons en conséquence au gouvernement français, et notamment après l’adoption en décembre du texte de reconnaissance de l’État palestinien par l’Assemblée nationale et le Sénat, qu’il cesse de collaborer avec une entreprise actrice de la colonisation des terres palestiniennes, soutenant ainsi la politique criminelle et illégale de l’État israélien.

A travers cette tribune, c’est également la voix de plusieurs milliers de citoyen-ne-s engagé-e-s dans la campagne internationale BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) que nous portons. Une campagne initiée en 2005 à l’appel de plus de 170 associations de la société civile palestinienne, et qui se fonde sur le respect du droit international et des droits humains universels.

Signataires :

Rony Brauman, médecin et essayiste

Alain Guiraudie, cinéaste et réalisateur

Monique Cerisier Ben Guiga, sénatrice honoraire

Etienne Balibar, philosophe

Mireille Fanon Mendès France, experte à l’ONU, présidente de la fondation Frantz Fanon

Verveine Angeli, Union Syndicale Solidaires

Ghislain Poissonnier, magistrat

Nacira Guénif, professeur à l'Université Paris VIII

Gérard Toulouse, membre de l’académie des Technologies, Ecole Normale Supérieure de Paris

Geneviève Azzam, ATTAC

Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire

Repost 0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 09:57

Le centre de radiothérapie d'Aubervilliers fermé

L'agence régionale de santé n'a pas renouvelé l'autorisation d'activité de la structure installée à la Roseraie, qui avait pourtant investi dans un matériel ultramoderne.

« C'est du gâchis pour la Seine-Saint-Denis, dans le département le plus délaissé de la région parisienne, où les patients ont des difficultés pour se déplacer. On renforce l'inégalité dans l'accès aux soins et dans le traitement du cancer. » Le docteur Nicole Renody, directrice générale du centre de radiothérapie Ornep, installé au sous-sol de la clinique de la Roseraie (hôpital européen de Paris-la Roseraie), à Aubervilliers, est amère.

L'agence régionale de santé (ARS) de l'Ile-de-France a décidé de ne pas renouveler l'autorisation d'activité à la structure privée qui compte douze salariés et trois médecins.

Les derniers malades du cancer ont été pris en charge vendredi dernier. Le même jour, le tribunal de grande instance de Bobigny, saisi le 23 janvier par le centre, a désigné un conciliateur. Il dispose d'un mois pour trouver une solution amiable avec l'ARS afin de permettre la pérennité de l'activité.

En attendant, une équipe de l'agence régionale de santé est venue mardi matin s'assurer que le site était bien fermé. « On essaie de comprendre, mais c'est une aberration économique, regrette le docteur Jean-Pierre Mansour, l'un des trois médecins du centre Ornep. On a investi 5 MEUR en 2013 et acheté une machine de dernière génération : il n'en existe qu'un seul autre exemplaire en Ile-de-France, à l'Institut Gustave-Roussy (Val-de-Marne). Elle permet de traiter avec une très haute précision et d'épargner les organes sains. »

Il n'y a désormais que deux sites de radiothérapie en Seine-Saint-Denis, à Montfermeil (public) et à Bobigny (privé mais dans l'hôpital Avicenne). Les premières menaces ont pesé sur Aubervilliers en 2012, à la suite d'un rapport de l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) commandé par l'ARS, sur l'organisation de la radiothérapie en Ile-de-France. Les auteurs du document préconisaient pour la Seine-Saint-Denis la fusion des centres d'Aubervilliers et Bobigny, jugeant la localisation des deux sites trop proches.

« L'agence régionale de santé nous a demandé de suspendre notre activité en 2012 et nous a empêchés d'investir mais nous avons exercé un recours, relate le docteur Mansour. Fin 2012, le ministère de la Santé nous a permis de poursuivre et nous avons fait les travaux en 2013. » En mai 2014, l'agence régionale revient à la charge et ne renouvelle pas l'autorisation d'activité, dans le cadre de la réorganisation du schéma régional sanitaire. Une des raisons mises en avant est que le centre d'Aubervilliers est en dessous du seuil des 600 patients traités par an. Ornep entre alors en négociations avec le groupe privé qui gère l'équipement de Bobigny, avec l'idée de monter une structure unique dans l'hôpital Avicenne. Mais les discussions échouent en novembre 2014.

« Réinstaller notre équipement ailleurs prendra au moins six à neuf mois, regrette le docteur Mansour. En attendant de pouvoir le faire, on a une machine de pointe inutilisée alors qu'elle pourrait servir aux patients. »

Hier, Pascal Beaudet, le maire (PCF) d'Aubervilliers, a indiqué « déplorer l'arrêt des activités de radiothérapie » dans sa commune et annonce qu'il va saisir la ministre de la Santé. Même démarche du côté de la députée (PS) Elisabeth Guigou, qui souhaite rencontrer rapidement Marisol Touraine afin d'obtenir « une solution pérenne pour le centre de radiothérapie d'Aubervilliers ».

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SANTE PCF
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre