Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 23:05

La gauche européenne contre l’austérité

Politique. Un premier Forum européen des alternatives se tient ce week-end à Paris. L’enjeu est d’imaginer des rassemblements progressistes pour une véritable alternative.

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF et Président du Parti de la Gauche Européenne (PGE), Emmanuelle Cosse, son homologue écologiste, Pouria Amirshahi socialiste « frondeurs », Zoé Konstantopoulou, Présidente du parlement grec, étaient réunis sur scène samedi, illustrant leur volonté de « convergence politique ».

Tous les quatre participaient à une plénière intitulée « l’austérité ça suffit. Notre objectif : le développement humain en Europe ». Dans la salle, Jean-Luc Mélenchon, leader du parti de gauche, et Marie-Noëlle Lienemann, Sénatrice PS, étaient assis au premier rang.

La plénière se tenait dans le cadre du forum européen des alternatives organisé samedi et dimanche à Paris par le Parti de la Gauche Européenne (PGE) dix ans après la victoire du « Non » des Français au référendum sur la Constitution européenne.

« Un moment crucial »

« Il faut trouver tous les moyens de discuter et de trouver des lieux de controverse, de discussion, de construction commune », a expliqué à la presse Emmanuelle Cosse, pour qui « ces échanges ne se traduisent pas obligatoirement par une question électorale ».

« La question est comment on construit une réponse commune à la crise actuelle et qu’on sort de cette impression qu’il n’y a qu’une seule ligne possible et qu’on ne peut pas débattre », a-t-elle dit.

« Au delà des débats qui nous traversent, il faut être capable dans des circonstances de plus en plus nombreuses d’affirmer des convergences, des idées qui nous rassemblent. Le faire sur la question européenne dans un moment aussi crucial pour l’Europe a beaucoup de signification », selon Pierre Laurent.

« On ne va pas lever avec un coup de baguette magique toute une série de différences (…) C’est un chemin, ce n’est pas une ligne droite, ce qui compte, c’est la boussole », a souligné le patron des communistes. « Cette convergence ne se décrète pas, elle se construit », a-t-il insisté.

Pour le socialiste Pouria Amirshahi, ce genre de rendez-vous est un pari sur l’avenir. « Il y a bien des questions qui nous rassemblent. Ces rapprochements politiques sont utiles pour demain », a-t-il dit.

« La Grèce montre le chemin et il est important dans cette période historique que chacun et chacune fasse des choix pour lesquels nous serons fiers d’ici deux ou trois décennies », selon Zoé Konstantopoulou.

« Les images de l’austérité en Grèce sont les images du futur européen si on ne met pas fin à ces politiques » d’austérité, a-t-elle prévenu. « L’austérité tue », a-t-elle lancé quelques minutes plus tôt sur scène.

Dans toute l’Europe, l’expérience grecque essaime. Les succès aux élections municipales en Espagne des forces progressistes qui ont su se rassembler est un autre signe que les peuples européens rejettent l’orientation ultra-libérale et austéritaire de l’UE. En France, où le « non » avait ouvert la voie, les forces progressistes ont donc un devoir de réussite.

La Marseillaise, le 31 mai 2015

Le mois de juin sera grec

En clôture ce dimanche du premier Forum européen des alternatives, qui se tient depuis samedi à Paris, Tasos Koronakis, Secrétaire général de Syriza et Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF et Président du Parti de la gauche européenne (PGE) lanceront un appel pour la Grèce.

Ce pays, berceau de la démocratie, cristallise les enjeux qui se jouent en Europe. Soit la poursuite d’une politique austéritaire qui tourne le dos aux peuples, soit, avec la réussite de la Grèce, une réorientation profonde. Comme le dit le Député européen honoraire Francis Wurtz, « Tout changement significatif sera un puissant encouragement à la recherche d’alternatives progressistes, coopératives et solidaires dans toute l’Union européenne ».

Pour ce premier Forum, qui se tient 10 ans après la victoire du « non » au référendum sur le Traité constitutionnel européen, « la date n’a pas été choisie au hasard », explique Pierre Laurent. « La réponse que les Français avaient apportée reste la réponse d’avenir (…) L’Europe n’a pas d’avenir sans réorientation. Nous avons perdu 10 ans.(…) Ceux qui s’obstinent à suivre ces politiques sont des irresponsables », ajoute-t-il. « Le non a été fondateur en Europe. Tous les mouvements qui posent la question du changement en Europe sont nés de cette bataille pour le non ».

Au programme de ce premier Forum, Place de la République à Paris : 3 plénières, 30 ateliers, un concert et des invités tels que invités Giorgos Katrougalos, Ministre grec de la fonction publique ; Hervé Falciani, ancien salarié d’HSBC, lanceur d’alerte ; Emmanuelle Cosse, Secrétaire nationale d’EELV ; Jean-Luc Mélenchon, leader du PG, Pouria Amirshahi, Député PS « frondeur »…

De nombreuses formations européennes comme Die Linke (Allemagne), EUIA (Catalogne), Sinn Fein (Irlande), Syriza (Grèce) sont notamment représentées.

L’appel lancé aujourd’hui, précise Pierre Laurent, vise « à faire du mois de juin un mois de mobilisation au côté du gouvernement grec. Je renouvellerai l’exigence qui est la nôtre à l’égard du gouvernement français d’appuyer le gouvernement grec dans la demande de respect du programme sur lequel il a été élu ».

La Marseillaise, le 31 mai 2015

Repères

30 ateliers au programme du premier Forum européen des alternatives qui se tient jusqu’à aujourd’hui à Paris. Pour suivre en direct les temps forts de la journée de dimanche : http://www.forum-des-alternatives.eu.

Georges Katrougalos, Ministre grec de la Fonction publique et de la réforme de l’État : « J’espère que la Grèce deviendra le miroir de l’avenir politique de l’Europe, qu’il naîtra un mouvement paneuropéen contre l’austérité.(…) On ne peut pas gagner dans un seul pays. La solidarité des peuples est essentielle pour réussir ».

La Marseillaise, le 31 mai 2015

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans EUROPE PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 08:12

Édition : La Revue du Projet

Le PCF et l’Europe, quelle souveraineté dans une union de nations ?, Patrick Le Hyaric

30 AVRIL 2015 | PAR LA REVUE DU PROJET

  • La nation est le cadre vivant de l’expression démocratique, l’espace privilégié des luttes, des rassemblements et du combat politique. Elle est un outil précieux dans le cadre d’une coopération internationale et de la solidarité internationaliste pour ouvrir des brèches face aux politiques libérales.

Entretien avec Patrick Le Hyaric*

Lors de sa dernière convention nationale sur l’Europe, le PCF a choisi de redéfinir son projet européen comme celui d’une « union de Nations et de peuples souverains, libres et associés ». Qu’entendez-vous par là ?

Favorables à la construction européenne, nous voulons profondément la transformer. Les peuples se détourneront de plus en plus d’une Europe qui se fait sans eux et contre eux. On est passé de l’idée de Communauté européenne au concept politique d’« Union européenne ». Cela signifie une intégration toujours plus poussée sur la base de politiques unifiées, uniques, régies par deux traités, le traité de Maastricht et de Lisbonne, complétées par le traité budgétaire et le pacte dit « Euro Plus » (voir le Le pacte des rapaces, éditions de l’Humanité). On voit ainsi comment les institutions européennes pilotent nos politiques budgétaires et monétaires et déterminent des choix quotidiens comme, par exemple, avec la loi Macron qui découle du pacte « Euro-plus ». Ce sont des instances supranationales, non élues au suffrage universel, comme la Commission de Bruxelles, la Cour de Justice et la Banque centrale européenne, qui gouvernent le dispositif.

L’actuelle construction européenne se fait donc contre la souveraineté populaire, au service de la finance et du capital international. Notre objectif de refondation vise à renverser ce type de construction à partir du respect des spécificités historiques, culturelles, politiques de chaque nation. Chacune d’elle serait dans une démarche d’union choisie parce que bénéfique pour tous, respectueuse de la singularité de chacun et, en même temps, porteuse de ce que les nations auront librement décidé de faire solidairement ensemble. Le contraire d’une uniformisation qui, comme on le constate, conduit à une exacerbation des nationalismes. Cela suppose, à l’échelle du continent, d’inventer des procédures démocratiques qui permettent aux citoyens, dans leur cadre national, de choisir librement ce qu’ils veulent réaliser en commun. Ce processus est à l’opposé de la mise en concurrence actuelle.

Prenons la question essentielle des services publics. Alors que la conception française du service public s’est traditionnellement référée aux principes d’égalité, de continuité et d’adaptabilité, une autre logique lui est opposée. Cette logique est de nature essentiellement économique et financière, c’est l’option d’une économie de marché et de concurrence dont les critères sont essentiellement monétaires comme le taux d’inflation, les fluctuations monétaires, les déficits des finances publiques, les taux d’intérêt à long terme, les taux de rentabilité. Cette conception ne permet pas de garantir le respect de l’idée d’intérêt général et du principe d’égalité, qui se retrouvent indexés aux dogmes ultralibéraux inscrits dans les traités, et ainsi relégués aux marges des politiques menées par les institutions européennes. Il en est de même des enjeux de l’accès au crédit pour un nouveau développement humain. La Banque centrale européenne ne se fixe pas cet objectif mais celui « prioritaire pour elle », de la valeur de la monnaie unique comme outil de spéculation. Dire cela ne signifie pas que nous voulions imposer aux autres notre conception mais que nous voulons que les autres peuples puissent avec nous dégager des principes communs pour que la vie s’améliore pour toutes et tous, que l’environnement soit sauvegardé.

Nul ne doit être entraîné dans un engrenage aboutissant à un type de société violant ses choix fondamentaux et les droits humains à vivre mieux. Tous doivent pouvoir s’engager dans tel ou tel champ de la politique européenne si et seulement si ils en ont choisi souverainement le cadre et la finalité. Une clause de sauvegarde permettrait à un peuple souverain de se soustraire d’un pan de la politique européenne ou d’une directive, dès lors qu’il considère qu’elle remet en cause ses choix souverains.

Cela ne l’empêcherait pas de poursuivre les débats voire les négociations avec les autres États pour des projets communs. Les parlements na­tio­naux seraient impliqués en amont de l’élaboration des lois et règles européennes. Un tel projet implique nécessairement de profon­des transformations structurelles et institutionnelles.

Comment, dans la forme que vous avez définie, parvenir à unir les peuples européens autour de projets et d’objectifs communs ?

De nombreux enjeux auxquels sont confrontés les citoyens de tous les pays européens leur sont communs et nécessitent des projets coopératifs. De grandes questions ne peuvent être résolues qu’à l’échelle du continent : mouvements migratoires internationaux, défi climatique, développement industriel selon des principes écologiques, nouveaux choix agricoles et alimentaires, développement numérique, création monétaire au service d’un nouveau développement hu­main, mais aussi droits nouveaux des salariés dans les comités de groupes, transition énergétique et autonomie énergétique, ou encore nouvelles coopérations avec les pays du Maghreb et de l’Afrique. Ce ne sont là que quelques exemples. J’y ajouterai l’indispensable projet de faire de l’avenir de la petite enfance et de la jeunesse une grande cause européenne. Prise sous cet angle, la construction européenne n’est pas un pis-aller subi mais bien une nécessité choisie.

Une des conditions de la réalisation de ces objectifs est évidemment le respect des choix démocratiques de chacun des peuples qui composent l’Union. À l’opposé de l’actuelle situation, l’exercice partagé de la souveraineté des nations peut et doit permettre l’émergence de grands projets européens, utiles, créateurs d’emplois. À la condition qu’ils fassent l’objet d’une concertation préalable, non seulement avec les parlements nationaux mais aussi avec les assemblées locales, les citoyens, particulièrement celles et ceux qui s’organisent en associations ou en syndicats. C’est le ciment du principe coopératif que nous avons à cœur de substituer au règne de la compétition de tous contre tous, dont on voit bien actuellement qu’elle est la loi d’airain qui permet la mise au pas de certains pays au profit des plus puissants. Bref, la démocratie serait un facteur d’efficacité sociale, économique et écologique. Une confiance mutuelle peut alors s’instaurer entre les peuples et fédérer une espérance commune à l’échelle du continent.

La victoire de Syriza en Grèce s’est faite dans un cadre national. Est-ce à dire que seul le cadre national est susceptible de permettre l’émergence de politiques de progrès social ?

Il y a une tension entre le cadre national et les institutions européennes qui n’est pas due à l’idée de la construction européenne, mais aux politiques mises en œuvre au nom de l’Union européenne – qu’on confond trop souvent avec tout projet européen – et à des conceptions qui n’ont plus rien à voir avec l’esprit de solidarité et de coopération. On a vu comment, en quelques semaines, le gouvernement Syriza a ouvert un débat fondamental sur la sortie de l’unicité des politiques imposant l’austérité, le chômage, la précarité de vie. L’enjeu de la solidarité des salariés, des privés d’emploi, des créateurs, des petites entreprises, des autres pays est considérable pour le peuple grec certes, mais pour tous les peuples européens.

Les cadres nationaux en Grèce, en Espagne, en Irlande, au Portugal, en Italie ou en France, s’alimentent l’un et l’autre comme les maillons d’une chaîne qui un à un se brisent pour faire émerger une autre cohérence européenne. En ce sens, la réussite du gouvernement d’Alexis Tsipras intéresse chacune et chacun d’entre nous au nom d’une alternative progressiste possible. C’est d’ailleurs ce que redoutent les puissances d’argent.

Il est donc indispensable de créer un rapport de forces solide et de manifester notre solidarité avec le peuple grec qui traverse et va traverser des moments de forte turbulence sous les coups de boutoir des marchés financiers et de leurs relais politiques.

Agir ainsi, c’est défendre et faire vivre la démocratie. Jusqu’ici la nation reste l’espace privilégié des luttes, des rassemblements et du combat politique. Mais l’horizon d’une coopé­­­­ration internationale et de la solidarité internationaliste me paraît indispensable pour engager le bras de fer avec le capitalisme mondialisé et financiarisé.

On remarquera d’ailleurs avec une certaine ironie que ce sont les adulateurs de l’actuelle construction européenne qui brandissent l’argument – fallacieux qui plus est – des 750 euros que chaque Français devrait payer pour le peuple grec, utilisant par là d’étroits ressorts nationalistes pour briser la solidarité européenne susceptible d’émerger.

La nation est donc le cadre vivant de l’expression démocratique, avec, pour les individus qui la composent, des réflexions qui, et de plus en plus, vont bien au-delà des frontières géographiques. Elle est un outil précieux pour ouvrir des brèches face aux politiques libérales. En même temps, les politiques de progrès social, de développement humain, écologique, imbriquées plus que jamais à l’échelle européenne et planétaire, nécessitent de penser l’intervention citoyenne, sociale et politique, au-delà du cadre strictement national. La pertinence de l’échelon pour mener des politiques de progrès est un vieux débat qui a autrefois divisé le mouvement ouvrier sur la construction du socialisme. Il serait judicieux de repenser cette question à l’aune de la mondialisation et des actuelles mutations du capital et du travail.

« Un peu d’internationalisme éloigne de la patrie beaucoup d’internationalisme y ramène. Un peu de patriotisme éloigne de l’internationale, beaucoup de patriotisme y ramène » clamait Jean Jaurès.

*Patrick Le Hyaric est membre du Comité exécutif national du PCF. Il est responsable du projet européen du PCF et député européen.

Propos recueillis par Clément Garcia.

La Revue du projet n°46, avril 2015.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans EUROPE PCF
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 21:03

Patrick Le Hyaric

Le 23 avril 2015

Les Commissions emploi et affaires juridiques du Parlement européenne viennent, coup sur coup, de refuser un des instruments les plus dangereux de l’accord transatlantique en négociation : lemécanisme de règlement des différends investisseurs-États.

Ce mécanisme doit permettre la création de tribunaux privés d’arbitrage lorsqu’un (investisseur), une société multinationale estiment (que ses investissements) et ses possibilités de profits sont mis en danger par les lois des Etats.

Plutôt que de passer par la justice d’un État et s’en remettre au droit national, ces tribunaux d’arbitrages permettent de dépasser les juridictions nationales et de confier la décision de justice à un arbitrage international sans contrôle indépendant ou droit de recours. Les investisseurs peuvent ainsi contourner le droit national pour passer par une juridiction plus attentive à leurs intérêts qu’au droit social ou environnemental.

Ce « mécanisme de règlements des différends investisseurs-États » (ISDS), est évidemment soutenu par les grandes multinationales et des avocats internationaux. Il a déjà permis des attaques contre des lois sur le tabagisme en Australie, la sortie du nucléaire en Allemagne ou le salaire minimum en Égypte. Pour la raison que les lois en vigueur dans ces pays nuisaient à leurs intérêts.

On imagine l’impact d’un tel système pour remettre en cause nos normes alimentaires (sur les OGM, l’utilisation d’hormones de croissance), environnementales, sanitaires (sur le principe de précaution, sur l’interdiction de médicaments) ou tout simplement sociales une fois que l’on aura donné cet instrument aux multinationales implantées des deux côtés de l’Atlantique.

Nous agissons pour que le Parlement européen prenne une position nette et forte contre ce mécanisme. La mobilisation citoyenne commence à porter ses fruits: cette semaine ce sont les commissions Affaires juridiques et Affaires constitutionnelles, pourtant traditionnellement conservatrices qui s’y sont opposées ; le 1er avril c’est la Commission emploi et affaires sociales qui a tenu la même position figurant dans les amendements que j’avais déposé. Désormais la Commission européenne s’inquiète au point de nous promettre un système de tribunaux arbitraux « light » ou « révisé ».

La prochaine étape est le rapport que va adopter la commission du commerce international qui est compétente sur l’accord transatlantique. Tiendra-t-elle compte des avis des commissions parlementaires contre l’ISDS ou de ceux en faveur ? En tant que membre de la commission du commerce internationale, j’ai également déposé des amendements dans cette commission sur cet accord. Parmi les 25 que j’ai déposés voici ceux concernant les tribunaux arbitraux :

Amendement 61 :

Considérant qu’un accord commercial d’ampleur avec les États-Unis peut réduire la capacité du législateur européen comme national à légiférer, remettant en cause la souveraineté des citoyens, sapant les bases démocratiques du projet européen, réduisant ses leviers d’action, et noyant le spectre des politiques européennes dans un ensemble économique et non plus politique ;

Amendement 895 :

Rappelle que les États membres de l’Union européenne et les États-Unis disposent des cadres d’un État de droit, d’une justice indépendante, avec des possibilités de recours garantissant les droits des citoyens et des investisseurs;

Amendement 896 :

Refuse tout mécanisme de règlement des différends investisseurs-États ou puissance publique qui ne s’inscrive pas dans les droits nationaux, les structures d’arbitrages nationales existantes, en ce qu’ils se placent au-dessus des juridictions nationales et limitent le pouvoir législatif délégués par les citoyens ;

Le vote en commission aura lieu le 28 mai, puis en session du Parlement en juin. Il est donc important d’amplifier la mobilisation contre ce mécanisme consacrant le droit des affaires. Ce serait une importante étape pour faire tomber le projet de marché unique transatlantique.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans EUROPE
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 03:45

Discours d’ A. Tsipras au Comité Central de SYRIZA


Camarades,
Nous sommes au début d’un long et difficile combat,
unis non seulement par le programme sur lequel le peuple grec nous a accordé sa confiance, mais
aussi par les principes, les valeurs fondamentales, les idées et l’histoire de la gauche,
par notre volonté de servir le peuple et le pays,
par nos relations franches et ouvertes avec les travailleurs, avec ceux qui créent et inventent
l’avenir
par notre attachement à la démocratie et à la justice sociale,
par la mobilisation solidaire du peuple autour de revendications mûres, qui donnent son vrai sens
au mot progrès.
Et pour qu’il n’y ait pas de confusion – je tiens à dire clairement que :
Si nous représentons le nouveau, le « sans précédent », l’espoir de changement, cela ne signifie pas
pour autant que nous sommes nés de la dernière pluie.
Nous avons l’ancienneté et l’expérience de notre parti, de ses combats, de sa longue histoire.
Nous avons fait nos preuves dans des périodes difficiles.
Et aujourd’hui, quoi qu’il arrive, nous n’allons pas transiger avec nos principes et nos valeurs,
ni reculer devant les difficultés en trahissant nos engagements.
Tous ceux qui l’espèrent seront déçus.
Et laissez­moi vous rappeler un conseil de nos maîtres à penser l’émancipation sociale :
Notre combat politique a comme point de départ des principes et des valeurs immuables
mais il ne les vide pas de leur contenu par une aveugle obstination.
Nous avons toujours été, et nous le sommes encore davantage aujourd’hui, obligés de servir
ces principes et valeurs, en élaborant une tactique efficace et intelligente, qui tient compte
des rapports de force, des dispositions des travailleurs et du peuple, de notre marge de
manoeuvre à chaque instant et à chaque détour, des impératifs de notre pays.
Ce discernement est la vertu principale dans une situation comme celle d’aujourd’hui, où SYRIZA
est confronté à un défi sans précédent:
Promouvoir le changement social et politique, en assumant des responsabilités gouvernementales
et non pas en force revendicative d’opposition.
Vous savez ce que cela signifie, camarades.
Cela veut dire que chaque décision, chaque évaluation de nos actes, chaque attitude, chaque
position publique a des répercussions non seulement sur l’image actuelle de la gauche et sur son
avenir, non seulement sur l’ensemble des mobilisations progressistes, mais aussi sur le présent et le
futur de notre pays et de notre peuple.
C’est une responsabilité inédite, dans une situation entièrement nouvelle.
Et je suis certain que nous sommes capables d’assumer avec le soutien de notre peuple cette
responsabilité.
Camarades,
Cela fait à peine un mois que le peuple grec a confié à SYRIZA un mandat gouvernemental.
Un mois qui a bousculé les codes et les vieux usages, les tabous politiques et idéologiques.
Et il serait souhaitable de ne pas perdre de vue le tableau d’ensemble:
Notre pays et notre gouvernement se sont trouvés au centre des préoccupations européennes et
mondiales.
La Grèce a cessé depuis les premiers jours du nouveau gouvernement d’être considérée comme un
paria, qui reçoit des ordres et applique des mémorandums.
Le peuple grec a le sentiment qu’il retrouve la dignité qui lui a été contestée et outragée.
L’opposition à l’austérité a été mise au centre de tous les débats.
La crise humanitaire, les personnes qui souffrent, que nous représentons dans les débats, ne sont
plus considérés comme de simples chiffres sans dimension humaine.
Nous avons trouvé des alliés dans notre combat de dénonciation d’une crise auto­alimentée.
Nous avons reconquis le droit fondamental que dispose chaque peuple libre de discuter de son
avenir.
De décider de son avenir.
Nous avons prononcé non pas un, mais plusieurs NON, en quelques jours, malgré les pressions
qui sont devenues quelques fois épouvantables en revêtant le caractère du chantage.
Et après ces épreuves nous en arrivons à une première conclusion politique :
Aujourd’hui l’étendue de la liberté d’action de notre gouvernement et de notre pays s’est élargie.
L’affranchissement des mémorandums et des désastreuses politiques d’austérité ne sont plus
uniquement l’objet d’un désir exalté tel qu’il a été exprimé par le résultat des urnes électorales.
Notre gouvernement en a fait un acte politique, en affirmant sa « légitimité » tant au niveau de
l’opinion publique européenne qu’au niveau des institutions européennes, par sa mise en œuvre en
tant que sujet de négociation et de confrontation politique.
Et les premiers pas ont été franchis dans la voie de l’affranchissement sur laquelle SYRIZA s’est
engagé en assemblant notre peuple.
Ce n’est pas pour nous gratifier des compliments ni pour embellir la dure réalité en falsifiant la
vérité que nous dressons ce constat politique.
Les subterfuges ne trompent pas notre peuple et sont aux antipodes de la culture de notre parti.
En revanche, ce constat contribue à l’éclaircissement de notre conduite actuelle et future, puisque
l’amélioration de notre position et de la situation d’ensemble nous permettra de revendiquer et
d’appliquer l’autre politique que nous souhaitons et nous avons promise.
Est­ce que les circonstances sont difficiles?
Oui, des grandes difficultés se dressent devant nous, car tous les jours nous livrons de nouveaux
combats et les plus grands sont ceux à venir. Mais nous nous préparons en améliorant nos positions
et la situation d’ensemble en vue d’atteindre nos buts.
Il est donc clair qu’aujourd’hui :
La troïka a pris fin.
Et tant pis, si certains voient la troïka à la place de la Commission européenne ou des institutions
européennes et internationales avec lesquelles nous collaborons et nous discutons bien sûr, puisque
nous appartenons à la zone euro.
La troïka en tant que mécanisme de supervision et de domination extra­institutionnel, arbitraire, et
sans légitimité démocratique, est formellement terminée.
Et cette mission a été accomplie par le nouveau gouvernement grec.
Il est également clair que :
Les mémorandums appartiennent au passé. Et ceci est attesté par la lecture de fond et de forme de
l’accord de prêt puisqu’ils ne font pas partie du texte adopté et parce que les mesures absurdes de
l’austérité ne figurent plus dans notre nouvel accord.
Ce nouvel accord obtenu après une série de négociations difficiles démontre non seulement la
persévérance des dogmatiques de l’austérité mais aussi la détermination de notre gouvernement
d’en finir avec leurs dogmes.
Mais je voudrais remarquer que si le comportement des anciens gouvernants qui prétendent que
nous continuons dans leur voie paraît plutôt comique, entendre des discours dénonciateurs qui
déforment la réalité prononcés par des représentants des forces politiques de la gauche emportés
par une naïveté révolutionnaire est en revanche triste et consternant. [….]
Bien sûr, il y a et il doit y avoir des avis et des jugements différents, des discussions, des réserves,
des désaccords.
Bien sûr, il y a et il y aura des attaques de la part de nos adversaires en Europe et en Grèce.
Mais nous avons le devoir envers notre peuple, envers les peuples de l’Europe qui nous regardent
attentivement avec un sentiment d’espérance, envers les mouvements qui luttent pour le
renversement de l’austérité, de dévoiler et de défendre la vérité.
Alors, quelles sont les vérités sur les négociations qui ont conduit à l’accord­pont ?
Première vérité : Nous sommes arrivés dans une zone minée. Des pièges nous ont été tendus par
les forces conservatrices les plus agressives de l’Europe avec la collaboration du gouvernement
Samaras pour provoquer notre naufrage avant même de gouverner.
Leur dessein était l’asphyxie financière et le renversement de notre gouvernement en faisant de la
victoire de Syriza une simple parenthèse antimémorandaire.
Nous nous sommes trouvés coincés par des délais prémédites très courts.
Avec les caisses vides et les banques à court de liquidités.
Avec l’héritage des engagements du gouvernement précédant et les accords passés avec ses
protecteurs.
Avec le couteau de l’asphyxie financière sous la gorge.
Ils avaient tout préparé pour entraîner notre naufrage, et celui du pays aussi.
Mais ils n’avaient pas prévu :
que notre victoire serait très proche de la majorité absolue,
que nous serions capables de former un gouvernement très rapidement sans avoir recours à eux,
que nous aurions un soutien populaire sans précédent après les élections, une mobilisation
populaire pour soutenir notre combat pour la dignité et la souveraineté d’une ampleur jamais vue
depuis la période de la Résistance Nationale.
Ces imprévus ont annulé leurs desseins en nous donnant cette marge de liberté qui nous a permis
d’éviter de tomber dans leur piège.
Deuxième vérité :
Nous avions prévu avant les élections les difficultés, mais l’estimation théorique des obstacles
n’est pas suffisante. Il faut du temps et des moyens de gouvernance pour y faire face.
Et nous, nous avons dû réagir avant même l’ouverture du nouveau Parlement : Nous n’avions donc
aucune autre arme que notre détermination à obéir à la volonté du peuple telle qu’elle a été
exprimée dans les urnes.
Troisième vérité :
Nous avions compris à juste titre que la crainte d’une déstabilisation générale causée par
l’éventualité d’un échec l’emporterait sur les projets orchestrés par les forces conservatrices en
Europe.
Cette inquiétude a conduit les grands pays comme la France, les États­Unis, la Chine, et d’autres,
dans une position plus positive et responsable par rapport à l’axe de l’austérité européenne en nous
permettant de promouvoir nos arguments.
Cependant, nous avons dû faire face à un axe de forces politiques animé principalement par les
Espagnols et les Portugais, qui pour des raisons politiques évidentes ont tenté de mener les
négociations à l’échec, en prenant le risque de créer un incident au niveau international, afin
d’éviter des perturbations politiques à l’intérieur de leurs pays.
Que pouvons­nous donc conclure de ces vérités?
Il y a eu un projet qui a été fait avec la collaboration du premier ministre grec sortant qui n’a pas
hésité au moment où la Grèce entamait des négociations cruciales de signer des résolutions dans le
cadre du Parti Populaire Européen à l’encontre de son propre pays.
Ce projet visait et vise toujours à conduire le gouvernement à l’impuissance ou à la capitulation
avant que celui­ci fasse la preuve de ses capacités, avant que le paradigme grec ait des
répercussions sur le rapport de forces politiques dans d’autres pays, et surtout avant les élections en
Espagne. C’est à dire : créer des pressions qui nous conduisent à des concessions inacceptables
sous la menace de l’asphyxie financière. Provoquer la déception afin de nous priver du soutien
populaire. Utiliser l’asphyxie financière pour susciter le mécontentement populaire.
Leur objectif était de nous obliger à participer à une formation gouvernementale d’une moralité et
d’une légitimité politique douteuse à l’instar du gouvernement Papadimos.
Ou alors de nous renverser en mettant une fin à nos revendications politiques qui leur font tant
peur.
Laissez­moi, là encore, ajouter un commentaire: Ces projets qui visaient à conduire non seulement
SYRIZA mais aussi la Grèce « sur le lit de Procuste » étaient fondés sur la surestimation aveugle
de leur force, sur l’incompréhension des données concrètes concernant la Grèce et la force de sa
gauche, sur la sous­estimation de notre détermination et de notre résilience.
Habitués à des échanges avec des représentants serviles de l’establishment mémorandaire, ils ont
été surpris par notre NON prononcé à la première réunion de l’Eurogroupe. Et fort irrités par notre
deuxième NON à la réunion suivante, ils ont lancé un ultimatum. Mais notre refus de céder au
chantage de l’ultimatum a mobilisé d’autres forces politiques européennes qui sont intervenues en
défendant la voie de la raison.
Notre peuple aussi est intervenu efficacement en manifestant et en se mobilisant. Une vague de
soutien international a été suscitée d’une ampleur jamais vue depuis l’époque de la dictature.
Et c’est ainsi que nous sommes arrivés à un compromis qui nous a permis de retrouver notre
souffle et d’éviter les pires scénarios qui auraient des conséquences désastreuses aussi bien pour la
Grèce que pour l’Europe.
[….]
Camarades,
permettez moi de vous rappeler les objectifs principaux de cette négociation :
La dissociation de l’accord de prêt des mémorandums.
Un accord­pont intermédiaire qui nous offre le temps et l’espace nécessaires pour mener la
négociation principale qui porte sur la dette publique et appliquer une politique de croissance en
dehors du marécage de l’austérité.
Mais ce n’est pas seulement le piège tendu que nous avons réussi à éviter. Nous avons obtenu la
fin formelle et matérielle du mémorandum.
Les exigences [de la troïka] dictées par courrier électronique à [l’ ancien ministre des finances]
Hardouvelis ont disparues de la table des négociations. – Et vous vous rappelez du caractère et la
dureté de ces mesures!
Nous avons obtenu la fin de la troïka.
A partir de maintenant, nous ne traiterons plus nos affaires avec des employés, mais avec la
Commission et les institutions qui par leur caractère proprement politique sont obligées dans le
cadre de leurs fonctions et de leurs entretiens d’adopter des critères qui ne sont pas exclusivement
technocratiques mais aussi politiques.
Nous avons obtenu la fin des excédents irréalistes et inatteignables qui sont le synonyme et la base
de l’austérité et nous avons pu protéger les banques.
Ainsi, les banques sont restées ouvertes et la sécurité du système financier dans son ensemble a été
préservée.
Camarades,
Nous n’avons pas d’illusions. D’ailleurs, nous n’avons le droit d’en avoir.
«Nul répit, pas d’interruption, pas de trêve».
Nous n’en sommes qu’au commencement.
Nous avons franchi le premier pas, mais plein d’autres questions nous attendent:
Augmenter les revenus des fonds publics.
Remettre debout une société ravagée par cinq années de sévices.
Surmonter les pressions et les chantages qui seront encore exercés sur notre gouvernement.
Nous sommes conscients de nos responsabilités et notre combat sera long et constant.
Mais je suis optimiste et je crois que nous pouvons surmonter tous les obstacles en profitant du
« souffle » que nous avons obtenu pour matérialiser rapidement nos engagements prioritaires.
En coordonnant toutes nos forces, avec le soutien du peuple, avec l’énergie de notre volonté et de
notre travail assidu, nous pourrons transformer l’accord de prêt en tête de pont vers le grand
changement.
Vous savez que nombreux sont ceux qui ont misé sur un troisième mémorandum avant fin Juin.
Ils seront démentis une fois de plus.
Les mémorandums sous n’importe quelle forme possible ont pris fin le 25 Janvier.
Ce que nous cherchons – et ce à quoi nous nous préparons en employant toutes nos capacités –
est d’arriver avec nos partenaires à un accord mutuellement acceptable qui permet de dégager
définitivement notre pays d’une tutelle aussi étouffante qu’humiliante.
Un accord qui rendra socialement durables nos engagements financiers en nous permettant de
renouer avec la croissance, la normalité et la cohésion sociale.
Nous entrons maintenant à une période de travail constructif.
Hier, j’ai annoncé au Conseil des ministres le dépôt des premiers projets de loi pour inverser la
situation actuelle.
Le premier projet concerne les mesures qui seront prises pour remédier à la crise humanitaire.
Le deuxième concerne le règlement des dettes échues envers l’État et les fonds publics.
Le troisième concerne la protection de la résidence principale et sera déposé dès la semaine
prochaine, afin de mettre un terme à l’angoisse de centaines de milliers de nos concitoyens, des
travailleurs et des retraités qui risquent de perdre leur maison.
La semaine prochaine également, le jeudi 5 Mars, nous déposerons le projet de loi pour la
réouverture de ERT [radio télévision publique].
En même temps, nous déposerons une proposition concernant la création d’une commission
d’enquête, afin d’examiner les raisons et les circonstances exactes qui ont conduit notre peuple dans
cette mésaventure.
Voilà les premières interventions parlementaires et législatives de notre gouvernement de salut
social.
Et nos réformes législatives vont se poursuivre jusqu’à l’éradication complète des problèmes de
l’opacité de la vie publique, de la corruption et des conflits d’intérêts.
Toutefois, l’œuvre gouvernementale ne peut pas se limiter à l’œuvre législative.
Dès la semaine prochaine nous commençons un marathon de réformes afin de rationaliser
l’administration publique et faciliter la vie des citoyens.
Ces premières mesures illustrent déjà les principes de l’orientation générale de nos réformes.
Mais je voudrais aussi parler d’une autre mesure phare qui manifeste de façon exemplaire le
passage à la période postmémorandaire : Nous avons décidé de révoquer le permis de recherches et
d’exploitation de l’usine de Skouries afin de défendre, de la manière la plus efficace possible, deux
grandes priorités de notre gouvernement: l’environnement et l’intérêt public.
Et notre réponse aux réactions suscitées par notre décision est simple et sans équivoque:
Si le peuple nous a accordé sa confiance, c’est parce que pour nous, les employés, le
développement productif progressif, l’environnement et l’intérêt public, sont au­dessus des intérêts
commerciaux, aussi grands qu’ils soient et aussi importants qu’ils soient leurs réseaux d’influence.
Camarades
Face au changement de circonstances
que faire?
Notre œuvre gouvernementale sera déterminante pour l’avenir de notre pays.
Mais le rôle de notre parti est aussi essentiel.[….] Nous avons besoin d’un parti qui surveille et
critique notre action tout en faisant preuve de responsabilité, d’un esprit méthodique qui juge en
tenant compte de tous les paramètres. […]
Esprit d’équipe, bon sens, adaptabilité, engagement, résistance, pensée critique sont les qualités
qui vont nous permettre de marquer l’idée du progrès dans la conscience collective, dans l’histoire
de notre société et de notre pays.
Et cela mérite des efforts et des sacrifices !

source syriza.gr

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans grece EUROPE
commenter cet article
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:29

Pierre Laurent : « L’Europe est un atout pour Syriza, pas un obstacle »..." pour Syriza alors qu’en vérité l’Europe est un atout, car tous les peuples européens sont concernés par les enjeux soulevés par la victoire de ce parti"...

Published: 27/02/2015 - 13:16 | Updated: 27/02/2015 - 13:18

Pierre Laurent est secrétaire général du Parti communiste français © PCF

Le chef de file du parti communiste français voit dans le phénomène Syriza une chance pour réorienter le projet européen. Un chantier qu’il espère mener à bien avec les écologistes et l’aile gauche des socialistes en Europe.

Pierre Laurent est secrétaire national du Parti communiste français (PCF) et président du Parti de gauche européenne (PGE)

Le parti de gauche radical Syriza a remporté les dernières élections grecques. Quel changement le gouvernement d’Alexis Tsipras peut-il apporter au niveau européen ?

L’arrivée au pouvoir de Syriza est une chance pour l’Europe, qui enfin va pouvoir rouvrir le débat sur l’austérité et la réduction à marche forcée des déficits publics qui a été choisi comme la seule voie de traitement de la crise en Europe, avec des conséquences sociales dramatiques dans de nombreux pays européens dont la première est le chômage. Enfin un gouvernement à la table du Conseil pour rouvrir le débat !

La première décision du gouvernement grec a d’ailleurs été de renégocier l’accord entre la Grèce et ses créanciers européens. L’accord trouvé entre Alexis Tsipras et les ministres des Finances de la zone euro est-il un pas dans la bonne direction ?

L’accord signé est intéressant à double titre. D’abord, parce que c’est un accord qui marque la fin de la Troïka. On revient à une négociation directe entre un gouvernement élu et les instances européennes alors que depuis 5 ans nous faisions face à une Troïka qui dictait sa loi. Il s’agit d’un retour à la négociation politique.

Deuxièmement, cet accord ne signe évidemment pas la fin des négociations entre la Grèce et l’Europe, mais pour l’heure Syriza n’a renoncé à aucune des mesures sociales auxquelles il s’était engagé auprès de ses électeurs. La Grèce est maintenant dans la position de négocier avec du temps.

On sort d’une période où la direction de l’Eurogroupe dictait ses conditions à des gouvernements qui n’avaient pas le droit de discuter ou qui avaient renoncé à toute velléité de discussion. Cet accord s’est négocié sur la base de la proposition de Varoufakis et cela est un point marqué par le nouveau gouvernement grec face à tous ceux qui le sommaient de se ranger sans discussion aux positions précédentes.

Alexis Tsipras est pour l’heure l’unique dirigeant au sein du Conseil européen issu de la gauche radicale. Seul, peut-il réellement changer les choses ?

Évidemment il s’agit d’un gouvernement parmi les 27 autres. Mais je pense qu’il le peut, car le gouvernement grec dispose d’une confiance populaire très forte. Et l’austérité ne fait pas partie des règles intangibles de l’Europe, la démocratie oui.

La volonté politique très forte du gouvernement Syriza de faire valoir la voix de son peuple est un argument fort. D’ailleurs je rappelle que le début de la descente aux enfers de la Grèce a coïncidé avec la décision de la Commission européenne d’interdire à l’ancien premier ministre grec Georges Papandréou de consulter le peuple grec.

Par ailleurs, je pense que le rapport de force en Europe en faveur des exigences de Syriza va bien au-delà de la position de tel ou tel gouvernement. Parce qu’il y a des forces populaires, sociales et syndicales extrêmement nombreuses en Europe qui ont les mêmes exigences que Syriza : on l’a vu avec la confédération syndicale du DBB en Allemagne, avec les mouvements populaires qui se forment en Espagne, en Italie ou en Belgique. Il y a une contestation des politiques d’austérité qui dépasse le cadre gouvernemental et qui est un point d’appui pour Syriza.

Dans cette affaire, Syriza ne porte pas seulement les revendications du peuple grec, mais aussi les exigences populaires européennes.

Enfin, le développement des mouvements des forces de la gauche radicale européenne est en train de se poursuivre. Et le fait qu’Alexis Tsipras ait été notre candidat commun à la présidence de la Commission européenne lors des dernières élections a participé à la diffusion de ces idées dans de nombreux pays européens.

Au niveau politique, sur quels partenaires Syriza, et plus largement la gauche européenne, peut-il s’appuyer en Europe ?

Il y a des forces nouvelles en Europe qui soutiennent ce mouvement. Une partie des forces écologiques dans plusieurs pays européens convergent sur un certain nombre de questions. On voit aussi quelques élus socialistes- notamment en France - manifester leur solidarité avec Syriza.

C’est avec les forces du Front de gauche, et celles d’Europe-Ecologie les Verts qu’il faut parvenir à constituer une coalition porteuse de projets alternatifs en Europe.

L’Union européenne est-elle véritablement un lieu ou Syriza peut faire changer les choses ?

Certains pensent que l’Europe est un obstacle pour Syriza alors qu’en vérité l’Europe est un atout, car tous les peuples européens sont concernés par les enjeux soulevés par la victoire de ce parti.

D’ailleurs on a bien vu que ce qui inquiétait certains gouvernements européens dans l’arrivée du nouveau gouvernement grec : le risque que cela donne des idées à d’autres en Europe !

Que faut-il changer à la gouvernance économique de l’Union européenne ?

La gouvernance économique actuelle de l’Europe ne convient pas du tout. Il faudrait modifier en profondeur le statut et le rôle de la Banque centrale européenne. Le maintien de l’interdiction qui est faite à la BCE de refinancer les États sans passer par le secteur bancaire alors que c’est ce dernier qui a joué un rôle décisif dans la crise économique est une aberration !

On voit bien d’ailleurs que les décisions récentes de la BCE de réinjecter massivement de l’argent dans la machine européenne mettent le doigt sur ce problème, sans aller jusqu’à remettre en cause ce qui ne fonctionne pas dans la gouvernance économique actuelle.

Par ailleurs, les organisations sociales et syndicales sont écartées de tout droit de regard sur les orientations économiques de l’Union. Le résultat c’est qu’on a une gouvernance européenne très largement confisquée par les autorités financières et bancaires. Une des choses qu’il faut absolument changer est le déficit démocratique qui devient une des causes de la crise structurelle que traverse l’Europe

Comment lutter contre ce déficit démocratique ?

Je suis favorable à ce que les pays européens aient le droit de ne pas participer à telle ou telle directive ou pouvoir européen si son peuple, consulté par référendum s’y oppose totalement. Il faut construire l‘Union européenne par l’adhésion des peuples européens et pas par la contrainte descendante qui est la logique de la majorité des directives européennes.

On pourrait utiliser ce type de procédure de consultation pour pousser à la concertation, alors qu’aujourd’hui l’édifice fonctionne de manière à ce que les plus puissants imposent leurs volontés aux États les plus faibles.

Aujourd’hui, nous qui avons souvent été taxés d’euroscepticisme, nous sommes les seuls à porter l’idée de l’Europe de la solidarité. Je pense que le choix à venir pour l’Europe sera soit de trouver une réponse européenne solidaire à la crise soit laisser les mouvements de destruction de l’Europe – qui souhaitent apporter soit une réponse ultra-nationaliste soit ultra-libérale – l’emporter.

EurActiv.fr

Cécile Barbière

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans grece EUROPE PCF
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 09:35

Les mensonges du « Monde » sur Syriza

Passé le titre ronflant (« Grèce : la liste des réformes concédées à Bruxelles »), l’auteure est contrainte à un première précision d’importance : « L'initiative des réformes est désormais laissée à Athènes, puis approuvée par les créanciers. La Commission estime qu'il s'agit d'un « point de départ valide » à des discussions ». Renversement non négligeable : là où la Troïka imposait l’euro-austérité à des gouvernements d’autant plus prêts à l’appliquer qu’ils faisaient bénéficier leurs proches des privatisations exigées, c’est désormais le gouvernement grec qui définit les réformes qu’il entend faire. Le titre de l’article se révèle donc factuellement faux : non, les réformes définies par Athènes ne sont pas « concédées » à Bruxelles. Elles sont transmises aux créanciers qui formuleront ensuite un avis à leur sujet.

« La plupart des réformes figuraient déjà sur le document établi par la « troïka » des créanciers », poursuit Cécile Ducourtieux. Une contrevérité flagrante. En effet, comme la presse grecque s’en est fait l’écho, les mesures qui devaient être appliquées avant l’arrivée au pouvoir de Syriza « prévoyaient encore 160.000 licenciements supplémentaires dans l’administration (en commençant par la santé et l’éducation déjà bancales dans ce pays ruiné et administré depuis 4 ans par des néolibéraux), une nouvelle baisse des retraites de 10% (en sus des précédentes qui ont pu aller jusqu’à 60%), de nouvelles taxes, une hausse de la TVA sur certains produits et domaines moteurs (dont le tourisme). Des ponctions sur les salaires et de nouvelles réductions sur les « prestations sociales » (réduites à presque rien). » Rien à voir avec le programme de gauche déployé ce matin par le gouvernement d’Alexis Tsipras.

« Le gros de la liste concerne la lutte contre l’évasion et la fraude fiscales »

Cécile Ducourtieux est ensuite une nouvelle fois contrainte de concéder que les réformes proposées par Athènes ne sont en rien des renoncements : « Le gros de la liste concerne la lutte contre l’évasion et la fraude fiscales, censée répondre aux principaux problèmes de l’administration grecque (corruption, fiscalité défaillante). Ces réformes sont réclamées par la troïka depuis 2010, mais aucun gouvernement, ni les socialistes du Pasok ni les conservateurs de Nouvelle démocratie (ND), n’ont eu le courage politique jusqu’ici de les mettre sur les rails. » On voit donc que « le gros de la liste » des réformes Tsipras concerne la lutte contre l’évasion fiscale, ce qui est pleinement conforme au programme de Syriza. Force est de constater que la journaliste se contredit elle-même. Mais le « quotidien de référence » précise que ces réformes étaient réclamées par la troïka depuis 2010. On comprend bien l’esprit de cette formulation : il s’agit de minimiser l’apport du nouveau gouvernement en matière de lutte contre la fraude fiscale. Pourtant, si on se souvient des exhortations particulièrement répétitives de la presse dominante et de Bruxelles pour que les Grecs « paient », « se réforment », « cessent de dépenser », « licencient leurs fonctionnaires », on peine à se remémorer celles invitant à lutter contre l’évasion fiscale des grandes fortunes grecques.

Si le Gouvernement Tsipras a concédé que certaines privatisations pourraient continuer (c’est, semble-t-il, le seul point sur lequel la feuille de route grecque arrachée aux institutions est effectivement contraire aux engagements pris), il s’est en revanche engagé « à une approche intelligente de la négociation collective sur les salaires. Cela inclut une volonté d’augmenter le salaire minimum. » Le Monde juge assurément cette mesure inacceptable : « L’Eurogroupe », explique la journaliste, n’est « pas du tout prêt à financer une augmentation du smic grec ». Or ce n’est évidemment pas « l’Eurogroupe » qui serait amené à financer cette augmentation, neutre pour les finances publiques de la Grèce comme de ses partenaires de la zone euro, mais les entreprises grecques. Loin de s’arrêter à cette assertion erronée, Cécile Ducourtieux s’autorise une conclusion aussi surprenante que partiale : « Si le gouvernement Tsipras passe à l’acte, « il y aura six pays en Europe qui auront un salaire minimum inférieur », entre autres la Slovaquie et l’Espagne, tout en devant continuer à soutenir Athènes financièrement. Politiquement invendable… » En quoi l’idée de relever le salaire minimum d’un pays serait « politiquement invendable » ? Nul ne le saura. Et il ne sera pas précisé que c’est pourtant une mesure qui figurait elle aussi dans le programme de Syriza… que les Grecs ont trouvé « vendable » le 25 janvier dernier.

« En toute vraisemblance, l’Eurogroupe, mardi, devrait valider cette liste », note en passant Le Monde, sans relever que cela signifie que le gouvernement grec va appliquer de larges pans de son programme dans le cadre européen.

Presse dominante et aile gauche de Syriza à l’unisson ?

Le petit chef d’œuvre rhétorique du quotidien vespéral se termine par ce constat en décalage au moins partiel avec ce qui précède : le gouvernement grec a été contraint de « se plier aux contraintes européennes ». La présentation idéologique qui est privilégiée par les grands médias, contre toute réalité, est celle d’une « capitulation en rase campagne ». On comprend bien l’enjeu : il n’y aurait pas d’alternative à l’euro-austérité, Syriza aurait « promis n’importe quoi » (Jean-Michel Aphatie) pour se faire élire et « se fracasserait » aujourd’hui « sur le mur du réel » (Jean Quatremer). Conclusion des éditorialistes : il serait urgent de reconduire les gouvernements actuels qui, eux, n’ont pas obtenu en plusieurs années la moitié du quart de ce qu’Alexis Tsipras et Yannis Varoufakis viennent d’obtenir en trois semaines.

Il est vrai que l’aile gauche de Syriza a entamé une campagne médiatique pour s’en prendre aux « renoncements » de Tsipras. Laquelle entre incontestablement en résonnance avec les cris de victoire des libéraux européens. Elle tient très insuffisamment compte de l’état des rapports de force : la négociation d’un maintien du financement des banques grecques s’est faite contre dix-huit pays coalisés et dans un contexte d’urgence absolue (le précédent gouvernement ayant précisément déclenché des élections anticipées pour placer son successeur devant cette négociation « impossible »).

Que Le Monde le veuille ou non, taxer les grandes fortunes, lutter contre la corruption, combattre l’évasion fiscale, relever le salaire minimum, restaurer les conventions collectives, initier la résolution de la crise humanitaire ne sont ni des concessions à Bruxelles, ni des « réformes dénoncées par Syriza ». Ce sont des mesures figurant dans « le programme de Thessalonique » que le gouvernement d’Alexis Tsipras a arraché contre Bruxelles. Ni reniement, ni capitulation : maintien d’un cap général contre l’austérité et victoire politique pour le gouvernement grec qui incarne, complètement seul face à l’Eurogroupe et certains médias déchaînés, l’alternative en Europe.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans EUROPE grece PCF
commenter cet article
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 17:19

ONU, lutte contre la glorification du nazisme : USA, Canada et Ukraine votent contre, l’UE s’abstient

Brève de Yéti

Manifestation néonazie en Ukraine occidentale

21 novembre 2014, la 3e Commission de l’Assemblée générale de l’ONU vote larésolution L56, présentée par le Brésil et la Russie, visant à « lutter contre la glorification du nazisme, du néonazisme et toutes autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée ».

La résolution est adoptée à la majorité, mais le détail des votes se passe de commentaires :

  • POUR : 115 (dont tous les pays membres des BRICS)
  • CONTRE : 3 (USA, Canada, Ukraine)
  • ABSTENTION : 55 (dont tous les pays membres de l’UE, France et Allemagne comprises)

NB : à ce jour, aucune dépêche AFP pour relayer cette information.

Cliquez sur l’image pour voir les détails du vote

(source : les-crises.fr)

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL EUROPE democratie
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 22:55

Ukraine, le coup d’état...

Dix-huit des meilleurs analystes nord-américains montrent ici que le 22 février 2014, place Maïdan à Kiev, après des mois de déstabilisation politique financée par les États-Unis et l’Union européenne, des groupes soutenus par l’Occident ont confisqué par un coup d’état flagrant le pouvoir d’un président démocratiquement élu. Des extrémistes néo-nazis, à l’avant-garde des manifestations, ont obtenu des ministères et d’autres postes importants dans le nouveau gouvernement non-élu. à cause de la couverture médiatique pro-Maïdan fortement influencée, sinon contrôlée, par les gouvernements occidentaux, les Européens ont généralement vécu ce changement de régime avec apathie. Ils semblent ne pas comprendre qu’il y a eu un coup d’état fasciste au coeur de l’Europe... et un coup d’état soutenu par leurs propres dirigeants. Comme en Libye, Syrie, Yougoslavie, Irak, etc., on a assisté en Ukraine au plus cruel sadisme masqué par une gigantesque puissance de feu médiatique occidentale : assassinats à Maïdan par des snipers d’élite néo-nazis maquillés en police d’État ; immolations vivantes au lance-flammes de fédéralistes pacifiques par des groupes néo-nazis téléguidés par la junte et maquillées en incendie à Odessa devant la police passive et complice ; officines déstabilisatrices de la CIA financées à hauteur de 5 milliards de dollars depuis 1991 et camouflées en ONG humanitaires « pro-démocratie », etc.

Cependant, du développement même de cet affrontement mûrit une « vision politique » : dans le Donbass, le peuple qui pour survivre secoue le joug du libéral-fascisme, prend conscience du fait que l’alternative « ou bien mourir pour un oligarque russe ou bien mourir pour un oligarque ukrainien » n’est pas pertinente et se dépasse nécessairement en : s’approprier collectivement les biens productifs usurpés par les oligarques de toute obédience. Puisse alors ce « retour du réel et du rationnel » refluer comme un boomerang de Donetsk vers l’ouest et montrer aux pyromanes US/UE que désormais le roi est nu.

Ukraine, le coup d’Etat

STEPHEN LENDMAN (dir)

Repost 0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 22:01

Moscou entre jeux d’influence et démonstration de force

Le retour de la Russie sur la scène diplomatique ne va pas sans grands écarts. Pressée par le basculement de l’Ukraine vers l’orbite occidentale, elle improvise une brusque reconquête de la Crimée. L’affirmation balourde d’intérêts légitimes révèle les limites de son pouvoir d’attraction, pourtant soigneusement entretenu depuis la chute de l’URSS au travers de coopérations à géométrie variable.

par Jean Radvanyi, mai 2014

En matière de politique étrangère russe, ce début d’année 2014 aura été marqué par deux événements capitaux. D’abord, les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, dont l’organisation a donné lieu dans les médias occidentaux à une vaste campagne critique du régime de M. Vladimir Poutine ; puis, alors que les Jeux s’achevaient, la crise ukrainienne. D’une certaine façon, ces deux moments forts représentent les deux facettes de la nouvelle politique étrangère du Kremlin : d’une part sa tentative de s’initier au soft power, la « puissance douce », et d’autre part le recours brutal et plus traditionnel aux rapports de forces.

Les Jeux de Sotchi visaient à montrer au monde que la Russie était capable d’organiser un événement planétaire majeur en utilisant les moyens les plus modernes, que ce soit pour la tenue des épreuves ou pour assurer la sécurité des participants dans une région — le Caucase — particulièrement sensible. Ils devaient permettre d’améliorer son image dans l’opinion publique internationale, élément essentiel du rétablissement de Moscou comme acteur majeur d’un monde multipolaire (1). Leur parfaite réussite, en dépit des échos déformés qui en sont parvenus au public occidental, n’a cependant pas entraîné les effets escomptés. Les grands médias n’ont eu aucun mal à susciter l’hostilité de l’opinion en mettant l’accent sur les incertitudes liées à la préparation des Jeux, et surtout en détaillant les lois répressives votées depuis le retour au pouvoir de M. Poutine : sur le contrôle des organisations non gouvernementales (ONG), sur le contrôle d’Internet, sur la « propagande homosexuelle »… Quelques concessions tardives — libération des membres du groupe des Pussy Riot et de l’oligarque Mikhaïl Khodorkovsky, promesse de ne pas harceler les homosexuels durant Sotchi… — n’y ont rien changé.

Tentatives de séduction ratées

Mais les Jeux resteront surtout marqués par leur coïncidence avec les événements sanglants de Maïdan, la place de l’Indépendance de Kiev, bientôt suivis par l’annexion militaire de la Crimée et par son intégration à la Fédération russe. La réaction totalement inadaptée du président ukrainien Viktor Ianoukovitch puis la série de décisions prises tant à Moscou qu’à Kiev et à Bruxelles ont fait basculer le monde dans une épreuve de force majeure, et déclenché une campagne russophobe sans précédent depuis des décennies (2). Avant même l’application de sanctions pour l’annexion de la Crimée, l’image du pays avait subi une détérioration que ne viendra compenser aucune mobilisation patriotique intérieure.

L’organisation des Jeux olympiques relevait de la mise en œuvre tardive, dans la panoplie des outils de la politique étrangère russe, de ce qu’on appelle communément le soft power — le pouvoir d’influence non coercitif, à la fois idéologique, culturel, scientifique. Dans une revue, en 2012, M. Poutine s’était lui-même exprimé sur ces techniques de « puissance douce », pour déplorer un retard dans ce domaine où excellent les grands pays occidentaux. La maîtrise du discours sur les événements, de leur interprétation, est en effet devenue aussi importante, dans l’arène internationale, que les faits eux-mêmes. Au passage, le président russe critiquait vivement la façon dont plusieurs pays, et en particulier les Etats-Unis, usaient de ces moyens pour faire pression sur d’autres Etats et pour leur dicter leurs choix. Il estimait que « l’activité de pseudo-ONG et d’autres structures cherchant, avec des aides extérieures, à déstabiliser tel ou tel Etat » était« inadmissible » (3).

En 2003 et 2004, les « révolutions colorées » en Géorgie et en Ukraine ont suscité un tournant dans la politique russe, tant sur le plan extérieur qu’intérieur, avec le vote de lois de plus en plus restrictives sur la liberté d’organisation et d’expression. C’est à cette période que la Russie commence à se préoccuper d’améliorer son image. Elle relance son réseau culturel et linguistique, avec le développement des Fondations Russkiy Mir (« Monde russe »), et tente de se gagner l’appui de la diaspora (4). Sa maîtrise de ces outils demeure cependant très imparfaite, et ses dirigeants continuent de recourir à des moyens plus traditionnels, en particulier les pressions économiques et militaires. Bien plus qu’un savoir-faire balbutiant en matière de communication, Fiodor Loukianov, rédacteur en chef de la revue Russia in Global Affairs, pointe du doigt la principale faiblesse de son pays : « Pour l’heure, la “puissance douce” manque de cette substance qui rendrait attractif le modèle de développement prôné par Moscou. » Alors que l’URSS pouvait s’appuyer sur un ferment idéologique et sur une offre stratégique alternative, « la Russie ne parvient pas à produire autre chose qu’un discours traditionaliste et conservateur, clairement opposé au progrès (5) ». D’ailleurs, précise Loukianov, « la Russie n’est pas l’Union soviétique. Elle ne prétend plus à une domination mondiale. Moscou définit seulement l’espace qu’il considère comme étant pour lui d’un intérêt vital, et dont l’Ukraine fait partie. Là, il entend agir sans faire de compromis (6). »

Dans ses rapports avec les ex-républiques soviétiques tentées de se rapprocher de l’Union européenne et de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), la Russie n’a cessé de recourir à des sanctions économiques et douanières, comme lors des divers épisodes de la « guerre du gaz » avec l’Ukraine. Le site ukrainien Newsplot a publié en 2013 une carte détaillant quinze mesures de « guerre alimentaire » prises par Moscou contre ses voisins occidentaux entre 2005 et 2013 (7) : blocus des vins géorgiens et moldaves, des produits laitiers biélorusses, de la viande polonaise, du chocolat ukrainien, etc.

Et, depuis quelques années, la Russie n’hésite plus à résoudre certains conflits par les armes. En août 2008, c’est le président géorgien lui-même qui lui en a fourni l’occasion en bombardant la ville de Tskhinvali, en Ossétie du Sud, et la caserne de militaires russes qui s’y trouvait. La riposte a été vive. Les forces russes ont momentanément pris le contrôle de tout l’ouest de la Géorgie, et Moscou a reconnu l’indépendance des deux régions sécessionnistes de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, rompant ainsi l’engagement pris en 1991 de respecter l’intégrité territoriale de la Communauté des Etats indépendants (CEI), qui regroupe d’anciennes républiques soviétiques. En mars 2014, à la suite des événements de Kiev, la Russie a pris l’initiative de placer la Crimée sous son contrôle militaire, avant de procéder à son annexion au terme d’un référendum organisé à la hâte.

Dédain de l’Union européenne

Le Kremlin ne cache nullement les raisons de ce nouveau recours à la force. Et le défi qu’il lance ainsi au monde dépasse de loin le problème ukrainien. De fait, il réclame une remise à plat de l’ensemble des règles régissant la sécurité internationale. Sa position, exprimée clairement par M. Poutine lors de la quarante-troisième conférence sur la sécurité à Munich, le 10 février 2007, tient en quelques points. Moscou n’accepte plus le double langage de certains Etats occidentaux, qui présentent des règles internationales comme immuables tout en les enfreignant chaque fois que cela les arrange.

Profitant de l’affaiblissement de la Russie après l’éclatement de l’URSS et la dissolution du pacte de Varsovie, certains dirigeants américains ont pensé pouvoir établir la domination d’une superpuissance unique : la leur. Mais, depuis, le monde a évolué. Il convient donc de renégocier les bases de la sécurité en y associant pleinement les nouveaux pôles de puissance, en particulier les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Enfin, il faut admettre que la Russie a elle-même des intérêts stratégiques légitimes et qu’elle peut les défendre, comme l’ont toujours fait les Etats-Unis et les principaux Etats occidentaux dans leurs diverses zones d’influence.

En proposant en 2008 à l’Ukraine et à la Géorgie d’entrer dans l’OTAN, ou en négociant avec Kiev, fin 2013, un accord d’association avec l’Union européenne, les dirigeants américains ou européens contribuaient au refoulement des intérêts de la Russie sur ses propres frontières, et ils en étaient parfaitement conscients. Une partie des dirigeants américains, rejoints par ceux d’Etats européens comme la Pologne ou la Suède, n’ont jamais abandonné la stratégie énoncée en son temps par Zbigniew Brzezinski (8).

Pour M. Sergueï Karaganov, l’un des conseillers de politique extérieure du président Poutine, face au risque de voir l’Ukraine entrer dans l’OTAN, avec la perspective que l’Alliance atlantique récupère le port de Sébastopol, « la Russie devait défendre ses intérêts d’une main de fer (9) ». En annexant la Crimée et en massant des troupes près des frontières orientales de l’Ukraine, elle signifie aux dirigeants occidentaux qu’elle est sortie de sa période d’affaiblissement et qu’elle défendra ses intérêts stratégiques, quoi qu’il lui en coûte en termes de relations diplomatiques ou commerciales. Mais en a-t-elle réellement les moyens ?

Jusqu’à une période récente, elle était surtout tournée vers l’Europe, partenaire traditionnel majeur tant de ses échanges culturels et humains que de ses relations économiques. En 2013, l’Union européenne était encore le premier client et fournisseur de son commerce extérieur. Toutefois, partageant avec la Turquie le privilège d’être un Etat à cheval sur les continents européen et asiatique, elle montre depuis longtemps son intérêt pour une complémentarité entre ses deux façades, l’une continentale, à l’ouest, et l’autre maritime, dans la zone Pacifique.

Ce dessein n’est pas nouveau : il avait percé dès avant la fin de l’URSS, en 1986, dans le discours de M. Mikhaïl Gorbatchev à Vladivostok. Boris Eltsine puis M. Poutine ont poursuivi les efforts pour dynamiser cette relation asiatique. Et plusieurs facteurs concourent aujourd’hui à une relance de cette stratégie de rééquilibrage.

Le plus évident est l’impressionnant dynamisme de la zone Pacifique. La Russie espère voir cet essor favoriser, grâce à des coopérations et à des investissements, le redémarrage de son économie. C’est pour cette raison que M. Poutine a organisé en 2012 à Vladivostok le forum de la Coopération économique Asie-Pacifique (Asia-Pacific Economic Cooperation, APEC), dont son pays est membre depuis 1998. Ce regain d’intérêt traduit aussi une prise de conscience de la crise aiguë que traverse l’Extrême-Orient russe : sa population ne cesse de diminuer depuis la fin des années 1980 (l’ensemble de cette vaste région a perdu plus de 20 % de ses habitants), au risque de laisser cette façade stratégique démunie face à des régions chinoises très dynamiques.

Autre élément déterminant de la rhétorique du grand rééquilibrage : la détérioration des relations avec les institutions européennes, qui, tout en s’élargissant à l’est, imposent leurs propres règles comme cadre obligé des relations avec les Russes, en particulier dans le domaine-clé de l’énergie. En plus des programmes successifs proposés à certains membres de la CEI dans le cadre de la politique européenne de voisinage, dès 2004, puis du partenariat oriental, lancé en 2009, l’Union s’est efforcée de diminuer sa dépendance pétrolière et gazière envers la Russie en diversifiant ses approvisionnements. Moscou s’est adapté à ces évolutions en réorganisant ses circuits d’exportation vers l’ouest (construction des gazoducs North Stream et Blue Stream, projet South Stream sous la mer Noire), mais a aussi transféré vers l’Asie une partie de ses échanges. La Chine est ainsi devenue en 2011 son premier partenaire commercial.

C’est là un élément essentiel de la crise actuelle : profondément divisée quant à la conduite à tenir face à son grand voisin oriental, l’Union européenne n’a jamais accepté de discuter réellement de cette relation pourtant fondamentale. Elle n’a pas envisagé une stratégie globale de développement et de sécurité pour une « grande Europe » incluant la Russie. Critiquant certaines formules proposées par Moscou, Bruxelles a préféré s’en tenir à une politique de mise à distance. Parallèlement, l’attribution d’un rôle nouveau à l’OTAN, de plus en plus intégrée à la stratégie américaine, a renforcé la méfiance du Kremlin. Cette attitude, manifestée par l’Europe au moment où ses institutions et son économie entraient dans une crise profonde, a conforté la position de ceux qui prônent un rapprochement accéléré avec les nouvelles puissances asiatiques et la mise en veilleuse des relations avec une Union affaiblie, incapable de tracer une voie distincte de celle de Washington.

Nationalisme à double tranchant

Toutefois, ce basculement, souvent brandi comme un épouvantail et présenté comme un moyen de faire pression sur les Européens, pose quelques difficultés, tant techniques qu’organisationnelles. Il faut d’abord surmonter un grave déficit d’infrastructures en matière d’énergie, de transports ou de logement dans ses régions orientales. Moscou semble en avoir enfin pris la mesure, puisque a été créé un ministère du développement de l’Extrême-Orient ; mais beaucoup d’experts doutent de l’efficacité de cette mesure : les besoins financiers sont énormes, et les dépenses extravagantes du sommet de Vladivostok, en 2012, ne laissent pas présager un usage efficace des investissements. Certes, on voit surgir le début d’un réseau de transport d’énergie vers le Pacifique (projet d’oléoduc Sibérie orientale - océan Pacifique, en anglais Eastern Siberia - Pacific Ocean Oil Pipeline, ESPO), mais la Russie accuse un certain retard dans les techniques de gaz liquéfié. Elle ne pourra pas avant longtemps songer à reporter vers l’Asie le volume d’hydrocarbures qu’elle livre à l’Europe.

Si la Chine se dit prête à fournir une partie des capitaux pour réduire ces retards, ses achats de matières premières ne peuvent qu’enfoncer davantage la Russie dans son rôle de simple fournisseur de produits primaires, et différer encore sa modernisation. Par ailleurs, l’extrême centralisation des pratiques fédérales tend à bloquer les initiatives locales. Nombre de régions revendiquent de plus en plus ouvertement une autonomie de décision, seule à même, selon eux, d’assurer un vrai redémarrage économique. Or, de toute évidence, le système poutinien ne s’engage pas dans cette voie (10).

Autre difficulté : l’incapacité de Moscou à impulser des relations positives entre les Etats de l’espace postsoviétique. Alors que la CEI n’est jamais devenue ce marché commun oriental sous domination russe dont rêvait Eltsine en 1991, les tentatives du Kremlin pour consolider un noyau d’Etats qui lui soient fidèles ne peuvent que surprendre par leur caractère hésitant.

Ont été créés, dans la plus grande des confusions terminologiques et organisationnelles, pas moins de quatre ensembles économiques emboîtés : Union douanière, Espace économique unique, Communauté économique eurasiatique (en anglais Eurasec) et zone de libre-échange au sein de la CEI, sans compter l’Union économique eurasiatique, proposée dès 1994 par le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, qui devrait être établie en 2015. Toutes ces organisations s’articulent autour d’un noyau commun constitué de la Russie, de la Biélorussie et du Kazakhstan. S’y adjoignent, selon les cas, trois ou quatre Etats d’Asie centrale (l’Ouzbékistan n’est au mieux qu’observateur), et parfois, par exemple dans la zone de libre-échange, la Moldavie et l’Ukraine.

Mais aucune de ces structures ne fonctionne réellement, en grande partie à cause des exigences contradictoires de Moscou, qui tient surtout à préserver sa liberté d’action et son contrôle sur des Etats qu’il considère comme relevant de sa sphère d’influence. Cette attitude a pour principal effet que chacun de ces pays, afin de desserrer l’étau des pressions russes, multiplie les relations avec des acteurs tiers influents : Etats-Unis, Europe, Chine, Iran... Les Etats d’Asie centrale semblent recourir de plus en plus aux partenariats avec la Chine comme moyen de diversifier leurs échanges, bien au-delà de l’Organisation de coopération de Shanghaï (OCS), où ils se retrouvent avec leurs deux puissants voisins. Une chose paraît claire : ce millefeuille organisationnel traduit la difficulté de la Russie à définir un nouvel équilibre dans ses relations avec ses voisins désormais indépendants. Et la crise ukrainienne pourrait bien lui compliquer encore la tâche.

M. Poutine a cru bon d’accompagner l’annexion de la Crimée d’une mobilisation sans précédent autour de la défense des compatriotes russes séparés de la mère patrie lors de l’éclatement de l’URSS. Avec ses attaques contre quelques opposants, qualifiés, comme aux pires moments de l’époque soviétique, d’« agents de l’étranger », la campagne médiatique organisée dans tout le pays rappelle de bien mauvais souvenirs. Sur le moment, elle a permis de réunir l’immense majorité de la population autour de son président, qui semble ainsi prendre sa revanche sur le mouvement de l’hiver 2011-2012 (11). Mais les effets à plus long terme pourraient être redoutables, tant à l’intérieur du pays que sur ses marges.

Plusieurs régions de la Russie (le Caucase, la Volga, mais aussi la Sibérie) sont peuplées de minorités actives et traversées par des mouvements antagonistes, de l’islamisme radical à l’autonomisme régional, très critique de la dérive centralisatrice du régime. Nul ne peut prédire comment s’y traduira ce sursaut de nationalisme. Le pouvoir autoritaire actuel semble à l’abri de ces forces centrifuges ; mais qu’en sera-t-il en cas d’affaiblissement ultérieur, que celui-ci provienne d’une simple transition politique ou d’une nouvelle crise économique ?

Même les alliés s’inquiètent

Cependant, c’est sans doute à l’extérieur que l’annexion de la Crimée pourrait avoir les conséquences les plus déstabilisatrices. L’Estonie et la Lettonie comptent encore dans leur population près de 25 % de Russes (souvent apatrides). Le référendum organisé en Crimée y a été perçu comme une menace, de même qu’en Moldavie — où sévit le conflit de la Transnistrie — et au Kazakhstan, dont tout le nord demeure largement russophone. Depuis 1991, M. Nazarbaïev, le président kazakh, s’est toujours comporté comme un allié indéfectible de Moscou. Ses successeurs se montreront-ils aussi dociles ? Après la sortie de la Géorgie de la CEI, en 2008, puis celle de l’Ukraine, annoncée dès le 19 mars 2014, un simple écart critique d’Astana marquerait la faillite de plus de vingt années de tentatives des Russes pour réaménager à leur guise ce qu’ils appelaient au début des années 1990 leur « étranger proche ». Certes, l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) se maintient (12) ; mais cette structure militaire, aujourd’hui réduite, poursuit des objectifs limités.

On a pu voir le premier signe d’un isolement diplomatique de Moscou le 27 mars dernier, lors du vote à l’Organisation des Nations unies de la résolution condamnant l’annexion de la Crimée : parmi les Etats « amis », seules l’Arménie et la Biélorussie ont voté contre. La Chine s’est abstenue, de même que le Kazakhstan. Le Kirghizstan et le Tadjikistan n’ont même pas pris part au vote (13).

Au-delà des cris de victoire des manifestants russes saluant le retour de la Crimée au sein de la mère patrie, l’annexion pourrait bien se révéler une victoire à la Pyrrhus.

Jean Radvanyi

Professeur à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), codirecteur du Centre de recherches Europe-Eurasie (CREE). Auteur de Retour d’une autre Russie, Le Bord de l’eau, Lormont, 2013.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL EUROPE UKRAINE RUSSIE
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 10:22
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL UKRAINE EUROPE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre