Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 07:28
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans JUSTICE
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 06:30

Aveux de Jérôme Cahuzac : « un scandale d'État »

 

Jérôme Cahuzac vient d'avouer avoir posséder un compte secret en suisse puis à Singapour. L'ancien ministre du Budget est mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale. Après des semaines d'un feuilleton où Jérôme Cahuzac a multiplié les mensonges, c'est une véritable bombe politique qui vient d'éclater.

 

Pour avoir fraudé le fisc et, circonstance aggravante, avoir assumé ce mensonge en tant que ministre en charge de la lutte contre cette même fraude fiscale, Jérôme Cahuzac apporte une terrible contribution à la liste des affaires qui salissent et abîment si durement la politique et la République.

 

Il faut saluer le travail de la presse et de la Justice qui ont mis un terme à ce scandale d'État. L'enquête en cours devra permettre de faire toute la vérité sur l'affaire Cahuzac.

 

Olivier Dartigolles, porte parole du PCF

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans JUSTICE
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 16:15

Affaire Cahuzac : retour sur quatre mois de mensonges

Mis à jour le 02/04/2013 | 17:47 , publié le 02/04/2013 | 17:28
Jérôme Cahuzac, le 20 mars 2013 à Paris.

Jérôme Cahuzac, le 20 mars 2013 à Paris.

(MIGUEL MEDINA / AFP)
1

Jérôme Cahuzac a avoué. Après des mois de rebondissements, l’ancien ministre du Budget a reconnu sur son blog, mardi 2 avril, avoir détenu un compte bancaire à l’étranger.

Il explique avoir donné l’information aux juges en charge de l’affaire, lors d’un entretien au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris. Il a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale dans la foulée. L’existence de ce compte avait été révélée le 4 décembre par le site d'information Mediapart. Jérôme Cahuzac avait jusque-là formellement démenti.

Francetv info reprend le fil de quatre mois de mensonges.

1Acte 1 : "Je n’ai jamais eu de compte à l’étranger"

Après un premier démenti dès la publication de l’article de Mediapart et l’annonce d’un dépôt de plainte pour diffamation, Jérôme Cahuzac proteste une nouvelle fois de son innocence le 5 décembre, lors d’un entretien avec le président de la République et le Premier ministre.

L’après-midi, c’est devant l’Assemblée nationale qu’il s’exprime. "Je n’ai pas, je n’ai jamais eu de compte à l’étranger, ni maintenant, ni avant", lance le ministre du Budget sous les applaudissements de la majorité.

(Francetv info)

2Acte 2 : la contre-attaque, "preuves" à l’appui

Après le démenti du ministre, Mediapart pousse son avantage en publiant un enregistrement sonore le 5 décembre en fin de journée. On y entend un homme présenté comme le ministre s’inquiéter de l’existence d’un compte en Suisse. Le lendemain, Jérôme Cahuzac contre-attaque sur RTL en mettant en cause les sources éventuelles de Mediapart.

Première cible du courroux ministériel, un agent du fisc du Sud-Ouest, Rémy Garnier. En 2008, ce dernier avait adressé à sa hiérarchie un mémoire dans lequel il évoquait "un compte bancaire à numéro en Suisse" ouvert par Jérôme Cahuzac. Le ministre parle d'"un document insensé" et qualifie de fantaisiste la mention de villas à Marrakech et à La Baule.

(Francetv info)

Le ministre s’acharne ensuite à prouver la légalité du financement de son appartement parisien. Il publie alors son plan de financement sur son blog, où il explique que son apport personnel était financé par un prêt de ses parents, le "remploi de fonds" personnels de sa femme et la revente de son précédent domicile.

Enfin, il dément être l’homme de l’enregistrement. "Je ne vois même pas à quoi cela fait référence (...), ce n’est pas ma façon de parler", assure-t-il.

3Acte 3 : UBS prié de certifier que Cahuzac n’a pas eu de compte en Suisse

Mi-décembre, le ministre poursuit sa contre-offensive en annonçant avoir demandé à la banque suisse UBS, mentionnée dans l’enregistrement, de certifier qu’il n’a pas détenu de compte dans l’établissement.

Sur son blog, Jérôme Cahuzac explique que son avocat a fait une demande anonyme pour s’enquérir de la faisabilité de la démarche. Dans sa réponse, publiée par le ministre, UBS explique qu’elle n’accède pas à ce type de requête, "par principe".

"Je ne souhaite pas en rester là et c’est pourquoi j’ai confié le mandat à mon avocat et à son correspondant au barreau de Genève de bien vouloir poursuivre leurs démarches, assure le ministre. Je ne souhaite rien tant que clouer définitivement le bec des calomniateurs."

4Acte 4 : une démission qui "ne change rien"

Contraint le 19 mars à la démission par l’ouverture d’une information judiciaire contre X pour blanchiment de fraude fiscale, Jérôme Cahuzac continue d’affirmer son innocence. "Cela ne change rien à mon innocence, ni au caractère calomniateur des accusations lancées contre moi", explique-t-il sur son blog. "C’est à la démontrer que je vais désormais consacrer toute mon énergie", prévient-il.

5Acte 5 : "J'ai été pris dans une spirale du mensonge"

Mardi 2 avril, Jérôme Cahuzac avoue. Après s’être rendu au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, l’ancien ministre publie une longue déclaration sur son blog. "J’ai rencontré les deux juges aujourd’hui. Je leur ai confirmé l’existence de ce compte", écrit-il. Il n’indique cependant pas où se trouve ce compte.

"Je les ai informés de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte, qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d’années, soit environ 600 000 €, soient rapatriés sur mon compte bancaire à Paris", poursuit-il.

Il présente ensuite ses excuses au président de la République, au Premier ministre, à ses anciens collègues du gouvernement, aux parlementaires, à ses électeurs et à sa famille. "J’ai été pris dans une spirale du mensonge et m’y suis fourvoyé. Je suis dévasté par le remords, écrit-il. Penser que je pourrais éviter d’affronter un passé que je voulais considérer comme révolu était une faute inqualifiable. J’affronterai désormais cette réalité en toute transparence."

Francetv info

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans JUSTICE
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 15:44

Jérôme Cahuzac est mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale, annonce son avocat

Mis à jour le 02/04/2013 | 17:17 , publié le 02/04/2013 | 15:36
L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac le jour de sa passation de pouvoirs avec Bernard Cazeneuve à Bercy, le 20 mars 2013.

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac le jour de sa passation de pouvoirs avec Bernard Cazeneuve à Bercy, le 20 mars 2013.

(MAXPPP)
7

Il est passé aux aveux. Jérôme Cahuzac a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale, annonce son avocat mardi 2 avril. Le même jour, il a reconnu sur son blog l'existence d'un compte à l'étranger depuis une vingtaine d'années, crédité d'un montant de 600 000 euros. "Dévasté par le remords", il demande pardon pour "une faute inqualifiable". L'ancien ministre du Budget été entendu par les juges d'instruction à sa demande, mardi, comme le rapporte la journaliste de France 2 Audrey Goutard sur Twitter. 


Un peu plus tôt, Le Canard enchaîné avait indiqué sur Twitter que Jérôme Cahuzac s'apprêtait à reconnaître à "passer aux aveux" devant les juges concernant ses comptes en Suisse et à Singapour. Sur son blog, il ne précise pas de quel compte il s'agit. L'hebdomadaire satirique annonçait sur Twitter son article à paraître mercredi.  

 

Jérôme Cahuzac a démissionné de ses fonctions le 19 mars en raison de cette affaire, révélée par Mediapart. L'ancien ministre était soupçonné d'être toujours titulaire dans une banque à Singapour d'un compte affichant un solde de plus de 500 000 euros, ouvert dans une succursale de l'établissement suisse Reyl et Cie, après avoir fermé un premier compte chez UBS en Suisse à la fin des années 2000.

 

Soupçonné d'avoir détenu un compte en Suisse à la banque UBS, ce qu'il a toujours catégoriquement démenti. Un témoin auditionné pendant l'enquête préliminaire de police a également indiqué que les sommes versées sur ce compte présumé proviendraient de laboratoires pharmaceutiques.

 

Une information judiciaire contre X visant l'ancien ministre a été ouverte pour blanchiment de fraude fiscale, mais aussi perception par un membre d'une profession médicale d'avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la sécurité sociale, blanchiment et recel de ce délit. 

 

Deux magistrats du pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, Roger Le Loire, doyen du pôle financier, et Renaud Van Ruymbeke, ont été désignés le 20 mars pour enquêter sur cette affaire.

Francetv info avec Reuters

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans JUSTICE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre