Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 13:57

 

La nouvelle constitution présentée est un chef d’œuvre de duperie

  - le 30 Novembre 2012

Au Caire, le place Tahrir retrouve ses couleurs révolutionnaires

Le Caire (Egypte), envoyé spécial. Des dizaines de milliers de personnes ont protesté ce vendredi contre les décisions autoritaires du président Morsi et des Frères musulmans. Le leader de gauche, Hamdeen Sabbahi, a annoncé sous les applaudissements que « l’Egypte ne s’inclinera pas devant la volonté de quelques uns ». Les islamistes appellent à un rassemblement ce samedi.


La place Tahrir, au centre du Caire, a retrouvé ses couleurs révolutionnaires ! Des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées ce vendredi, jour de repos, pour manifester leur colère devant le coup de force dictatorial et constitutionnel du président Mohammed Morsi et des Frères musulmans. La Confrérie était d’ailleurs interdite de séjour sur la place, comme le proclame, depuis plusieurs jours maintenant, une large banderole. L’atmosphère est populaire et combative. Des groupes chantent, accompagnés de tambourins. D’autres lancent des slogans, semblables à ceux de janvier 2011. Seule différence, le « Va-t-en », crié à des milliers de voix ne s’adresse plus à Moubarak, débarqué du pouvoir le 11 février 2011, mais au Frère musulman Morsi, à qui ils promettent le même sort !

 

En l’espace de quelques semaines, celui-ci a en effet montré son vrai visage. « Les déclarations constitutionnelles, décisions et lois émises par le président sont définitives et ne sont pas sujettes à appel » en attendant une nouvelle Constitution, avait expliqué un porte-parole de la présidence. Le président, qui détient déjà les pouvoirs exécutif et législatif - en raison de l'invalidation de la chambre des députés -, a privé les instances judiciaires, dernier organe de contrôle de ses pouvoirs, de la possibilité d'examiner des appels contre ses décrets. Le pouvoir judiciaire ne peut plus non plus dissoudre la commission chargée de rédiger la future constitution, comme le souhaite l'opposition libérale et laïque, qui dénonce sans relâche la domination des islamistes sur cette instance.

 

Dans le même temps, il a fait accélérer les travaux de l’Assemblée constituante, chargée de rédiger une nouvelle constitution mais dominée par ses amis. Celle-ci a publié un document vendredi au petit matin et devrait être approuvée par Morsi ce samedi. Soit la veille du verdict de la Haute cour constitutionnelle qui, selon toute vraisemblance, devrait annuler la copie de l’Assemblée constituante. D’où le bras de fer engagé ces derniers jours.

 

 

Cette nouvelle constitution présentée est un chef d’œuvre de duperie. Sous des allures démocratiques – un président ne peut pas faire plus de deux mandats, par exemple – le texte est un condensé de la philosophie des Frères musulmans. Le directeur Egypte de Human Rights Watch, fait ainsi remarquer que le chapitre 1 affirme que l’Etat doit maintenir « le comportement moral » et garantir la « vraie nature de la famille égyptienne ».

 

Pour le leader du parti communiste égyptien, Moustafa El-Gamal, « le décret constitutionnel et l’Assemblée constituante sont illégitimes. Nous sommes particulièrement préoccupés par le fait que la constitution ne protège pas la justice sociale. » Quant aux droits des femmes, il n’est tout bonnement pas mentionné. Des critiques balayées d’un revers de manche par Gehad El-Haddad, conseiller des Frères musulmans, pour qui « la constitution est extrêmement équilibrée » et n’est pas « un simple document qui convient à toutes les nations du monde mais est taillée aux mesures des spécificités propres du pays. »

 

Vendredi, Hamdeen Sabbahi, le candidat de gauche arrivé en troisième position lors de la présidentielle, a fait vibrer les dizaines de milliers de personnes présentes sur la place Tahrir et qui lui ont réservé un accueil triomphal. « L’Egypte ne sera pas forcé de choisir entre une déclaration dictatoriale et une constitution écrite à la va-vite par une fraction de la société égyptienne. L’Egypte ne s’inclinera pas devant la volonté de quelques uns », a-t-il lancé, interrompu par la foule qui scandait : « Le peuple renversera le régime ». S’adressant directement à l’Assemblée constituante, Sabbahi accusait : « Vous avez peur que le verdict que doit rendre la Haute cour constitutionnelle ne soit contre vous, c’est pour cela que vous vous êtes dépêchés de finir la rédaction de la constitution. » Sur son compte Tweeter, Mohammed El-Baradei, venu lui aussi sur la place, a écrit : « Le président et la commission constituante sont en train de mener un coup d'Etat contre la démocratie. La légitimité du régime s'érode rapidement ».

Alors que les Frères musulmans ont décidé de manifester ce samedi pour apporter leur soutien à leur président, les manifestants de la place Tahrir ont décidé de rester. Hamdeen Sabbahi, Mohammed EL Baradei ainsi qu’Amr Moussa (ancien candidat à la présidentielle) et George Ishaq (fondateur du mouvement Kefaya au début des années 2000), ont annoncé qu’ils passeraient eux aussi la nuit sur ce lieu, symbole de la révolution.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 00:44

Le PCF se félicite du vote positif de la France pour l'admission de la Palestine comme Etat observateur à l'ONU

L'admission de la Palestine comme Etat observateur au sein des Nations-Unies sera votée demain par l'Assemblée générale de l'ONU. Tout indique un résultat positif. Le Parti communiste français s'en réjouit. 
Le PCF se félicite que la France ait décidé de voter en faveur de la résolution palestinienne. Les mobilisations et les initiatives engagées depuis des mois par le mouvement de solidarité en France et en Europe notamment ont contribué à cette avancée. L'exigence palestinienne de l'édification d'un Etat indépendant, à côté de l'Etat d'Israël, voit sa légitimité confirmée malgré un contexte régional et international qui reste difficile. Il faudra maintenant que d'autres pas en avant soient effectués pour que l'ensemble des droits nationaux du peuple palestinien soient enfin réalisés et pour que le droit international soit enfin respecté. C'est une bataille pour la justice, pour le droit et pour la paix qui doit continuer. Face aux inacceptables menaces de rétorsion israéliennes, la plus grande vigilance s'impose. Les autorités françaises et européennes ne doivent plus ni accepter, ni encourager, comme c'est trop souvent le cas, le mépris du droit et l'impunité du régime de Tel Aviv. Des sanctions doivent être décidées contre Israël tant que ce pays s'opposera à l'application des résolutions de l'ONU. Comment pourrait-t'on désormais tolérer la poursuite de la colonisation et de l'occupation d'un Etat reconnu officiellement comme observateur au sein de l'ONU? Le vote de l'Assemblée générale des Nations-Unies va changer la donne politique et juridique en renforçant pour tout le monde la contrainte du respect et de l'application du droit international concernant la question de Palestine.
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 00:40

Voici un conseil que Mme Merkel et M. Hollande devraient susurrer à l’oreille des autorités d’Athènes pour combattre la dette hellénique : arrêt immédiat des achats d’armes. Et puisque nous ne sommes pas avares dans notre souci d’aider ces deux personnalités en vue d’inviter la Grèce aux économies, voici l’argumentaire.

 

Est-il bien raisonnable pour la Grèce de consacrer près de 8 milliards d’euros à l’armement (plus de 3% du produit intérieur brut)? En pourcentage, le budget militaire de la Grèce est ainsi le plus élevé des pays de l’Union Européenne et le second, après les États-Unis, des pays membres de l’Otan. La Grèce dépasse ainsi le Royaume-Uni (2,7%), la France (2,5%), l’Allemagne (1,4%) et vient derrière les États-Unis (4,7%). 

 

Est-il justifié que la Grèce reste le premier importateur d’armes de l’Union Européenne? Au cours des cinq dernières années, elle a importé pour 3,4 milliards d’euros d’armes conventionnelles. Le pays se classe ainsi, sur la même période, au 5e rang des pays importateurs d’armes dans le monde, derrière l’Inde, la Chine, la Corée du Sud et le Pakistan.

 

Est-il convenable que la Grèce achète principalement des armes à l’Allemagne, aux États-Unis et à la France se plaçant au premier rang des clients militaires de l’Allemagne et au troisième de la France ?

 

Est-il justifié que la Grèce continue d’acquérir à prix d’or des F-16 aux États-Unis et des Mirages 2000 à la France ainsi que des sous-marins à l’Allemagne et des frégates à la France ?

 

Est-il normal que dans le même temps les dépenses en Grèce consacrées à la santé et à l’éducation, selon l’OCDE, soient bien inférieures à celles de la France et de l’Allemagne ?

 

Mme Merkel et M. Hollande, étrangement, font silence sur le commerce des armes avec la Grèce. Comme ils sont extrêmement discrets sur les fortunes grecques amassées en Suisse et dans les paradis fiscaux. Il est plus aisé, il est vrai, de s’attaquer aux plus faibles.

 

José Fort

L’Humanité cactus

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 06:06

 

  - le 27 Novembre 2012

Hongrie : l'extrême droite veut une liste des juifs

Marton Gyongyosi, un dirigeant du Jobbik, parti national radical hongrois, a suscité une vague d'indignation dans son pays en demandant au gouvernement de dresser une liste de juifs représentant un "risque pour la sécurité nationale", y compris parmi les députés.


Responsable des questions diplomatiques au Jobbik, la troisième formation politique de Hongrie, Marton Gyongyosi juge une telle initiative nécessaire à la suite du conflit dans la bande de Gaza. Le  dirigeant d'extrême droite a réagi en déclarant devant le Parlement, selon une vidéo diffusée lundi soir sur le site internet du Jobbik : "Je sais que beaucoup de personnes d'ascendance hongroise vivent en Israël et que beaucoup de juifs israéliens vivent en Hongrie. Je pense qu'un tel conflit rend opportun un recensement des gens d'origine juive vivant ici, notamment au sein du Parlement hongrois et du gouvernement hongrois, qui, effectivement, constituent un risque pour la sécurité nationale en Hongrie".

 

"Je suis un survivant de l'Holocauste", a réagi Gusztav Zoltai, directeur de la Fédération des consistoires juifs de Hongrie.

 

"Chez les gens comme moi, cela génère une peur viscérale, même s'il est évident que tout cela répond uniquement à des considérations politiciennes. C'est la honte de l'Europe, la honte du monde."

 

De 500.000 à 600.000 juifs de Hongrie ont été exterminés par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale, selon le Mémorial de l'Holocauste à Budapest. "Le Jobbik est passé de l'expression d'une superstition médiévale à une idéologie ouvertement nazie", a écrit Slomo Koves, grand rabbin du Consistoire juif unifié de Hongrie.

 

 

Le scandale a débuté après des propos du secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Zsolt Nemeth, déclarant qu'aux yeux de Budapest, un règlement pacifique du conflit israélo-palestinien bénéficierait à la fois aux Israéliens d'ascendance hongroise, aux Hongrois juifs et aux Palestiniens vivant en Hongrie. Le gouvernement a vivement condamné ces déclarations. "Le gouvernement rejette strictement les propos extrémistes, racistes et antisémites de toutes sortes et fait tout pour éteindre de telles voix", a-t-il déclaré.

 

Marton Gyongyosi a tenté mardi d'atténuer ses déclarations en disant qu'il faisait uniquement allusion aux personnes possédant la double nationalité hongroise et israélienne. "Je présente mes excuses à mes compatriotes juifs pour mes propos qui ont pu être mal interprétés", a-t-il dit, selon le site internet du Jobbik. Il a par la suite affirmé au cours d'une conférence de presse qu'il ne démissionnerait pas et que l'affaire était à ses yeux close, a rapporté l'agence de presse MTI.

 

Créé en tant que parti politique en 2003, le Jobbik est entré au Parlement à la faveur des élections de 2010, qui lui ont offert 44 des 386 sièges de l'assemblée. Il a formé la Garde hongroise, une organisation de volontaires non armés rappelant à ses détracteurs les milices d'extrême droite de la Seconde Guerre mondiale.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 05:20

 

Eurogroupe : « un sauvetage du capital négocié sans les grecs » (PGE/PCF)

 

 

 

 

L'Eurogroupe annonce un accord sur le versement d'une somme de 34,4 milliards d'euros à l'État grec le 13 décembre et sur la réduction de sa dette à hauteur d'environ 40 milliards d'euros. Un « sauvetage » de la Grèce ? Non, un sauvetage du capital négocié sans les grecs, entre Angela Merkel et Christine Lagarde. Les doux euphémismes et les enrobages ont assez duré. Il y a au moins trois vérités à rétablir pour comprendre ce qui se joue aujourd'hui.

 

Premièrement, cet argent, qui est le fruit du travail des européens, n'ira pas au peuple grec, mais aux banques. Il ne servira pas non plus à bâtir une économie saine.

En effet, sur les 34,4 milliards qui seront versés, 23,8 le seront pour rembourser cash les banques, qui continueront, elles, à spéculer allègrement au lieu de financer l'économie des pays, tant que les règles ne seront pas changées.


Deuxièmement, ces fonds ne sont dégagés que si les « memorandums » de la troïka et les engagements du gouvernement Samaras sont respectés. Autrement dit, si les cures d'austérité sont appliquées. e peuple grec a déjà payé la crise de la finance. La crise humanitaire ne fait que commencer.


Troisièmement et dernière vérité : bloquer le financement de l'économie réelle, casser les services publics, le travail et la protection sociale... c'est faire augmenter la dette et repousser à des dizaines d'années son remboursement. D'où l'allègement ridicule qui devrait assurer que la dette ne dépasse pas les 124% du PIB d'ici 2020, alors qu'elle était autour de 80% avant la crise.

 

Le Parti de la gauche européenne (PGE) réaffirme son soutien à SYRIZA-FSU car le redressement de la situation en Grèce passe par un changement politique vers le progrès.

 

Il organisera en 2013 un sommet sur la dette. Les politiques d'austérité doivent cesser, une annulation des dettes illégitimes et un investissement massif pour relancer l'économie grecque et créer de l'emploi doivent être des priorités.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 17:41

Monde

Monde - le 23 Novembre 2012

L’offensive sur Gaza : une mauvaise opération électorale pour Netanyahu

L’opération "Pilier de défense" ne semble pas avoir fédéré les Israéliens derrière la coalition au pouvoir. Un sondage publié ce vendredi montre une nette chute des intentions de vote pour la coalition Likoud Beitenou aux élections législatives prochaines. L'offensive risque bien en revenche d'avoir relégué l'OLP en arrière plan.


Le Likoud Beitenou, née de la fusion du Likoud de Netanyahu et du parti de son ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, n’obtiendrait que 37 des 120 sièges de la Knesset. Soit 6 sièges de moins que ce que promettaient les sondages, déjà mauvais, juste avant le déclenchement de l’opération "Pilier de défense". Mais les raisons de cette désaffection ne sont pas heureuses.

 

Tous les Israéliens qui étaient opposés à l’offensive contre Gaza sont déjà des opposants politiques à  Netanyahu. C’est plutôt à l’extrême droite que la coalition au pouvoir perd du chemin. 49% des Israéliens interrogés se déclarent ainsi opposés au cessez-le-feu, et seuls 31% l’approuvent. Près d’un tiers réclament même une nouvelle occupation de la bande Gaza par l’armée israélienne. Et c’est auprès de ces électeurs que Netanyahu, en acceptant la trêve, a déçu. Concrètement, ce sont les ultra-orthodoxes du Shass et le petit parti Atzmaout ("Indépendance") du ministre de la Défense Ehud Barak qui profiteraient de la baisse du Likoud. Ce qui ferait pencher la coalition d’extrême droite au pouvoir toujours plus vers la droite, avec le rôle accru des ultra-orthodoxes.

 

Pour autant l’opération "Pilier de défense" risque d’être un succès politique pour Netanyahu… Pas forcément pour les élections législatives anticipées du 22 janvier prochain, mais parce que Mahmoud Abbas et l’Autorité palestinienne ont été inaudibles et affaiblis diplomatiquement, rejetés à l’arrière scène politique derrière le Hamas. C’est la négation du rôle de l’OLP comme représentant légitime du peuple palestinien qui est également en jeu. Et ce alors que Mahmoud Abbas tente encore de convaincre la communauté internationale de faire de la Palestine un État observateur à l’ONU, et qu’une Assemblée générale des Nations Unies se tient dans quelques jours, le 29 novembre prochain.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 08:35
 

QUAND UN JOURNALISTE BELGE

REPOND VERTEMENT A UN POLITICIEN ISRAELIEN

EN DIRECT SUR LA RTBF

 

 Un journaliste belge  courageux comme on aimerait en voir en France. Eddy Caekelberghs   n' a pas hésité  au cours de l'émission "Face à l'info"  diffusée en direct sur la RTBF,  à  remettre à sa place un politicien israélien qui visiblement n' a pas supporté d'entendre certaines vérités énoncées par Alain Gresh,  directeur adjoint du Monde diplomatique.

Le politicien en question  est  Emmanuel Navon,  professeur de Relations Internationales à l’Université de Tel-Aviv et   candidat du Likoud pour les prochaines législatives israéliennes.

Une scène inimaginable en France

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 19:33

 

Monde - le 15 Novembre 2012

18ème congrès du PCC

Pékin, envoyées spéciales. Le XVIIIe Congrès du Parti communiste s’est achevé hier. La résolution laisse entrevoir une accélération des réformes et de la politique dite d’ouverture dans la prochaine décennie.


«Wei ji », ce vieux concept traditionnel constituait quasiment l’épine dorsale du discours du secrétaire général sortant du Parti communiste chinois Hu Jintao dans son rapport d’activité lors de la clôture hier matin à Pékin du XVIIIe Congrès du PCC. Un concept qui sous-tend l’idée que chaque crise expose tout à la fois à des dangers et à des opportunités. « Nous sommes confrontés à des opportunités de développement sans précédent de même qu’à des risques et des défis inouïs », explique ainsi la résolution adoptée hier. Dans une période cruciale, Hu Jintao pose la question du « type de développement ». Il y répond en inscrivant le « développement scientifique » dans les statuts du Parti mais aussi en poussant plus avant les réformes et l’ouverture économiques. Sans doute revigoré par les projections d’une croissance stable et rapide de 7,5 % par an, le Congrès semble s’éloigner des appels à un développement désormais plus mesuré tels qu’ils étaient exprimés dans le douzième plan quinquennal de 2011. Voire même du rapport d’introduction de Hu Jintao, jeudi dernier, qui posait « l’épanouissement de l’homme » comme ultime finalité.

 

Pour une société de moyenne aisance


Outre la construction d’une société de moyenne aisance, le « doublement du produit intérieur brut sur la décennie d’ici à 2020 » reste la priorité, selon Zhang Ping, ministre chargé de la Réforme. Hu Jintao a dessiné les contours de la présidence de son successeur, Xi Jinping, qui basera le « développement sur l’amélioration de la qualité et de la rentabilité ». Soit un rôle accru aux acteurs privés et une adaptation de l’économie chinoise vers le secteur des hautes technologies afin de résoudre la crise qui sévit dans les exportations des produits manufacturiers. D’aucuns pourraient voir ici une jonction avec les préconisations du rapport de la Banque mondiale, « Chine 2030 ». Ce document appelait déjà à une intervention moindre de l’État dans l’économie. « Il faut laisser la capacité au privé d’investir. Nous n’avons jamais parlé de privatisation. Il y aura sans doute une ouverture de capitaux des entreprises publiques ; étant entendu que l’État maintiendra son contrôle sur les secteurs stratégiques », analyse l’économiste Ding Yifan.

 

Dans ce contexte, quelle place prendront les politiques sociales réclamées par la population ? Ces dernières années, le gouvernement a assis sa légitimité sur la promotion d’un rééquilibrage économique, d’une réduction des inégalités et d’une répartition équitable des richesses. Hier, la télévision d’État donnait la parole à Liang Wengen, entrepreneur privé, membre du Comité central. L’homme qui pèse 8 milliards de yuans exhortait à une « intégration plus poussée de la Chine sur les marchés internationaux ». Un signe ?

 

Dominique Bari et 
Lina Sankari

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 15:58

 

  - le 16 Novembre 2012

Gaza : Le PCF appelle à des sanctions contre Israël. Rassemblement de solidarité avec les Palestiniens, samedi 17 novembre à Paris

Le PCF exprime son émotion et sa totale condamnation devant l'agression israélienne à Gaza. Il appelle partout en France à des rassemblements et des initiatives de protestation contre cette nouvelle guerre contre le peuple palestinien. A Paris, un rassemblement unitaire de solidarité à l'initiative du « Collectif national pour une paix juste entre palestiniens et israéliens », aura lieu samedi 17 novembre à 15 heures, Place de la bastille.

 

Il appartient aux autorités françaises d'intervenir d'urgence auprès du gouvernement israélien afin d'obtenir l'arrêt immédiat de cette offensive militaire meurtrière, et que cessent les assassinats ciblés de responsables palestiniens.

En annonçant le doublement du budget national pour la colonisation, en programmant 1200 nouveaux logements essentiellement dans les colonies de Jérusalem-Est, en allant jusqu'à menacer l'Autorité palestinienne de liquidation, le gouvernement israélien a pris une lourde responsabilité. Une fois encore, dans une impunité garantie, il attise les tensions et la violence en s'engageant dans une escalade de la provocation et dans une brutale logique de force. Les populations civiles doivent cesser de payer le prix d'une telle politique.

 

Il est consternant que l'Union européenne, les pays européens et en particulier la France puissent encore tolérer, de la part des autorités de Tel Aviv, un tel mépris du droit et une telle volonté de poursuivre la spoliation du peuple palestinien, l'occupation militaire de la Palestine et le blocus de Gaza.

Le PCF appelle à des sanctions françaises et européennes contre Israël jusqu'à ce que cet État accepte de respecter les résolutions de l'ONU. La France devra soutenir la résolution palestinienne présentée le 29 novembre prochain au vote de l'Assemblée générale des Nations-Unies pour que la Palestine voit son statut rehaussé pour accéder à celui d'État observateur.

 

Rassemblement de solidarité avec le peuple palestinien
Samedi 17 novembre à 15h00
Place de l'Opéra

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 03:36

 

Cuba : « Lever un blocus illégal et illégitime »

 

 

 

 

L'Assemblée générale de l'ONU a voté la résolution annuelle pour la levée du blocus imposé par les États-Unis à Cuba depuis cinquante ans. 188 États se sont prononcés en faveur de cette résolution. C'est un record, et le constat par la quasi totalité des États du monde d'un anachronisme flagrant.

 

Le président Obama doit mesurer le consensus mondial qui s'est exprimé mardi et doit enfin écouter l'ensemble des gouvernements d'Amérique latine qui ont fait le choix de la souveraineté donnant sa place à Cuba dans la nouvelle Communauté des États latino-américains, organisation que Cuba présidera à partir de janvier prochain.

Pour inaugurer son second mandat, Obama s’honorerait à lever le blocus – illégal et illégitime – contre Cuba. Il s'agit ni plus ni moins que d'appliquer le droit. L'extraterritorialité des lois qui constituent le blocus est inacceptable, elle empêche tous les pays du monde d'avoir des relations normales avec Cuba.

La France a voté pour la levée du blocus. Nous nous en réjouissons.

Mais, avec l'Union européenne, elle ne peut s'en tenir à des paroles sans lendemain. Elles doivent mener une politique beaucoup plus active en direction de l'Amérique latine, et en particulier vis-à-vis de Cuba, et favoriser le développement des coopérations.

Un ordre mondial nouveau, fondé sur la coopération et la démocratie, le respect des droits humains et des Peuples, ne peut être envisageable tant que l'un des plus grands scandales politiques et l'une des plus criantes injustices, n'est pas définitivement balayé.

 

Le PCF réaffirme son soutien au peuple cubain, pour la levée du blocus économique, commercial et financier, au caractère inhumain de par ses conséquences sur tous les aspects et toutes les dimensions de la vie d'un peuple. Il exige la libération complète des Cinq de Miami.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre