Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 03:07

Le M'Pep appelle à l'exclusion de Pascal Lamy et DSK du PS

 

Le mouvement politique d'éducation popoulaire (M'PEP) veut l'exclusion de Pascal Lamy, Directeur Général de l'OMC, et Dominique Strauss Kahn, Directeur Général du FMI, du Parti Socialiste. Car les deux responsables socialistes "ont choisi de se mettre au service de l'ultalibéralisme". Selon le collectif, il ne s'agit pas d'une ingérence dans les affaires du PS :

"les orientations de la gauche française ne relèvent pas de la "cuisine interne" des partis mais du débat public national"

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 22:35

 



envoyé par BFMTV. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

 


Après Kouchner, Besson et les autres, voici, sans surprises Manuel Vals dans les pas du Sarkozysme.

"Il faut déverouiller" les 35 heures" dit-il.

La mollesse ou l'absence de réaction des dirigeants socialistes, et en particulier la première d'entre eux, reléguant le propos en  polémique, en dit long sur le flottement au premier parti de gauche. Emanel Vals cherche-t il un starpontin ministériel, que lui offriraient  volontiers JF Copé et le porte paroler de l'UMP Dominique pailler, saluant le réalisme pragmatique du dirigeant socialiste. Les travailleurs, les salariés n'ont rien à attendre de bon de ces prises de position qui tirent le parti Socialiste à droite pour les primaires et leur projet. Le nouveau chouchou de la droite Manuel Vals remplacerait-il l'ancien, DSK ?

 

Pour François Baroin, les 35 heures sont "une erreur dramatique". Nul ne conteste que ramener la semaine de travail à 35 heures constitue un progrès social, un progrès de civilisation. Sauf la droite et Manuel Vals. Nous attendons d'ailleurs les prises de positions d'autres dirigeants politiques. Les silences seraient suspects.

 

35 h payées 40. C'était à l'origine l'objectif et la mesure économique qui tout à la fois produisait de l'emploi et maintenait le pouvoir d'achat. Hélas, Martine Aubry, ministre du Travail a cédé aux sirènes libérales et concocté des mesures de compensations patronales, de sorte de maintenir "la compétitivité" des entreprises avec le gel des augmentations de salaire imposé aux salariés. Ainsi, d'une mesure progressiste, elle est devenue synonyme de restriction du pouvoir d'achat, perdant au passage le soutien populaire à cette mesure.

Les milliards de profits des entreprises doivent être mis à contribution pour financer l'économie réelle et une croissance raisonnée. Oui, il faut relancer le processus des 35 heures. En réhaussant les salaires , en portant le SMIC à 1600 €/mois.

Enfin des réformes susceptibles de répondre aux exigences et aux besoins des populations laborieuses.

 

 

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 12:28

Après Kouchner, Besson et les autres, voici, sans surprises Manuel Vals dans les pas du Sarkozysme.

"Il faut déverouiller" les 35 heures" dit-il.

La mollesse ou l'absence de réaction des dirigeants socialistes, et en particulier la première d'entre eux, reléguant le propos en  polémique, en dit long sur le flottement au premier parti de gauche. Emanel Vals cherche-t il un starpontin ministériel, que lui offriraient  volontiers JF Copé et le porte paroler de l'UMP Dominique pailler, saluant le réalisme pragmatique du dirigeant socialiste. Les travailleurs, les salariés n'ont rien à attendre de bon de ces prises de position qui tirent le parti Socialiste à droite pour les primaires et leur projet. Le nouveau chouchou de la droite Manuel Vals remplacerait-il l'ancien, DSK ?

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 15:22
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 09:39

En 2011, les prix vont flamber, pas les revenus

Secteur automobile, abonnements Internet, électricité, santé... Les hausses de prix s’abattent à la pelle sur les Français.

Le 1er janvier 2011, les Français vont voir leur budget sévèrement attaqué par des changements qui provoquent notamment une hausse des prix dans plusieurs secteurs. L’année 2011 s’annonce difficile pour la consommation, avec la fin des mesures qui aidaient à la baisse des prix dans le secteur automobile et le secteur des abonnements Internet et mobiles. Ainsi, avec la loi des finances pour 2011, la formule triple play (Internet, téléphone, télévision) qui bénéficiait depuis 2007 d’un taux réduit de la TVA de 5,5 % se voit taxer à 19,6 % : finies les offres box à moins de 30 euros. Dans le secteur automobile, l’arrêt de la prime à la casse et le durcissement du bonus écologique vont faire monter les prix des véhicules. Véhicules d’autant plus chers pour les particuliers que les tarifs des assurances automobiles vont augmenter entre 2,5 % et 4,5 %. Tout comme ceux des assurances en habitation (jusqu’à 8 % d’augmentation).

Une répercussion sur la qualité de vie des Français est donc au programme avec une facture d’électricité salée l’année prochaine (hausse de 3 %). Et ce n’est pas le secteur de la santé qui va relever le niveau. La consultation chez les médecins généralistes passe à 23 euros et le taux de remboursement des médicaments à vignettes bleues passe à 30 % (au lieu de 35 % aujourd’hui). Les particuliers qui ne disposent ni de mutuelles ni d’assurances auront le reste à charge. Pour les assurés, une taxe supplémentaire, sur les contrats « responsables », de 3,5 %, payée par les assureurs, leur sera répercutée. Il faudra ajouter à ces augmentations les hausses des prix probables consécutives aux spéculations sur les matières premières et en particulier sur le pétrole.

Face à l’argent supplémentaire que les Français vont devoir débourser l’année prochaine, le gouvernement propose une augmentation du smic, du revenu de solidarité active (RSA) et des allocations familiales. Une augmentation en trompe-l’oeil, dérisoire par rapport au montant des dépenses annoncées. Le RSA et les allocations familiales sont revalorisés de 1,5 %, soit l’inflation prévue pour 2011. Comme depuis plusieurs années il n’y aura pas de « coup de pouce » au smic : le gouvernement se contente d’une revalorisation au minimum légal automatique.

 

Aliénor Guilhem

Social-Eco - le 31 Décembre 2010

France

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 21:32
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 12:43
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 09:26

DSC_0004-copie-1.JPG

 

Mercredi 22 décembre 2010, le conseil des ministres a adopté le projet de loi concernant le référendum d'initiative populaire.

20%  des parlementaires doivent le soutenir,puis, à son tour le conseil constitutionnel doitle valider. Une période de 3 mois est ainsi pouverte pour recueillir les soutiens, qui, pour être déclarés recevables doivent atteindre 1/10e des inscrits soit 4,5 millions de signatures.

Mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Car les obstacles dressés par le gouvernement  pour l'adoption du référendum d'initiative populaire, pourtant inscrit dans la constitution depuis 2008, sont nombreux.

Le recueil des soutiens devra se faire exclusivement par voie électronique. C'est-à-dire de façon individuelle. C'est limiter la portée d'une exigence citoyenne collective comme l'exigence d'un référendum contre la privatisation de la Poste qui a recuelli 3 millions de signatures manuscrites auprès des différentes organisations politiques, syndicales ou citoyennes.

C'est le ministère de l'intéreur qui organisera la mise en oeuvre sous le contôle d'une commission indépendantequi suivra la régularité des opérations, avant que le conseil constitutionnel se détermine sur la recevabilité de l'initiative, ouf!

Mais ce n'est pas fini. La proposition de loi devra faire l'objet d'au moins une lecture par l'Assemblée Nationale et le Sénat dans un délai de 12 mois à compter de la décision du Conseil Constitutionnel. A défaut, le Président de la République soumettra la proposition de loi au référendum dans un délai de 4 mois.

Une procédure longue et compliquée, pour camoufler la remise en cause du principe du référendum d'initiative populaire.

 

Vous avez dit démocratie ?

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre